Skip to navigation – Site map
Dossier

Restaurer l’art lumino-cinétique

Mobile Lumineux 130, 1966, et Mobile Lumineux 267B (Bleu), 1970, réalisés par Nino CALOS (1926 - 1990)
Olivier Steib
This article is a translation of:
Restoring Lumino-Kinetic art

Abstracts

This paper sum up the different steps and decisions taken during the restoration of two Mobiles Lumineux made by Nino Calos (1926-1990) and conserved in the Museum of Modern Art of Paris. This article highlights the problematic of the obsolescence of the lighting systems, and how to resolve it.

Top of page

Full text

J’adresse mes remerciements à tous ceux qui m’ont offert cette chance et ont contribué à cette étude, et notamment la Fondation des Monuments Historiques pour m’avoir attribué une bourse qui m’a permis d’acquérir tout le matériel nécessaire à cette restauration.

Introduction

1Ces deux « Mobiles Lumineux » de Nino Calos sont des œuvres lumino-cinétiques conservées au musée d'Art moderne de la Ville de Paris (MAMPV). Elles ont été conçues pour produire une image, combinaison de lumière et de mouvement. L’effet recherché est souvent le moiré, ce phénomène d’interférence lumineuse qui apparaît lorsque l’on superpose et déplace deux trames l’une sur l’autre, et qui se retrouve sur de nombreuses œuvres lumino-cinétiques. Ces mobiles sont destinés à être accrochés au mur à la manière de peintures, et invitent le visiteur à la contemplation.

Fig. 1 Mobile Lumineux 130, 1966, et Mobile Lumineux 267B (Bleu), 1970

Fig. 1 Mobile Lumineux 130, 1966, et Mobile Lumineux 267B (Bleu), 1970

Œuvres avant intervention.

Crédit © Steib O. 2013.

  • 1  Lumière et Mouvement, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 18 mai - 28 août 1967.

2Mobile Lumineux 130 est de petit format, il a été réalisé en 1966. Il produit un effet lumineux de nuées de lumières fugaces, apparaissant et disparaissant au gré des cycles. Il rejoint les collections du MAMPV en 1970. Il y avait été présenté en 1967, lors de la grande exposition Lumière et mouvement1.

  • 2  Electra, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 10 décembre 1983 - 5 février 1984.

3Mobile Lumineux 267B est de plus grand format, il a été réalisé en 1970 et il évoque une sphère bleue en évolution dans un espace blanc. Ce mobile rejoint les collections du MAMPV en 1988. Il avait été présenté en 1983, lors de l’exposition Electra2.

4Ces deux œuvres ont d’abord été conservées dans la réserve sous bassin du MAMPV, où elles ont dû subir la majorité des altérations qui ont nécessité leur restauration, puis elles ont été transférées vers les actuelles réserves à Saint-Denis où elles sont désormais dans d’excellentes conditions de conservation.

Biographie de l'artiste

5Antonio Calogero (1926-1990), alias « Nino Calos » était un artiste italien autodidacte, philosophe de formation et féru de poésie, ce qui va alimenter sa création artistique. Ses premières expériences avec la lumière consistaient à réaliser des peintures avec des paillettes devant lesquelles il plaçait des projecteurs allumés par intermittence, ce qui donnait une certaine mobilité au tableau. C’est lors d’un de ses fréquents voyages à Paris qu’il va faire la découverte d’œuvres similaires à sa pensée, et notamment l’œuvre de Frank Josef Malina, avec qui il va se lier d’amitié. Frank J. Malina était une figure d’artiste assez étonnante, puisqu’il était ingénieur en aéronautique à l’origine, et un pionnier dans la réalisation de fusées lors de la course vers l’espace. Ce parcours insolite imprègne son œuvre, puisqu’il réalise des mobiles lumineux évoquant les mouvements des astres. Nino Calos rejoint son atelier en 1957. Dans un premier temps ses travaux seront similaires à ceux de Malina tant au niveau de la technique que de la composition, mais il s’en détachera progressivement pour poursuivre ses propres recherches plastiques. Il expérimentera différentes formes, compositions, l’emploi de différentes couleurs, mais il restera toujours fidèle au système lumidyne mis au point par Malina. Il s’est également attaché à la réalisation de projets architecturaux, en réalisant des environnements cinétiques, ou des panneaux muraux de grand format. Dans les années 70, il retourne en Italie et explore le format papier, mais nous savons qu’il poursuivit la création de mobiles jusqu’à son décès en 1990.

