Navigation – Plan du site
Dossier

Contamination des collections naturalisées traitées aux biocides et mesures de conservation préventive

Arsenic, mercure et lindane dans  la collection Mammifères et Oiseaux du Muséum d’Histoire Naturelle de Neuchâtel
Marion Dangeon

Résumés

Cet article présente les résultats de l’étude de la contamination des spécimens de la collection Mammifères et Oiseaux du Muséum d’Histoire Naturelle de Neuchâtel par l’arsenic, le mercure et le lindane. Nous avons mis en place une méthodologie basée sur l’étude des archives du muséum, des analyses utilisant la fluorescence X et l’infrarouge à transformée de Fourier afin de détecter la présence des résidus sur un échantillonnage. De plus, des mesures de conservation préventive pour protéger le personnel du musée et toute personne ayant accès aux collections ont été définies puis mises en œuvre. Enfin, nous avons également tenté d’établir un lien avec la contamination de l’environnement de stockage.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

  • 1  PEQUIGNOT A. et al. « L’arsenic dans les collections d’Histoire naturelle ». In La Lettre de l’OCI (...)
  • 2  PFISTER A-L. L’influence des biocides sur la conservation des « naturalia ». Mémoire de fin d’étud (...)

1La contamination des collections d’histoire naturelle par l’usage de pesticides est bien connue1. En effet, ces collections étant une source nutritive pour de nombreux organismes vivants (considérés dès lors comme nuisibles), et cela à travers le monde, les muséums d’histoire naturelle ont dû rapidement trouver des solutions pour préserver leurs collections au moyen de pesticides utilisés comme répulsifs ou d’insecticides organiques, tels le DDT ou le  lindane, ou inorganiques comme l’arsenic, le mercure et le plomb. Du fait de leur utilisation répétée et de leur présence durable dans les lieux traités, une accumulation surfacique sur les spécimens eux-mêmes (et parfois même à l’intérieur des peaux) a eu lieu dans les collections. On parle alors de « biocides résiduels2 » qui peuvent en particulier induire un problème de santé publique autant pour le personnel des muséums que pour les visiteurs. Cette problématique étant présente dans les collections du muséum d’histoire naturelle de Neuchâtel, nous avons donc mis en place des mesures préventives pour gérer la présence de ces produits au sein des collections naturalisées.

Problématique 

2Nous avons cherché dans notre étude à identifier les  mesures permettant d’identifier ces polluants d’une part et de déterminer leur degré de contamination d’autre part.

  • 3 PFISTER A-L, 2008.

3Pour cela, nous nous sommes concentrés sur la mise en place d’un protocole pour l’évaluation du degré de contamination, en prenant comme exemple la collection « Mammifères et oiseaux » du Muséum d’histoire naturelle de Neuchâtel (MHNN). Notre travail s’est basé sur une méthodologie mise en place dans le mémoire de fin d’études de conservation de Mme Aude-Laurence Pfister3.

  • 4  Le lindane est un produit chimique organochloré commercialisé depuis 1938, Il est souvent décrit p (...)

4Nous avons choisi de nous concentrer sur trois produits principaux : l’arsenic, le mercure et le lindane4, ce pour différentes raisons historiques et méthodologiques. Ainsi, l’arsenic et le mercure sont utilisés entre le XVIIIème et la première moitié du XXème siècle et sont presque toujours présents au sein des collections d’animaux naturalisés européennes. Le lindane, lui, a été utilisé dans ce musée, usage confirmé par le taxidermiste actuel du muséum, M. Martin Zimmerli, et par les produits découverts au muséum lors de notre enquête. Un échantillonnage et un protocole de tests réalisés au moyen d’un appareil à fluorescence X portable et d’un appareil à spectroscopie infrarouge à Transformée de Fourier ont été mis en place. Ils ont pour but d’identifier les produits en présence afin de donner des recommandations en conséquence pour la protection des personnes au sein du muséum et des visiteurs. Nous avons ensuite procédé à d’autres tests permettant d’établir un lien entre la contamination des spécimens et celle de l’environnement de conservation constitué par les espaces de réserve du musée. Notre protocole présente donc les étapes suivantes : la confirmation ou l’infirmation de la présence de résidus toxiques, la détermination d’une possible contamination de l’environnement de conservation et des espaces de travail et la proposition de recommandations pour la manipulation et le stockage en réserve dans le cadre des lois sur la santé au travail et respectant les règles de la préservation des collections à long terme.

