Navigation – Plan du site

Introduction

Muriel Verbeeck-Boutin

Texte intégral

"Quand on me dit qu'une personne est arrivée, je suis tentée de demander où, et par quels moyens, et dans quel but ! Seuls se félicitent ceux qui se savent incapables d'aller plus loin."
Amin Maalouf

Nous remercions le Ministère de la Recherche de la Région wallonne d'avoir apporté son soutien à la présente publication, in tempore non suspecto.

1Ce quatrième numéro de la série « EGG » -European graduates generation est un numéro spécial : sa parution coïncide avec la dixième assemblée générale d’ENCoRE, the European network for conservation-restoration education. Les jeunes diplômés retenus pour la publication ont été invités à présenter, le 26 mars dernier, un poster à la suite de la conférence Teaching conservation, dont CeROArt publiera les actes au mois de septembre prochain. Ils ont pu ainsi exposer leur recherche à un public très averti, et répondre à l'intérêt manifesté par des restaurateurs venus de toute l'Europe, et parfois au-delà.

2Leurs travaux donnent un panorama fidèle de la diversité de la conservation-restauration : mais aussi, des efforts constants des diverses formations pour soutenir leur exploration de territoires parfois encore largement méconnus.

3De la lubrification sèche des horloges aux poissons fossiles des gisements magdaléniens, des rouleaux de mission aux manuscrits du XVIIIe, il nous a fallu trouver des compétences et diverses et pointues pour valider leur contribution.  Pour mener à bien la revue peer to peer et l’accompagnement pédagogique d’une primo-publication, nous avons eu recours, outre notre comité scientifique une fois encore largement sollicité, à des bonnes volontés que nous remercions chaleureusement: Régis Bertholon, David Cueco, Jacques Cuisin, Helena Calvo del Castillo, Natalie Coural, Simon Lambert, Anne Liénardy, Philippe Matthis, Emmanuelle Mercier, Ludwig Oeschslin, Jana Sanyova, David Strivay, Michael Van Gompen, Anne Van Grevenstein, Karla Vanraepenbusch, Marc Voisot ont ainsi renforcé notre équipe de leur expertise. Nous leur témoignons ici, une fois encore, toute notre gratitude.

4Des 35  articles soumis à notre évaluation (soit 20 % de plus que la dernière édition), 26 seulement ont franchi toutes les étapes du processus. On peut le regretter. Le contenu de l’ensemble des contributions était, en effet, susceptible d’intéresser un large public.

5Pour quelques auteurs, néanmoins, la méthodologie propre à l’exercice rédactionnel a fait défaut : concision du genre, rigueur de l’argumentaire, respect des normes bibliographiques ont posé problème. Certains ont été rebutés par l’étendue des corrections demandées, sans reconnaître l’intérêt pédagogique et scientifique d’une reprise du travail qu’ils considéraient comme achevé.

6Pour le comité scientifique, telle attitude est difficilement compréhensible : elle fait fi des efforts engagés par toute une équipe pour porter une communication à un niveau digne de publication. La relecture et correction en peer to peer sont, faut-il le rappeler, des tâches bénévoles et particulièrement ingrates, consenties par des experts. Ceux-ci distraient de leur temps pour ce travail pas toujours en connexion avec leurs préoccupations actuelles. Voir leur investissement en temps balayé par un refus de correction témoigne ou d’ingratitude ou d’arrogance intellectuelle. Or rappelons-le, l’humilité est (ou devrait être) la première qualité d’un conservateur-restaurateur…

7Revenons à notre contenu.

8Le présent numéro, préfacé par Wolfgang Baatz, président de l’European Network for Conservation-Restoration Education, fait place à des publications des quatre coins de l’Europe. Aux grandes Écoles qui participent régulièrement depuis trois années déjà, se sont adjointes de nouvelles formations: l'Université d'Amsterdam, l'école Condé, l'Université de Ljubljana, le West Dean College. Publications en langue française et anglaise sont en nombre relativement équilibré, ce qui témoigne de l’internationalisation de notre revue ; ce qui, aussi, pose problème quant à l’édition des textes en anglais, car la majeure partie des auteurs ne sont pas des « native english », et leur texte est le plus souvent traduit. Nous n’avons pas vocation à corriger la forme au-delà du nécessaire à une bonne compréhension, mais à contrôler la validité du fond. Néanmoins, rappelons une fois encore que nous sommes ouverts à toutes les collaborations susceptibles d'améliorer cet aspect de la publication.

9On chercherait en vain un ordre logique dans la présentation des textes: nous avons veillé à alterner le français et l'anglais, et à souligner simplement la diversité des recherches et contributions. Étude de cas, (peinture, sculpture, manuscrit, fossiles), recherche scientifique, recherche empirique, recherche appliquée, approche axiologique s'entremêlent pour mieux susciter la curiosité et cette forme de "butinage" qui devrait être un moteur de toute formation continue. Les idées en effet naissent de ce brassage des matériaux, techniques, méthodes éprouvées parfois en un domaine, et vierges d'expérimentation encore dans d'autres. Nous avons à apprendre les uns des autres.

10C'est pour cette raison sans doute que nous avons placé notre introduction sous l'épigraphe d'Amin Maalouf. Éminent écrivain luttant contre le sectarisme, invitant à la diversité, à la reconnaissance de l'altérité, il fait de l'ouverture d'esprit la condition de toute exploration, y compris intellectuelle. Notre objectif n'est pas d'"arriver", mais de parvenir, verbe qui marque et la tension et l'effort. Et si nous sommes heureux de vous présenter aujourd'hui ce numéro, c'est comme le voyageur d'étape en étape, qui considère du même œil le chemin parcouru et l'horizon ouvert. Aussi lançons-nous d'ores et déjà l'appel à contribution pour le prochain numéro d'automne (voir sous ce lien) et celui pour EGG2014 (jeunes diplômés des mois de juin et septembre). Merci de le relayer.

11L’accès à la revue est libre, sur simple inscription à la Lettre d’information, qui vous avertira de la prochaine parution. Pour vous inscrire, cliquez le lien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Verbeeck-Boutin, « Introduction », CeROArt [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 03 avril 2014, consulté le 22 avril 2017. URL : http://ceroart.revues.org/4170

Haut de page

Auteur

Muriel Verbeeck-Boutin

Historienne de formation, Docteur en Philosophie et Lettres et titulaire d'une licence spéciale en Sciences de l'information et de la communication, Muriel Verbeeck-Boutin est professeur à l'École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège, section Conservation, restauration des oeuvres d’Art, où elle dispense entre autres les cours de déontologie, histoire et théorie de la restauration et iconographie. Assistante de Coordination Icom-CC, groupe Histoire et théorie de la conservation-restauration, elle est également conseiller scientifique à la faculté des sciences de l'Université de Liège, département d'Archéométrie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org