Navigation – Plan du site
Dossier

Victor Brauner. Atrapulsion, peinture à la caséine sur toile présentant un important réseau de craquelures en cuvette

Reconstitution de la technique picturale et mise au point d'un protocole de nettoyage adapté
Cristina Cojocaru Pingeot

Résumés

Atrapulsion est une peinture à la caséine sur toile de Victor Brauner (datée de 1938). L’altération majeure est constituée par la présence d’un réseau de craquelures généralisé, avec écailles en cuvette et en soulèvement. L’artiste a utilisé pour cette peinture des matières inadaptées à la peinture sur toile. L’œuvre a reçu un traitement de refixage avec une résine synthétique qui a laissé des résidus brillants en surface. L’élaboration du diagnostic a nécessité la réalisation d’essais de modélisation qui ont abouti à la reproduction des altérations observées sur l’œuvre originale. L’étude expérimentale compare solvants et méthodes de mise en œuvre (dont les solvants siliconés) nécessaires à l’élimination des résidus d’adhésifs d’une surface poreuse. Les actions de conservation/restauration ont permis l’atténuation des déformations du support et l’élimination des résidus de résine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Cojocaru Pingeot, Atrapulsion ou l'ébullition des virgules introplasmiques, peinture à la caséine (...)

1Victor Brauner est une des figures fortes et déroutantes de la peinture surréaliste européenne. Il fait partie, au même titre que Brancusi, Ionesco, Eliade, Istrati ou Cioran, de la communauté d'artistes et d’intellectuels roumains de Paris au siècle dernier. Atrapulsion est le titre de l’œuvre confiée pour étude et restauration par le MAMC de Strasbourg à l’Inp, dans le cadre d’un mémoire de fin d’études1.

2Sa particularité réside dans son aspect très altéré pour une oeuvre relativement jeune (75 ans), qui pose des questions sur les matériaux constitutifs, leur mise en œuvre et leurs conditions de conservation. Les analyses et recherches ont permis d’identifier la présence de caséine, matériau peu étudié en peinture de chevalet.

Étude historique et histoire matérielle

  • 2  Morando Camille, Patry Sylvie, Victor Brauner - Ecrits et correspondances (1938-1948), Editions Ce (...)

3Victor Brauner, artiste juif franco-roumain, effectue plusieurs voyages entre Bucarest et Paris dans les années ’20 et ’30 avant de s’installer définitivement dans la capitale française au printemps 1938, aidé par ses amis, dont Yves Tanguy qui l’héberge pendant un temps. Atrapulsion présente sa vision de l’union de l’attraction et de la pulsion à travers une silhouette féminine conçue dans l’esprit des « virgules introplasmiques »2 : une composition équilibrée et centrée avec deux jambes stylisées qui portent un torse composé de quatre cercles superposés avec deux bras en formes de virgules, et une petite tête surmontée d’une deuxième figure (fig.1)

Fig. 1 Atrapulsion

Fig. 1 Atrapulsion

Photographie de face en lumière naturelle directe.

Crédit : © Inp/Vanneste .

4Après la défaite de juin ’40, Victor Brauner débute un long périple dans le sud de la France et les Alpes où il passera les années de guerre, caché et affaibli. Nous ignorons le sort d’Atrapulsion pendant cette période, mais son examen atteste qu’il n’a été ni démonté de son châssis, ni roulé. Il a probablement été conservé à Paris, par des amis - peut-être Lefebvre Foinet ou André Breton. En 1945 l’artiste revient dans la capitale et s’y installe avec sa deuxième épouse.

  • 3  Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p. 77

5Atrapulsion sera conservé par Victor Brauner toute sa vie, puis par Jacqueline Brauner jusqu'à son décès. On le retrouve cité dans le catalogue de l’exposition de la Galerie René Drouin en ‘48 puis dans les rétrospectives de Paris, en 1972, mais surtout de Vienne en 1965 date à laquelle l’oeuvre est qualifiée de peinture fragile3 par l’artiste lui-même.

6Peu exposé, le tableau sera entreposé dans les ateliers de l’artiste rue Perrel, puis rue Lepic dans un parking fermé tenant lieu de réserve. Cet entrepôt blindé avec de la tôle offrira des conditions incertaines de conservation. Depuis 1988 l’œuvre fait partie des collections du Musée d’ Art Moderne et Contemporain de la Ville de Strasbourg où il a été restauré en 1998.

Étude technologique et constat d’état

7La toile support en fibre naturelle a été montée artisanalement sur un châssis sans clefs de format standard (F10). L’examen du revers met en évidence la principale altération du support : une déformation marquée de la planéité dont les images en lumière rasante donnent la mesure. Sur-tendue la toile est entièrement déformée (fig. 2)

Fig. 2  Atrapulsion

Fig. 2  Atrapulsion

Gauche - photographie face en lumière rasante ; Droite - Vue du revers de la toile en lumière rasante.

Crédit : © Inp/Vanneste. © Cojocaru Pingeot

  • 4  MFX - Micro Fluorescence X
  • 5  Le blanc de zinc est aussi présent dans la préparation

8Sur cette toile (peut être encollée) l’artiste a apposé une double préparation blanche. Il a ensuite tracé un dessin avec un médium sec à base de carbone, et appliqué des rehauts blancs et colorés. L’analyse par MFX4 a mis en évidence, la présence dans les couches colorées, de blanc de zinc5, jaune de strontium, vert de chrome et arséniate de cobalt ; la nature du liant des plages colorées n’a pu être identifiée.