5Pour le MHNN, cette étude permet à la fois une meilleure connaissance de l’état des collections et une meilleure gestion du problème de la contamination. Nous nous sommes concentrés sur les collections les plus touchées par ce genre de problématique à savoir les oiseaux et les mammifères, pour lesquelles aucune évaluation de toxicité n’avait encore été menée.

Cadre de l’étude 

6L’art de la taxidermie démarre réellement avec les cabinets de curiosités et l’intérêt grandissant pour la nature et son étude dès l’extrême fin du XVIème. Les préparateurs sont confrontés à de nombreux problèmes de préservation des spécimens. Le problème est en partie résolu dans les années 1770 avec l’invention du savon arsenical par Jean-Baptiste Bécoeur, apothicaire à Metz. Cependant, du fait de l’évolution des lois entre 1970 et 1990 sur l’utilisation des pesticides et des produits toxiques limitant toujours plus l’utilisation de l’arsenic, du mercure et des autres substances toxiques, les taxidermistes doivent rapidement trouver de nouvelles méthodes pour lutter contre les attaques biologiques. C’est à ce moment qu’apparaissent les produits organiques, souvent à base de chlore. Il est important de rappeler que l’utilisation des produits biocides n’est souvent que très peu documentée, ce qui explique que le travail de recherche dans les archives et la détection des contaminants constituent les points importants de toute étude de contamination.

7Le muséum d’histoire naturelle de Neuchâtel regroupe plusieurs départements d’étude et de conservation : l’entomologie, la géologie et la paléontologie, les mollusques et les vertébrés. Les collections sont diverses mais se concentrent pour l’essentiel sur la faune et la flore de Suisse que le public peut découvrir dans son milieu naturel à travers des dioramas exposés dans les salles du musée. Il possède également 22 000 espèces en herbier qui sont en dépôt à l’institut botanique de l’université de Neuchâtel.

8La collection des mammifères est aujourd’hui constituée de 2773 spécimens naturalisés et celle des oiseaux de 13 731 spécimens, stockés dans deux réserves distinctes. La collection des oiseaux a été constituée autour de la collection Louis Coulon datant du XIXème siècle. Ces collections se présentent sous plusieurs formes : les anciennes présentations, les dioramas et les spécimens à but scientifique présents en réserve (mises en peaux). Les montages de spécimens en particulier sont très importants car ils témoignent d’une période marquante dans l’histoire de cette discipline.

Méthodes d’application des biocides 

  • 5  Savon arsenical : préservatif à base de camphre, arsenic, carbonate de potasse et chaux associés à (...)

9Les biocides utilisés en taxidermie présentent plusieurs modes d’application. La façon la plus courante d’utiliser l’arsenic est l’application au pinceau du fameux savon arsenical5 à l’intérieur des peaux une fois dépouillées lors de la préparation de l’animal. Une autre méthode, assez peu utilisée, consiste à inclure l’arsenic dans les bains de tannage.

  • 6 CUISIN J., Chargé de Conservation des collections Mammifères et Oiseaux, Muséum national d’histoire (...)

10Il existe également une méthode à base de sels d’arsenic, pratiquée après la Seconde Guerre mondiale, qui aurait seulement joué le rôle d’insecticide et non le rôle de préservatif. Elle consiste à saupoudrer l’arsenic en poudre sur l’extérieur des oiseaux. Des solutions à pulvériser ont aussi été utilisées et appliquées sur l’extérieur des spécimens6.

  • 7 PFISTER A-L, 2008, p. 19
  • 8 PFISTER A-L. « Mise en évidence et identification des biocides résiduels dans les naturalia ». In L (...)

11Le mercure quant à lui a principalement été utilisé dans les collections botaniques, en solution dans l’alcool comme fongicide et insecticide7. Il était appelé le « sublimé corrosif ». Autre produit, organique celui-ci, le lindane a été diffusé sous plusieurs formes : granules, poudre et pastilles pour fumigation8. Dans les collections d’entomologie, il a souvent été utilisé dissout dans des solvants. Dans ce muséum, il était utilisé sous forme de pastilles à poser sur un évaporateur électrique (voir figures 1 et 2).

Fig.1 Evaporateur pour pastille de lindane

Fig.1 Evaporateur pour pastille de lindane

Cet évaporateur de lindane, retrouvé dans les locaux techniques du MHNN, permettait la liquéfaction puis l’évaporation du produit par chauffage de la pastille.  

© M. Dangeon, HE-Arc CR.

Fig.2 Bocal contenant des pastilles de lindane

Fig.2 Bocal contenant des pastilles de lindane

Aspect des pastilles de lindane.

© M. Dangeon, HE-Arc CR.

