Navigation – Plan du site
Dossier

Étude et restauration d’une empreinte et contre-empreinte d’Urolophus crassicaudatus

Poisson fossile du Monte Bolca (Italie, Eocène)
Aline Raux

Résumés

L’empreinte et la contre-empreinte d’Urolophus crassicaudatus, confisquées par Napoléon Bonaparte pendant la première campagne d’Italie, sont depuis conservées au Muséum National d’Histoire Naturelle. Notre étude de la préparation ancienne de fossiles, auparavant peu documentée, s’est révélée indispensable pour discerner les matériaux anciens des ajouts plus récents et nous a permis d’entreprendre un important travail de dérestauration.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Un type est un spécimen de référence à partir duquel une espèce a été décrite.

1L’empreinte et la contre-empreinte d’Urolophus crassicaudatus nous ont été confiées par le Muséum National d’Histoire Naturelle dans le cadre d’un diplôme en conservation-restauration des œuvres sculptées de l’école supérieure des Beaux-Arts de Tours. Ce spécimen présente à la fois un grand intérêt scientifique, de par l’importance du gisement de Monte Bolca et car il s’agit d’un type1, mais également un intérêt historique car il est issu d’une collection ancienne. La littérature concernant les poissons fossiles de Monte-Bolca est abondante, mais concerne uniquement ces aspects historiques et scientifiques. Le principal intérêt de notre étude était de porter un regard différent sur ces pièces, en s’intéressant tout particulièrement aux matériaux, pour la plupart ajoutés juste après l’extraction des fossiles au XVIIIe siècle et auparavant peu étudiés. La conservation et la restauration de ces objets nécessitaient une meilleure connaissance des produits utilisés lors de la préparation des spécimens. Pour cela, il était indispensable de différencier les matériaux « d’origine » des ajouts ultérieurs, puis de procéder à des analyses plus poussées sur les matériaux anciens. Ces informations, très importantes pour la conservation des nombreux spécimens de la collection, se sont également révélées déterminantes pour nos choix de restauration.  

Description des pièces

  • 2  La gangue de pierre est constituée d’un calcaire dolomitique, résultant de l’association en quanti (...)
  • 3  Ces restes organiques minéralisés sont constitués d’une matrice très dense et très peu poreuse sur (...)

2L’empreinte et la contre-empreinte s’inscrivent dans une gangue de pierre rectangulaire dont la couleur varie de l’ocre au bleu2. Le spécimen mesure environ 65 cm de longueur et 55 cm de largeur. Le corps, de forme très arrondie, est bien conservé mais la queue est manquante. Comme toutes les raies, son squelette est cartilagineux. Il est conservé sous forme de creux sur l’une des plaques et en volume sur la seconde. Les denticules de la peau sont également conservés majoritairement sous forme d’empreintes et certaines épines sont fossilisées3, en particulier autour de la tête (fig. 1).

Fig. 1 Empreinte et contre-empreinte d’Urolophus Crassicaudatus

Fig. 1 Empreinte et contre-empreinte d’Urolophus Crassicaudatus

Vues générales ( BOL 566 a à gauche et BOL 566 b à droite) et détails des parties fossilisées sous loupes binoculaires (denticules et épines de la peau (1 et 3), nageoire pectorale (2) et colonne vertébrale (4) ).

© A. Raux, 2012.

3Les deux plaques sont présentées dans des cadres métalliques, permettant leur positionnement à la verticale sur le palier de l’escalier monumental de la galerie de paléontologie du Muséum National d’Histoire Naturelle. Du plâtre a été ajouté entre certains fragments et autour des plaques. Une peinture brun orangé a été appliquée autour des empreintes, sur la gangue de pierre et sur les zones de plâtre. Enfin, les numéros d’inventaire (BOL 566 a et BOL 566 b) sont inscrits à l’encre en bas à gauche de chacune des plaques.

Présentation du gisement

4Le gisement de Monte Bolca, daté de l’Éocène inférieur (soit environ -50 millions d’années), compte parmi les plus importants de cette période. La grande variété des espèces qui y sont représentées (près de 250 espèces végétales, 150 espèces de poissons, des vers, des crustacés, des insectes, quelques méduses, des reptiles et des oiseaux) fait de Monte Bolca l’un des sites les plus riches au monde, en particulier en ce qui concerne l’ichthyofaune. Le gisement a d’ailleurs joué un grand rôle dans la connaissance de la classe des poissons. Ce site mondialement connu a été très étudié par les paléontologues et les géologues et a donné lieu à de nombreuses publications.

5Le village de Bolca est situé en Italie du Nord, à environ 25 km de Vérone, dans les hauteurs dominant la vallée de l’Alpone. Il se trouve à proximité de quatre gisements importants, notamment, la Pesciara, d’où sont extraits les poissons fossiles depuis plusieurs siècles. À l’origine, le terme de « Monte Bolca » désigne ce site, qui est le gisement historique de la région, mais il arrive parfois qu’il soit employé pour évoquer l’ensemble des localités fossilifères proches du village.

6La carrière s’étend sur une vingtaine de mètres de hauteur et sur quelques centaines de mètres carrés. Elle contient huit couches successives, dont cinq niveaux fossilifères : la « Cava bassa », la « Cava alta » la « Cava del pozzo » et la « Cava superiore ». Une dernière couche fossilifère n’est plus visible, car elle a été complètement épuisée par l’activité minière. Ces niveaux sont constitués d’un calcaire dolomitique gris aux grains fins, organisé en un ensemble de couches stratifiées (fig. 2).

Fig. 2 Carrière de Monte Bolca  

Fig. 2 Carrière de Monte Bolca  

Intérieur de la carrière (cava bassa), 2012, et Stratigraphie des couches à poissons de la Pesciara, d’après PAPAZZONI, TREVISANI, 2006, p. 24 et BLOT, 1969, p. 27.

© A. Raux, 2013.

  • 4 BLOT, J., Les poissons fossiles du Monte Bolca : classés jusqu’ici dans les familles des Carangidae (...)

