Skip to navigation – Site map
Dossier

L'impression  3 D au service du traitement de conservation-restauration d'une cruche en terre cuite gallo-romaine

Sophie Hawotte

Abstracts

Occasionally the traditional conservation methods don't allow to assemble some fragmentary objects. It is common the classic hand mounting, which objective is to get an overview of fragments assembled, fails. This has been the case for a terracotta jug whose fragments were deformed after his landfill. This paper describes how the manufacturing processes by adding material have favored the reassembly of a fragmented and incomplete archaeological jug.

Top of page

Full text

Introduction

1Les termes « impression  3 D » et « fabrication additive » sont synonymes. Ils désignent tous deux l'ensemble des procédés de fabrication par ajout de matière. Le récent engouement que suscite actuellement les « imprimantes  3 D », nous laisse souvent oublier qu'il ne s'agit pas d'une innovation aussi récente qu'il n'y paraît. Depuis plus de cinquante ans, la fabrication additive est développée et exploitée par l'ingénierie. Sa popularisation est le fait de la démocratisation et de la prolifération de matériels et de logiciels « open source ». Le marché de l'impression 3 D, à destination des particuliers, explose. Néanmoins, il ne s'agit pas de la seule technologie à s'immiscer peu à peu dans nos vies. L'impression  3 D entraîne avec elle un ensemble d'outils numériques. Ces « machines-outils », pilotées par ordinateur, sont classées en deux grandes catégories. Ainsi, on distingue la « fabrication additive » (procédé de fabrication par ajout de matière) et la « fabrication soustractive » (procédé de fabrication par élimination de matière). À ces deux catégories, s'ajoutent les systèmes de numérisation tridimensionnelle (les scanners 3 D).

  • 1 Hawotte, S., Les technologies de fabrication additive au service de la sauvegarde du patrimoine e (...)

2Le nombre de traitements de restauration, réalisés grâce à ces nouveaux outils numériques, croît d'année en année. En vue d'étendre la fabrication additive à la discipline de la conservation-restauration, j'ai réalisé un mémoire de fin d'études intitulé « Les technologies de fabrication additive au service de la sauvegarde du patrimoine et de sa transmission. L'impression  3 D à la portée du conservateur-restaurateur d'oeuvres d'art1 » (École nationale supérieure des Arts visuels de La Cambre).

3Afin de soutenir mes recherches, je me suis associée au centre Sirris (Centre Collectif de l'industrie technologique belge). Les échanges transdisciplinaires occupant une place prépondérante au sein de ma réflexion, j'ai préféré me tourner vers le domaine de l'ingénierie. Avec une quinzaine de systèmes de fabrication additive, Sirris se place à la pointe en Europe en matière de recherche. Un stage d'une année au sein de ce centre m'a permis d'appréhender les systèmes de fabrication additive de type industriel.

4Dans le cadre de mes recherches, je me suis intéressée plus particulièrement aux reconstitutions formelles et structurelles. En vue d'évaluer le potentiel offert par la numérisation et l'impression 3 D, la première phase de mon travail d'investigation a consisté à réaliser une série de tests sur des objets communs dont les problématiques ont été simulées (exemples : réalisation de comblements formels sur un pot de fleurs en terre cuite, réalisation d'un comblement formel sur une coupe en verre lacunaire, élaboration d'un renfort structurel en vue de remonter une figurine en porcelaine, reconstitution d'une anse manquante sur un pot à lait en porcelaine, etc.). Ces objets ont été choisis en fonction de différents critères tels que les matériaux (céramique et verre), la technique d'exécution, la forme, etc.

Fig 1 : Comblements virtuels

Fig 1 : Comblements virtuels

Capture d'écran dans le logiciel « Magics 17 » de la reconstitution virtuelle d'une figurine en biscuit de porcelaine.

© Sophie Hawotte.

