Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

André Gob, Des musées au-dessus de tout soupçon

Paris, Armand Colin, 2007
Christine Dupont
Bibliographical reference

André Gob, Des musées au dessus de tout soupçon, Paris : Armand Colin, 2007.

Full text

1Avec son remarquable manuel de muséologie (publié avec Noémie Drouguet), André Gob nous avait habitués à diffuser une information foisonnante et diversifiée, tout en interpellant le lecteur sur le rôle du musée aujourd'hui, sans aucune langue de bois. Même s'il traite - essentiellement - du passé, son nouvel ouvrage va dans le même sens. Bien sûr, il ne s'agit pas ici d'un manuel. Le livre se présente pourtant comme une réflexion didactique sur le rôle des musées en temps de guerre. L'auteur pose d'emblée ses limites : il n'entend pas faire un travail d'histoire, mais souhaite présenter plutôt une réflexion de muséologie. Pour cette raison, il privilégie une approche thématique qui s'égrène au fil de huit chapitres.

2Le premier chapitre apparaît comme une mise en perspective du sujet, à travers le récit de trois moments historiques qui sortent, pour deux d'entre eux, de la période d'ensemble retenue pour l'ouvrage (de la Révolution française à nos jours). Ces récits s'arrêtent sur le sac de Constantinople (1204), celui de la bibliothèque palatine d'Heidelberg (1622) et sur la personnalité de Göring. Dans le chapitre suivant, A. Gob décrit les "désastres de la guerre", à savoir les conséquences physiques et matérielles des conflits sur l'intégrité des collections (les dégâts dus aux combats, la protection du patrimoine, le vol, le vandalisme, etc.). L'auteur s'attache ensuite (chapitres 3 et 4) aux butins de guerre, saisies et spoliations en œuvres d'art et objets de musée, pour deux périodes particulières : la Révolution française et la Seconde Guerre mondiale et les spoliations des biens juifs qui l'ont précédée. Le chapitre 5 est consacré au marché de l'art qui n'est jamais aussi florissant que pendant les guerres. A. Gob met ensuite en scène quelques discours et actes qui, au nom du patriotisme, ont parfois fait des musées des instruments au service de l'une ou l'autre politique particulière. Enfin, il analyse toute l'épineuse question des restitutions qui se pose "après la bataille" et qui, dans certains cas issus notamment de la Seconde Guerre mondiale, n'ont toujours pas trouvé de solution définitive aujourd'hui. En guise de conclusion, l'auteur nous propose quelques réflexions, souvent sous forme de questions. Ne faut-il pas penser le musée d'une manière plus globale, qui transcende la seule conservation des collections? C'est en tant qu'institution au service de la société qu'il doit être protégé en temps de guerre. Et les organismes internationaux comme le Conseil international des Musées (ICOM) doit y contribuer car les collections ne sont pas un "trésor national" et le musée a un rôle universaliste à jouer, un engagement à assumer.

3Fidèle à son objectif d'éclairer son propos par des exemples variés issus de différentes époques comme de zones géographiques contrastées, A. Gob a eu l'excellente idée de faire appel à une série de spécialistes qui nous gratifient, au terme de chaque chapitre, de "regards" autour du thème central du livre. On passe ainsi des butins de guerre africains puis de l'expédition d'Égypte à l'épisode du rapatriement, de Paris vers nos régions, des peintures flamandes en 1815, en passant par le projet hitlérien de Führermuseum à Linz en Autriche, par les achats d'"art dégénéré" pour les musées de Liège, ainsi que par d'autres épisodes de l'histoire du patrimoine durant les conflits.

4En fin de compte, ce livre dépasse largement la seule problématique de la guerre, pour s'attacher de manière plus générale aux périodes troublées qui dérèglent en quelque sorte la gestion collective du patrimoine. A. Gob nous conte autant d'histoires, richement documentées, savamment réparties géographiquement et chronologiquement, et intelligemment éclairées par l'apport de spécialistes externes. Autant d'histoires dont la synthèse nous renseigne sur le sort des musées, mais surtout sur leur responsabilité durant ces périodes particulières, qui ne diffèrent pas fondamentalement, c'est la thèse de l'auteur, des situations en temps de paix. Mais plus que le rôle des musées, c'est celui des conservateurs qui est pointé ici. Car s'il pèse un soupçon, comme le laisse penser le titre de l'ouvrage, c'est bien sur les conservateurs qui ont la charge des musées et dont l'appétit de collectionneurs a trop souvent (selon A. Gob) pris le pas sur la mission universelle du musée qu'ils auraient dû assurer. Au-delà du jugement sans complaisance porté par l'auteur, ne faut-il pas simplement voir là la prédominance de la fonction de conservation sur les autres missions du musée pour les périodes prises ici en compte ?

5A. Gob se défend de faire un travail d'historien et il a raison de le préciser d'entrée de jeu. On permettra tout de même à l'historienne que je suis de souligner que le mélange chronologique qui consiste, parfois au sein d'un même paragraphe, à juxtaposer la Révolution française et la Seconde Guerre mondiale (par exemple pp. 145-146), s'il apporte en effet une certaine diversité au propos, ne sert pas toujours la démonstration de l'auteur. La conception du patrimoine n'est évidemment pas la même aux deux époques et les raccourcis me semblent parfois un peu rapides. Par ailleurs, le passé apparaît comme mobilisé au service d'une thèse et d'un appel à une vision plus universelle du patrimoine. On sent même chez l'auteur une pointe de nostalgie de la période révolutionnaire qui met un temps en pratique cette utopie universaliste, vite détournée par "l'exacerbation patriotique". Historiens ou muséologues, nous ne sommes pas là pour juger le passé à l'aune du présent. Mais on pardonne bien vite ce petit écart à A. Gob, tant il témoigne d'un engagement personnel et tant sa réflexion, si elle peut déranger un moment l'historien(ne), interpellera immanquablement celles et ceux qui œuvrent pour faire des musées des institutions réellement au service de la société.

Top of page

References

Electronic reference

Christine Dupont, « André Gob, Des musées au-dessus de tout soupçon  », CeROArt [Online], 2 | 2008, Online since 22 April 2009, connection on 22 September 2017. URL : http://ceroart.revues.org/523

Top of page

About the author

Christine Dupont

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org