Navigation – Plan du site
Mélanges

L’Antiphonaire d’Oosteeklo et son enlumineur (Cornelia van Wulfschkercke ?)

Dominique Vanwijnsberghe

Résumés

L’Antiphonaire d’Oosteeklo, conservé à la bibliothèque du Musée des Beaux-Arts de Gand, a peu retenu l’attention des historiens d’art, en dépit de son importance pour l’histoire de l’enluminure flamande. Un remarquable colophon révèle l’identité de sa commanditaire, Quentine de Mastaing, abbesse des cisterciennes d’Oosteeklo ; il donne le nom de deux copistes et l’année de réalisation du manuscrit (1498). Ses scènes historiées aussi peuvent être rattachées à une enlumineresse documentée : la fameuse Cornelia van Wulfschkercke, carmélite de Sion à Bruges, à qui un œuvre assez important a pu être donné. Cette nouvelle attribution est l’occasion de présenter deux autres manuscrits peints par la même main et d’examiner la validité d’une identification qui reste, à ce stade des recherches, une hypothèse de travail.

Haut de page

Texte intégral

Au seuil de cet article, j’ai le plaisir de remercier chaleureusement Veerle Verhasselt pour l’excellent accueil qu’elle m’a réservé à la bibliothèque du Musée de Gand et les facilités d’accès qui m’ont été accordées. Toute ma gratitude va aussi à Damien Breuls de Tiecken, Marie-Christine Claes, Hilde Debruyne, Marc De Smet, Marc De Vleesschauwer, †Erik Drigsdahl, Thomas Falmagne, Pierre-Yves Kairis, Tal Nadal, Judith Oliver, Kurt Priem, Claudia Rabel, Patricia Stirnemann, Rony Van Belle, Erik Verroken et, tout particulièrement, Michiel Verweij, qui n’ont pas ménagé leur temps pour répondre à mes questions souvent pointues.

  • 1  Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB. Voir essentiellement : Bloem en tuin in de Vlaamse (...)
  • 2  Géolocalisation : N51 11.022 E3 41.145. Sur l’abbaye, voir Canivez, J.-M., L’ordre de Cîteaux en B (...)

1Oserait-on un néologisme ? La stambibliotheek de Roger Marijnissen – celle où il a sa table réservée au Museum voor Schone Kunsten de Gand – conserve un manuscrit qui a très peu retenu l’attention des spécialistes de l’enluminure flamande : l’antiphonaire1 réalisé en 1498 pour l’abbaye des moniales cisterciennes d’Oosteeklo, à une quinzaine de kilomètres au nord de Gand2. Ce gros livre a mené jusqu’ici une existence discrète, sans doute parce qu’il est conservé dans un temple des beaux-arts : n’étant ni une peinture à proprement parler ni une sculpture, déclassé dans les ordres mineurs, relégué en outre dans les rayonnages d’une bibliothèque, il a superbement réussi à se faire oublier. Et si j’ai fini par le repérer, c’est grâce à la richissime photothèque de l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA) – près d’un million de photos, prises tous azimuts et sans préjugé de classe, dans l’abondant réservoir que constitue le patrimoine culturel de la Belgique.

  • 3  Les jésuites avaient acheté le bâtiment et le mobilier de la communauté à la mort de la dernière s (...)
  • 4  Ces échanges de lettres sont conservés dans le dossier muséal.
  • 5  De Schryver, A. et Marijnissen, R.H., De oorspronkelijke plaats van het Lam Gods-retabel (Les Prim (...)
  • 6  Les photographies noir et blanc de la mission, menée par Odette d’Ursel, sont consultables sur le (...)

2Acheté à la fin de l’année 1951 par les Amis du Musée aux jésuites gantois de la Savaanstraat (collège Sainte-Barbe)3, le manuscrit avait suscité, au moment de son acquisition, un certain engouement chez les historiens gantois de l’enluminure, en particulier Antoine De Schryver, collègue et ami de Roger Marijnissen, et leur maître, Frederik Lyna4. Mais aucune publication substantielle ne lui fut jamais consacrée. Il faut dire que pour cette génération d’historiens d’art, l’immédiat après-guerre fut une période de formation particulièrement intense. C’est alors, rappelons-le, que fut restauré à l’IRPA l’Agneau mystique, revenu sain et sauf des mines de sel d’Altaussee. L’intervention fut suivie d’une publication qui allait faire date – L’Agneau mystique au Laboratoire –, un ouvrage fondamental dirigé par Paul Coremans et dans lequel Marijnissen et De Schryver signèrent une importante contribution5. On comprend dès lors que la nouvelle acquisition du musée gantois passa au second rang des préoccupations, ce qui n’empêcha pas l’IRPA de l’inventorier promptement au début de l’année 19526.

  • 7  Voir le rapport de la restauration effectuée par Anne Peckstadt de décembre 2013 à juin 2014, dans (...)
  • 8  Voir Manuscrits à peintures en Flandre, 1475-1550 (cat. d’exposition), dir. Smeyers, M. et Van der (...)

3L’Antiphonaire d’Oosteeklo est un livre imposant de plus de deux cent soixante folios, qui ne mesure pas moins de quarante-huit centimètres sur trente-quatre. Il comporte la partie d’été de l’antiphonaire, de Pâques à la saint Clément (23 novembre) et a conservé une grande partie de sa reliure originale, récemment restaurée7. C’est l’un de ces nombreux livres de chœur copiés et enluminés dans les anciens Pays-Bas méridionaux dans la première moitié du seizième siècle, au moment où l’imprimerie était en train de tuer à petit feu le livre manuscrit. Qu’un codex de cette ampleur ait pu voir le jour à ce moment charnière pourrait paraître anachronique, mais il ne faut pas perdre de vue que ce type de manuscrits était adapté aux spécificités liturgiques des institutions auxquelles il était destiné, bien avant les tentatives d’uniformisation de la liturgie et l’imposition de l’usage romain. Déchiffrés à distance par l’ensemble de la schola, ces grands livres ne devaient pas être multipliés en grands nombres. De toute évidence, ni leur taille ni leur caractère exclusif ne les destinait donc à une technique de reproduction mécanique telle que l’imprimerie8.

4Fait rare pour l’époque, le manuscrit est assez bien documenté. Un remarquable colophon rédigé en hexamètres latins donne d’intéressants détails sur sa réalisation :

Finis erat libro Quintina septigerante
Altum nomen habens a Mastheyns inclita proles
Et vertit calamos ad cantum sanguinis ortum
Superioris habens Philippes virgo pudica
Wanzeele scriptor apices digessit et ipsa
A dominaque secunda monens Margreta sorores
Fundite corde preces Domino cum sistitis are
Ut supradictis pateant palacia celi
M. semel et quinque .C. tempora cumque notentur
Hiis duo cum removes huius tibi tempora signant.
Oesteecloe

  • 9  Je remercie vivement Michiel Verweij d’avoir réexaminé avec moi la traduction figurant dans le dos (...)

5Ce qui pourrait se traduire comme suit9 :

  • 10  Sur ce point, cette traduction diverge de celle proposée dans le dossier muséal, qui distingue Wan (...)

Le livre fut terminé sous le septennat [?] de Quentine.
L’illustre descendante du grand nom de Mastaing,
la chaste vierge Philippes, issue de noble race,
a consacré sa plume à la musique.
Et Marguerite Wanzeele10, copiste, a écrit le texte,
elle qui seconde Madame pour diriger les sœurs.
Priez le Seigneur dans votre cœur, lorsque vous êtes à l’autel,
pour que s’ouvrent aux personnes susdites le palais du ciel.
En prenant comme millésime une fois mille et cinq fois cent,
et en ôtant deux, vous obtiendrez l’année [de réalisation du manuscrit].
Oosteeklo

  • 11  Nuyttens, « Abbaye d’Oosteeklo » [n. 2], p. 443-444.
  • 12  « De gueules à la fasce d'or accompagnée en chef d'une divise vivrée du même ». Sur la généalogie (...)

6Ce texte précise donc que l’antiphonaire fut achevé en 1498 sous l’abbatiat de Quentine de Mastaing de Jauche (1496-1504)11, représentée dans le bas de page du frontispice, crossée et agenouillée face à un prie-Dieu, avec les armes de sa famille12 (fig. 1).

Fig. 1 L’abbesse d’Oosteeklo Quentine de Mastaing

Fig. 1 L’abbesse d’Oosteeklo Quentine de Mastaing

L’abbesse d’Oosteeklo Quentine de Mastaing de Jauche et une consœur (Philipinne de Mastaing ?) agenouillées en prière, bas de page de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498. Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB, f. 1 (détail).

Crédits: Dominique Vanwijnsberghe.

  • 13  Balthau, E., art. « Robert de Masmines », dans Les chevaliers de l’ordre de la Toison d’or au xve (...)

7Cette abbesse avait de qui tenir : fille d’André de Jauche († 1456), seigneur de Mastaing, fief situé en Hainaut, à une dizaine de kilomètres au sud-est de Valenciennes, elle avait pour mère Marguerite de Masmines (Massemen, à mi-chemin entre Gand et Alost), la propre fille du fameux Robert de Masmines († 1430/1431), chevalier de la Toison d’or, en qui l’on reconnaît parfois le « gros homme » du portrait attribué à Robert Campin13.

  • 14 Nuyttens, « Abbaye d’Oosteeklo » [n. 2], p. 444 ; De Vleesschauwer, « Antifonarium » [n. 1], p. 45. (...)
  • 15  Wanzele est un village de Flandre orientale situé entre Alost et Wetteren, à une vingtaine de kilo (...)
  • 16  Il pourrait s’agir de « vrou Margriete Hugenoets » mentionnée en 1504. Voir De Vleesschauwer, « An (...)

8Selon le colophon, deux scribes se partagèrent la transcription du texte et de la musique. Les portées et les notes furent copiées par Philippe a Mastheyns en qui il faut sans doute reconnaître Philippine de Mastaing, une probable parente de Quentine, qui était abbesse d’Oosteeklo en 152814. C’est peut-être elle qui est figurée derrière Quentine, au frontispice du manuscrit (fig. 1). Quant aux textes et aux remarquables initiales décorées et filigranées (fig. 2), ils sont l’œuvre de Marguerite Wanzeele15 qui, précise le colophon, secondait l’abbesse16.

Fig. 2 Initiale filigranée A de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498

Fig. 2 Initiale filigranée A de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498

Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB, f. 55v° (détail).

Crédits: Dominique Vanwijnsberghe.

  • 17  Aux f. 19v° (« iste liber pertinet / toest eecloe »), 111 (« oesteeclo ») et 111v° (« te oosteeclo (...)

