Navigation – Plan du site
Dossier

De la fouille à la vitrine : le statut de la céramique archéologique dans le cadre muséal 

 La conservation-restauration d'un dépôt privé d'antiquités chypriotes au Musée royal de Mariemont, Morlanwelz, Belgique.  
Laureline Steinier

Résumés

Examinant les choix de conservation-restauration pour la céramique archéologique dans le cadre muséal, l'auteur tente de déterminer les liens entre l’attribution d’un statut et le niveau de réintégration proposé. L’étude et le traitement d’un dépôt chypriote auront pour but de faire valoir la reconnaissance de leurs valeurs plutôt que de déterminer le statut, favorisant leur compréhension et leur communication au public.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 Depuis son apparition, la conservation-restauration concerne les arts dits majeurs ; la peinture et la sculpture, ainsi que l’architecture. Ceux-ci ont longtemps constitué l’ensemble des objets du patrimoine culturel, il est donc normal qu’ils aient fait l’objet des premières théorisations dans ce domaine. L’élargissement de la notion du patrimoine nous enjoint à appliquer les théories destinées aux œuvres d’art à des objets « non-artistiques », poussant à leur catégorisation selon un statut particulier. L’attribution du statut d’œuvre d’art ou de matériel archéologique influence la finalité des traitements de conservation-restauration en faisant le choix d’une dimension de l’objet par rapport à l’autre : la dimension esthétique, ou la dimension historique.

  • 1  Steinier, Laureline,   La conservation, restauration de la collection Nicolas Sévéris en dépôt au (...)

2 À travers l’étude et les propositions de traitement d’une collection privée de céramiques chypriotes déposées au Musée royal de Mariemont1, cet article tente de faire le point sur une réflexion actuelle en conservation-restauration, mais aussi en matière d’expérience muséale.

Le dépôt chypriote

  • 2  Renault, Monique, Muséologie, Bruxelles : PUB, 2006-2007, p. 16.  Le dépôt est une opération à lon (...)
  • 3  Tatton-Brown, Veronica (éd.), Cyprus in the 19th Century AD: Fact, Fancy and Fiction, Papers of th (...)
  • 4  Karageorghis, Vassos, Ancient Cypriot Art in the Leto and Costakis Severis Collection, Nicosie : T (...)
  • 5  Ibid., une autre partie de la collection est actuellement conservée et exposée au Musée Leventeion (...)

3 L’histoire du dépôt2 chypriote remonte au début du XXe siècle. Trois générations de collectionneurs de la haute société de l’île ont participé à son développement dans le contexte politique particulier de Chypre, sous protectorat britannique et convoitée par les Turcs3. Le rôle d’une collection y est de renforcer l’identité nationale et culturelle ainsi que de légitimer le statut social du collectionneur. Au-delà du phénomène identitaire et héréditaire, la collection suit une logique chronologique et typologique tendant à représenter l’ensemble du patrimoine mobilier préhistorique et historique4 insulaire. Seule une partie de l’ensemble original est conservé au Musée royal de Mariemont depuis 19795.

4 La collection déposée à Mariemont se compose approximativement de 300 artefacts, dont 236 céramiques, une dizaine d’unguentaria en verre, quelques sculptures en pierre calcaire, plusieurs dizaines de monnaies romaines, deux cloches en cuivre, et quelque lames et pointes  en bronze. Quelques-uns de ces objets se trouvent dans les vitrines d’expositions permanentes. Le projet de nouvelle scénographie des salles méditerranéennes réserve une plus grande place aux divers objets de la collection. Dans ce cadre, une étude matérielle de la collection et la détermination de son statut semblaient indispensables à la mise en place des propositions de traitements et du choix du niveau d’intervention et de réintégration adéquat.

Le Musée royal de Mariemont

5 Le Musée royal de Mariemont doit son existence à Raoul Warocqué (1870-1917). Grand collectionneur issu d’une famille d’industriels, il fait don à sa mort de ses collections et de l’entièreté du Domaine de Mariemont à l’État belge. Le château devient un musée et ouvre ses portes au public en 1920

Fig. 1 Le Musée royal de Mariemont

Fig. 1 Le Musée royal de Mariemont

Haut. Le château familial vers 1909-1910. Bas. Le musée construit par Roger Bastin dans les années 1960.

© Laureline Steinier

6Les collections ont continué à se développer suivant un programme encore fidèle au noyau légué par Raoul Warocqué.

7 La muséographie actuelle divise les collections en deux grands départements : les collections régionales et les collections dites des grandes civilisations. Le premier département est situé au sous-sol et reprend les collections archéologiques, les collections historiques, les collections de l’industrie de la céramique européenne, et enfin la céramique contemporaine

8Le second département situé au premier étage, reprend  les collections d’antiquités grecque et romaine, l’Égypte et enfin les collections du Proche et de l’Extrême-Orient

Fig. 2 Collections du Musée royal de Mariemont

Fig. 2 Collections du Musée royal de Mariemont

a) Archéologie régionale, b) Histoire régionale, c) Antiquité grecque et romaine, d) Extrême-Orient.

© Laureline Steinier

  • 6 The 15th Triennial Conference ICOM-CC, held from 22 to 26 September 2008 in New Delhi, India, consu (...)
  • 7  Ibid.