Fig. 2 Nino Calos et ses Mobiles Lumineux

Fig. 2 Nino Calos et ses Mobiles Lumineux

Maquette du livre Nino Calos : Itinéraire lumino-cinétique, 1977.

Crédit: © Jean-M. Bertholle, 1977.

Historique de l'art lumino-cinétique

6L’art lumino-cinétique est une tendance artistique née dans les années 1950 en poursuivant les recherches de l’art cinétique, qui s’intéresse au « mouvement virtuel » et au « mouvement réel ». Le premier est un mouvement apparent, comme devant les tableaux de Vasarely qui semblent acquérir une mobilité, ou bien les œuvres de Yaakov Agam qui évoluent avec le déplacement du spectateur. Le mouvement réel est celui dispensé par un moteur, comme Jean Tinguely, par le vent, comme Alexandre Calder, par la main de l’homme, comme Yaakov Agam, ou toute autre force motrice qui va animer l’œuvre.

7L’art cinétique est un art de l’expérimentation, jouant bien souvent avec des matériaux bon marché, et dont les formes d’expressions sont très variées. Nous pouvons ainsi trouver des tableaux, des mobiles, des machines, ou encore des installations demandant la participation active du spectateur, comme des labyrinthes par exemple.

8L’art lumino-cinétique connaît un véritable succès dans les années 1960, avec de grandes expositions internationales réunissant un nombre étonnant de jeunes artistes, notamment The responsive Eye au Museum of Modern Art de New York en 1965, ou Lumière et Mouvement au musée d'Art moderne de la Ville de Paris, en 1967. Son succès considérable sera suivi par un déclin tout aussi rapide dans les années 1970, qui peut peut-être s’expliquer par une surabondance d’objets lumineux, qui perdent ce caractère novateur qu’ils avaient au début de la décennie.

Observations

Mise en œuvre

  • 3  Le réducteur permet de réduire la vitesse de rotation de l’axe sortant, dans ce cas-ci à 1 tour/mi (...)

9Les mobiles lumineux de Nino Calos sont construits sur le schéma de réalisation du « système lumidyne » élaboré par Malina. Ils sont ainsi composés d’un caisson en contreplaqué, sur le fond duquel sont placés un système lumineux, composé soit de tubes fluorescents ou de lampes à incandescence, et d’un système cinétique, un moteur et son réducteur3. Un disque en plastique transparent peint d’un premier motif géométrique est ensuite disposé sur l’axe du moteur, il s’agit du rotor. Un second écran en plastique, le stator, cette fois fixe, reçoit un autre motif géométrique. Enfin, un troisième écran, le diffusor, va permettre de recevoir l’image produite par la superposition des motifs géométriques en mouvement, et de les estomper.

Fig. 3 Mobile Lumineux 130

Fig. 3 Mobile Lumineux 130

Schéma d’assemblage et de construction de Mobile Lumineux 130

Crédit: © Steib O. 2013.

10Pour le Mobile Lumineux 267B, Nino Calos remplace le second écran, le stator, par un réseau de baguettes sur lequel il peint un cercle par intermittence, pour obtenir plus de contraste et des effets différents. Sur le Mobile Lumineux 231 également conservé au MAMPV, il a choisi de modifier le diffusor, en lui donnant une courbure, comme une vague. Cependant, l’ensemble des mobiles reste de fabrication similaire à ceux de Malina, employant les mêmes matériaux, et chaque exemplaire est signé au dos et à l’intérieur.

Altérations

11Les deux mobiles présentent des altérations similaires dues à leurs conditions de conservation, notamment à une humidité importante.

Fig. 4 Détail des œuvres

Fig. 4 Détail des œuvres

Détail des principales altérations trouvées sur les deux mobiles.

Crédit: © Steib O. 2013.

12L’empoussièrement homogène est ainsi commun aux deux mobiles, avec un dépôt sombre qui affecte la transparence des écrans et altère les couleurs. La peinture a également été affectée, principalement à l’extérieur, sur les côtés des mobiles, avec le développement de mousses, la progression de taches d’oxydes métalliques, et la fragilisation générale du liant. Sur le Mobile Lumineux 130, un ruban adhésif brun a été apposé, et sa colle a migré en partie sur le support. Les microorganismes ont également élu domicile à l’intérieur des mobiles, et se sont développés sur les surfaces empoussiérées. Les écrans des mobiles sont en bon état à l’intérieur, mais les écrans diffuseurs présentent des rayures et des fissures, notamment sur l’écran de Mobile Lumineux 267B, sur une large portion.

