Navigation – Plan du site
Dossier

Expertise, concertation et réalisations : l’expérience du Centre de Conservation du Québec (CCQ)

Delphine Laureau et René Bouchard

Résumés

Depuis 35 ans, l’équipe multidisciplinaire du Centre de conservation du Québec se consacre à la sauvegarde et à la préservation du patrimoine national du Québec. Les défis et les enjeux sont nombreux. En partenariat avec les autres acteurs du patrimoine, les impacts des interventions des restaurateurs sont positifs, autant par la mise en valeur des œuvres qu’ils traitent que par les conseils de bonnes pratiques de conservation qu’ils dispensent à diverses clientèles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Le Centre de conservation du Québec, 2015, http://www.ccq.gouv.qc.ca/
  • 2  « Centre de conservation du Québec : lever le voile du temps », Continuité, Hors-série 35e anniver (...)
  • 3  Le Centre de conservation du Québec est situé au 1825 rue Semple, Québec (Québec, Canada) – G1N 4B (...)
  • 4  Orientation 7 de la Stratégie gouvernementale de développement durable 2008-2015 issue du Plan d’a (...)

1Le Centre de conservation du Québec (CCQ), agence du gouvernement du Québec créée en 1979, est rattaché au ministère de la Culture et des Communications.1 Sa mission est spécifique : «contribuer à la conservation préventive et à la restauration du patrimoine mobilier du Québec, c’est-à-dire les objets, les œuvres d’art, les meubles, l’art public, etc., en vue d’une meilleure accessibilité et d’une valorisation de l’héritage culturel du Québec. Pour ce faire, il fournit des services professionnels de restauration et d’expertise, il sensibilise les clientèles à l’importance de la conservation préventive et il encourage le développement de la connaissance, des compétences et des aménagements nécessaires à la meilleure préservation du patrimoine mobilier du Québec.»2 Situé dans la ville de Québec, il compte aujourd’hui plus d’une quarantaine de professionnels et techniciens, avec un statut d’employé permanent, occasionnel ou encore contractuel, travaillant tous au sein d’un même lieu.3Il est organisé en sept ateliers distincts : archéologie-ethnologie, bois, métal-pierre, œuvres sur papier, peintures, sculptures et textiles, où se retrouvent toujours au minimum trois restaurateurs. À ces ateliers s’ajoute un studio de photographie muni d’équipements sophistiqués permettant de comprendre, de connaître et de documenter de façon scientifique l’histoire des objets (ou œuvres) d’art et les interventions qu’ils ont subies au fil du temps (repeints, réparations, modifications, etc.). Le développement du concept original du Centre – à savoir de miser sur sa plus-value : celle d’une expertise multidisciplinaire en conservation du patrimoine et en restauration - a permis de préserver de façon optimale des biens patrimoniaux de très grande valeur. Il contribue en ce sens à l’une des priorités du gouvernement du Québec, celle de «sauvegarder et de partager le patrimoine collectif».4

Fig. 1  Équipe du Centre de conservation du Québec

Fig. 1  Équipe du Centre de conservation du Québec

L'équipe en 2014

Crédit : Michel Élie, Jacques Beardsell, Guy Couture, CCQ.

2Les défis que l’institution a dû relever en cours de route l’ont amenée à diversifier tout autant ses approches que ses clientèles. Le Centre a établi un système de quotas annuels (tenant compte des ressources disponibles et des priorités déterminées par chacune des institutions) qui assure un partage équitable des services financés par le ministère de la Culture et des Communications et qui est destiné aux musées d’État, à Bibliothèque et Archives nationales du Québec, aux directions du Ministère, aux institutions muséales subventionnées au fonctionnement et aux centres agréés d’archives privées. Une grille tarifaire est modulée en fonction des autres clientèles, qui s’étendent des organismes à but non lucratif (fabriques de paroisse, communautés religieuses, musées privés, etc.) aux organismes publics (municipalités, établissements d’enseignement publics, etc.) en passant par les entreprises publiques et privées à but lucratif sans oublier les particuliers.

  • 5  Arrêté numéro AM 2012-003 de la ministre du Travail en date du 1er août 2012, Gazette officielle d (...)

3Le CCQ s’est affirmé depuis sa création comme une organisation phare pour la connaissance et la restauration du patrimoine mobilier au Québec. Ses prestations sont basées sur l’expertise multidisciplinaire, des services « clé en main », la confiance et l’autonomie de ses experts. Depuis les quinze dernières années, cette expertise s’enrichit de façon exponentielle dans le domaine du patrimoine immobilier (composantes architecturales, finis intérieurs, plans de conservation, etc.), dans celui des monuments et dans celui des œuvres d’art public intégrées à l’architecture ou à l’environnement. En 2012, un arrêté de la ministre du Travail a légiféré sur l’accès aux chantiers de construction par les restaurateurs. À ce titre, l’appartenance à l’Association canadienne des restaurateurs professionnels est gage d’accréditation.5 Son plus gros défi à l’heure actuelle est de conjuguer les besoins multiples de ses différentes clientèles avec les ressources dont il dispose.

Expertise multidisciplinaire et concertation inter-ateliers

4La passion, l’expertise et le professionnalisme de l’équipe du CCQ sont reconnus au Québec, au Canada et à l’étranger. Comme le Québec ne dispense pas sur son territoire de formation en restauration, les restaurateurs à l’emploi du CCQ sont tous formés à l’extérieur de ses frontières, dans différentes écoles en France (Paris, Tours, Avignon), au Canada (Kingston), aux États-Unis (Washington) ou encore en Belgique (Bruxelles). Ils arrivent donc au Centre avec un bagage varié de connaissances et d’expériences dont profitent aussi bien leurs collègues que les clientèles du CCQ.

5Au fil de leur expérience professionnelle, au vu des nombreuses demandes à traiter, les restaurateurs ont la chance de développer des champs d’intérêt particuliers et de se spécialiser sur un matériau, un type d’œuvre ou encore une problématique spécifique en restauration. Comme par exemple la sculpture monumentale en métal ou en béton se différencie par ses problématiques de celles des pièces d’orfèvrerie, le restaurateur peut alors développer diverses expertises tout au long de sa carrière professionnelle, en traitant de nombreuses œuvres occupant l’ensemble du territoire québécois. Il peut aussi développer son savoir-faire dans l’apprentissage des techniques anciennes qui restent le plus souvent appropriées dans des cas de restauration : estampage d’ornements décoratifs à base de «composé du doreur», pose de feuilles d’or sur bolus, production de teintures textiles stables, etc.

Fig. 2  Harpe Érard, détail du chapiteau en cours de restauration (reproduction de motifs en «composé du doreur» par le moulage d’éléments)

Fig. 2  Harpe Érard, détail du chapiteau en cours de restauration (reproduction de motifs en «composé du doreur» par le moulage d’éléments)

Production entre 1835 et 1900. Numéro inventaire 1995.4377, Musée des Ursulines de Québec.

Crédit : Mireille Brulotte, CCQ.