9 L’attribution d’un statut aux céramiques des collections du Musée royal de Mariemont suit différentes logiques. On remarquera que le choix du statut influence les choix de niveau de réintégration. Les traitements d’une céramique considérée comme du matériel archéologique se limiteront à de la conservation préventive et/ou curative6. L’accent est mis sur la stabilisation et la conservation de l’état matériel. L’œuvre d’art bénéficiera d’un niveau de traitement de l’ordre de la restauration7. La finalité de la restauration ne se limite pas à la stabilisation de la matière, mais aussi à la mise en avant de la dimension esthétique de l’objet. Le niveau de réintégration est donc plus élevé. Les éléments manquants seront reconstitués si possible et les décors seront restitués de façon discernable, ou relativement perceptible.

10 Outre la muséographie qui différencie les collections « archéologiques » de celles des « grandes civilisations », l’origine géographique des artefacts semble déterminante : un objet issu d’un contexte proche sera plus facilement considéré comme archéologique.

Fig. 3 Eléments de collection d’archéologie régionale

Fig. 3 Eléments de collection d’archéologie régionale

a) Pot-tonnelet « terra nigra » (H. 20,5cm; D. 14,1cm), Mesvin (be), Ie siècle AD et b) Céramique métallescente (H. 15,2cm; D. 12,5cm), Liberchies (be), IIIe siècle AD. Après traitement.

© Musée royal de Mariemont

11À l’inverse, la distance et la notion d’exotisme qui peuvent lui être liées tendront à l’attribution du statut d’œuvre d’art.

Fig. 4 Elément de collection proche-orientale

Fig. 4 Elément de collection proche-orientale

Faïence à couverte stannifère (H. 6,3cm; D. 14,5cm), Raghès (Iran), XIIe-XIIIe siècle. a) Avant reconstitution, b) Après réintégration.

© Musée royal de Mariemont.

12Dans la même logique, la proximité chronologique nous empêche de considérer l’état lacunaire d’un objet alors que nous sommes invités à l’accepter pour un artefact très ancien. L’élément d’un service en faïence fine ou en porcelaine du 18e sièclesera plus aisément restauré, alors que les manques et lacunes d’un vase mérovingien ne seront pas forcément réintégrés. À cela, nous pouvons ajouter la place de l’objet au sein des collections du musée : s’agit-il d’un objet unique, d’une collection unique ? Ces objets répondent-ils à une logique d’ensemble ? Hormis ces facteurs, la popularité médiatique ou la reconnaissance scientifique des artefacts influence aussi ce mécanisme de catégorisation. Un dernier facteur d’importance doit-être ajouté à cette liste : le statut que le conservateur accorde à sa collection et l’idée qu’il s’en fait selon son éducation, sa culture. Il redirigera l’objet ou la collection selon l’axe d’exposition qu’il voudra développer ; historique, esthétique, technologique, thématique, etc. Les niveaux de réintégrations atteints lors de la conservation-restauration peuvent varier selon ces facteurs.   

L’étude du dépôt chypriote de Mariemont

L’état matériel des céramiques du dépôt

13 Le travail préliminaire de constat d’état de conservation de la collection nous a permis de mettre en avant les problématiques pratiques liées à l’ensemble et de définir les limites et le degré d’urgence dans lequel nous devrions intervenir à l’avenir. Les informations sont consignées dans un catalogue reprenant la fiche d’identité de chacun des objets, les différentes altérations selon qu’elles soient superficielles ou structurelles, naturelles, accidentelles ou volontaires... La présence et l’état d’anciennes interventions de restauration y sont également répertoriés. Celles-ci nous indiquent la valeur accordée aux objets par les collectionneurs avant leur entrée au Musée. La fiche se conclut par une proposition de traitement succincte.

14 Des 236 céramiques observées, il est apparu que 6 seulement sont intactes, 83 ont été restaurées, 129 présentent une relative instabilité ; fissures, craquelures, problèmes de cohésion superficielle et structurelle, vieillissement des matériaux de restauration, concrétions et dépôts blanchâtres, enfin 10 d’entre elles avaient été restaurées au moyen de fragments intrus.

Le statut des céramiques chypriotes à Mariemont

15  Le travail d’étude et de conservation-restauration de l’ensemble chypriote avait pour but de déterminer son état de conservation, mais aussi son statut en vue de choisir le niveau de réintégration le plus approprié dans le cadre muséal. Cette réflexion préalable devra en faciliter la prise en charge à l’avenir, par les étudiants de l’atelier de conservation-restauration de l’ENSAV-La Cambre.

  • 8  Bouyer, Eve, La problématique de la restauration perceptible en céramique. Réflexions sur les appr (...)

16Matériel d’étude ou œuvre d’art, toutes les céramiques archéologiques ont pour point commun un passé relativement long d’enfouissement, ou de soustraction à la vue, volontaire ou involontaire. Le contexte de la découverte influence fortement la reconnaissance des artefacts dans un statut plutôt qu’un autre, et mène à des choix de conservation-restauration très différents. Les céramiques archéologiques définies comme « œuvres d’art » ont généralement été pillées, échappant au processus d’étude scientifique et méthodologique. Elles acquièrent très rapidement une valeur marchande. Bien que décontextualisées, on peut les rapprocher de corpus d’objets étudiés et bien documentés, datés chronologiquement et situés géographiquement. La valeur marchande des « œuvres d’art » et la nécessité de les faire passer pour intactes, ont amené les traitements de conservation à un niveau très élevé d’illusionnisme dans la restauration, poussant jusqu’à la fraude si nécessaire. Aujourd’hui, nous pouvons dire des réintégrations qu’elles sont relativement « perceptibles »8. Le statut archéologique, quant à lui, est attribué au matériel de fouille étudié dans le cadre scientifique d’une recherche méthodique. Les traitements auront pour but la stabilisation, la manipulation par l’archéologue, ou encore le céramologue. Ces céramiques ne sont que très rarement restaurées à proprement parlé ; les traitements se limitant le plus souvent au cadre de la conservation préventive et/ou curative, le moins interventionniste possible. Si le traitement curatif pousse jusqu’à la reconstitution pour des raisons de stabilité, celle-ci sera volontairement très visible. On regroupe très souvent ces interventions sous l’appellation de "restauration archéologique". Cette même différence se manifeste dans le cadre muséal. Les niveaux de réintégration sont déterminés en fonction du statut attribué.