7La majorité des poissons fossiles de la Pesciara proviennent des cava alta et bassa ainsi que du niveau disparu. La plupart des spécimens sont dans un excellent état de conservation, avec des squelettes en connexion anatomique et, pour beaucoup, des parties molles préservées sous forme d’empreintes dans la pierre, ce qui révèle des conditions exceptionnelles de fossilisation4.

Approche historique

  • 5  La première mention connue des poissons fossiles de Bolca est issue de la quatrième édition de la (...)
  • 6  Ce type d’expéditions est organisé dès 1785 dans le gisement de la Pesciara.

8En plus de leur importance scientifique, les fossiles de Monte Bolca ont également un grand intérêt historique. La Pesciara est connue depuis le XVIe siècle5 et dès lors quelques collections commencent à se former en Vénétie, mais ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle que l’engouement pour les sciences naturelles et pour les fossiles se généralise. La géologie devient un important sujet de discussion dans les salons, et des expéditions sont organisées pour recueillir des échantillons sur le terrain6. Les spécimens de Bolca, très recherchés, deviennent les pièces maîtresses des nombreuses collections constituées dans les demeures de la noblesse véronaise. Ces collections deviennent des supports de connaissance, permettant d’étayer les hypothèses concernant l’origine des fossiles et leur formation, faisant l’objet de nombreuses conversations et de correspondances suivies.

  • 7  GAUDANT,  J., « Brève histoire de la collection Gazola de poissons fossiles éocènes du Monte Bolca (...)

9L’empreinte et la contre-empreinte d’Urolophus crassicaudatus proviennent de l’une de ces collections, celle du comte Giovanni Battista Gazola, commencée à partir de 1784. Le 17 mai 1797, elle est saisie par Napoléon Bonaparte dans le cadre de la campagne d’Italie, en représailles du soulèvement de la ville de Vérone. À la suite de cette confiscation, elle est transportée au Muséum National d’Histoire Naturelle7.

Étude

  • 8  Le Muséum national d’Histoire naturelle a fait don au cours du XIXe siècle de quelques spécimens à (...)
  • 9  La recherche des matériaux organiques a été confiée à Agnès Lattuati du CRCC (centre de recherche (...)

10Aucun élément concret n’ayant été découvert dans la littérature concernant les matériaux et les techniques de la préparation, un important travail de comparaison a dû être effectué à partir des nombreux spécimens provenant de la collection Gazola, conservés au Muséum National d’Histoire Naturelle et dans des muséums de province, mais aussi en Italie8. Celui-ci a révélé que les spécimens de Monte-Bolca ont tous été préparés de la même façon. De nombreuses similitudes ont été observées entre les différents spécimens, ce qui a permis de différencier les matériaux anciens, datant de la préparation des fossiles, des ajouts ultérieurs. Différentes analyses ont ensuite été effectuées pour déterminer les différents matériaux constitutifs et préciser les différentes hypothèses émises9.

Préparation des plaques

  • 10 Les paysans qui constituaient la majorité de la main-d’œuvre dans la carrière étaient libérés à cet (...)

11L’extraction des plaques s’effectue généralement en hiver10, après repérage des niveaux fossilifères, des blocs sont extraits à l’aide de pioches et de ciseaux plats, puis ils sont placés à l’extérieur pendant plusieurs mois afin de les soumettre aux variations d’humidité et de température, ce qui fragilise la roche et permet une séparation des lits plus précise et plus aisée. Pour découvrir une empreinte, les couches sont ensuite séparées les unes des autres avec des ciseaux plats, insérés dans le sens de la stratification. Si l’une d’entre elles contient un fossile, celui-ci est clivé en deux parties, l’empreinte et la contre-empreinte, plus ou moins bien réparties sur les deux faces (fig. 3).

 Fig. 3 Extraction et ouverture des blocs

 Fig. 3 Extraction et ouverture des blocs

Extraction des blocs dans la carrière avec des masses, pioches et ciseaux plats (à gauche) et ouverture d’un bloc avec des ciseaux plats (à droite).

© Musée de la famille Cerato, Bolca.

  • 11  Les analyses effectuées par le CRCC sur ce mélange ont montré qu’il s’agit d’une résine diterpéniq (...)

12Cette étape est très délicate et les spécimens sont la plupart du temps fragmentés, surtout lorsqu’ils sont de grandes dimensions. Un travail de reconstitution des fossiles doit ensuite être effectué. Pour cela, un mélange11 est coulé sur une plaque de pierre non fragmentée, puis les fragments de l’empreinte sont positionnés par-dessus et ajustés à la bonne hauteur. Les fossiles sont donc composés de deux plaques de pierre (les fragments fossilifères et la plaque du revers) réunies par un mélange résineux. Les bulles d’air et l’aspect de surface irrégulier sur certaines zones font penser à une application à chaud et un séchage plutôt rapide. Des particules de charbon de bois, relevées par endroits viennent appuyer cette hypothèse. Il s’agit probablement d’impuretés provenant du charbon de bois utilisé lors de la cuisson de la résine et qui se seraient retrouvées dans le mélange (fig. 4).

 Fig. 4 Reconstitution des plaques  

 Fig. 4 Reconstitution des plaques  

Schéma illustrant la reconstitution : résine coulée sur une plaque de pierre (1), positionnement et ajustement des fragments à la bonne hauteur (2), plaque reconstituée (3), constituée des fragments fossilifères (a) et de la plaque du revers (c) réunis par le mélange résineux (b) ; photographies de la résine de préparation sur lesquelles on peut observer des bulles d’air et des particules de charbon de bois.

© A. Raux, 2013.

13La seconde étape de la préparation consiste à dissimuler les cassures et la résine de réparation sous des bouchages. Deux types de bouchages ont été relevés sur les différents spécimens : certains sont blancs et teintés en surface, d’autres sont teintés dans la masse et imitent les variations de la couleur de la pierre (fig. 5). Des analyses effectuées sur ces différents bouchages ont révélé la présence d’une huile siccative, de type huile de lin, mélangée avec une résine diterpénique, probablement la même que celle utilisée pour la reconstitution des plaques.

