Skip to navigation – Site map

En tournant autour du faux 

Les remparts d’Avignon
Georges Brunel

Abstracts

Built in the fourteenth century, remodelled several times, restored by Viollet-le-Duc in the nineteenth century: do the ramparts of Avignon have any claim to authenticity? It is tempting to say “absolutely not”. But this would mean ignoring the fact that authenticity is not an absolute term. It varies according to points of view, many of which exist and all of which must be examined. If we are to avoid sweeping statements, we must closely follow the path from an authentic monument to a restored ruin and then to a fake ruin.

Top of page

Full text

Introduction

1Trois monuments d’Avignon sont célèbres et résument l’image de la ville : le pont Saint-Bénézet, le palais des papes et les remparts. Ces derniers forment une enceinte continue bordée au nord et à l’ouest par le Rhône et qui au sud et à l’est isole le centre des faubourgs. Faire le tour de cette muraille est une agréable promenade, malgré la route qui la longe et déverse un flot constant de voitures.

  • 1  La bibliographie concernant les remparts d’Avignon est immense. Parmi les publications récentes, o (...)

2Si tout en marchant on s’amuse à observer le mur avec un peu d’attention, on rencontre quelques détails surprenants. À de certains endroits, les merlons semblent avoir été rasés de sorte que le haut des courtines forme une ligne continue au lieu d’être crénelée. Regarde-t-on plus en détail et on note que les corbeaux qui s’avancent entre les mâchicoulis ont des arêtes vives qui trahissent une taille récente ; ce n’est pas le temps qui les a rongésl’ont apprécié, selon une combinaison de valeurs qui n’a pas cessé d’évoluer. C’est cette question que l’on étudiera dans un second temps1.

Fig. 1 Avignon, rempart Saint-Lazare

Fig. 1 Avignon, rempart Saint-Lazare

Corbeaux refaits à neuf et qui ne soutiennent rien.

Photo © Georges Brunel.

3Plus loin des ouvriers sur un échafaudage finissent de remonter un pan de mur dont la nouveauté fait un contraste étrange avec le délabrement de ce qui l’entoure. Un panneau de chantier informe le public du coût de cette restauration et du temps que prendra le travail ; c’est ici que le doute surgit.

4À quoi s’applique, dans le cas présent, le mot de restauration ? On remet des pierres à un endroit où elles étaient tombées, mais celles que l’on remet sont neuves et la forme qu’elles reçoivent n’est pas celle que le monument devait avoir anciennement ; elle imite plutôt l’état ruineux où il est arrivé aujourd’hui. On pourrait dire qu’il s’agit d’un simple entretien, mais la quantité de matériau neuf est trop considérable pour ne pas rendre ce mot impropre. Reconstruction n’est pas satisfaisant non plus, car le terme implique une idée de liberté dans l’interprétation ; or le dessin d’un mur d’enceinte ne varie guère et la fantaisie d’un architecte, même imaginatif, n’a pas de quoi s’exercer. Parler de reconstitution semble plus approprié, mais il n’est pas facile de dire ce que l’on reconstitue, car reconstituer une ruine n’a pas grand sens.

5À ce point de ses réflexions, le promeneur attentif peut se demander si les maçons qui travaillent devant lui ne sont pas simplement en train de fabriquer un faux. On sait bien toutefois que le couple de notions que forment authentique et faux n’a pas de sens absolu et qu’un objet matériel n’est ni faux ni authentique ; il existe et la question de son authenticité ne se pose que par rapport à l’idée que l’on s’en fait et au jugement qu’on porte sur lui. Si l’on veut sortir de l’embarras où jette la vue des remparts d’Avignon et du traitement qu’ils subissent aujourd’hui, il faut donc éclaircir cette idée et préciser ce jugement. On doit pour cela se remémorer d’abord l’origine de ce monument et les vicissitudes qu’il a connues, en s’attachant principalement à l’histoire de sa conservation. Les interventions pratiquées au fil du temps reflètent en effet la manière dont les époques successives