13Nous remarquons la corrosion avancée des éléments métalliques, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Les cornières en aluminium ont été attaquées en profondeur, et notamment un motif en cercles réguliers a été laissé par un film à bulles qui le recouvrait, et qui a retenu l’eau. Le support des mobiles est en bon état considérant qu’il s’agit de contreplaqué, nous notons ainsi de brèves épaufrures aux angles saillants, qui sont toujours plus vulnérables à ce type de dégradation, un léger voilage des plaques liées à l’humidité, ainsi que la fatigue des pas de vis qui ont déjà servis plusieurs fois.

Proposition de traitement

14Au-delà des altérations « communes », que l’on rencontre fréquemment en conservation-restauration, nous avons relevé des altérations spécifiques aux œuvres lumineuses et aux mobiles, qui ont motivé la restauration de ces pièces et la réalisation de cette étude.

15Dans le cas de Mobile Lumineux 130, le système lumineux ne fonctionnait plus. D’origine, les tubes fluorescents sont arrivés en fin de vie, et l’œuvre est « en panne ». Ces tubes fluorescents de 36 cm de long et 37 mm de diamètre ne sont plus commercialisés depuis maintenant des années, et l’on peut encore seulement espérer en découvrir des similaires dans des collections de passionnés. De plus, cette œuvre fonctionne sur une tension de 127 V, aussi le moteur, toujours fonctionnel, doit rester branché sur cette tension.

16Dans le cas de Mobile Lumineux 267B, l’écran diffuseur est fissuré très largement, ce qui laisse filtrer la lumière, alors que celle-ci est supposée être diffusée.

17Ces deux problèmes n’ont pas de solutions de restauration évidente. Il n’existe plus ni tubes fluorescents ni écrans diffuseurs datant des années 1970. Or, le renouvellement du système lumineux est indispensable, et l’écran diffusant ne remplit plus son rôle. Dans les deux cas, l’image est affectée, alors que l’effet lumineux est primordial. Nous avons donc envisagé plusieurs solutions, dont nous avons exploré la validité avant de procéder au traitement. Dans le cas de Mobile Lumineux 130, nous avons réfléchi à la substitution du système lumineux ancien par un dispositif moderne, pouvant employer une technologie similaire ou plus évoluée. Pour l’écran de Mobile Lumineux 267B, nous avions constaté qu’il n’existait plus d’écran en PMMA diffusant de 2 mm produit de nos jours. Nous avons donc privilégié la tentative de restauration de l’original, en acceptant que si cette tentative s’avérait infructueuse, nous soyons contraints au remplacement de l’écran.

Traitement

Traitements communs

  • 4  Triton X-100 à 1% dans de l’eau déminéralisée.
  • 5  Principe actif : chlorure de benzalkonium.

18Le traitement des œuvres a commencé par le dépoussiérage des deux mobiles, premièrement par aspiration. Dans un second temps, les mobiles ont été nettoyés au coton avec un produit de nettoyage aqueux4, puisque les peintures des mobiles sont à liant vinylique pour le noir et le blanc des caissons, et à liant glycérophtalique pour le bleu de Mobile Lumineux 267B et pour le blanc du fond de Mobile Lumineux 130. Les zones présentant des résidus de végétaux et moisissures ont été traitées avec une solution de nettoyage à action biocide5.

  • 6  White Spirit + Triton X15 à 2%

19Les résidus d’adhésifs bruns déposés sur le côté de Mobile Lumineux 130 étaient problématiques, car incrustés dans la peinture. Nous avons premièrement retiré délicatement le reste de la bande adhésive en nous assurant que la colle reste le plus possible sur la bande. Nous avons retiré la majeure partie des résidus d’adhésif sec au scalpel, puis le reste avec une solution de White Spirit et un agent surfactif6, qui a permis de retirer l’adhésif sans le faire migrer dans le support. Nous avons ensuite traité les écrans en plexiglas, avec un chiffon microfibre et une solution d’eau déminéralisée additionnée d’un surfactif. Les résidus gras ou de colle sont retirés avec la solution de White spirit.