  • 9   Muñoz Viñas, Salvador, Contemporary Theory of Conservation, Oxford : Butterworth-Heinemann, 200 (...)
  • 10  Verbeeck-Boutin, Muriel, « De l’axiologie : pour une théorie des valeurs appliquée en conservation (...)

17 Les artefacts muséaux devaient avoir des statuts relatifs à leur fonction dans leur contexte original. Nous-mêmes, récepteurs de ces objets, leur attribuons un statut relatif à l’image que nous nous faisons d’eux dans leur contexte original.  Une fois dans la vitrine, les objets sont esthétisés, exposés sous leur meilleur profil et sous le meilleur éclairage. La logique statutaire (œuvre d’art/archéologique) peut rapidement mener à la confusion des valeurs des objets du patrimoine, et donc à des choix de conservation-restauration qui se révèlent parfois difficilement réversibles. La démarche défendue par Alois Riegl au début du XXe siècle défend la pluralité des valeurs monumentales. Dans la continuité des théories de Riegl, des  théoriciens et conservateurs-restaurateur contemporains tels que Salvador Muñoz-Viñas9 ou Muriel Verbeeck10 développent la réflexion autour des artefacts du patrimoine.      

  • 11  Tsingarida, Athéna, communication personnelle.

18 Les valeurs des céramiques chypriotes peuvent être déterminées selon deux critères ; les valeurs « a priori » et les valeurs « a posteriori », se définissant autour du moment de découverte des objets. La valeur utilitaire (primaire et secondaire) et la valeur archéologique sont les valeurs « a priori ». Elles se reconnaissent par les traces d’usage11 ainsi que par les altérations caractéristiques de l’enfouissement. Les valeurs « a posteriori » sont celles acquises depuis le moment de leur découverte jusqu’à ce qu’ils  nous parviennent. Une fois découvertes, les céramiques chypriotes acquièrent les valeurs historiques, culturelles, technologiques, esthétiques ou encore décoratives. Elles deviennent les témoins d’activités humaines passées.

  • 12  Communication personnelle du responsable de la collection au Musée royal de Mariemont, Dr. Arnaud (...)

19 La valeur muséale regroupe l’ensemble des valeurs "a priori" et "a posteriori", ainsi que les valeurs d’exposition et de conservation. La valeur muséale est relative au programme du musée et à la place de l’objet ou de la collection au sein de l’ensemble de ses collections. Si le Musée royal de Mariemont n’a pas choisi d’acquérir la collection à proprement parler, ce dépôt représentait une belle occasion d’élargir ses collections12. Cela en fait un ensemble unique, et une occasion de mettre en avant la place de Chypre dans l’histoire des civilisations méditerranéennes. Quant à la valeur d’unicité de la collection, elle est à considérer selon les raisons de sa constitution et de son statut légal. D’une part, la collection est une histoire de famille et d’identité nationale. D’autre part, il n’y a pas de transfert de propriété dans le cas du dépôt. À la clôture du contrat entre le collectionneur et le Musée, la collection devra être restituée à son propriétaire.

20 Dans cette démarche, le retour à l’intégrité de l’objet n’est plus uniquement physique et historique. Il concerne l’intégralité de ses valeurs. La proposition n’a pas pour but de réintégrer la fonction, perdue dès lors que l’objet devient patrimoine, mais d’en faire une valeur. Cette « valeur fonctionnelle » rappelle à la matière et à sa nature altérable. On rattache plus facilement l’objet à son contexte original, même au travers d’une vitrine. Une « valeur décorative » peut être reconnue aussi. Elle est proposée comme alternative à la valeur « esthétique ». La valeur décorative permet d’aborder plus objectivement les caractéristiques formelles et les décors quant à leur importance dans le processus de fabrication et d’utilisation de l’artefact dans son contexte original et dans ses divers contextes de réceptions ultérieurs, muséaux par exemple.

  • 13  Benjamin, Walter, L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, trad. de l’allemand p (...)

21 Cette proposition a pour objectif de transmettre les artefacts du patrimoine d’une manière plus objective, plus réaliste et d’éviter la sacralisation abusive des objets de vitrine que l’on réduit très souvent à l’image qu’ils représentent13. Les publics pourront les expérimenter au travers de thématiques variées et pourront apprendre à apprécier toutes les valeurs de ces objets et à comprendre les choix de conservation qu’ils observent.         

Proposition de traitements et choix du niveau de réintégration

  • 14  Halsberghe, Lieve, La conservation-restauration de céramiques contaminées par les sels solubles. N (...)
  • 15  Cette décision de conserver le col intrus sur le corps de la petite amphore nous permet de rendre (...)