6Lorsque les matériaux n’existent plus ou que leur pérennité n’est plus assurée, le restaurateur est en mesure de faire les recherches nécessaires pour identifier et trouver des matériaux des matériaux de substitution qui demeurent fidèles à l’aspect de l’œuvre d’origine. Ils doivent néanmoins répondre aux critères actuels en termes de sécurité du public, de vieillissement, etc. À ce propos, l’équipe de l’atelier des sculptures a trouvé un matériau de substitution afin de remplacer les profilés de plastique propres à la technique de l’artiste Marcelle Ferron. Un protocole a été établi et proposé au propriétaire de l’œuvre, en accord avec la succession de l’artiste. Plusieurs de ses œuvres, dispersées à travers la province de Québec, pourront ainsi être restaurées, si le cas se présente, de façon adéquate et durable.

Partenariats scientifiques

7En fonction des budgets disponibles, de l’unicité des œuvres étudiées et de leur importance historique, artistique ou encore iconographique, il faut profiter de la présence des restaurateurs et des autres spécialistes pour faire avancer les connaissances, pour conjuguer leurs expertises, les données techniques et les sources historiques. Tout ceci en vue de bâtir un répertoire du patrimoine culturel, de valoriser l’héritage culturel et ainsi le rendre accessible à la population.

  • 6  FOREST, É., ROBERGE, S., « Le Triomphe de la Vierge : une renaissance! », dans Journal de l’Associ (...)

8Le CCQ n’est pas une institution qui a le mandat d’effectuer des recherches scientifiques complexes, il ne possède donc pas de matériel scientifique de laboratoire tels les appareils de spectrométrie ou de chromatographie. Dans la réalisation de ses mandats, depuis plus de 25 ans, le Centre fait donc régulièrement appel à l’expertise de l’Institut canadien de conservation (ICC), situé dans la capitale canadienne, Ottawa. Selon une entente de service renouvelée, le CCQ a développé au cours des années des liens étroits et féconds en termes de développement des connaissances scientifiques dans de nombreux domaines d’intervention tels que les peintures, les sculptures ou les objets archéologiques. Les services scientifiques et analytiques régulièrement demandés à l’ICC comprennent entre autres l’analyse physique et chimique d’échantillons (résidus, matériaux de préparation d’une toile, etc.), l’identification de pigments ou de liants (couches picturales de sculptures ou de peintures), ou encore des essais de vieillissement accéléré, etc. Les résultats de ces analyses, reçus en amont de la réalisation des restaurations, permettent aux professionnels d’éclairer le processus décisionnel de la restauration dans le choix des produits et des méthodes de restauration à employer, comme ce fut le cas lors de la restauration de la peinture murale circulaire Le triomphe de la Vierge de William Berczy, provenant de la basilique Notre-Dame-de-Montréal.6

  • 7  Vase en argile cuite associé à la tradition huronne, trouvé par un plongeur au fond du lac des Sei (...)
  • 8  O’MALLEY, M., MOFFAT, E., « Paul-Émile Borduas : the Blacks and Whites of the Later Paintings », D (...)

9Par exemple, les analyses des résidus organiques retrouvés notamment sur le rebord intérieur du col d’un vase huron de la fin du sylvicole supérieur7 ont permis de documenter l’utilisation de ce vase exceptionnel, avec des découvertes inédites sur l’utilisation de ce type d’objet archéologique. Au fil des années, grâce au recoupement des analyses réalisées sur des œuvres peintes d’un même artiste, les restaurateurs de l’atelier des peintures ont documenté les techniques picturales propres à plusieurs peintres québécois, canadiens ou français, tels Giuseppe Maria Crespi (1665-1747), William Berczy (1744-1813) ou encore Frère Luc (1614-1685). Plusieurs articles destinés à la communauté scientifique sont ainsi consacrés à ces découvertes et d’autres sont en cours de rédaction8 à la suite de chaque restauration. Le fruit des recherches documentaires des spécialistes du Centre est donc transmis aux clients, puis conservé dans ses archives (documents scientifiques, rapport d’intervention précis et une documentation photographique).

Fig. 3 Vase huron après traitement

Fig. 3 Vase huron après traitement

 L'objet est installé sur son support de mise en réserve, conçu et produit par le CCQ

Crédit : Guy Couture, CCQ.

  • 9  BERGERON, A., RÉMILLARD, F., Le traitement de conservation des embarcations du Musée de la
    civilis
    (...)

10Dans le même ordre d’idées, le Centre a aussi tissé des liens serrés avec des universités québécoises, l’Université Laval de Québec en particulier, afin d’accroître ses connaissances en matière de maçonnerie traditionnelle ou encore de dendrochronologie, méthode de datation des œuvres en bois. Dans le domaine archéologique, les opérations de sauvetage et de traitement des embarcations trouvées sur le site du Musée de la civilisation à Québec ont permis de les rendre accessibles au public et de documenter les plus anciens spécimens de transporteurs maritimes connus de la Nouvelle-France.9

Fig. 4  Embarcation datée de 1735

Fig. 4  Embarcation datée de 1735

Musée de la civilisation, Québec, seule embarcation connue de l’époque de la Nouvelle-France datée de 1735 par dendrochronologie.

Crédit : André Bergeron, CCQ.

  • 10  Retable principal de la Chapelle des Ursulines, Québec. Le décor intérieur de la chapelle des Ursu (...)

11L’identification précise de l’essence de bois utilisée permet de fixer l’origine géographique des objets ou des œuvres traitées. Les analyses dendrochronologiques, quant à elles, servent à dater ces objets faits de bois. Ainsi, en identifiant le pin blanc (Pinus strobus), un bois indigène d'Amérique du Nord, sur le tabernacle du Sacré-Cœur de la chapelle des Ursulines de Québec, les restaurateurs ont prouvé que le meuble liturgique a bien été sculpté en Nouvelle-France, alors qu’on le croyait jusqu’à récemment importé. Les spécialistes en dendrochronologie du Centre d'Études nordiques de l'Université Laval ont, quant à eux, précisé la datation du tabernacle et mis les historiens sur la piste d'une nouvelle attribution à un sculpteur. À cette occasion, ils ont pu, en outre, faire progresser leurs recherches de façon marquante et ainsi compléter leurs courbes de référence pour le pin blanc.10

Diffusion de connaissances

  • 11  BERGERON, André, L'éclairage dans les institutions muséales, Québec, Société des musées québécois (...)