 Fig. 5 Bouchages relevés sur différents spécimens de Monte Bolca  

 Fig. 5 Bouchages relevés sur différents spécimens de Monte Bolca  

Bouchages blancs teintés en surface (1 et 2), bouchages teintés dans la masse (3 et 4).

© A. Raux, 2013.

14La dernière étape consiste à restituer certains éléments manquants du squelette au pinceau. Sur l’ensemble des spécimens étudiés, la peinture utilisée est similaire (fig. 6). Elle varie du brun rouge au brun noir, et est de consistance assez épaisse. Sa composition n’a pour le moment pas été établie. Dans un premier temps, nous avions émis l’hypothèse qu’il pouvait s’agir d’un mélange de cire et de pigment (peinture à l’encaustique), cependant, les analyses effectuées n’ont mis en évidence aucune trace de cire (végétale et animale). Aucune trace d’huile ni de résine terpénique n’a été décelée. Une recherche complémentaire de composés protéiques ou saccharidiques, actuellement en cours au CRCC, devrait permettre de préciser la nature de cette peinture.

 Fig. 6 Restitutions au pinceau relevées sur différents spécimens de Monte Bolca

 Fig. 6 Restitutions au pinceau relevées sur différents spécimens de Monte Bolca

Restitution d’une grande partie de la nageoire de l’Urolophus crassicaudatus (à gauche), et restitution d’une partie du squelette de deux petits spécimens conservés au Muséum d’Angers (à droite).

© A. Raux, 2013.

Interventions postérieures à la préparation des plaques

  • 12  La porosité du plâtre lui confère un fort caractère hygroscopique. L’oxygène de l’air et l’humidit (...)

15La principale intervention postérieure à la préparation des plaques relevée sur l’empreinte et la contre-empreinte a été effectuée pour fixer certains fragments qui se seraient clivés de leur support. Les fossiles ont été positionnés à l’intérieur de cadres métalliques, puis du plâtre a été coulé sur les lacunes de la face, et les fragments repositionnés. Autour de l’ensemble, une bordure d’environ quatre centimètres a été ménagée, sans doute afin de bloquer l’ensemble des fragments. Pour rattraper les différences de hauteur, l’épaisseur de cette bordure est variable. Des tiges de métal et du fil de fer enroulé sur des supports vissés à l’intérieur des cadres ont été positionnés dans le plâtre en guise d’armature. Les cadres semblent assez anciens et datent peut-être de la fin du XIXe siècle, car il semblerait que les fossiles aient été présentés ainsi dès l’ouverture de la galerie de Paléontologie en 1898. Une légère oxydation des cadres métalliques a été observée, et la présence de plâtre autour de ces éléments était à prendre en compte, car il s’agit d’un matériau propice à la corrosion des métaux12.

  • 13 Une forte sensibilité au paradioxane, à l’éthanol à chaud, et un ramollissement autour de 60 °C ont (...)

16Des bouchages ont été réalisés à l’aide d’un matériau à l’aspect cireux en recouvrement des joints de plâtre, entre les fragments et sur certains bouchages anciens. Les tests en ateliers ont révélé qu’il pourrait s’agir d’un mélange à base de cire d’abeille et d’une charge13.

17Pour intégrer ces différentes interventions, une couche de peinture brun orangé a ensuite été appliquée assez grossièrement autour des empreintes, sur les joints entre les fragments, sur la bordure et en débordant largement sur la pierre.

Proposition de traitement

  • 14 Article 2 de la loi du 4 janvier 2002 relative aux musées de France.
  • 15 Définition issue du Préambule du code éthique d’E.C.C.O., 2003.
  • 16 Définition issue du Préambule du code éthique d’E.C.C.O., 2003.
  • 17  Article 8 du code éthique d’E.C.C.O., 2003 : « Le conservateur-restaurateur doit prendre en compte (...)
  • 18 Article 9 du code éthique d’E.C.C.O., 2003 : « Le conservateur-restaurateur doit chercher à n’utili (...)

18Dans le domaine des Sciences de la Terre, le champ de la restauration n’est pas toujours bien délimité. Cette approche est assez nouvelle, et se développe grâce à la prise de conscience de la valeur patrimoniale attachée aujourd’hui aux collections d’Histoire naturelle. Les muséums, comme les musées d’art, « ont pour mission permanente de conserver, restaurer, étudier et enrichir leurs collections »14. Depuis quelques années, les muséums font appel à des professionnels de la conservation-restauration pour s’occuper de certaines pièces, mais cela reste encore une démarche peu répandue. Le plus souvent, les réparations sont effectuées en interne et généralement les interventions effectuées et les matériaux utilisés ne sont pas documentés. Cependant, même s’il s’agit de collections différentes, la conservation et la restauration d’un objet de sciences naturelles doivent répondre aux mêmes critères déontologiques que pour une œuvre d’art. La conservation « consiste principalement à intervenir sur le bien culturel dans le but d’en retarder l’altération »15. La restauration de biens culturels a pour principal objectif « d’en faciliter la lecture tout en respectant autant que possible leur intégrité esthétique, historique et physique »16. Tout comme dans le domaine de l’art, différents principes doivent être respectés : le principe d’intervention minimale17, de réversibilité et de compatibilité des matériaux18. La particularité la plus marquée de ce type de collection relève de la nécessité de conserver la possibilité d’études futures des matériaux constitutifs et de l’objet lui-même en tant que matériel scientifique.

