Navigation – Plan du site
Dossier

Conditionnement d'une horloge de haute précision Leroy pour son transport et sa mise en réserve

  Problématiques, conception et mise en œuvre
Anaïs Vecten

Résumés

Une horloge à pression constante construite par la maison L. Leroy et Cie a été installée à l’Observatoire de Neuchâtel en 1949 pour la transmission de l’heure et arrêtée en 1962. Elle est actuellement  démontée en 6 éléments et conservée sur place. Elle comporte des assemblages fragiles, des matériaux constitutifs vulnérables aux chocs, du mercure susceptible de se déverser, ainsi que des éléments volumineux et lourds. Afin d’assurer sa conservation à long terme au regard de ces spécificités, nous avons conçu un conditionnement de stockage ainsi qu’une caisse de transport démontable. La sélection des divers matériaux s’est faite par différents tests et outils.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les collections muséales doivent être protégées des dommages mécaniques afin de garantir leur conservation sur le long terme. De ce fait, la conception de conditionnements est souvent nécessaire, d’autant plus lorsque des objets doivent être déplacés ou transportés et ainsi exposés à de multiples risques d’altérations.

2Le présent travail porte sur la mise en réserve et le transport d’une horloge de haute précision Leroy. Dans la littérature spécifique à la conservation-restauration, il existe peu d’ouvrages concernant les précautions à prendre pour le transport des horloges et leur mise en réserve. Dans le cas des horloges de haute précision, qui sont des objets rares non conçus pour être déplacés, les recommandations en conservation sont inexistantes. Nous proposons ici un modèle de conditionnement pour ce type d’objets, élaboré sur l’exemple de cette horloge de précision et basé sur un ensemble de tests de compatibilité des matériaux.

Présentation de l’objet

  • 1  CASTAGNA, T., « La Saga L. Leroy », dans La cote des montres  [En ligne], mis en ligne en 2011, co (...)

3L’objet au centre de ce travail est un régulateur à pression constante fabriqué par la Maison L. Leroy & Cie, dont le siège est basé à Paris. Il porte le N° 1756 et est le 50e garde-temps mécanique fabriqué par cette maison. 64 objets de ce type furent réalisés pour 34 observatoires de par le monde1 (voir fig.1).

Fig.1 Horloge Leroy montée

Fig.1 Horloge Leroy montée

Horloge Leroy fixée au mur de la salle des horloges fondamentales du pavillon Hirsch. Les piles servent à son alimentation électrique.

© AMSTN, P.-R. Beljean

  • 2  TRUEB, L., L’observatoire de Neuchâtel. Son histoire de 1858 à 2007. La Chaux-de-Fonds, Editions I (...)

4L’horloge de haute précision Leroy a été installée en 1949 dans la salle des horloges fondamentales au sous-sol du pavillon Hirsch de l’observatoire de Neuchâtel, dans le but d’augmenter la fréquence du signal horaire. Au milieu des années 1950, toutes les horloges à pression constante de l’observatoire ont été remplacées pour la transmission de l’heure par des horloges à quartz, plus précises. Cependant, les horloges à pression constantes sont encore restées en activité pour le réglage des horloges à quartz en cas de coupure de courant. Toutes les horloges mécaniques ont été arrêtées en 19612.

Fig. 2 Photographies du mouvement, vu de face, de dos et de dessus

Fig. 2 Photographies du mouvement, vu de face, de dos et de dessus

Au dos sont visibles les deux bobines constituant l’électroaimant. La vue de dessus permet de voir les pièces du mécanisme, placées entre les deux platines.

© HECR Arc, A. Vecten

  • 3  DEFOSSEZ, L., Théorie générale de l’horlogerie. Tome II, La Chaux-de-Fonds, Chambre Suisse de l’ho (...)

5L’horloge à pression constante Leroy ne compte que les secondes. Sa dénomination vient d’un des moyens d’assurer la précision du mouvement en le plaçant à une basse pression qui doit rester constante. Ceci permet de limiter l’impact des variations atmosphériques et d’éviter l’erreur qu’elles induisent3. Le mouvement est en grande partie fait de laiton. Il est remonté par un électroaimant et, même s’il comporte peu de pièces, il présente un réseau complexe de fils et d’interrupteurs permettant la transmission du signal horaire. Le mouvement est monté sur une lourde base de laiton assurant sa stabilité sur la base de l’horloge, elle-même constituée d’une colonne en acier peint. Le mouvement est recouvert d’une cloche de cristal comportant à sa base un produit de graissage servant à étanchéifier le système. L’horloge comporte un pendule de presque 1 m de long, dont la tige est faite d’Invar® (un alliage de fer et de nickel) et le poids de laiton. Un baromètre à mercure monté sur une planchette de bois permettait de contrôler la pression à l’intérieur de l’horloge. Celui-ci comporte aussi un thermomètre. Lorsque l’ensemble est monté, il est fixé contre un mur par un anneau de fonte peinte (voir fig.1).