12Ces informations ont été collectées grâce à des recherches dans les archives du muséum, à des recherches documentaires et par le biais d’une enquête auprès de spécialistes de la taxidermie et de la conservation de ce type de collections. Des analyses sont ensuite nécessaires pour avoir confirmation de la présence de ces contaminants et afin de déterminer les quantités présentes. Pour identifier les produits inorganiques type métaux lourds, nous avons utilisé l’analyse chimique par fluorescence X (FRX) qui est très bien adaptée à la détection des éléments situés entre le magnésium et l’uranium. Pour les produits de type organochlorés, nous avons choisi l’utilisation de la spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier (FTIR) qui permet la reconnaissance d’une large gamme de produits organiques et inorganiques.

13La présence de ces pesticides dans les collections peut être suggérée par certains indices : cristaux dans les poils et plumes des animaux, peaux cassantes, décolorations de plumes mais aussi par les odeurs senties dans les réserves qui sont parfois un bon indicateur des produits utilisés (comme par exemple la naphtaline).

Outils et étapes de l’évaluation de la contamination 

14Les archives administratives sont essentiellement constituées de quittances d’achat et ont permis de vérifier la présence du lindane, du paradichlorobenzène et de la naphtaline dans les collections. Pour l’arsenic, nous avons travaillé plus particulièrement avec la collection Robert, une collection importante pour le musée qui a été massivement attaquée par les insectes dans les années 2000. De plus, des recherches sur les techniques de la famille Robert nous ont permis de prouver la présence d’arsenic sur les peaux de ces animaux.

  • 9  FUHRMANN O. Instructions pour la préparation et la conservation des objets d’histoire naturelle. M (...)

15Nous avons également découvert dans les archives un fascicule sur la préparation des spécimens nommé « Instructions pour la préparation et la conservation des objets d’histoire naturelle » édité en 1916 par le MHNN9. Celui-ci mentionne l’usage du savon arsenical pour la conservation des peaux des spécimens de la collection des Mammifères et Oiseaux. Il y est mentionné en particulier la recette pour fabriquer son propre savon arsenical de Bécoeur.

16Avant l’arrivée de M. Zimmerli, dans les années 1990, le lindane était encore utilisé dans les réserves du muséum. Il existe encore des pastilles et des appareils dans les réserves de matériels mais qui ne sont plus utilisés depuis l’arrivée de M. Zimmerli. Ce produit est considéré comme polluant persistant et a été interdit d’utilisation en Suisse à la fin des années 1980 et en France à la fin des années 1990, ce qui soulève des questions quant à sa présence actuelle dans l’enceinte du musée.

Echantillonnage

17L’échantillonnage des spécimens pour la réalisation des tests a été fait en collaboration avec le taxidermiste du musée. Les choix se sont portés essentiellement sur des spécimens assez petits, pour permettre une rapidité  d’exécution et faciliter la mise en œuvre avec l’appareil, dont les datations de préparation vont du XVIIIème siècle à nos jours, et en fonction du collecteur (voir tableau 1).

18Ces derniers critères sont importants afin que les spécimens de l’échantillonnage soient les plus diversifiés possibles : préparés par des personnes différentes et à différentes périodes durant lesquelles plusieurs types de produits ont été appliqués différemment, et avec des alternances d’abandons et de succès. Nous avons également pris en compte la répartition des spécimens dans les réserves et leur valeur scientifique.

Tableau 1  nombre de spécimens analysés par rapport à la collection

Collections du musée

Nombre de spécimens dans la collection

Nombre de spécimens analysés

Mammifères

2773

15

Oiseaux

13731

17

Total

16504

32

Répartition de l’échantillonnage face à la collection entière.

© M. Dangeon, HE-Arc CR.

Choix des analyses

  • 10 L’appareil que nous avons utilisé est un outil de type EDXRF (FRX en dispersion d’énergie) Thermo F (...)

19La FRX présente plusieurs avantages non négligeables comme sa portabilité, sa facilité de mise en œuvre et la rapidité d’obtention de résultats10.

20L’objectif de cette analyse FRX est d’affirmer ou d’infirmer la présence de produits de type métaux lourds comme l’arsenic, le mercure et le plomb, et permet donc d’identifier une contamination des locaux ou plus localement, des étagères des réserves.

  • 11 Les analyses FTIR ont été réalisées au moyen d’un microscope Thermo Scientific Nicolet iN10 MX. Pou (...)

