Navigation – Plan du site
Mélanges

Témoignage d’une ex - jeune lectrice

Marie Berducou

Résumés

L'article constitue un témoignage personnel sur la découverte des ouvrages-clés de la conservation-restauration, dans les années 70.

Haut de page

Texte intégral

Préambule

1Au début des années 70, l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne créa la première filière française de formation au métier de restaurateur, celui qu’on appellera en France, à la suite de l’ICOM-CC, une décennie plus tard, la profession de conservateur-restaurateur. L’intitulé du diplôme de Paris 1, une maîtrise de sciences et techniques, portait déjà en germe cette évolution linguistique, puisque d’emblée les termes conservation et restauration s’y trouvaient associés.

2Dans les bibliographies distribuées aux étudiants de cette toute jeune filière quatre titres, absolument incontournables, figuraient systématiquement :

    • 1  H. PLENDERLEITH, La Conservation des antiquités et des oeuvres d'art‬, Volume 6 de Travaux et publ (...)

    le déjà presque mythique PLENDERLEITH :La conservation des antiquités et des oeuvres d’art, paru en français aux éditions Eyrolles en 1966 ;1

    • 2  La préservation des biens culturels, notamment en milieu tropical, (Patrimoine, Archives, Sciences (...)

    le manuel édité en 1969 et largement diffusé par l’UNESCO, rédigé en coopération avec le Centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM) : La préservation des biens culturels, notamment en milieu tropical ;2

    • 3  R.H.MARIJNISSEN, Dégradation, conservation, restauration de l'œuvre d'art, 2 T. en 2 V., Bruxelles (...)

    l’imposant ouvrage de MARIJNISSEN : Dégradation, conservation et restauration de l'oeuvre d'art, paru à Bruxelles en 1967 ;3

    • 4  Cesare BRANDI, Teoria del restauro, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 1963. 2e édition:
Tori (...)

    Teoria del restauro, textes de BRANDI réunis dans un livre édité en 19634 à Rome, qui est aujourd’hui traduit à travers le monde dans un nombre impressionnant de langues (Allemand, Anglais, Arabe, Espagnol, Français, Japonais, Perse, Portugais, Serbe…).

3Aujourd’hui encore, on peut s’étonner de cette exceptionnelle profusion de textes fondamentaux,  produits en quelques années et qui ont façonné durablement l’évolution de notre discipline et constituent des jalons importants de son histoire. On pourrait y ajouter, dans un registre différent, la rédaction en 1964 de la Charte de Venise (Charte internationale sur la conservation et la restauration des monuments et des sites).

Les années soixante du vingtième siècle, un âge d’or de la conservation-restauration ?

4Cette courte contribution n’a pas pour objectif de répondre à la question, dont tout historien se méfierait d’ailleurs au plus haut point. C’est un témoignage, un simple témoignage personnel. Pour démonstration, les textes cités ci-dessus ont été classés dans un ordre éminemment subjectif :  celui dans lequel je les ai découvert et lus pour la première fois au cours de mes études… En quoi ces lectures m’ont-elles formée et influencée, en quoi ont-elles nourri ma réflexion et mes enseignements ? C’est ce sur quoi je veux m’interroger ici.

5Je n’ai pas eu beaucoup de difficultés à aborder la lecture de Plenderleith, traduit opportunément si tôt en français. Cette source limpide allait au-devant de tout ce que j’avais soif d’apprendre. Je m’intéressais à l’archéologie, à ses vestiges, à ses trouvailles. Donc à de multiples matériaux, exhumés récemment ou plus anciennement. Le Plenderleith répondait à mes attentes. J’y trouvais une pensée cohérente et scientifique, somme toute très rassurante. Il m’a accompagnée pendant des années. Interroger l’objet comme document, comprendre son histoire et tout ce que son histoire nous apprend, préserver toutes ces informations pour l’avenir : cela me convenait.

6Le manuel de l’UNESCO était un peu plus déstabilisant. Une juxtaposition de textes, écrits pour beaucoup par d’éminents auteurs, mais sans qu’il soit facile, pour un débutant, de saisir la logique qui les reliait, d’y voir une approche méthodique partagée. Quant au sous-titre « notamment en pays tropical », je ne l’ai jamais compris. Une nécessité diplomatique pour se voir publier par un organisme intergouvernemental soucieux de pays moins avancés que d’autres ? Le fruit du réseau amorcé par l’ICCROM pour réunir les meilleurs spécialistes de différents sujets ? Je ne sais et ne le saurai jamais. Mais c’était une lecture à la fois facile, utile et très formatrice.