22 Trois céramiques de la collection ont bénéficié de nouveaux traitements à l’atelier de conservation-restauration de l’ENSAV-La Cambre dans un intervalle de dix ans. Le premier objet est une petite amphore de type mycénien. Visiblement attaquée par des sels solubles, il ne restait que de rares traces du décor. Le traitement de dessalement effectué en urgence en 2001 avait pour but de stabiliser l’objet et de le replacer dans les réserves14. Le niveau d’intervention sur cet objet considéré comme archéologique s’est arrêté au niveau de la conservation curative. Le col intrus découvert et identifié lors du démontage a été conservé sur l’objet au moyen d’une tige en plexiglas.15

Fig. 5 Petite amphore de type mycénien

Fig. 5 Petite amphore de type mycénien

NS80 (H.12,3cm; D. 0,98cm). a) Avant les traitements de conservation curative, b) Après traitement.

© Lieve Halsberghe, Musée royal de Mariemont

23Dix années plus tard et sous la responsabilité d’un nouveau conservateur, et dans l’optique de l’exposition, deux autres objets de la collection on fait l’objet de nouveaux traitements. Le vieillissement des anciens matériaux de restauration mettait sérieusement en péril la conservation à long terme de ces deux céramiques chypro-géométriques, dont le décor de cercles concentriques est très bien conservé. Cette fois-ci considérées comme des œuvres d’art à exposer, et parce que leur état de conservation nous y invitait, la restauration est amenée à un niveau élevé de réintégration, mais toutefois discernable.

Fig. 6 Plat chypro-géométrique II

Fig. 6 Plat chypro-géométrique II

LS244 (H. 5cm; D. 37cm). a) et b) Avant intervention, c) et d) Après intervention.

© Marie Herman

24 La collection en tant qu’unique objet n’a pas été considérée lors de ces deux séries de traitements, ce qui a eu pour conséquence des résultats extrêmement différents. Si la collection n’est pas exposée dans sa totalité, son statut légal et sa valeur privée nous invitent pourtant à porter un regard global sur la finalité des traitements. Huit céramiques présentant la quasi-totalité de l’éventail des problématiques observées pendant le constat ont été sélectionnées et traitées durant l’année 2012-2013. Une petite sélection de ces objets est présentée dans cet article.  

  • 16  Le collage est réalisé au moyen d’une solution à 50% de Paraloïd B72 dans l’acétone.
  • 17  Le matériau choisi est un mélange prêt à l’emploi : le modostuc, additionné de pigments secs.

25 La faïence médiévale NS123 présentait de sérieux problèmes provoqués tant par une cuisson inadaptée que par la présence d’un adhésif inadapté causant une grande fragilité et une perte irréversible de la glaçure superficielle. De plus, le vieillissement des matériaux de restauration provoquait une mauvaise appréciation de l’objet. La dérestauration fut suivie d’un nettoyage, d’une consolidation de l’ensemble des fragments et d’un nouveau collage16. Les lignes de cassures ont été comblées au moyen d’un composé cellulosique chargé17, teinté à la couleur de la pâte. Le comblement protège le nouveau collage de l’encrassement et allège la perception de cet objet altéré.

Fig. 7 Coupe médiévale

Fig. 7 Coupe médiévale

NS123 (H. 10,4cm; D. 14,5cm). a) Avant traitement, b) Après collage et consolidation, c) Après intervention.

© Yvan Guerdon, Laureline Steinier

26La réintégration s’arrête à ce niveau, considérant l’étendue de la perte de matière originale et la compréhension acceptable de l’objet.

  • 18  L’infiltration des fissures est réalisée au moyen de Paraloid B72à différentes concentrations (de (...)

27 Les fissures mobiles sur le fond de la gourde chypro-archaïque bichrome NS45 ont été infiltrées,18 mais pas comblées.

Fig. 8 Gourde chypro-géométrique III

Fig. 8 Gourde chypro-géométrique III

NS45 (H. 14cm; D. 8cm). Détail après infiltration de la résine de collage dans les fissures situées sur le fond de la gourde.

© Laureline Steinier

  • 19  Le comblement est réalisé à base d’une solution à 30% de Paraloïd B72 dans l’acétone chargée de pi (...)

28La position de ces fissures représente une moindre gêne visuelle et un moindre risque d’affaiblissement du collage par encrassement. Les cassures et fissures ont été comblées sur la tasse chypro-géométrique LS1258 représentait un réel danger d’instabilité pour l’objet. Le comblement au moyen d’une résine acrylique thermoplastique chargée et teintée19 amortit les tensions causées par la longue fissure résiduelle de l’ancien collage. En outre, ce comblement atténue l’effet visuel néfaste des décalages sans les effacer absolument

Fig. 9 Tasse chypro-géométrique I

Fig. 9 Tasse chypro-géométrique I

LS1258 (H. 9cm; D. 13,5cm). Détail après l’infiltration du mélange de résine et de pigments dans les fissures et cassures.

© Laureline Steinier

  • 20  La reconstitution était réalisée en plâtre fin blanc.

29 Enfin, le plat LS1031 a bénéficié d’une dérestauration partielle. La reconstitution20 du col supportait une retouche allant jusqu’à la réintégration du décor. Devenue très pulvérulente, la retouche est dé-restaurée, ainsi que le collage, ce qui a permis d’adapter la reconstitution et d’y apposer une couche du composé cellulosique teinté à la couleur de la pâte. Étant donné l’étendue de l’altération de la matière originale, le décor n’a pas été réintégré

Fig. 10 Bol du Bronze-Moyen II-III

Fig. 10 Bol du Bronze-Moyen II-III

LS31 (H. 9,5cm; D. 36cm). a) et b) Avant intervention, c) En cours de reconstitution, d) Après traitement.

