Skip to navigation – Site map

Full text

 « La vie est l'adaptation continue de relations internes à des relations externes. »

Herbert Spencer

1Un carrefour, c'est d'abord l'endroit où les voies se croisent: lieu de traverse, où l'on marque un temps d'arrêt, le temps de s'orienter; pause obligée dans un trajet qui sinon tendrait à devenir routinier. Le carrefour oblige à la vigilance, à REGARDER. Quelles sont les autres voies menant à ce point? Qui les emprunte? Avec quel véhicule? Et surtout: y a-t-il des priorités?

2Ces questions sous-tendent le présent numéro, dont l'axe corollaire est celui des interrelations. Nous avons délibérément retenu ce terme, plutôt que les classiques "interdisciplinarité" ou "multidisciplinarité". L'idée qu'il faille, en rapport avec des problématiques complexes, travailler de concert, avec des outils différents, est largement acquise.

3Le point qu'il nous faudra désormais développer est celui de la délicate alchimie des relations, au sein de telles coopérations. L'intelligence des processus ne suffit plus ici; il faut faire place à la compréhension des objectifs, au respect des contraintes inhérentes à chaque discipline, à une empathie mutuelle face aux écueils rencontrés par les uns et les autres (qui ne peuvent en aucun cas être ramenés à des freins ou des empêchements à travailler "à sa manière"). Un carrefour d'interrelations, c'est un lieu de négociation, de compromis entre des personnes. C'est ce point que nous avons voulu mettre en exergue, nous appuyant sur l'autorité d'Herbert Spencer. Pour le philosophe en effet, cette dynamique d'extraversion n'est possible que par un processus de constante adaptation.

4Véronique Sorano-Stedman, chef du service restauration du Centre National d'Art Moderne évoque, dans une interview sans langue de bois, les réussites comme les écueils rencontrés par le Centre National Georges Pompidou. Contact avec les artistes, les assistants d'artiste, acquisition, conservation, restauration constituent autant d'occasion d'interrelations, mais elle note l'exceptionnalité même de l'Institution où elle exerce, et, de ce fait, le peu d'interlocuteurs au sein d'autres musées français. Surtout, elle pose la question cruciale, celle de la nécessaire recherche en conservation-restauration. Celle-ci est non financée, entravée sur le plan pratique par des contraintes économiques ou administratives, et de ce fait, souvent à la traîne de locomotives étrangères. Ce pointage sans concession des difficultés au sein d'un système nous a suggéré le thème de notre prochain dossier spécial, qui sera consacré à la recherche en conservation-restauration.

5Notre coup de projecteur est consacré à un projet conjoint de l'École de La Cambre (Belgique) et de l'Académie des Beaux-Arts de Kinshasa. Nicole Gesché esquisse le contexte particulier de la conservation du patrimoine en Afrique, rappelle les initiatives antérieures et montre comment relations et interrelations peuvent donner naissance à un programme original adapté aux réalités du terrain.

6Dans le cadre de notre dossier, Delphine Laureau et René Bouchard présentent les activités du Centre de Conservation du Québec. Polyvalent, coopératif et orienté vers la collectivité, le CCQ a mis au point une forme d'expertise multidisciplinaire et une concertation inter-ateliers. La documentation scientifique et la diffusion des connaissances vont de pair avec ses interventions, en ou hors atelier –le patrimoine bâti et l'art public font également l'objet de la sollicitude du centre. Si les relations internationales sont favorisées (notamment via les stages), un souci tout particulier est porté aux collectivités locales, en une dynamique de conservation préventive par une sensibilisation aux valeurs patrimoniales.

7Dans un article portant sur la restauration des luminaires de la synagogue de la Victoire, Nicolas Imbert et Marc Verdure s'intéressent aux enjeux singuliers et aux objectifs communs d'un projet de restauration. L'édifice dans lequel ils ont été appelés à intervenir est toujours consacré au culte, et les restaurateurs ont à tenir compte des impératifs de ce dernier. L'intérêt patrimonial des luminaires est certain, et leur conversion du gaz à l'électricité au début du XXe siècle, leur révision dans les années soixante-dix, l'intervention actuelle permettent de mieux cerner les étapes de leur devenir historique. La campagne de restauration a suscité d'étonnantes découvertes, notamment concernant l'esthétique initiale des torchères et leur polychromie, liée à des procédés techniques à l'époque novateurs.