20Est venu ensuite le traitement des pièces métalliques corrodées. Nous avons employé une cuve à cavitation pour traiter les pièces de petites dimensions que nous pouvions retirer aisément, comme les vis et boulons. L’avantage de la cuve à cavitation est que les ultrasons vont retirer les dépôts d’oxydes superficiels dans les moindres recoins, ce qui serait plus ardu et moins précis avec une abrasion manuelle. Une fois sortis du bain, ces éléments sont déposés dans une solution passivante de phosphate de potassium (ou une solution à l’acide tannique pour les vis extérieures, déjà de couleur noire et plus exposées). Les éléments non démontables ont été nettoyés et traités sur place.

21Les cornières en aluminium ont été plus problématiques. L’aluminium, extrêmement réactif, a pour avantage d’être auto-passivant : il se recouvre d’une couche d’oxyde blanchâtre qui le protège. Cependant, cette couche continuera de s’épaissir si le milieu est propice à l’oxydation, et une fois arrivé à une certaine épaisseur, cette couche d’oxyde se séparera de l’aluminium brut, ce qui à la longue formera des creux, comme ce fut le cas ici. Les barres étaient d’aspects hétérogènes, aussi pour rétablir une harmonie entre elles nous avons décidé de polir la surface avec un abrasif très fin, ce qui permet à la fois d’atténuer le réseau de rayures et d’améliorer la conservation de la pièce à long terme.

  • 7  Microballons phénoliques et Paraloïd® B67 dans le WS, de manière à respecter la sensibilité de la (...)

22Le support a été traité et le collage des délaminations du contreplaqué a été effectué à la colle vinylique. Les légers manques situés au niveau des épaufrures ont été comblés7 puis retouchés à la gouache, dont la matité convenait à nos besoins.

Fig. 5 Détail des opérations de traitement du caisson

Fig. 5 Détail des opérations de traitement du caisson

 Photographie avant nettoyage, comblement, puis après retouche.

Crédit © Steib O. 2014.

Traitement de Mobile Lumineux 267B

23Nous nous sommes ensuite attachés au problème de la consolidation de l’écran en PMMA de Mobile Lumineux 267B. Comme nous l’avons indiqué, celui-ci fait 2 mm d’épaisseur et n’est plus disponible actuellement. Sa sauvegarde est donc prioritaire et nous avons exploré différentes méthodes de consolidation. Étant donné la finesse du joint, qui n’est épais que de 2 mm, et la longueur de la fissure, plus de 50 cm, peu d’adhésifs pouvaient convenir.

Fig. 6 Analyse de la nature de la fissure et des altérations de l’écran en PMMA

Fig. 6 Analyse de la nature de la fissure et des altérations de l’écran en PMMA

Cette opération est menée de manière à estimer la possibilité et les chances de succès d’une tentative de restauration.

Crédit © Steib O. 2013.

24En terme de résistance, seules les résines époxydes ont une chance de supporter le poids important qui effectue une traction constante sur le plan de joint, l’écran pesant tout de même 1 kg, et ne reposant que sur 1 cm de chaque côté, sans oublier que la température du boitier augmente en fonctionnement. En termes de qualité optique et de stabilité au vieillissement, très peu de résines sont disponibles. En réalité, il n’y a pas de résine époxyde dont la stabilité est reconnue, la viscosité suffisante pour infiltration, et l’indice de réfraction identique au PMMA, critère indispensable pour un joint parfaitement invisible. La seule résine qui s’approchait le plus de ces critères, et qui a été maintes fois testée en conservation était la HXTAL NYL-1, que nous avons commandée pour réaliser des tests. Nous avons préparé de petites plaques en PMMA pour effectuer des essais de consolidation selon trois méthodes différentes. La première était par le dépôt goutte à goutte. Le problème a été une infiltration irrégulière, et des dépôts superficiels difficiles à retirer du plastique. Nous avons donc tenté d’appliquer un film repositionnable temporaire, et réitéré l’essai. Là encore, l’infiltration n’a pas été satisfaisante, l’adhésif étant sans doute trop visqueux, mais le problème des gouttes a été évité. Nous avons donc tenté une dernière méthode, en réalisant une poche étanche pour employer une pompe à vide, qui permettrait en théorie à l’adhésif de pénétrer là où l’air est retiré, c’est-à-dire la fissure.

25Malgré plusieurs tentatives avec plusieurs techniques d’infiltrations, nous n’avons pas réussi à obtenir un résultat parfait, ou une méthode ne comportant pas de risque pour consolider ce type de fissure. Après ce constat, et sachant que nous ne travaillions que sur des petites plaques tests et que la consolidation de l’écran serait bien plus difficile, nous avons préféré la prudence, en choisissant la substitution de l’écran d’origine par un équivalent. Nous avons commandé une série d’échantillons de tous les produits diffusants disponibles actuellement chez Plexiglas®, le fournisseur qui nous proposait la gamme la plus variée de ce type de produit.