Histoire des remparts

6La ville d’Avignon fut achetée par le pape Clément VI à la comtesse Jeanne de Provence en 1348, mais elle était devenue la résidence du chef de l’Église dès 1309, sous Clément V. C’est toute la cour pontificale qui s’établit alors sur les bords du Rhône, avec des centaines de dignitaires et une nuée de serviteurs, marchands, artisans, soldats et domestiques. La ville commença à déborder au-delà des anciennes fortifications, dont la ligne se suit encore dans le tracé actuel des rues. Pour protéger les quartiers récents, il fallait donc élever un nouveau rempart. Les bourgeois d’Avignon furent mis à contribution, sous forme de taxes ou de travail imposé. La construction, ordonnée par le pape, fut pour l’essentiel financée par la municipalité. Elle prit environ vingt ans, de 1357 à 1377. Cette enceinte consistait en un mur flanqué à intervalles réguliers de tours à peu près carrées, en forte saillie, et d’échauguettes plus basses et moins protubérantes. En avant du mur courait un fossé plein d’eau.

7En 1376, Grégoire XI transporta de nouveau en Italie la capitale de l’Église. Pendant la période du schisme, il y eut un pape à Avignon et un à Rome, jusqu’à l’élection de Martin V qui mit fin à ces temps troublés (1417). Le seul pape était désormais celui de Rome, mais Avignon ne perdit pas d’un seul coup l’importance qu’elle avait acquise et les remparts conservaient leur utilité. Aussi voit-on qu’ils ont été non seulement entretenus, mais modifiés et adaptés aux progrès de l’art de la guerre tout au long des XVe, XVIe et XVIIe siècles. C’est ainsi que, l’apparition de l’artillerie ayant rendu les tours carrées vulnérables, quelques-unes furent remplacées entre 1480 et 1500 par des tours rondes qui existent encore. Afin de mieux défendre les portes, on construisit à la fin du XVIe siècle des « ravelins », sortes de petits châteaux avancés qui sont aujourd’hui tous détruits. On les voit encore sur le plan que l’on trouve dans l’atlas de Frederik Willem van Loon, composé au milieu du XVIIe siècle.

Fig. 2 Braun et Hogenberg, Plan d’Avignon, 1575

Fig. 2 Braun et Hogenberg, Plan d’Avignon, 1575

Plan dit « Carte aux personnages »

Photo Wikimedia Commons.

Fig.3 Plan d’Avignon, de l’atlas Frederik Willem van Loon, 1649

Fig.3 Plan d’Avignon, de l’atlas Frederik Willem van Loon, 1649

De droite à gauche sont figurés celui de la porte Saint-Lazare, le ravelin de la porte Limbert et celui de la porte Saint-Michel. On peut y remarquer aussi les fossés qui existent encore sur presque tout le pourtour visible de l’enceinte.

Photo Wikimedia Commons.

8À partir du XVIIe siècle adviennent des modifications qui répondent à des préoccupations différentes, signe que le mur d’enceinte ne joue plus un rôle important dans la défense de la ville. La plus visible est le comblement des fossés. Sur le terrain ainsi gagné, la municipalité établit des promenades qui étaient très prisées des Avignonnais au XVIIIe siècle. Cela ne pouvait manquer d’altérer l’aspect des remparts, en bouleversant leurs proportions et leur rapport avec l’espace environnant. En plusieurs endroits, les merlons furent rasés, ce qui contribua à changer la silhouette du monument. D’autre part on aménagea de nouvelles portes du côté du Rhône. Jusqu’au milieu du XIXe siècle, la principale voie d’accès à Avignon, pour les voyageurs comme pour les marchandises, fut en effet le fleuve. L’endroit du débarquement déterminant la première impression produite par la ville sur les visiteurs, il était normal d’en soigner l’aspect. Deux de ces entrées subsistent, la porte du Rhône et la porte de la Ligne. L’une et l’autre sont dues à Jean-Pierre Franque (1718-1810) et datent des années 1755-1760. Les Franque sont une dynastie d’artistes ; ils ont construit à neuf ou aménagé de nombreux édifices en Provence et dans le Languedoc.

9La plus spectaculaire de ces deux portes est celle de la Ligne ; elle est aussi caractéristique de son temps.