Préparation au conditionnement

6Avant de commencer ce projet de conditionnement, nous avons effectué un constat d’état détaillé des matériaux en répertoriant leurs altérations et les causes probables de celles-ci. Le but est ici de comprendre les faiblesses structurelles de l’objet et d’identifier les éléments ayant besoin d’un soutien particulier. Conjointement à cette étape, un travail de compréhension du mécanisme a été mené par une recherche bibliographique dans la littérature horlogère d’une part, par la consultation de spécialistes en horlogerie ou en ingénierie d’autre part. En effet, la compréhension du mécanisme aide à cerner la cause de certaines altérations et sert aussi à identifier les parties mobiles pouvant être mises en mouvement lors d’un déplacement. Les parties mobiles disposent parfois d’un mécanisme permettant de les immobiliser. En l’absence d’un tel mécanisme, elles devront être fixées par le conditionnement.

7Le constat d’état permet aussi de mesurer précisément chacun des éléments de l’horloge Leroy, mesures qui serviront lors de la confection des conditionnements, permettant ainsi de réduire au maximum les manipulations supplémentaires de l’objet durant cette phase du travail. Dans cet objectif, des plans détaillés à l’échelle ont été réalisés pour chaque élément de l’horloge (voir fig.3).

Fig. 3  Plan du plateau du mouvement de l’horloge

Fig. 3  Plan du plateau du mouvement de l’horloge

Exemple de plan à l’échelle, réalisé pour la fabrication des conditionnements.

© HECR Arc, A. Vecten

8Nous avons tout d’abord effectué des recherches dans les ouvrages de conservation préventive sur les types de conditionnement pouvant être utilisés pour cette catégorie d’objets, recherches qui n’ont apporté que peu de renseignements. Nous nous sommes donc tournés dans un deuxième temps vers le milieu des antiquaires et de l’horlogerie, notamment pour connaitre leurs recommandations et usages en matière de transport.

Conditionnements pour la mise en réserve

9Les éléments de l’horloge Leroy seront conservés au MIH dans un meuble ouvert, ce qui oriente le choix du type de conditionnement envisagé. Les éléments de l’horloge étant dans un bon état de conservation, les conditionnements auront donc surtout une fonction de protection de l’objet contre les chocs. Ils devront de plus assurer le maintien de certains éléments et aider à la manipulation.

10Dans un premier temps, les matériaux les plus adaptés à la conception de ces conditionnements ont été sélectionnés. En plus d’assurer un bon maintien de l’objet, ces matériaux doivent être compatibles avec les matériaux constitutifs des différents éléments de l’horloge. La stabilité de chacun des matériaux susceptibles d’entrer dans la fabrication des conditionnements pour la mise en réserve a donc été testée avec un test d’Oddy. Il s’agit d’un test de vieillissement accéléré, permettant de tester l’impact des substances émises par un matériau sur les phénomènes de corrosion des métaux. Seuls les matériaux compatibles avec les matériaux constitutifs de l’horloge pour les utilisations prévues ont été retenus.

  • 4 BARCLAY, R., et al., Support pour objets de musées : de la conception à la fabrication, Ottawa, Ins (...)
  • 5  ILLES, V., Guide de manipulation des collections. Paris, Somology, 2004.

11Le mouvement, la cloche, le pendule et le baromètre ont été conditionnés selon un même principe, tous calés dans de la mousse Ethafoam®. La plupart de ces éléments ayant une masse importante, l’épaisseur de la mousse a été choisie en conséquence et en tenant compte de son écrasement avec le temps sous le poids des objets. Cette mousse de polyéthylène est abrasive lorsqu’elle est coupée. Les parties taillées sont donc recouvertes d’une mousse fine de polyéthylène de 2 mm d’épaisseur4. Ces mousses sont insérées dans des plateaux de carton ondulé non acide qui facilitent la prise en main et limitent le contact direct, volontaire ou accidentel5, avec les objets. Le fond des plateaux est doublé avec 2 à 4 épaisseurs de carton ondulé dont les cannelures sont placées perpendiculairement, ce qui permet de les renforcer afin qu’ils supportent le poids des objets sans plier.