21Cette méthode d’analyse ne pouvant s’appliquer que sur certains produits inorganiques, des analyses plus complexes à mettre en œuvre sont nécessaires pour détecter les produits de type organique. Les méthodes les plus employées sont la chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse (GC-MS) et la spectrométrie de masse couplée à un plasma inductif (ICP-MS). La FTIR permet aussi de déterminer la présence de produits de type organochlorés comme le lindane (avec l’inconvénient de la prise d’échantillons). Cette méthode d’analyse nous permet d’obtenir un spectre caractéristique de la nature chimique du produit. Ce spectre caractéristique ne peut être identifié qu’en se référant à une base de données contenue dans l’ordinateur. En ayant des pastilles de lindane à disposition, nous avons pu comparer et valider sa détection, nous permettant de confirmer la FTIR comme pertinente pour l’étude. De plus, en l’absence d’accès aux autres méthodes d’analyse, de par sa simplicité de mise en œuvre, son faible coût et afin de développer un protocole accessible et simple, la FTIR11 s’est imposée comme la plus adaptée. Pour la détection du lindane par la FTIR, nous avons dû effectuer une prise d’échantillons qui consistait à prélever un poil, une plume ou un cristal présent sur les spécimens. Ceux-ci n’avaient pas besoin d’être plus épais qu’un cheveu et nous avons essayé d’être le moins intrusif possible en prenant ces échantillons sur des zones les plus discrètes possible (arrières des pattes, poils/plumes tombés sur le socle). Ces prélèvements ont tous été faits en collaboration avec le taxidermiste.

22Des protocoles ont été mis en place afin que les analyses soient toutes effectuées de la même manière et le plus rigoureusement possible. Pour la FRX, la même méthode a été appliquée, à savoir, une prise de mesure à 4 endroits différents sur un spécimen : tête, dos, poitrail et socle (voir figure 3).

Fig.3 Prise d’analyse sur spécimen

Fig.3 Prise d’analyse sur spécimen

Ici, utilisation de l’appareil portable à fluorescence X sur la tête d’un rapace.

© M. Dangeon, HE-Arc CR.

  • 12  PEQUIGNOT A. « Évaluation de la toxicité des spécimens naturalisés ». In La Lettre de l’OCIM, n°11 (...)

23Ces zones ont été choisies d’après Péquignot (2008) qui précise que l’arsenic ressort à ces endroits car il s’agit le plus souvent des zones d’incisions de la peau qui restent, malgré la couture, des zones de fragilité et d’échanges avec le milieu extérieur12. Les mesures ont été prises avec un temps de mesure entre 10 et 20 secondes. Nous avons commencé par effectuer des tests sur la durée de l’analyse. Ceci nous a montré que les résultats étaient les mêmes entre 10 secondes et 1 minute. Nous avons donc opté pour 10 secondes d’analyse.

24Pour déterminer la contamination des espaces de stockage, nous avons procédé à des prélèvements systématiques à l’aide de coton-badigeons humidifiés avec de l’eau déminéralisée. Nous avons tout d’abord effectué quatre prélèvements sur le sol de chaque réserve et quatre autres sur les étagères de chaque réserve, en alternant étagère haute et étagère basse (voir figure 4). Les prélèvements au sol ont été faits sur des surfaces de 5 cm² (voir figure 5). Les coton-badigeons ont été placés dans des sachets à glissière de type MiniGrip™ et analysés ensuite par FRX.

Fig.4  Disposition des spécimens en réserve

Fig.4  Disposition des spécimens en réserve

Exemple d’organisation des spécimens sur une étagère de Compactus®.

© M. Dangeon, HE-Arc CR.

Fig. 5  Zone de prélèvement sur le sol de la réserve

Fig. 5  Zone de prélèvement sur le sol de la réserve

Carré au sol délimitant la zone de prélèvement des particules présentes.

© M. Dangeon, HE-Arc CR.

25Pour la FTIR, les prélèvements de poils, de plumes et de cristaux (voir figure 6) sont déposés sur une plaquette numérotée et l’analyse est ensuite effectuée.

Fig. 6  Cristal présent sur un spécimen

Fig. 6  Cristal présent sur un spécimen

Ce cristal a été prélevé et analysé par la FTIR.

© M. Dangeon, HE-Arc CR.

26Résultats de la FRX : les analyses FRX ont montré que l’arsenic était présent sur tous les spécimens antérieurs à 1996, qu’ils soient mammifères ou oiseaux (voir figure 7, figure 8 et Tableau 2).

Fig. 7  Spectre d’analyse FRX

Fig. 7  Spectre d’analyse FRX

Les pics les plus importants sont ceux de l’arsenic, les autres pics sont ceux dus à la source de rayons X de l’appareil.

© HE-Arc CR

Fig.8 Spécimen contaminé

Fig.8 Spécimen contaminé

Spécimen issu de la collection Robert ayant été infesté et identifié comme contaminé à l’arsenic.