9Après une devinette dévoilant la date du manuscrit, le texte se termine par le nom du monastère : « Oesteecloe », répété de façon plus discrète dans les rubans de certaines lettres ornées, dans le corps du manuscrit17. Saint Bernard, patron des cisterciens, fait par ailleurs l’objet d’un office solennel introduit par sa représentation dans une initiale historiée, où il est accompagné d’un petit chien blanc, l’un de ses attributs traditionnels (fig. 3).

Fig. 3 Saint Bernard, miniature de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498

Fig. 3 Saint Bernard, miniature de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498

Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB, f. 169v° (détail).

Crédits: Dominique Vanwijnsberghe.

  • 18  Saint Lambert est représenté en évêque crossé, une épée dans la main gauche. Cet attribut plutôt r (...)
  • 19 Grotenfend, H., Zeitrechnung des deutschen Mittelalters und der Neuzeit, 2/2, Hanovre/Leipzig, Hahn (...)
  • 20  Rijksarchief te Gent, Abdij van Oosteeklo, n° 19, comptes dressés sous l’abbatiat de Catherine de (...)

10Dans le commun des saints, l’office consacré à un pontife est illustré par Augustin et Lambert de Maastricht18 (fig. 4), tous deux fêtés solennellement chez les cisterciens et à Oosteeklo19. Pour le reste, le colophon ne nous apprend malheureusement rien sur l’auteur des treize initiales historiées ouvrant les parties principales de l’antiphonaire. Il ne faut rien attendre non plus de la comptabilité de l’abbaye, qui n’existe malheureusement plus qu’à l’état fragmentaire et ce, à partir de 1504, quelques années trop tard donc20.

Fig. 4 Les saints Augustin et Lambert, miniature de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498

Fig. 4 Les saints Augustin et Lambert, miniature de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498

Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB, f. 246 (détail).

Crédits: Dominique Vanwijnsberghe.

  • 21  Arnould, A., De la production de miniatures de Cornelia van Wulfschkercke (Elementa historiae ordi (...)
  • 22  Sur le couvent de Sion, voir Weale, J., « Le couvent des sœurs Notre-Dame dit de Sion à Bruges », (...)
  • 23 As-Vijvers, A.M.W., Re-Making the Margin. The Master of the David Scenes and Flemish Manuscript Pai (...)

11Quand les données historiques font défaut, le témoignage du style peut constituer un apport appréciable. C’est le cas ici puisque l’on est très clairement en présence d’une production à ajouter à l’actif d’une enlumineresse dont l’œuvre s’est considérablement étoffé ces dernières années, après qu’Alain Arnould l’a révélée en 1998 : je veux parler de Cornelia van Wulfschkercke21, carmélite du couvent de Sion à Bruges22, documentée entre 1495 et son décès le 15 avril 1540, à qui plus d’une vingtaine de manuscrits ont pu être attribués à ce jour23.

  • 24  Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 432 hors format. Photographies couleurs du manuscrit sur le site (...)
  • 25  « Hoc temporale scripsit atque composuit soror Margareta Bruunruwe monialis professa viia domus Sy (...)
  • 26  Publié dans Weale, « Couvent des sœurs Notre-Dame » [n. 22].
  • 27 Weale, « Couvent des sœurs Notre-Dame » [n. 22], p. 320.
  • 28  « Item, twee groote graduael boucken in perkement, deen es temporael, ende dander sanctorael, al g (...)

12C’est la main de l’Antiphonaire d’Oosteeklo qui décore le manuscrit sur lequel repose l’identification de Cornelia : le graduel du couvent de Sion conservé à la Bibliothèque Mazarine de Paris24. Son colophon précise qu’il a été copié et pourvu de notations musicales par sœur Marguerite Bruunruwe, professe de Sion, tandis que l’enluminure est l’œuvre de Cornelia van Wulfschkercke, professe elle aussi. Selon le même texte, le manuscrit fut achevé le 9 octobre 150525. Comme l’a bien montré Alain Arnould, cette mention correspond assez exactement avec le temporal d’un graduel en deux volumes signalé dans l’inventaire des biens du couvent dressé en 153726. La mention précise que l’enluminure du livre a été commencée par une « dévote femme », Grietkin Sceppers, qui réalisa son travail « par charité ». C’est Grietkin qui avait initié Cornelia à l’enluminure dès 150327. Elle eut le temps, avant son décès, de terminer la plus grande partie du temporal (« ende temporael es meest verlicht by […] Grietkin Sceppers »). À sa mort, Cornelia prit le relais et acheva le travail en 1505, avant de s’attaquer au sanctoral, qui ne fut mené à bien que deux ans plus tard28. La seule divergence importante entre les données fournies par le colophon et la mention de l’inventaire concerne l’intervention de Grietkin Sceppers, ignorée dans le premier cas. Alain Arnould a cependant observé, dans le manuscrit de la Mazarine, un changement dans le style des initiales champiées et décorées à partir du f. 194, soit grosso modo aux quatre cinquièmes du livre. Il pourrait s’agir de l’endroit où Cornelia assura la relève de Grietkin. Selon Arnould, elle aurait alors terminé le travail de décoration pour se charger ensuite de la peinture des six initiales historiées et des marges.

  • 29  Voir la fiche et les photos du manuscrit sur le site Initiales de l’IRHT : http://initiale.irht.cn (...)
  • 30   Ms. 390, f. 65v°, 71v°, 76v°, 59v° ; ms. 432, f. 1, 138, 151v°, 179v°. 
  • 31  L’identification des armes figurant dans le bas de page du f. 1 du temporal (ms. 432) pourrait app (...)

13En 1998, le sanctoral de ce graduel n’avait pu être repéré. Il est pourtant identifiable avec un autre manuscrit de la Mazarine, que Claudia Rabel a fort justement rapproché du style de Cornelia van Wulfschkercke : le ms. 39029. Conservé dans une reliure ancienne et fragile, ce codex n’était pas accessible en 2009, quand j’ai voulu l’étudier. Fort heureusement, les photos de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT) ne laissent planer aucun doute sur son identité. Il a les mêmes dimensions, le même nombre de lignes de portées et la même mise en page que le temporal. Les marges sont de type traditionnel et peuvent être attribuées à la même main. En outre, l’office de la dédicace de l’église (f. 24v°) est placé entre la fête de l’Annonciation (25 mars) et la Fête-Dieu (26 mai). Or on sait que le chœur de la chapelle des carmélites de Sion, ainsi que trois autels, furent consacrés lors de la fête de l’Annonciation en 1498. Par la suite, la dédicace allait être célébrée le deuxième dimanche après Pâques, soit entre le 5 avril et le 9 mai, ce qui correspond parfaitement à l’agencement chronologique des fêtes de l’antiphonaire. Un détail pittoresque rapproche encore le sanctoral de son pendant : la présence discrète, dans plusieurs enluminures (fig. 9, 17)30, d’une petite carmélite en prière, qui sert de fil rouge à travers les deux volumes du graduel31. Je ne peux m’étendre ici sur un livre qu’il m’a été impossible d’étudier de première main, mais il me semble toutefois intéressant de signaler la remarquable iconographie de la miniature frontispice (fig. 5).

Fig. 5 Histoire du Carmel, miniature du Graduel de Sion (sanctoral), Flandre, 1507

Fig. 5 Histoire du Carmel, miniature du Graduel de Sion (sanctoral), Flandre, 1507

Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 390, f. 1 (détail).

Crédits: © IRHT.

  • 32  Le « grand couvent des carmes » sera établi place Maubert à Paris. Le portail de sa chapelle compo (...)

14Elle offre un condensé de l’histoire des carmélites avec, dans le registre supérieur, au sommet du Mont Carmel, Élie emporté au ciel sur un char tandis qu’il offre son vêtement à Élisée ; ce dernier sonnant la cloche du sanctuaire nouvellement bâti et, à droite, le miracle du mort ressuscité après qu’on l’a posé sur le tombeau du prophète. Une procession de moines descend la colline sacrée pour aller à la rencontre d’une délégation emmenée par un roi de France. Il s’agit de saint Louis et de sa visite au Mont Carmel en 1253, accompagné de sa suite dans laquelle on reconnaît le comte de Flandre et le duc de Bretagne. À gauche, le souverain embarque avec plusieurs carmes qui vont faire souche en France32. En faisant figurer leur comte dans le sillage immédiat du roi, les sœurs flamandes raccrochaient subtilement le destin de leur couvent à la grande histoire de l’ordre carmélite.

  • 33  En 1495, elle transcrit et « note » un antiphonaire sur papier en deux volumes enluminé par le frè (...)
  • 34  Philadelphie, The Free Library of Philadelphia, Rare Book Department, Lewis E M 66.13, 66.14. Voir (...)
  • 35  Il pourrait s’agir de la partie d’été du graduel achevé en 1516 avec l’aide de Margriete van Rye ((...)
  • 36 Bruges, Openbaar Centrum voor Maatschappelijk Welzijn (OCMW), ms. O. SJ 211.I et O. SJ 210.I. Voir (...)
  • 37  Geirnaert, N., « Gent (Domus sancti Jheronimi) », dans Monasticon Fratrum Vitae Communis, 1. Belgi (...)
  • 38  Dhanens, E., « Le scriptorium des hiéronymites de Gand », dans Scriptorium, 23, 1969 (= Miscellane (...)
  • 39 Geirnaert, « Gent (Domus sancti Jheronimi) » [n. 37], p. 68-69.
  • 40  Il faut préciser que les documents et les livres ne correspondent pas de façon tout à fait exacte. (...)
  • 41  Bruges, Grootseminarie, ms. 50/66. Photographies couleurs des miniatures sur le site BALaT de l’IR (...)
  • 42  Voir Van Dooren, R., « Missel cistercien de l’abbaye des Dunes », dans Manuscrits à peintures en F (...)
  • 43  Louvain-la-Neuve, Musée, Fonds Suzanne Lenoir, Inv. E.S. 801 et 802. Voir Arnould, De la productio (...)

