Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Jean-Jacques Ezrati, Eclairage d'exposition. Musées et autres espaces,

Paris, Eyrolles,2014.
Noémie Drouguet
Référence(s) :

Jean-Jacques Ezrati, Eclairage d'exposition. Musées et autres espaces, Paris, Eyrolles, 2014,(167 p.).

Texte intégral

  • 1  EZRATI Jean-Jacques, Manuel d'éclairage muséographique, Dijon, OCIM, 2e éd., 1999 et EZRATI Jean-J (...)

1Successivement régisseur lumière au Centre Pompidou, éclairagiste conseil à la Direction des Musées de France, puis membre du C2RMF, Jean-Jacques Ezrati, aujourd'hui consultant et formateur en éclairage, est bien connu du monde muséal. Ses précédents ouvrages consacrés à l'éclairage muséographique1 sont des références appréciées des étudiants et des professionnels des musées. Le nouveau manuel qu'il vient de publier trouvera lui aussi une place de choix dans la bibliothèque de tous ceux qui s'intéressent à l'éclairage d'exposition : les muséographes et les conservateurs, les scénographes et les architectes, les éclairagistes et les concepteurs lumière.

2L'ouvrage s'ouvre avec le rapprochement entre l'éclairage d'exposition et l'éclairage scénique, dans le monde du théâtre essentiellement. Soulignant autant les différences que les similitudes entre ces deux domaines, l'auteur met en évidence une caractéristique essentielle de l'éclairage muséographique : on ne peut pas le réduire à un acte technique car il constitue l'un des supports du message de l'exposition. Comme l'éclairage scénique participe de l'interprétation d'une pièce (qu'elle soit musicale ou théâtrale) en plongeant le spectateur dans des ambiances particulières, l'éclairage d'exposition revêt une dimension conceptuelle en guidant la perception et l'appréhension d'un ou plusieurs messages par le visiteur. Certes, les quelques pages dédiées à une histoire des lieux, théâtre ou musée, ne donnent qu'un aperçu simple et quelque peu rebattu de l'évolution des institutions mais elles permettent d'esquisser cette comparaison féconde, qui accompagnera le lecteur dans la suite de l'ouvrage.

3Jean-Jacques Ezrati marque d'emblée son intérêt pour le public : tout comme on comprend qu'il apprécie la proximité, voire une certaine porosité entre la salle et la scène au théâtre, il s'intéresse autant sinon plus aux visiteurs des expositions qu'aux objets à éclairer. Ou, pour le dire autrement, il se plaît à rappeler à ses lecteurs qu'une exposition n'a de sens que dans la mesure où elle transmet un contenu (objets et discours) à des publics variés. Constamment, il se soucie de celles et ceux qui sont amenés à parcourir une exposition et à regarder les collections exposées. C'est la raison pour laquelle Ezrati reprend à son compte une citation de Clarence S. Stein dans son rapport de la Conférence de Madrid sur l'architecture et l'aménagement des musées, organisée par l'Office international des Musées (OIM), l'ancêtre de l'ICOM, en 1934 : "Dans l'étude de l'éclairage, on partira du principe que les musées d'art sont destinés aux êtres humains plutôt qu'aux objets inertes, qu'ils ont surtout leur raison d'être comme lieux de récréation et de compréhension et non comme magasins de dépôt" (p. 47). L'éclairage a donc un rôle à jouer dans le rapport qui se tisse entre l'exposition et le visiteur, entre l'objet et celui qui le regarde. Il contribue à la mise en espace et à la mise en relation ; donc à la scénographie.

4En bon pédagogue, Jean-Jacques Ezrati rappelle les bases de l'éclairage scénique puis muséographique (moyens techniques, mise en oeuvre du projet, spécificités des espaces...). Il retrace de façon passionnante et illustrée l'évolution de l'éclairage des musées, depuis l'utilisation étudiée de l'éclairage naturel, et montre l'influence des développements technologiques du début du XXe siècle jusqu'à aujourd'hui. Il insiste en outre sur la nécessité pour l'éclairagiste ou le concepteur lumière de se mettre à l'écoute du concepteur de l'exposition, afin de comprendre au mieux la demande et les "déterminants", pour ensuite imaginer une réponse en fonction de sa propre sensibilité. Il relativise l'importance des  (nouvelles) technologies et met en garde contre une débauche d'éclairages localisés, de projections colorées, de mouvement et de programmation, en rappelant qu'un éclairage naît d'abord d'une réflexion et que toute action est porteuse de sens – même involontaire ou incontrôlé, pourrions-nous ajouter. La technologie ne sauve pas un éclairage mal conçu. En revanche, elle permet, grâce à sa souplesse et son contrôle, de réaliser exactement ce qu'on a pu imaginer. L'auteur propose donc une approche sémiotique de l'éclairage d'exposition et explique, notamment à l'aide d'exemples tirés de sa grande expérience des musées, comment la maîtrise technique et plastique d'un éclairage permet d'en faire un support de sens.