Dégradation, conservation et restauration de l'oeuvre d'art

7Quant au Marijnissen, je me suis fait un devoir de le lire, avec beaucoup d’appréhension, une relative mauvaise humeur voire une certaine contrariété. En bibliothèque, bien sûr, car l’ouvrage était hors de portée de ma bourse. Quelle galère et quelle gageure !  Deux volumes et plus de mille pages à avaler, à propos d’œuvres d’art, ce qui ne m’intéressait pas vraiment. Se délecter dans les musées et fureter dans les galeries d’art contemporain, oui, c’était un vrai bonheur. Se consacrer à la conservation des œuvres d’art, non ! Cela ne me concernait pas, croyais-je, c’était trop loin de l’archéologie.

8Évidemment, j’avais tort. Pourquoi ?

9Parce que la lecture du Marijnissen fut une formidable leçon de méthodologie, applicable à bien des champs patrimoniaux. Je ne l’ai pas tout de suite compris.

10Regardons simplement le titre, les mots qui le composent. Ils invitent à une vision alors très novatrice.

  • Dégradation : Nous devons aborder l’œuvre (tout bien culturel) dans sa globalité, à la fois sa réalité immatérielle et sa matérialité, dont la dégradation fait partie. Ne cherchons pas l’utopique état originel. Regardons et explorons ce que nous avons sous nos yeux, hic et nunc.

  • Conservation : Nous voulons assurer, aussi longtemps que possible, la pérennité de cette matière qui fait sens pour nous, parce que nous espérons qu’elle continuera à faire sens pour ceux qui viendront après nous.

  • Restauration : C’est un autre type d’action, qui devrait requérir beaucoup de prudence et de subtilité, mais que la passion guide souvent. La volonté d’effacer les cicatrices du temps, celles du vieillissement, mais surtout celles des accidents. Retrouver l’œuvre comme on voudrait qu’elle soit, comme on croit qu’elle a toujours été,  et comme elle devrait continuer à être, grâce à notre intervention…

11Avoir distingué les trois termes qui précèdent, avoir voulu les définir et les mettre en perspective, c’était courageux, peut-être visionnaire.

12Pour l’apprentie de la conservation-restauration que j’étais, c’était aussi découvrir un peu une utopie, déjà un désenchantement. C'est ce que j’ai cru lire dans le Marijnissen. J’y ai découvert, comme en filigrane, tout le doute qui, finalement, nous habite dès lors que nous sommes en position de réellement, matériellement, modifier l’aspect des choses, qu’ils s’agissent de chefs d’œuvre ou d’humbles objets de l’Histoire.

13Pour le reste, mais aussi pour l’essentiel, Dégradation, conservation et restauration de l'oeuvre d'art,  est un ouvrage extrêmement bien charpenté. Son premier chapitre, extraordinairement bien documenté, est en soi une invite à la réflexion et au recul que procure l’Histoire, ce qui n’est pas rien. Personnellement, je crois que c’est ce chapitre qui m’a donné le goût de l’histoire de notre champ d’activité et inculqué une salutaire culture du doute.

14La suite est une tentative érudite, nourrie par l’expérience autant que par les lectures et la passion des oeuvres, de présenter « l’état de l’art », tel qu’il était concevable au moment où l’auteur écrit. Le texte est ordonné par grands chapitres qui présentent les éventuelles différentes étapes d’une intervention de conservation-restauration, expression qui aurait été un néologisme à l’époque. Aucun traitement n’est réputé systématique ou parfait. La question du diagnostic est toujours centrale, et celui-ci repose sur une compréhension approfondie de chaque œuvre, dans sa globalité, sa singularité et son histoire.

15Dans la vision de Marijnissen, les sciences qui explorent la matière des œuvres d’art sont déjà évidemment reconnues comme nécessaires et importantes, mais à peine « amorcées ». La scientificité de certaines explorations ne garantit pas la rigueur de l’interprétation de leurs résultats. Cependant on attend des scientifiques des progrès incessants : ils ont le beau rôle, celui de l’avenir, et l’auteur montre un certain optimisme à leur prédire « des carrières prometteuses », une reconnaissance professionnelle appelée à grandir. Aujourd’hui nous savons que c’est à la fois vrai et faux : les scientifiques qui s’aventurent dans le champ de la conservation-restauration n’y font pas tous, loin s’en faut, de très belles carrières et souvent ils ne sont pas estimés à leur juste valeur par la communauté dont ils émanent. En contrepartie, leur influence grandissante, celle des « sciences dures »,   sur le domaine de la conservation-restauration ne doit pas contrarier l’affirmation de sa spécificité, qui doit rester essentiellement nourrie par les sciences humaines, ce que Marijnissen affirme dans ses conclusions quand il parle d’« Humanités ».