© M. Dangeon, HE-Arc CR.

Tableau 2 : Présentation des résultats de l’analyse FRX pour l’arsenic

Collections du musée

Nombre de spécimens analysés

Pourcentage de spécimens analysés dans lesquels l'arsenic a été détecté

Pourcentage de spécimens dans lesquels l'arsenic n'est pas présent

Mammifères

15

100%

0%

Oiseaux

17

88,2%

11,7%

Total

32

93,7%

6,2%

Sur l’ensemble de notre échantillonnage, 94% des spécimens sont détectés positifs à l’arsenic.

© M. Dangeon, HE-Arc CR.

27Résultats de la FTIR : les résultats FTIR ne se sont pas avérés assez représentatifs pour le produit recherché. En effet, par l’analyse de nos échantillons nous n’avons identifié que la présence de kératine et d’alun, tout à fait normale pour des peaux tannées (voir figure 9).

Fig.9 Spectres analyse FTIR

Fig.9 Spectres analyse FTIR

La courbe verte est caractéristique de l’alun, la courbe bleue est caractéristique de la kératine et la courbe rouge est celle de l’échantillon analysée. Nous pouvons voir que les pics de l’échantillon correspondent à ceux de la kératine et de l’alun. Cependant, les pics du lindane eux ne correspondaient pas.

© HE-Arc CR

28Pour ce genre de produits gazeux et persistants, la FTIR n’est donc pas concluante. Des analyses plus complexes ou encore l’utilisation de passive sampler, tubes absorbant les polluants présents sur un objet qui sont ensuite analysés par chromatographie en phase gazeuse seraient mieux adaptées.

29Comme nous pouvions nous y attendre, la contamination à l’arsenic est très importante. La présence d’arsenic est omniprésente sur les spécimens, autant sur les mammifères que sur les oiseaux. Nous avons pu déterminer que les spécimens sains sont les plus récents, c’est-à-dire ceux naturalisés par M. Zimmerli entre 1996 et 2014. Concernant les espaces de stockage, l’arsenic est présent sur les étagères, qu’elles soient occupées ou non. Les sols quant à eux ne sont pas positifs à la présence d’arsenic. Ainsi le fait que les sols sont régulièrement lavés, au contraire des  étagères, entraine l’élimination des résidus de contaminants qui s’y déposent, ce qui génère un problème de pollution des eaux usées. De plus, un phénomène d’appel d’air lié au système d’armoires métalliques sur rails provoque l’entrainement des poussières d’arsenic qui se redéposent ensuite sur les étagères à différents niveaux. Le mercure n’est pas présent dans les collections. Le seul pic observé est dû à la présence sur le spécimen d’un pigment rouge probablement à base de mercure, le cinabre.

30Ces tests nous prouvent donc que l’arsenic est présent sur une grande majorité des spécimens, mais ne nous permettent pas de savoir dans quelle mesure les espaces de stockage sont concernés dans leur ensemble, et si une contamination des spécimens récents par les poussières d’arsenic des spécimens anciens a pu avoir lieu. Ces résultats obtenus, il devient alors possible de donner des recommandations spécifiques en lien avec la gestion des espaces de réserve.

  • 13  Nous tenons à remercier en particulier : Mme V. TERRAPON, conservatrice-restauratrice au Musée d’h (...)
  • 14  TROXLER M., taxidermiste au Musée d’histoire naturelle de Bâle, 2014, communications écrites, du 1 (...)
  • 15  Tests effectués avec des filtres portés par des restaurateurs : les filtrations des masques ont pu (...)
  • 16  Il permet d’absorber les polluants (type PCP, PCB*) et pesticides, ainsi que le radon, dégagés par (...)

31Les mesures de sécurité à prendre dans notre cas de contamination sont essentiellement de l’ordre de la protection individuelle. Nous avons contacté plusieurs personnes du domaine médical afin d’en établir la liste13. Comme la contamination à l’arsenic, au mercure et au lindane se fait principalement par les voies respiratoires et digestives, le port de gants nitrile, ne laissant pas passer la transpiration et donc protégeant de l’échange de produits au contraire des gants en coton14, ainsi que d’un masque respiratoire sont essentiels pour la protection du personnel. Le niveau de filtration des masques doit être fixé en fonction des quantités présentes des contaminants (FFP2 à FFP3)15. Parallèlement à cette forme de protection, nous avons évalué la possibilité de mettre en place une décontamination passive à l’aide d’un tissu absorbant les polluants16 (voir figure 10).