12Les connaissances et les compétences en conservation préventive peuvent être transmises par le restaurateur à différentes clientèles par divers moyens : la formation continue, le développement professionnel, les prestations de conseil ou encore les publications. Ainsi, plusieurs séminaires de formation de la Société des musées québécois (SMQ) ont été dispensés depuis 2003 à une large clientèle du milieu muséal par l’Institut canadien de conservation et le Centre de conservation du Québec. Citons par exemple les séminaires sur « les lignes directrices en conservation », celui sur « le transport des collections», ou encore «la production de supports de mise en valeur des collections ». De plus, plusieurs publications sont issues de collaborations, par exemple l’ouvrage « L’éclairage dans les institutions muséales » qui est issu d’une collaboration entre la SMQ et le Musée de la civilisation de Québec.11

13Différentes universités ont fait appel à l’expertise concrète des spécialistes du CCQ pour bâtir et animer une session universitaire –niveau maîtrise- en conservation préventive en muséologie (45 heures de cours). Ces séminaires ont été dispensés sous la forme d’exposés magistraux accompagnés de moyens audiovisuels, de démonstrations pratiques, d’études de cas et de visites de réserves de musée ou de collections d’œuvres d’art public. Les cours sur la  « préservation des œuvres d’art et des biens culturels », donnés à l’Université Laval à Québec aux étudiants de la maîtrise en histoire en 2006 et en 2009, en sont un exemple. Plus récemment, le séminaire en « principes de conservation », donné à l’automne 2013 aux étudiants de la maîtrise en muséologie de l’Université de Montréal, a permis à 28 étudiants d’aborder et d’acquérir le vocabulaire adéquat utilisé en conservation préventive, de discerner les problématiques de conservation des œuvres en fonction de leurs matériaux et de leur environnement, muséal ou public. Le contenu de ces cours a été conçu par les restaurateurs conférenciers en vue de la future pratique professionnelle des étudiants, et ce à partir de cas concrets d’études. Le but est ainsi de permettre de développer leur capacité d’analyse et de compréhension des causes des altérations pouvant apparaître sur une œuvre d’art, de développer de bonnes pratiques ainsi que de l’autonomie dans le travail.

14La diversité d’horizons des stagiaires de niveau maîtrise ou en pratique professionnelle que le Centre accueille témoigne de sa renommée. Depuis 1980, environ 150 stagiaires, issus d’écoles de restauration reconnues, ont parfait leur apprentissage scientifique et pratique au sein des 7 ateliers de restauration. Les nationalités de nombreux pays ont ainsi été représentées : France, Canada, Suisse, Angleterre, Belgique, Luxembourg, Italie, Haïti, Mexique, Vénézuéla, Brésil, Japon, Allemagne et États-Unis. Annuellement, le Centre répond à plusieurs demandes de stage, d’une durée minimum de trois mois.

  • 12  Magazine sur «le patrimoine familial, religieux et culturel au Québec». http://www.magazinecontinu (...)
  • 13  "Centre de conservation du Québec : lever le voile du temps", Continuité, Hors-série 35e anniversa (...)

15Pour rejoindre le grand public, le Centre collabore depuis 1998 avec le magazine québécois Continuité12 et enrichit de façon récurrente sa rubrique « Conservation ». À ce jour, 53 articles ont été écrits par les restaurateurs. Ces contenus abordent les défis liés à divers projets de restauration et ils assurent la diffusion des connaissances des restaurateurs tout en mettant en lumière leurs réalisations et découvertes. En novembre 2014, pour souligner le 35e anniversaire du CCQ, un numéro hors série a été réalisé en collaboration, afin de faire connaître au grand public les enjeux de la restauration et l’expertise du Centre.13

16Dans la limite des ressources disponibles et du volume des commandes des clientèles, l’expertise multidisciplinaire du Centre permet d’entreprendre de nouveaux projets en lien avec la diffusion des connaissances à travers la rédaction de guides d’entretien,14 ou de glossaire visuel, au bénéfice du plus grand nombre, c’est-à-dire selon une liste non exhaustive : les propriétaires, archivistes, conservateurs, restaurateurs, gestionnaires de collections, techniciens en muséologie, responsables de l’entretien, artistes, grand public, etc. Le Centre publie également sur son site Web des « capsules archivistiques » sous un format pratico-pratique. Actuellement au nombre de 23, celles-ci s'adressent à toute personne soucieuse de protéger adéquatement ses documents d'archives ou œuvres sur papier pour les générations futures.15

  • 16  http//preservart.ccq.gouv.qc.ca  consultation le 2015.01.06.

17Également en ligne, le site Préserv’Art16 conçu par les spécialistes du Centre réunit sous forme de fiches les produits et les équipements utilisés dans le domaine de la conservation préventive pour la protection d'œuvres d'art, d'artefacts ou d'archives lors de leur mise en réserve, de leur transport ou de leur exposition. Cette base de données interactive s’adresse à toutes les clientèles spécialisées dans la conservation préventive ainsi qu’à toute personne souhaitant se documenter sur les produits. Cette base de données est enrichie régulièrement depuis sa création en 2005.

Fig. 5  Les publications du Centre de conservation du Québec

Fig. 5  Les publications du Centre de conservation du Québec

Ces publications font rayonner le savoir-faire et l’expertise du Centre en restauration.

Crédit : Michel Élie, CCQ.

Clientèles et guichet unique

18Dans le domaine du patrimoine culturel, les clientèles sont multiples et les besoins sont aussi variés que les dossiers. La restauration pratique est bien sûr l’un des champs d’activité du restaurateur. Mais cette intervention physique sur l’œuvre ne se situe qu’au bout de la longue ligne du processus d’études et de mesures préventives de conservation que le restaurateur est en mesure de proposer à ses clientèles, par le biais d’informations spécifiques et des conseils pratiques (téléphone, courriel, interventions in situ).

19Grâce à la multiplicité des expertises professionnelles en conservation et restauration qui existe au sein du CCQ, un propriétaire de collection peut profiter de services « clé en main » qui ont été développés au fil des ans. Il peut alors correspondre avec un seul et même professionnel responsable de l’évaluation et de la restauration de toutes les œuvres concernées. Ce service de « guichet unique » permet la réalisation de projets très complexes, regroupant parfois des collections d’œuvres variées, constituées de livres, d’archives, de peintures, de bâtiments patrimoniaux ou d’œuvres d’art public. Également, comme c’est le cas pour la fontaine de Tourny17 de la ville de Québec, le propriétaire-client peut donner le mandat au Centre de l’entretien régulier spécifique et annuel pour ses œuvres, lorsqu’il est préférable que ce travail soit effectué par des restaurateurs.

Fig. 6  Intervention sur la fontaine de Tourny en 2010, ville de Québec

Cette fontaine, qui a été présentée à l’Exposition universelle de Paris en 1855, a été offerte en 2007 par la Maison Simmons à la ville de Québec, à l’occasion du 400e anniversaire de sa fondation en 1608.

Crédit : Michel Élie, CCQ.

20Plusieurs chantiers ont donné l’occasion aux restaurateurs du Centre de travailler de concert et de mettre à l’unisson leurs diverses expertises, chacun apportant un éclairage nouveau sur les problèmes identifiés. En ce domaine, les matériaux utilisés n’ont de limites que l’imagination des artistes. C’est pourquoi les restaurateurs rencontrent régulièrement de nouveaux défis à relever et de nouvelles problématiques à régler. Ainsi, la Société de transport de Montréal (STM), propriétaire d’une impressionnante collection d’œuvres localisées dans le métro de la métropole, a fait appel au Centre en 2004 pour l’aider à conserver et mettre en valeur son exceptionnelle galerie d’art à l’échelle de la ville souterraine.18 Ce partenariat a favorisé le développement des façons de faire du Centre quant à l’évaluation, l’entretien et surtout la documentation nécessaire à la conservation préventive des œuvres de cette collection unique.19 Après l’analyse des besoins et des priorités (constats d’état), la STM confie annuellement au CCQ des travaux de restauration de grande ampleur, comme ce fut le cas pour la verrière de Frédéric Back à la station Place des arts.20

Fig. 7  Histoire de la musique à Montréal, Frédéric Back, 1966

Fig. 7  Histoire de la musique à Montréal, Frédéric Back, 1966

Visite de chantier par l’artiste. Verrière à la station Place des Arts, Société de transport de Montréal.

