Navigation – Plan du site
Mélanges

La foire aux valeurs

Georges Brunel

Résumés

L'auteur examine l'usage contemporain du terme "valeur" en rapport avec le patrimoine, et revient sur l'emploi théorique et pratique qu'en fait Aloïs Riegl.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Riegl (Alois), Der moderne Denkmalkultus. Sein Wesen und seine Entstehung, Vienne-Leipzig, Braumül (...)

1Le traité de Riegl sur la conservation des monuments, Der moderne Denkmalkultus, sein Wesen und seine Entstehung, publié en 1903, a été pendant longtemps ignoré du public français. Il a fallu attendre sa traduction en 1984 pour qu’il retienne l’attention des responsables du patrimoine. On peut même parler d’une sorte de vogue, puisqu’une nouvelle traduction a paru vingt ans plus tard.1 Le but de Riegl est de distinguer les différentes formes de l’intérêt que l’on porte aux restes du passé et, pour l’atteindre, il s’est servi de la notion de valeur. Il se livre à des analyses subtiles et il faut une lecture attentive pour ne pas se perdre et tomber dans de commodes simplifications. Cet accident est souvent arrivé de sorte qu’aujourd’hui, dans les textes relatifs à la théorie de la restauration, on rencontre partout le mot de valeur dans des emplois très éloignés de la pensée de Riegl. Cela s’observe en France, et sans doute aussi dans beaucoup d’autres pays que nous n’avons pas de compétence pour étudier ; les textes émanés des organisations internationales ne sont pas à l’abri de flottements sur le sens dans lequel il faut prendre valeur. C’est sur ce point que l’on s’arrêtera d’abord. Dans un second temps la marche à suivre consiste, croyons-nous, à revenir à la notion de Denkmal, monument. Riegl en effet ne propose pas une théorie des valeurs en général, mais des Denkmalswerte, mot composé difficile à rendre en français autrement que par valeurs monumentales ; ce sont les valeurs qui se rapportent à l’objet en tant que monument, celles qu’il faut prendre en compte quand se pose la question de savoir comment le conserver. Si on ne perd pas de vue le sens de cette expression, se rend compte que le système exposé dans le Denkmalkultus n’est pas un assortiment de concepts destinés au classement des objets, mais un outil fabriqué en vue de l’action que l’on exerce sur eux. Prendre en compte les valeurs monumentales consiste à élucider ses propres idées et invite chacun à assumer ses propres responsabilités.

La prolifération des valeurs

2La précision que l’on attend dans l’emploi des mots dépend de la situation des interlocuteurs. Dans les échanges ordinaires, on ne prend pas garde aux différentes significations que les mots peuvent avoir. La situation et le contexte suffisent en général pour dissiper les ambiguïtés ou les rendre sans importance. À l’intérieur d’une discipline ou d’une technique déterminées au contraire, il faut tâcher de les bannir, car elles peuvent avoir des conséquences graves.

  • 2  Heinich (Nathalie), La fabrique du patrimoine, « De la cathédrale à la petite cuillère », Paris, É (...)

3La fabrique du patrimoine, enquête sociologique menée par Nathalie Heinich auprès des chercheurs de l’Inventaire général, fournit une ample provision d’exemples montrant comment les « valeurs » prolifèrent dans le langage de la conservation.2 Ce livre décrit le fonctionnement, que l’auteur a étudié en 2004-2005, du service dit de l’Inventaire général du patrimoine culturel, autrefois Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. La mission de celui-ci est de recenser les biens culturels dignes d’être conservés, soit matériellement, soit sous forme de documentation. La question du tri est donc au centre de ses activités : quels objets faut-il retenir, quels sont ceux que l’on peut négliger ? Heinich a suivi quelques chercheurs en campagne et observé la manière dont ils opèrent.