19Le statut de l’objet, qui oriente parfois les choix de restauration, est d’une grande importance. Les pièces provenant des muséums ont souvent un statut complexe, entre supports d’études scientifiques, outils de diffusion au public, et pièces historiques (en tant que témoins de l’histoire des sciences et des techniques). Les poissons fossiles de Monte Bolca, pour la plupart, appartiennent à des collections anciennes, accumulées par des propriétaires en tant qu’objets de prestige. Dès leur découverte au XVIe siècle, ces fossiles ont alimenté de nombreuses théories concernant l’histoire de la Terre, ce qui prouve qu’elles avaient déjà à l’époque une valeur scientifique, au-delà de leur intérêt esthétique. Plus tard, à partir du XIXe siècle, avec le développement de l’ichtyologie, qui repose sur la description et la comparaison des spécimens, ces pièces ont acquis une dimension scientifique encore plus marquée. Désormais, de nombreuses études sur ce gisement ayant été effectuées et les espèces ayant globalement été déterminées, leur réel intérêt scientifique reste à définir. Celui-ci réside aujourd’hui davantage dans la capacité de comparaison et d’augmentation des corpus de données. L’empreinte et la contre-empreinte d’Urolophus crassicaudatus gardent cependant un intérêt scientifique majeur puisqu’il s’agit d’un type qui, en raison de son mauvais état de conservation, a encore été peu étudié.

20Si l’on considère le principe d’intervention minimale, tous les matériaux des ajouts devraient être conservés, car ils sont des témoins de l’histoire de ces fossiles dans les collections. Cependant, l’objectif de cette intervention était tout d’abord de stabiliser les pièces en retirant tous les éléments susceptibles de provoquer des dégradations. Les matériaux employés pour le remontage s’étaient altérés et pouvaient potentiellement poser des problèmes de conservation. Puisque tous les ajouts ne pouvaient être conservés, une seconde option a été envisagée, consistant au retour à l’état le plus ancien du fossile en tant qu’objet, c’est-à-dire à son état lors de sa préparation au XVIIIe siècle. En effet, les matériaux anciens sont dans un état stable et sont relativement peu altérés. Ils ne constituent pas des facteurs d’altérations pour les plaques et peuvent donc être intégralement conservés. De plus, la lisibilité des empreintes était perturbée par les interventions plus récentes, ce qui était gênant si l’on considère ces pièces comme des objets d’étude, ainsi que pour leur valeur muséographique. En accord avec Gaël Clément, paléontologue responsable de la collection de poissons fossiles du Muséum National d’Histoire Naturelle et chargé du suivi de ce travail, il a donc été décidé d’effectuer un important travail de dérestauration sur l’empreinte et la contre-empreinte (retrait des cadres métalliques et démontage des fragments, retrait des badigeons et bouchages).

Traitement

Retrait de la couche de peinture

21La première étape du travail de dérestauration a consisté à retirer la couche de peinture appliquée grossièrement autour des empreintes. Les tests de solubilité ont révélé une légère sensibilité à l’eau, mais celle-ci n’est pas suffisamment efficace pour retirer facilement l’épaisse couche de peinture. Différents mélanges ont donc ensuite été testés : le mélange isopropanol/ammoniaque/eau, à différentes concentrations, ainsi que des mélanges basiques (n-méthyl-1-pyrrolidone-2, citrate de triammonium à différentes concentrations dans de l’eau déminéralisée, eau‑Deconex® 12 PA). Dans notre cas, le mélange le plus efficace a été celui à base d’isopropanol (25 %), d’ammoniaque (25 %) et d’eau déminéralisée (50 %), qui agit à la fois par sa basicité (pH 10) et son caractère polaire. Pour faciliter le retrait du badigeon, différentes mises en œuvre ont ensuite été testées. La méthode la plus efficace est celle sous forme de gel. En augmentant la viscosité du mélange, sa diffusion et son évaporation sont réduites. Ainsi peut-il être laissé plus longtemps au contact de la couche à retirer, son épaississement empêchant les solvants de pénétrer et de se diffuser dans le matériau. Les différents gels réalisés lors de nos tests, à base de méthylcellulose, de Klucel® G et de laponite, se sont tous trois montrés très efficaces. Finalement, celui à base de Klucel® G a été retenu. Une faible proportion (environ 2 %) suffisait à épaissir suffisamment le mélange pour obtenir une bonne tenue du gel (la surface étant plane, le gel n’avait pas besoin d’être trop visqueux). Une concentration supérieure compliquait l’application et le rinçage de la surface. L’opération a été effectuée par petites zones, en suivant les délimitations des fragments. Un film étirable a été déposé sur la surface traitée afin de limiter l’évaporation. Un temps de pose d’une vingtaine de minutes a permis un retrait satisfaisant de la couche de peinture. La surface a ensuite été rincée à l’eau déminéralisée. Le retrait de la couche de peinture a permis de faire réapparaître les couleurs d’origine de la pierre, beige ou bleue selon les zones (fig. 7).

 Fig. 7 Retrait de la couche de peinture sur l’empreinte et la contre-empreinte

 Fig. 7 Retrait de la couche de peinture sur l’empreinte et la contre-empreinte

Détail de l’une des plaques en cours de traitement, et vues générales à mi-retrait.

© A. Raux, 2013.

Retraits des bouchages récents

22Les bouchages cireux étaient soulevés et peu adhérents. Leur retrait a été effectué au scalpel. Sur certaines zones, sur lesquelles ils étaient appliqués au-dessus de bouchages anciens, l’opération a été effectuée sous loupe binoculaire afin d’obtenir un retrait plus précis. Le passage d’un coton imbibé de white spirit a permis de mieux différencier les deux couches lorsque celles-ci se confondaient.

Démontage des cadres métalliques et des ajouts en plâtre

  • 19  Cette opération a été effectuée avec de l’oxyde d’alumine 9 µm, à une faible pression (entre 0,5 e (...)

23Dans un premier temps, les bordures des cadres ont été dégagées afin de permettre le repérage les vis et les armatures en métal positionnées dans le plâtre. Cette opération a été effectuée à la perceuse, avec une mèche d’un diamètre de 1,5 mm. Les éléments métalliques ont ensuite été entièrement dégagés et retirés. L’ensemble a ensuite été retourné pour poursuivre le dégagement au dos, qui a été effectué de la même manière. Une fois les bordures totalement dégagées, les cadres ont été retirés et l’élimination du plâtre a été effectuée au micromoteur plutôt qu’au ciseau et à la masse, car les chocs entraînés par cette méthode auraient risqué de fragiliser davantage la pièce en provoquant de nouveaux clivages de la résine. Les résidus ont ensuite été éliminés au scalpel puis à la microsableuse19.