Fig 2 : Intégration des comblements imprimés en 3 D

Fig 2 : Intégration des comblements imprimés en 3 D

Comblements imprimés en polyamide grâce au système de « Selective Laser Sintering » (SLS).

© Sophie Hawotte.

5Les résultats obtenus étant concluants, je me suis ensuite intéressée à des objets d'art dont les problématiques n'ont pas pu être résolues par les techniques traditionnelles de restauration. Cela a été le cas d'une cruche antique en terre cuite dont le traitement a été réalisé en collaboration avec l'École nationale supérieure des arts visuels de la Cambre, le centre Sirris et le département d'archéologie du Service public de Wallonie.

État de conservation

6La cruche en terre cuite a été découverte sur le site archéologique gallo-romain de Leuze-en-Hainaut. L'objet fragmentaire a été prélevé par le département d'archéologie du Service public de Wallonie. Les tessons ont été préalablement nettoyés, consolidés et assemblés par l'équipe de restaurateurs affiliés au site. Le remontage partiel de la cruche a mis au jour d'importants manques. Les déformations consécutives à l'enfouissement, les dimensions des lacunes ainsi que leur emplacement ont empêché le remontage complet de l'objet en vue de son éventuelle exposition au public. Afin de favoriser le remontage de la cruche, les restaurateurs avaient préalablement collé certains fragments. Cependant, les tentatives d'assemblage des différents groupes de tessons ainsi obtenu ont été vaines.

Fig 3  Cruche partiellement remontée

Fig 3  Cruche partiellement remontée

Cruche en terre cuite provenant du site archéologique gallo-romain de Leuze-en-Hainaut. Photographie prise après son traitement de conservation-restauration par l'équipe de restaurateurs du département d'archéologie du Service public de Wallonie.

© Sophie Hawotte.

7Le « montage à blanc » est un assemblage sans adhésif dont l'objectif principal est d'obtenir une vision globale de l'objet à remonter. Cette opération est très importante puisqu'elle permet d'évaluer l'ampleur ainsi que les difficultés du collage ultérieur. Ce remontage sans colle va également permettre de déterminer l'ordre dans lequel les tessons devront être collés. La principale difficulté du « montage à blanc » de la cruche a été de maintenir les tessons (ou groupes de tessons) les uns par rapport aux autres afin d'obtenir une vision globale de l'objet. Pour ce faire, nous ne disposions pas de suffisamment de moyens (de mains) pour soutenir l'entièreté des fragments. Ces manipulations, en plus d'être périlleuses et risquées pour la matière originelle, ne permettaient pas d'obtenir vision d'ensemble de la cruche assemblée.

8La pièce n'ayant pas pu être entièrement remontée par les méthodes traditionnelles de restauration (recherche des assemblages, montage à blanc, collage), la suite de son traitement a été incluse au sein de mes recherches. La première phase de l'expérience a consisté à numériser les différents fragments (et groupes de fragments) constituant l'objet. L'objectif visé par cette démarche est d'obtenir une empreinte numérique précise des tessons, et ce, afin de remonter virtuellement la cruche. Le modèle tridimensionnel ainsi obtenu pourra ensuite être exploité en vue d'élaborer un renfort interne sur mesure destiné à soutenir et à remonter l'objet originel.

Numérisation  3 D et remontage virtuel

9En vue d'élaborer diverses propositions de remontage, sans porter atteinte à la matière originelle, les fragments (et groupes de fragments) de la cruche ont été numérisés. Souhaitant obtenir un modèle virtuel précis, nous avons opté pour un scanner  3 D de haute résolution. Pour ce faire, nous avons employé le scanner  3 D à lumière structurée ATOS Compact Scan® de la firme GOM (mesures par méthodes optiques).

Fig. 4 Numérisation d'un groupe de fragments

Fig. 4 Numérisation d'un groupe de fragments

Scanner 3 D à lumière structurée ATOS Compact Scan® de la firme GOM.

© Sophie Hawotte.

