Navigation – Plan du site
Dossier

La conservation des ossements fossiles : le cas des Iguanodons de Bernissart

Pascal Godefroit et Thierry Leduc

Résumés

La découverte, en 1878, d’une vingtaine de squelettes complets d’Iguanodons à Bernissart (Belgique) constitue un événement majeur dans l’histoire de la paléontologie. Ces précieux squelettes, vieux de 125 millions d’années, étaient extrêmement fragilisés par la grande quantité de pyrite au sein-même des ossements. L’extraction et la restauration de ces fossiles ont donc nécessité, à la fin du 19ème siècle, des trésors d’inventivité. Leur conservation requiert toujours une surveillance constante et des traitements appropriés récurrents.

Haut de page

Texte intégral

1878, la découverte des Iguanodons de Bernissart

1En mars 1878, les mineurs du charbonnage de Bernissart, qui exploitaient une veine de charbon à 322 m dans la Fosse Sainte-Barbe, rencontrèrent une vaste poche d’argile. De tels accidents géologiques étaient déjà bien connus dans la région et avaient reçu le nom de ‘crans’ (Fig.1). Une équipe d’ouvriers reçut l’ordre de creuser une galerie de recherche à travers ce cran, afin de retrouver la veine de charbon de l’autre côté. Les mineurs rencontrèrent rapidement des objets sombres et friables qu’ils prirent pour des morceaux de bois. La quantité des cristaux de pyrite à l’intérieur de ces objets était si importante que les mineurs crurent avoir découvert des troncs d’arbre rempli d’or. Le 2 avril 1878, le porion Mortuelle amena une partie de ces étranges trouvailles au Café Dubruille, où le médecin du charbonnage, le Docteur Lhoir, démontra que c’était bien à des ossements, et non à du bois, qu’ils avaient affaire.

Fig. 1. Coupe géologique succincte du sous-sol de Bernissart montrant la structure du ‘cran’ d’Argiles de Bernissart et l’emplacement des squelettes d’Iguanodons.

Fig. 1. Coupe géologique succincte du sous-sol de Bernissart montrant la structure du ‘cran’ d’Argiles de Bernissart et l’emplacement des squelettes d’Iguanodons.
  • 1  Van Beneden, P.-J., 1878. Découverte de reptiles gigantesques dans le charbonnage de Bernissart, p (...)

2Les ingénieurs de charbonnage prirent rapidement les choses en main et envoyèrent une partie des ossements à plusieurs spécialistes belges. P.-J. Van Beneden, professeur à l’Université de Louvain, identifia rapidement ces fossiles comme appartenant à des dinosaures qu’il attribua, dans sa note du 7 mai 1878, au genre Iguanodon1.

  • 2  De Pauw, L.F., 1902. Notes sur les fouilles du charbonnage de Bernissart. Découverte, solidificati (...)

3Un télégramme fut également envoyé, le 12 avril 1878, à Edouard Dupont, directeur du Musée royal d’Histoire naturelle de Belgique. Ce dernier dépêcha dès le lendemain matin le préparateur Louis De Pauw. Au bout d’une heure de travail dans la fosse Sainte-barbe, De Pauw et les mineurs réussirent à mettre au jour une patte complète d’Iguanodon. En tentant de ramener ces ossements à la surface, ceux-ci commencèrent à se déliter rapidement, en émettant de petits craquements. Mais De Pauw promit aux ingénieurs du charbonnage qu’il se ferait fort de conserver les ossements en entier, si l’on voulait en faire don au Musée royal d’Histoire naturelle de Belgique. Un accord fut donc rapidement conclu entre le charbonnage et le musée et les fouilles proprement dites débutèrent le 15 mai. L’extraction des quelque 25 squelettes d’Iguanodons de Bernissart dura trois ans. Environ 600 blocs d’ossements, le tout pesant quelque 130 000 kilos, furent transportés en tapissières à Bruxelles2.

4La découverte des Iguanodons de Bernissart fut un événement majeur dans l’histoire de la paléontologie. C’était en effet la première fois que des squelettes complets articulés de dinosaures furent mis au jour. On ne connaissait jusque là que des ossements isolés, au mieux des squelettes très incomplets. C’est également la première fois que des fouilles paléontologiques de cette ampleur furent mises sur pied. Les techniques d’extraction, de solidification et de remontage des ossements d’Iguanodons, imaginées par De Pauw, étaient tout à fait novatrices. C’est grâce à l’ingéniosité de ce préparateur que cette collection paléontologique extraordinaire a traversé 130 ans d’histoire tumultueuse sans trop de dégâts. Mais la conservation d’un tel trésor nécessite toujours une vigilance constante.