Démontage des fragments

24Un démontage complet des fragments aurait mis en péril la conservation des bouchages anciens encore en place entre certains d’entre eux. Seuls ceux repositionnés avec du plâtre ont donc été démontés, ainsi que certains autres qui paraissaient peu fixés au support et qui menaçaient de se détacher. Cependant, le démontage des cadres et le retrait de la bordure en plâtre ont révélé un état de conservation inquiétant de la résine de préparation. Celle-ci était très altérée et était devenue cassante. Elle n’adhérait plus à la pierre et ne jouait plus son rôle de liaison des deux plaques (fig. 8). Les fragments qui n’avaient pas été démontés menaçaient de se détacher à leur tour. Il a donc fallu réaliser des infiltrations pour consolider l’ensemble et assurer une bonne tenue des éléments.

 Fig. 8 Démontage des fragments

 Fig. 8 Démontage des fragments

Vues générales après démontage des fragments et vue de détail de l’une des tranches montrant l’état de conservation préoccupant de la résine de préparation.

© A. Raux, 2013.

Infiltrations

  • 20 Le Paraloïd® B 67 est un poly-isobutylmétacrylate.
  • 21 Le Primal® AC 33 est un copolymère d’éthylacrylate (60 %) et d’éthylméthacrylate (40 %).
  • 22  La résine Lascaux® 498 HV est une dispersion à base de butylméthacrylate.
  • 23  Le Plextol® B 500 est un copolymère d’acrylate d’éthyle (60%) et de méthacrylate de méthyle (40 %) (...)
  • 24 L’Aquazol® est un polyamide tertiaire non ionique et amorphe (Poly(2-ethyl-2-oxazoline) ).
  • 25 Le Laropal® A 81 est une résine aldéhyde produite par condensation de l’urée et d’aldéhyde aliphati (...)
  • 26  PIENA, H., « Regalrez in furniture conservation », dans JAIC, Vol. 40, n° 1, 2001, p. 59-68.
  • 27  LECHUGA, K., « Aquazol-Coated Remoistenable Mending Tissues », dans Adhésifs et consolidants pour (...)

25Le choix de l’adhésif le plus adapté pour les infiltrations a été conditionné principalement par la présence de la résine de préparation, celle-ci étant solubilisée par tous les solvants excepté l’eau et le white spirit. L’adhésif devait de plus posséder une viscosité basse à une concentration élevée afin de pénétrer en profondeur sous les fragments et permettre de combler les espaces entre les éclats de résine, les fragments et la plaque du revers. Différents adhésifs ont été envisagés : parmi les Paraloïd® couramment utilisés en restauration, nous avons testé le B 67, qui est le seul qui puisse être solubilisé dans le white spirit20. Nous avons également testé des résines acryliques en dispersion aqueuse (le Primal® AC 3321, la résine Lascaux® 498 HV22, et le Plextol® B 50023) ainsi que d’autres adhésifs, solubles dans le white spirit et l’eau (l’Aquazol® 50024, le Laropal® A 8125, et le Regalrez® 112, parfois utilisé pour des opérations de consolidation en raison de son bas poids moléculaire26). Une solubilisation inexpliquée de la résine a été observée avec le Regalrez® qui a donc été écarté. L’Aquazol® présentait de bons résultats, mais la littérature le concernant indique qu’il est susceptible d’être sensible à une trop forte humidité relative27 ce qui nous a amenés à écarter cet adhésif par prudence, au vu des relevés de température et d’hygrométrie de la galerie de Paléontologie. Les résines en dispersions aqueuses présentent pour avantage d’être très peu visqueuses, ce qui peut permettre une bonne diffusion sous les plaques, et de conserver une grande souplesse après séchage. Cependant, elles ne sont pas réversibles dans notre cas. Le Paraloïd®, bien que moins souple et légèrement plus visqueux que les solutions aqueuses, présentait des résultats satisfaisants et restait réversible. La souplesse n’étant pas le principal critère étant donné la rigidité du matériau, cet adhésif nous a semblé être le plus adapté pour cette opération. Les infiltrations ont donc été réalisées avec du Paraloïd® B 67 à 20 % dans du white spirit, injecté dans les fissures jusqu’à saturation avec des cathéters d’un diamètre adapté aux zones (1,10 mm à 1,30 mm). Les plaques ont été inclinées afin de permettre une meilleure diffusion de la résine par gravité et l’adhésif a été infiltré depuis le bord des plaques ainsi qu’entre les fragments lorsque nous disposions d’un espace suffisant. Le mélange étant peu visqueux, et la pierre peu poreuse, le liquide s’est facilement propagé sous les fragments.

Remontage des fragments

26Nous avons ensuite pu entreprendre le remontage des fragments. Certains d’entre eux, sous lesquels la résine de préparation n’était pas conservée, présentaient une différence de hauteur assez importante qui devait être compensée pour les ajuster à l’ensemble. Nous avons décidé de réaliser des semelles. Les résines thermodurcissables nous ont semblé être les plus adaptées pour cette opération, car elles ont pour avantage de ne pas subir de retrait ce qui a été un critère déterminant étant donné l’importance du volume à combler par endroits. Notre choix s’est porté sur une résine bicomposants chargée de type époxy, la Renpaste® SV 36 / Ren® HV 36. Pour assurer une bonne réversibilité de l’opération, la résine n’a pas été directement appliquée sur la pierre. Du film étirable a été positionné sur la plaque du revers, puis la résine a été appliquée à la main et les fragments, également protégés par du film étirable, ont été positionnés et ajustés à la bonne hauteur puis laissés en place jusqu’au durcissement de la résine. Puis les semelles ont été retravaillées au scalpel, à la râpe ou au micromoteur lorsque cela était nécessaire, pour retirer les éventuels excès sur les bords et permettre un parfait ajustement des différents éléments.