  • 6  LOGAN, J., Note de l’ICC. 9/2, La mise en réserve des métaux. Ottawa, Institut canadien de conserv (...)

12Les éléments de l’horloge Leroy devant être mis en réserve sur un mobilier ouvert, ils seront donc exposés à la poussière. En plus d’engendrer des salissures, celle-ci favorise la dégradation des matériaux, en particulier des métaux car elle retient l’humidité à la surface des objets et peut, en milieu urbain, contenir des polluants6. De ce fait, il est nécessaire de prévoir des couvercles ou des boîtes dans lesquels s’insèreront les plateaux. Cependant, les conditionnements fermés ont le désavantage de masquer l’objet, ce qui entraine des manipulations intempestives pour connaitre le contenu de la boîte et augmentant ainsi les manipulations et les risques de chute. Il était donc nécessaire de garder les éléments de l’horloge visible. Le carton ondulé dans lequel les boîtes sont fabriquées a donc été découpé afin d’ouvrir des fenêtres. Celles-ci sont recouvertes d’un film de polypropylène transparent (film Escal®) cousu avec un fil de coton non acide. Un autre type de film de plastique transparent utilisé en conservation préventive pourrait être employé, du moment que son épaisseur est assez grande pour qu’il soit cousu sans se déchirer. Afin de rendre l’horloge clairement identifiable, son numéro d’inventaire est de plus inscrit au crayon sur chacun des conditionnements.

  • 7  TETREAULT, J., « Matériaux de construction, matériaux de destruction », dans La conservation préve (...)

13Aucun adhésif ne doit entrer dans la conception des conditionnements car, en fonction de leur composition, ils émettent des composés tels que des sulfures, des acides ou des composés chlorés7. Pour l’assemblage des mousses, la thermosoudure et la couture ont donc été privilégiées. Des liens de coton non acide permettent de maintenir en place les objets dans leur conditionnement. L’assemblage du carton ondulé s’est fait au moyen de rivets de polypropylène (voir fig.4).

Fig. 4 Conditionnement du mouvement

Fig. 4 Conditionnement du mouvement

Le mouvement de l’horloge Leroy placé dans son conditionnement, attaché sur le plateau.

© HECR Arc, A. Vecten

  • 8  MARTIN, D. et WINSOR, P. « Mercury in collection », dans Don’t Panic : Dealing with hazardous mate (...)

14Le cas du baromètre est particulier car cet élément doit être conservé à la verticale en raison des risques de déversement du mercure qu’il contient. Le couvercle du conditionnement comporte des perforations permettant de passer deux bandes Velcro® pour attacher le conditionnement à une structure du mobilier (voir fig.5). Ces attaches sont placées à l’extérieur du conditionnement car le résultat du test d’Oddy pour ce matériau ne permet pas de garantir l’innocuité de ce matériau. La mousse d’Ethafoam® dans laquelle est placé le baromètre comporte de plus un emplacement pouvant accueillir une bouteille de polyéthylène ou de polypropylène, qui sert à contenir le mercure lorsque les tubes sont vidés. Ce récipient doit pouvoir se fermer hermétiquement et doit être tout particulièrement protégé des risques de cassure8.

Fig. 5  Baromètre dans son conditionnement, sans et avec couvercle

Fig. 5  Baromètre dans son conditionnement, sans et avec couvercle

Conditionnement permettant le stockage du baromètre à la verticale et à l’horizontal. Le conditionnement n’est pas prévu pour être employé sans couvercle, cette photographie montre le positionnement des blocs d’Ethafoam® entre l’objet et le couvercle.

© HECR Arc, A. Vecten

  • 9  PAINE, C. (ed.), Standards in the museums. 4, Care of larger & Working objects. Londres, Museums, (...)
  • 10  TETREAULT, J., Bulletin technique. N°21, Revêtement pour l’exposition et la mise en réserve dans l (...)
  • 11  TETREAULT, J., « Matériaux d’expositions : les bons, les mauvais et les autres… », dans Institut c (...)
  • 12  SCHLICHTING, C., Bulletin technique. N°14, Travail de la mousse de polyéthylène et des feuilles de (...)