4Toute espèce de tri repose sur des critères, lesquels devraient avoir un fondement objectif et ne pas laisser de place aux préférences personnelles. Ceux dont les chercheurs de l’Inventaire se servent reposent en principe sur des données observables et mesurables, mais des dispositions subjectives viennent inévitablement les colorer. L’âge d’un objet, par exemple,  s’établit avec plus ou moins de précision selon les documents ou les indices dont on dispose, et de même son authenticité ; mais comment déterminer les cas où l’on portera sur « l’ancienneté » une appréciation positive ou négative ? Le même problème se pose pour l’authenticité qui dans le cas d’un bâtiment ou d’un objet plusieurs fois remanié peut s’apprécier de différentes manières. Estimer sa rareté ou sa capacité à représenter la catégorie dont il relève ne peut se faire que par approximation puisqu’il faudrait, pour l’établir objectivement, que l’inventaire soit terminé alors qu’on est en train de l’établir. Quant à l’intérêt esthétique, on sait bien qu’il est impossible d’en rendre compte par le raisonnement. Aussi le critère dit « de beauté » est-il banni du langage des chercheurs, mais la sociologue constate qu’il occupe dans la pratique une place qui n’est pas négligeable. Il faut à un certain moment passer du fait que l’on établit au jugement que l’on profère : ceci sera ou non retenu et porté sur les listes. C’est là que se présente la question des valeurs.

  • 3  Les deux exemples cités sont à la p. 164.

5Placé devant la nécessité de faire des choix et d’en assumer la responsabilité, chacun cherche machinalement à se mettre à l’abri d’éventuels reproches. Différentes voies sont possibles, dont celle qui consiste à déguiser l’appréciation subjective en critère objectif. Les observations rapportées par Heinich au chapitre 7 de la Fabrique du patrimoine, « Le rapport aux valeurs » illustrent abondamment ce recours à l’ambiguïté et aux détours de langage. « Cette tombe présente un intérêt majeur par sa forme » revient à exprimer prudemment un jugement esthétique dont la traduction simple serait : « Cette tombe est belle ». Le chercheur qui décrit une maison en disant : « elle a gardé toutes ses ouvertures d’origine », formule sans l’assumer tout à fait un jugement qui porte à la fois sur l’authenticité et sur le mérite artistique.3 Dans le travail quotidien, valeurs et critères tendent à se confondre et le sens de valeur s’estompe.

6L’usage anarchique du terme valeur qu’illustre La fabrique du patrimoine n’est pas une particularité française. Les exemples du même travers abondent dans les textes internationaux. Cette prolifération est favorisée par l’usage de plusieurs langues et les problèmes de traduction qui en résultent, mais la cause profonde est ailleurs. Elle tient à l’élargissement indéfini de la notion de patrimoine, laquelle embrasse aujourd’hui des objets si divers, naturels ou fabriqués par l’homme, artistiques ou utilitaires, durables ou éphémères, matériels ou immatériels, qu’il est devenu difficile de donner un sens clair aux mots de conservation et de restauration.

  • 4  Ier Congrès international des architectes et techniciens des monuments historiques ; ce document e (...)
  • 5  Dans les deux cas le terme anglais est ici value.

7Dans les documents internationaux, chartes et codes émanés de l’UNESCO, de l’ICOM ou de l’ICOMOS, il est rarement question de valeurs avant 1970. Le texte adopté en 1931 à la conférence d’Athènes4 n’utilise valeur que pour mettre en garde contre les « erreurs entraînant la perte du caractère et des valeurs historiques des monuments ». Dans la charte de Venise (1964) valeur se rencontre rarement. Selon l’article 9, le but de la restauration est de « révéler la valeur esthétique et historique des monuments ». L’article 11 recommande de n’éliminer des monuments les ajouts que si l’état découvert « constitue un témoignage de haute valeur historique, archéologique ou esthétique ».5  Le contexte montre sans ambiguïté que valeur est à prendre ici comme synonyme d’importance.

  • 6  Doc. Nara, par. 2.

8Il en va différemment du Document [de] Nara sur l’Authenticité (1994). Lorsque les auteurs recommandent de s’appuyer sur un « concept d'authenticité respectueux des valeurs culturelles et sociales de tous les pays », il semble bien qu’on doive entendre valeur dans le sens de règle ou d’idéal souhaitable et que le mot désigne une attitude d’esprit plus proche de l’appréciation que de la description.6 Le texte oppose implicitement une connaissance intellectuelle que tout le monde peut partager aux convictions particulières d’un groupe. Ces valeurs-là sont relatives, ce qui est d’ailleurs clairement exprimé au paragraphe 11 : « Les jugements sur les valeurs attribuées au patrimoine, tout comme la crédibilité des sources d'information, peuvent différer d’une culture à l’autre et même au sein d'une même culture. »

  • 7  The Burra Charter: The Australia ICOMOS Charter for Places of Cultural Significance, 2013. La prem (...)
  • 8  Burra Charter 2013, art. 1.2 ; la numérotation des articles est la même dans les différentes versi (...)