15Le temporal du Graduel de Sion est l’œuvre de référence, celle qui a permis d’avancer d’autres attributions à Cornelia. La même main s’observe dans plusieurs grands livres de chœur, un type d’ouvrage dont la sœur enlumineresse semble s’être fait une spécialité, si l’on en croit l’inventaire du couvent brugeois33. Deux feuillets d’un graduel, conservés à Philadelphie34, pourraient être les témoins d’un livre de chœur réalisé pour les carmélites brugeoises35, à moins qu’il ne s’agisse d’une commande extérieure. Car de toute évidence, la main associée à Cornelia ne travailla pas uniquement pour Sion, mais mit son talent à profit en acceptant des demandes d’autres institutions religieuses. En se fondant à la fois sur la source comptable et les colophons, on peut lui attribuer le graduel destiné à la léproserie de la Madeleine à Bruges, dont les deux volumes furent terminés en 1504 et 150636. Le nom du copiste, « frater Pancratius », apparaît dans les colophons et peut être identifié avec Pancratius de Lyra37, membre de la communauté des hiéronymites de Gand, un couvent de frères de la vie commune qui fut très actif dans la copie de manuscrits, ainsi que l’a bien montré Elizabeth Dhanens38. Les comptes, quant à eux, se contentent de mentionner le nom du frère Jacob de Proost, recteur des hiéronymites39, qui servit sans doute d’intermédiaire et reçut le paiement des travaux. Ceux-ci comprenaient l’écriture et la copie des parties musicales des deux livres. Le compte de 1504 signale en outre la reliure du volume, ainsi que quatorze lettres d’or filigranées (« ghefloreerd »)40. En revanche, ces documents restent muets sur les scènes historiées et sur le nom de leur auteur. Cette main collabore aussi à un missel destiné à l’abbaye cistercienne des Dunes, qui avait un refuge à Bruges41. Le manuscrit, originellement destiné à l’abbé Petrus Vaillant, passa à son successeur Christian de Hondt (1495-1507), qui le fit aménager à son usage propre42 et commanda au peintre du Graduel de Sion la réalisation des initiales historiées. Anne Margreet As-Vijvers lui attribue également – de façon convaincante – la belle Crucifixion ouvrant le canon de la messe (fig. 6), une miniature d’une finesse d’exécution inhabituelle, qui pourrait représenter ce dont l’enlumineur était capable quand il se trouvait au sommet de son art. Signalons encore l’un des deux folios conservés au Musée de Louvain-la-Neuve43, fragments d’un missel probablement dominicain enluminé pour un couvent qu’il n’est pas possible d’identifier.

Fig. 6 Crucifixion, miniature d’un Missel à l’usage des cisterciens de l’abbaye des Dunes), Flandre, avant 1507

Fig. 6 Crucifixion, miniature d’un Missel à l’usage des cisterciens de l’abbaye des Dunes), Flandre, avant 1507

Bruges, Grootseminarie, ms. 50/66, f. 46v°.

Crédits: © KIK-IRPA, Bruxelles.

16L’Antiphonaire d’Oosteeklo est un nouvel exemple de livre de chœur réalisé pour une communauté de moniales, non plus brugeoises cette fois, mais installées au nord de Gand, à mi-distance entre Bruges et Anvers, une belle illustration du rayonnement régional de la production attribuée à Cornelia van Wulfschkercke. C’est ce style que l’on reconnaît dans les treize initiales historiées introduisant les fêtes les plus solennelles de l’année. Les personnages courtauds et trapus sont affublés de ces grosses têtes caractéristiques, puissamment modelées, au nez fort et aux yeux globuleux cernés de noir, qui donnent aux personnages un regard fixe et indifférent. Les oreilles sont démesurément grandes et souvent placées trop haut. Schématiques, elles sont ourlées d’un bord épais, parfois en forme de bretzel, et plaquées maladroitement sur la tempe. À elles seules, elles constituent une marque de fabrique. Il n’est pas rare qu’elles soient cachées par des chevelures longues qui parfois recouvrent aussi les épaules, même chez les personnages masculins. Quand ils sont visibles, les pieds courts semblent peints en raccourcis, évasés à hauteur des orteils. Les drapés sont esquissés avec la même rapidité, selon des formules éprouvées : une surface colorée, un réseau intriqué de plis souples tracés dans une teinte foncée de la couleur de base, éventuellement relevés d’or. Les éléments de décor sont minimalistes : pelouses, rochers, murs, arbres à peine esquissés, simple lavis coloré rehaussé le cas échéant de quelques traits censés suggérer des feuilles, une pelouse, un nuage ou l’excroissance d’un rocher. Les intérieurs n’ont pas beaucoup plus de consistance et pour éviter d’avoir à peindre des détails, le peintre tapisse ses murs de draps, de rideaux et de dais d’honneur, placés contre des surfaces moulurées qui suggèrent un semblant d’architecture et offrent une structuration minimale de l’espace. La palette est choisie elle aussi : elle est construite autour d’oppositions de bleus, verts et rouges, des couleurs fortes qui ne parviennent pas à réchauffer la tonalité grisâtre dominant les saynètes. L’utilisation d’une couche picturale fortement diluée, mais aussi la présence insistante de tonalités assourdies contribuent sans doute beaucoup à cette terne froideur. Dans l’ensemble, l’économie des moyens mis en œuvre est remarquable. La technique sommaire permet d’aller vite. Elle trahit un processus de production bien rodé, comparable à celui d’ateliers travaillant en série, comme on en trouve à Bruges dès la fin du xive siècle.

  • 44  On retrouve le même type d’initiales dans le graduel gantois, plus ancien (1466-1467), de l’église (...)

17Il est bien entendu difficile d’établir si la décoration secondaire est de la même main que les scènes historiées. Les bordures qui entourent les miniatures attribuées à Cornelia sont de deux types : traditionnelles dans le Graduel de Sion, illusionnistes, à la mode ganto-brugeoise, dans les autres manuscrits. Celles de l’Antiphonaire d’Oosteeklo, quoique de très bonne facture, peintes dans un style en vogue dans le milieu brugeois de vers 1500, ne font pas preuve d’une grande originalité et se contentent d’exploiter un répertoire convenu d’acanthes, de fleurs et de fruits, d’insectes, de mollusques et d’oiseaux. Seule touche un peu originale, deux singes prennent soin d’un nourrisson emmailloté dans le bas de page du f. 246 (fig. 7). Il faut aussi attirer l’attention sur les superbes initiales filigranées qui parsèment le manuscrit (fig. 2). Elles sont probablement l’œuvre de Marguerite Wanzeele, qui aimait à faire figurer des bouts de textes, généralement sacrés, dans ses initiales enrubannées44.

Fig. 7 Singes prenant soin d’un nourrisson emmailloté, bas de page de l'Antiphonaire d’Oosteeklo,  Flandre, 1498

Fig. 7 Singes prenant soin d’un nourrisson emmailloté, bas de page de l'Antiphonaire d’Oosteeklo,  Flandre, 1498

Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB, f. 246 (détail).

Crédits: Dominique Vanwijnsberghe.

  • 45  Voir le tableau reprenant les thèmes iconographiques récurrents dans l’œuvre attribué à Cornelia d (...)

18Au modus operandi des ateliers brugeois d’enlumineurs laïcs est également emprunté le recyclage de modèles qui évitent d’avoir à réinventer constamment des thèmes à succès45. La Pentecôte (fig. 8), par exemple, est une variante de la composition plus élaborée et techniquement plus aboutie du Graduel de Sion conservé à la Mazarine (fig. 9).

Fig. 8 Pentecôte, miniature de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498

Fig. 8 Pentecôte, miniature de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498

Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB, f. 20v° (détail).

Crédits: Dominique Vanwijnsberghe.

Fig. 9 Pentecôte, miniature du Graduel de Sion (temporal), Flandre, 1507

Fig. 9 Pentecôte, miniature du Graduel de Sion (temporal), Flandre, 1507

Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 432, f. 179v° (détail).

Crédits: © IRHT.

  • 46  Arnould, De la production de miniatures [n. 21], fig. 22 (Princeton, University Library, Garrett M (...)

19La Vierge est agenouillée face à un prie-Dieu placé en oblique à l’avant-plan de la composition. De part et d’autre, des groupes d’apôtres dont les têtes sont disposées en isocéphalie dessinent une frise interrompue à hauteur du groupe formé par la Vierge et saint Jean. Une colombe vue de face, aux ailes éployées, survole le groupe. Les langues de feu ont la forme caractéristique d’aigrettes dorées, soufflées sur l’assemblée comme des akènes de pissenlit. Des variantes du même modèle s’observent dans le Graduel de l’hôpital de la Madeleine (fig. 10) et dans d’autres manuscrits attribués à Cornelia (fig. 11)46.

Fig. 10 Pentecôte, miniature du Graduel de l’hôpital de la Madeleine, Flandre, 1504

Fig. 10 Pentecôte, miniature du Graduel de l’hôpital de la Madeleine, Flandre, 1504

Bruges, OCMW, ms. O. SJ 211.I, f. 105 (détail).

Crédits: © KIK-IRPA, Bruxelles.

Fig. 11 Pentecôte, miniature d’un Livre d’heures à l’usage de Tournai, Flandre, début du XVIe siècle

Fig. 11 Pentecôte, miniature d’un Livre d’heures à l’usage de Tournai, Flandre, début du XVIe siècle

 Douai, Bibliothèque municipale, ms. 191, f. 14v°.

Crédits: © IRHT.

20On peut, de la même façon, comparer la Trinité (f. 28), l’Assomption (f. 163) ou les Anges portant le Saint-Sacrement (f. 34) aux miniatures correspondantes du graduel brugeois. Dans le cas de l’Assomption (fig. 12 et 13), Cornelia a omis de représenter le croissant de lune sur lequel repose la Vierge, une légère modification qui peut avoir des répercussions sémantiques.

Fig. 12 Ascension, miniature de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498

Fig. 12 Ascension, miniature de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498

Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB, f. 14v° (détail).

Crédits: Dominique Vanwijnsberghe.

Fig. 13 Ascension, miniature du Graduel de l’hôpital de la Madeleine, Flandre, 1504

Fig. 13 Ascension, miniature du Graduel de l’hôpital de la Madeleine, Flandre, 1504

Bruges, OCMW, ms. O. SJ 211.I, f. 102 (détail).

Crédits: © KIK-IRPA, Bruxelles.

  • 47  Voir aussi la Madeleine du Monotessaron de Gand (Universiteitsbibliotheek, ms. 11, vol. 1, f. 172v (...)

21On se rend compte aussi que le même modèle a pu servir à représenter l’Ascension de Marie Madeleine (fig. 14) dans l’un des graduels brugeois47. Ce recyclage de modèles, adaptés à des contextes variés, s’observe très souvent au sein de la production des enlumineurs médiévaux. Un thème peut également connaître plusieurs variantes, comme le montre bien la Résurrection (fig. 15).

Fig. 14 Sainte Marie Madeleine, miniature du Graduel de l’hôpital de la Madeleine, Flandre, 1504

Fig. 14 Sainte Marie Madeleine, miniature du Graduel de l’hôpital de la Madeleine, Flandre, 1504

Bruges, OCMW, ms. O. SJ 211.I, f. 149v° (détail).

Crédits: © KIK-IRPA, Bruxelles.

Fig. 15 Résurrection, miniature de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498

Fig. 15 Résurrection, miniature de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498

Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB, f. 1 (détail).

Crédits: Dominique Vanwijnsberghe.

22Le Christ enjambe le tombeau ouvert, placé parallèlement au plan de la miniature, alors qu’il se dresse devant l’un de ses petits côtés dans le Graduel de Sion (fig. 16) ou dans celui de l’hôpital de la Madeleine (fig. 17). En revanche, son geste de bénédiction et le petit drapeau qu’il arbore dérivent d’un modèle commun. À nouveau, la variance règne en maître et l’artiste médiéval, même quand il doit travailler vite, ne peut s’astreindre à la copie exacte.