27Pour le remontage des fragments, nous avons rencontré le même problème que pour les infiltrations en raison de la présence de la résine de préparation. Nous avons donc testé les mêmes adhésifs, qui ont tous montré lors de nos tests une résistance suffisante. L’Aquazol®, et la résine Lascaux® ont été écartés pour les raisons citées précédemment, et nous avons de nouveau retenu le Paraloïd® B 67, utilisé cette fois en solution à 40 % dans white spirit.

28Des comblements devaient ensuite être effectués entre les fragments. Nous recherchions un produit présentant une bonne résistance, car ces bouchages n’avaient pas uniquement un but esthétique, mais avant tout un rôle structurel. L’emploi du Paraloïd® B 67 permettait de répondre à cette attente. De plus, cet adhésif ayant également été utilisé pour les interventions précédentes, cela permettait de limiter les produits de restauration mis en œuvre, ce qui nous a semblé préférable. Différentes charges ont été testées, notamment les microballons phénoliques, conférant une bonne souplesse, mais donnant aux bouchages une teinte sombre et difficile à retoucher, et la poudre de pierre calcaire qui permettait d’obtenir un aspect plus proche de celui de la pierre, mais qui rendait les bouchages plus cassants. Nous avons finalement opté pour un compromis et les bouchages ont été réalisés légèrement en retrait avec du Paraloïd® B 67 chargé avec des microballons phénoliques, puis une couche de finition très fine, cette fois chargée avec de la poudre de pierre calcaire tamisée et additionnée de pigments afin d’obtenir une teinte la plus proche possible de celle de la roche, a été appliquée sur ces comblements (fig. 9).

 Fig. 9 Bouchages réalisés sur l’empreinte et la contre-empreinte

 Fig. 9 Bouchages réalisés sur l’empreinte et la contre-empreinte

Vues de détail montrant l’application de la première couche chargée avec des microballons phénoliques, puis de la couche de finition chargée avec de la poudre de pierre (1). Vues générales après la réalisation des bouchages (2).

© A. Raux, 2013.

Remontage des cadres

29Dans un premier temps, nous avions proposé de présenter les fossiles avec un maintien direct des plaques par des pattes métalliques fixées au mur. Ce mode de présentation, inspiré de celui employé pour exposer des spécimens similaires dans les muséums italiens (fig. 10), nous semblait adapté, car il ne camoufle pas les tranches et laisse la résine de préparation apparente, conserve le format initial de la plaque et est probablement plus proche de la présentation initiale des fossiles. Il a finalement été décidé de conserver la présentation dans les cadres métalliques, dans un souci d’uniformité de la collection, mais aussi pour des contraintes techniques. En effet, la galerie de Paléontologie étant un monument classé, il était compliqué d’effectuer de nouveaux percements afin de mettre en place un autre système d’accrochage. Les pattes de fixation du précédent cadre étant encore solidement ancrées dans le mur, il a semblé préférable de les réutiliser. Les cadres dans lesquels les fossiles seront repositionnés devaient donc conserver les mêmes dimensions que les anciens. Le démontage des plaques n’ayant créé aucune déformation, il était possible de les réutiliser.

 Fig. 10 Différents modes de présentation des fossiles de Monte Bolca de grandes dimensions

 Fig. 10 Différents modes de présentation des fossiles de Monte Bolca de grandes dimensions

Exemple de présentation des spécimens au Museo civicio di storia naturale à Vérone (1), au Musei dei fossili de Bolca (2) et au MNHN (3).

© A. Raux, 2013.

30Pour le remontage, des plaques de nid d’abeille ont été fixées au fond des cadres avec une résine époxy, l’Araldite® AY 103 avec le durcisseur HY 956. Les fossiles ont ensuite été déposés sur ces supports et ajustés à la bonne hauteur à l’aide des sifflets. Des plots ont été réalisés avec cette même résine, chargée avec de la silice micronisée pour permettre son application en épaisseur. Les bordures ont ensuite été comblées avec de la Renpaste®, puis une couche de finition, retouchée à l’aérographe, a été appliquée en surface (fig. 11).

 Fig. 11 Empreinte et contre-empreinte

 Fig. 11 Empreinte et contre-empreinte

Avant et après restauration.

© A. Raux, 2013.

Conclusion

31Les pièces qui nous ont été confiées dans le cadre de ce mémoire se sont révélées complémentaires ce qui a donné lieu à une vision plus large des fossiles de Monte Bolca et de leur préparation. La connaissance de ces matériaux s’est avérée indispensable pour nos choix de restauration, et pourra également être très utile pour la conservation du reste de la collection. La plupart des spécimens de petites dimensions sont très bien conservés, malgré l’ancienneté des matériaux. L’état de conservation plus préoccupant de l’empreinte et de la contre-empreinte provenant du Muséum National d’Histoire Naturelle semble indiquer que la résine de préparation ne serait peut-être pas totalement adaptée pour les spécimens de grande taille, soit parce qu’elle ne peut supporter un poids trop important, soit parce que son application aurait été moins maîtrisée sur de grandes surfaces. Ce type de fossiles serait donc particulièrement à surveiller dans les collections.

Haut de page

Bibliographie

AGASSIZ, L., Revue critique des Poissons fossiles figurés dans l’Ittiolitologia Veronese, Neuchâtel, Petitpierre et Prince, 1835.

BLOT, J., Les poissons fossiles du Monte Bolca : classés jusqu’ici dans les familles des Carangidae, Menidae, Ephippidae, Vérone, Museo Civicio di Storia Naturale, 1969.

BLOT, J., « La faune ichtyologique des  gisements du Monte Bolca (Province de Vérone, Italie). Catalogue systématique présentant l’état actuel des recherches concernant cette faune », dans Bulletin du Museum national d’Histoire naturelle, 2, sect. C, n° 4, Paris, 1980, p. 339-396.

BOSETTI, E., « A comparative Study of the use of Aquazol in Paintings Conservation », dans E-conservation magazine, n° 24, p. 72-87, http://www.e-conservationline.com/content/view/1073.