Crédit : Claude Payer, CCQ.

Déontologie et pratiques interprofessionnelles

21Ces dernières années, la nécessité de créer de nouveaux réseaux d’expertise avec d’autres professionnels de la restauration s’est imposée de plus en plus comme un préalable à un exercice de restauration responsable, durable et exemplaire. Timidement, architectes, ingénieurs, entrepreneurs, électriciens et même informaticiens, entre autres, ont appris à travailler avec les restaurateurs, et ceux-ci avec ces spécialistes, dans un exercice de plus-value sans pareil au bénéfice de la restauration du patrimoine. Pour la restauration d’une murale surdimensionnée de carreaux de céramiques exposée à l’air libre, comme la murale de Jordi Bonet sur le pavillon Pouliot de l’Université Laval à Québec (3500 tuiles de céramiques émaillées), il est évident que le restaurateur ne peut être le seul intervenant dans le traitement d’une telle œuvre.

Fig. 8  L'homme devant la science, Jordi Bonet, 1963

Fig. 8  L'homme devant la science, Jordi Bonet, 1963

Murale de céramiques. Nettoyage par microsablage.

Crédit : Isabelle Cloutier, CCQ.

22En raison de sa structure, une murale est intimement liée au bâtiment. Ainsi les problèmes du mur de support se répercutent directement sur l’état de la murale. Il s’agit donc d’un ensemble qui comprend l’élément de maçonnerie, le mur, ainsi qu’une œuvre d’art, unique, à laquelle se rattachent les droits moraux de l’artiste. Dans un tel contexte, les réunions de chantiers entre professionnels sont essentielles; de même, la collaboration entre le restaurateur et l’architecte est primordiale quant à l’identification des causes des dégradations observées.

23Alors que le restaurateur analyse le matériau et son interaction avec l’environnement, l’architecte veille au respect du cahier des charges. La planification des interventions sur l’œuvre se fait en partenariat avec des entrepreneurs maçons spécialisés et tout autre corps de métier requis pour répondre aux besoins identifiés, tous possédant une expertise reconnue dans le traitement des œuvres d’art. Ainsi, chacun contribue à la santé de l’œuvre, selon les règles de l’art de la restauration, avec des méthodes et des produits validés entre autres par le restaurateur responsable du dossier. Dans certains cas, par exemple la restauration d’une œuvre d’art technologique, la collaboration de techniciens spécialisés en électronique sera même indispensable, au vu notamment de l’obsolescence de ses composantes, pour que l’œuvre cinétique puisse « reprendre vie » selon son fonctionnement d’origine, grâce à l’apport scientifique des électroniciens et à l’ajout de techniques modernes de restauration.

Fig. 9  Cerveau III recherche une idée…, Denis Poirier, 1973-74

Fig. 9  Cerveau III recherche une idée…, Denis Poirier, 1973-74

Réinstallation de l’œuvre cinétique et électronique, après restauration.

Crédit : Stéphanie Gagné, CCQ.

Un préalable : savoir s’entourer

24Les principes fondamentaux qui guident le métier de restaurateur sont exposés dans les chartes internationales.21 Au Canada, les lignes directrices sont définies dans le code de déontologie de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration des biens culturels (ACCR) et de l'Association canadienne des restaurateurs professionnels (ACRP), reconnu et partagé par les pairs.22 Les aptitudes du restaurateur sont associées à des connaissances académiques, théoriques et pratiques.

25Le restaurateur peut être chimiste de formation ou historien de l’art, se spécialiser dans un domaine ou un sujet particulier, mais il ne saurait prétendre se substituer à un architecte, à un ingénieur ou bien encore à un maître-fontainier!

26La diversité du patrimoine culturel implique donc la nécessité de s’entourer de nombreux partenaires. Pour créer une synergie, il faut connaître et reconnaître le rôle et l’expertise de chacun. Prise de conscience des lacunes dans l’information existante, connaissances des experts dans le domaine de la conservation des œuvres d’art public, mobilisation des employés et reconnaissance de leurs actions bénéfiques, voilà des mots-clés qui témoignent de l’interrelation qui existe au sein de l’ensemble des corps de métiers responsables du patrimoine en général et des œuvres d’art public en particulier.

27Un exemple probant de ce genre de collaboration : le 40e Congrès de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration des biens culturels (ACCR), dont le CCQ a été l’hôte et l’organisateur. Ce congrès s’est déroulé durant 5 jours en juin 2014, avec un franc succès. Le thème choisi, « La restauration du patrimoine bâti », a réuni 130 congressistes du Québec, de l’Ontario, des autres provinces canadiennes, des États-Unis et de la France.23 Toute l’expertise en matière de patrimoine bâti, aussi bien celle du CCQ que des autres participants a fait l’objet d’échanges et de débats. Architectes, professionnels de la fonction publique, restaurateurs et artisans spécialisés ont été conviés à partager leurs savoirs et débattre des enjeux complexes liés à la restauration du patrimoine immobilier.

28Les congressistes ont pu prendre connaissance des avancées de la recherche, parfois au sein même du Centre. Des réflexions et des difficultés relevées lors des chantiers de restauration de bâtiments historiques ont enrichi l’état des lieux; des percées dans tous les domaines de la restauration (architecture, sculpture, archéologie, conservation préventive, plans d’intervention en cas d’urgence, etc.) ont alimenté les discussions. Organiser et participer à de tels colloques sont des mesures concrètes au service du patrimoine, qui favorisent les échanges réguliers entre les groupes de professionnels qui interviennent sur des cas uniques, pour lesquels il n’existe pas de « recettes ». L’approche multidisciplinaire permet ainsi de dégager les meilleurs compromis possible en ces temps de rationalisation des budgets financiers.