Fig. 16 Résurrection, miniature du Graduel de Sion (temporal), Flandre, 1507

Fig. 16 Résurrection, miniature du Graduel de Sion (temporal), Flandre, 1507

Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 432, f. 151v° (détail).

Crédits: © IRHT.

Fig. 17 Résurrection, miniature du Graduel de l’hôpital de la Madeleine, Flandre, 1504

Fig. 17 Résurrection, miniature du Graduel de l’hôpital de la Madeleine, Flandre, 1504

Bruges, OCMW, ms. O. SJ 211.I, f. 78 (détail).

Crédits: © KIK-IRPA, Bruxelles.

  • 48  Elle s’est probablement familiarisée avec eux dès son entrée dans la toute jeune communauté de Sio (...)
  • 49  C’est le cas, par exemple, du manuscrit conservé à New Foundland, Memorial University, MS 1 (olim (...)

23L’Antiphonaire d’Oosteeklo, nouveau manuscrit à ajouter au corpus déjà bien étoffé réuni autour de Cornelia van Wulfschkercke, invite à plusieurs réflexions sur l’activité de la désormais célèbre carmélite. Pour mettre les choses en perspective, il faut d’abord rappeler que les livres liturgiques ne sont qu’un aspect de la production attribuée à Cornelia48. Ce groupe se compose en grande partie de livres d’heures ou de prières réalisés pour des religieux ou, plus souvent, des commanditaires laïcs. Or il est frappant que ces livres soient produits selon des méthodes de rationalisation du travail calquées sur celles des enlumineurs ayant pignon sur rue. Dans certains d’entre eux, par exemple, les miniatures à pleine page sont peintes sur des folios isolés, ce qui permettait de les insérer entre des bifolios de texte après les avoir munies d’une décoration faisant office de liant entre l’image et la page opposée, une façon souple d’individualiser des livres au contenu standardisé49. Ce souci de personnalisation pouvait affecter très concrètement le style des marges et il est intéressant de noter que les sœurs de Sion, dans leur graduel de 1505, optent pour des bordures extrêmement traditionnelles, tandis qu’à l’hôpital de la Madeleine ou à l’abbaye d’Oosteeklo, on leur préfère le nouveau style ganto-brugeois et les bordures illusionnistes qui sont en vogue depuis les années 1480. Autre façon d’optimaliser les procédures de travail, nous l’avons vu, Cornelia puise abondamment dans un stock de modèles, qu’elle réutilise à l’envi en apportant de légères variations en fonction de l’espace qui lui est alloué et, sans doute, des souhaits du commanditaire. Cette méthode permet elle aussi de gagner un temps précieux. On constate enfin des niveaux de finition très distincts au sein du corpus. L'Antiphonaire d’Oosteeklo, par exemple, se situe, en termes de qualité, entre le Graduel de Sion, de très bonne venue, et le Graduel de l’hôpital de la Madeleine, d’une exécution assez lâche. Ces différences de facture pourraient être fonction du prix que les commanditaires étaient prêts à payer au peintre.

  • 50  Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 34. Sur le Pand, voir Wilson, J.C., Painting i (...)
  • 51  Voir Duclos, A., Bruges, histoire et souvenirs, Bruges, Van de Vyvere-Petyt, 1910, p. 396. Les bro (...)
  • 52  Staring, « Carmelite Sisters » [n. 22], p. 81 et n. 144.
  • 53  Voir supra, n. 49.
  • 54  J’espère avoir l’occasion, dans un article futur, de présenter d’autres œuvres attribuables à la m (...)

24En 1512-1513, les carmélites louent un étal au Pand, le marché brugeois des biens de luxe50. Alain Arnould se demande à juste titre si cette location ne s’expliquerait pas par le succès des miniatures de Sion. Ces années correspondent effectivement à la grande période d’activité de Cornelia, lorsqu’elle pourvoit aux manuscrits nécessaires à la célébration collective de la messe et de l’office au sein de sa jeune communauté, tout en produisant sans doute aussi des livres de prières utilisés individuellement par certaines sœurs, des bréviaires, par exemple. A-t-elle eu le temps d’organiser en sus une production de type commercial, ou le Pand a-t-il plutôt servi à écouler d’autres types de produits, des œuvres de broderie, par exemple, dont les carmélites s’étaient également fait une spécialité51 ? On sait en tout cas que la municipalité avait approuvé la fondation du couvent de Sion à condition que les sœurs n’exercent pas un commerce ou un artisanat contraire aux règlements en vigueur à Bruges52. Cela signifierait-t-il que celles qui pratiquaient l’enluminure auraient dû s’inscrire à la gilde des peintres ? Il serait intéressant d’en retrouver la trace. Ce qui frappe aussi, quand on examine l’ensemble des œuvres attribuées à la carmélite brugeoise, c’est l’étendue assez vaste de sa clientèle. Avec Oosteeklo, sa renommée s’étend à Gand et à sa région, mais elle vend des miniatures sur folios isolés jusqu’à Lille, comme le montrent les Heures de New Foundland53. Signalons enfin que, dans l’état actuel des recherches, le corpus attribué à Cornelia comporte déjà plus de vingt manuscrits, un nombre plus que respectable pour un artisan de la fin du Moyen Âge, et qui est sans doute appelé à s’étendre davantage dans les années à venir54.

  • 55 As-Vijvers, Re-Making the Margin [n. 23], p. 336, 338.

25L’image qui émerge de tout ce qui précède est celle d’un atelier bien rodé, organisé selon les méthodes pratiquées par les enlumineurs laïcs les plus productifs ou, comme le résume bien Anne Margreet As-Vijvers, « fairly large-scale and wide-ranging illumination activities », « a flourishing illumination business, which no doubt provided a nice source of income for the Sion convent »55.

  • 56  Exemples de copistes carmes dans Lansink, H., « Bücher und Bibliotheken bei den Karmeliten der Nie (...)
  • 57  Pour le texte de la Règle rédigée en 1209 par Albert de Vercelli, patriarche de Jérusalem, voir le (...)
  • 58  « Item ordinamus quod priores provinciales compellant priores locales ut in conventibus suis scrip (...)
  • 59  Sur Soreth et sa réforme, voir Grosso, G., Il B. Jean Soreth (1394-1471). Priore generale, riforma (...)
  • 60  À cet égard, on pourrait se demander si un modeste manuscrit sur papier (Bruxelles, Bibliothèque r (...)
  • 61  Pour reprendre le terme proposé par Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 45.
  • 62  Autour de certains enlumineurs laïcs, bien mieux documentés et sur des périodes d’activité plus lo (...)

26Face à un tel constat, j’aimerais poser une question simple : une production de ce type, développée à une telle échelle est-elle vraiment compatible avec la vie de religieuses contemplatives cloîtrées comme l’étaient les carmélites de Sion, pour qui le travail artistique aurait dû être un moyen de louer Dieu avant de devenir une source de revenus ? Il est vrai que rien dans la règle originale des carmes ne s’oppose à la pratique de la copie de texte et de l’enluminure56. Au contraire, ce texte fondateur recommande l’exercice d’un travail silencieux, favorisant la méditation et la prière57. Les constitutions de 1324 ordonnent par ailleurs aux couvents de disposer de scribes qui puissent transcrire des livres religieux « là où ils manquent »58. Ces préceptes furent certainement appliqués avec rigueur au couvent de Sion, une communauté fondée en 1488, une trentaine d’années seulement après que le réformateur Jean Soreth (1394-1471) ait promu la création de communautés de femmes, ainsi qu’un retour à la stricte observance de la règle originale59. La pratique de l’écriture est d’ailleurs bien documentée dans les premières années de la fondation de Sion, tant par l’inventaire de 1537 que par les œuvres conservées60. Mais est-il raisonnable d’attribuer au « scriptorium de Sion »61, dont Cornelia aurait été la cheville ouvrière, ce corpus provisoire de plus d’une vingtaine de manuscrits, parmi lesquels figurent des livres de dévotion abondamment illustrés62 ?

  • 63  Les cas abondent. Voir, par exemple, pour le Namurois, les cisterciennes de Moulins, de Marche-les (...)
  • 64  La question est évoquée par Smeyers, M., La miniature (Typologie des sources du Moyen Âge, 8), Tur (...)
  • 65  Sur la Nonnenarbeit et ses caractéristiques, voir Oliver, « Worship of the Word » [n. 64], p. 106- (...)
  • 66 Smets, « De invloed van de gravures » [n. 38].
  • 67  Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 28-29.
  • 68  Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 46.
  • 69 As-Vijvers, Re-Making the Margin [n. 23], p. 321, 324, 325, 328, 336, 338. L’auteur suggère que les (...)
  • 70  Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 40-43 et p. 44 pour d’autres « collaborations  (...)
  • 71  Le manuel carmélite cité plus haut [n. 60] contient des rituels de vêture et de profession qui ins (...)
  • 72  Sur cet aspect, voir Oliver, « Nuns as illuminators » [n. 65].

27Certes, de nombreux couvents de femmes pratiquaient la copie et la décoration de texte63. Des moniales enlumineresses sont attestées pendant toute la période gothique, même si les débats font souvent rage quant à leur activité effective de peintres d’histoires64. Toutefois cette Nonnenarbeit, comme on l’a appelée, est généralement modeste. Elle a souvent un caractère intemporel, naïf, voire folklorique, complètement étranger à l’allure « commerciale » des enluminures attribuées à Cornelia van Wulfschkercke65. Car celles-ci, nous l’avons vu, se montrent très sensibles à la mode et en jouent même pour s’adapter aux exigences de la clientèle. En outre, elles puisent abondamment dans l’art de leur temps, s’inspirant de gravures – le Liber chronicarum de Hartmann Schedel66 ou l’œuvre d’Israhel van Meckenem67 –, mais aussi de peintres et d’enlumineurs en vogue, parmi lesquels le Maître de Jacques IV d’Écosse (Gérard Horenbout ?), le Maître de la Bible de Lübeck et même Hans Memling68. S’ajoute à cela le fait, souligné par Alain Arnould et Anne Margreet As Vijvers, que Cornelia est fortement influencée par le monde extérieur, au point de collaborer avec des enlumineurs brugeois qui n’ont pourtant pas d’attache religieuse, des artisans laïcs, tel le Maître des scènes de David69 ou, plus surprenant encore, les Maîtres de Raphaël de Mercatel, abbé de Saint-Bavon de Gand70. On est en droit de se demander comment aurait pu s’organiser pratiquement ce travail partagé à travers les grilles de la clôture, qui était, semble-t-il, strictement observée à Sion71. Comment expliquer enfin que la production « cornélienne » ne présente pas cette originalité iconographique très caractéristique des productions monastiques72, ce supplément d’âme qui serait le fruit d’une vie spirituelle intense, d’une longue ruminatio des textes sacrés, comme les travaux de Jeffrey Hamburger et de Judith Oliver, par exemple, l’ont brillamment illustré ? Rien de cela ici : les miniatures attribuées à la carmélite brugeoise suivent une iconographie assez stéréotypée, fondée en grande partie sur des modèles utilisés pour gagner du temps et rationaliser la production.