26Par comparaison informatique et visuelle, nous avons opté pour deux échantillons et nous avons tranché pour l’échantillon le plus fidèle en concertation avec le conservateur, madame Dominique Gagneux, et l’équipe des enseignants.

Fig. 7 Comparaison informatique et visuelle

Fig. 7 Comparaison informatique et visuelle

Comparaison informatique et visuelle des échantillons et de l’original pour la sélection du remplacement.

Crédit © Steib O. 2014.

27L’épaisseur minimale de ces plaques étant de 3 mm, nous avons fraisé le bord de l’écran commandé sur 1 mm afin de pouvoir l’insérer sur le mobile.

  • 8  Microgloss®

28Nous avons également décidé de polir l’écran de Mobile Lumineux 130 pour réduire les rayures à sa surface, et ainsi améliorer la visibilité et la fidélité de l’effet lumineux. Ce polissage léger a été effectué avec un fluide abrasif sans solvant8, conçu et recommandé pour des polissages de plastiques délicats. Ceci a permis de récupérer une surface plus saine et d’atténuer les rayures importantes.

Fig. 8 Détail de la surface de l’écran de Mobile Lumineux 130

Fig. 8 Détail de la surface de l’écran de Mobile Lumineux 130

Avant et après polissage.

Crédit © Steib O. 2014.

Traitement de Mobile Lumineux 130

29Est enfin venue l’heure de la substitution du système lumineux de Mobile Lumineux 130. Celle-ci était indispensable pour la reconnaissance même de l’œuvre, qui n’est qu’un mystérieux caisson inanimé le cas échéant. Nous avons d’abord entrepris de comprendre clairement le système actuel, son fonctionnement, mais surtout ses propriétés lumineuses. Ce fut la première difficulté : alors que les normes actuelles permettent d’identifier aisément un tube fluorescent, les tubes originaux ne présentaient qu’une marque de fabrication. Nous avons donc cherché dans les archives des informations sur la colorimétrie et sur le rendement lumineux de ces tubes. Nous avons fini par trouver ces informations dans un ancien catalogue MAZDA, indiquant que ces tubes ont un rendement lumineux d’environ 700 Lm, pour un indice de rendu des couleurs passable. Par corrélation, ces données permettent d’identifier des tubes halophosphates, qui possèdent ces propriétés. Pour retrouver la température de couleur qui n’était indiquée nulle part, nous avons effectué une comparaison avec une mise à l’échelle d’une courbe spectrale trouvée dans un catalogue avec celles de références mises à disposition par le Comité International sur l’Éclairage (CIE). Cela nous a permis d’apprendre que les tubes avaient une température de couleur d’environ 4150 K, soit un blanc neutre.

Fig. 9 Comparaison des courbes de répartition spectrale

Fig. 9 Comparaison des courbes de répartition spectrale

Comparaison des courbes de répartition spectrale retrouvées dans le catalogue Mazda avec les courbes spectrales des illuminants standards de la CIE.

Crédit © Steib O. 2013.

30Détenant toutes ces informations, nous avons recherché une source similaire. Le premier constat a été qu’il n’existait pas de tube fluorescent de 36 cm de long à l’heure actuelle, encore moins dans un diamètre de 37 mm. Second constat, les ballasts anciens sont remplis de résine et il n’est donc pas possible de les réparer, il faudrait les remplacer. Il était donc impossible d’envisager une source fluorescente sans modifier lourdement l’ensemble du système lumineux.

31Nous nous sommes alors tourné vers une autre technologie, les diodes électroluminescentes, plus communément appelées LED (Light Emitting Diode). Cette technologie en constant développement est éventuellement destinée à remplacer toutes les sources énergivores et polluantes actuelles, et à terme les tubes fluorescents qui contiennent encore du mercure. Les LED possèdent des avantages multiples dans notre cas : elles sont disponibles dans de nombreuses couleurs et elles sont de très petites dimensions, ce qui les rend idéales pour des systèmes adaptés. Elles sont également intéressantes du point de vue de la conservation puisqu’elles n’émettent pas d’ultraviolets, peu de chaleur pour la quantité de lumière produite, et pour une durée de vie de près de 50 000 heures. Elles comportent cependant des désavantages, les principaux étant la nature directionnelle de la source, le fait qu’il s’agisse de points lumineux, et que leur rendement lumineux était encore insuffisant jusqu’à très récemment.