9La notion de valeur culturelle n’est pas plus aisée à définir que celle d’authenticité. Les rédacteurs de la charte de Burra ont cherché une solution à ce problème épineux.7 Il en est résulté un texte dont la version française présente une rédaction embarrassée. Il s’applique aux « lieux et biens patrimoniaux de valeur culturelle », en anglais « places of cultural significance (cultural heritage places) ». La valeur culturelle est ainsi définie : « Par valeur culturelle on entend valeur esthétique, historique, scientifique, sociale ou spirituelle pour les générations passées, présentes ou futures. ». Une note explicative précise que « la valeur culturelle est synonyme de signification patrimoniale et de valeur patrimoniale culturelle », ce qui n’éclaircit pas totalement l’idée, et le texte anglais de 2013 n’est pas plus explicite : « The term cultural significance is synonymous with cultural heritage significance and cultural heritage value ».8 Il semble bien que valeur et importance (value et significance) soient compris comme équivalents. Mais à l’article 13, valeur est employé dans un sens différent : « La cohabitation de valeurs culturelles doit être reconnue, respectée et, particulièrement dans les cas où elles sont en conflit, encouragée. »

  • 9  9. European Confederation of Conservator-Restorer’s Organisation ; les textes sont accessibles à l (...)

10Les versions successives du code de déontologie publié par l’association internationale ECCO9 révèlent la difficulté de décider si l’on prend valeur dans le sens d’importance ou dans celui de notion à laquelle on attache du prix. On lit dans la version de 2002 : « The objects, buildings and environments to which society attributes particular aesthetic, artistic, documentary, environmental, historic, scientific, social, or spiritual values are commonly designated "Cultural Heritage" [...] ». Retouche qui n’est pas indifférente : en 2013, significance a remplacé value.

11Si l’on reprend maintenant un à un les termes de ce dernier texte, la raison pour laquelle les valeurs ne cessent de se multiplier depuis une quarantaine d’années devient claire. À mesure que la notion de patrimoine s’est étendue à des domaines toujours plus divers, il a fallu faire appel à des critères nouveaux pour en justifier l’inclusion. Depuis longtemps déjà on y a fait entrer les objets industriels et techniques. Or il est évident que, si chacun est libre de porter sur eux un jugement esthétique, ils n’ont, sauf exception, pas été faits pour cela. On peut trouver de la beauté à une usine désaffectée ou à une locomotive des années 1900, mais cela revient à les considérer comme on ferait d’une montagne ou d’une cascade. Aussi la valeur esthétique est-elle désormais distinguée de la valeur artistique, laquelle ne peut concerner que les œuvres produites pour plaire à d’éventuels spectateurs. En ce qui concerne la valeur documentaire ou la valeur historique, tous les objets en ont une, qui peut selon le cas être considérable ou infime. La différence entre valeur scientifique et valeur documentaire n’est pas claire et le sens de valeur environnementale n’étant pas défini dans le texte d’ECCO, on voit mal à quel type de biens culturels cette notion devrait s’appliquer. Enfin la valeur sociale et la valeur spirituelle relèvent d’un point de vue différent de toutes les autres, car elles sont l’expression d’un groupe humain particulier et ne peuvent pas prétendre à l’universalité.

12Cette confusion invite à se demander si, au lieu d’inventer continuellement de nouvelles valeurs, il ne serait pas opportun de revenir aux enseignements de Riegl et de s’assurer que l’on n’en trahit pas l’esprit.

Monument et valeurs monumentales 

13Le Denkmalkultus ne porte pas sur les valeurs en général, ni sur les valeurs morales ou les valeurs esthétiques, mais les valeurs monumentales. Telle est la traduction donnée par Daniel Wieczorek à Denkmalswerte. Ce sont les valeurs susceptibles d’être attachées à un objet quand on le considère en tant que monument. Il faut donc retourner d’abord à la définition du monument.