La composition de la préparation blanche

9La préparation blanche qui fait office de ton de fond a été appliquée rapidement en plusieurs couches, irrégulières. L’examen sous loupe binoculaire révèle un aspect de surface tantôt lisse, tantôt parsemé de petits cratères (fig.3), et celui des coupes stratigraphiques révèle la présence de poches d’air dans la préparation. Très dure et cassante, elle est insoluble dans l’eau.

Fig. 3  Atrapulsion - Détails

Fig. 3  Atrapulsion - Détails

Cratères sur la préparation (face et tranches).

Crédit : © Cojocaru Pingeot

  • 6  IRTF - Spectrométrie infrarouge a transformée de Fourier
  • 7  GC-MS - Chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse

10L’analyse par IRTF6 a mis en évidence la présence de protéines, confirmée par GC-MS7 – qui atteste également de la présence d’huile. Les tests microchimiques (à base de molybdate d’ammonium) ont prouvé la présence de caséine. Cette dernière, mélangée à du blanc de zinc et à un peu d’huile, compose la préparation.

Altérations mécaniques

11Sur l’ensemble de l’oeuvre, on constate l’existence d’un réseau de craquelures généralisé qui s’étend aux couches colorées, à qui le fond blanc a imposé son comportement. Sont visibles : écailles en cuvette, soulèvements, déplacages et lacunes - principalement sur les bords (fig.4).

Fig. 4  Atrapulsion

Fig. 4  Atrapulsion

Gauche & centre: détails du réseau de craquelures en cuvette en lumière rasante. Droite : lacunes et retouches.

Crédit : © Cojocaru Pingeot

12Les recherches documentaires ont mis au jour plusieurs photographies de l’oeuvre dont une que l’on suppose d’avant 1966 (fig. 5) qui montre un tableau déjà très altéré. À part Atrapulsion, parmi les peintures que nous avons pu examiner, seules deux œuvres présentent des altérations similaires - dont Préformation

  • 8  Dix-sept albums de peintures de 1922 à 1965 sont conservés dans les archives du peintre à la Bibli (...)

13(fig. 5)8.

Fig. 5 Gauche : Atrapulsion, photographie de 1966. Droite : Préformation

Fig. 5 Gauche : Atrapulsion, photographie de 1966. Droite : Préformation

Réseaux de craquelures similaires  

Crédit © Archives de Victor Brauner du MNAM

Altérations optiques  

14L’observation de la couche picturale montre un aspect de surface irrégulier avec des zones d’aspect mat, des aires plus satinées et des zones brillantes (fig. 6). Après étude nous avons pu déterminer que les zones mates sont celles avec une faible épaisseur de matière et un réseau de craquelures fin et dense. Celles brillantes ont reçu en revanche, l’apport tardif d’un matériau filmogène exogène (les traces de migration d’un solvant sont visibles au revers). L’examen sous UV a éliminé l’hypothèse d’un vernis sélectif ; les recherches sur les films à base de caséine et l’étude technologique ont démontré l’absence (sur un film de caséinate) d’un exsudat semblable à la couche brillante visible sur les coupes stratigraphiques. L’équipe de restauratrices qui est intervenue sur l’œuvre en 1998 a confirmé avoir réalisé une intervention de refixage avec du Paraloid B72®.

15L’œuvre présente un léger encrassement sur les bords.

Fig. 6  Atrapulsion

Fig. 6  Atrapulsion

Brillances et matités, lumière frontale et rasante.

Crédit © Cojocaru Pingeot

Diagnostic

  • 9  Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p. 77
  • 10  Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p. 83-84

16Atrapulsion est une oeuvre relativement jeune, mais avec une étendue et un degré d’altération important. Les altérations semblent être anciennes puisque l’artiste considérait l’œuvre fragile dès les années ’609. Nos recherches10 nous ont permis de déterminer qu’elles ne sont pas le résultat de traitements de conservation passés ou de conditions de conservation récentes et les recherches historiques tendent à montrer qu’Atrapulsion est un cas rare dans la production de l’artiste. Les images que nous avons retrouvées montrent que les dégradations sont anciennes et qu’elles ont peu évolué, étant vraisemblablement liées aux matériaux constitutifs. Toutes ces données, complétées par l’étude du corpus des œuvres de l’artiste, renforcent hypothèse de l’usage, pour Atrapulsion, de matériaux inhabituels ou de méthodes de mise en œuvre peu courantes.

17Le liant du tableau étant à base de caséine, nous avons initié des recherches sur son usage dans la peinture, et sur ses propriétés physico-chimiques. Des essais de modélisation de la couche de préparation ont permis, dans un deuxième temps, d’étudier la mise en oeuvre d’éventuels traitements.

Aide au diagnostic – modélisation d’une préparation à base de caséine

18La caséine est une phosphoprotéine se trouvant à l’état de sel calcique dans le lait. Comme nombre de produits naturels, il n’y a pas une, mais des caséines, aux propriétés variables. De règle générale elle n’est pas utilisée pure, mais combinée à des bases avec lesquelles elle donne des caséinates(des sels de caséine). Selon la base utilisée, elle demeure ou pas soluble dans l’eau. Les films de caséine, après évaporation de l’eau, sont durs et cassants, mais leurs propriétés varient selon les proportions des mélanges et l’adjonction de pigments, charges ou autres additifs. La caséine est peu employée en peinture de chevalet, sauf sur des supports rigides où ses qualités adhésives et émulsifiantes intéressent les artistes.

Quel mélange de caséine a utilisé Victor Brauner pour Atrapulsion ?

  • 11  Etude de l’emploi de la caséine dans les arts et l’industrie. Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p. (...)
  • 12  La molécule de caséine porte des fonctions acides et basiques, c’est une substance amphotère. Comb (...)