  • 73  Sur cette distinction, voir Villela-Petit, I., « Introduction sur les enlumineurs ornemanistes », (...)
  • 74  Ici aussi, les exemples sont nombreux et les scénarios très variés. Pour un aperçu de la complexit (...)
  • 75  Même si, comme le souligne Alain Arnould, le nombre de cahiers ne correspond pas exactement, pas p (...)
  • 76  Ce n’est d’ailleurs pas le seul lien du groupe Wulfschkercke avec Gand. Le fait qu’il travaille po (...)

28Il n’est pas inutile – et je termine par là – de rappeler que l’identification du style de Cornelia van Wulfschkercke ne repose pas sur des preuves documentaires incontestables, mais plutôt sur un faisceau d’arguments qui ne sont peut-être pas aussi solides qu’il n’y paraît. On peut admettre assez facilement que les deux volumes du Graduel de Sion conservés à la Mazarine sont très vraisemblablement les manuscrits signalés dans l’inventaire de 1537, même si l’une des enlumineresses, Grietken Sceppers, n’apparaît pas dans le colophon du temporal. En revanche, la part prise par Cornelia n’est pas clairement établie : si le terme « verlicht », appliqué à Grietken Sceppers, touche à des travaux de décoration secondaire, il devrait avoir la même signification pour Cornelia lorsqu’elle termine le travail. Elle pourrait donc avoir été, comme la fameuse Anastaise, une ornemaniste73 et rien n’empêche que les scènes historiées aient été confiées à un enlumineur laïc74. Que celui-ci ne soit pas cité dans le colophon n’a rien d’étonnant. Après tout, ce texte ne cite pas non plus l’autre intervenante laïque, Grietken Sceppers, et se contente de donner le nom des sœurs de Sion qui ont apporté leur contribution. Le Graduel de l’hôpital de la Madeleine à Bruges, l’autre paire de manuscrits documentés, pose un problème plus aigu encore : car en admettant que les extraits de comptes et les livres correspondent, ce qui semble à nouveau fort plausible75, le colophon du graduel de 1506 précise que le livre fut « scriptus et consummatus » par les hiéronymites de Gand, laissant entendre une réalisation entièrement supervisée par les frères gantois76. En outre, le texte ne cite pas nommément Cornelia et c’est sur la seule base du style que son nom a pu être avancé. J’ajouterai encore que l'Antiphonaire d’Oosteeklo, daté de 1498, se situerait très tôt dans le cursus religieux et artistique de la jeune carmélite. Elle n’est encore que postulante à l’époque et ne fera profession que trois ans plus tard. Son premier travail d’enluminure documenté, après qu’elle se soit fait la main comme copiste, date de 1504. Quatorze cent nonante-huit, c’est aussi cinq ans avant que Cornelia ait reçu sa formation auprès de Grietken Sceppers, en 1503 selon l’inventaire de 1537. Mais peut-être cette source, largement postérieure, n’est-elle pas absolument fiable…

  • 77  Pour reprendre la belle expression de J. Stengers dans son essai Vertige de l’historien. Les histo (...)
  • 78  Judith König est saisie des mêmes doutes dans sa thèse sur les livres de chœur du couvent des carm (...)

29Il ne m’est pas possible, dans cette courte note, de développer plus avant un problème complexe qui nécessiterait une étude approfondie de chaque manuscrit attribué à Cornelia, où l’étude de la codicologie jouerait un rôle déterminant. Qu’on me permette simplement de donner ici un léger coup de gong77 et d’attirer l’attention sur le fait qu’à ce stade de la recherche, l’identification de Cornelia van Wulfschkercke reste une hypothèse, particulièrement attrayante certes et que je ne voudrais pas rejeter a priori, mais une hypothèse quand même. Le constat est un tantinet mutin78, j’en conviens, et si j’ose apporter ce petit bémol, c’est parce qu’une note bleue ne sera sans doute pas pour déplaire à Roger Marijnissen, grand amateur de jazz. Cet « empêcheur de penser en rond » à qui l’on soumettait le questionnaire de Proust, n’avait-il pas choisi comme « héros de fiction favori » un célèbre animal qui avait sa tanière à proximité de Gand, dans la campagne du Pays de Waes … Renard le goupil ?

30Description sommaire du manuscrit

31Partie d’été d’un antiphonaire originellement en deux volumes, à l’usage de l’abbaye cistercienne d’Oosteeklo.

32Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB

33Parchemin 480 x 340 mm. I (papier) + III + 259 folios numérotés à l’encre noire dans le coin supérieur droit, avec erreurs de foliotation : f. 50 manque (la foliotation moderne passe de 49 à 51) ; 98bis et 98ter ; f. 110 manque (la foliotation passe de 109 à 111) ; f. 121 manque (la foliotation passe de 120 à 122) ; deux folios 123 ; fol. 136bis ; f. 234 manque (un f. 233 et 234). Réglure : 360/365 x 233/235 mm. 11 lignes de portée réglées à l’encre rouge. Écriture gothique textuelle. Reliure de la fin du xve siècle, cuir jaune (porc) sur ais de bois, décoration à froid de lys enserrés dans une grille de losanges, cornières, boulons et fermoirs.

3413 initiales historiées : f. 1, Résurrection ; f. 1v°, Les trois femmes au tombeau ; 14v°, Ascension ; 20v°, Pentecôte ; 28, Trinité (Trône de Grâce) ; f. 34, Deux anges portant une monstrance avec la Sainte Hostie ; f. 100, Annonciation ; f. 113v°, Saint Jean l’Évangéliste ; f. 118, Saint Jean Baptiste ; f. 163, Assomption ; 169v°, Saint Bernard ; f. 178, Nativité de la Vierge ; f. 246, Saint Augustin et saint Lambert. Initiales filigranées rouges avec filigranes bleus ou inversement, noires rehaussées de bistre, avec parfois des rubans de texte. Rubriques et initiales rouges d’une ligne d’écriture.

Haut de page

Notes

1  Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB. Voir essentiellement : Bloem en tuin in de Vlaamse kunst (cat. d’exposition), Gand, 1960, n° 188, p. 147 ; Dhanens, A., « Le scriptorium des Hiéronymites à Gand », dans Scriptorium, 23, 1969, p. 374 ; De Schryver, A., « Antifonarium van de abdij van Oost-Eeklo », dans Gent Duizend Jaar en Cultuur, 2. Boekdrukkunst. Boekbanden. Borduurkunst. Edelsmeedkunst. Miniatuurkunst (cat. d’exposition), Gand, 1975, n° 627, p. 387-388 ; De Vleesschauwer, M., « Het antifonarium van de abdij van Oosteeklo: een merkwaardige 15de-eeuwse kunstschat in het Museum voor Schone Kunsten te Gent », dans De Twee Ambachten, 6, 1998, p. 43-49.

2  Géolocalisation : N51 11.022 E3 41.145. Sur l’abbaye, voir Canivez, J.-M., L’ordre de Cîteaux en Belgique des origines (1132) au xxe siècle. Aperçu d’histoire monastique, Forges-lez-Chimay, Abbaye Notre-Dame de Scourmont, 1926, p. 488-493 ; Nuyttens, M., « Abbaye d’Oosteeklo », dans Monasticon belge. 7, Province de Flandre orientale, 3, Liège, Centre national de Recherches d'Histoire religieuse, 1980, p. 437-446 (avec bibliographie).

3  Les jésuites avaient acheté le bâtiment et le mobilier de la communauté à la mort de la dernière sœur, en 1842. C’est ainsi que l’antiphonaire aboutit dans leurs archives. Voir Canivez, Ordre de Cîteaux [n. 2], p. 493 ;De Vleesschauwer, « Antifonarium » [n. 1], p. 48-49.

4  Ces échanges de lettres sont conservés dans le dossier muséal.

5  De Schryver, A. et Marijnissen, R.H., De oorspronkelijke plaats van het Lam Gods-retabel (Les Primitifs flamands, 3. Contributions à l’étude des Primitifs flamands, 1), Anvers, De Sikkel, 1952 ; Id., « Histoire matérielle », dans L’Agneau Mystique au laboratoire. Examen et traitement (Les Primitifs flamands, 3. Contributions à l’étude des Primitifs flamands, 2), Anvers, De Sikkel, 1953, p. 21-68.

6  Les photographies noir et blanc de la mission, menée par Odette d’Ursel, sont consultables sur le site BALaT de l’IRPA : http://balat.kikirpa.be/ (numéro d’objet : 104723) [consulté le 1er mars 2015].

7  Voir le rapport de la restauration effectuée par Anne Peckstadt de décembre 2013 à juin 2014, dans le dossier muséal.

8  Voir Manuscrits à peintures en Flandre, 1475-1550 (cat. d’exposition), dir. Smeyers, M. et Van der Stock, J., Gand, Ludion, 1997, n° 15, p. 152-153 [Graduel de Saint-Bernard de Hemiksem] ; n° 22, p. 166-169 [Antiphonaire de Forest] ; n° 223, p. 170-171 [Graduel de Saint-Trond] ; nos 24-25, p. 172-175 [Graduels dominicains]. Pour d’autres exemples, dans les abbayes du Nord de la France, voir les notices de V. Guéant dans Mémoires du chant. Le livre de musique d’Isidore de Séville à Edmond de Coussemaker, Neerpelt, Alamire, 2007.

9  Je remercie vivement Michiel Verweij d’avoir réexaminé avec moi la traduction figurant dans le dossier du Musée de Gand et d’en avoir proposé une révision complète, qui en donne une nouvelle lecture.

10  Sur ce point, cette traduction diverge de celle proposée dans le dossier muséal, qui distingue Wanzeele, scribe par ailleurs inconnu, et sœur Marguerite.

11  Nuyttens, « Abbaye d’Oosteeklo » [n. 2], p. 443-444.

12  « De gueules à la fasce d'or accompagnée en chef d'une divise vivrée du même ». Sur la généalogie des Mastaing de Jauche et sur Quentine de Mastaing, voir Thelliez, C., Histoire de Mastaing, 1. Les seigneurs, la seigneurie et comté de Mastaing (Mémoires de la Société d’Émulation de Cambrai, 86, 2), Cambrai, 1939, p. 38. Selon G. Despy, cette généalogie n’est pas exempte d’erreurs (Despy, G., Les campagnes du Roman Pays de Brabant au Moyen Âge : la terre de Jauche aux xive et xve s., Louvain-la-Neuve, Centre belge d’Histoire rurale, 1981, p. 10 n. 3).