Fig.10 Tissu absorbant les polluants

Fig.10 Tissu absorbant les polluants

Tissu Saratech® permasorb absorbant les polluants présents dans l’air à base de charbon actif.

© Blücher

32Cette méthode assez récente est basée sur l’absorption des polluants qui se dégagent lentement par du tissu de charbon actif. Elle est facile à mettre en place pour une petite institution et assez peu coûteuse à l’échelle d’une collection entière.

33Nous avons donc pu identifier partiellement les produits biocides et établir des recommandations simples à réaliser et peu coûteuses pour éviter la contamination des personnes en contact avec ces collections, la mise en place d’une signalétique présentant les dangers, les protections obligatoires et les conduites à tenir.

  • 17  CUISIN J., communication écrite, du 09/04/2014 au 02/06/2014

34Une autre question est apparue au cours de notre travail et qui concerne les attaques spécifiques de certains insectes, leurs « préférences alimentaires » en quelque sorte. Nous avons en effet pu prouver que la collection Robert avait bel et bien été préparée à l’arsenic. Mais pourquoi cette collection traitée à l’arsenic a-t-elle été plus attaquée que les autres ? Différentes hypothèses sont émises sur les raisons de telles infestations. Selon M. Jacques Cuisin17, chargé de la conservation des collections Mammifères et oiseaux au Museum national d’histoire naturelle à Paris, il arrive fréquemment que les collections même arséniées puissent être infestées, sans cependant que la raison en soit clairement identifiée. Est-ce que l’arsenic ne joue plus son rôle d’insecticide ? Certains insectes ont-ils pu développer, par mutation par exemple, une résistance aux produits toxiques ?

  • 18  LITMAN J., entomologiste au muséum d’histoire naturelle de Neuchâtel, 2014, communications orales, (...)
  • 19 LITMAN J., communications orales, 2014

35En discutant avec Mme Jessica Litman18, entomologiste au MHNN, nous avons appris que qu’une partie spécifique du corps des insectes, nommée en anglais « fat body » et correspondant vraisemblablement aux tissus adipeux et au foie, est impliquée dans un processus de détoxification leur permettant de continuer à vivre malgré l’ingestion de toxiques. D’autre part, la majorité des insectes sont capables de s’adapter et de développer une résistance aux pesticides pendant leur croissance. Il s’agit donc d’une évolution propre à chaque individu19.

  • 20  CUISIN J., communication écrite, du 09/04/2014 au 02/06/2014et ZIMMERLI M., taxidermiste au muséum (...)

36Les spécimens contenant de l’arsenic sont mélangés à d’autres qui n’en contiennent pas, aussi, pourquoi les insectes préfèrent-ils dans certains cas les spécimens ayant été traités aux biocides ? L’hypothèse émise est que les spécimens ayant reçu un traitement à l’arsenic sont les plus anciens et nous savons par les études sur l’histoire de la taxidermie qu’ils sont généralement moins bien préparés20, c’est-à-dire moins bien dégraissés. Ils sont donc probablement une source de nourriture plus importante que les spécimens sains.

37Enfin, en ce qui concerne les spécimens de la collection pédagogique du musée, manipulée par le public, une décontamination ou encore le remplacement des spécimens contaminés par des spécimens non contaminés sont les deux alternatives possibles. En l’attente de ces modifications, l’accès à cette collection doit être fermé afin d’éviter la contamination du public lors d’activités pédagogiques.

Conclusion 

38Ces tests ont montré que 94 % des spécimens sur lesquels a été fait l’échantillonnage, soit 32 spécimens de la collection et 90 % des étagères testées, sont positives à l’arsenic. Cependant, les sols des réserves sont négatifs à l’arsenic, ce qui s’explique par le nettoyage régulier des locaux de réserve. Le fait que les particules d’arsenic ne soient pas dispersées dans d’autres locaux de travail constitue un point très positif de ces résultats. Nos tests FTIR concernant le lindane ne nous ont pas permis de détecter ce produit, du fait de l’aspect volatil de ce produit dans le temps. Cette méthode ne peut donc pas servir à élaborer un protocole simplifié d’identification des contaminants. Ces tests nous montrent que les méthodes d’analyses complexes utilisant la chromatographie et la spectroscopie, non réalisables dans le cadre de ce travail, sont nécessaires afin que les tests soient représentatifs.

39La mise en place d’une décontamination passive dans ces collections permettrait de résoudre en partie les problèmes liés à la contamination de certaines collections. Par contre, dans le cas de la collection pédagogique, une décontamination totale ou le remplacement des spécimens contaminés doivent être envisagés. En l’absence de ces mesures, seule la fermeture de cette collection garantira la protection du public et des intervenants.