Fig. 4 Avignon, Porte de la Ligne

Fig. 4 Avignon, Porte de la Ligne

La porte fut édifiée par Jean-Baptiste et Jean-Pierre Franque en 1757.

Photo © Georges Brunel.

10Contrairement à l’ancienne porte qu’elle a remplacée, elle se dresse au débouché d’une rue qui mène vers le centre. Elle est faite d’un arc en plein cintre qui s’ouvre dans un mur à refends sur lequel est plaqué un cadre formé par un entablement et deux pilastres toscans qui le soutiennent. Par rapport à la courtine, l’ensemble forme une saillie amortie par deux quarts de cercle de sorte qu’on a l’impression d’un édicule autonome inséré dans le vieux rempart. L’architecture en est sévère, comme il convient aux portes de ville dans la théorie du XVIIIe siècle. Il est clair qu’elle a un rôle de représentation et non de défense. La fonction symbolique a pris le pas sur la fonction pratique.

11Rattachée à la France en 1791 et devenue chef-lieu de département, Avignon n’avait plus besoin au XIXe siècle de se prémunir contre des agressions. Les remparts ont néanmoins été considérés comme un ouvrage militaire jusqu’en 1821. Après cette date, ils sont devenus propriété de la ville, ce qui n’a pas toujours contribué à leur préservation. Le réseau des voies ferrées se développait alors sur tout le pays. La ligne reliant Paris à Marseille devait desservir Avignon et les ingénieurs chargés de la construire jugèrent à propos de la faire passer le long du Rhône. Le conseil municipal approuva ce tracé malgré les conséquences qu’il aurait eues (1844). L’étroitesse du terrain obligeait en effet à démolir toute la partie du rempart longeant le fleuve et à percer par un tunnel le rocher des Doms, impossible à contourner. Le désir d’apparaître comme des esprits modernes l’emporta sur l’attachement au passé de la ville. Une partie des Avignonnais poussa toutefois des clameurs. Pour les apaiser, on imagina de border le tracé du futur chemin de fer par un talus qui aurait été couronné d’un mur crénelé, rappelant la silhouette du rempart détruit. Il n’est pas sûr que la campagne de presse encouragée par Mérimée, alors inspecteur général des Monuments historiques, aurait eu raison de ce projet bizarre si un renversement de majorité n’avait pas fait tomber l’équipe municipale qui le soutenait (1847).

  • 2  Viollet-Le-Duc, E.-E., Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, 10 (...)

12Après la destruction projetée allait venir le temps de la restauration. Négligée depuis le début du XIXe siècle, l’enceinte donnait cinquante ans plus tard beaucoup de signes de faiblesse. Le chantier de restauration fut confié en 1860 à Viollet-le-Duc (1814-1879). Selon sa méthode, l’illustre architecte se livra à une étude minutieuse des ouvrages qu’il devait traiter. De nombreux dessins, dont une partie a servi à illustrer les articles du Dictionnaire consacrés à l’architecture militaire du Moyen Âge, montrent le soin qu’il apportait à sa documentation2. Le travail pratique, interrompu après 1868, s’est étendu à la moitié environ des remparts sud, depuis le fleuve jusqu’à la porte Saint-Michel, et à la porte Saint-Lazare, à l’extrémité orientale de la ville.

13Les restaurations de Viollet-le-Duc se présentent sous plusieurs aspects selon la partie qu’elles concernent. On se rappelle le principe général énoncé dans l’article « Restauration » du Dictionnaire de l’architecture (t. VIII, 1866, p. 14) : « Le mot et la chose sont modernes. Restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir, le réparer ou le refaire, c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné. » Le travail mené sur les remparts d’Avignon est dans certains endroits une reconstitution. C’est ainsi que Viollet-le-Duc a rétabli une longue partie de mur en reproduisant les formes attestées par les secteurs bien conservés. Mais ailleurs il a pris un parti plus hardi. Deux portes, la porte Saint-Roch et la porte Saint-Lazare, qu’il fallait adapter aux nécessités de la circulation, ont été recréées dans un style qui suit le modèle des murailles existantes, mais avec des dispositions toutes nouvelles.