13  Balthau, E., art. « Robert de Masmines », dans Les chevaliers de l’ordre de la Toison d’or au xve siècle, éd. de Smedt, R. (Kieler Werkstücke, D 3), Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2000, n° 17, p. 39-42. Sur le portrait, voir la mise au point critique de S. Kemperdick, dans Der Meister von Flémalle und Rogier van der Weyden (cat. d’exposition), Ostfildern, Hatje Cantz Verlag, 2008, nos 16-17, p. 265-271.

14 Nuyttens, « Abbaye d’Oosteeklo » [n. 2], p. 444 ; De Vleesschauwer, « Antifonarium » [n. 1], p. 45. Philippine n’est pas mentionnée dans Thelliez, Histoire de Mastaing [n. 12].

15  Wanzele est un village de Flandre orientale situé entre Alost et Wetteren, à une vingtaine de kilomètres de Gand.

16  Il pourrait s’agir de « vrou Margriete Hugenoets » mentionnée en 1504. Voir De Vleesschauwer, « Antifonarium » [n. 1], p. 45. Je remercie Marc De Vleeschauwer de m’avoir communiqué la liste des sœurs d’Oosteeklo en 1504, qu’il a compilée à partir de diverses sources.

17  Aux f. 19v° (« iste liber pertinet / toest eecloe »), 111 (« oesteeclo ») et 111v° (« te oosteeclo p(er)tin(et) »).

18  Saint Lambert est représenté en évêque crossé, une épée dans la main gauche. Cet attribut plutôt rare apparaît dans la statue de Haffen, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Voir Saint Lambert. Culte et iconographie (cat. d’exposition), Liège, Imprimerie Massoz, 1980, p. 52-53. Dans le cas présent, l’identification à Lambert est assurée par la présence des lettres LAM sur la patte en tissu de sa chape.

19 Grotenfend, H., Zeitrechnung des deutschen Mittelalters und der Neuzeit, 2/2, Hanovre/Leipzig, Hahn'sche Buchhandlung, 1898, p. 20-23. Cette place proéminente des deux saints à Oosteeklo est confirmée par le calendrier d’un livre de prières conservé à la Public Library de New York (MS 73) qui a appartenu à l’abbaye (« Spectat ad ecclesiam monialium ordinis cisterciensis in Oosteekeloo – 1536 » (f. 169)). Je remercie Thomas Falmagne de m’avoir signalé cet intéressant manuscrit dont le contenu mériterait d’être étudié plus en détail. Ma gratitude va aussi à Tal Nadal, reference archivist à la Public Library, qui a eu la gentillesse de me faire parvenir des photos du calendrier.

20  Rijksarchief te Gent, Abdij van Oosteeklo, n° 19, comptes dressés sous l’abbatiat de Catherine de Beer, 1504-1527 ; n° 20, registre des dépenses, 1534-1567. L’hypothèse de Marc De Vleesschauwer, selon laquelle l’enlumineur ne serait autre que Wanzeele (qu’il distingue de sœur Marguerite) semble peu probable. Le qualificatif de « scriptor » semble en tout cas l’exclure.

21  Arnould, A., De la production de miniatures de Cornelia van Wulfschkercke (Elementa historiae ordinis praedicatorum, 5), Bruxelles, Vicariat général des dominicains, 1998.

22  Sur le couvent de Sion, voir Weale, J., « Le couvent des sœurs Notre-Dame dit de Sion à Bruges », dans Le Beffroi, 3, 1866-1870, p. 46-53, 77-93, 213-230 et 301-328 ; Staring, A., « The Carmelite Sisters in the Netherlands », dans Carmelus, 10, 1963, p. 80-83 ; Vandamme, L., « Een bibliotheek in het karmelietessenklooster Sion », dans Een stad vol boeken. Bibliotheken en leescultuur in Brugge in de 16de eeuw, éd. Vandamme, L., Bruges, Stad Brugge, 1998, p. 13-16.

23 As-Vijvers, A.M.W., Re-Making the Margin. The Master of the David Scenes and Flemish Manuscript Painting around 1500, Turnhout, 2013, p. 319-343; Id., « Manuscript Production in a Carmelite Convent: The Case of Cornelia van Wulfschkercke », dans Books of Hours Reconsidered, éd. Hindman, S. et Marrow, J., Londres/Turnhout, Harvey Miller, 2013, p. 279-296.

24  Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 432 hors format. Photographies couleurs du manuscrit sur le site Liber Floridus : http://liberfloridus.cines.fr/textes/biblio_fr.html [consulté le 1er mars 2015].

25  « Hoc temporale scripsit atque composuit soror Margareta Bruunruwe monialis professa viia domus Syon in Brugis ordinis dive virginis Marie de Monte Carmeli. Et illuminavit soror Cornelia van Wulfschkercke ejusdem domus et ordinis monialis professa xiiii anno Domini xvc v, xi die mensi octobris » (intérieur du second plat).

26  Publié dans Weale, « Couvent des sœurs Notre-Dame » [n. 22].

27 Weale, « Couvent des sœurs Notre-Dame » [n. 22], p. 320.

28  « Item, twee groote graduael boucken in perkement, deen es temporael, ende dander sanctorael, al ghescreven ende ghenoteert by der handt van onser costersse, suster Margriete Bruunruwe, de vii religieuse none van desen convente. Ende temporael es meest verlicht by een devote vrauwe huut charitaten, Grietkin Sceppers ghenaemt, ende mids dat zy aflivich wiert, was ’t voort voldaen by suster Cornelis van Wulfskercke, de xiiii nonne van deser plaetse, ende heeft ooc al verlicht dat sanctorael, anno xvc v de eerste bouc, ende dander bouck anno xvc vii » (Weale, « Couvent des sœurs Notre-Dame » [n. 22], p. 322.

29  Voir la fiche et les photos du manuscrit sur le site Initiales de l’IRHT : http://initiale.irht.cnrs.fr/ouvrages/ouvrages.php?imageInd=5&id=7017 [consulté le 1er mars 2015].

30   Ms. 390, f. 65v°, 71v°, 76v°, 59v° ; ms. 432, f. 1, 138, 151v°, 179v°. 

31  L’identification des armes figurant dans le bas de page du f. 1 du temporal (ms. 432) pourrait apporter des renseignements intéressants sur la commanditaire du manuscrit. Elles se blasonnent « d’azur, à la bande de gueules chargée d’une couronne d’or ». Portées par sainte Marguerite, elles pourraient être celles de Margriete Clerckx, prieure de Sion en 1505 (Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 13). Cette hypothèse n’a toutefois pu être confirmée. Damien Breuls de Tiecken, que je remercie ici pour son aide, fait remarquer à juste titre que la bande de gueules sur fond d’azur contrevient à une règle élémentaire de l’héraldique : celle de l’alternance des couleurs et des métaux. Une erreur du peintre, qui n’était sans doute pas un héraldiste, n’est donc pas à exclure.

32  Le « grand couvent des carmes » sera établi place Maubert à Paris. Le portail de sa chapelle comportait une peinture représentant la visite de saint Louis au Mont Carmel et son retour en France, une iconographie très proche de celle de l’enluminure du graduel. Voir de Villeneuve-Trans, L.-F., Histoire de saint Louis, roi de France, 3, Paris, Paulin éditeur, 1839, p. 156-157, 554-555.

33  En 1495, elle transcrit et « note » un antiphonaire sur papier en deux volumes enluminé par le frère Gheeraert Tollenare, mort à Sion (Weale, « Couvent des sœurs Notre-Dame » [n. 22], p. 322) ; en 1504, elle enlumine les deux volumes d’un missel copié par le frère Pieter van Bellen et la sœur Livine Moreel (Ibidem, p. 320) ; l’année 1512 la voit collaborer avec sœur Margriete van Rye, qu’elle initie à l’enluminure, à la partie d’hiver d’un antiphonaire copié par Margriete Bruunruwe (Ibidem, p. 322-323) ; le même tandem réalise l’enluminure et les initiales « fleuries » (« verlicht ende ghefloreert ») dans la partie d’été d’un antiphonaire en 1516 (Ibidem, p. 323) ; enfin, Cornelia se charge seule de l’enluminure d’un graduel sur papier écrit par sœur Francine van der Cappelle (Ibidem).

34  Philadelphie, The Free Library of Philadelphia, Rare Book Department, Lewis E M 66.13, 66.14. Voir Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 21-23, 76.

35  Il pourrait s’agir de la partie d’été du graduel achevé en 1516 avec l’aide de Margriete van Rye (Weale, « Couvent des sœurs Notre-Dame » [n. 22], p. 323).

36 Bruges, Openbaar Centrum voor Maatschappelijk Welzijn (OCMW), ms. O. SJ 211.I et O. SJ 210.I. Voir Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 14-21, 52-54. Photographies couleurs des miniatures sur le site BALaT de l’IRPA : http://balat.kikirpa.be/ (numéros d’objet : 108765 et 108766) [consulté le 1er mars 2015].

37  Geirnaert, N., « Gent (Domus sancti Jheronimi) », dans Monasticon Fratrum Vitae Communis, 1. Belgien und Nordfrankreich (Archives et bibliothèques de Belgique, numéro spécial, 18), Bruxelles, 1977, p. 55-56.

38  Dhanens, E., « Le scriptorium des hiéronymites de Gand », dans Scriptorium, 23, 1969 (= Miscellanea F. Lyna), p. 361-379, pl. 129-137. Les attributions très généreuses au scriptorium gantois, dans la deuxième partie de l’article, devraient faire l’objet d’une mise au point. Voir entre-temps Geirnaert, « Gent (Domus sancti Jheronimi) » [n. 37], p. 54 et les ajouts de Smets, L., « De invloed van de gravures uit Hartmann Schedel’s Wereldkroniek op de miniatuurkunst. Bijdrage tot de studie van de verluchte handschriften uit de librije van Rafaël Mercatel », dans Bijdragen tot de geschiedenis van de grafische kunst opgedragen aan prof. dr. Louis Lebeer, Anvers, Vereeniging van de Antwerpsche Bibliophielen, 1975, p. 293-306.

39 Geirnaert, « Gent (Domus sancti Jheronimi) » [n. 37], p. 68-69.

40  Il faut préciser que les documents et les livres ne correspondent pas de façon tout à fait exacte. Ainsi, le volume de 1504 ne comporte pas les lettres dorées mentionnées dans l’extrait de compte.

41  Bruges, Grootseminarie, ms. 50/66. Photographies couleurs des miniatures sur le site BALaT de l’IRPA : http://balat.kikirpa.be/ (numéro d’objet : 108521) [consulté le 1er mars 2015].