19Les recherches historiques portant la caséine et les produits qui en contiennent11 ont permis d’éliminer l’hypothèse de l’usage d’une caséine artisanale de lait (ou de fromage) ou celle d’une caséine en tube ou pour la décoration, ces mélanges plus complexes ne reflétant pas la simplicité de la composition du film. L’artiste a probablement utilisé de la caséine simple en poudre, achetée auprès d’un marchand de couleurs. Le film, insoluble dans l’eau, indique l’usage a priori d’une base bivalente12, comme la chaux éteinte, ingrédient commun à de nombreuses formules.

20Les méthodes d’analyse ne permettant pas de quantifier les proportions de chaque ingrédient nous avons adopté une démarche expérimentale inverse. Des tests ont permis d’identifier les mélanges qui une fois secs, donnent une morphologie semblable à celle d’Atrapulsion.

Test 1 : cinq caséines différentes et une seule recette (à base de caséine, chaux et pigment)

21Le premier test avait comme but de nous familiariser avec ce produit et nous permettre d’observer la morphologie des mélanges de caséine, chaux et pigment.

22Nous avons testé cinq caséines différentes : deux caséines Sennelier : une « solubilisée (au carbonate de soude) » et une deuxième « insoluble lactique » ; une caséine de la marque Cooper - Rhône Poulenc vraisemblablement assez ancienne ; une caséine de la marque Sigma« technical grade » avec un aspect granuleux et coloré ; une caséine proposée par Laverdure, provenant d’un producteur de Normandie .

  • 13  Pour cette première étape nous n’avons pas rajouté d’huile ;  , la toile support n’étant pas encol (...)

23L’alcali était une chaux éteinte (Prolabo) et le pigment un oxyde de zinc ZnO (Laverdure)13.

24Cette première étape a mis en évidence la texture rapidement visqueuse des mélanges, le séchage rapide des feuils et les différences de comportement entre les caséines.

Test 2 : une seule caséine et cinq recettes différentes (à base de caséine, chaux, huile et pigment détrempé sur toile encollée)

  • 14  Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p.108 -113

25En tenant compte des résultats du test précédent et sur la base de formules anciennes, les proportions des ingrédients ont été modifiées afin d’identifier les « recettes » provoquant les altérations souhaitées, c’est-à-dire l’apparition de larges réseaux de craquelures. Nous avons sélectionné plusieurs « formules» provenant d’ouvrages de technique picturale déjà parcourus14. Les critères principaux ont été : la date de publication de l’ouvrage et la fiabilité de la recette (quantitative, qualitative et méthodologique).

26Les principales différences d’une formule à l’autre sont le rapport caséine/chaux et la quantité d’eau totale (Fig. 7).

Fig. 7  Tableau récapitulatif des tests

Fig. 7  Tableau récapitulatif des tests

Une version pdf est jointe en annexe de l'article.

Crédit © Cojocaru Pingeot

  • 15  Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p.111-113

27Les résultats ont confirmé l’importance des proportions de caséine/chaux/eau dans l’aspect et les propriétés du feuil. Une plus grande quantité de chaux donne un film plus dur et plus cassant. La présence d’huile - indispensable - augmente le module d’élasticité du film. Enfin, les réseaux de craquelures sont plus larges sur les éprouvettes riches en liant et sur les plages plus épaisses15.

Éprouvettes

28Nous avons, lors des pré-tests, choisi d’explorer plusieurs formules et d’accentuer les paramètres qui semblent provoquer les altérations semblables à celles d’Atrapulsion, principalement la viscosité du mélange et l’épaisseur des couches. Pour réaliser les éprouvettes finales, nous avons sélectionné deux des mélanges du pré-test 2 donnant les résultats les plus proches d’Atrapulsion.

29Ces formules ont été appliquées sur une toile de lin de contexture semblable à celle originale, faiblement tendue et encollée. Rapidement, pendant et après dix heures de séchage, sont apparues des déformations du support, un réseau de craquelures de séchage généralisé avec écailles en formation et des cratères en surface (fig. 8). Une coupe stratigraphique a confirmé la présence de poches d’air au sein du film.

  • 16  Nos tests ne nous on pas permis de définir le temps nécessaire au séchage complet du film

30La survenue rapide des réseaux de craquelures a confirmé nos hypothèses. Ces réseaux apparaissent, en grande partie, lors du séchage du film. Nous avons à faire à des craquelures prématurées, dues à un défaut de mise en œuvre des matériaux. Le film, une fois sec, atteint un point d’équilibre interne, avec un module d’élasticité important. À partir de ce moment, les dimensions du film ne semblent plus varier significativement, en absence de contraintes extérieures. Après séchage nous avons soumis la toile à des variations dimensionnelles (par enfoncement des clefs) afin de simuler les variations qu’elle subirait lors de changements hygrométriques. Nous avons observé que le réseau de craquelures existant s’est fortement accentué et que des nouvelles craquelures (de morphologie différente) sont apparues. À partir du moment où le film est sec16, c’est le mouvement du support qui induit l’apparition de craquelures d’âge, et l’accentuation des réseaux existants, sur une préparation qui devient de plus en plus rigide en vieillissant

31Le feuil des éprouvettes, assez dur et cassant, présentait un aspect à la fois mat et satiné selon l’épaisseur des couches.

Fig. 8 Résultat des essais de modélisation

Fig. 8 Résultat des essais de modélisation

En ordre: éprouvette  face / revers avec réseaux de craquelures (après séchage) ; Images sous loupe binoculaire - comparaison ; gauche: Atrapulsion, droite: éprouvette.