  • 21  Abbé MANESSE, Traité sur la manière d’empailler, 1787.

40Quant à l’utilisation des biocides toxiques contre les infestations, l’abbé Manesse, (1787), avait sans doute raison : « Je prétends même qu’aucun poison, soit végétal soit minéral, n’a cette propriété et que l’arsenic et le sublimé corrosif, qui sont les plus meurtriers que nous connaissons, ne sont d’aucune utilité pour écarter les insectes21 ».

Haut de page

Bibliographie

FUHRMANN O. Instructions pour la préparation et la conservation des objets d’histoire naturelle. Musée d’Histoire Naturelle, Neuchâtel, 1916, p. 11.

ODEGAARD N. et al. Old Poisons, New Problems. A Museum Resource for Managing Contaminated, Cultural Materials. AltaMira Press, New York, 2005.

PEQUIGNOT A. et al. « L’arsenic dans les collections d’Histoire naturelle ». In La Lettre de l’OCIM, n°105, 2006, p. 4-10.

PEQUIGNOT A. « Évaluation de la toxicité des spécimens naturalisés ». In La Lettre de l’OCIM, n°116, 2008, p. 4-9

PFISTER A-L. L’influence des biocides sur la conservation des « naturalia ». Mémoire de fin d’études, La Chaux de Fonds, Haute Ecole d’arts appliqués Arc, 2008, non publié.

PFISTERA-L. « Mise en évidence et identification des biocides résiduels dans les naturalia ». In La Lettre de l’OCIM, n°123, 2009, p. 21

VALLEE K. Influence des traitements chimiques sur la conservation des objets d’histoire naturelle: un exemple parmi les vertébrés. Mémoire de fin d’études, La Chaux de Fonds, Haute Ecole d’arts appliqués Arc, 2000.

Haut de page

Notes

1  PEQUIGNOT A. et al. « L’arsenic dans les collections d’Histoire naturelle ». In La Lettre de l’OCIM, n°105, 2006, p. 4-10.

VALLEE K. Influence des traitements chimiques sur la conservation des objets d’histoire naturelle: un exemple parmi les vertébrés. Mémoire de fin d’études, La Chaux de Fonds, Haute Ecole d’arts appliqués Arc, 2000. Odegaard, Nancy et al. Old Poisons, New Problems. A Museum Resource for Managing Contaminated Cultural Materials. AltaMira Press, New York, 2005.

2  PFISTER A-L. L’influence des biocides sur la conservation des « naturalia ». Mémoire de fin d’études, La Chaux de Fonds, Haute Ecole d’arts appliqués Arc, 2008, non publié.

3 PFISTER A-L, 2008.

4  Le lindane est un produit chimique organochloré commercialisé depuis 1938, Il est souvent décrit par les lettres HCH qui désignent son nom chimique : le gamma-hexachlorocyclohexane. Il fait partie de la famille des « polluants organiques persistants », source : fiche toxicologique 81 INRS http://www.inrs.fr/publications/bdd/doc/fichetox.html?refINRS=FT%2081  

5  Savon arsenical : préservatif à base de camphre, arsenic, carbonate de potasse et chaux associés à du savon et appliqué à l’intérieur des peaux.

PEQUIGNOT A., 2006.

6 CUISIN J., Chargé de Conservation des collections Mammifères et Oiseaux, Muséum national d’histoire naturelle de Paris, 2014, communication écrite, du 09/04/2014 au 02/06/2014

7 PFISTER A-L, 2008, p. 19

8 PFISTER A-L. « Mise en évidence et identification des biocides résiduels dans les naturalia ». In La Lettre de l’OCIM, n°123, 2009,p. 21

9  FUHRMANN O. Instructions pour la préparation et la conservation des objets d’histoire naturelle. Musée d’Histoire Naturelle, Neuchâtel, 1916, p. 11.

10 L’appareil que nous avons utilisé est un outil de type EDXRF (FRX en dispersion d’énergie) Thermo Fisher® Niton XL3t.

11 Les analyses FTIR ont été réalisées au moyen d’un microscope Thermo Scientific Nicolet iN10 MX. Pour faire les mesures en réflectance totale atténuée (ATR),cet appareil est muni d’un cristal de germanium. La surface de mesure est de 150 x 150 μm. Le logiciel OMNIC Picta™ nous a permis de collecter les données et de les traiter sous forme de graphiques