14Cette analyse occupe les vingt premières pages du livre. Riegl distingue trois classes de monuments : les monuments intentionnels, les monuments historiques et les monuments anciens. C’est aux premiers que l’appellation de Denkmal convient le mieux puisqu’ils sont dès l’origine créés pour conserver le souvenir d’un personnage ou d’un événement. Cette définition étroite et précise perd de sa netteté quand on l’applique aux monuments dits historiques, c’est-à-dire les objets de toute nature qui, parce qu’ils remontent à un certain moment du passé, fournissent sur lui des renseignements, mais n’ont pas été faits pour cela. La notion devient encore plus large quand on parle de monuments anciens. Il faut entendre par là tous les vestiges que l’on contemple sans réfléchir à l’époque précise dont ils proviennent pour s’abandonner au sentiment du temps et de sa fuite, rendue sensible par le cycle permanent de la création et de la destruction.

15Le sens qu’il faut donner à Denkmal est donc à bien préciser selon les cas. Pour s’en tenir au français, la traduction habituelle par monument ouvre la voie à beaucoup de contresens. Il est passé dans l’usage et il serait vain de vouloir lui en substituer un autre, on ne voit d’ailleurs pas lequel. On disserte sur les valeurs du monument comme s’il s’agissait de propriétés inhérentes à la constitution de l’objet. La pensée de Riegl est tout autre. Il se réfère à l’étymologie de Denkmal, mot qui désigne à proprement parler ce qui fait penser à ou ce qui rappelle le souvenir de quelque chose, sens qui est aussi le plus ancien du latin monumentum. Pour Riegl, n’importe quel objet venu du passé est un Denkmal. Il envisage les monuments comme des témoignages sur lesquels l’intelligence, l’imagination ou la sensibilité prennent appui pour communiquer idéalement avec ce qui n’est plus. Le mot n’implique pas que l’objet ait un caractère imposant ou un mérite artistique ; il suffit qu’il ait été fabriqué par l’homme. On ne dira pas de main d’homme, car le Denkmal peut être aussi un texte, pas forcément littéraire, ou bien de la musique. Cette dernière catégorie d’objets, qui correspond à ce que l’on appelle aujourd’hui patrimoine culturel immatériel, n’est mentionnée par Riegl que pour mémoire, étant donné que le problème de leur conservation se pose dans des termes qui n’ont rien à voir avec celle des objets matériels.

16Les trois classes définies par Riegl ne correspondent pas à des objets distincts, mais à des manières différentes de s’intéresser au même objet. Ce qui fut, pour des hommes ayant vécu il y a plusieurs centaines, voire plusieurs milliers d’années, un monument intentionnel ne rappelle plus rien à ceux d’aujourd’hui ; il a donc perdu sa fonction de signal. Néanmoins, il présente toujours de l’intérêt pour la conscience historique. D’autre part, à cause de son étrangeté même, il évoque le caractère périssable des œuvres humaines. Capacité d’interpréter un signe, enquête sur la date, la provenance et la fonction d’un objet et rêverie autour du mouvement irrévocable de mort et de renaissance produit par le passage des années sont trois attitudes d’esprit bien différentes. Elles ont pourtant un point commun : la qualité de monument est reconnue à un objet non pas en vertu de propriétés qui feraient partie de sa substance, mais en fonction du rapport que la conscience du spectateur entretient avec lui. Elle dépend de l’attention que l’on porte à l’objet ou, pour parler plus simplement, de la manière dont on le regarde. Ce sont les différentes formes de l’attention qui s’expriment en termes de valeurs.

Les valeurs à découvrir en soi

  • 10  What is OUV? Defining the Outstanding Universal Value of Cultural World Heritage Properties. An IC (...)