Fig. 5 Détail en cours de numérisation 3 D

Fig. 5 Détail en cours de numérisation 3 D

Numérisation 3 D de la partie supérieure de la cruche gallo-romaine.

© Sophie Hawotte.

10Les scanners  3 D à lumière structurée projettent une série de franges de lumière sur l'objet à analyser. Ils calculent l'espace se trouvant entre le scanner et la surface de l'objet au moyen d'une triangulation trigonométrique. Le système examine la déformation des rayures projetées. Des cibles calibrées, préalablement placées sur l'objet, permettent au scanner de situer le modèle tridimensionnel dans l'espace. Ces points de référence fournissent des informations essentielles au logiciel associé au système. Ils déterminent, notamment, si l'objet se situe dans le volume de mesure qui correspond au plan de redressement focal des caméras. Les cibles assurent également le lien entre les mesures déjà effectuées et celles en devenir. Par recouvrement, l'appareil identifie les cibles connues entre deux captures consécutives et les repositionne correctement l'une par rapport à l'autre en fonction des cibles communes.

11Afin d'optimiser la numérisation de la cruche, nous avons employé un volume de mesure de 250 x 200 x 200 mm avec une résolution de 0,15 mm et une précision de 0,02 mm. Le scanner  3 D que nous avons utilisé ne mesure que la géométrie de l'objet. Il n'enregistre pas d'information sur la texture (la couleur).

12Une fois les différents fragments et groupes de fragments numérisés, nous avons procédé au remontage virtuel de la cruche. Une première tentative a été réalisée grâce à une opération de « Local Best-Fit ». Cet outil permet d'assembler deux surfaces grâce à des points de référence communs. Les usures et les manques présents sur les tranches des différents tessons rendant les groupes de fragments peu jointifs ; l'opération de « Local Best-Fit » a échoué. Nous avons alors opté pour un assemblage avec des outils de rotation et de translation interactifs présents dans le logiciel « Magics 17 ». Il s'agit d'un logiciel de réparation de maillage. Le maillage est la simplification géométrique d'un modèle en trois dimensions. Les hypothèses d'assemblage étant intuitives et approximatives, nous nous sommes considérablement aidée de la forme générale de l'objet ainsi que des fragments de la cruche originelle.

Fig. 6 Modèle virtuel de la cruche assemblée

Fig. 6 Modèle virtuel de la cruche assemblée

Capture d'écran prise dans le logiciel « Magics 17 ».

© Sophie Hawotte.

13Après plusieurs tentatives d'assemblage, nous sommes parvenue à une proposition formellement crédible. Nous avons alors procédé à la fusion des modèles numériques des différents fragments et groupes de fragments grâce à l'outil « Merge ». Cette opération a permis d'obtenir un seul et même modèle tridimensionnel de la cruche assemblée.

Élaboration virtuelle d'un renfort interne

14La seconde phase de l'expérience a consisté à exploiter le modèle tridimensionnel de la cruche remontée en vue de concevoir un renfort interne sur mesure. Ce renfort est destiné à soutenir les différents fragments (et groupes de fragments) lors du remontage ultérieur de l'objet originel. Grâce au logiciel « Magics 17 », deux parallélépipèdes rectangles ont été placés perpendiculairement au travers du modèle virtuel de la cruche. Une fois les deux parallélépipèdes correctement positionnés, nous avons procédé à une opération booléenne. L'emploi de cet outil a permis de soustraire virtuellement la cruche aux deux parallélépipèdes. De ce fait, nous avons obtenu un modèle tridimensionnel qui épouse parfaitement la forme interne de l'objet.

Fig. 7 Détail d'une opération booléenne (soustraction virtuelle de la cruche à l'un des deux

Fig. 7 Détail d'une opération booléenne (soustraction virtuelle de la cruche à l'un des deux

Capture d'écran prise dans le logiciel « Magics 17 ».

© Sophie Hawotte.

