Skip to navigation – Site map
Comptes-rendus

Ségolène BERGEON LANGLE, Georges BRUNEL,  La restauration des oeuvres d'art : Vade-mecum en quelques mots

Paris, Hermann, 2014
Muriel Verbeeck-Boutin
Bibliographical reference

Ségolène BERGEON LANGLE, Georges BRUNEL,  La restauration des oeuvres d'art : Vade-mecum en quelques mots,

coll. "La nature de l'œuvre", Paris, Hermann, 2014, 464 p., ISBN 978-2705687847.

Full text

1Solide ouvrage de 464 pages, La restauration des oeuvres d'art de Ségolène Langle Bergeon et George Brunel pèche de prime abord par son volume et son poids, peu conciliables avec le sous-titre : « Vade-mecum en quelques mots ». La richesse du contenu en fait néanmoins un incontournable outil, pour les conservateurs-restaurateurs autant que pour les professionnels liés au patrimoine. Les interventions sur les biens culturels nécessitent en effet une approche interdisciplinaire : or il n'est pas de collaboration possible sans langue et vocabulaire communs. Le sémiologue Umberto Eco, récemment disparu, soulignait avec subtilité dans son ouvrage Dire presque la même chose, les difficultés du langage et de ses traductions. Or, exporter un vocabulaire, même technique, d'un domaine à un autre, d'un champ sémantique à un autre, c'est aussi faire une traduction; l'ignorer, c'est s'appuyer sur un consensus de mots masquant des divergences de concepts. Un symptôme avéré est malheureusement le flou médiatique entretenu entre certaines campagnes de « restauration », « rénovation », « réfection » de monuments ou de sites, voire encore d'œuvres monumentales. Georges Brunel et Ségolène Bergeon-Langle ont abordé à plusieurs reprises dans leurs articles et ouvrages respectifs ce problème fondamental. Leur collaboration tend ici à une forme de complicité, nourrie d'une longue expérience.

2L'ouvrage se présente comme « un petit précis d'introduction à l'usage des mots les plus utiles en restauration, tant les plus importants que les plus controversés ou les plus nouveaux ». Il est introduit par un questionnement fondamental. S'arrêtant au fait que le mot « restaurer » soit transitif, les auteurs posent une première question : Que restaure-t-on? La deuxième question porte sur le but de cette action : le Pourquoi amène le lecteur à une réflexion sur le temps et ses effets. La troisième question porte sur le Comment restaure-t-on : les auteurs insistent sur la place cruciale qu'occupe désormais le restaurateur, au point convergent de multiples compétences; mais ils insistent aussi, dans la lignée de Cesare Brandi et Paul Philippot, sur la dimension critique de l'acte de restaurer, et par conséquent la dimension intellectuelle et réflexive qui conditionne prioritairement la pratique.

3Suit un chapitre consacré à l'« Évolution du concept et de la dénomination des actes de restauration de l'Antiquité à nos jours ». Comme le titre l'indique, il ne s'agit pas de faire tenir en une vingtaine de pages une « histoire de la restauration », mais de structurer le temps et l'espace où elle prend corps. On regrettera néanmoins que ce panorama s'arrête aux années 90, et que les évolutions récentes, notamment la théorie contemporaine de la restauration de Munoz-Vinas, ne soient pas évoquées. C'est à notre sens par une dialectique qui reste à instaurer, entre la Teoria de Brandi –vulgarisée par P.Philippot, et celle, d'inspiration pragmatique, des auteurs anglo-saxons, que l'on trouvera de nouvelles pistes de réflexion concernant la restauration et ses plus récents champs d'application; c'est là, aussi, qu'on pointera nombre de dérives conceptuelles que les traductions viennent hélas renforcer.

4Un court et lumineux chapitre intitulé « Les mots » vient ensuite, en une dizaine de pages, éclairer le corps même de l'ouvrage. La position même de la restauration, à la croisée des chemins de plusieurs disciplines, explique le fait que la langue ne soit pas encore tout à fait fixée. Historiens et historiens de l'art, scientifiques et praticiens relèvent de cursus hétérogènes : références et méthodologies sont parfois bien différentes, et l'usage de termes communs aux différents domaines, dans des acceptions pourtant bien particulières, favorise les approximations et confusions. L'ouvrage se présente donc non comme un dictionnaire ou un lexique, mais comme un outil de réflexion sur la terminologie, essentiel dans le cadre d'une pratique le plus souvent interdisciplinaire.

5Le Vade-mecum rassemble 140 articles (mots ou expressions) classés par ordre alphabétique. Chaque article comprend six paragraphes : une définition, pour laquelle la concision est maîtresse, un développement, où les auteurs abordent les sens pluriels du mot, selon l'époque ou le contexte, une mise en garde (ou garde-fous) contre les mésusages du terme, une date ou époque d'apparition, une bibliographie spécifique au terme et enfin une rubrique « équivalents étrangers », le terme « équivalence » étant judicieusement choisi pour éviter les risques inhérents à une traduction littérale. On y trouve ce que les auteurs ont joliment nommé « les mots de la honte », et les « mots de la mode », soulignant leurs implicites connotations. Le lecteur se réjouira de retrouver ici dans leur substantifique moelle des articles développés ailleurs par les deux auteurs, et parfois difficiles à se procurer (e.a. : conservateur-restaurateur, restitution…). Les illustrations couleur sont particulièrement éclairantes (ex. : épidermage), originales (ex. : falsification), pédagogiques (ex. : réintégration). On regrettera dans certains cas leur dimension réduite, tributaire parfois du choix de mise en page. Une bibliographie, un index et une table des matières complètent l'ouvrage.

6La restauration des œuvres d'art  - Vade-mecum en quelques mots remplit ses promesses, en tant qu'instrument de réflexion et de discussion, et cela, bien au-delà de la terminologie, dans le cadre même de l'action et de l'intervention pluridisciplinaire. Outil pédagogique et critique, l'ouvrage servira les acteurs de la conservation-restauration et les enseignants dans une exigence première de rigueur : celle de bien nommer les choses. Car dans le contexte médiatisé qui est le nôtre, qui prête la voix à une multitude d'intervenants peu ou prou qualifiés, « mal nommer l'objet, c'est ajouter au malheur de ce monde » — et à celui du patrimoine, qui fait l'objet de restauration.

Top of page

References

Electronic reference

Muriel Verbeeck-Boutin, « Ségolène BERGEON LANGLE, Georges BRUNEL,  La restauration des oeuvres d'art : Vade-mecum en quelques mots », CeROArt [Online], EGG 5 | 2016, Online since 08 March 2016, connection on 20 October 2017. URL : http://ceroart.revues.org/4973

Top of page

About the author

Muriel Verbeeck-Boutin

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org