17La Convention du patrimoine mondial, adoptée par l’UNESCO en 1972, se fonde sur une notion d’un maniement très délicat : celle de valeur universelle exceptionnelle. Tous les mots de cette expression posent un problème auquel a été consacré un rapport entier, rédigé sous la direction de Jukka Jokilehto.10 Les objets concernés sont des monuments ou des ensembles de monuments et des sites. Sept critères sont à prendre en compte pour décider si l’un de ces objets possède une valeur universelle exceptionnelle, et par conséquent peut entrer dans la liste du patrimoine mondial. La formulation en est complexe et a varié au fil des années. On les résumera ici en les simplifiant ; il est demandé :

  • 1. que l’objet soit un chef-d’œuvre du pouvoir créatif de l’homme ;

  • 2. qu’il ait exercé une influence étendue et durable ;

  • 3. qu’il soit un témoignage exemplaire de civilisation ;

  • 4. qu’il soit l’exemple achevé d’un type de réalisation architecturale ou technique ;

  • 5. qu’il soit l’exemple achevé d’un type de modification exercée par l’homme sur le paysage ;

  • 6. qu’il soit associé à un événement ou une tradition d’une portée capitale ;

  • 7. pour les sites, que la nature s’y présente avec une beauté ou une étrangeté incomparables. Satisfaire à un seul de ces critères est en principe suffisant, mais la plupart des monuments ou sites sélectionnés en combinaient deux ou trois.

18À ces critères il convient d’ajouter dans toutes les catégories l’authenticité et l’intégrité.

19Cette construction aussi délicate qu’ingénieuse a pour but de donner un fondement solide à la notion de valeur universelle exceptionnelle. Tous les critères que le rapport définit s’appliquent en effet à des qualités qui peuvent donner lieu, sinon à des mesures exactes, du moins à des constatations ou des démonstrations objectives, à l’exception du septième où entre nécessairement, comme le reconnaît Jokilehto, une part notable de jugement personnel. Il ne pouvait en aller autrement. Si l’on veut reconnaître à certains monuments et certains sites un intérêt tellement puissant qu’il s’impose à toute l’humanité, aujourd’hui et dans le futur, il faut que leur excellence soit démontrée par des arguments inattaquables. La valeur universelle exceptionnelle ne traduit pas un choix personnel ou collectif, mais projette sur les objets la lumière émanée d’une raison éternelle et immuable. C’est une vision platonicienne du patrimoine.

20On ne peut pas être plus loin de Riegl et de sa pensée. Les valeurs analysées dans le Denkmalkultus ne sont pas des entités qui se révèlent à mesure que l’on enquête sur l’objet. Au contraire, elles sont comme le filtre mental à travers lequel se compose le regard qui l’examine. Le monument, en effet, n’est pas monument par sa nature même ; il l’est par l’attention qu’on lui porte.  

Riegl, de la réflexion théorique aux cas pratiques

21On sait que, chez Riegl, les constructions théoriques ne sont pas nées de réflexions menées dans la tranquillité d’un bureau tapissé de livres ; elles sont au contraire le résultat de recherches sur les objets qui sont la matière du travail d’un conservateur. La notion, qui paraît si abstraite, de Kunstwollen, a germé dans l’esprit de l’historien viennois en étudiant une collection de tapis orientaux et s’est développée en réfléchissant sur les arts décoratifs dans l’Antiquité tardive à partir des fouilles archéologiques menées dans les territoires austro-hongrois. De même la théorie de la restauration exposée dans le Denkmalkultus peut faire d’abord l’effet d’un pur exercice intellectuel. En réalité elle répond à une demande administrative : formuler des normes pour le meilleur traitement possible des témoignages du passé, œuvres, édifices et jusqu’aux villes dans leur totalité. Il peut être utile de rappeler ici d’autres textes, moins célèbres, qui montrent Riegl aux prises avec les objets

  • 11  Éd. cons. : Riegl (Alois), « Zur Frage der Restaurierung von Wandmalereien », dans  Bacher (Ernst) (...)