©Yvan Guerdon, Laureline Steinier

30La décision de ne pas réintégrer le décor fait actuellement référence au résultat du constat d’état de l’ensemble de la collection ainsi qu’à sa valeur d’unicité. Ce choix pourra être réévalué vers une réintégration plus poussée si les résultats des prochaines séries de traitements nous y encouragent.

31 Le travail sur la collection nous a amené à porter un jugement sur le travail de nos collègues et à reconsidérer le résultat obtenu. Ainsi, devrions-nous revoir le niveau de réintégration des motifs sur LS244 et NS52. Sans pour autant revenir au comblement couleur pâte qui apparaît comme une rupture, contrairement à l’effet obtenu sur la faïence NS123, un allégement de la retouche des lignes de cassures nous permettrait de considérer la valeur décorative et la valeur matérielle de ces artefacts, ainsi que la valeur privée de la collection

32Ne suivant pas de règles absolues, les conservateurs-restaurateurs se posent la question du bon niveau de réintégration à pratiquer sur les céramiques, et celle des choix adéquats de retouches.

33 Si la conservation statutaire invite en principe à l’homogénéité des résultats, elle peut mener rapidement à la confusion des valeurs. Notre rôle aujourd’hui, en tant qu’intervenant actif dans le processus décisionnel est de rappeler les limites, mais aussi les possibilités physiques et éthiques d’un traitement. Nos décisions devraient permettre aux artefacts de dévoiler leur particularité historico-culturelle dans le parcours muséal, et au travers de différentes thématiques, sans pour autant devoir réévaluer les choix de réintégration.

Fig. 11 Le plat  LS244

Fig. 11 Le plat  LS244

Haut. Après traitement. Bas. Avant le travail de réintégration du décor.

© Marie Herman

Conclusion

34 Loin de vouloir systématiser les traitements de l’ensemble chypriote du Musée royal de Mariemont, notre démarche a pour but d’en faciliter la prise en charge pratique. Sans toutefois omettre la particularité de chacune d’entre elles. Il est évident que d’un point de vue historique et légal, l’unicité de l’ensemble est à respecter. Nous retrouvant dans le cadre muséal, nous avons aussi pour ambition de transmettre l’intégralité des valeurs qu’elles ont acquises avant de devenir objets de collection. Cette proposition vaut pour les céramiques du dépôt chypriote, mais nous souhaitons pouvoir l’élargir à l’ensemble des artefacts qui ne sont pas conçus comme des œuvres d’art et qui ne sont pas forcément issus de contextes archéologiques.

35 Il est bien évidemment difficile d’évacuer la logique statutaire (œuvre d’art/objet archéologique) dans les mécanismes de conservation et d’exposition muséale, mais une attitude la plus objective possible dans l’approche matérielle des objets, et des collections, permettra de minimiser le  besoin de dé-restaurer ou de revenir sur une proposition antérieure. Afin de sortir de la logique statutaire dans le cadre muséal, il nous faut nous accorder sur la dénomination de l’objet de la conservation-restauration. Les artefacts que nous conservons, restaurons et exposons sont tous des biens culturels, avant tout. Cette notion nous ramène à une base commune avant d’entamer l’investigation des valeurs des artefacts.

36 La spécificité de ces artefacts, autrefois usuels et fonctionnels, du patrimoine mobilier nécessite des réflexions et une méthodologie particulière concernant leur conservation-restauration et leur intégration dans le cadre muséal. La démarche aura aussi pour but d’inviter les visiteurs à se poser la question de la place des objets dans les sociétés passées et présentes, d’évaluer l’importance de les conserver et de maintenir les musées qui les abritent.

Fig. 12 Eléments du dépôt chypriote

Fig. 12 Eléments du dépôt chypriote

L’ensemble des huit objets traités dans le cadre du travail de mémoire de Master durant l’année 2012-2013.

© Laureline Steinier

Haut de page

Bibliographie

Ashley-Smith, Jonathan, « The Basis of Conservation Ethics », dans Bracker, Alison, Richmond, Alison (éd.), Conservation: Principles, Dilemmas and Uncomfortable Truths, Oxford : Butterworth-Heinemann, 2009, p. 6-24.

Benjamin, Walter, L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, trad. de l’allemand par Maurice de Gandillac, Paris : Éditions Allia, 2010.

Bentz, Martin, « Objet d’usage ou objet de prestige ? Les vases dans l’habitat », dans Verbanck-Pierard, Annie et Rouillard, Pierre (éd.), Le vase grec et ses destins, Munich : Biering & Bringmann, 2003, p. 45-48.

Berducou, Marie (éd.), La conservation en archéologie : Méthodes et pratiques de la conservation des vestiges archéologiques, Paris : Masson, 1990.

Berducou, Marie, « Pourquoi impliquer le public dans la conservation-restauration du patrimoine ? Est-ce important ? ‘Nous, du service des signes’ », dans La conservation à la fin du XXe siècle : Séances plénières de la 12e réunion triannuelle de l’ICOM-CC, Lyon, 1999, p. 17-20.   

Berducou, Marie, « La restauration : quels choix ? « Dérestauration », restauration-restitution », dans Techné, 13-14, 2001, p. 211-218.

Berducou, Marie, « Brandi, l’œuvre d’art et ‘tout le reste’ », dans Gesché-Koning, Nicole et Périer d’Ieteren, Catheline (éd.), Cesare Brandi (1906-1988) : Sa pensée et l’évolution des pratiques de restauration, Série spéciale des Annales d’Histoire de l’Art et l’Archéologie de l’ULB, cahiers d’études X, ULB, 2008, p. 37-54.