32Nous avons cherché des solutions de diffusion de la lumière pour compenser ces défauts, et avons ainsi trouvé deux possibilités : soit en utilisant un tube PMMA transparent recouvert d’un filtre diffusant, comme ceux de nouvelles générations développés par 3M®, soit en utilisant un tube en PMMA diffusant de diamètre 38 mm. Ce tube permet d’accueillir un ruban LED, posé sur une barre d’aluminium pour la dissipation thermique. Disposant de tous les éléments, nous avons pris la décision de réaliser notre propre tube de substitution personnalisé.

Fig. 10 Tubes de substitution

Fig. 10 Tubes de substitution

Les étapes de la fabrication des tubes de substitution.

Crédit © Steib O. 2014.

33Nous avons commandé ce tube diffusant qui mesurait 2 m, et l’avons découpé aux dimensions désirées, 36 cm. Nous avons commandé un ruban LED aux propriétés similaires à celles obtenues sur les tubes originaux, avec une correction faite pour compenser la perte du tube diffusant, qui diminue de 30 % la luminosité de la source diffusée. Nous avons réutilisé des douilles en aluminium d’anciens tubes fluorescents de récupération, car nous en avions à disposition. Nous en avons ainsi profité pour rendre hommage aux tubes originaux. Le remploi des douilles permet d’insérer le tube de substitution comme un tube normal dans le support d’origine, dont le circuit est simplement modifié.

34Une fois les tubes montés, ils ont été mis en place dans le mobile en réutilisant les supports d’origine, puis nous avons adapté le circuit sans affecter l’original. L’alimentation que nous avons choisie est adaptée à la puissance des deux tubes de substitution (qui consomment à peine 10 W, contre 32 W pour les tubes originaux), et de très petites dimensions de manière à être la plus discrète possible. Nous l’avons placée près d’un ballast, en réutilisant les vis présentent sur place. L’intervention est ainsi restée minimale et entièrement réversible, aucun adhésif n’a été utilisé et aucune modification n’a eu lieu sur les éléments originaux.

Fig. 11 Comparaison

Fig. 11 Comparaison

Avant et après l’installation de l’alimentation et des tubes de substitution.

Crédit © Steib O. 2014.

35Après test, le résultat s’est avéré concluant, et nous avons pour la première fois pu observer l’effet lumineux du mobile.

36Nous avons pour finir pris quelques mesures préventives, premièrement une étiquette apposée sur le câble d’alimentation pour rappeler que la tension de fonctionnement reste 120 V, sans quoi il y aurait surtension et destruction du moteur du Mobile Lumineux 130. Nous avons également réalisé une fiche de suivi permettant d’identifier les modifications effectuées sur le mobile lors de sa restauration, pour faciliter le renouvellement du système si celui-ci venait à tomber en panne. Nous avons également remplacé les anciens dominos électriques par des bornes de connectique à levier, bien plus sécurisées.

Fig. 12 Mobile Lumineux 130 et Mobile Lumineux 267B (Bleu)

Fig. 12 Mobile Lumineux 130 et Mobile Lumineux 267B (Bleu)

Photographie après traitement.

Crédit © Steib O. 2014.

Conclusion :

37L’ancien écran de Mobile Lumineux 267B sera mis en conservation avec le mobile, pour le jour où un adhésif et une méthode permettant une consolidation efficace et respectueuse du PMMA soient développés. Les tubes fluorescents de Mobile Lumineux 130 accompagneront également l’œuvre, à titre d’information ou pour d’éventuelles analyses futures. Étudier et restaurer de telles pièces a été une opportunité, ce fut l’occasion de traiter des problèmes courant en restauration, sur des matériaux très variés, tout en ayant à réfléchir à des solutions nouvelles pour des problèmes réellement spécifiques et insolites dans notre formation.

Top of page

Bibliography

CALOS, Nino, « Électricité et mouvement physique dans mes œuvres », Leonardo, Vol. I, octobre 1968, p. 415-418.

CALOS, Nino, « Dialogue avec des étudiants de l’université de Padoue, avril 1972 », Leonardo, vol. 7, n° 3, été 1974, p. 253-254.