Crédits : © Cojocaru Pingeot

32Afin de tenter de reproduire la stratigraphie de l’oeuvre originale, nous avons partiellement recouvert l’éprouvette d’un dessin au crayon graphite et appliqué du jaune de strontium broyé à l’huile (même pigment qu’Atrapulsion mais liant probablement différent). Après deux semaines de séchage, du Paraloid B72® dilué dans du toluène à 5 % puis 10% a été appliqué au pinceau sur des écailles, provoquant l’apparition de brillances (fig.9).

Fig. 9  Éprouvette

Fig. 9  Éprouvette

Vue générale et détail des zones colorées avec brillances après application du Paraloid B72 ® à 10%.

Crédit : © Cojocaru Pingeot

Conclusion 

33Les tests de modélisation ont démontré que les déformations de la toile ont été provoquées par la composition et la mise en oeuvre de la préparation. Les fortes tensions internes développées dans le film lors du séchage ont provoqué un retrait du feuil et l’apparition d’un réseau de craquelures prématurées. Le pouvoir adhésif du caséinate de chaux a déformé la toile, qui plus souple, a suivi la rétractation du film. Sur l’œuvre originale, ces altérations ont été accentuées par le vieillissement des matériaux et par le mouvement du support soumis aux variations d’humidité et température. Sont apparues écailles en cuvette et craquelures d’âge. En l’absence de contraintes extérieures, ces altérations ne devraient plus évoluer significativement, mais constituent un danger potentiel pour l’intégrité de l’œuvre.

  • 17  Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p.82-84

34Les recherches historiques et les essais de modélisation ont prouvé que les brillances localisées étaient probablement composées des résidus d’un traitement de refixage au Paraloid B72®17. La présence de cette résine provoque une altération optique, diminue la perméabilité de la couche sur laquelle elle est apposée et complique la réalisation de traitements de refixage.

Propositions de traitement

35En accord avec les responsables juridiques de l’œuvre il a été décidé de réaliser les interventions suivantes : élimination des résidus de Paraloid B72® de la surface de la couche picturale puis refixage des écailles en soulèvement ; décrassage, comblement des lacunes et retouche.  

Étude expérimentale

36Le peu de connaissances concernant les propriétés physico-chimiques des films de caséinates a nécessité la réalisation d’une étude expérimentale ayant comme but d’identifier un solvant et une méthode de mise en œuvre susceptible de retirer en toute sécurité les résidus de Paraloid B72®. La principale difficulté consistait à éviter la redistribution, à l’intérieur du film poreux, de la résine solubilisée par le solvant.

37Plusieurs tests ont été réalisés.

Test 1

  • 18  Fluorescent Violet, Naphthalimid, ref.94730 KERMER PIGMENTE

38Pour commencer, les principaux solvants solubilisant le Paraloid B72® ont été appliqués sur une éprouvette recouverte de résine étendue au pinceau. Afin de mieux visualiser leur efficacité, un colorant fluorescent a été mélangé à la résine18.

39Sept solvants ont été testés sur préparation et couche colorée. Nous avons évalué (à l’œil nu - en lumière rasante et sous fluorescence UV) plusieurs paramètres dont le degré de solubilisation de la résine et les changements d’aspect de surface du film (couleur, brillance). Résultats : sur des éprouvettes à peine vieillies (72 h à 65 °C et 20% d’HR)  les solvants deviennent rapidement moins efficaces, la surface poreuse retenant la résine. L’acétone et le toluène ont donné les meilleurs résultats (fig. 10)

Fig. 10  Éprouvette

Fig. 10  Éprouvette

Images sous fluorescence UV des tests pour l'enlèvement du Paraloid B72® de la préparation blanche. Gauche - avant tests ; centre après tests sans vieillissement et droite après tests avec vieillissement (colonne de droite).

Crédit © Cojocaru Pingeot

Test 2

40Les deux solvants les plus efficaces (l’acétone et le toluène - remplacé par du xylène) ont été testés sur la préparation et les couches colorées d’Atrapulsion avec des résultats satisfaisants. À l’œil nu et sous loupe binoculaire, le Paraloid B72® se solubilise et s’enlève sans dommage apparent pour les matériaux originaux (Fig. 11).

Fig. 11  Atrapulsion

Fig. 11  Atrapulsion

Tests d’enlèvement du Paraloid B72® avec du xylène à l’aide d’un bâtonnet de coton (avant, pendant et après les tests) sur un carré de couche colorée jaune.

Crédit © Cojocaru Pingeot

Test 3 

41Il s’agit d’identifier une méthode de mise en œuvre des solvants de nettoyage sélectionnés, adaptée aux particularités de notre feuil. L’objectif est de minimiser la pénétration du solvant et des résidus de résine, en évitant qu’ils ne soient piégés dans les poches d’air situées à l’intérieur du film. Nous avons choisi de comparer l’application du solvant seul à celle d’un gel de solvant.

42L’application de solvant seul a été testée lors de l’étape précédente.

43Pour l’application d’un gel de solvant, nous avons choisi d’expérimenter une méthode utilisant des solvants siliconés, afin de minimiser la pénétration du solvant de nettoyage et des résidus de résine dans la couche poreuse.

Solvants siliconés

  • 19 Les solvants siliconés sont une classe de composés chimiques distincte – celle des methoxysilanes v (...)
  • 20 Stavroudis Chris, More from CAPS 3: surfactants, silicone-based solvents, and microemulsions, WAAC (...)