15Afin d'alléger la structure du futur renfort, le modèle ainsi obtenu a été ajouré au moyen d'opérations booléennes supplémentaires. Dans le but de renforcer le maintien de la partie supérieure de l'objet, deux cylin dres ont été placés aux extrémités supérieures et inférieures de l'intérieur de la panse. Ces cylindres ont été également soustraits au modèle tridimensionnel de la cruche, et ce, afin qu'ils en prennent l'empreinte. Selon le même procédé que celui évoqué précédemment, les deux cylindres ont été ajourés. Pour que la structure demeure la plus discrète possible, une partie de l'anneau supérieure a été découpée. Les différents éléments constituants le renfort ont ensuite été combinés (grâce à l'outil « Merge ») afin d'obtenir le modèle définitif.

Fig. 8 Renfort interne virtuel

Fig. 8 Renfort interne virtuel

Capture d'écran prise dans le logiciel « Magics 17 ».

© Sophie Hawotte.

 Fig. 9 Simulation virtuelle de la cruche remontée grâce au renfort interne

 Fig. 9 Simulation virtuelle de la cruche remontée grâce au renfort interne

Capture d'écran prise dans le logiciel « Magics 17 ».

© Sophie Hawotte.

Impression 3 D

  • 2 Berchon, M., Luyt, B., L'impression 3D, Paris : Eyrolles, 2013, pp. 24-27.

16Une fois le renfort virtuellement obtenu, nous avons choisi de le réaliser par fabrication additive (impression 3 D). Les procédés de fabrication additive ainsi que leurs variantes sont nombreux. La manière dont sont appliquées les couches successives de matière permet de les distinguer. Suite à de nombreux essais, nous avons retenu une technologie en particulier : la fusion du lit de poudre (frittage laser ou « Selective Laser Sintering »). Le frittage laser repose sur la fusion d'un matériau de base, se trouvant sous forme de poudre, grâce à un laser très puissant. La poudre, se trouvant dans un réservoir, est préalablement chauffée par la machine à une température se trouvant juste en dessous de son niveau de fusion. Elle est ensuite répartie sur une plate-forme au moyen d'un rouleau afin de former une couche très fine de 0,1 mm d'épaisseur. Le laser trace alors le dessin de l'objet déterminé par l'ordinateur. Les particules de poudre sont ensuite fondues les unes aux autres. Une fois la couche précédente achevée, le rouleau dépose une nouvelle couche de poudre que le laser vient fusionner à nouveau2.

17Le renfort de la cruche a été réalisé selon ce procédé au centre Sirris avec une poudre de polyamide (PA 2200) grâce au système « EOSINT P 390 » de la firme EOS. Le polyamide est le matériau de prédilection du frittage laser. Il s'agit d'un matériau stable et résistant.

Fig. 10 Renfort interne imprimé en 3 D

Fig. 10 Renfort interne imprimé en 3 D

Pièce réalisée en polyamide par frittage laser.

© Sophie Hawotte.

Remontage de la cruche en terre cuite

  • 3 Paraloïd B 72® (à 47% dissout dans de l'acétone avec un 1% de silice colloïdale). Copolymère de m (...)
  • 4 Paraloïd B 72® (à 15% dissout dans un mélange d'acétone et d'éthanol (85/15)). Copolymère de méth (...)

18La dernière étape du traitement a consisté à remonter la cruche à l'aide du renfort imprimé en 3 D. Pour ce faire, les fragments (et groupes de fragments) se trouvant au niveau du pied et de la panse de la cruche ont été collés au renfort interne grâce à une résine thermoplastique de type acrylique en solution3. Cette résine a été choisie en raison de ses propriétés : en plus d'une bonne stabilité et d'une bonne réversibilité, elle peut être réactivée à la chaleur. Cette propriété facilite le collage et l'ajustement des tessons. De plus, la dureté de la résine est moindre que celle de la céramique. En cas de mauvaises manipulations, le joint de colle cédera avant la matière originelle. Toutefois, cet adhésif permet tout de même un collage suffisamment résistant. En fonction de la porosité de la céramique, on peut faire varier la viscosité de la résine. Afin de préserver la matière originelle, la terre cuite se trouvant directement en contact avec le renfort en polyamide a été préalablement isolée avec cette même résine4.