15La colonne et l’anneau sont posés sur une palette et non directement sur le sol, la hauteur de celle-ci offrant une protection en cas de fuite d’eau9. Les palettes de bois ne peuvent être utilisées car les bois, en fonction de leur ancienneté et de leur essence, relâchent des taux variables de composés organiques volatils et de substances acides10 qui peuvent provoquer ou accélérer la corrosion des métaux. De plus, les palettes de bois sont souvent traitées avec des insecticides. Toutes ces substances peuvent en partie être bloquées par un film barrière plastique11. Mais, par sécurité, le choix a été fait de conserver la colonne et l’anneau sur une palette de polyéthylène ou de polypropylène, de couleur blanche, grise ou noire, les colorants permettant d’obtenir les autres couleurs renfermant un additif instable12.

Conditionnements pour le transport

16L’horloge Leroy pose plusieurs problématiques de transport. C’est un objet fragile, comportant des parties mobiles, un produit toxique ainsi que des éléments de grande taille et pesants jusqu’à 50 kg. L’horloge est aussi susceptible de subir plusieurs transports ce qui implique que le conditionnement soit  réutilisable.

  • 13  ILLES, V., Guide de manipulation des collections. Paris, Somology, 2004.

17Aucun conditionnement ne peut protéger un objet en mouvement s’il n’est pas conçu pour son transport. Cette étape de confection est facilitée par le fait que l’horloge Leroy est démontée. Seul l’échappement de l’horloge doit être immobilisé. Pour cela il est préférable d’utiliser le verrouillage prévu par le constructeur, plutôt que de mettre en place des calages compliqués qui engendreraient des risques de détérioration du mouvement de l’horloge13. Le mécanisme d’immobilisation consiste à visser deux vis de réglage placées de chaque côté de l’échappement. Cette opération est effectuée par un horloger. Le baromètre est vidé du mercure qu’il contient, ce métal étant placé dans une bouteille de polyéthylène afin d’éviter tout déversement et de permettre le transport de cet élément en position horizontale.

18Il était nécessaire de regrouper au maximum les éléments afin d’éviter leur dissociation. Or, de par leurs dimensions, il est impossible de tous les transporter sur une seule palette. Les éléments de l’horloge ont donc été séparés en deux groupes : les quatre éléments de plus petite dimension (le mouvement, la cloche, le pendule et le baromètre) sur une palette et les deux éléments les plus volumineux et lourds (la colonne et l’anneau de fixation) sur une seconde palette.

19Pour la mise en réserve, le mouvement, la cloche, le pendule et le baromètre sont transportés dans leur conditionnement conçu pour assurer le meilleur maintien possible des objets. Dans le cas du mouvement et de la cloche, une cale en Ethafoam® est insérée entre les objets et le haut de la boite afin de garantir leur calage. Les conditionnements sont calés dans une caisse de transport par des mousses d’éther de polyuréthane et de polyéthylène (voir fig.6).

Fig. 6  Schéma de positionnement des mousses de calage autour des boîtes des conditionnements

Fig. 6  Schéma de positionnement des mousses de calage autour des boîtes des conditionnements

En haut : positionnement des blocs de mousse pour le modèle de boîte du mouvement et de la cloche. En bas : positionnement des blocs de mousse pour le modèle de la boîte du pendule et du baromètre.

© HECR Arc, A. Vecten

  • 14  MARCON, P., « Forces physiques », dans Institut canadien de conservation [En ligne], mis en ligne (...)

20Ces calages sont séparés par des cloisons faites de carton ondulé non acide qui permettent de les positionner correctement. Afin de combler les quelques espaces dans la caisse, certaines cloisons sont montées en croisillons (voir fig.7), une mousse de calage n’étant pas efficace si les objets qu’elle protège peuvent se déplacer librement et se heurter les uns les autres14.

Fig. 7  Conditionnement - Vue de détail

Fig. 7  Conditionnement - Vue de détail

Détail des cloisons de carton ondulé montées en croisillons afin de combler un espace.

© HECR Arc, A. Vecten

21Pour les cloisons, le carton a été privilégié car il est plus rigide que le polypropylène et joue le rôle d’un matériau tampon. Le type, la densité et l’épaisseur de la mousse ont été déterminés à l’aide de la règle à calcul de l’Institut canadien de conservation (ICC) ainsi que du logiciel PadCAD©, lui aussi développé par l’ICC. De la mousse d’éther de polyuréthane à 33 kg/cm3 a été utilisée pour le calage des éléments les plus fragiles et de l’Ethafoam® pour le calage du pendule. La mousse de polyéthylène ne peut pas correctement amortir les chocs du transport pour les éléments les plus fragiles, d’où la nécessité d’employer conjointement ces deux types de matériaux pour les calages. Concernant la colonne et l’anneau, ils bénéficient aussi d’un calage en Ethafoam® fixés directement sur une palette (voir fig.8).