Bergeon-Langle, Ségolène, « Éthique et conservation-restauration : la valeur d’usage d’un bien culturel », dans La conservation : une science en évolution : Bilan et perspectives, Actes des 3ejournées internationales d’études de l’ARSAG, Paris, 1997, p. 16-22.

Bergeon-Langle, Ségolène, « Histoire de la restauration », dans Techné, 27-28, 2008, p. 7-10.

Bertholon, Régis, « Quelques réflexions sur la liberté des choix esthétiques dans la conservation-restauration des objets archéologiques », dans Conservation-restauration des biens culturels, XIe Journées des Restaurateurs en Archéologie, Cahier technique n°2, 1996, p. 49-52.

Bourgeois, Brigitte, La conservation des céramiques archéologiques. Étude comparée de trois sites chypriotes,  Lyon : Maison de l’Orient, 1987.

Bouyer, Ève, « Quelques pistes de réflexion sur la restauration perceptible des vases céramiques antiques », CeROArt [En ligne], Hors-série | 2010, mis en ligne le 17 novembre 2010, consulté le 09 mai 2012. URL : http://ceroart.revues.org/1618.

Brandi, Cesare, Théorie de la restauration, trad. de l’italien par Colette Déroche, Paris : Éditions du Patrimoine, 2007.

Clavir, Miriam, « Conservation and Cultural Significance », dans Bracker, Alison, Richmond, Alison (éd.), Conservation : Principles, Dilemmas and Uncomfortable Truths, Oxford: Butterworth-Heinemann, 2009, p. 139-149.

Denoyelle, Martine, Lissarrague, François, « Destins de vases », dans Verbanck-Pierard, Annie, Rouillard, Pierre (éd.), Le vase grec et ses destins, Munich : Biering & Bringmann, 2003, p. 215-225.

Donnay, Guy, Le Musée royal de Mariemont, Bruxelles : Cultura Nostra, 1987.

Driesmans, Dominique, « Les principes de Cesare Brandi appliqués à la conservation restauration de la  céramique et du verre : progression, évolution, révolution », dans Gesché-Koning, Nicole et Périer d’Ieteren, Catheline (éd.), Cesare Brandi (1906-1988) : Sa pensée et l’évolution des pratiques de restauration, Série spéciale des Annales d’Histoire de l’Art et l’Archéologie de l’ULB, cahiers d’études X, ULB, 2008, p. 109-117.

Drieux-Daguerre, Monique, « La ‘restauration archéologique’ existe-t-elle ? », dans Conservation-restauration des biens culturels,  XVIIIe et XIXe Journées des Restaurateurs en archéologie, Cahier technique n°14, 2002/2003, p. 76-78.

Edbury, Peter W., « Cyprus in the 19th century: perceptions and politics », dans Tatton-Brown, Veronica (éd.), Cyprus in the 19th Century AD: Fact, Fancy and Fiction, Papers of the 22nd British Museum Classical Colloquium, December 1998, Oxford : Oxbow Books, 2001, p. 13-20      

Giboteau, Yvonne et Jannet, Monique, « D’une collection à l’autre, pourquoi restaurer des céramiques archéologiques ? », dans Conservation-restauration des biens culturel : Pourquoi restaurer les céramiques ?, cahier technique n°11, 1998, p. 12-16.  

Gill, David, Cyprus and private collections, publié le 23 août 2008, consulté le 9 avril 2013, URL : http://lootingmatters.blogspot.be/2008/08/cyprus-and-private-collections.html,

Guillaume, Marc, « Conservation des choses, artificialisation du vivant », dans Conservation-restauration des biens culturels, IIIe et IVe Journées-débats organisées par le DESS de conservation préventive de l’Université de Paris I, Cahier technique n°6, 1999/2000, p. 11-17.

Guillemard, Denis, « L’embarras du choix ; assumer l’incomplétude en restauration de céramique », dans Conservation-restauration des biens culturel : Pourquoi restaurer les céramiques ?, Cahier technique n°11, 1998, p. 6-11.

Guillemard, Denis et Montigny, Dominique « Introduction : le charme discret du passé », dans Conservation-restauration des biens culturel : Pourquoi restaurer les céramiques ?, Cahier technique n°11, 1998, p. 3-5.

Hardy, Sam, Cypriot antiquities in Belgium: public and private collection, publié le 6 février 2011, consulté le 9 avril 2013, URL : http://human-rights-archaeology.blogspot.be/2011/02/cypriot-antiquities-in-belgium-public.html.

Karageorghis, Vassos, Ancient Cypriot Art in the Leto and Costakis Severis Collection, Nicosie : The Anastasios G. Leventis Foundation, 2010.

Laffineur, Robert et Vandenabeele, Frieda, « Corpus of Cypriot Antiquities : Cypriot Antiquities in Belgium » in Studies in Mediterranean Archaelogy, vol. XX : 13, Göteborg : Aström, 1990.  

Muñoz Viñas, Salvador, Contemporary Theory of Conservation, Oxford : Butterworth-Heinemann, 2005.

Narkiss, Irit, « ‘Is this real?’ Authenticity, conservation and visitor experience », dans Hermens, Erma et Fiske, Tina (éd.), Art, Conservation and Authenticities: Material, Concept, Context. Proceedings of the International Conference held at the Universityof Glasgow (12-14 September 2007), Londres : Archetype Publications, 2009, p. 237-245.