DEMAY, L. J., Patrimoine et restauration, Approche d’une éthique de restauration des collections de sciences naturelles, 1991, http://doc.ocim.fr/LO/LO016/LO16(3)-.PDF.

GAUDANT,  J., « Brève histoire de la collection Gazola de poissons fossiles éocènes du Monte Bolca (Italie) conservée au Muséum National d’Histoire Naturelle », dans Geodiversitas, n° 33, Paris, 2011, p. 637-647,  http://www.mnhn.fr/museum/front/medias/publication/40173_g2011n4a5.pdf.

HOWIE, F. M. P., « Les matériaux utilisés dans la conservation des spécimens fossiles depuis 1930 », dans  Adhésifs et consolidants, actes du Xe congrès international, Paris, Institut international de conservation des œuvres historiques et artistiques, 2-7 septembre 1984, Champs-sur-Marne, SFIIC, p. 108-110.

KEENE, S., « Some adhésives and consolidants used in conservation », dans The geological curator, Vol. 4 n° 7, 1986, p. 421-425.

LECHUGA, K., « Aquazol-Coated Remoistenable Mending Tissues », dans Adhésifs et consolidants pour la conservation : Recherche et applications, CCI, 17-21 octobre 2011, p. 1-13.

MASSCHELEIN-KLEINER, L., Liants, vernis et adhésifs anciens, Cours de conservation, 1, Bruxelles, IRPA, 3e édition, 1992.

RIXON, A. E., Fossil animal remains: their preparation and conservation, Londres, Athlone Press, 1976.

SHELTON, S., « Conservation of vertebrate paleontology collections », dans Vertebrate paleontological techniques, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 3-33.

SORBINI, L., La collezione baja di pesci e plante fossili de Bolca, Vérone, Museo civico di storia naturale, 1983.

SORBINI, L., I fossili di Bolca, Vérone, Museo Civico di storia naturale, 1985.

SORBINI, L., 600 fossili per Napoleone, Vérone, Museo Civico di storia naturale, 1997.

Haut de page

Notes

1 Un type est un spécimen de référence à partir duquel une espèce a été décrite.

2  La gangue de pierre est constituée d’un calcaire dolomitique, résultant de l’association en quantités à peu près égales de carbonate de calcium et de carbonate double de calcium et de magnésium.

3  Ces restes organiques minéralisés sont constitués d’une matrice très dense et très peu poreuse sur laquelle on observe des cristaux d’apatite formés lors de la diagenèse. Quelques zones constituées d’argiles fibreuses, caractéristiques des environnements cloisonnés, ont été observées en surface.

4 BLOT, J., Les poissons fossiles du Monte Bolca : classés jusqu’ici dans les familles des Carangidae, Menidae, Ephippidae, Vérone, Museo Civicio di Storia Naturale, 1969 ; BLOT, J., « La faune ichtyologique des  gisements du Monte Bolca (Province de Vérone, Italie). Catalogue systématique présentant l’état actuel des recherches concernant cette faune », dans Bulletin du Museum national d’Histoire naturelle, 2, sect. C, n° 4, Paris, 1980, p. 339-396 ; BARBIERI, G., MEDIZZA, F., Contributo alla conoscenza geologica della regione di Bolca (Monti Lessini), Padoue, Società Cooperativa Tipografica, 1969.

5  La première mention connue des poissons fossiles de Bolca est issue de la quatrième édition de la Materia Medica de Discoride de Pietro Andrea Mattioli, parue en 1552.

6  Ce type d’expéditions est organisé dès 1785 dans le gisement de la Pesciara.

7  GAUDANT,  J., « Brève histoire de la collection Gazola de poissons fossiles éocènes du Monte Bolca (Italie) conservée au Muséum national d’Histoire naturelle », dans Geodiversitas, n° 33, Paris, 2011, p. 637-647, http://www.mnhn.fr/museum/front/medias/publication/40173_g2011n4a5.pdf ; SORBINI, L., La collezione baja di pesci e plante fossili de Bolca, Vérone, Museo civico di storia naturale, 1983 ; SORBINI, L., I fossili di Bolca, Vérone, Museo Civico di storia naturale, 1985 ; SORBINI, L., 600 fossili per Napoleone, Vérone, Museo Civico di storia naturale, 1997.

8  Le Muséum national d’Histoire naturelle a fait don au cours du XIXe siècle de quelques spécimens à des muséums en région (Angers, Le Mans et Lyon). Le reste de la collection est désormais conservé dans les muséums de Vérone, Padoue, et Venise.

9  La recherche des matériaux organiques a été confiée à Agnès Lattuati du CRCC (centre de recherche sur la conservation des collections), et l’observation MEB de la matrice calcaire et des restes fossilisés à Jean-Gabriel Bréhéret de la faculté de Géologie de Tours, ainsi qu’à Sylvain Pont du MNHN.  

10 Les paysans qui constituaient la majorité de la main-d’œuvre dans la carrière étaient libérés à cette saison des travaux agricoles.

11  Les analyses effectuées par le CRCC sur ce mélange ont montré qu’il s’agit d’une résine diterpénique, de type sandaraque ou colophane.

12  La porosité du plâtre lui confère un fort caractère hygroscopique. L’oxygène de l’air et l’humidité, essentiels au développement de l’oxydation, pénètrent aisément dans le matériau. La vapeur d’eau se condense préférentiellement sur les armatures en métal, ce qui favorise la corrosion du fer et l’apparition de rouille.

13 Une forte sensibilité au paradioxane, à l’éthanol à chaud, et un ramollissement autour de 60 °C ont été observés, et un dépôt blanc poudreux s’est déposé au fond de l’éprouvette lors d’un test à l’éthanol à chaud.

14 Article 2 de la loi du 4 janvier 2002 relative aux musées de France.

15 Définition issue du Préambule du code éthique d’E.C.C.O., 2003.

16 Définition issue du Préambule du code éthique d’E.C.C.O., 2003.

17  Article 8 du code éthique d’E.C.C.O., 2003 : « Le conservateur-restaurateur doit prendre en compte tous les aspects de la conservation préventive avant d’intervenir sur les biens culturels. Il doit limiter son intervention au strict nécessaire ».