  • 24  Publications à venir sur le site :

29Le récent congrès de l’Association internationale pour la préservation et ses techniques (APT) a réuni dans la ville de Québec, du 26 au 30 octobre 2014, huit cents professionnels, scientifiques et praticiens du domaine de la préservation et de la conservation, qui se sont questionnés sur le thème du métissage architectural et culturel. À la demande des organisateurs, le CCQ a donné un atelier sur les savoir-faire reliés au domaine du bâtiment patrimonial et sur les rôles essentiels, mais complémentaires, de l’architecte, maître d’ouvrage, de l’ingénieur, de l’entrepreneur, du restaurateur et de l’artisan. L’expertise de cinq restauratrices du Centre a été mise à contribution pour démontrer, à l’aide d’exemples vécus, que tradition et technologie peuvent être mises au service du patrimoine par l’intermédiaire des connaissances scientifiques.24

Les défis de l’art public

30La réalisation d’une œuvre d’art public peut résulter d’un programme municipal en art public ou encore de l’application depuis plus de 50 ans «de la Politique d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement des bâtiments et des sites gouvernementaux et publics».25 Elle peut également résulter de la participation d’une entreprise privée ou encore provenir de don par un mécène privé. Ces œuvres occupent tant les espaces que les édifices publics. Si l’on considère, en particulier, les 315 œuvres d’art public que possède la ville de Montréal, et de façon plus générale les 3 300 œuvres d’art public réparties sur tout le territoire du Québec comme étant dans un grand musée à ciel ouvert, chaque œuvre est en mesure de poser des défis de logistique propres à sa configuration.  Le comportement de ce type d’œuvres est en interaction avec une multitude de facteurs internes liés à sa conception et sa constitution et de facteurs externes, comme l’environnement dont font partie les rigueurs climatiques de l’Amérique du Nord.

  • 26  Entente de développement culturel 2011-2014 conclue entre la Ville de Gatineau et le ministère de (...)

31Au Québec, les orientations, les objectifs et les responsabilités des acteurs politiques — notamment les municipalités — sont souvent inscrits, en matière d’art public, dans des politiques ou des ententes de développement culturel prises avec le ministère de la Culture et des Communications. Ces mesures n’en identifient pas moins les actions concrètes qui sont à réaliser. Par exemple, en ce domaine, la ville de Gatineau a ciblé, dans sa planification stratégique de 2010, un moyen d’action portant sur la mise en place «d’un plan d'entretien de l'art public en faisant des interventions préventives et en développant des initiatives novatrices pour la conservation à long terme du mobilier urbain».26

Fig. 10  Banc, Serge Phénix, Gatineau, secteur Aylmer

Fig. 10  Banc, Serge Phénix, Gatineau, secteur Aylmer

Examen technique et documentation par une restauratrice en vue d’établir un constat d’état et une fiche d’entretien de l’oeuvre.

Crédit : Isabelle Paradis, CCQ.

32Si, dans le domaine de l’art public, une œuvre d’art est unique et ne résulte pas d’une production normée, son vieillissement reste dépendant des matériaux qui la composent ainsi que des multiples facteurs environnementaux et humains. Le rôle du restaurateur est donc d’envisager chaque projet de restauration ou de délocalisation du point de vue de la préservation de l’intégrité de cette œuvre. Les interrelations entre les connaissances académiques et les compétences inhérentes à la pratique demeurent à cet égard complexes. En pratique, le professionnel doit en effet proposer des interventions appropriées, durables et, si tel est le cas, démontrer qu’il peut exister des alternatives peu invasives à l’intervention qu’il propose. Malheureusement, plusieurs perceptions erronées sur le travail du restaurateur restent encore à corriger parmi le grand public, mais aussi parmi les responsables de collections. À la mobilité des employés qui représentent « le propriétaire », ainsi qu’à l’attachement affectif des artistes à leurs œuvres, peuvent s’ajouter la sensibilité de chacun et la méconnaissance des lignes directrices propres au métier du restaurateur.

33Dans ces situations, les interventions proposées par le restaurateur risquent d’être incomprises. Ce dernier doit convaincre ses interlocuteurs du bien-fondé de ses recommandations d’entretien et de mise en valeur, dans l’immédiat certes, mais surtout à long terme : «Si les restaurateurs veulent parler et agir avec poids et autorité, il est impératif (…) que la pratique de la restauration (…) soit reconnue par les propriétaires d’objets, les responsables des collections et toutes personnes intéressées à la préservation du patrimoine. »27 Quelques-unes des nombreuses solutions privilégiées et proposées par les restaurateurs du CCQ peuvent être de rendre compte de l’état structurel et de surface d’une œuvre, faire comprendre les dégradations constatées, justifier et baliser les interventions proposées, informer les propriétaires sur les conséquences de telles ou telles décisions, inclure dans le processus décisionnel les artistes ou les ayants droit, etc.

34Ainsi, pour la bonne conservation des œuvres, la communication et les échanges deviennent des notions essentielles pour les différents partenaires qui interviendront sur l’œuvre et son environnement. En amont d’une installation d’œuvre d’art public, dès l’appel de la maquette à sa sélection, il est en effet indispensable de considérer plusieurs critères, à travers la consultation de tous les intervenants. Citons entre autres la sécurité du public, la résistance des matériaux constitutifs et la conservation préventive. Demander alors l’avis professionnel d’un restaurateur sur le contenu d’un devis d’entretien est gage de bons procédés futurs. En aval, inviter un restaurateur (extérieur au projet) à participer à un comité de sélection des soumissionnaires d’un appel d’offres, pour une restauration, est un élément de garantie sur l’issue des travaux. De nombreuses questions pratiques peuvent ainsi être soulevées et résolues dans tous les cas cités.

  • 28 « Le symposium de Québec, en 1966, constitue l’exemple le plus regrettable car il a fallu détruire (...)

35Les œuvres d’art public auront toutes une fin de vie, inévitablement, car même les chefs d’œuvre sont mortels. La pérennité des matériaux constitutifs de l’œuvre, son emplacement et son environnement au regard des coûts futurs associés à son entretien, sont donc à considérer en fonction du budget dont disposent leurs propriétaires. Sur ce point, la notion « d’acharnement thérapeutique» ne doit pas exister, en accord avec l’artiste. L’avis du restaurateur est ici primordial; il joue un rôle d’aidant naturel dans la documentation matérielle de l’œuvre. De nombreux matériaux sont moins résistants au vieillissement que d’autres. Conjuguées au manque d’entretien, les dégradations sont parfois irrémédiables, comme ce fut le cas pour quelques parcs de sculptures en bois, issus des symposiums des années 80 si populaires au Québec.28 Des interventions malheureuses exécutées par des personnes bien intentionnées accélèrent les processus de dégradation des matériaux, parfois irréversibles. Dans le cas du symposium de Québec en 1966, une des sculptures en bois avait été réparée à l’aide de polyester, provoquant son pourrissement. L’œuvre a dû être détruite.

Les patrimoines de proximité des communautés locales

36Au Québec, la récente Loi sur le patrimoine culturel29 (2012) donne aux municipalités des pouvoirs similaires à ceux de la ministre et leur permet notamment de citer un élément du patrimoine culturel dont la valeur pour la communauté est reconnue. Mais les communautés locales doivent en contrepartie être en mesure d’en assurer le suivi, la conservation et l’entretien. Elles ont pour cela parfois l’obligation de faire appel à des compétences extérieures, à savoir celles des restaurateurs d’œuvres d’art.