44Les solvants siliconés appartiennent à la famille des polymères siliconés. Il s’agit d’une classe de composés de silicium avec une chaîne principale inorganique et un groupe radical qui peut être organique. Ces solvants ont une très faible polarité et une faible tension superficielle. Ils ont peu ou pas d’odeur, sont considérés comme peu toxiques et s’évaporent plus ou moins vite selon leur longueur de chaîne19. L’avantage des solvants siliconés sur des surfaces poreuses est conféré par leur polarité : inférieure à celle des hydrocarbures aliphatiques, elle les rend inoffensifs sur les couches picturales. En conséquence ils peuvent être appliqués, avant traitement, comme une couche protectrice qui comble les porosités du feuil et minimise la pénétration du gel de nettoyage et de la résine solubilisée20.

45Pour les tests nous avons utilisé l’hexamethyldisiloxane ou D2, à forte volatilité et le cyclomethicone D5 (ou decaméthyl-penta-cyclo-siloxane, avec 5 atomes de Si)21

  • 22  http://www.momentive.com/Products/home.aspx?id=21644

46Pour gélifier les solvants de nettoyage (l’acétone et le xylène), nous avons choisi le Velvesil Plus®22 qui est un gel de solvant siliconé, à la fois un gel et un émulsifiant. Il s’agit d’un copolymère réticulé de la famille des silicones. Le Velvesil Plus® est un gel prêt à l’emploi, ne nécessite pas l’ajout de tensioactif et se rince avec les solvants siliconés déjà cités.

47Méthodologie (fig.12) :

  • Application au pinceau d’une couche de cyclomethicone D5 sur les zones à traiter, pour combler les pores de la préparation

  • Dépose, au pinceau, du gel de solvant de nettoyage (xylène / Velvesil Plus ® ou acétone /Velvesil Plus®)

  • Travail du mélange au pinceau  

  • Nettoyage du gel de solvant au coton sec

  • Rinçage à l’hexamethyldisiloxane, au coton. Séchage

Fig. 12  Mise en œuvre du gel de solvant (Acétone / VelvesilPLUS ®) sur éprouvette

Fig. 12  Mise en œuvre du gel de solvant (Acétone / VelvesilPLUS ®) sur éprouvette

En ordre : avant test ; pose du cyclomethicone (D5) au pinceau ; pose du gel de solvant de nettoyage; gel de solvant sur coton ; zone de test avant rinçage, coton après rinçage avec hexamethyldisiloxane (D2) ; après tests.

Crédits ©Cojocaru Pingeot

48Sur les éprouvettes, les tests ont démontré l’avantage de l’usage des gels de solvant par rapport aux solvants seuls. Si la résine n’est pas complètement enlevée dans aucun des deux cas – le gel de solvant évite l’usure de la couche colorée et ne semble pas laisser de résidus, à l’œil nu et sous loupe binoculaire.  

49Ces tests ont été répétés sur Atrapulsion (préparation blanche et couche colorée) avec deux solvants, trois concentrations et plusieurs applications. Deux de ces mélanges ont donné des résultats équivalents et ont permis l’enlèvement du Paraloid B72® (Fig. 13). Le mélange le moins polaire et le moins concentré en solvant (xylène à 30% dans Velvesil Plus®) a été choisi pour le traitement de l’œuvre.

Fig.13 Tests sur Atrapulsion

Fig.13 Tests sur Atrapulsion

En ordre : image avant test en lumière rasante ; pose du cyclomethicone (D5) au pinceau, pose du mélange acétone /VELVESIL PLUS ® à 40% ; résultat après 1er passage ; résultat après 2e passage ; image sous loupe numérique (grossissement x 200) avant et après traitement.  

Crédits © Cojocaru Pingeot

Restauration

Enlèvement des résidus de Paraloid B72®

50Si le protocole scientifique a permis l’identification d’une méthode optimale pour l’élimination des résidus de Paraloid B72® - dans la pratique sont apparues quelques difficultés. Sur les zones trop craquelées et trop déformées, l’application et le retrait du gel de solvant se sont avérés difficiles, le coton s’accrochant à la préparation. Nous avons, en conséquence, appliqué le solvant seul. Cette double démarche nous a permis de traiter l’ensemble de l’œuvre de façon satisfaisante (fig. 14).

Fig. 14  Atrapulsion

Fig. 14  Atrapulsion

Enlèvement du Paraloid B72®. Avant et après traitement en lumière rasante.

Crédits : © Cojocaru Pingeot

Refixage des écailles

51Atrapulsion présente une couche picturale (préparation et couches colorées) avec des propriétés et caractéristiques particulières et inhabituelles.

52Afin de respecter la compatibilité avec la matière originale, nous avons sélectionné des adhésifs aqueux.

53Des tests supplémentaires de sensibilité à l’eau réalisés sur les bords de l’œuvre ont montré que la préparation blanche, bien qu’insoluble à l’eau, était réactive ; la dépose d’une goutte d’eau sur une écaille a créé des tensions internes qui ont abouti au clivage et à la fragmentation de cette dernière

54Un traitement de refixage pourrait permettre, en parallèle à l’introduction d’un adhésif entre la préparation et la toile, la remise dans le plan des déformations qui affectent la préparation et la toile support. Notre couche picturale étant dure et cassante et présentant une réactivité à l’eau, nous avons réalisé des tests sur l’éprouvette afin d’estimer la faisabilité de cette démarche.

Choix des adhésifs

55Nous recherchions un adhésif permettant de sécuriser les écailles décollées en comblant l’espace entre chaque écaille et la toile déformée, et si possible, d’assouplir légèrement la préparation et/ou la toile support.