42  Voir Van Dooren, R., « Missel cistercien de l’abbaye des Dunes », dans Manuscrits à peintures en Flandre [n. 8], n° 18, p. 158-159. Le manuscrit passa ensuite entre les mains de l’abbé Robert de Clercq (1519-1557) qui y laissa lui aussi des marques de possession. Pour l’attribution à Cornelia van Wulfschkercke, voir As-Vijvers, Re-Making the Margin [n. 23], p. 332-333.

43  Louvain-la-Neuve, Musée, Fonds Suzanne Lenoir, Inv. E.S. 801 et 802. Voir Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 72-73. Provient de la collection A. Helleput de Gand.

44  On retrouve le même type d’initiales dans le graduel gantois, plus ancien (1466-1467), de l’église Saint-Jacques. Le scribe Johannes Doecken y a inscrit son nom, ainsi que celui du sanctuaire. Photographies des miniatures sur le site BALaT de l’IRPA : http://balat.kikirpa.be/ (numéro d’objet : 52570). Signature de Doecken : clichés A074185, A080609, A080625 ; mention de l’église : M263389 [consulté le 1er mars 2015].

45  Voir le tableau reprenant les thèmes iconographiques récurrents dans l’œuvre attribué à Cornelia dans Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 82.

46  Arnould, De la production de miniatures [n. 21], fig. 22 (Princeton, University Library, Garrett MS 63, f. 112).

47  Voir aussi la Madeleine du Monotessaron de Gand (Universiteitsbibliotheek, ms. 11, vol. 1, f. 172v°), dans Arnould, De la production de miniatures [n. 21], fig. 34.

48  Elle s’est probablement familiarisée avec eux dès son entrée dans la toute jeune communauté de Sion, alors que les sœurs copiaient des livres à leur usage propre. En 1516 encore, Cornelia collabore à l’enluminure d’un antiphonaire (Weale, « Couvent des sœurs Notre-Dame » [n. 22], p. 323).

49  C’est le cas, par exemple, du manuscrit conservé à New Foundland, Memorial University, MS 1 (olim Nîmes, Bibliothèque municipale, ms. 7), un livre d’heures à un usage indéterminé, comportant des bordures lilloises. Voir Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 33-34, 73-74. Sur ces bordures, voir Vanwijnsberghe, D., « Le Maître des Heures de Claremont. Un enlumineur lillois du dernier tiers du xve siècle », dans Quand la peinture était dans les livres. Mélanges en l’honneur de François Avril à l’occasion de la remise du titre de Docteur Honoris Causa de la Freie Universität Berlin, éd. Hofmann, M. et Zöhl, C. (Ars nova, 15), Turnhout/Paris, Brepols, 2007, p. 379 n. 45.

50  Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 34. Sur le Pand, voir Wilson, J.C., Painting in Bruges at the Close of the Middle Ages. Studies in Society and Visual Culture, University Park (PA), Pennsylvania State University Press,1998, p. 174-185.

51  Voir Duclos, A., Bruges, histoire et souvenirs, Bruges, Van de Vyvere-Petyt, 1910, p. 396. Les broderies mettaient en œuvre des substances précieuses tel le fil d’or, ce qui pourrait justifier leur présence au Pand. En outre, la pratique de la broderie ne semble pas avoir été réglementée par une corporation de métier. Celui des merciers permettait par exemple la vente de chasubles (Ibidem). C’est peut-être cet artisanat (ou un autre) que pratiquaient d’autres communautés religieuses féminines représentées au Pand mais qui ne semblent pas avoir produit de livres enluminés – les zusters van sinte Kathelynen ou les zusters van sinte Baerbe. Sur ces deux communautés, voir Wilson, Painting in Bruges [n. 50], p. 175.

52  Staring, « Carmelite Sisters » [n. 22], p. 81 et n. 144.

53  Voir supra, n. 49.

54  J’espère avoir l’occasion, dans un article futur, de présenter d’autres œuvres attribuables à la même main. L’une d’entre elles, un livre d’heures lillois à l’usage de Tournai (Douai, BM, ms. 191) (fig. 11), qui possède les mêmes bordures que les Heures de New Foundland, a déjà été signalée dans Vanwijnsberghe, « Le Maître des Heures de Claremont » [n. 49], p. 379 n. 45.

55 As-Vijvers, Re-Making the Margin [n. 23], p. 336, 338.

56  Exemples de copistes carmes dans Lansink, H., « Bücher und Bibliotheken bei den Karmeliten der Niederdeutschen Provinz im Mittelalter », dans Contributions à l’Histoire des Bibliothèque et de la Lecture aux Pays-Bas avant 1600 (Archives et Bibliothèques de Belgique, numéro spécial, 11), Bruxelles, 1974, p. 229.

57  Pour le texte de la Règle rédigée en 1209 par Albert de Vercelli, patriarche de Jérusalem, voir le site officiel des carmes déchaux : http://www.ocd.pcn.net/ocds_Afr.htm [consulté le 1er mars 2015].

58  « Item ordinamus quod priores provinciales compellant priores locales ut in conventibus suis scriptores teneant ad scribendum libros ecclesiasticoss ubi desunt » (Antiquas ordinis constitutiones. Acta capitulorum generalium […] (Monumenta historica Carmelitana, 1), éd. Zimmerman, B., Lirinae, ex typis abbatiae, 1907, p. 26.

59  Sur Soreth et sa réforme, voir Grosso, G., Il B. Jean Soreth (1394-1471). Priore generale, riformatore e maestro spirituale dell’ordine carmelitano, Rome, Ed. Carmelitane, 2007.

60  À cet égard, on pourrait se demander si un modeste manuscrit sur papier (Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier, ms. 11397) – un manuel carmélite en latin et en néerlandais, contenant plusieurs textes pour l’accompagnement des malades et des mourants, ainsi qu’un rituel de vêture et de profession – ne pourrait pas être représentatif du tout-venant produit à Sion. Adrianus Staring le dit originaire de Vilvoorde (Staring, « Carmelite Sisters » [n. 22], p. 78 et n. 129-130).

61  Pour reprendre le terme proposé par Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 45.

62  Autour de certains enlumineurs laïcs, bien mieux documentés et sur des périodes d’activité plus longues, on parvient difficilement à réunir une quinzaine de manuscrits. C’est le cas du Valenciennois Marc Caussin, par exemple, documenté de 1432 à 1479, soit près d’un demi-siècle. Voir Vanwijnsberghe, D., « Ung bon ouvrier nommé Marquet Caussin ». Peinture et enluminure en Hainaut avant Simon Marmion (Contributions à l’Étude des Primitifs flamands, 12), Bruxelles, Institut royal du Patrimoine artistique, 2013.

63  Les cas abondent. Voir, par exemple, pour le Namurois, les cisterciennes de Moulins, de Marche-les-Dames, de Salzinnes ou d’Argenton : Hermand, X., Les bibliothèques des abbayes cisterciennes du Namurois, xve siècle-début xvie siècle, dans Les cisterciens en Namurois, xiiie-xxe siècle, Namur, Société archéologique de Namur, 1998, p. 257-259 ; ou le cas des sœurs Hermans, au couvent de Thabor à Malines (congrégation de Windesheim) : Verheyden, P., Het cultuurleven te Mechelen, 2. Het boekwezen, dans Mechelen de heerlijke, Malines, Plantin, [1947], p. 481.

64  La question est évoquée par Smeyers, M., La miniature (Typologie des sources du Moyen Âge, 8), Turnhout, Brepols, 1974, p. 72-73. Une liste de sœurs enlumineresses est donnée par Cyrus, C.J., The Scribes for Women’s Convents in Late Medieval Germany, Toronto/Buffalo/Londres, University of Toronto Press, 2009, p. 246 n. 58. Voir aussi les synthèses suivantes : Weyl Carr, A., « Women as Artists in the Middle Ages. "The Dark Is Light Enough" », dans Dictionary of Women Artists, 1, éd. Gaze, D., Londres, Dearborn, 1997, p. 7-13 ; Marti, S., « Das „Werkhus“: Leserinnen, Schreiberinnen, Künstlerinnen », dans Krone und Schleier. Kunst aus mittelalterlichen Frauenklöstern (cat. d’exposition), Munich, Hirmer, 2005, p. 504-505. L’auteur cite le contre-exemple des clarisses du couvent Sainte-Claire de Cologne qui, entre 1320 et 1360, enluminèrent un nombre significatif de manuscrits, avec des thèmes iconographiques propres, que l’on ne retrouve que rarement en dehors de la clôture. Voir Gummlich, J.C., « Neue Zuschreibungen an das Kölner Klarissenskriptorium », dans Wallraf-Richartz-Jahrbuch, 61, 2000, p. 23-40. Mais, même dans ce cas, il n’est pas exclu que ces livres aient pu être décorés par des ateliers laïcs (Oliver, J., « Worship of the Word: Some Gothic Nonnenbücher in their Devotional Context », dans Women and the Book. Assessing the Visual Evidence, éd. Smith, L. et Taylor, J.H.M., Londres/Toronto, British Library, 1996, p. 107-108). En revanche, le Codex Gisle, un gradual réalisé pour les cisterciennes de Rulle près d’Osnabrück, semble bel et bien l’œuvre de sœur Gisela von Kerssenbrock, citée comme enlumineresse dans un colophon légèrement postérieur à la réalisation du livre. Voir Oliver, J.H., Singing with Angels: Liturgy, Music, and Art in the Gradual of Gisela von Kerssenbrock, Turnhout, Brepols, 2007, p. 64-68. Pour les Pays-Bas au xve siècle, voir de Hemptinne, T., « Lire et écrire, c’est prier un peu. Culture écrite et pratiques féminines de dévotion aux Pays-Bas à la fin du Moyen Âge », dans Livres et lectures de femmes en Europe entre Moyen Âge et Renaissance, éd. Legaré, A.-M., Turnhout, Brepols, 2007, p. 151-162 (en particulier, p. 158 n. 22) et Verbij-Schillings, J., « Les relations entre femmes et livres : essai d’une typologie à partir de la Bibliotheca Neerlandica Manuscripta », Ibidem, p. 163-174 (en particulier, p. 167).

65  Sur la Nonnenarbeit et ses caractéristiques, voir Oliver, « Worship of the Word » [n. 64], p. 106-108 ; Id., art. « Nuns as illuminators », dans Women and Gender in Medieval Europe. An Encyclopedia, éd. Schaus, M., New York, Routledge, 2006, p. 611-612. Voir aussi As-Vijvers, A.M.W., ‘Al ghescreven ende verlicht’. Female Scribes and Illuminators in Bruges and Groningen Convents around 1500, dans Commercial Book Production? Writing for Third Parties in Western Europe in the Late Middle Ages, éd. Stoop, P., Turnhout, Brepols, 2016 (à paraître).  L’auteur constate l’exception que constitue Cornelia van Wulfschkercke par rapport aux couvents bénédictins de Selwerd et Thesinge, près de Groningue.

66 Smets, « De invloed van de gravures » [n. 38].

67  Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 28-29.

68  Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 46.