37Dans le domaine municipal, différents services peuvent être responsables de la conservation et de l’entretien des œuvres d’art public. C’est pourquoi les interrelations entre les restaurateurs et les différents intervenants du milieu peuvent se révéler complexes, selon les hiérarchies en place. Heureusement, les formations offertes par les restaurateurs du CCQ s’adressent à tous ces acteurs. Elles permettent de rendre concrète, au profit des municipalités, l’optimisation des ressources humaines et financières dans la gestion de leur parc artistique public. À ce chapitre, des restauratrices du CCQ ont dispensé au cours de ces dernières années des conseils et, parfois, jusqu’à une à deux journées de formations pratiques et théoriques dans plus d’une soixantaine de villes du Québec, comme Montréal, Québec, Trois-Rivières, Saguenay, Longueuil, Gatineau, Sherbrooke, Témiscaming, ou auprès des nations autochtones occupant le territoire du Québec, notamment les Hurons-Wendat et les Cris.

Fig. 11 Formation pratique donnée par le CCQ

Fig. 11 Formation pratique donnée par le CCQ

Formation sur l’entretien des monuments commémoratifs.

Crédit : Monique Benoît, CCQ.

38Différents corps de métiers participent à ces formations en milieu municipal: régisseur en approvisionnement, chef de section de l’entretien, représentant de différentes divisions municipales (parc, arts, immeubles), employé responsable de l’entretien sur le terrain, etc. Les propriétaires des œuvres, les responsables des politiques culturelles, les agents de développement culturel, les urbanistes et les architectes, sont directement concernés par l’apport scientifique et l’expérience du restaurateur dans le cadre de l’acquisition d’une œuvre d’art public. Mais les contremaîtres et les techniciens sont tout autant impliqués dans l’acquisition de bonnes pratiques nécessaires à l’entretien de ces œuvres.

39L’aspect concret des formations données par les restaurateurs du CCQ est reflété à travers des séances pratiques d’entretien de monuments commémoratifs existants, comme cela fut le cas dans les villes de Sherbrooke en 2010 ou de Trois-Rivières en 2011. Sur les œuvres d’art, il est parfois nécessaire d’intervenir de façon urgente, soit ponctuellement en cas de vandalisme, soit aussi de façon générale en cas de sinistre, lorsqu’il faut prévoir les interventions de tout un chacun : qui fait quoi ? Avec quel budget ? Les liens de communication entre les différents services municipaux, pour ne citer que cet exemple, sont renforcés lorsque des avis éclairés peuvent être demandés par les intervenants sur le terrain, ainsi qu’aux personnes responsables des programmes d’entretien des collections d’œuvres d’art. De cette manière, les acteurs municipaux deviennent des promoteurs et des collaborateurs actifs dans la défense et l’illustration du patrimoine.

  • 30  «Pour assurer la pérennité de ces œuvres, la STM confie depuis plusieurs années leur restauration (...)
  • 31  «C’est ainsi qu’en 1997 la ville de Sherbrooke a demandé au Centre d’évaluer l’état de sa collecti (...)

40Les budgets d’entretien et de restauration des œuvres sont une préoccupation majeure pour les pouvoirs publics. À cet égard, le restaurateur professionnel est en mesure d’élaborer un plan de gestion des collections qui se traduira souvent par des économies d’échelle. Cet exercice comprend un plan continu pour l’entretien (fiche d’entretien et échéancier) ainsi qu’un plan de restauration (rapports d’état et priorités). Comme nous l’avons déjà mentionné, la collaboration exemplaire, depuis plus de 10 ans, intervenue entre la Société de transport de Montréal et le CCQ, en a fait la démonstration éloquente pour l’ensemble de sa collection d’œuvres d’art, soit 85 œuvres localisées dans les 68 stations du réseau.30 De même, dans un tout autre registre, mais avec un égal souci de s’associer à la pérennité de sa collection, le CCQ accompagne la ville de Sherbrooke, depuis 1997, dans sa démarche municipale de conservation et de protection de l’ensemble de sa banque d’œuvres d’art public.31 Suite à l’évaluation de l’état de conservation de cette collection, le Centre a établi une priorisation des interventions, qui a permis d’échelonner les restaurations annuellement en fonction du budget de restauration dont dispose la division de la culture de la ville.

Des retombées concrètes pour les clientèles

41Le Centre de conservation a dispensé, en 2013, près de 1 700 heures de services (conseils écrits ou téléphoniques, expertises in situ, formations théoriques, formations pratiques et restaurations) au profit des collectivités locales et régionales du Québec pour les aider dans leur démarche de restauration et de conservation préventive de leur collection d’œuvres patrimoniales.

42Sur une œuvre, un objet, un document, un textile ou un monument, les interventions de restauration permettent soit de le rendre sécuritaire (bases de sculptures instables), soit de le sauver (moisissures sur un document d’archives, armatures corrodées faisant exploser une surface de béton, etc.), soit de le remettre en état de fonctionnement (œuvres d’art technologique) ou bien encore de l’exposer pour la première fois, comme ce fut le cas pour la Vierge du Musée des maîtres et artisans du Québec.

Fig. 12 Vierge, bois polychromé et doré

Fig. 12 Vierge, bois polychromé et doré

Premier quart du XVIe siècle, Espagne (?). Numéro inventaire 732-0320

Crédit : Jacques Beardsell, CCQ.

Musée des maîtres et artisans du Québec, Montréal.

43L’ensemble des clientèles du Centre tirent donc profit à recourir aux services offerts par les restaurateurs puisque des liens de confiance s’établissent, et que de bonnes pratiques de travail s’acquièrent. Dans le domaine de l’art public, le propriétaire d’une œuvre ou d’une collection peut alors rapidement prendre conscience des retombées économiques qu’il tire de cette collaboration : diminution des coûts de restauration par la mise en place d’un programme d’entretien; diminution des coûts de main-d’œuvre par l’acquisition de bonnes pratiques d’entretien; ou encore diminution des coûts de consultation par les contacts établis avec les restaurateurs du CCQ.

44Dans le domaine de la gestion de collections et plus spécifiquement celui des documents d’archives (manuscrits reliés, photographies, cartes roulées, pliées, documents reliés, registres, diapositives, micro films et micro fiches, etc.), il est nécessaire, considérant le volume des collections, d’adopter une approche globale de conservation. Les restaurateurs sont en mesure d’aider le gestionnaire de collection, en établissant un diagnostic des problèmes de conservation rencontrés, en analysant les problématiques en terme d’environnement, de ressources humaines et de contraintes spatiales et financières, en priorisant les interventions à engager et en proposant des solutions adaptées, notamment par le biais de la formation et l’accompagnement du personnel dans l’acquisition de bonnes pratiques de conservation. Pour exemple, la formation sur la manipulation des documents d’archives dispensée prochainement par le CCQ au service des archives de la ville de Longueuil. Ainsi, le personnel responsable sera en mesure d'assurer un traitement sécuritaire des documents consultés ainsi qu’une bonne conservation à long terme.

Conclusion

45À travers les multiples défis qu’il a su relever au cours de son existence, le Centre de conservation du Québec et ses employés mettent en lumière au quotidien l’apport indispensable du restaurateur, avec son statut scientifique distinct, essentiel et reconnu dans le domaine du patrimoine culturel.