Fig. 5 Avignon, porte Saint-Roch

Fig. 5 Avignon, porte Saint-Roch

La porte fut reconstruite par Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc.

Photo © Georges Brunel.

14Quant à la porte dite aujourd’hui porte de la République, qui fait face à la gare ferroviaire et encadre l’avenue qui conduit droit à l’hôtel de ville en perçant la ville ancienne, c’est un ouvrage d’un genre inconnu à l’architecture médiévale. Il en sera question plus loin.

  • 3  Délibération du conseil municipal du 19 septembre 1895, citée par CLAP et HUET (v. note 1), p. 43, (...)

15La conservation des remparts fut une nouvelle fois menacée à la fin du XIXe siècle. Avignon avait alors avec Joseph Pourquery de Boisserin (1852-1920) un maire entreprenant et énergique. Il se battit avec ténacité pendant les quinze années de son mandat (1888-1903) pour parvenir à la démolition de l’enceinte qui était réputée étouffer la ville et empêcher son développement vers le sud. C’est à présent l’administration des Monuments historiques qui empêchait la destruction. Transgressant hardiment la loi, le maire fit ouvrir plusieurs brèches qui forment toujours des trous béants dans la vieille muraille, mais il ne put aller au delà. Curieusement, la toute récente restauration de Viollet-le-Duc lui servit d’argument pour venir à bout de ces remparts, « imitation du vieux3 ». Prétexte, la chose est sûre, mais la question du faux apparaît ici en pleine lumière avec les jugements de valeur qu’elle implique.

Réparer, restaurer, modifier : l’authentique et le faux

16Si une chose est sûre, c’est que, dans leur état actuel, les remparts d’Avignon ne conservent à peu près rien de leur état originel. Les adaptations, remaniements et restaurations qui se sont succédé en plus de six siècles en ont fait disparaître toute trace. S’il subsiste en quelques endroits des pierres déjà employées dans la plus ancienne construction, elles ont été réutilisées comme du matériau brut et ne portent plus aucun caractère d’authenticité. Mais le seul critère de l’authentique et du faux est-il la permanence du matériau ? La réponse passe par un examen des divers points de vue que l’on a pris dans l’histoire et que l’on peut aujourd’hui prendre sur ce monument : son utilité pratique, les souvenirs qu’il transmet et les significations dont on le charge.

17L’enceinte d’Avignon a eu au cours de son histoire plusieurs fonctions pratiques. La fonction défensive est en effet la plus apparente, mais pas la seule ; on ne peut pas négliger la fonction fiscale et la fonction hydrographique. Cette dernière a encore une certaine importance de nos jours. Avignon est en effet situé juste en amont du confluent du Rhône et de la Durance, deux fleuves sujets à des crues soudaines et violentes. Que le débit de l’un ou de l’autre vienne à croître et l’eau envahit la ville. Quelques inondations se sont signalées par leur ampleur : 1755, 1840, 1856. De cette dernière catastrophe, plusieurs célèbres photographies d’Édouard Baldus (1813-1889) nous ont laissé le témoignage.

Fig. 6 Avignon, les inondations de 1856

Fig. 6 Avignon, les inondations de 1856

Photographie d’Édouard Baldus.

Photo Wikimedia Commons.

18Les remparts ne jouent pas à proprement parler le rôle d’une digue, mais ils retiennent au moins une partie du flot et limitent ses dégâts. Après le terrible épisode de 1856 où l’on vit Napoléon III, en visite dans la ville en détresse, accoster en barque au perron de Saint-Agricol, un renforcement de la muraille parut indispensable. Il fut confié au service des Ponts et Chaussées qui doubla la base des murs du côté de la ville, sur une hauteur d’environ trois mètres, de manière qu’elle résiste mieux à la poussée de l’eau. C’est à coup sûr une modification de taille, mais on ne peut pas parler de falsification. Ce renfort, qui n’est d’ailleurs pas visible de l’extérieur, n’a pas été traité d’une manière telle qu’on soit exposé à le prendre pour autre chose que ce qu’il est. Le rôle protecteur des remparts n’est toujours pas à négliger de nos jours, mais il n’est plus de première importance, le cours des fleuves étant en principe contrôlé par d’autres moyens.