Composition et structure des os

5Si les os frais des vertébrés forment une charpente à la fois solide et souple, les ossements fossilisés des Iguanodons de Bernissart ont traversé une longue histoire d’environ 125 millions d’années qui les a considérablement fragilisés. Mais pour bien comprendre cette histoire, il est important de se familiariser quelque peu avec la structure microscopique des os.

  • 3  Marieb, E.N., 1999. Anatomie et physiologie humaines, traduction de la quatrième édition américain (...)

6L’os est un système hétérogène et dynamique. Ce tissu vascularisé, en continuel remaniement, est constitué de différents types de cellules dont les plus importantes sont les ostéocytes (cellules osseuses matures), les ostéoblastes (cellules osseuses souches) et les ostéoclastes (cellules qui dégradent l’os). La matrice extracellulaire est formée d’éléments organiques et inorganiques3:

7La phase organique est constituée à 90% de collagène. Les molécules de collagène, sécrétées par les ostéoblastes, s’associent pour former des fibres d’une largeur de 20 à 200 nm. C’est le collagène qui est en grande partie responsable de la flexibilité de l’os, ainsi que sa très grande résistance à la pression, à la tension et à la torsion.

8La phase inorganique est quant à elle responsable de la dureté de l’os et partiellement de sa résistance à la compression. Elle est constituée de cristallites de carbonate-hydroxylapatite faiblement cristallisées de formule générale  Ca5(PO4CO3)3(OH)

  • 4  Hubert, J.F., Panish, P.T., Chure, D.J. & Prostak, K.S., 1996. Chemistry, microstructure, petrolog (...)
  • 5 Glimcher, M.J., 1984. Recent studies of the mineral phase in bone and its possible linkage to organ (...)

9Pendant la vie de l’animal, cette apatite est le siège de nombreuses substitutions dont les principales sont notamment celles du calcium par du magnésium ou du strontium, ou bien encore celles du groupement OH par du fluor ou du chlore4. La composition de l’apatite des os dépend donc de l’alimentation de l’animal, mais également de la concentration en éléments traces présents dans l’environnement. C’est la petite taille des cristaux (environ 400-500 Ǻ) qui différencie l’apatite biologique de l’apatite minérale5;  l’augmentation de la surface d’échanges favorise les substitutions ioniques. Si les phénomènes de substitution sont déjà présents pendant la vie de l’animal, ils s’accentuent fortement lors de son enfouissement.

10L’os mature forme deux types de structures :

11  L’os spongieux ou trabéculaire est composé de travées séparées par des espaces qui contiennent la moelle osseuse.

12  L’os compact ou cortical est quant à lui principalement composé d’unités appelées ostéons. Chaque ostéon est formé de plusieurs couches de lamelles osseuses concentriques, entourant au centre, le canal de Havers (Fig.2). Les canaux de Havers renferment des nerfs et des vaisseaux sanguins. Chaque ostéon est  entouré d’une couche de cément densément minéralisé.

13Les structures compactes et spongieuses sont distribuées différemment selon le type d’os considéré (os long, court, plat, irrégulier).

Fig. 2. Coupe dans un os long fossilisé de dinosaure, montrant les canaux de Havers (flèche rouge).

Fig. 2. Coupe dans un os long fossilisé de dinosaure, montrant les canaux de Havers (flèche rouge).

La fossilisation des ossements

  • 6 Barker, M.J., Clarke, J.B. & Martill, D.M., 1997. Mesozoic reptile bones as diagenetic windows. Bul (...)

14La fossilisation des ossements est un phénomène complexe qui se traduit par la décomposition de la matière organique, la recristallisation de l’apatite matricielle, l’incorporation d’éléments-trace dans cette dernière, la précipitation de nouvelles phases minérales dans les cavités, ainsi que par des phénomènes de compaction6.

  • 7 Pfretschner, H.U., 2000. Pyrite formation in Pleistocene bones – a case of very early formation dur (...)