12  PEQUIGNOT A. « Évaluation de la toxicité des spécimens naturalisés ». In La Lettre de l’OCIM, n°116, 2008, p. 4-9

13  Nous tenons à remercier en particulier : Mme V. TERRAPON, conservatrice-restauratrice au Musée d’histoire naturelle de la Chaux de Fonds, 2014, communications écrite et orale, du 05/05/2014 au 05/07/2014, et Mme C. SCHEEN, médecin-inspectrice du travail cantonal, Canton de Neuchâtel, pour ces informations.Suva. Valeurs limites d’exposition aux postes de travail 2014. SuvaPro, Lucerne, 2014

14  TROXLER M., taxidermiste au Musée d’histoire naturelle de Bâle, 2014, communications écrites, du 14/06/2014 au 01/07/2014

15  Tests effectués avec des filtres portés par des restaurateurs : les filtrations des masques ont pu être diminuées. Mme WORLE M., chef de la recherche en conservation au Musée National Suisse, 2014, communications écrites et orales, du 26/05/2014 au 07/07/2014

16  Il permet d’absorber les polluants (type PCP, PCB*) et pesticides, ainsi que le radon, dégagés par les objets. Site internet du fournisseur : http://www.bluecher.com/en/brands/saratech/special-applications/the-clean-up-system-for-contaminated-building-interiors/

17  CUISIN J., communication écrite, du 09/04/2014 au 02/06/2014

18  LITMAN J., entomologiste au muséum d’histoire naturelle de Neuchâtel, 2014, communications orales, 25/06/2014

19 LITMAN J., communications orales, 2014

20  CUISIN J., communication écrite, du 09/04/2014 au 02/06/2014et ZIMMERLI M., taxidermiste au muséum d’histoire naturelle à Neuchâtel, 2014, communications orales, juin 2014.

21  Abbé MANESSE, Traité sur la manière d’empailler, 1787.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1 Evaporateur pour pastille de lindane
Légende Cet évaporateur de lindane, retrouvé dans les locaux techniques du MHNN, permettait la liquéfaction puis l’évaporation du produit par chauffage de la pastille.  
Crédits © M. Dangeon, HE-Arc CR.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4845/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Fig.2 Bocal contenant des pastilles de lindane
Légende Aspect des pastilles de lindane.
Crédits © M. Dangeon, HE-Arc CR.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4845/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Fig.3 Prise d’analyse sur spécimen
Légende Ici, utilisation de l’appareil portable à fluorescence X sur la tête d’un rapace.
Crédits © M. Dangeon, HE-Arc CR.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4845/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Fig.4  Disposition des spécimens en réserve
Légende Exemple d’organisation des spécimens sur une étagère de Compactus®.
Crédits © M. Dangeon, HE-Arc CR.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4845/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Fig. 5  Zone de prélèvement sur le sol de la réserve
Légende Carré au sol délimitant la zone de prélèvement des particules présentes.
Crédits © M. Dangeon, HE-Arc CR.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4845/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Fig. 6  Cristal présent sur un spécimen
Légende Ce cristal a été prélevé et analysé par la FTIR.
Crédits © M. Dangeon, HE-Arc CR.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4845/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Fig. 7  Spectre d’analyse FRX
Légende Les pics les plus importants sont ceux de l’arsenic, les autres pics sont ceux dus à la source de rayons X de l’appareil.
Crédits © HE-Arc CR
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4845/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig.8 Spécimen contaminé
Légende Spécimen issu de la collection Robert ayant été infesté et identifié comme contaminé à l’arsenic.
Crédits © M. Dangeon, HE-Arc CR.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4845/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Titre Fig.9 Spectres analyse FTIR
Légende La courbe verte est caractéristique de l’alun, la courbe bleue est caractéristique de la kératine et la courbe rouge est celle de l’échantillon analysée. Nous pouvons voir que les pics de l’échantillon correspondent à ceux de la kératine et de l’alun. Cependant, les pics du lindane eux ne correspondaient pas.
Crédits © HE-Arc CR
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4845/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig.10 Tissu absorbant les polluants
Légende Tissu Saratech® permasorb absorbant les polluants présents dans l’air à base de charbon actif.
Crédits © Blücher
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4845/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Dangeon, « Contamination des collections naturalisées traitées aux biocides et mesures de conservation préventive », CeROArt [En ligne], 5 | 2016, mis en ligne le 25 février 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://ceroart.revues.org/4845

Haut de page

Auteur

Marion Dangeon

Titulaire d’un bachelor en conservation préventive, obtenu en 2014 à la HECR Arc de Neuchâtel, en Suisse, Marion Dangeon poursuit actuellement ses études au sein de la HECR Arc afin d’obtenir un Master en conservation-restauration spécialisation objets archéologiques et ethnographiques. marion.dangeon@he-arc.ch ; mariondangeon@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org