8Pauline Hélou-de la Grandière et Amandine Meunier donnent quant à elles un intéressant retour sur l'exposition Soulages. Loin des considérations parfois idéalistes sur la pratique des métiers, elles nous plongent dans la réalité crue, les contraintes,  l'urgence. L'occasion pour elles d'esquisser une méthodologie interrelationnelle et de proposer un modèle non hiérarchique pour les échanges entre les différentes parties intervenant dans le cadre d'une exposition.

9Française installée en Australie, Sabine Cotte nous fait part d'une restauration peu ordinaire, qui l'a menée à jouer le rôle d'enquêteuse pour retrouver l'auteur d'une œuvre, identifier ses techniques, ses matériaux, plus largement ses processus. Au-delà d'un témoignage bouleversant sur une période troublée au Vietnam, sa recherche fourmille d'informations éclairant le climat sociopolitique de l'époque. Sa restauration fut prétexte à de nombreux échanges, et à l'exploitation des ressources offertes par les réseaux sociaux. La récompense de cet investissement personnel fut sans doute aucun la rencontre privilégiée avec un artiste qui croyait son œuvre perdue.

10Enfin, Magdalena Grenda démontre la complexité des interrelations –et des choix- dans la cadre de la restauration de photographie: valeur mémorielle, sentimentale, artistique, muséale, chaque cas est traité par le biais d'exemples et de traitements. C'est l'occasion de rappeler que la déontologie n'est pas un recueil de préceptes, mais une invitation à penser avec souplesse la complexité d'une discipline et de ses applications.

11Enfin, dans la rubrique Casus, Viviane Bechoux nous fait part de l'avancée de ses recherches quant à l'utilisation d’un adhésif à polymérisation UV pour combler les surfaces lacunaires d’objets d’art en verre ou à revêtements vitreux. Précis, pédagogique et largement illustré, l'article ouvre de nouvelles perspectives sur l'emploi de cette technologie, notamment le délicat problème de la coloration des adhésifs, en ce qui va de la transparence à l'opacité.

12Revenons au thème de ce numéro. Dans les villes contemporaines, des ronds-points tendent à se substituer aux carrefours: leurs doubles ou triples voies facilitent peut-être le trafic, mais est-ce notre objectif commun? Il ne s'agit pas d'aller plus vite, de faire du "millage" ou du kilométrage enfermés dans nos disciplines respectives. Le carrefour nous convient, avec ses temps d'arrêt nécessaires, l'obligation d'y laisser tomber ses œillères, et l'invitation à jauger les priorités, sous l'angle primordial de la sécurité.

13Revendiquons les carrefours, en leur centre plantons des arbres et des bancs, faisons-en des agoras, des lieux de relations. Dans la cité des arts, les faubourgs du patrimoine, les beaux-quartiers de la restauration, encourageons l'urbanité: cette politesse fine et délicate, cette affabilité des relations qui transforme l'expérience professionnelle en expérience humaine.

Top of page

References

Electronic reference

Muriel Verbeeck-Boutin, « Introduction », CeROArt [Online], 10 | 2015, Online since 07 April 2015, connection on 21 August 2017. URL : http://ceroart.revues.org/4516

Top of page

About the author

Muriel Verbeeck-Boutin

Historienne de formation, Docteur en Philosophie et Lettres et titulaire d'une licence spéciale en Sciences de l'information et de la communication, Muriel Verbeeck-Boutin est professeur à l'École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège, section Conservation, restauration des oeuvres d’Art, où elle dispense entre autres les cours de déontologie, histoire et théorie de la restauration et iconographie. Assistante de Coordination Icom-CC, groupe Histoire et théorie de la conservation-restauration.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org