Fig. 7 Avignon, rempart Saint-Dominique

Fig. 7 Avignon, rempart Saint-Dominique

Talus de renfort contre la poussée des eaux.

Photo © Georges Brunel.

19Dans un temps où l’entrée des marchandises dans une ville était grevée d’une taxe, les remparts ont aussi joué le rôle de barrière fiscale, fonction pratique qui s’est prolongée bien plus tard que la fonction militaire puisque l’octroi ne fut aboli qu’en 1943. Mais elle n’a pas laissé de traces, car les guérites jadis construites pour abriter les receveurs ont toutes été détruites ; on ne les connaît que par d’anciennes images, dessins ou photographies. Elles se présentaient comme de modestes abris dont ni l’édification, ni la démolition n’étaient de nature à altérer les parties de mur qu’ils jouxtaient. Si l’administration municipale qui encaissait le revenu des taxes a trouvé son intérêt dans la conservation de l’enceinte, elle n’avait aucune raison d’y toucher, sauf pour boucher les trous par où passaient les marchandises clandestines. Les altérations subies par le monument et qui peuvent compromettre son authenticité ne sont donc pas imputables à ces fonctions pratiques, barrière contre les eaux ou contre les contrebandiers, lesquelles ne sont en fin de compte que des prolongements de sa fonction défensive.

  • 4  Riegl, A., Der moderne Denkmalkultus, sein Wesen und seine Entstehung, Vienne, Braumüller, 1903 ; (...)
  • 5  Viollet-Le-Duc, E.-E., Essai sur l'architecture militaire au Moyen Âge, Paris, Bance, 1854 ; voir (...)

20Riegl nous a appris que les souvenirs transmis par les monuments sont de deux sortes. Les uns se rapportent à des faits précis et datables et nous procurent des connaissances sur le passé ; les autres provoquent les émotions diffuses, teintées de bonheur ou de tristesse, qui se lient au sentiment de la fuite du temps4. Les uns relèvent de la sphère intellectuelle, les autres de la sphère affective. Comme documents utiles à l’histoire et en particulier à celle de l’architecture militaire, les remparts d’Avignon ne semblent avoir intéressé personne jusqu’à Viollet-le-Duc. Avant même de s’occuper de leur restauration, il les avait étudiés dans son Essai sur l’architecture militaire : il les y compare avec les enceintes d’autres villes, analyse la structure de leur système défensif, y dégage les traits communs d’une famille méridionale et souligne leur faible valeur militaire5. C’est le travail, nouveau pour son époque, d’un chercheur qui s’avance dans un domaine peu exploré et réunit un dossier où les édifices sont des témoins dont les dépositions permettront de fonder avec plus ou moins de solidité une connaissance. La nouveauté n’est pas dans la méthode : on sait bien que dès l’Antiquité les historiens ont voulu appuyer leur travail sur des documents authentiques, c’est-à-dire irréfutables, que ce soient des écrits ou des objets. Si Viollet-le-Duc innove, c’est en appliquant à l’étude du Moyen Âge une démarche depuis longtemps éprouvée dans le domaine de l’histoire et de l’archéologie grecque et romaine.

  • 6  Millin, A.-L., Voyage dans les départements du midi de la France, 5 vol., Paris, Imprimerie impéri (...)
  • 7  Stendhal, Mémoires d'un touriste (1838); éd. consultée:  Mémoires d'un touriste par de Stendhal (H (...)