15Peu après la mort de l’animal, débute une intense activité bactérienne qui dégrade les tissus organiques. Le collagène est détruit au niveau des surfaces internes et externes des os grâce à l’intervention d’enzymes spécifiques, les collagénases. Les acides produits localement lors de la décomposition des tissus mous et du collagène vont contribuer à dissoudre l’apatite osseuse et les collagénases vont pouvoir pénétrer plus profondément dans la structure osseuse. La dégradation du collagène et la dissolution des cristallites d’apatite sont donc deux processus intimement liés qui se déroulent de manière conjointe. Le fer provenant de la dégradation de l’hémoglobine et le soufre provenant de l’hydrolyse des protéines peuvent réagir et précipiter pour former une première génération de pyrite qui va se déposer à l’intérieur des canaux de Havers et dans des micro-espaces résultant de la décomposition de cellules osseuses7. En ouvrant des passages supplémentaires de diffusion vers l’intérieur de l’os,  l’apparition de micro-fractures radiales dans les couches de cément entourant les ostéons accélère la décomposition chimique des composés organiques. Ces micro-fractures résultent de tensions internes dues à la décomposition du collagène et à son remplacement par de l’apatite.

16La disparition des composés organiques dans les ossements marque la fin de la première phase de la fossilisation. L’activité bactérienne disparaît et, à partir de ce moment, ce sont des facteurs environnementaux qui contrôlent les processus de fossilisation. La matrice osseuse va se recristalliser en intégrant des éléments extérieurs (Sr, U, Th, Fe,…). La carbonate-hydroxylapatite matricielle est remplacée par de la carbonate-fluorapatite (Ca5(PO4CO3)3F) ou de la fluorapatite (Ca5(PO4)3F) mieux cristallisées. Dans de l’os compact, la recristallisation peut s’étendre à l’entièreté ou n’être limitée qu’aux abords des parties perméables, telles que les espaces vides ou les cassures (Fig. 3). En général, la recristallisation conserve la microstructure de l’os intacte, mais une destruction partielle des structures les plus fines peut également être observée. De nouveaux minéraux, dissous dans l’eau d’infiltration, précipitent et remplissent les cavités des os et les micro-fractures radiales. En bloquant les voies de diffusion des réactants, ces minéraux réduisent progressivement les échanges entre l’os et le milieu environnant.

Fig. 3. Boule de pyrite (flèche rouge) sur une griffe d’Iguanodon de Bernissart.

Fig. 3. Boule de pyrite (flèche rouge) sur une griffe d’Iguanodon de Bernissart.

17Au fur et à mesure de son enfouissement, l’os fossile va subir des pressions de plus en plus importantes, qui entraînent la formation de cassures polygonales indépendantes de la structure osseuse. Du fait de sa forte densité, l’os compact est plus affecté par les fractures que l’os spongieux, mais ce dernier, plus sensible à la déformation, peut cependant être complètement détruit sous de hautes pressions. Les fractures polygonales peuvent être ultérieurement remplies par de la pyrite, de la calcite ou de la silice en fonction de la nature des sédiments.

L’extraction et la préparation des ossements d’Iguanodons

18Les squelettes d’Iguanodons ont été enfouis dans leur gangue d’argile pendant environ 125 millions d’années. Au cours de leur fossilisation, une grande quantité de pyrite (FeS2) s’est déposée dans les cavités osseuses: canaux de Havers, vacuoles ostéocytaires, micro-fractures radiales, cavités de l’os spongieux, fractures,… Si la pyrite fragilise l’os quand elle remplace partiellement la matrice osseuse, son oxydation accentue encore ce phénomène. Au contact de l’air, l’oxydation de la pyrite en sulfates de calcium (gypse et anhydrite) et en sulfates de fer (szomolnokite et rozenite) provoque le gonflement du minéral et donc, l’éclatement de l’os qui le renferme. Louis De Pauw et son équipe durent donc déployer des trésors d’inventivité pour préserver les squelettes d’Iguanodons exposés à l’air libre.

19Les techniques de fouilles utilisées par De Pauw sont toujours employées aujourd’hui. Dès qu’un ossement était découvert, on mettait à nu sa partie visible, on le recouvrait d’un papier double et mouillé, puis on l’enduisait d’une couche de 5 à 10 cm de plâtre. On dégageait ensuite sa partie inférieure qui, à son tour, était recouverte de plâtre. Le bloc était entouré d’un cerclage de fer et on ajoutait une seconde couche de plâtre.  Le bloc se détachait donc naturellement de la paroi, il était alors marqué d’une lettre alphabétique et prêt à être expédié à Bruxelles. La concentration des ossements était telle que des blocs de grande dimension devaient souvent être prélevés afin de ne pas endommager les squelettes.

20Dès octobre 1878, l’équipe de De Pauw commença la préparation et la consolidation des ossements dans les ateliers du Musée royal d’Histoire naturelle, situés dans la Chapelle Nassau de l’actuelle Bibliothèque royale à Bruxelles (Fig.4). Une fois les blocs ouverts, on enlevait le plâtre, l’armature en fer et une partie de l’argile qui entourait toujours les fossiles.