56Les principaux critères de choix ont été les suivants : réversibilité et compatibilité avec la matière originale ; absence de modifications optiques après application ; fort pouvoir adhésif à faible concentration, efficacité sur une couche picturale rigide et cassante. Mais aussi : une souplesse indispensable à un support déformé et réactif ; une viscosité adaptée à notre objectif (la colle devant pénétrer par les craquelures, mais sans être complètement absorbée par le support toile) et une compatibilité avec la méthode de mise en œuvre (application au pinceau fin).

57Afin d’éviter un apport d’eau non contrôlé, l’adhésif a été appliqué en faible quantité et sous mini-table aspirante.  Des tests ont été réalisés sur l’éprouvette (Fig. 14) puis, après évaluation, sur Atrapulsion

58Un mélange de 2/3 – 1/3 de colle d‘esturgeon (à 4 %) et de Jun Funori® (à 0,5%) s’est avéré adapté à nos contraintes. L’adhésif aqueux a permis en partie la relaxation de la toile déformée. Après traitement, l’aspect général de l’œuvre s’est nettement amélioré, l’adhésion défaillante entre la préparation et la toile étant renforcée.

Fig. 15 Refixage des réseaux de craquelures

Fig. 15 Refixage des réseaux de craquelures

Gauche : éprouvette, avant & après traitement en lumière rasante. Droite : Atrapulsion,; avant et après traitement en lumière rasante.

Crédits : © Cojocaru Pingeot

Décrassage

59Des tests ont été réalisés afin d’identifier la meilleure méthode de décrassage des bords de l’oeuvre.

  • 23  Nous avons mis en évidence à l’étape précédente la réactivité de la préparation à l’application d’ (...)
  • 24  Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p.181

60Les hydrocarbures seuls étant inefficaces nous avons procédé de manière progressive en testant principalement des solutions aqueuses simples (avec pH et conductivité contrôlée23) et des solutions mixtes : émulsions ou microémulsions simples (à base de solvants siliconés) ou avec co-solvants24. À certains mélanges nous avons rajouté des épaississants.

61Une solution de citrate de potassium appliquée au coton et rincée à l’eau a donné des résultats moyennement satisfaisants. Si le décrassage a permis de retirer une partie des salissures présentes sur les bords de la toile, il n’a pas complètement enlevé toute la crasse, dont une partie semble avoir pénétré profondément dans la préparation. Cette solution a néanmoins amélioré l’aspect de surface des bords de l’œuvre sans provoquer de clivage de la préparation.

62Après décrassage les lacunes ont reçu un mastic et une mise au ton.

  • 25  Dues aux chocs potentiels, aux vibrations, à l’accumulation de poussière ou aux variations d’hygro (...)

63Afin d’éviter et ralentir les phénomènes de dégradation25 œuvre a reçu un dos protecteur. Une vitre adaptée sera aménagée dans le cadre existant, avant qu’Atrapulsion ne réintègre les collections du musée.  

Fig. 16  Atrapulsion : avant / après traitements de restauration

Fig. 16  Atrapulsion : avant / après traitements de restauration

En ordre : élimination des résidus de Paraloid B72®; avant et après traitement ; Vue générale avant et après traitement en lumière rasante.

Crédit : © Inp/Vanneste

Conclusion

64L’étude et la restauration d’Atrapulsion nous ont énormément appris, ce tableau illustrant la diversité des approches nécessaires à la compréhension et à la connaissance d’une œuvre.

65L’étude historique a été l’occasion d’une plongée dans le monde des surréalistes européens, dont Victor Brauner est un acteur subtil et émouvant. La complexité des altérations nous a offert l’occasion d’explorer une technique picturale particulière, peu connue, qui nous éclaire sur la multiplicité des choix ouverts aux artistes en ce début du XXe siècle ; les matériaux traditionnels sont détournés, mélangés et utilisés pour la conquête de nouveaux moyens d’expression, heureux ou malheureux, souvent inédits.

66La recherche scientifique a permis l’exploration de nouvelles méthodes et matériaux destinés au nettoyage et à la conservation d’œuvres fragiles et sensibles. Nous aurions souhaité approfondir certaines questions, dont l’étude de la présence éventuelle de résidus de solvants siliconés sur les surfaces nettoyées. Cette étape fera l’objet d’une étude complémentaire.  

Haut de page

Bibliographie

Beau M., La caséine composition, propriétés, technique, commerce, Paris, Dunod, 1952  

Bonini M., Lenz S., Giorgi R.,  Baglioni P., « Nanomagnetic Sponges for the Cleaning of Works of Art » dans Langmuir, 2007, Vol. 23, No. 17

Borgioli L., Caminati G., Gabrielli G., « Removal of hydrophobic impurities from pictorial surfaces by means of heterogeneous systems », dans  Science and technology for cultural heritage, 1995, n°4 (II)

Bozo D., Victor Brauner. Musée national d'art moderne, Exposition du 2 juin au 25 septembre 1972, Paris, Édition des musées nationaux, 1972

Carretti E., Salvadori B., Baglioni P., « Microemulsions and micellar solutions for cleaning wall painting surfaces », dans Studies in conservation, 2005, Vol. 50 n° 2

Cojocaru Pingeot Cristina, Atrapulsion ou l'ébullition des virgules introplasmiques, peinture à la caséine sur toile présentant un important réseau de craquelures en cuvette Reconstitution de la technique picturale et mise au point d'un protocole de nettoyage adapté, Mémoire de fin d’études, Paris, Inp, 2013, non publié

Cremonesi P., Signorini E., Un approccio alla pulitura dei dipinti mobili, Padova, Il Prato, 2012

Delcroix Gilbert, Havel Marc, Phénomènes physiques et peinture artistique, Puteaux, Erec, 1988

de Willigen P., A mathematical study on craquelure and other mechanical damage in paintings, Delft University of Technology, 1999

Doerner Max, The materials Of The artist and their Use In Painting : with notes on the techniques of the old masters, First Harvest Edition Harcourt, NY, 1984. 1ère édition 1934 – 1949 (?)