46Depuis 35 ans, le Centre de conservation du Québec s’est forgé une renommée nationale et internationale dans le respect de ses clientèles et l’écoute de ses partenaires. En phase avec les autres professionnels de la restauration, le lien de confiance qu’il entretient avec ses clientèles est précieux et indispensable. Son rayonnement se justifie également par la concertation de son équipe, par son expertise sans cesse renouvelée et par la réalisation de chantiers exceptionnels. Tout au long de ces années, ce sont quelque 5000 œuvres, objets, monuments qui ont été étudiés, restaurés, conservés et rendus accessibles à la population. Et les services personnalisés qui sont offerts ne se limitent pas seulement aux interventions de restauration. Ainsi plusieurs milliers d’heures ont été jusqu’à présent consacrées à de la formation donnée, à des conférences et des publications. Toutes ces actions personnalisées visent à mieux outiller les clientèles dans le domaine de la conservation de notre patrimoine collectif.

Haut de page

Notes

1  Le Centre de conservation du Québec, 2015, http://www.ccq.gouv.qc.ca/

2  « Centre de conservation du Québec : lever le voile du temps », Continuité, Hors-série 35e anniversaire du Centre de conservation du Québec, 2014, p.1.

3  Le Centre de conservation du Québec est situé au 1825 rue Semple, Québec (Québec, Canada) – G1N 4B7

4  Orientation 7 de la Stratégie gouvernementale de développement durable 2008-2015 issue du Plan d’action ministériel de développement durable 2013-2015 du ministère de la Culture et des Communications. http://www.mcc.gouv.qc.ca/fileadmin/documents/publications/tableau2-DD.pdf / consultation le 2015-01-06.

5  Arrêté numéro AM 2012-003 de la ministre du Travail en date du 1er août 2012, Gazette officielle du Québec, 15 août 2014, 144e année, no 33, Partie 2, p 4211.

6  FOREST, É., ROBERGE, S., « Le Triomphe de la Vierge : une renaissance! », dans Journal de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration (ACCR), 2010, vol. 35, p. 16-28.

7  Vase en argile cuite associé à la tradition huronne, trouvé par un plongeur au fond du lac des Seize-Îles, au nord de Montréal, dans les Laurentides, en novembre 2013. Il est aujourd’hui conservé au Laboratoire et Réserve d’archéologie du Québec à Québec, avec le numéro d’inventaire BlFo-A. Les échantillons ont été analysés par chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse (CG‑SM) et par désorption thermique suivie de la chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse (DT-CG-SM). L'analyse de l'ICC porte deux numéros, DSC 5144 et ICC 126381.

8  O’MALLEY, M., MOFFAT, E., « Paul-Émile Borduas : the Blacks and Whites of the Later Paintings », Deterioration of Artists’ Paints : Effects and Analysis, colloque ICOM-CC (Londres, 10-11 septembre 2001), p. 84-87.

9  BERGERON, A., RÉMILLARD, F., Le traitement de conservation des embarcations du Musée de la
civilisation : vingt ans après
, Québec, Centre de conservation du Québec, 2012.

http://www.ccq.gouv.qc.ca/fileadmin/images/publications/embarcations_civilisation.pdf/ consultation le 2015-01-06.

10  Retable principal de la Chapelle des Ursulines, Québec. Le décor intérieur de la chapelle des Ursulines date des années 1720-1730. La chaire, le retable du Sacré-Cœur et le retable principal ont été dessinés et sculptés en bois par le plus brillant sculpteur de cette époque en Nouvelle-France, Pierre-Noël Levasseur, puis dorés par les Ursulines mêmes qui, comme on le sait, tenaient à cette époque un florissant atelier de dorure. C’est en outre le seul décor d’église de la période de la Nouvelle-France à nous être parvenu à peu près intact. Le chantier de restauration de l’ensemble  s’est déroulé entre 1991 et 1995. Les restaurateurs ont produit un ensemble documentaire unique de photos, dessins, analyses et données inédites mises en parallèle avec tous les documents historiques disponibles. Cette documentation est maintenant accessible aux chercheurs aux Archives des Ursulines ainsi qu’au Centre de conservation du Québec.

11  BERGERON, André, L'éclairage dans les institutions muséales, Québec, Société des musées québécois / Musée de la civilisation, 1992.

12  Magazine sur «le patrimoine familial, religieux et culturel au Québec». http://www.magazinecontinuite.com/

consultation le 2015-01-06.

13  "Centre de conservation du Québec : lever le voile du temps", Continuité, Hors-série 35e anniversaire du Centre de conservation du Québec, 2014.

14  RÉMILLARD, France, Guide pour préserver son cimetière, Québec, Centre de conservation du Québec, 1re éd. 2009 (http://www.ccq.gouv.qc.ca/index.php?id=155, 2e éd. À paraître en 2015.

Les biens d’églises : conservation et entretien du patrimoine mobilier, sous la direction d’Isabelle Paradis, Colombe Harvey, Colette, Naud et Claude Payer, Québec, Centre de conservation du Québec / Fondation du patrimoine religieux du Québec, 2001.

Guide pour la conservation des œuvres d’art public, Québec, Centre de conservation du Québec, 2014.

Glossaire visuel des altérations sur les œuvres d’art et les objets de musées, Québec, Centre de conservation du Québec, 2014, http://www.ccq.gouv.qc.ca/index.php?id=90 consultation le 2015-01-06.

15  http://www.ccq.gouv.qc.ca/index.php?id=92  consultation le 2015-01-06.

16  http//preservart.ccq.gouv.qc.ca  consultation le 2015.01.06.

17  http://www.quebecregion.com/fr/region-quebec/fontaines/tourny/ consultation le 2015-01-06.

18  « Aujourd'hui, nous célébrons trois anniversaires: les 48 ans du métro de Montréal (le 14 octobre pour être plus précis), les 35 ans du Centre de conservation du Québec (CCQ) et les 10 ans de la collaboration entre la STM et le CCQ! Nettoyer, réparer et restaurer les œuvres d'art du métro, c'est tout un art, comme on peut le constater sur ces photos... Longue vie au CCQ et aux œuvres d'art du métro de Montréal! », page Facebook, Société de transport de Montréal, 2014.

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10152816787394797.1073741946.191905614796&type=1

Consultation le 2015-01-08

19  LEPAGE, Michèle, « L’art dans le métro : prochaine station, restauration », Continuité, no 113 (été 2007), p. 15-17

20  http://www.stm.info/fr/presse/communiques/2009/restauration-et-mise-en-valeur-de-la-verriere-de-frederic-back-a-la-station-place-des-arts/ consultation le 2015-01-06.

21  ICOMOS, Charte internationale sur la conservation et la restauration, ICOMOS, Münich, 2004.

http://openarchive.icomos.org/431/1/Monuments_and_Sites_1_Charters.pdf/ consultation le 2015-01-06.

22  http://capc-acrp.ca/Documents/fcode.pdf/ consultation le 2015-01-06.

