Navigation – Plan du site
Annonces et actualités

Roberto Longhi, Cesare Brandi, Alessandro Conti

Regards et retour sur la restauration. Journée d'étude, Paris, 12 juin 2015

Présentation

Au milieu du XXe siècle, Roberto Longhi (1890-1970) et Cesare Brandi (1906-1988) portent un regard approfondi sur la restauration et l’évolution du métier de restaurateur. Leurs divergences donnent naissance à une polémique oscillant de la critique d’art à la conservation du patrimoine.

Le paroxysme de cette polémique est atteint avec l’article de Longhi Buon governo: una situatione grave, paru dans Il Corriere delle Informazioni en 1948. L’auteur y fait une âpre critique de l’Institut Central de la Restauration (ICR) en activité depuis moins de dix ans à l’époque de la parution. Il n’épargne ni son directeur, Cesare Brandi, ni les méthodes de restauration que ce dernier a validées.

Bien que Longhi ait fait partie du conseil scientifique de l’ICR, il s’éloigne en quelques années de tout ce que l’institut a proposé pour se rapprocher d’une restauration conservative.

Brandi propose de former une génération de restaurateurs qui expérimentent de nouvelles méthodes et de nouveaux matériaux en inventant notamment le tratteggio, procédé de retouche à base de traits. De son côté, Longhi reste étroitement lié à la tradition et confirme la nécessité de laisser les lacunes bien à la vue, leur réintégration devant rester un processus mental selon lui. Partisan d’une restauration assez distante des technologies modernes, Longhi prône une méthode davantage fondée sur l'observation directe de l'oeuvre. Ses élèves sont invités à utiliser l'oeil comme instrument de travail dans lequel Longhi voit une précision sans égal.

Toutefois, les pensées de Roberto Longhi et de Cesare Brandi s’accordent sur quelques points fondamentaux : la restauration entendue comme acte critique, son affranchissement d'une dérive scientiste observée au début des années 1930, la prédominance de la restauration conservative sur la restauration artistique, la nécessité de bien former les restaurateurs sur le plan technique, mais également en histoire de l’art. Longhi affirme que le restaurateur idéal devrait être un critique idéal. Cependant, dans la pratique, la nécessité d'avoir un connaisseur à côté du technicien emporte son adhésion. Quant à Brandi, il souligne l’importance de former une équipe de chimistes et de physiciens pour mieux appréhender la matérialité des oeuvres.

La position de Longhi tombe en désuétude dans les décennies qui suivent la polémique, particulièrement en France où Brandi apparaît comme la seule référence avec notamment la Teoria del Restauro publiée en 1963 en Italie. Dans les années 1970, l’historien de l’art, Alessandro Conti (1946-1994) s’intéresse aux idées de Longhi qu’il partage pour l’essentiel. Conti juge qu’en Italie certaines restaurations sont souvent excessives par leur degré d’intervention et à la recherche d’un impact médiatique. Les restaurations de la Chapelle Sixtine à partir de 1980 sont autant de motifs qui le rapprochent de la pensée de Longhi, ainsi remise au goût du jour.

Ce colloque se propose d’étudier les regards de Brandi et de Longhi sur la restauration à la lumière du moment politique et historique que représentent la chute du fascisme et la reconstruction d’après-guerre. Il s’agit également de mesurer l’incidence sur la discorde du conflit générationnel qui semble opposer les deux hommes promoteurs de tradition (Longhi) et d’innovation (Brandi).

La journée s’intéressera en outre à la réception des idées de Brandi et de Longhi. Quels ressorts sont à l’origine de la grande fortune critique de Brandi en Italie et davantage en France ? Pourquoi la pensée de Longhi n’a-t-elle pas connu la même fortune en dépit de la réactualisation par Conti ? Brandi incarne-t-il le parcours de la modernité face à un Longhi traditionaliste et politiquement controversé ?

La troisième partie de cette journée se tournera vers la (ou les) figure(s) du restaurateur modelée(s) par les deux critiques. Leur désaccord est-il d’une ampleur telle qu’en découle la vision de profils très différents ? Ou bien, leurs idées communes concourent-elles à forger une seule et même figure : celle du restaurateur, construite par l’historien de l’art au cours de la seconde moitié du XXe siècle?

Dans la dernière partie de la journée, une tribune se saisira du rôle majeur joué par Paul Philippot dans la restauration et notamment la diffusion de la pensée de Brandi. Sera discutée enfin la portée de ces diverses conceptions au-delà des frontières de l’Europe.

Langue des interventions : Français

Date et lieu

12 juin 2015
Institut National d'Histoire de l'Art
Galerie Colbert, Salle Jullian
2 rue Vivienne
75002 Paris

Co-organisateurs

Dipartimento di Studi Umanistici. Lettere Filosofia Lingue, Università degli Studi del Piemonte Orientale « Amedeo Avogadro », Vercelli, Italia.
Équipe d’accueil 4100 “Histoire culturelle et sociale de l’art”, Pôle “Conservation-restauration des biens culturels”, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France.

Comité scientifique

Patrizia Zambrano, professeur à l’Università degli Studi del Piemonte Orientale


Imma Laino, doctorante en cotutelle, Università della Calabria / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Thierry Lalot, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne


William Whitney, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Contact

Thierry Lalot Thierry.Lalot@univ-paris1.fr

  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org