Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Octave Debary et Laurier Turgeon (sous la direction de), Objets & Mémoires

Noémie Drouguet
Bibliographical reference

Octave Debary et Laurier Turgeon, Laurier (sous la direction de), Objets & Mémoires, Paris, Québec, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Presses de l’Université Laval, 2007.

Full text

1Lorsque le passé s’y loge, les objets de la vie quotidienne éveillent des sensations particulières – passion, haine, dégoût, peur… - et se muent en support de la mémoire en se parant de valeurs biographiques. Les œuvres d’art, les monuments, les livres, les photographies… sont investis d’un rôle privilégié dans la mise en mémoire de l’histoire. Les initiatives patrimoniales se font nombreuses : les institutions, telles que les musées, qui proposent de raconter l’histoire par la culture matérielle ne cessent de croître. Les relations multiples, parfois ambiguës ou paradoxales, qui s’établissent entre les hommes et les objets sont interrogées par une douzaine d’auteurs, selon des perspectives originales, témoignant de la vitalité de la recherche en sciences sociales concernant le domaine des objets matériels.

2Les différentes contributions offrent des perspectives variées mais toutes proposent une réflexion sur la relation des objets à la mémoire et à la constitution de l’histoire et montrent, d’une façon générale, que les objets sont au cœur des rapports sociaux. Les études épistémologiques voisinent avec des analyses historiques, sémiologiques ou artistiques. Quelques auteurs proposent des études de cas, parfois assez surprenantes, comme Michèle de La Pradelle et Emmanuelle Lallemant qui se penchent sur la disparition, à travers le phénomène « Paris-Plage », qui met en scène un objet absent. L’objet de seconde main est au centre de deux contributions étonnantes également, celle d’Octave Debary, qui s’intéresse aux échanges et aux transmissions dans des friperies québécoises, et de Thierry Paquot, qui raconte la valeur d’histoire inscrite dans les livres d’occasion.

3Le texte de Gérard Lenclud, intitulé « Être un artefact » est particulièrement stimulant et interpellant. Avec une plume savoureuse et enjouée, l’auteur livre un véritable puzzle ontologique illustré de nombreux exemples, aussi réels que la pelle à neige de Duchamps et aussi fictifs qu’une autre pelle à neige d’un musée d’ethnographie devenu musée d’art – toute ressemblance avec des personnes ou des institutions existantes ou ayant existé serait purement fortuite. A la question de l’identité fondamentale de l’artefact, Lenclud répond qu’il est en définitive ce que les hommes en disent et en pensent et qu’il faut accorder aux objets le droit d’avoir des vies multiples. Qu’advient-il de l’objet lorsqu’il change de fonction ? Est-il toujours celui qu’il était ou devient-il un autre ? Le texte retient particulièrement l’attention du muséologue ou du conservateur-restaurateur car les problématiques qu’il traite sont celles rencontrées dans toute réflexion sur le patrimoine. Le lecteur reste cependant sur sa faim en ce qui concerne la fonction esthétique, « privilège » de l’objet d’art par rapport aux autres fonctions signifiantes qui sont attribuées aux autres artefacts.

4Jean-Philippe Uzel questionne quant à lui la supposée disparition de l’objet en art contemporain au profit d’un sens lié à la contextualisation de l’art. Usant d’une approche sociologique, l’auteur réinterroge également les ready-made et le nouveau rapport à la mémoire instauré par les œuvres de l’art contemporain.

5Pointons encore l’article de celui qui fut le conservateur du Musée d’Ethnographie de Neuchâtel et l’inventeur de la « muséologie de la rupture ». Jacques Hainard, dont on sait qu’il préfèrerait brûler ses collections plutôt que d’en devenir l’esclave, propose le point de vue du muséographe sur la mémoire de l’objet. Sans nier cette dernière, le concepteur d’une exposition utilise l’objet et ses restes de mémoire dans un processus d’écriture et de réécriture de l’histoire au présent. L’auteur souligne le dialogue nécessaire entre la mémoire de l’objet et le traitement que lui réserve le muséographe.

6Esquissant par quelques touches contrastées le dialogue entre les hommes et les choses, cet ouvrage met en évidence les champs du questionnement et procure une foule d’éléments à même d’enrichir et d’approfondir une réflexion sur l’objet et la part qu’il tient dans l’histoire des hommes.

Top of page

References

Electronic reference

Noémie Drouguet, « Octave Debary et Laurier Turgeon (sous la direction de), Objets & Mémoires », CeROArt [Online], 1 | 2007, Online since 15 October 2007, connection on 21 November 2017. URL : http://ceroart.revues.org/599

Top of page

About the author

Noémie Drouguet

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org