Fig. 8  Schéma vu de dessus du positionnement de la colonne et de l’anneau sur la palette

Fig. 8  Schéma vu de dessus du positionnement de la colonne et de l’anneau sur la palette

La colonne et l’anneau sont calés dans de la mousse de polyéthylène. Une partie de la base de l’anneau, encapsulée dans de l’Ethafoam®, dispose d’une place sous la colonne.

© HECR Arc, A. Vecten

22Ces calages encapsulent en partie les deux objets, ce qui permet de les fixer à la palette avec des sangles. Les parties de la colonne et de l’anneau qui ne sont pas prises dans le calage sont recouvertes de mousse de polyéthylène fine de 2 mm d’épaisseur afin de les protéger des chocs, des projections et d’éventuelles salissures.

  • 15  MARCON, P. et SNUTCH, D., Note de l’ICC. 1/4, La fabrication d’une caisse de carton ondulé triple (...)
  • 16  MCGREW, A., « Lightweight recyclable hybrid container » dans Paccin. [En ligne], mis en ligne le 3 (...)
  • 17  MARCON, P. et SNUTCH, D., Note de l’ICC. 1/4, La fabrication d’une caisse de carton ondulé triple (...)

23Le mouvement, la cloche, le pendule et le baromètre sont placés ensuite dans une caisse de transport (voir fig.9). Le modèle de celle-ci s’inspire du concept de caisse de transport légère de l’ICC15et, pour la forme, de celle fabriquée par Ashley McGrew16. Ces caisses sont toutes les deux constituées d’une armature de bois sur laquelle sont fixés des panneaux de carton ondulé, de une à trois cannelures, au moyen de vis, d’agrafes ou de colle à bois17. La confection de cette caisse de transport solide ne nécessite pas l’intervention d’un menuisier. Mais, après leur usage, ces caisses de transport légères occupent un grand volume de stockage.

Fig. 9 Caisse de transport

Fig. 9 Caisse de transport

Schéma et photographie de la caisse de transport.

© HECR Arc, A. Vecten

24Du fait de son stockage temporaire, l’horloge Leroy devra être déplacée plusieurs fois, ce qui impose la réutilisation de la caisse de transport. Cela nécessite donc qu’elle soit démontable pour que son stockage prenne le moins de place possible en réserve. Pour atteindre cet objectif, la structure de bois a été remplacée par une structure en acier zingué perforée et assemblée par des vis. Des équerres maintiennent les coins à angle droit et le panneau supérieur est monté sur des charnières fixées sur l’armature (voir fig.9). Les plaques de polypropylène du panneau supérieur sont coupées de sorte à ce qu’elles s’emboîtent avec celles fixées à la barre d’acier profilée. La plaque interne du panneau extérieur est plus courte et a contrario, la plaque interne fixée au profil acier est plus longue (voir fig.10). En plus de fermer la caisse, ce système permet d’éviter que le panneau supérieur ne plie sous son propre poids.

Fig. 10  Détail du panneau supérieur de la caisse

Fig. 10  Détail du panneau supérieur de la caisse

A gauche : la caisse est ouverte et le panneau interne est visible. Il est plus long et fixé au profil acier. A droite : la caisse est fermée, les panneaux s’emboîtent.

© HECR Arc, A. Vecten

25La barre d’acier profilée opposée aux charnières est mobile et vient s’emboiter sur le reste de la structure afin de fermer la caisse. La partie mobile est aussi munie d’un rabat latéral, la caisse étant moins haute d’un côté pour faciliter son chargement.

26La caisse a été conçue pour pouvoir être sanglée sans dommages à la palette, grâce à la structure en profilé acier très solide, ce qui a influencé ses dimensions. D’autre part, le fond de la caisse n’est pas assez solide pour supporter le poids de son contenu lors d’un transport à la main, ce qui impose de toujours laisser la caisse fixée à la palette. Enfin, les sangles de fixation ont comme fonction de tenir le rabat de la caisse complètement fermé.

  • 18  MARCON, P. et SNUTCH, D., Note de l’ICC. 1/4, La fabrication d’une caisse de carton ondulé triple (...)