21Tout autre est l’intérêt qui s’attache aux monuments anciens pour qui s’abandonne à leur pouvoir de suggestion. Ce n’est plus alors tel ou tel renseignement précis qui est recherché, mais le sentiment vague excité par la vue d’un objet qui a traversé des années, éventuellement des siècles, et des traces que le temps a laissées sur lui. Cette disposition à se laisser charmer par l’évocation d’un temps révolu apparaît à la fin du XVIIIe siècle. Visitant la France méridionale en 1804-1805, Aubin-Louis Millin (1759-1819) a écrit à propos des remparts d’Avignon : « Le temps a donné à ces pierres si égales, si bien jointes et si bien polies, une teinte brunâtre qui augmente encore l’effet de l'ensemble. Aucune autre ville du Moyen Âge n'a une enceinte aussi élégante ; et c'est, sous ce rapport, un véritable monument de l’art ; mais ce serait une faible ressource dans le danger. On peut dire de ces murs si beaux, si réguliers, qu’ils servent de parade, et non pas de défense6. » Ce passage si agréablement tourné a été recopié par Stendhal trente ans plus tard dans les Mémoires d’un touriste7.

  • 8  Notes, circulaires et rapports sur le service de la conservation des monuments historiques, Paris, (...)

22Le point de vue du savant et celui de l’amoureux du passé produisent en pratique le même effet qui est une attitude de respect devant l’objet ancien. Les bouleversements causés par les héros de la cause moderne sont redoutés par l’un comme la dispersion de sa bibliothèque et par l’autre comme le saccage de son jardin. C’est une défiance qui n’est pas le propre des particuliers ; une partie de l’administration en a fait sa doctrine. C’est ainsi qu’apparaissent dans la première moitié du XIXe siècle les premières institutions vouées à la conservation des reste du passé, édifices, œuvres d’art et objets de collection. On peut lire dans les Circulaires et rapports du service des Monuments historiques une note du 15 mai 1846 qui prend parti dans la bataille évoquée plus haut entre les ingénieurs du chemin de fer appuyés par le maire et les défenseurs de l’enceinte médiévale : « Ces vieilles murailles couronnées de créneaux et de mâchicoulis, qui rendent si pittoresque l'aspect de la ville, seraient remplacées par une chaussée. La Commission regarderait comme un malheur public la destruction de cette belle enceinte [ ... ] Les Avignonnais ont à leurs portes un exemple des inconvénients de cette fatale manie de nos jours, qui sacrifie le passé au présent. Carpentras, qui grâce à ses remparts passait autrefois pour une des plus jolies villes de l’ancien Comtat Venaissin, les a démolis depuis peu [ ... ]8 ».

  • 9  Riegl, A., Der moderne Denkmalkultus, sein Wesen und seine Entstehung, Vienne, Braumüller, 1903 ; (...)

23Le goût de la découverte historique peut, s’il se combine avec l’attrait élémentaire que tout individu éprouve pour ce qui est propre, intact et neuf, inciter à des interventions nuisibles pour le caractère authentique de l’objet ou du monument restauré. De violentes controverses se sont déchaînées tout au long du XIXe siècle autour des restaurations qui ambitionnent de rétablir de prétendus états primitifs. Les entreprises de ce genre ne manquent pas dans la carrière de Viollet-le-Duc et l’enceinte d’Avignon en fournit une illustration. Comme on l’a vu plus haut, cet esprit pourtant méthodique a suivi ici une ligne de conduite flexible. Tantôt il reconstitue, ou selon le langage cher à l’administration des Monuments historiques, il « restitue » les parties manquantes. Les endroits ainsi traités ne sont plus authentiques en tant que murailles du XIVe siècle. Les informations historiques que l’on peut y puiser ne concernent que l’architecture et les techniques de restauration dans les années 1860. Soutenir que le monument qui a retrouvé un état complet a gagné en valeur historique est un faux semblant ; en réalité, il a été transformé en outil pédagogique. Riegl et, plus récemment, Françoise Choay, ont montré que si ces reconstitutions peuvent avoir leur intérêt, c’est à condition de ne pas falsifier les originaux, et qu’on devrait les édifier sur d’autres emplacements9.