18 Article 9 du code éthique d’E.C.C.O., 2003 : « Le conservateur-restaurateur doit chercher à n’utiliser que des produits, matériaux et procédés qui, correspondant au niveau actuel des connaissances, ne nuiront pas aux biens culturels ni à l’environnement et aux personnes. L’intervention et les matériaux utilisés ne doivent pas compromettre, dans la mesure du possible, les examens, traitements et analyses futures. Ils doivent également être compatibles avec les matériaux constitutifs du bien culturel et être, si possible, facilement réversibles ».

19  Cette opération a été effectuée avec de l’oxyde d’alumine 9 µm, à une faible pression (entre 0,5 et 1,5 Bar) et à un faible débit (entre 1 et 3 selon les zones).

20 Le Paraloïd® B 67 est un poly-isobutylmétacrylate.

21 Le Primal® AC 33 est un copolymère d’éthylacrylate (60 %) et d’éthylméthacrylate (40 %).

22  La résine Lascaux® 498 HV est une dispersion à base de butylméthacrylate.

23  Le Plextol® B 500 est un copolymère d’acrylate d’éthyle (60%) et de méthacrylate de méthyle (40 %) dilué dans un mélange solvant + eau  (49 % d’extraits secs et 51 % de solvant et d’eau).

24 L’Aquazol® est un polyamide tertiaire non ionique et amorphe (Poly(2-ethyl-2-oxazoline) ).

25 Le Laropal® A 81 est une résine aldéhyde produite par condensation de l’urée et d’aldéhyde aliphatique.

26  PIENA, H., « Regalrez in furniture conservation », dans JAIC, Vol. 40, n° 1, 2001, p. 59-68.

27  LECHUGA, K., « Aquazol-Coated Remoistenable Mending Tissues », dans Adhésifs et consolidants pour la conservation : Recherche et applications, CCI, 17-21 octobre 2011, p. 1-13 ; BOSETTI, E ., « A comparative Study of the use of Aquazol in Paintings Conservation », dans e-conservation magazine, n° 24, p. 72-87, http://www.e-conservationline.com/content/view/1073.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Empreinte et contre-empreinte d’Urolophus Crassicaudatus
Légende Vues générales ( BOL 566 a à gauche et BOL 566 b à droite) et détails des parties fossilisées sous loupes binoculaires (denticules et épines de la peau (1 et 3), nageoire pectorale (2) et colonne vertébrale (4) ).
Crédits © A. Raux, 2012.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4044/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 2 Carrière de Monte Bolca  
Légende Intérieur de la carrière (cava bassa), 2012, et Stratigraphie des couches à poissons de la Pesciara, d’après PAPAZZONI, TREVISANI, 2006, p. 24 et BLOT, 1969, p. 27.
Crédits © A. Raux, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4044/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre  Fig. 3 Extraction et ouverture des blocs
Légende Extraction des blocs dans la carrière avec des masses, pioches et ciseaux plats (à gauche) et ouverture d’un bloc avec des ciseaux plats (à droite).
Crédits © Musée de la famille Cerato, Bolca.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4044/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre  Fig. 4 Reconstitution des plaques  
Légende Schéma illustrant la reconstitution : résine coulée sur une plaque de pierre (1), positionnement et ajustement des fragments à la bonne hauteur (2), plaque reconstituée (3), constituée des fragments fossilifères (a) et de la plaque du revers (c) réunis par le mélange résineux (b) ; photographies de la résine de préparation sur lesquelles on peut observer des bulles d’air et des particules de charbon de bois.
Crédits © A. Raux, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4044/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre  Fig. 5 Bouchages relevés sur différents spécimens de Monte Bolca  
Légende Bouchages blancs teintés en surface (1 et 2), bouchages teintés dans la masse (3 et 4).
Crédits © A. Raux, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4044/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre  Fig. 6 Restitutions au pinceau relevées sur différents spécimens de Monte Bolca
Légende Restitution d’une grande partie de la nageoire de l’Urolophus crassicaudatus (à gauche), et restitution d’une partie du squelette de deux petits spécimens conservés au Muséum d’Angers (à droite).
Crédits © A. Raux, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4044/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre  Fig. 7 Retrait de la couche de peinture sur l’empreinte et la contre-empreinte
Légende Détail de l’une des plaques en cours de traitement, et vues générales à mi-retrait.
Crédits © A. Raux, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4044/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre  Fig. 8 Démontage des fragments
Légende Vues générales après démontage des fragments et vue de détail de l’une des tranches montrant l’état de conservation préoccupant de la résine de préparation.
Crédits © A. Raux, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4044/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre  Fig. 9 Bouchages réalisés sur l’empreinte et la contre-empreinte
Légende Vues de détail montrant l’application de la première couche chargée avec des microballons phénoliques, puis de la couche de finition chargée avec de la poudre de pierre (1). Vues générales après la réalisation des bouchages (2).
Crédits © A. Raux, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4044/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre  Fig. 10 Différents modes de présentation des fossiles de Monte Bolca de grandes dimensions
Légende Exemple de présentation des spécimens au Museo civicio di storia naturale à Vérone (1), au Musei dei fossili de Bolca (2) et au MNHN (3).
Crédits © A. Raux, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4044/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre  Fig. 11 Empreinte et contre-empreinte
Légende Avant et après restauration.
Crédits © A. Raux, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4044/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aline Raux, « Étude et restauration d’une empreinte et contre-empreinte d’Urolophus crassicaudatus », CeROArt [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 20 mars 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ceroart.revues.org/4044

Haut de page

Auteur

Aline Raux

Diplômée en mai 2013 en conservation-restauration des œuvres sculptées de l’école supérieure des beaux-arts de Tours-Angers-Le Mans, site de Tours. Exerce aujourd’hui en tant que restauratrice indépendante. aline.raux@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org