Dorge V., Solvent gels for the cleaning of works of art Monographie : the residue question, Los Angeles, The Getty conservation Institute, 2004

Dorman N., « The CAPS 3 London workshop: A space-time Continuum of pH and Conductivity », dans WAAC Newsletter, 2012,  Vol. 34 n° 3

Down J., MacDonald M., Tétreault J., « Adhesive testing at the Canadian Conservation Institute - An evaluation of selected poly(vinyl acetate) and acrylic adhesives », dans Studies in Conservation, 1996, Vol. 41 n° 1

Giorgi R.,  Chelazzi D., Carretti E., « Microemulsions for the cleaning of wall paintings », dans

ICOM-CC, 2008, 15th Triennial Conference New Delhi, 22-26 September: preprints – 1

Horie Velson, Materials for conservation - Monographie : Organic consolidants, adhesives and coatings, Paris, Butterworth-Heinemann, 2010

Keghel Maurice de, Traité général de la fabrication des colles, des agglutinants et matières d'apprêts: leur fabrication, leurs propriétés, leurs emplois, Paris, Gauthier-Villars, 1949

Langlais Xavier, La Technique de la peinture à l'huile, Paris, Flammarion, 1959

Morando Camille,  Patry Sylvie, Victor Brauner - Écrits et correspondances (1938-1948), Paris, Éditions Centre Pompidou, INHA, 2005

Petit Jean, Roire Jacques, Valot Henri, Des liants et des couleurs : Pour servir aux artistes peintres et aux restaurateurs, Puteaux, Erec, 1995

Perego François, Dictionnaire des matériaux du peintre, Paris, Belin, 2005

Rodorico G., Baglioni P., Berti D., « New methodologies for the conservation of cultural heritage: micellar solutions, microemulsions, and hydroxide nanoparticles, Accounts of chemical research », dans Advanced techniques in art conservation, Vol. 43, n°6

Stavroudis C., « More from CAPS 3: surfactants, silicone-based solvents, and microemulsions »,  dans WAAC Newsletter, 2012, Vol. 34 n° 3

Sutermeister E., Browne F., Casein and its industrial applications, New York, Reinhold Publishing Corporation, 1939

Wehlte Kurt, The Materials and techniques of painting, New York, N.Y. Kremer pigments Inc., 2001

Wolbers R., Mirabaud S., Desvois L., Palmade Le Dantec N., Le nettoyage des surfaces peintes, Paris, Eyrolles - Inp, 2013

Wolbers R., Les méthodes aqueuses utilisées dans le décrassage, l’enlèvement des vernis et repeints : solutions, gels et émulsions (Stage de formation permanente Inp, juin 2012)

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Cojocaru Pingeot, Atrapulsion ou l'ébullition des virgules introplasmiques, peinture à la caséine sur toile présentant un important réseau de craquelures en cuvette. Reconstitution de la technique picturale et mise au point d'un protocole de nettoyage adapté, Mémoire de fin d’études, Paris, Inp, 2013, non publié.

2  Morando Camille, Patry Sylvie, Victor Brauner - Ecrits et correspondances (1938-1948), Editions Centre Pompidou, Paris, INHA, 2005, p 44.

3  Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p. 77

4  MFX - Micro Fluorescence X

5  Le blanc de zinc est aussi présent dans la préparation

6  IRTF - Spectrométrie infrarouge a transformée de Fourier

7  GC-MS - Chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse

8  Dix-sept albums de peintures de 1922 à 1965 sont conservés dans les archives du peintre à la Bibliothèque Kandinsky du MNAM. Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p. 63

9  Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p. 77

10  Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p. 83-84

11  Etude de l’emploi de la caséine dans les arts et l’industrie. Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p. 87-105

12  La molécule de caséine porte des fonctions acides et basiques, c’est une substance amphotère. Combinée à des bases elle donne des caséinates(des sels de caséine ou des solutions colloïdales d’un caséinate). On distingue l’action des bases de cations monovalents (sodium Na+, potassium K+, ammonium NH4+) qui donnent des caséinates restant solubles dans l’eau de celles des cations bivalents (calcium Ca2+, baryum Ba2+, magnésium Mg2+) qui conduisent à des caséinates insolubles ; Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p. 99

13  Pour cette première étape nous n’avons pas rajouté d’huile ;  , la toile support n’étant pas encollée.

14  Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p.108 -113

15  Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p.111-113

16  Nos tests ne nous on pas permis de définir le temps nécessaire au séchage complet du film

17  Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p.82-84

18  Fluorescent Violet, Naphthalimid, ref.94730 KERMER PIGMENTE

19 Les solvants siliconés sont une classe de composés chimiques distincte – celle des methoxysilanes volatils ou VMS. Ces solvants se situent à l’extrémité inferieure de la classe des dimethylsiloxanes polymérisés. Le plus petit est le dimère, l’hexamethyldisiloxane, un solvant avec une évaporation très rapide. A l’autre extrémité de la famille des polymères siliconés on retrouve la gomme de silicone et entre les deux les huiles et les gels siliconés.