Fig. 4. Dégagement des ossements d’Iguanodons dans leurs blocs de plâtre et montage en position de vie d’un spécimen dans la Chapelle Nassau.

Fig. 4. Dégagement des ossements d’Iguanodons dans leurs blocs de plâtre et montage en position de vie d’un spécimen dans la Chapelle Nassau.

21Au fur et à mesure de leur dégagement, les os étaient enduits de colle forte pour empêcher leur désagrégement. Le bloc ainsi provisoirement préparé, on construisait autour un petit mur de plâtre et on versait alors une préparation de colle forte bouillante qui imprégnait les ossements. La préparation de cette gélatine est digne d’une recette d’alchimiste. De Pauw nous en donne les détails:

  • 8  De Pauw, L.F., 1902. Notes sur les fouilles du charbonnage de Bernissart. Découverte, solidificati (...)

‘ Ce bain de gélatine est composé à partie égale de colle forte, demi-rognure du pays, et de colle d’os de Lyon. Environ 24 heures avant de s’en servir, cette colle était trempée dans de l’eau saturée d’acide arsénieux, qu’on chauffait au bain-marie… La colle était versée dans les blocs-cuve, au moyen de seaux d’une contenance de 10 litres, après addition de 15 grammes d’essence de clou de girofle et d’un quart de litre d’alcool par seau…’8.

22Une heure après, on retirait la gélatine qui n’avait pu pénétrer les os et on plaçait le bloc dans un four pour enlever l’excédent de colle. On retournait ensuite le bloc pour dégager et solidifier l’autre côté. La pyrite qui remplissait les creux des os était systématiquement enlevée et remplacée par du carton-pierre (mélange de craie, de colle de peau d’animaux et de papier). Certaines vertèbres renfermaient plus d’1kg de pyrite ! Utilisé en architecture depuis le 17ème siècle, le carton-pierre a la particularité d’être à la fois résistant et léger. De plus, il particulièrement bien résisté à l’épreuve du temps.

23Louis De Pauw avait réussi son pari : préparer et préserver les fossiles de Bernissart. Bien entendu, la méthode de consolidation des ossements utilisée était empirique et sa mise en œuvre particulièrement lourde. Toutefois, après traitement, les os des Iguanodons de Bernissart étaient redevenus suffisamment robustes pour pouvoir passer à l’étape suivante : le remontage des squelettes en position de vie.

Le montage des squelettes d’Iguanodons

24Pour présenter les Iguanodons de Bernissart au grand public,  il fut décidé de reconstituer les squelettes les mieux conservés en position présumée de vie. Mais comment représenter les Iguanodons, dont on ne connaissait pas du tout la posture ? Les préparateurs prirent comme modèles un squelette de Kangourou et celui d’un Casoar, dont l’allure générale leur semblait relativement proche. De Pauw fit construire un échafaudage à plusieurs étages auquel on suspendait, au moyen de cordes, les ossements à hauteur voulue (Fig. 5).

Fig. 5. Montage en position de vie du premier squelette d’Iguanodon dans la Chapelle Nassau. Les squelettes de Kangourou et de Casoar qui ont servi de modèle à la reconstitution sont au pied de l’Iguanodon.

Fig. 5. Montage en position de vie du premier squelette d’Iguanodon dans la Chapelle Nassau. Les squelettes de Kangourou et de Casoar qui ont servi de modèle à la reconstitution sont au pied de l’Iguanodon.

25La colonne vertébrale des Iguanodons en position de vie est soutenue par-dessous par une longue tige métallique. Des fourches, fixées à la tige par des écrous, soutiennent chaque vertèbre. Partant également de la tige axiale, des fers plats soulignent le contour des côtes. La tige de fer sous la colonne vertébrale est soutenue par deux montants, un sous la tête ou le cou et l’autre sous le bassin. Ces montants ont comme base deux plateaux de fer boulonnés au sol. Du montant postérieur partent deux grands embrasements en fer destinés à soutenir les pattes postérieures de l’Iguanodon et formant avec le montant un véritable trépied. Du montant antérieur partent plusieurs embranchements métalliques destinés à maintenir la tête et le cou et à soutenir les pattes antérieures. Un troisième montant soutient la partie postérieure de la queue.

  • 9 Norman, D.B., 1980. On the ornithischian dinosaur Iguanodon bernissartensis of Bernissart (Belgium) (...)