27Sur la structure sont montés des panneaux de polypropylène cannelé, matériau choisi prioritairement au carton pour deux raisons : ce matériau est résistant à l’eau et sa résistance est bonne, au contraire du carton qui devrait être enduit de vernis18, ce qui rajouterai du temps de mise en œuvre et un matériau susceptible d’interférences avec les matériaux constitutifs de l’horloge. Les parois sont toutes constituées de deux panneaux superposés dont les cannelures sont placées perpendiculairement afin d’en augmenter la résistance. La structure démontable a pour avantage supplémentaire de permettre le remplacement des panneaux si l’un d’eux venait à être endommagé. Pour cette éventualité, un livret accompagnant la caisse a été réalisé ; il contient les dimensions de tous les éléments de la caisse, calages compris.

  • 19  ILLES, V., Guide de manipulation des collections. Paris, Somology, 2004.

28La mousse de polyuréthane, normalement utilisée pour des caisses de transport utilisé sur un temps court, se dégrade rapidement, ce qui entraine une modification des propriétés mécaniques lui permettant d’absorber les chocs19. Elle doit donc être systématiquement changée d’un transport à l’autre, surtout s’ils sont espacés dans le temps. Du fait de ce problème de dégradation et du choix de réaliser une caisse servant aussi de conditionnement de stockage à moyen voire long terme, une alternative à ce matériau a dû être trouvée. Des recherches dans ce sens nous ont amené à tester des coussins d’air faits de films de polyéthylène ou de polypropylène utilisés couramment dans le commerce pour l’envoi d’objet électroniques fragiles. Leur efficacité quant à leur capacité d’absorption des chocs a été évaluée au moyen des tests de vibrations et de chocs, et s’est révélé bien plus basse que celle de la mousse de polyuréthane. De plus, dans le cas d’un mauvais calage, le coussin d’air fera rebondir l’objet, augmentant ainsi les vibrations et les risques d’altérations par rapport à la mousse. De ce fait, le choix s’est finalement orienté vers l’usage de mousse d’éther de polyuréthane, dont l’efficacité est prouvée pour l’absorption de chocs, en gardant en mémoire la contrainte de son renouvellement régulier.

Conclusion

29L’objectif principal de ce travail était d’adapter les recommandations issues de la littérature en matière de conditionnement, de stockage et de transport au cas des horloges, et en particulier d’une horloge à pression constante. Pour cela, la réalisation de tests de compatibilité a permis de sélectionner les matériaux les mieux adaptés au conditionnement de l’horloge Leroy. Différents types de conditionnements ont été étudiés et combinés pour arriver à ce résultat. La volonté d’éviter la dissociation des éléments a constitué un des critères de choix décisifs. Au terme de nos observations, il s’est révélé impossible de conditionner tous les éléments ensembles pour la mise en réserve du fait de leur taille et de leur poids, deuxième facteur clef ayant amené à la réalisation d’une caisse de transport qui évite la séparation des éléments de plus petite dimension.

30Les conditionnements proposés constituent une application des règles en matière de conservation préventive pour un type d’objet scientifique peu commun, la spécificité de l’horloge Leroy résidant dans la nécessité pour orienter nos décisions d’en comprendre le mécanisme complexe parallèlement à l’évaluation de son état matériel. Nous avons pu sur cette base développer un modèle de caisse servant à la fois au transport et au stockage de cet objet, qui peut être étendu à d’autres horloges à pression constante, voire à d’autres types d’horloges.

Haut de page

Bibliographie

BARCLAY, R., et al., Support pour objets de musées : de la conception à la fabrication, Ottawa, Institut canadien de conservation, 1998.

CASTAGNA, T., « La Saga L. Leroy », dans La cote des montres  [En ligne], mis en ligne en 2011, consulté le 21 mai 2013. http://www.lacotedesmontres.com/actu/Les-Grandes-Heures-Scientifiques-de-L-Leroy-Les-Sept-Regulateurs-a-Tourbillon-de-la-ligne-Osmior-No_8422.htm

DEFOSSEZ, L., Théorie générale de l’horlogerie. Tome II, La Chaux-de-Fonds, Chambre Suisse de l’horlogerie, 1952.

ILLES, V., Guide de manipulation des collections. Paris, Somology, 2004.

LOGAN, J., Note de l’ICC. 9/2, La mise en réserve des métaux. Ottawa, Institut canadien de conservation, 2007.