69 As-Vijvers, Re-Making the Margin [n. 23], p. 321, 324, 325, 328, 336, 338. L’auteur suggère que les Heures Széchényi pourraient avoir été en partie réalisées par un atelier extérieur au couvent (Ibidem, p. 327).

70  Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 40-43 et p. 44 pour d’autres « collaborations ».

71  Le manuel carmélite cité plus haut [n. 60] contient des rituels de vêture et de profession qui insistent bien sur le caractère perpétuel de la clôture (f. 116v°) (Staring, « Carmelite Sisters » [n. 22], p. 88-89). Sion appartenant à l’observance régulière, la clôture devait y être strictement observée (Staring, « Carmelite Sisters » [n. 22], p. 66). On sait que la première abbesse, Agnès Correyts, « vécut strictement selon les hautes exigences de la règle du Carmel » avant de mourir en odeur de sainteté en 1497 (Rosier, I., Biographisch & Bibliographisch overzicht van de vroomheid in de Nederlandse Carmel, Tielt, Lannoo, 1950, p. 52). Comment, dans ces conditions, Cornelia aurait-elle pu s’inspirer d’un tableau de Gérard David, même si son atelier ne se situait qu’à un jet de pierre du couvent de Sion ? (As-Vijvers, Re-Making the Margin [n. 23], p. 321). Comment même imaginer une collaboration avec le carme brugeois Gheeraert Tollenare (« onsen medebroeder »), mentionné comme enlumineur dans l’inventaire de 1537 (Weale, « Couvent des sœurs Notre-Dame » [n. 22], p. 322 ; Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 46-47 n. 58) quand on sait, par l’exemple des carmélites de Nieukerk, que l’accès à la clôture était interdit à tout homme quel qu’il soit, religieux ou laïc, sauf en cas d’extrême nécessité (Staring, « Carmelite Sisters » [n. 22], p. 59) ? L’inventaire de 1537 signale d’ailleurs « dat veynsterke daer men de religieusen berecht », la petite fenêtre par laquelle l’on donnait la communion aux sœurs (Weale, « Couvent des sœurs Notre-Dame » [n. 22], p. 226).

72  Sur cet aspect, voir Oliver, « Nuns as illuminators » [n. 65].

73  Sur cette distinction, voir Villela-Petit, I., « Introduction sur les enlumineurs ornemanistes », dans Ouy, G., Reno, C., Villela-Petit, I., Album Christine de Pizan (Texte, Codex & Contexte, 14), Turnhout, Brepols, 2012, p. 39-88 (ici, p. 39-43).

74  Ici aussi, les exemples sont nombreux et les scénarios très variés. Pour un aperçu de la complexité de certaines commandes monastiques, voir le cas exemplaire de l’abbaye norbertine d’Averbode : Smeyers, M., « De liturgische handschriften der Abdij van Averbode. Een bijdrage tot de studie van de laat-middeleeuwse miniatuurkunst », dans Arca Lovaniensis, 1973, p. 91-131. Entre 1500 et 1508, les chanoines font copier et partiellement décorer la partie d’été d’un missel au prieuré de Korsendonk, affilié à Windesheim. En revanche, ils en confient les scènes historiées à une laïque, Katharina van Everen, pictrix, qui figure dans les Liggeren, le registre de la corporation des peintres anversois (Ibidem, p. 97). Un autre de leurs manuscrits, un missel, est commencé en 1499 par un bogard de Louvain, Nicolas van Tongeren. La copie est poursuivie au couvent Saint-Martin, toujours à Louvain, puis par Franciscus van Weert, scribe attitré (scriptor noster) d’Averbode. Mais le livre est ensuite envoyé à Anvers en 1507 pour être enluminé. À cette occasion, le relieur Goswin Bernardus sert d’intermédiaire (Ibidem).

75  Même si, comme le souligne Alain Arnould, le nombre de cahiers ne correspond pas exactement, pas plus d’ailleurs que les initiales dorées, portées en compte mais inexistantes dans le volume de 1504 (Arnould, De la production de miniatures [n. 21], p. 17-19). Tout ceci mériterait d’être réexaminé en détail, mais il faut reconnaître que les mentions trouvées dans la comptabilité, qui correspondent aux années précisées dans les colophons, rendent très vraisemblable l’identification des deux volumes.

76  Ce n’est d’ailleurs pas le seul lien du groupe Wulfschkercke avec Gand. Le fait qu’il travaille pour Oosteeklo et sa collaboration à des manuscrits de Raphaël de Mercatel pourraient en être d’autres. On sait par ailleurs que le jeune couvent de Sion fut placé sous la direction d’un carme de Gand, maître Adriaan van den Eechoute (Staring, « Carmelite Sisters » [n. 22], p. 81 ; Rosier, Biographisch & bibliographisch overzicht [n. 72], p. 64). Avant que le couvent des carmes de Bruges ne se rallie à l’observance régulière, en 1510, les vicaires et confesseurs furent gantois eux aussi. Le général de l’ordre, Petrus Terasse, avait d’ailleurs décidé que le vicaire général serait toujours le prieur de Gand (Staring, « Carmelite Sisters » [n. 22], p. 82). Dans ces conditions, on pourrait très bien envisager, si les talents n’étaient pas disponibles au sein de la communauté, que des manuscrits écrits et décorés à Bruges aient été historiés et achevés par des artisans gantois.

77  Pour reprendre la belle expression de J. Stengers dans son essai Vertige de l’historien. Les histoires au risque du hasard, [Le Plessis-Robinson], Institut Synthélabo pour le progrès de la connaissance, 1998.

78  Judith König est saisie des mêmes doutes dans sa thèse sur les livres de chœur du couvent des carmes de Mayence : Die Mainzer Karmeliter-Chorbücher. Studien zur mittelrheinischen Buchmalerei des 15. Jahrhunderts, thèse de doctorat, Johannes Gutenberg-Universität Mainz, Mayence, 2006. Après avoir pesé le pour et le contre, elle conclut que l’existence d’un atelier de peintres au sein du couvent « doit plutôt être niée » (p. 236).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 L’abbesse d’Oosteeklo Quentine de Mastaing
Légende L’abbesse d’Oosteeklo Quentine de Mastaing de Jauche et une consœur (Philipinne de Mastaing ?) agenouillées en prière, bas de page de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498. Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB, f. 1 (détail).
Crédits Crédits: Dominique Vanwijnsberghe.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4749/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 2 Initiale filigranée A de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498
Légende Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB, f. 55v° (détail).
Crédits Crédits: Dominique Vanwijnsberghe.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4749/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 3 Saint Bernard, miniature de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498
Légende Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB, f. 169v° (détail).
Crédits Crédits: Dominique Vanwijnsberghe.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4749/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 4 Les saints Augustin et Lambert, miniature de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498
Légende Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB, f. 246 (détail).
Crédits Crédits: Dominique Vanwijnsberghe.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4749/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 5 Histoire du Carmel, miniature du Graduel de Sion (sanctoral), Flandre, 1507
Légende Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 390, f. 1 (détail).
Crédits Crédits: © IRHT.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4749/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 6 Crucifixion, miniature d’un Missel à l’usage des cisterciens de l’abbaye des Dunes), Flandre, avant 1507
Légende Bruges, Grootseminarie, ms. 50/66, f. 46v°.
Crédits Crédits: © KIK-IRPA, Bruxelles.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4749/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Fig. 7 Singes prenant soin d’un nourrisson emmailloté, bas de page de l'Antiphonaire d’Oosteeklo,  Flandre, 1498
Légende Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB, f. 246 (détail).
Crédits Crédits: Dominique Vanwijnsberghe.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4749/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 8 Pentecôte, miniature de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498
Légende Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB, f. 20v° (détail).
Crédits Crédits: Dominique Vanwijnsberghe.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4749/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 9 Pentecôte, miniature du Graduel de Sion (temporal), Flandre, 1507
Légende Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 432, f. 179v° (détail).
Crédits Crédits: © IRHT.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4749/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 10 Pentecôte, miniature du Graduel de l’hôpital de la Madeleine, Flandre, 1504
Légende Bruges, OCMW, ms. O. SJ 211.I, f. 105 (détail).
Crédits Crédits: © KIK-IRPA, Bruxelles.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4749/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 11 Pentecôte, miniature d’un Livre d’heures à l’usage de Tournai, Flandre, début du XVIe siècle
Légende  Douai, Bibliothèque municipale, ms. 191, f. 14v°.
Crédits Crédits: © IRHT.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4749/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 12 Ascension, miniature de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498
Légende Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB, f. 14v° (détail).
Crédits Crédits: Dominique Vanwijnsberghe.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4749/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 13 Ascension, miniature du Graduel de l’hôpital de la Madeleine, Flandre, 1504
Légende Bruges, OCMW, ms. O. SJ 211.I, f. 102 (détail).
Crédits Crédits: © KIK-IRPA, Bruxelles.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4749/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Fig. 14 Sainte Marie Madeleine, miniature du Graduel de l’hôpital de la Madeleine, Flandre, 1504
Légende Bruges, OCMW, ms. O. SJ 211.I, f. 149v° (détail).
Crédits Crédits: © KIK-IRPA, Bruxelles.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4749/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 15 Résurrection, miniature de l'Antiphonaire d’Oosteeklo, Flandre, 1498
Légende Gand, Museum voor Schone Kunsten, inv. 1952-AB, f. 1 (détail).
Crédits Crédits: Dominique Vanwijnsberghe.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4749/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 16 Résurrection, miniature du Graduel de Sion (temporal), Flandre, 1507
Légende Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 432, f. 151v° (détail).
Crédits Crédits: © IRHT.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4749/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 17 Résurrection, miniature du Graduel de l’hôpital de la Madeleine, Flandre, 1504
Légende Bruges, OCMW, ms. O. SJ 211.I, f. 78 (détail).
Crédits Crédits: © KIK-IRPA, Bruxelles.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4749/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Vanwijnsberghe, « L’Antiphonaire d’Oosteeklo et son enlumineur (Cornelia van Wulfschkercke ?) », CeROArt [En ligne],  | Juin 2015, mis en ligne le 07 juin 2015, consulté le 27 mai 2016. URL : http://ceroart.revues.org/4749

Haut de page

Auteur

Dominique Vanwijnsberghe

Chercheur à l’Institut royal du Patrimoine artistique. Doctorat en Histoire de l’Art de la Katholieke Universiteit Leuven (1996). Habilitation à diriger des recherches de l’Université de Lille-III (2011). Chercheur invité à l’Université de Princeton (1997-1998), à la Ruprecht-Karls-Universität de Heidelberg (2003-2004), et à la Section des Sources iconographiques à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (CNRS, Paris/Orléans) (2009). Ses domaines de spécialisation sont la peinture et l’enluminure de la fin du Moyen Âge dans les Pays-Bas méridionaux, ainsi que la réception de l’art médiéval à l’époque moderne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org