26Bien que cette armature métallique soit très solide, elle reste relativement discrète. Elle a en outre le grand avantage d’être très facilement démontable, ce qui s’est révélé extrêmement utile lors des divers démontages des Iguanodons. Le système de montage  imaginé par De Pauw est si ingénieux que les Iguanodons sont encore aujourd’hui présentés sur leur armature d’origine (Fig. 6), même si l’on sait maintenant que la posture imaginée à l’époque pour les Iguanodons est inexacte : ces dinosaures couraient probablement à quatre pattes et marchaient sur deux pattes, mais avec leur colonne vertébrale maintenue à l’horizontale9. Réaliser de nouvelles armatures serait aujourd’hui hors de prix et pourrait endommager les précieux fossiles.

Fig. 6. Armature métallique d’un Iguanodon en position de vie. La colonne vertébrale est partiellement placée.

Fig. 6. Armature métallique d’un Iguanodon en position de vie. La colonne vertébrale est partiellement placée.

Des Iguanodons en cage

27La reconstitution du premier spécimen fut achevée en 1883. Une grande cage en verre fut construite dans la cour du Musée royal d’Histoire naturelle, Place du Musée, pour exposer ce squelette au grand public (Fig.7). Des mesures drastiques d’isolation thermique de cette cage durent rapidement être prises: le mois de juillet 1883 étant particulièrement chaud, la gélatine contenue dans les ossements de ce spécimen commença en effet à fondre. Dans la foulée, on rajouta un second spécimen complet d’Iguanodon, ainsi qu’un crâne et de petits squelettes de crocodiles et de tortues.

Fig. 7. Le premier squelette d’Iguanodon exposé à Bruxelles, Place du Musée, en 1883.

Fig. 7. Le premier squelette d’Iguanodon exposé à Bruxelles, Place du Musée, en 1883.

28Avec ses squelettes d’Iguanodons exposés dans une vitrine à même la rue, le problème de manque de place devint si manifeste que le musée se vit attribuer un nouveau bâtiment, originellement destiné à abriter un couvent de Rédemptoristes en haut du Parc Léopold à Bruxelles. Le nouveau Musée royal d’Histoire naturelle y ouvrit ses portes le 22 juillet 1891. En 1899, cinq Iguanodons montés furent exposés sous verre près de l’entrée de la rue Vautier. Entretemps, le musée s’était agrandi et, en 1902, une nouvelle aile, baptisée Aile Janlet d’après le nom de son architecte, lui fut adjointe pour présenter au public la faune belge d’hier et d’aujourd’hui. Douze squelettes d’Iguanodons plus ou moins complets et huit fragmentaires furent présentés dans une fosse en position de gisement, onze autres furent montés en position présumée de vie (Fig. 8). On refusa à l’époque de faire les frais de cages en verre pour protéger ces spécimens inestimables et les Iguanodons furent donc exposés à l’air libre dans l’Aile Janlet. Trente années de changements de température et d’humidité, dus au contact direct avec l’air ambiant, provoquèrent des dégâts très nets. Les résidus de pyrite continuaient en effet à s’oxyder, provoquant l’apparition de nouvelles fissures et certains ossements commencèrent à tomber en poussière.

Fig. 8. Les Iguanodons montés en position de vie dans la Salle Janlet du Musée royal d’Histoire naturelle, dans les années 1920.

Fig. 8. Les Iguanodons montés en position de vie dans la Salle Janlet du Musée royal d’Histoire naturelle, dans les années 1920.

29En 1932, le directeur Victor Van Straelen, alerta le ministre responsable qui lui répondit sèchement que les Iguanodons n’avaient qu’à être vendus afin d’éviter des dépenses inutiles. Cette réaction provoqua bien entendu un véritable tollé et une nouvelle méthode, moins onéreuse et moins lourde que celle mise au point par De Pauw, fut élaborée pour protéger les ossements. De 1933 à 1937, tous les spécimens furent démontés et trempés dans un mélange d’alcool et de gomme Shellac. Celle-ci provient de la résine polyester sécrétée par la femelle d’une cochenille qui parasite des essences tropicales en Inde et en Thaïlande. La préparation exigea l’achat de plus de 4 000 litres d’alcool et de 390 kilos de Shellac. Ce traitement obscurcit considérablement la couleur des ossements des Iguanodons pourtant déjà très sombre lors de leur découverte. A la même époque, deux immenses cages vitrées furent construites autour des Iguanodons pour maintenir une température et un degré hygrométrique constants.

30Le repos bien mérité des Iguanodons fut de courte durée. En 1940, tous les spécimens furent, à nouveau, démontés pour être entreposés dans les caves du musée, par crainte des dégâts pouvant être occasionnés par la guerre. Mais l’humidité qui y régnait était trop élevée et ils furent ramenés dans leur cage avant la fin des hostilités.