19L'un des objectifs poursuivis par le remontage de la cruche est son éventuelle exposition. Par conséquent, un potentiel traitement ultérieur de comblement des lacunes a été pris en considération. Afin de favoriser la réintégration éventuelle des manques, la partie supérieure de la cruche n'a pas été collée au reste du corps de l'objet. Dans l’hypothèse où la cruche serait exposée sans comblements, la structure de soutien pourrait être colorée. Bien que le renfort interne permet de rétablir la lisibilité formelle de l'objet, il peut toutefois s’avérer visuellement gênant pour un public non averti. Le but de cette coloration (mise au ton, retouche) permettrait de rendre la structure plus discrète dans les parties ouvertes où elle demeure visible.

Fig. 11  Cruche remontée

Fig. 11  Cruche remontée

Cruche remontée grâce au renfort interne sur-mesure imprimé en 3 D.

© Sophie Hawotte.

Fig 12  Cruche remontée en deux parties

Fig 12  Cruche remontée en deux parties

Détail du renfort interne sur mesure et de la partie supérieure de la cruche amovible.

© Sophie Hawotte.

Conclusion

20Bien que l'assemblage virtuel s'est avéré plus complexe que prévu, la numérisation  3 D des fragments de la cruche a permis d'établir plusieurs propositions de remontage. L'assemblage virtuel des tessons a pallié aux principales problématiques auxquelles nous étions confrontés. Le remontage  3 D a permis de fixer les différents fragments dans l'espace. Les différents angles de vue offerts par la  3 D ont permis de vérifier la légitimité de nos hypothèses d'assemblage. Ainsi, nous avons constaté que nos premières propositions étaient erronées. La cruche ayant été façonnée par tournage, la lèvre et le pied sont censés suivre le même axe. Après avoir procédé par élimination, nous avons abouti à l'assemblage le plus vraisemblable.

21L'impression  3 D du renfort élaboré à partir du modèle tridimensionnel de la cruche assemblée a permis de remonter l'objet dans sa quasi-totalité. De nombreux fragments ont, de ce fait, été réintégrés. La lisibilité formelle de la cruche a, par conséquent, été rétablie. En ce sens, les objectifs visés par notre intervention ont été atteints.

22La concrétisation de mon mémoire de fin d'études, à l'École nationale supérieure des Arts visuels de La Cambre, m'a permis de prendre conscience qu'il existait déjà de nombreuses applications de la fabrication additive au sein de la sphère artistique. L'introduction des systèmes de fabrication additive à la sauvegarde et à la transmission du patrimoine n'est pas une préoccupation aussi récente et aussi limitée qu'il n'y paraît. Ces dernières années voient se multiplier les interventions et les communications portant sur ce sujet. Ma participation au workshop « 3-D scanning and 3-D printing in conservation », dirigé par Tonny Beentjes, m'a permis de rencontrer des professionnels affiliés au patrimoine. Ces derniers étaient réunis par un intérêt commun pour les nouvelles technologies. Un stage d'une année au département de fabrication additive du centre Sirris m'a donné un aperçu de la grande diversité des systèmes existants ainsi que de l'étendue de leurs possibilités.