5Concevoir un éclairage d'exposition, c'est trouver un compromis acceptable entre présentation et conservation des objets, documents et oeuvres d'art : on sait qu'exposer signifie aussi mettre en danger. Ezrati, qui considère l'exposition comme un lieu de partage (des connaissances, des collections) avec les publics, montre, exemples à l'appui, qu'un éclairage étudié permet généralement de dégager des solutions, même pour des collections particulièrement fragiles, en particulier dans le contexte de l'exposition temporaire. Selon lui, il faut assumer les risques de l'exposition – et évidemment les limiter – pour donner accès à chacun au patrimoine. C'est pourquoi les données techniques de l'éclairage relativement aux exigences de la conservation préventive sont couplées aux éléments d'ergonomie visuelle. Son attention se porte notamment sur la difficulté liée au vieillissement : pour une même performance de lecture, il faut deux fois plus de lumière à soixante ans qu'à vingt ans. Si l'on ne prend pas ce fait en considération, on prive une grande partie des visiteurs de l'intérêt de leur visite. Dans les solutions qu'il propose, Ezrati se montre tout aussi soucieux de la conservation des collections que de la satisfaction des visiteurs. C'est aussi pour résoudre ce paradoxe qu'il est indispensable de connaître les aspects techniques de l'éclairage. Notons que l'auteur ne bannit pas le recours à la lumière du jour, pour autant qu'elle soit maîtrisée. Il consacre plusieurs pages à l'utilisation des filtres  ainsi qu'au protocole DALI, qui permet la programmation d'un éclairage dynamique, notamment pour s'adapter aux variations de la lumière naturelle.

  • 2  MERLEAU-PONTY Claire et EZRATI Jean-Jacques, L'exposition, théorie et pratique, Paris, L'Harmattan (...)

6Malgré la matière rassemblée par l'auteur, cet ouvrage ne fera pas de ses lecteurs des éclairagistes chevronnés! Il a plutôt pour vocation de fournir des notions d'éclairage aux étudiants et professionnels des musées et du patrimoine, ainsi que des notions de muséologie et d'exposition aux étudiants et professionnels du domaine de l'éclairage. Ce manuel propose aux uns et aux autres un aperçu des bases, des exigences, des intentions, des missions, des données techniques et plastiques qui permettent d'engager le dialogue et favorisent l'écoute mutuelle, indispensables à la réussite d'un projet d'exposition. Rappelons qu'au cours de sa carrière, Jean-Jacques Ezrati ne s'est pas seulement intéressé à l'éclairage mais à l'exposition au sens large ; il avait en outre publié avec Claire Merleau-Ponty un ouvrage sur la mise en exposition2. Cet intérêt donne une réelle profondeur aux conseils, aux explications et aux applications qu'il propose ici.

  • 3  BENAITEAU Carole, BENAITEAU Marion, BERTHON Olivier et LEMMONIER Anne, Concevoir et réaliser une e (...)

7Le format "manuel" et le texte synthétique laissent parfois le lecteur sur sa faim. L'auteur passe très vite sur les qualités (et les défauts) de la lumière naturelle, sur l'influence de l'environnement (nature du revêtement et couleur des murs, du sol...) dans la conception et la perception d'un éclairage, sur les risques encourus par les différents matériaux constitutifs des biens patrimoniaux suite à leur exposition à la lumière, sur l'effet combiné de la lumière et des autres conditions environnementales en matière de conservation... Mais c'est le propre de ce type de publication qui, par définition, ne peut approfondir tous les aspects d'une question. Ajoutons que l'ouvrage, fidèle à la ligne de l'éditeur qui a aussi proposé d'autres manuels consacrés à l'exposition3, est abondamment illustré, contient un glossaire – bien nécessaire pour comprendre certains raccourcis dans le texte – et des entretiens avec des professionnels. L'auteur adresse par ailleurs divers conseils aux jeunes et aux novices : l'importance de la formation (il donne d'ailleurs une liste d'établissements) et des connaissances techniques mais aussi de la sensibilité – une part du travail est effectivement basée sur la subjectivité, de l'expérience de terrain, de l'autoformation et, on ne le rappellera jamais assez, de l'autocritique.

Haut de page

Notes

1  EZRATI Jean-Jacques, Manuel d'éclairage muséographique, Dijon, OCIM, 2e éd., 1999 et EZRATI Jean-Jacques, Théorie, technique et technologie de l'éclairage muséographique, Paris, Editions AS, 2002.

2  MERLEAU-PONTY Claire et EZRATI Jean-Jacques, L'exposition, théorie et pratique, Paris, L'Harmattan, 2005.

3  BENAITEAU Carole, BENAITEAU Marion, BERTHON Olivier et LEMMONIER Anne, Concevoir et réaliser une exposition, Paris, Eyrolles, 2012 et HUGHES Philip, Scénographie d'exposition, Paris, Eyrolles, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noémie Drouguet, « Jean-Jacques Ezrati, Eclairage d'exposition. Musées et autres espaces,  », CeROArt [En ligne], 10 | 2015, mis en ligne le 05 mars 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://ceroart.revues.org/4572

Haut de page

Auteur

Noémie Drouguet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org