31Entretemps, en 1935, on avait décidé d’adjoindre au Musée royal d’Histoire naturelle une haute tour destinée à renfermer les collections et les laboratoires. Le gros œuvre fut terminé avant le début de la deuxième guerre mondiale. Après la guerre, les travaux ne progressèrent plus guère malgré des fonds du plan Marshall et, faute de crédits, ils s’arrêtèrent même complètement pendant de nombreuses années. Les bâtiments se détériorèrent rapidement et, dès le début des années ’60, d’importantes infiltrations d’eau dans les cages des Iguanodons arrosèrent les précieux squelettes. On dut même les recouvrir de bâches en plastique pour les protéger des fuites d’eau ! Fin des années ’70, on décida de mettre fin à cette situation surréaliste et d’importants travaux de rénovation du musée furent entrepris jusqu’en 1982.   

32De nombreux musées étrangers ont désiré emprunter les Iguanodons, mais personne n’osait prendre le risque de les démonter et les compagnies financières demandaient des sommes astronomiques pour assurer leur transport. En 1985, deux spécimens furent quand même envoyés au Japon, afin d’être exposés au Musée national de la Science à Tokyo, puis au Musée municipal de la Science à Nagoya. Ces deux exemplaires retournèrent en 1988 au Japon, où ils firent partie d’une exposition au Parc de Takarazuka, dans la banlieue d’Osaka. En 1998, un squelette fut exposé au Musée des Beaux-Arts de Valenciennes. Ce même exemplaire retourna en 2002 dans sa terre natale, au Musée de l’Iguanodon à Bernissart, où il est toujours exposé. Enfin, lors des récents travaux de rénovation du Muséum des Sciences naturelles, six exemplaires furent envoyés, entre 2004 et 2006, au tout nouveau Museo de la Ciencia à Barcelone.

Un nouvel écrin pour les Iguanodons

33Après un siècle de bons et loyaux services, il était grand temps de rénover l’Aile Janlet du Muséum des Sciences naturelles. D’autant que les anciennes cages des Iguanodons posaient d’insolubles problèmes d’éclairage et que les visiteurs manquaient cruellement de recul pour pouvoir admirer ces animaux gigantesques. En outre, les squelettes étaient à nouveaux en piteux état depuis leur dernier ‘check-up’ des années 1930.

34Cette nouvelle phase de restauration des squelettes d’Iguanodon a duré plus de quatre ans. A partir de 2003, tous les squelettes ont été démontés. Chaque os a été examiné et, le cas échéant, restauré en profondeur. Les résidus de pyrite, oxydée ou non, ont été soigneusement curetés. Les ossements ont été imprégnés d’acétate de polyvinyle dissous dans l’acétone et allongé avec de l’éthanol. Cette résine synthétique a le grand avantage de ne pas altérer la couleur des fossiles, contrairement à la gomme Shellac. De plus, sa densité peut être facilement contrôlée selon le type d’ossement et d’altération à traîter. Les cassures ont été recollées grâce à des colles fortes (cyanoacrylates et résines adhésives époxydes) et les fissures rebouchées par une pâte durcissante à base de titane. A partir de mai 2007, les squelettes restaurés ont été replacés dans leurs nouvelles cages de verre (Fig. 9). Une attention toute particulière a été apportée à l’éclairage des spécimens. La fibre optique a été préférée, afin d’éviter tout échauffement local et variation de température.

Fig. 9. La nouvelle cage en verre des Iguanodons de Bernissart en position de vie.

Fig. 9. La nouvelle cage en verre des Iguanodons de Bernissart en position de vie.

35Après 125 millions d’années de repos dans les argiles de Bernissart, les squelettes d’Iguanodons ont donc traversé 130 ans d’une nouvelle vie pour le moins turbulente. Les premières phases de leur restauration ont été réalisées de façon empirique, voire franchement tâtonnante. Il faut dire que la découverte de ces dinosaures était, en 1878, une première mondiale. Malgré les énormes problèmes rencontrés, dus principalement à la grande concentration de pyrite à l’intérieur des ossements, la conservation de ces précieux squelettes peut toutefois être considérée comme réussie et est même devenue une référence pour de nombreux musées d’Histoire naturelle qui doivent affronter des problèmes similaires pour la conservation de leurs collections d’ossements fossiles. Depuis quelques années, un programme de recherche a été mis sur pied à l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique afin de mieux comprendre les processus de fossilisation des ossements découverts à Bernissart et, plus particulièrement, la formation et l’oxydation de la pyrite et d’autres minéraux associés aux fossiles de Bernissart. Une telle étude devrait déboucher sur des méthodes de conservation plus efficaces des ossements fossiles renfermés dans nos musées.