23En ce qui concerne la faisabilité d'une telle intervention en termes de durée et de coût, il est évident que les technologies associées à la fabrication additive ne constituent pas une alternative rentable. L'emploi systématique des nouvelles technologies dans le cadre de la conservation-restauration des oeuvres d'art n'aurait aucun sens. La numérisation et l'impression  3 D ne doivent être envisagées que lorsque les méthodes traditionnelles atteignent leurs limites. Or, l’investissement que représente un tel matériel ne convient pas à un usage limité à seulement quelques cas exceptionnels. Il faut également prendre en considération les contraintes techniques que la numérisation des objets d'art requiert (transport, manipulations, emploi de cibles autocollantes, etc.). Leur manipulation nécessite presque inévitablement l'intervention de professionnels qualifiés dans le domaine de la numérisation 3 D. De plus, les objets d'art ne peuvent généralement pas être transportés loin de leur lieu de conservation sans la supervision des conservateurs qui en ont la charge. Cependant, il n'existe pas à ma connaissance d'entreprises spécialisées dans la numérisation, la modélisation et la reproduction des objets d'art. Par conséquent, il serait peut-être opportun d'envisager une nouvelle profession. Une nouvelle discipline qui serait l'intermédiaire entre la conservation-restauration des oeuvres d'art et les technologies affiliées à la fabrication additive. Cette discipline permettrait, entre autres, de garantir la sécurité des objets lors de leur numérisation et d'inclure au processus de restauration virtuelle la sensibilité et l'esprit critique propre à notre discipline. En ce sens, certains pensent d'ores et déjà qu'il serait bénéfique qu'au moins un des membres d'une équipe de conservation-restauration moderne ait suivi une formation substantielle dans ce domaine. Si toutefois, un traitement nécessite impérativement que l'on ait recourt à des professionnels de la fabrication additive ou soustractive ; les conservateurs-restaurateurs peuvent se tourner vers des entreprises possédant les outils et les machines nécessaires.

24La conservation-restauration des œuvres d'art est une tâche complexe pour laquelle les compétences et les connaissances pluridisciplinaires sont indispensables. Dans le cadre du traitement de la cruche gallo-romaine, l'ensemble du processus d'élaboration a été soutenu par Sirris (mise à disposition des machines et des logiciels, assistance, impression 3 D). L’entièreté de l'élaboration du renfort a nécessité cinq jours de travail. L'impression  3 D de la structure a été généreusement offerte par le centre Sirris. La fabrication par frittage laser du renfort, par une entreprise spécialisée, coûte aux environs de quatre cents euros. Il s'agit d'un coût non négligeable dont il faut tenir compte lorsque l'on souhaite se lancer dans un tel projet.

25Il est évident que le renfort interne de la cruche ne constitue qu'une infime partie du potentiel que présente la fabrication additive. Cependant, il permet de reconsidérer le travail du restaurateur sous un jour nouveau. L'expérience que j'ai acquise au cours de la réalisation de mon mémoire de fin d'études a étendu mon champ de réflexion hors des frontières de la conservation-restauration conventionnelle. Les résultats que j'ai obtenus m'encouragent à poursuivre dans cette voie et me confortent dans l'idée que la numérisation et l'impression  3 D sont de véritables atouts pour notre discipline.

Top of page

Notes

1 Hawotte, S., Les technologies de fabrication additive au service de la sauvegarde du patrimoine et de sa transmission. L'impression 3D à la portée du conservateur-restaurateur d'oeuvres d'art, Mémoire présenté en vue de l'obtention du titre de Master en Arts plastiques, visuels et de l'espace, ENSAV – La Cambre, 2014.

2 Berchon, M., Luyt, B., L'impression 3D, Paris : Eyrolles, 2013, pp. 24-27.

3 Paraloïd B 72® (à 47% dissout dans de l'acétone avec un 1% de silice colloïdale). Copolymère de méthacrylate d'éthyle et d'acrylate de méthyle.

4 Paraloïd B 72® (à 15% dissout dans un mélange d'acétone et d'éthanol (85/15)). Copolymère de méthacrylate d'éthyle et d'acrylate de méthyle.