MARCON, P., « Forces physiques », dans Institut canadien de conservation [En ligne], mis en ligne en 2011, consulté le 12 juin 2013. http://www.cci-icc.gc.ca/caringfor-prendresoindes/articles/10agents/chap01-fra.aspx

MARCON, P. et SNUTCH, D., Note de l’ICC. 1/4, La fabrication d’une caisse de carton ondulé triple cannelure. Ottawa, Institut canadien de conservation, 1997.

MARTIN, D. et WINSOR, P. « Mercury in collection », dans Don’t Panic : Dealing with hazardous materials in collection, Care of collections and metals groups conference. Birmingham Museums & Art Gallery, 21st – 22nd November 2006, Londres, Institute of conservation, 2006, p.7-12.

MCGREW, A., « Lightweight recyclable hybrid container » dans Paccin. [En ligne], mis en ligne le 30 mai 2010, consulté le 12 juin 2013. http://www.paccin.org/content.php?129-Light-weight-recyclable-hybrid-crate

PAINE, C. (ed.), Standards in the museums. 4, Care of larger & Working objects. Londres, Museums, Libraries & Archives Council, 1994.

SCHLICHTING, C., Bulletin technique. N°14, Travail de la mousse de polyéthylène et des feuilles de plastique cannelées. Ottawa, Institut canadien de conservation, 1994.

TETREAULT, J., « Matériaux de construction, matériaux de destruction », dans La conservation préventive. Actes du 3e colloque de l’ARAAFU, Paris 8-10 octobre 1992, Paris, ARAAFU, 1992, p.163-175.

TETREAULT, J., Bulletin technique. N°21, Revêtement pour l’exposition et la mise en réserve dans les musées. Ottawa, Institut canadien de conservation, 1999.

TETREAULT, J., « Matériaux d’expositions : les bons, les mauvais et les autres… », dans Institut canadien de conservation [En ligne], mis en ligne le 1er avril 1994, consulté le 21 mai 2013. http://www.cci-icc.gc.ca/cci-icc/about-apropos/action/83-fra.aspx

TRUEB, L., L’observatoire de Neuchâtel. Son histoire de 1858 à 2007. La Chaux-de-Fonds, Editions Institut l’Homme et le temps, 2012.

Haut de page

Notes

1  CASTAGNA, T., « La Saga L. Leroy », dans La cote des montres  [En ligne], mis en ligne en 2011, consulté le 21 mai 2013. http://www.lacotedesmontres.com/actu/Les-Grandes-Heures-Scientifiques-de-L-Leroy-Les-Sept-Regulateurs-a-Tourbillon-de-la-ligne-Osmior-No_8422.htm

2  TRUEB, L., L’observatoire de Neuchâtel. Son histoire de 1858 à 2007. La Chaux-de-Fonds, Editions Institut l’Homme et le temps, 2012.

3  DEFOSSEZ, L., Théorie générale de l’horlogerie. Tome II, La Chaux-de-Fonds, Chambre Suisse de l’horlogerie, 1952.

4 BARCLAY, R., et al., Support pour objets de musées : de la conception à la fabrication, Ottawa, Institut canadien de conservation, 1998.

5  ILLES, V., Guide de manipulation des collections. Paris, Somology, 2004.

6  LOGAN, J., Note de l’ICC. 9/2, La mise en réserve des métaux. Ottawa, Institut canadien de conservation, 2007.

7  TETREAULT, J., « Matériaux de construction, matériaux de destruction », dans La conservation préventive. Actes du 3e colloque de l’ARAAFU, Paris 8-10 octobre 1992, Paris, ARAAFU, 1992, p.163-175.

8  MARTIN, D. et WINSOR, P. « Mercury in collection », dans Don’t Panic : Dealing with hazardous materials in collection, Care of collections and metals groups conference. Birmingham Museums & Art Gallery, 21st – 22nd November 2006, Londres, Institute of conservation, 2006, p.7-12.

9  PAINE, C. (ed.), Standards in the museums. 4, Care of larger & Working objects. Londres, Museums, Libraries & Archives Council, 1994

10  TETREAULT, J., Bulletin technique. N°21, Revêtement pour l’exposition et la mise en réserve dans les musées. Ottawa, Institut canadien de conservation, 1999.

11  TETREAULT, J., « Matériaux d’expositions : les bons, les mauvais et les autres… », dans Institut canadien de conservation [En ligne], mis en ligne le 1er avril 1994, consulté le 21 mai 2013. http://www.cci-icc.gc.ca/cci-icc/about-apropos/action/83-fra.aspx

12  SCHLICHTING, C., Bulletin technique. N°14, Travail de la mousse de polyéthylène et des feuilles de plastique cannelées. Ottawa, Institut canadien de conservation, 1994.