23  Programmes du congrès et de l’atelier disponibles sur : https://cdn.metricmarketing.ca/www.cac-accr.ca/files/pdf/2014_CACAbstracts_FR.pdf/ consultation le 2015-01-06.

24  Publications à venir sur le site :

http://www.apti.org/index.php?src=gendocs&ref=APT%20Quebec%20City%202014&category=2014%20Confernce%20-%20English/ consultation le 2015-01-06.

25  http://www.mcc.gouv.qc.ca/?id=59 / consultation le 2015-01-06.

Guide d’application : http://www.mcc.gouv.qc.ca/fileadmin/documents/publications/GuideApplicationIAAE_d.pdf/ consultation le 2015-01-06.

26  Entente de développement culturel 2011-2014 conclue entre la Ville de Gatineau et le ministère de la Culture et des Communications, Annexe A, document interne.

27  http://www.3atp.org/?-le-metier-deontologie-/ consultation le 2015-01-06.

28 « Le symposium de Québec, en 1966, constitue l’exemple le plus regrettable car il a fallu détruire toutes les pièces faute de les avoir entretenues convenablement. », in :FISETTE, S., Symposiums de sculpture au Québec, 1964-1997, Montréal, Centre de Diffusion 3D, 1997, p. 10.

29 http://www.mcc.gouv.qc.ca/index.php?id=3355&tx_lesecrits_pi1%5becrit%5d=644&cHash=09670bb42a7ff3b092c43129a1529389 / consultation le 2015-01-06.

30  «Pour assurer la pérennité de ces œuvres, la STM confie depuis plusieurs années leur restauration au Centre de conservation du Québec, une équipe pluridisciplinaire de professionnels. La plupart des travaux de restauration sont effectués avec le soutien financier du ministère de la Culture et des Communications. », dans : «Façonner aujourd’hui la mobilité de demain», Rapport d’activité 2013, Société de transport de Montréal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2014, page 49. http://www.stm.info/sites/default/files/pdf/fr/ra2013.pdf

consultation le 2015-01-06.

31  «C’est ainsi qu’en 1997 la ville de Sherbrooke a demandé au Centre d’évaluer l’état de sa collection d’œuvres d’art public, comprenant des monuments, des peintures murales extérieures, des sculptures, des reliefs, des installations, des tableaux et des vitraux. Bon nombre de ses œuvres sont installées à l’extérieur. Ce mandat s’étend sur une période de trois ans. Des recommandations pour l’entretien et la restauration des œuvres de la Ville lui permettront d’élaborer un plan d’intervention pour assurer la préservation de son patrimoine artistique», page 15 in : Une expertise unique au service du patrimoine : le centre de conservation du Québec, textes rédigés par le personnel du centre, sous la direction de René Bouchard et Danie Harvey, Québec, Centre de conservation du Québec, 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1  Équipe du Centre de conservation du Québec
Légende L'équipe en 2014
Crédits Crédit : Michel Élie, Jacques Beardsell, Guy Couture, CCQ.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 2  Harpe Érard, détail du chapiteau en cours de restauration (reproduction de motifs en «composé du doreur» par le moulage d’éléments)
Légende Production entre 1835 et 1900. Numéro inventaire 1995.4377, Musée des Ursulines de Québec.
Crédits Crédit : Mireille Brulotte, CCQ.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4495/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Fig. 3 Vase huron après traitement
Légende  L'objet est installé sur son support de mise en réserve, conçu et produit par le CCQ
Crédits Crédit : Guy Couture, CCQ.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4495/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Fig. 4  Embarcation datée de 1735
Légende Musée de la civilisation, Québec, seule embarcation connue de l’époque de la Nouvelle-France datée de 1735 par dendrochronologie.
Crédits Crédit : André Bergeron, CCQ.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4495/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 5  Les publications du Centre de conservation du Québec
Légende Ces publications font rayonner le savoir-faire et l’expertise du Centre en restauration.
Crédits Crédit : Michel Élie, CCQ.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4495/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Cette fontaine, qui a été présentée à l’Exposition universelle de Paris en 1855, a été offerte en 2007 par la Maison Simmons à la ville de Québec, à l’occasion du 400e anniversaire de sa fondation en 1608.
Crédits Crédit : Michel Élie, CCQ.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4495/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 7  Histoire de la musique à Montréal, Frédéric Back, 1966
Légende Visite de chantier par l’artiste. Verrière à la station Place des Arts, Société de transport de Montréal.
Crédits Crédit : Claude Payer, CCQ.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4495/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 8  L'homme devant la science, Jordi Bonet, 1963
Légende Murale de céramiques. Nettoyage par microsablage.
Crédits Crédit : Isabelle Cloutier, CCQ.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4495/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 9  Cerveau III recherche une idée…, Denis Poirier, 1973-74
Légende Réinstallation de l’œuvre cinétique et électronique, après restauration.
Crédits Crédit : Stéphanie Gagné, CCQ.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4495/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 10  Banc, Serge Phénix, Gatineau, secteur Aylmer
Légende Examen technique et documentation par une restauratrice en vue d’établir un constat d’état et une fiche d’entretien de l’oeuvre.
Crédits Crédit : Isabelle Paradis, CCQ.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4495/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 11 Formation pratique donnée par le CCQ
Légende Formation sur l’entretien des monuments commémoratifs.
Crédits Crédit : Monique Benoît, CCQ.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4495/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 12 Vierge, bois polychromé et doré
Légende Premier quart du XVIe siècle, Espagne (?). Numéro inventaire 732-0320
Crédits Crédit : Jacques Beardsell, CCQ.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4495/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 7,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Laureau et René Bouchard, « Expertise, concertation et réalisations : l’expérience du Centre de Conservation du Québec (CCQ) », CeROArt [En ligne], 10 | 2015, mis en ligne le 07 avril 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://ceroart.revues.org/4495

Haut de page

Auteurs

Delphine Laureau

Delphine Laureau est chimiste et restauratrice de biens culturels, spécialité sculptures. Elle a suivi ses formations en France (Versailles et Tours), où elle a exercé durant 3 ans en tant que restauratrice autonome. Depuis 10 ans, madame Laureau travaille au Centre de conservation du Québec, situé au sein de la ville de Québec. À ses fonctions de restauratrice, s’ajoutent des mandats qui sont spécifiques à l’institution et qui sont liés au développement des services en conservation-restauration. À ce titre, Delphine Laureau est responsable de l’offre de prestations aux municipalités et agit à titre de coordonnatrice des dossiers en lien avec l’art public.

René Bouchard

René Bouchard a fait carrière comme gestionnaire dans la fonction publique québécoise, notamment au ministère de la Culture et des Communications où il a occupé diverses fonctions, entre autres en qualité de directeur du patrimoine et de la muséologie. Il a contribué activement à l’adoption de la récente Loi sur le patrimoine culturel du Québec. Il occupe présentement la fonction de directeur général du Centre de conservation du Québec. Il a participé, comme auteur, coauteur, collaborateur ou directeur, à la réalisation de plusieurs ouvrages sur le patrimoine, l’art et la culture populaire au Québec.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org