Haut de page

Bibliographie

Bolotsky, Y. L., and Godefroit, P., 2004. « A new hadrosaurine dinosaur from the Late Cretaceous of Far Eastern Russia ».Journal of Vertebrate Palaeontology, 24: 354-368.

Godefroit, P., 1999. « New traversodont (Therapsida: Cynodontia) teeth from the Upper Triassic of Habay-la-Vieille (southern Belgium) ». Paläontologische Zeitschrift, 73 (3-4): 385-394.

Godefroit, P., Alifanov, V. & Bolotsky, Y.L., 2004. « A re-appraisal of Aralosaurus tuberiferus (Dinosauria, Hadrosauridae) from the Late Cretaceous of Kazakhstan. » Bulletin de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, Sciences de la Terre, 74 (supplément) : 139-154.

Godefroit, P., Bolotsky, Y.L. & Alifanov, V. R., 2003. « A remarkable hollow-crested hadrosaur from Russia: an Asian origin for lambeosaurines. » Comptes Rendus Palévol, 2: 143-151.

Godefroit, P., Bolotsky, Y.L. & Van Itterbeeck, J., 2004. « Amurosaurus riabinini, a Late Cretaceous lambeosaurine dinosaur from Far Eastern Russia ».Acta Palaeontologica Polonica, 49 (4): 585-618.

Godefroit, P., Dong, Z.M., Bultynck P., Li, H. & Feng, L., 1998. « New Bactrosaurus (Dinosauria: Hadrosauroidea) material from Iren Dabasu (Inner Mongolia, P.R. China). » Bulletin de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, Sciences de la Terre, 68 (supplement): 3-70.

Godefroit, P., Hai, S., Yu, T., and Lauters, P., 2008. New hadrosaurid dinosaurs from the uppermost Cretaceous of northeastern China. Acta Palaeontologica Polonica, 53: 47-74.

Godefroit, P. & Knoll, F., 2003. « Late Triassic dinosaur teeth from southern Belgium. » Comptes Rendus Palévol, 2: 3-11.

Goefroit, P. & Lambert, O., 2007. « A re-appraisal of Craspedodon lonzeensis Dollo, 1883 from the Upper Cretaceous of Belgium: the first record of a neoceratopsian dinosaur in Europe? » Bulletin de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, Sciences de la Terre, 77: 83-93.

Godefroit, P., Li, H. & Shang, C.-Y., 2005. « A new primitive hadrosauroid dinosaur from the Early Cretaceous of Inner Mongolia. » Comptes rendus Palevol, 4: 697-705.

Godefroit, P. & Sigogneau-Russell, D., 1999. « Kuehneotheriids from Saint-Nicolas-de-Port (Late Triassic of France) ». Geologica Belgica, 2 (3-4) : 181-196.

Godefroit, P., Zan, S. & Jin, L., 2000. « Charonosaurus jiayinensis n.g., n.sp., a lambeosaurine dinosaur from the Late Maastrichtian of northeastern China. » Comptes rendus de l’Académie des Sciences de Paris, Sciences de la Terre et des Planètes, 330: 875-882.

Godefroit, P., Zan, S. & Jin, L., 2001. « The Maastrichtian (Late Cretaceous) lambeosaurine dinosaur Charonosaurus jiayinensis from north-eastern China. » Bulletin de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, Sciences de la Terre, 71: 119-168.

Lambert, O., Godefroit, P., Li, H., Shang, C.Y. & Dong, Z.M., 2001. « A new species of Protoceratops (Dinosauria, Neoceratopsia) from the Late Cretaceous of Inner Mongolia (P.R. China). » Bulletin de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, Sciences de la Terre, 71 (supplément): 5-28.

Leduc, T., 2004. La diagenèse des ossements fossiles: étude bibliographique. Mémoire de D.E.A., Université de Liège, non publié, 88 pp.

Haut de page

Notes

1  Van Beneden, P.-J., 1878. Découverte de reptiles gigantesques dans le charbonnage de Bernissart, près de Péruwelz. Bulletin de l’Académie royale de Belgique, 2ème série, 45 : 578.

2  De Pauw, L.F., 1902. Notes sur les fouilles du charbonnage de Bernissart. Découverte, solidification et montage des Iguanodons. Imprim. photo-litho, JH. & P. Jumpertz, 150 av.d’Auderghem. 25 pp.