16Ces conclusions, parlons-en un peu, reprennent en effet nombre des points cruciaux de méthode découverts par le lecteur tout au long de l’ouvrage. Je ne retiendrai ici que ceux qui m’ont le plus fortement interpellée. Ainsi l’idée suivante : « il faut que les traitements que l’on fait subir aux œuvres se réduisent au strict minimum ». Pour moi, il y a un double défi dans cette phrase : comment interpréter le verbe subir ? Comment définir le strict minimum ? J’ai eu souvent coutume de plaisanter avec mes étudiants. Je leur disais que lorsque le principe de l’intervention minimale se serait imposé, nous pourrions raccourcir de façon conséquente la durée de leurs études. J’attendais un peu leurs réactions, puis je leur expliquais que c’était tout le contraire !  « Celui qui peut le plus peut le moins » est un proverbe à méditer longuement en conservation-restauration…

17Dans les conclusions de l’ouvrage de Marijnissen, l’accent est mis aussi, avec un peu de désordre à mon humble avis, mais beaucoup de de pertinence néanmoins, sur ce que lui a été le plus cher. Par exemple la nécessité de définir, collégialement, l’objectif que l’on se donne, les raisons qu’on a d’agir, ou de ne pas agir, ou d’agir indirectement. La volonté d’internationaliser la réflexion et les recherches. Aussi et surtout, il affirme que la quête de l’état originel est un leurre absolu. Je lui sais gré de m’en avoir définitivement convaincue.

18Roger Marijnissen est un personnage singulier. Il dit à la fois l’importance et l’impermanence, la fugacité, de tout ce qu’il sait. Sa réflexion est un aller et retour incessant entre le possible, le souhaitable, l’encore inaccessible. Dans ce méandre, on peut se perdre, on peut se trouver aussi.

19Un historien de l’art qui regarde le dos d’une toile,  interroge un châssis ou scrute le revers d’un panneau de bois peint, court le risque de s’exclure de la communauté de ses pairs, qui travaillent sur l’image, seulement l’image et son interprétation, en ignorant tout ce dont cette image est faite et qui ne relève pas seulement d’un imaginaire projeté à la face des autres, comme par miracle. Cette image est le fruit, habile et créatif, d’un savoir-faire bien particulier : ordonner la matière en image.. Et nous héritons à la fois de cette image et de cette matière. C’est ainsi. Mais si un historien de l’art s’avise, de surcroît, de revendiquer l’habileté, la sensibilité et la technicité du restaurateur, il s’expose au pire !

20Un dernier mot à l’attention de ceux qui auront peut-être lu attentivement ce texte. Où est passé Brandi ? Et bien courage et bonheur à tous ceux qui s’attelleront à sa lecture. Je l’ai fait, très tôt, mais il n’était pas encore traduit en français. Comme je ne lisais pas bien l’italien, j’ai beaucoup peiné …Merci aux cours de Ségolène Bergeon, aux écrits de Paul Philippot puis plus tard à l’éclairage de Georges Brunel.

21Il y a les ouvrages qu’on a lus et ceux qu’on ne cessera jamais de lire. Mais il y a aussi, ceux qu’on aimerait pouvoir relire, comme le Marijnissen.

Haut de page

Notes

1  H. PLENDERLEITH, La Conservation des antiquités et des oeuvres d'art‬, Volume 6 de Travaux et publications - Centre international d'études pour la conservation des biens culturels et Comité de l'ICOM pour les laboratoires de musée, Paris, Eyrolles, 1966, 400 p.

2  La préservation des biens culturels, notamment en milieu tropical, (Patrimoine, Archives, Sciences et techniques), Paris, Unesco, Musée et monuments, XI, 1969, 363 p. Version PDF disponible on line: http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001355/135543fo.pdf

3  R.H.MARIJNISSEN, Dégradation, conservation, restauration de l'œuvre d'art, 2 T. en 2 V., Bruxelles, Arcade, 1967. Tome 1, 521 p., 4 pl. en coul. ; Tome 2 : Planches. Notes. 647 p., 3329 fig., bibliogr. p. 427-560.

4  Cesare BRANDI, Teoria del restauro, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 1963. 2e édition:
Torino, Einaudi, 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Berducou, « Témoignage d’une ex - jeune lectrice », CeROArt [En ligne],  | Juin 2015, mis en ligne le 13 avril 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ceroart.revues.org/4727

Haut de page

Auteur

Marie Berducou

Description d'auteur: biographie manquante

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org