Conserver l’art contemporain à l’ère de l’obsolescence technologique, sous la dir. de BOURGEOIS, Brigitte, DAZORD, Cécile, BREUIL, Marie-Hélène, Technè, n° 37, 2013.

« Les œuvres en mouvement », CoRé n°19, décembre 2007.

COMPÈRE, Aurélie, Problématique de l’assemblage par collage d’œuvres d’art contemporain en PMMA. Cas pratique : Structure Optique A (1969) de Martha Boto, Liège, ESA Saint-Luc, 2012, p. 142-144.

DELCROIX, Gilbert, HAVEL, Marc, Phénomènes physiques et peintures artistique, Puteaux, EREC, 1988.

Electra, musée d'Art moderne de la Ville de Paris, 10 décembre 1983 - 5 février 1984, éditions Paris : Les Presses artistiques, 1984.

GAGNEUX, Dominique, « Doit-on entretenir le mouvement d’une œuvre d’art cinétique ? » CoRé, n°19, décembre 2007, p. 13.

IMBERT, Nicolas, « La restauration & la conservation des œuvres animées, problèmes de méthodes illustrées par deux cas pratiques », Conservation-Restauration des Biens Culturels (CRBC), n°16, décembre 2000, pages 33-37.

LAGANÁ, Anna, VAN OOSTEN, Théa, Back to transparency, back to life : into the restoration of broken transparent unsaturated polyester and PMMA works of art, ICOM Committee for Conservation, ICOM-CC Triennial Meeting, Lisbonne, 2011.

LASSALLE, Hélène, « Des fils conducteurs pour la modernité : l’électricité dans l’art », Techné, n°12, 2000, pages 57-70.

LAVEDRINE, Bertrand, FOURNIER, Alban, MARTIN, Graham, Preservation of Plastic Artefacts in Museum Collections, Paris, CRCC, 2012.

L’œil moteur : art optique et cinétique, 1950-1975, Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg, 13 mai - 25 septembre 2005, Strasbourg, éditions des Musées de Strasbourg, 2005.

Lumière et mouvement, Galerie Denise René, Paris, octobre-novembre 1966.

MALINA, Frank J., « Kinetic painting : the Lumidyne system », Leonardo, vol. I, hiver 1968, p. 25-33.

MALINA, Frank J., « Electric Light As A Medium In The Visual Fine Arts: A Memoir », Leonardo, vol. 8, 1975, p. 109-119.

MASSOL, Laurent, Les LED pour l’éclairage : Fonctionnement et performances. Critères de choix et mise en œuvre, Paris, éditions Dunod, 2012.

POPPER, Frank, L’image du mouvement dans les arts plastiques depuis 1860, thèse de doctorat, Paris, faculté de Lettres et Sciences humaines, 1966.

POPPER Frank, Naissance de l’art cinétique, Paris, éditions Gauthier-Villars, 1967.

POPPER Frank, Écrire sur l'art : De l'art optique a l'art virtuel, Paris, éditions l'Harmattan, 2007.

SALE, Donald, « An evaluation of eleven adhesives for repairing poly(methyl methacrylate) objects and sculpture », dans les actes de la conférence Sauvegarder le XXe siècle, la conservation des matériaux modernes, Symposium 91, Ottawa, ICC, 15-20 septembre 1991, Ottawa, ICC, 1993, p. 325-339.

SALE, Donald, « Yellowing and Appearance of Conservation Adhesives for Poly(methyl methacrylate): A Reappraisal of 20-Year-Old Samples and Test Methods », Comptes rendus du Symposium : Adhésifs et consolidants pour la conservation, ICC, Ottawa, 17-21 octobre 2011.

SHASHOUA, Yvonne, Conservation of Plastics, Routledge, 2008.

Sauvegarder le XXe siècle : la conservation des matériaux modernes, actes de la conférence Symposium 91, Ottawa, ICC, 15-20 septembre 1991, Ottawa, ICC, 1993.

SELWYN Lyndsie, Métaux et corrosion, un manuel pour le professionnel de la conservation, Ottawa, ICC, 2004.

VIDAL, Laure, L’art en mouvement. Conservation-restauration de deux œuvres cinétiques du musée d'Art moderne de la Ville de Paris : Rotorelief de Marcel Duchamp et Relief à déplacement continuel de Hugo Demarco. Etude des comportements d’un moteur de type synchrone dans le temps, mémoire de diplôme en conservation-restauration, l’Institut National du Patrimoine, Paris, 2011.