24Il est plus difficile de qualifier le travail de Viollet-le-Duc à la porte de la République. Il faisait face au même problème que les Franque cent ans plus tôt à la porte de la Ligne : ouvrir dans le vieux rempart une porte à fonction de représentation et non de protection. Or les solutions adoptées par l’un et par les autres reposent sur des principes opposés, dont le contraste montre bien le changement des vues propres à chaque époque. Les architectes du XVIIIe siècle ont découpé le tissu ancien du mur pour y insérer un objet nouveau construit dans le style de leur temps. L’accord avec les parties voisines résulte d’un jeu sur les volumes et les lignes et non d’une intention mimétique. La porte ouverte par Viollet-le-Duc ne cherche pas à passer pour une construction du Moyen Âge, mais elle en reprend le vocabulaire pour formuler ce qu’un architecte du XIVe siècle aurait pu produire en réponse au même programme.

Fig. 8 Avignon, porte de la République

Fig. 8 Avignon, porte de la République

Restauration par Viollet-le-Duc, 1863.

Photo © Georges Brunel.

25Ce faisant il émet une supposition plus qu’hasardeuse, mais son idée est bien de se donner un esprit médiéval pour résoudre un problème contemporain. La langue d’emprunt qu’il a ainsi forgée produit le même effet que le prétendu français ancien dans lequel Balzac avait écrit trente ans plus tôt les Contes drolatiques. Par rapport au Moyen Âge, il n’y a rien de plus faux. En revanche c’est un pur XIXe siècle que l’on rencontre là, dans ce qu’il a produit de plus authentique.

Conclusion

26De mur de défense, l’enceinte d’Avignon a progressivement évolué pour devenir un témoignage historique et une relique de l’ancien temps. Aujourd’hui elle n’est plus qu’un ornement, telle une fausse ruine dans un jardin.

Fig. 9 Avignon, rempart Saint-Lazare

Fig. 9 Avignon, rempart Saint-Lazare

Les remparts, élément paysager?

Photo © Georges Brunel.

27Tant qu’elle a conservé ses fonctions pratiques, on ne peut pas dire que les transformations qu’elle a subies, aussi profondes qu’elles aient été, en aient altéré l’authenticité. Le problème ne commence à se poser qu’avec le XIXe siècle et le début des restaurations. Il peut en fin de compte se résumer d’une manière simple : quand on restaure, que restaure-t-on ? Ou, pour dire la chose autrement : quelle vérité veut-on que la restauration fasse apparaître ? Dès ce moment, la voie des falsifications est ouverte. Un monument, dans sa longue histoire, se charge nécessairement de plusieurs vérités qui se superposent et s’enchevêtrent. Le modeste travail qui se poursuit, année après année, pour remédier aux accès de faiblesse de cette antique fortification, sans autre prétention que de stabiliser l’état actuel, est probablement la meilleure réponse à la question de la vérité. Selon le mot de Pirandello : Non c’è verità.

Fig. 10 Avignon, rempart Saint-Michel

Fig. 10 Avignon, rempart Saint-Michel

Restauration par Viollet-le-Duc et travaux de 2012.

Photo © Georges Brunel.

Top of page

Notes

1  La bibliographie concernant les remparts d’Avignon est immense. Parmi les publications récentes, on peut consulter Girard, J., Évocation du vieil Avignon, Paris, éditions de Minuit, 1958 et CLAP, S. et HUET, O., Les Remparts d'Avignon, Avignon, Bénezet, 2005.

2  Viollet-Le-Duc, E.-E., Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, 10 vol., Paris, B. Bance (A. Morel), 1854-1868. Les principaux passages relatifs aux remparts d’Avignon sont à chercher t. I, p. 390 ; t. V, p. 124 et 552 ; t. VI, p. 208 et 393-395 ; t. IX, p. 101.

3  Délibération du conseil municipal du 19 septembre 1895, citée par CLAP et HUET (v. note 1), p. 43, n. 127.

4  Riegl, A., Der moderne Denkmalkultus, sein Wesen und seine Entstehung, Vienne, Braumüller, 1903 ; éd. consultée : Le Culte moderne des monuments, son essence et sa genèse, Paris, Seuil, 1984, coll. Espacements.

5  Viollet-Le-Duc, E.-E., Essai sur l'architecture militaire au Moyen Âge, Paris, Bance, 1854 ; voir en particulier les p. 124-130.