3  Marieb, E.N., 1999. Anatomie et physiologie humaines, traduction de la quatrième édition américaine. De Bock Université, Louvain-la-Neuve, 1194 pp.

4  Hubert, J.F., Panish, P.T., Chure, D.J. & Prostak, K.S., 1996. Chemistry, microstructure, petrology and diagenetic model of Jurassic dinosaur bones, Dinosaur National Monument, Utah. Journal of Sedimentary Research, 66 (3): 531-547.

5 Glimcher, M.J., 1984. Recent studies of the mineral phase in bone and its possible linkage to organic matrix protein-bound phosphate bonds. Philosophical Transactions of the Royal Society of London B, 304: 479-508.

6 Barker, M.J., Clarke, J.B. & Martill, D.M., 1997. Mesozoic reptile bones as diagenetic windows. Bulletin de la Société géologique de France, 168: 535-545. Leduc, T., 2004. La diagenèse des ossements fossiles: étude bibliographique. Mémoire de D.E.A., Université de Liège, non publié, 88 pp.

7 Pfretschner, H.U., 2000. Pyrite formation in Pleistocene bones – a case of very early formation during diagenesis. Neues Jahrbuch für Geologie und Paläontologie, Abhandlungen, 210: 369-397.

8  De Pauw, L.F., 1902. Notes sur les fouilles du charbonnage de Bernissart. Découverte, solidification et montage des Iguanodons. Imprim. photo-litho, JH. & P. Jumpertz, 150 av.d’Auderghem. 25 pp.

9 Norman, D.B., 1980. On the ornithischian dinosaur Iguanodon bernissartensis of Bernissart (Belgium). Mémoires de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, 178: 1-103. Crédits photographiques : Thierry Hubin / IRSNB-KBIN

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Coupe géologique succincte du sous-sol de Bernissart montrant la structure du ‘cran’ d’Argiles de Bernissart et l’emplacement des squelettes d’Iguanodons.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/464/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 2. Coupe dans un os long fossilisé de dinosaure, montrant les canaux de Havers (flèche rouge).
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/464/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 3. Boule de pyrite (flèche rouge) sur une griffe d’Iguanodon de Bernissart.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/464/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 4. Dégagement des ossements d’Iguanodons dans leurs blocs de plâtre et montage en position de vie d’un spécimen dans la Chapelle Nassau.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/464/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 5. Montage en position de vie du premier squelette d’Iguanodon dans la Chapelle Nassau. Les squelettes de Kangourou et de Casoar qui ont servi de modèle à la reconstitution sont au pied de l’Iguanodon.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/464/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 6. Armature métallique d’un Iguanodon en position de vie. La colonne vertébrale est partiellement placée.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/464/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 7. Le premier squelette d’Iguanodon exposé à Bruxelles, Place du Musée, en 1883.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/464/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 8. Les Iguanodons montés en position de vie dans la Salle Janlet du Musée royal d’Histoire naturelle, dans les années 1920.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/464/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 9. La nouvelle cage en verre des Iguanodons de Bernissart en position de vie.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/464/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Godefroit et Thierry Leduc, « La conservation des ossements fossiles : le cas des Iguanodons de Bernissart », CeROArt [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 09 octobre 2008, consulté le 24 juin 2017. URL : http://ceroart.revues.org/464

Haut de page

Auteurs

Pascal Godefroit

Docteur en Sciences de l’Université Catholique de Louvain, Pascal Godefroit est Chef de Travaux au Département de Paléontologie de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique. Spécialiste des reptiles mésozoïques, il étudie actuellement les faunes de dinosaures du Crétacé d’Europe et d’Asie. Il est également commissaire scientifique de la nouvelle galerie des dinosaures du Muséum des Sciences naturelles, à Bruxelles.
Pascal Godefroit, Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, Département de Paléontologie, rue Vautier 29, B-1000 Bruxelles. Email : Pascal.Godefroit@naturalsciences.be.

Thierry Leduc

Licencié en sciences zoologiques, Thierry Leduc est actuellement technicien de la recherche au service de Minéralogie de l'Institut Royal des Sciences naturelles de Belgique et doctorant à l'Université de Liège. Le thème de sa thèse de doctorat : la diagenèse des ossements d'iguanodon et plus particulièrement le rôle de la pyrite et de son oxydation dans la conservation des ossements.
Thierry Leduc, Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, Service Géologique de Belgique, Géologie générale et Minéralogie, rue Vautier 29, B-1000 Bruxelles. Email : Thierry.Leduc@sciencesnaturelles.be.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org