XURIGUERA, Gérard, CALOS, Nino, [Entretien avec Nino Calos], Nino Calos, itinéraire lumino-cinétique, Paris, Arted, 1977.

Top of page

Notes

1  Lumière et Mouvement, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 18 mai - 28 août 1967.

2  Electra, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 10 décembre 1983 - 5 février 1984.

3  Le réducteur permet de réduire la vitesse de rotation de l’axe sortant, dans ce cas-ci à 1 tour/min.

4  Triton X-100 à 1% dans de l’eau déminéralisée.

5  Principe actif : chlorure de benzalkonium.

6  White Spirit + Triton X15 à 2%

7  Microballons phénoliques et Paraloïd® B67 dans le WS, de manière à respecter la sensibilité de la couche picturale aux solvants.

8  Microgloss®

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 Mobile Lumineux 130, 1966, et Mobile Lumineux 267B (Bleu), 1970
Caption Œuvres avant intervention.
Credits Crédit © Steib O. 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4956/img-1.jpg
File image/jpeg, 912k
Title Fig. 2 Nino Calos et ses Mobiles Lumineux
Caption Maquette du livre Nino Calos : Itinéraire lumino-cinétique, 1977.
Credits Crédit: © Jean-M. Bertholle, 1977.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4956/img-2.jpg
File image/jpeg, 860k
Title Fig. 3 Mobile Lumineux 130
Caption Schéma d’assemblage et de construction de Mobile Lumineux 130
Credits Crédit: © Steib O. 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4956/img-3.jpg
File image/jpeg, 848k
Title Fig. 4 Détail des œuvres
Caption Détail des principales altérations trouvées sur les deux mobiles.
Credits Crédit: © Steib O. 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4956/img-4.jpg
File image/jpeg, 732k
Title Fig. 5 Détail des opérations de traitement du caisson
Caption  Photographie avant nettoyage, comblement, puis après retouche.
Credits Crédit © Steib O. 2014.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4956/img-5.jpg
File image/jpeg, 840k
Title Fig. 6 Analyse de la nature de la fissure et des altérations de l’écran en PMMA
Caption Cette opération est menée de manière à estimer la possibilité et les chances de succès d’une tentative de restauration.
Credits Crédit © Steib O. 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4956/img-6.jpg
File image/jpeg, 864k
Title Fig. 7 Comparaison informatique et visuelle
Caption Comparaison informatique et visuelle des échantillons et de l’original pour la sélection du remplacement.
Credits Crédit © Steib O. 2014.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4956/img-7.jpg
File image/jpeg, 836k
Title Fig. 8 Détail de la surface de l’écran de Mobile Lumineux 130
Caption Avant et après polissage.
Credits Crédit © Steib O. 2014.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4956/img-8.jpg
File image/jpeg, 2.7M
Title Fig. 9 Comparaison des courbes de répartition spectrale
Caption Comparaison des courbes de répartition spectrale retrouvées dans le catalogue Mazda avec les courbes spectrales des illuminants standards de la CIE.
Credits Crédit © Steib O. 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4956/img-9.jpg
File image/jpeg, 572k
Title Fig. 10 Tubes de substitution
Caption Les étapes de la fabrication des tubes de substitution.
Credits Crédit © Steib O. 2014.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4956/img-10.jpg
File image/jpeg, 412k
Title Fig. 11 Comparaison
Caption Avant et après l’installation de l’alimentation et des tubes de substitution.
Credits Crédit © Steib O. 2014.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4956/img-11.jpg
File image/jpeg, 880k
Title Fig. 12 Mobile Lumineux 130 et Mobile Lumineux 267B (Bleu)
Caption Photographie après traitement.
Credits Crédit © Steib O. 2014.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4956/img-12.jpg
File image/jpeg, 915k
Top of page

References

Electronic reference

Olivier Steib, « Restaurer l’art lumino-cinétique », CeROArt [Online], EGG 5 | 2016, Online since 04 March 2016, connection on 23 August 2017. URL : http://ceroart.revues.org/4956

Top of page

About the author

Olivier Steib

Olivier Steib a étudié la conservation-restauration de sculptures à l’ESBA TALM site de Tours, et a travaillé sur le cas de deux « Mobiles Lumineux » réalisés par Nino Calos, un artiste du courant lumino-cinétique des années 1960. Il a auparavant suivi des études à l’ENSAV La Cambre à Bruxelles dans plusieurs domaines de la restauration, après une Licence en Sciences Humaines et Arts à l’université de Metz.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org