6  Millin, A.-L., Voyage dans les départements du midi de la France, 5 vol., Paris, Imprimerie impériale, 1807-1811 ; le passage cité est au t. II, p. 161.

7  Stendhal, Mémoires d'un touriste (1838); éd. consultée:  Mémoires d'un touriste par de Stendhal (Henry Beyle), nouvelle édition revue et augmentée [ ... ], Paris, Calmann Lévy, 1891 ; le passage cité est au t. I, p. 219.

8  Notes, circulaires et rapports sur le service de la conservation des monuments historiques, Paris, Imprimerie impériale, 1862 ; voir les p. 89 et 129.

9  Riegl, A., Der moderne Denkmalkultus, sein Wesen und seine Entstehung, Vienne, Braumüller, 1903 ; éd. consultée : Le Culte moderne des monuments, son essence et sa genèse, Paris, Seuil, 1984, coll. Espacements, p. 79 ; choay, F., L’Allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1992, p. 184-185.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 Avignon, rempart Saint-Lazare
Caption Corbeaux refaits à neuf et qui ne soutiennent rien.
Credits Photo © Georges Brunel.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2927/img-1.jpg
File image/jpeg, 928k
Title Fig. 2 Braun et Hogenberg, Plan d’Avignon, 1575
Caption Plan dit « Carte aux personnages »
Credits Photo Wikimedia Commons.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2927/img-2.jpg
File image/jpeg, 412k
Title Fig.3 Plan d’Avignon, de l’atlas Frederik Willem van Loon, 1649
Caption De droite à gauche sont figurés celui de la porte Saint-Lazare, le ravelin de la porte Limbert et celui de la porte Saint-Michel. On peut y remarquer aussi les fossés qui existent encore sur presque tout le pourtour visible de l’enceinte.
Credits Photo Wikimedia Commons.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2927/img-3.jpg
File image/jpeg, 4.3M
Title Fig. 4 Avignon, Porte de la Ligne
Caption La porte fut édifiée par Jean-Baptiste et Jean-Pierre Franque en 1757.
Credits Photo © Georges Brunel.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2927/img-4.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Fig. 5 Avignon, porte Saint-Roch
Caption La porte fut reconstruite par Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc.
Credits Photo © Georges Brunel.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2927/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 6 Avignon, les inondations de 1856
Caption Photographie d’Édouard Baldus.
Credits Photo Wikimedia Commons.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2927/img-6.jpg
File image/jpeg, 228k
Title Fig. 7 Avignon, rempart Saint-Dominique
Caption Talus de renfort contre la poussée des eaux.
Credits Photo © Georges Brunel.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2927/img-7.jpg
File image/jpeg, 1.9M
Title Fig. 8 Avignon, porte de la République
Caption Restauration par Viollet-le-Duc, 1863.
Credits Photo © Georges Brunel.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2927/img-8.jpg
File image/jpeg, 1.9M
Title Fig. 9 Avignon, rempart Saint-Lazare
Caption Les remparts, élément paysager?
Credits Photo © Georges Brunel.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2927/img-9.jpg
File image/jpeg, 1.9M
Title Fig. 10 Avignon, rempart Saint-Michel
Caption Restauration par Viollet-le-Duc et travaux de 2012.
Credits Photo © Georges Brunel.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2927/img-10.jpg
File image/jpeg, 1.9M
Top of page

References

Electronic reference

Georges Brunel, « En tournant autour du faux   », CeROArt [Online], HS | 2013, Online since 07 February 2013, connection on 22 September 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2927

Top of page

About the author

Georges Brunel

Georges Brunel, ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé de lettres classiques, conservateur général du patrimoine, honoraire, s’est principalement intéressé à l’art du XVIIIe siècle (Boucher, 1986, Tiepolo, 1995, exposition et colloque Piranèse et les Français, 1976 et 1980). En tant que conservateur des objets d’art des églises de la Ville de Paris, il a dirigé de nombreux chantiers de restauration. Premier directeur des études de restauration à l’École nationale du patrimoine (1995-1998), il a mis l’expérience ainsi acquise au service de la formation des restaurateurs. Il continue à y enseigner la théorie et l’histoire de la restauration.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org