Païn, Silvia, « Quelques réflexions sur les choix esthétiques dans la restauration d’objets archéologiques », dans Conservation-restauration des biens culturels, XIe Journées des Restaurateurs en Archéologie, cahier technique n°2, 1996, p. 5-10.

Périer-d'Ieteren, Catheline, « Autour de Brandi, des oeuvres et des objets d'art », dans CeROArt [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 15 octobre 2007, consulté le 04 avril 2012. URL : http://ceroart.revues.org/180

Philippot, Paul, « Le problème des relations entre historiens d’art et restaurateurs », dans Pénétrer l’Art, Restaurer l’œuvre. Une vision humaniste : Hommage en forme de florilège, Courtrai : Groeninghe Eds, 1990, p. 505-507.

Poulot, Dominique, Musée et muséologie, Paris : Éditions la Découverte, 2009.

Pye, Elizabeth, « Archaeological Conservation: Scientific Practice or Social Process », dans Bracker, Alison et Richmond, Alison (éd.), Conservation: Principles, Dilemmas and Uncomfortable Truths, Oxford : Butterworth-Heinemann, 2009, p. 129-138.

Reginster, Françoise, « Restaurations anciennes ; les garder ou les faire disparaître ? », dans Conservation-restauration des biens culturel : Pourquoi restaurer les céramiques ?, Cahier technique n°11, 1998, p. 26-28.

Renault, Monique, Muséologie, Bruxelles : PUB, 2006-2007.

Sicard, Monique, “Comment le musée fait voir” dans Techné, 15, 2002, p. 56-64.

Tatton-Brown, Veronica (éd.), Cyprus in the 19th Century AD: Fact, Fancy and Fiction, Papers of the 22nd British Museum Classical Colloquium, December 1998, Oxford : Oxbow Books, 2001.

Tsingarida, Athena, Réception de l’antiquité classique dans les pays européens (du XVIe au XXe siècle), non publié, 2012-2013.

Vanden Eynde, Maurice, Raoul Warocqué : seigneur de Mariemont 1870-1917, Morlanwelz : Musée royal de Mariemont, 1970.   

Vega Cardenas, Alfredo, « Restauration épistémologique » dans CeROArt [En ligne], 6|2011, mis en ligne le 31 mai 2011, consulté le 02 septembre 2013. URL : http://ceroart.revues.org/2120

Verbanck-Piérard, Annie, « La collection d’Antiques de Raoul Warocqué au Musée royal de Mariemont : motivation et idéologie d’un fondateur », dans Tsingarida, Athena et Kurtz, Donna (éd.) Appropriating Antiquity/Saisir l’Antiquité. Collection et collectionneurs d’antiques en Belgique et en Grande-Bretagne au  XIXe siècle, Bruxelles : Le Livre Timperman, 2002, p. 299-341.  

Verbeeck-Boutin, Muriel, « Objets d'art, œuvres d'art », dans CeROArt [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 07 octobre 2008, consulté le 04 avril 2012. URL : http://ceroart.revues.org/290

Verbeeck-Boutin,Muriel, « De l’axiologie : pour une théorie des valeurs appliquée en conservation-restauration », dans CeROArt [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 29 octobre 2009, consulté le 16 septembre 2012. URL : http://ceroart.revues.org/1298

Verbeeck, Muriel, Déontologie de la conservation, restauration des œuvres d’art, non publié, 2012

Ziari, Farzad, « Éthique de la conservation-restauration des céramiques »,  dans Cahiers de Mariemont, 30-31/2003, p. 12-17.   

Haut de page

Notes

1  Steinier, Laureline,   La conservation, restauration de la collection Nicolas Sévéris en dépôt au Musée royal de Mariemont. De la fouille à la vitrine : la question du statut de la céramique archéologique dans le cadre muséal, ENSAV La Cambre, Bruxelles, année académique 2012-2013.

2  Renault, Monique, Muséologie, Bruxelles : PUB, 2006-2007, p. 16.  Le dépôt est une opération à long terme qui permet à une personne physique ou morale d’attribuer un objet mobilier à un tiers, le propriétaire conservant ses droits sur cet objet.

3  Tatton-Brown, Veronica (éd.), Cyprus in the 19th Century AD: Fact, Fancy and Fiction, Papers of the 22nd British Museum Classical Colloquium, December 1998, Oxford : Oxbow Books, 2001.

4  Karageorghis, Vassos, Ancient Cypriot Art in the Leto and Costakis Severis Collection, Nicosie : The Anastasios G. Leventis Foundation, 2010, p. 16-17.

5  Ibid., une autre partie de la collection est actuellement conservée et exposée au Musée Leventeion de Nicosie à Chypre.

6 The 15th Triennial Conference ICOM-CC, held from 22 to 26 September 2008 in New Delhi, India, consulté le 14 avril 2013, URL : http://icom-cc.org/54/document/icom-cc-rsolution-terminologie-franais/?id=743

7  Ibid.

8  Bouyer, Eve, La problématique de la restauration perceptible en céramique. Réflexions sur les approches et procédés à travers des exemples de vases antiques, mémoire de fin d’études, ENSAV La Cambre, Bruxelles, année académique 2009-2010. Plus subtil que « visibilité » et plus approprié que « lisibilité », la « perceptibilité », proposée par l’auteur, fait référence à la capacité de distinguer les interventions grâce aux sens de la perception et non aux moyens scientifiques de détection.