Top of page

List of illustrations

Title Fig 1 : Comblements virtuels
Caption Capture d'écran dans le logiciel « Magics 17 » de la reconstitution virtuelle d'une figurine en biscuit de porcelaine.
Credits © Sophie Hawotte.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4865/img-1.jpg
File image/jpeg, 384k
Title Fig 2 : Intégration des comblements imprimés en 3 D
Caption Comblements imprimés en polyamide grâce au système de « Selective Laser Sintering » (SLS).
Credits © Sophie Hawotte.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4865/img-2.jpg
File image/jpeg, 580k
Title Fig 3  Cruche partiellement remontée
Caption Cruche en terre cuite provenant du site archéologique gallo-romain de Leuze-en-Hainaut. Photographie prise après son traitement de conservation-restauration par l'équipe de restaurateurs du département d'archéologie du Service public de Wallonie.
Credits © Sophie Hawotte.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4865/img-3.jpg
File image/jpeg, 636k
Title Fig. 4 Numérisation d'un groupe de fragments
Caption Scanner 3 D à lumière structurée ATOS Compact Scan® de la firme GOM.
Credits © Sophie Hawotte.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4865/img-4.jpg
File image/jpeg, 1016k
Title Fig. 5 Détail en cours de numérisation 3 D
Caption Numérisation 3 D de la partie supérieure de la cruche gallo-romaine.
Credits © Sophie Hawotte.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4865/img-5.jpg
File image/jpeg, 728k
Title Fig. 6 Modèle virtuel de la cruche assemblée
Caption Capture d'écran prise dans le logiciel « Magics 17 ».
Credits © Sophie Hawotte.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4865/img-6.jpg
File image/jpeg, 284k
Title Fig. 7 Détail d'une opération booléenne (soustraction virtuelle de la cruche à l'un des deux
Caption Capture d'écran prise dans le logiciel « Magics 17 ».
Credits © Sophie Hawotte.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4865/img-7.jpg
File image/jpeg, 312k
Title Fig. 8 Renfort interne virtuel
Caption Capture d'écran prise dans le logiciel « Magics 17 ».
Credits © Sophie Hawotte.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4865/img-8.jpg
File image/jpeg, 192k
Title  Fig. 9 Simulation virtuelle de la cruche remontée grâce au renfort interne
Caption Capture d'écran prise dans le logiciel « Magics 17 ».
Credits © Sophie Hawotte.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4865/img-9.jpg
File image/jpeg, 300k
Title Fig. 10 Renfort interne imprimé en 3 D
Caption Pièce réalisée en polyamide par frittage laser.
Credits © Sophie Hawotte.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4865/img-10.jpg
File image/jpeg, 1008k
Title Fig. 11  Cruche remontée
Caption Cruche remontée grâce au renfort interne sur-mesure imprimé en 3 D.
Credits © Sophie Hawotte.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4865/img-11.jpg
File image/jpeg, 732k
Title Fig 12  Cruche remontée en deux parties
Caption Détail du renfort interne sur mesure et de la partie supérieure de la cruche amovible.
Credits © Sophie Hawotte.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4865/img-12.jpg
File image/jpeg, 953k
Top of page

References

Electronic reference

Sophie Hawotte, « L'impression  3 D au service du traitement de conservation-restauration d'une cruche en terre cuite gallo-romaine », CeROArt [Online], EGG 5 | 2016, Online since 25 February 2016, connection on 20 October 2017. URL : http://ceroart.revues.org/4865

Top of page

About the author

Sophie Hawotte

Obtention du titre de Master en Conservation-restauration des Œuvres d'Art à l'École nationale supérieure des Arts visuels de La Cambre en juin 2014. Mémoire de fin d'études : « Les technologies de fabrication additive au service de la sauvegarde du patrimoine et de sa transmission. L'impression  3 D à la portée du conservateur-restaurateur d'œuvres d'art ». Responsable du Fab Lab de l'École nationale supérieure des Arts visuels de La Cambre depuis septembre 2014. sophie.hawotte@gmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org