20 Stavroudis Chris, More from CAPS 3: surfactants, silicone-based solvents, and microemulsions, WAAC Newsletter, Vol. 34 n° 3, 2012

21 http://www.sigmaaldrich.com/catalog/product/fluka/52630?lang=fr&region=FR & http://www.sigmaaldrich.com/catalog/product/aldrich/444278?lang=fr&region=FR

22  http://www.momentive.com/Products/home.aspx?id=21644

23  Nous avons mis en évidence à l’étape précédente la réactivité de la préparation à l’application d’eau déminéralisée en gouttes. Nous avons, en conséquence, décidé de réaliser une mesure de la conductivité de la surface d’Atrapulsion. Il s’agissait d’éviter les échanges d’ions entre le substrat et les solvants aqueux qui pourraient avoir lieu par le mécanisme de la pression osmotique. Cela a été réalisé à l’aide d’un gel d’agarose posé au contact de la surface de l’œuvre, sur la préparation blanche et sur un des carrés de couche colorée. La conductivité a été mesurée à l’aide d’un conductimètre. Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p 165-166

24  Cojocaru Pingeot Cristina, 2013, p.181

25  Dues aux chocs potentiels, aux vibrations, à l’accumulation de poussière ou aux variations d’hygrométrie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Atrapulsion
Légende Photographie de face en lumière naturelle directe.
Crédits Crédit : © Inp/Vanneste .
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4033/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 2  Atrapulsion
Légende Gauche - photographie face en lumière rasante ; Droite - Vue du revers de la toile en lumière rasante.
Crédits Crédit : © Inp/Vanneste. © Cojocaru Pingeot
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4033/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Fig. 3  Atrapulsion - Détails
Légende Cratères sur la préparation (face et tranches).
Crédits Crédit : © Cojocaru Pingeot
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4033/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 4  Atrapulsion
Légende Gauche & centre: détails du réseau de craquelures en cuvette en lumière rasante. Droite : lacunes et retouches.
Crédits Crédit : © Cojocaru Pingeot
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4033/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 5 Gauche : Atrapulsion, photographie de 1966. Droite : Préformation
Légende Réseaux de craquelures similaires  
Crédits Crédit © Archives de Victor Brauner du MNAM
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4033/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 6  Atrapulsion
Légende Brillances et matités, lumière frontale et rasante.
Crédits Crédit © Cojocaru Pingeot
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4033/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 7  Tableau récapitulatif des tests
Légende Une version pdf est jointe en annexe de l'article.
Crédits Crédit © Cojocaru Pingeot
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4033/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 8 Résultat des essais de modélisation
Légende En ordre: éprouvette  face / revers avec réseaux de craquelures (après séchage) ; Images sous loupe binoculaire - comparaison ; gauche: Atrapulsion, droite: éprouvette.
Crédits Crédits : © Cojocaru Pingeot
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4033/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 9  Éprouvette
Légende Vue générale et détail des zones colorées avec brillances après application du Paraloid B72 ® à 10%.
Crédits Crédit : © Cojocaru Pingeot
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4033/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 10  Éprouvette
Légende Images sous fluorescence UV des tests pour l'enlèvement du Paraloid B72® de la préparation blanche. Gauche - avant tests ; centre après tests sans vieillissement et droite après tests avec vieillissement (colonne de droite).
Crédits Crédit © Cojocaru Pingeot
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4033/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 11  Atrapulsion
Légende Tests d’enlèvement du Paraloid B72® avec du xylène à l’aide d’un bâtonnet de coton (avant, pendant et après les tests) sur un carré de couche colorée jaune.
Crédits Crédit © Cojocaru Pingeot
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4033/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 12  Mise en œuvre du gel de solvant (Acétone / VelvesilPLUS ®) sur éprouvette
Légende En ordre : avant test ; pose du cyclomethicone (D5) au pinceau ; pose du gel de solvant de nettoyage; gel de solvant sur coton ; zone de test avant rinçage, coton après rinçage avec hexamethyldisiloxane (D2) ; après tests.
Crédits Crédits ©Cojocaru Pingeot
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4033/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig.13 Tests sur Atrapulsion
Légende En ordre : image avant test en lumière rasante ; pose du cyclomethicone (D5) au pinceau, pose du mélange acétone /VELVESIL PLUS ® à 40% ; résultat après 1er passage ; résultat après 2e passage ; image sous loupe numérique (grossissement x 200) avant et après traitement.  
Crédits Crédits © Cojocaru Pingeot
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4033/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 14  Atrapulsion
Légende Enlèvement du Paraloid B72®. Avant et après traitement en lumière rasante.
Crédits Crédits : © Cojocaru Pingeot
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4033/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 15 Refixage des réseaux de craquelures
Légende Gauche : éprouvette, avant & après traitement en lumière rasante. Droite : Atrapulsion,; avant et après traitement en lumière rasante.
Crédits Crédits : © Cojocaru Pingeot
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4033/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 16  Atrapulsion : avant / après traitements de restauration
Légende En ordre : élimination des résidus de Paraloid B72®; avant et après traitement ; Vue générale avant et après traitement en lumière rasante.
Crédits Crédit : © Inp/Vanneste
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4033/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 989k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cristina Cojocaru Pingeot, « Victor Brauner. Atrapulsion, peinture à la caséine sur toile présentant un important réseau de craquelures en cuvette  », CeROArt [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 21 mars 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://ceroart.revues.org/4033

Haut de page

Auteur

Cristina Cojocaru Pingeot

Après un master en histoire de l’art à l’École du Louvre (spécialisation peinture française) Cristina Cojocaru Pingeot intègre l’Institut National du Patrimoine d’où elle sort diplômée en 2013 (spécialisation peinture de chevalet). Elle a complété sa formation grâce à plusieurs stages au sein d’institutions publiques et ateliers privés : atelier de restauration de la Tate Gallery de Londres en 2012, atelier de Serge Tiers à Paris en 2011. Cristina C. Pingeot est actuellement installée comme indépendante à Paris. Contact : pingeot.cristina@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org