9   Muñoz Viñas, Salvador, Contemporary Theory of Conservation, Oxford : Butterworth-Heinemann, 2005.

10  Verbeeck-Boutin, Muriel, « De l’axiologie : pour une théorie des valeurs appliquée en conservation-restauration », dans CeROArt [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 29 octobre 2009, consulté le 16 septembre 2012. URL : http://ceroart.revues.org/1298.

11  Tsingarida, Athéna, communication personnelle.

12  Communication personnelle du responsable de la collection au Musée royal de Mariemont, Dr. Arnaud Quertinmont.

13  Benjamin, Walter, L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, trad. de l’allemand par Maurice de Gandillac, Paris : Editions Allia, 2010.

14  Halsberghe, Lieve, La conservation-restauration de céramiques contaminées par les sels solubles. Nécessité d’une approche multidisciplinaire, mémoire de fin d’études, ENSAV La Cambre, Bruxelles, année académique, 2000-2001. Les sels solubles sont fréquemment présents dans les objets archéologiques poreux proches-orientaux ; certains sols chypriotes sont propices à leur contamination durant l’enfouissement. Cependant, les sels présents dans cet objet ; les acétates, sont le résultat de la réaction entre les vapeurs acides relâchées par les bois d’anciens stockages des réserves et les composants de la terre cuite. L’origine des sels dans cet objet est donc postérieure à la phase d’enfouissement.

15  Cette décision de conserver le col intrus sur le corps de la petite amphore nous permet de rendre l’objet du dépôt dans « l’état » dans lequel il nous a été confié tout en signifiant l’imposture.

16  Le collage est réalisé au moyen d’une solution à 50% de Paraloïd B72 dans l’acétone.

17  Le matériau choisi est un mélange prêt à l’emploi : le modostuc, additionné de pigments secs.

18  L’infiltration des fissures est réalisée au moyen de Paraloid B72à différentes concentrations (de 5% à 20%) dans l’acétone et l’éthanol.

19  Le comblement est réalisé à base d’une solution à 30% de Paraloïd B72 dans l’acétone chargée de pigments secs.

20  La reconstitution était réalisée en plâtre fin blanc.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Le Musée royal de Mariemont
Légende Haut. Le château familial vers 1909-1910. Bas. Le musée construit par Roger Bastin dans les années 1960.
Crédits © Laureline Steinier
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre Fig. 2 Collections du Musée royal de Mariemont
Légende a) Archéologie régionale, b) Histoire régionale, c) Antiquité grecque et romaine, d) Extrême-Orient.
Crédits © Laureline Steinier
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4077/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 3 Eléments de collection d’archéologie régionale
Légende a) Pot-tonnelet « terra nigra » (H. 20,5cm; D. 14,1cm), Mesvin (be), Ie siècle AD et b) Céramique métallescente (H. 15,2cm; D. 12,5cm), Liberchies (be), IIIe siècle AD. Après traitement.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4077/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 4 Elément de collection proche-orientale
Légende Faïence à couverte stannifère (H. 6,3cm; D. 14,5cm), Raghès (Iran), XIIe-XIIIe siècle. a) Avant reconstitution, b) Après réintégration.
Crédits © Musée royal de Mariemont.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4077/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 5 Petite amphore de type mycénien
Légende NS80 (H.12,3cm; D. 0,98cm). a) Avant les traitements de conservation curative, b) Après traitement.
Crédits © Lieve Halsberghe, Musée royal de Mariemont
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4077/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 6 Plat chypro-géométrique II
Légende LS244 (H. 5cm; D. 37cm). a) et b) Avant intervention, c) et d) Après intervention.
Crédits © Marie Herman
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4077/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 7 Coupe médiévale
Légende NS123 (H. 10,4cm; D. 14,5cm). a) Avant traitement, b) Après collage et consolidation, c) Après intervention.
Crédits © Yvan Guerdon, Laureline Steinier
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4077/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 8 Gourde chypro-géométrique III
Légende NS45 (H. 14cm; D. 8cm). Détail après infiltration de la résine de collage dans les fissures situées sur le fond de la gourde.
Crédits © Laureline Steinier
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4077/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 9 Tasse chypro-géométrique I
Légende LS1258 (H. 9cm; D. 13,5cm). Détail après l’infiltration du mélange de résine et de pigments dans les fissures et cassures.
Crédits © Laureline Steinier
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4077/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 10 Bol du Bronze-Moyen II-III
Légende LS31 (H. 9,5cm; D. 36cm). a) et b) Avant intervention, c) En cours de reconstitution, d) Après traitement.
Crédits ©Yvan Guerdon, Laureline Steinier
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4077/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 11 Le plat  LS244
Légende Haut. Après traitement. Bas. Avant le travail de réintégration du décor.
Crédits © Marie Herman
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4077/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 12 Eléments du dépôt chypriote
Légende L’ensemble des huit objets traités dans le cadre du travail de mémoire de Master durant l’année 2012-2013.
Crédits © Laureline Steinier
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4077/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laureline Steinier, « De la fouille à la vitrine : le statut de la céramique archéologique dans le cadre muséal  », CeROArt [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 21 mars 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ceroart.revues.org/4077

Haut de page

Auteur

Laureline Steinier

Diplômée en Histoire de l'Art et Archéologie de la Faculté de Philosophie et Lettres de l'Université Libre de Bruxelles en 2008, l'auteur entame le cursus de Conservation-Restauration des Œuvres d'Art de l'École Nationale Supérieure des Arts Visuels de La Cambre, pour lequel elle obtient le titre de Master en juin 2013. laureline.steinier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org