22Riegl a publié en 1903 un article sur la restauration des peintures murales.11 Il s’y emploie à montrer comment les différences d’opinions quant aux partis à prendre reflètent les positions de principe de différents groupes opposés les uns aux autres par leurs habitudes de pensée et leurs intérêts intellectuels. Trois positions sont à distinguer : celle des Konservativen, celles des historiens et celle des radicaux. Il ne faut pas se méprendre sur Konservativen, qui désigne ici les propriétaires juridiques des édifices ou ceux qui en ont la jouissance, c’est-à-dire principalement l’Église. Ceux-ci veulent avant tout que les images ornant leurs murs soient complètes et d’une signification facile à déchiffrer ; pour eux les lacunes sont intolérables. Les historiens tiennent à la véracité des témoignages ; les réfections ne les scandalisent pas pourvu qu’elles se fondent sur des documents et qu’on sache bien où s’arrête l’original. Pour les radicaux il importe plus que tout de préserver le sentiment d’ancienneté qui se dégage des peintures endommagées par le temps et qui s’évapore avec les reconstitutions. Moins complète et systématique que l’analyse des valeurs proposée dans le Denkmalkultus, celle des Wandmalereien présente en revanche l’intérêt de faire comprendre la démarche de Riegl dans son aspect pratique. Au fil des pages, la difficulté de concilier les points de vue des différents groupes est décomposée en une série de problèmes concrets qui sont examinés l’un après l’autre, comme dans une négociation diplomatique progressant pas à pas. Cette méthode sans dogmatisme est illustrée par un cas particulier, celui de Split.  

  • 12  Éd. cons. : Riegl (Alois), « Bericht über eine im Auftrag des Präsidiums des K. K. Zentral-Kommiss (...)

23En 1903, Riegl fut envoyé en inspection dans ce port de la côte Adriatique, célèbre pour l’immense palais que Dioclétien fit construire au début du IVe siècle de notre ère et à l’intérieur duquel s’est ensuite logée la ville médiévale ; les conclusions de cette mission furent exposées dans un article publié la même année.12 Elle consistait à évaluer un projet, patronné par les autorités locales, qui aurait consisté à dégager les murs du palais de Dioclétien en sacrifiant les maisons construites au Moyen Âge et à l’époque moderne. Suivons le raisonnement de Riegl. Portant un regard critique sur les bâtiments menacés, il distingue avec précision les critères selon lesquels on doit les apprécier. Il constate ainsi que l’ancien évêché ou Episkopium, long édifice du début du XVIIe siècle attenant à l’ancien mausolée devenu cathédrale, n’a rien d’exceptionnel du point de vue artistique. En revanche, par sa couleur et son rapport avec l’espace environnant, il produit un effet particulièrement suggestif. Si l’on est sensible à la valeur d’ancienneté, il convient donc de le placer très haut, ce que Riegl exprime en parlant d’un ahnsehnliche Alterswert. De cette constatation résulte l’obligation de bien réfléchir avant d’en décider la destruction. D’autre part cette démolition réclamée au nom de l’histoire par les archéologues et au nom de l’hygiène par les tenants de l’urbanisme moderne présentera l’inconvénient, note Riegl, de rendre visible de loin un bâtiment très ruiné alors que la vue rapprochée à laquelle oblige l’état actuel des lieux accentue son caractère pittoresque. Voilà expliqués les raisons et l’enjeu de l’affrontement. Les positions ayant été clarifiées, on peut se livrer à la pesée des différentes valeurs et mettre l’autorité qui devra décider en état de se prononcer sur un dossier organisé. On ne peut ici que donner une idée sommaire de la finesse avec laquelle Riegl analyse le conflit des intérêts et pèse leur importance respective. Ce qui importe ici est de souligner que, dans son exposé, la notion de valeur joue un rôle avant tout pratique. La grille des valeurs est un instrument servant à y voir clair et à mettre de l’ordre dans l’affrontement des opinions.

  • 13  Lalande (André), Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, PUF, 1926; éd. cons. (...)

24L’emploi du mot valeur expose à tomber dans toutes sortes de pièges à l’égard desquels le dictionnaire de Lalande invite à la prudence. « Le sens exact de valeur est difficile à préciser rigoureusement parce que ce mot représente le plus souvent un concept mobile, un passage du fait au droit, du désiré au désirable [...] ».13

25Dans la langue de tous les jours, valeur s’emploie pour parler des principes moraux auxquels adhèrent certains groupes et qui inspirent, ou devraient inspirer leur conduite. Il s’y attache donc l’idée de quelque chose de respectable. Il est abusif de s’en servir pour désigner des jugements de fait qui n’ont rien à voir avec la distinction entre le bien et le mal. L’enseignement que l’on retire de la lecture de Riegl va encore au-delà de cette considération. Les valeurs monumentales, telles que le Denkmalkultus les a définies, sont une invitation, pour tous les responsables du patrimoine, à élucider ce qu’il y a au fond de leurs propres pensées et à prendre leurs décisions en toute connaissance de cause.