13  ILLES, V., Guide de manipulation des collections. Paris, Somology, 2004.

14  MARCON, P., « Forces physiques », dans Institut canadien de conservation [En ligne], mis en ligne en 2011, consulté le 12 juin 2013. http://www.cci-icc.gc.ca/caringfor-prendresoindes/articles/10agents/chap01-fra.aspx

15  MARCON, P. et SNUTCH, D., Note de l’ICC. 1/4, La fabrication d’une caisse de carton ondulé triple cannelure. Ottawa, Institut canadien de conservation, 1997.

16  MCGREW, A., « Lightweight recyclable hybrid container » dans Paccin. [En ligne], mis en ligne le 30 mai 2010, consulté le 12 juin 2013. http://www.paccin.org/content.php?129-Light-weight-recyclable-hybrid-crate

17  MARCON, P. et SNUTCH, D., Note de l’ICC. 1/4, La fabrication d’une caisse de carton ondulé triple cannelure. Ottawa, Institut canadien de conservation, 1997.

18  MARCON, P. et SNUTCH, D., Note de l’ICC. 1/4, La fabrication d’une caisse de carton ondulé triple cannelure. Ottawa, Institut canadien de conservation, 1997.

19  ILLES, V., Guide de manipulation des collections. Paris, Somology, 2004.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1 Horloge Leroy montée
Légende Horloge Leroy fixée au mur de la salle des horloges fondamentales du pavillon Hirsch. Les piles servent à son alimentation électrique.
Crédits © AMSTN, P.-R. Beljean
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 2 Photographies du mouvement, vu de face, de dos et de dessus
Légende Au dos sont visibles les deux bobines constituant l’électroaimant. La vue de dessus permet de voir les pièces du mécanisme, placées entre les deux platines.
Crédits © HECR Arc, A. Vecten
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 3  Plan du plateau du mouvement de l’horloge
Légende Exemple de plan à l’échelle, réalisé pour la fabrication des conditionnements.
Crédits © HECR Arc, A. Vecten
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4083/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 4 Conditionnement du mouvement
Légende Le mouvement de l’horloge Leroy placé dans son conditionnement, attaché sur le plateau.
Crédits © HECR Arc, A. Vecten
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4083/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 5  Baromètre dans son conditionnement, sans et avec couvercle
Légende Conditionnement permettant le stockage du baromètre à la verticale et à l’horizontal. Le conditionnement n’est pas prévu pour être employé sans couvercle, cette photographie montre le positionnement des blocs d’Ethafoam® entre l’objet et le couvercle.
Crédits © HECR Arc, A. Vecten
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4083/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Fig. 6  Schéma de positionnement des mousses de calage autour des boîtes des conditionnements
Légende En haut : positionnement des blocs de mousse pour le modèle de boîte du mouvement et de la cloche. En bas : positionnement des blocs de mousse pour le modèle de la boîte du pendule et du baromètre.
Crédits © HECR Arc, A. Vecten
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4083/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 7  Conditionnement - Vue de détail
Légende Détail des cloisons de carton ondulé montées en croisillons afin de combler un espace.
Crédits © HECR Arc, A. Vecten
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4083/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 8  Schéma vu de dessus du positionnement de la colonne et de l’anneau sur la palette
Légende La colonne et l’anneau sont calés dans de la mousse de polyéthylène. Une partie de la base de l’anneau, encapsulée dans de l’Ethafoam®, dispose d’une place sous la colonne.
Crédits © HECR Arc, A. Vecten
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4083/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 9 Caisse de transport
Légende Schéma et photographie de la caisse de transport.
Crédits © HECR Arc, A. Vecten
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4083/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 10  Détail du panneau supérieur de la caisse
Légende A gauche : la caisse est ouverte et le panneau interne est visible. Il est plus long et fixé au profil acier. A droite : la caisse est fermée, les panneaux s’emboîtent.
Crédits © HECR Arc, A. Vecten
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4083/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Vecten, « Conditionnement d'une horloge de haute précision Leroy pour son transport et sa mise en réserve », CeROArt [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 02 avril 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ceroart.revues.org/4083

Haut de page

Auteur

Anaïs Vecten

Anaïs Vecten est diplômée en 2013 d’un Bachelor of arts HES-SO en conservation et actuellement en formation en Master de conservation-restauration en orientation objets scientifiques, techniques, et horlogers à la Haute école ARC située à Neuchâtel en Suisse.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org