Haut de page

Notes

1  Riegl (Alois), Der moderne Denkmalkultus. Sein Wesen und seine Entstehung, Vienne-Leipzig, Braumüller, 1903 ; tr. fr.: Le Culte moderne des monuments, son essence et sa genèse, Paris, Seuil, 1984 (coll. « Espacements »; traduction par Daniel Wieczorek) ; Le Culte moderne des monuments, Paris, L’Harmattan, 2003 ; traduction par Jacques Boulet.

2  Heinich (Nathalie), La fabrique du patrimoine, « De la cathédrale à la petite cuillère », Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 2009 (coll. « Ethnologie de la France », 31)

3  Les deux exemples cités sont à la p. 164.

4  Ier Congrès international des architectes et techniciens des monuments historiques ; ce document est couramment appelé charte d’Athènes, ce qui le fait parfois confondre avec celui de 1934, issu du  IVe Congrès international d'architecture moderne ou CIAM.

5  Dans les deux cas le terme anglais est ici value.

6  Doc. Nara, par. 2.

7  The Burra Charter: The Australia ICOMOS Charter for Places of Cultural Significance, 2013. La première rédaction de ce texte remonte à 1979. On cite ici la version française révisée en 1999. La dernière rédaction, de 2013, n’existe qu’en anglais.

8  Burra Charter 2013, art. 1.2 ; la numérotation des articles est la même dans les différentes versions.

9  9. European Confederation of Conservator-Restorer’s Organisation ; les textes sont accessibles à l’adresse http://www.ecco-eu.org/​documents/​ecco-documentation.

10  What is OUV? Defining the Outstanding Universal Value of Cultural World Heritage Properties. An ICOMOS study compiled by Jukka Jokilehto. Monuments and Sites XVI, 2008.

11  Éd. cons. : Riegl (Alois), « Zur Frage der Restaurierung von Wandmalereien », dans  Bacher (Ernst) dir., Kunstwerk oder Denkmal? Alois Riegl Schriften zur Denkmalpflege, Vienne-Cologne-Weimar, Böhlau, 1995 (coll. « Studien zu Denkmalschutz und Denkmalpflege », vol. 15), pp. 157-172.

12  Éd. cons. : Riegl (Alois), « Bericht über eine im Auftrag des Präsidiums des K. K. Zentral-Kommission zur Wahrung der Interessen der mittelalterlichen und neuzeitlichen Denkmale innerhalb des ehemaligen diokletianischen Palastes zu Spalato durchgeführte Untersuchung », dans  Bacher (Ernst) dir., Kunstwerk oder Denkmal? Alois Riegl Schriften zur Denkmalpflege, Vienne-Cologne-Weimar, Böhlau, 1995 (coll. « Studien zu Denkmalschutz und Denkmalpflege », vol. 15), pp. 173-181.

13  Lalande (André), Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, PUF, 1926; éd. cons. : Paris, PUF, 2006 (coll. « Quadrige - Dicos Poche »), p. 1184.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Brunel, « La foire aux valeurs », CeROArt [En ligne],  | Juin 2015, mis en ligne le 09 avril 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://ceroart.revues.org/4639

Haut de page

Auteur

Georges Brunel

Georges Brunel, ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé de lettres classiques, conservateur général du patrimoine, honoraire, s’est principalement intéressé à l’art du XVIIIe siècle (Boucher, 1986, Tiepolo, 1995, exposition et colloque Piranèse et les Français, 1976 et 1980). En tant que conservateur des objets d’art des églises de la Ville de Paris, il a dirigé de nombreux chantiers de restauration. Premier directeur des études de restauration à l’École nationale du patrimoine (1995-1998), il a mis l’expérience ainsi acquise au service de la formation des restaurateurs. Il continue à y enseigner la théorie et l’histoire de la restauration.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org