Skip to navigation – Site map
Dossier

Les crocodiles marins du Jurassique normand

Étude et restauration de fossiles et épreuves en plâtre conservés au Muséum National d'Histoire Naturelle
Alma Hueber

Abstracts

As part of my Master's thesis, we worked on fossils and plaster casts entrusted by the National Museum of Natural History. The study and restoration of these fossils and plaster casts were a great opportunity to face specific demands and different types of objects. The composition of the specimens was widely investigated, and the presence of pyrite in a fossil influenced our intervention methods. The molding on the half-crane was an opportunity to approach molding in a scientific and educational context by realizing a rebuilding of the rostrum.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1  Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, conférant au grade de Master, mention conservat (...)

1Cette année de diplôme en conservation-restauration des œuvres sculptées1 a été l’occasion de travailler sur un ensemble d’objets provenant du Muséum National d’Histoire Naturelle, en collaboration avec Ronan Allain, conservateur des collections des oiseaux et reptiles fossiles. Le sujet initial de ce mémoire portait sur la restauration d’un crâne et d’une mandibule fossiles de Metriorhynchus superciliosus (crocodile marin)

Fig. 1 Vue d'ensemble du Metriorhynchus superciliosus avant restauration

Fig. 1 Vue d'ensemble du Metriorhynchus superciliosus avant restauration

De haut en bas : crâne (L. 63 cm, RJN256), mandibule (L. 63 cm, RJN117), et socle en laiton.

© A. Hueber, 2013.

2Nous avons ensuite complété notre sujet avec un deuxième ensemble composé d’une moitié gauche de crâne fossilisé de Teleosaurus cadomensis (crocodile marin) et de ses trois répliques en plâtre peint que nous avons nommées pour plus de facilité Moulage 1, Moulage 2 et Moulage 3.

Fig.  2 Vue d'ensemble avant intervention

Fig.  2 Vue d'ensemble avant intervention

De gauche à droite : demi-crâne fossile de Teleosaurus (H. 14 ; L. 6 ; Pr. 4 cm, AC.8746), Moulage 3, Moulage 2 et Moulage 1, épreuves en plâtre peint.

© A. Hueber, 2013.

3La diversité des objets étudiés a permis d'appréhender les multiples statuts qu’ils peuvent revêtir au sein du Muséum.

  • 2 Un holotype est le spécimen qui a servi à décrire pour la première fois une espèce.

4Ces crocodiliens du Jurassique (Metriorhynchus et Teleosaurus, provenant de la même famille des Thalotosuchia) ont été découverts en Normandie au début du XIXe siècle, à l’époque des toutes premières études paléontologiques, dont celles de Cuvier (1768-1832). Le crâne de Metriorhynchus superciliosus et le demi-crâne de Teleosaurus cadomensis sont tous les deux les holotypes2 de leur espèce respective, ce qui les désigne comme véritables objets patrimoniaux et leur confère une importance à la fois scientifique et historique. Ces spécimens vivaient au Jurassique moyen : le crâne et la mandibule de Metriorhynchus proviennent des couches du Callovien (-161 à -165 Ma), et le demi-crâne de Teleosaurus de celles du Bathonien (-165 à -168 Ma).

5L’étude de ces deux ensembles d’objets a permis d’aborder des objectifs de restauration différents. Le crâne et la mandibule nous ont été confiés afin d’être restaurés, alors que le demi-crâne a fait l’objet d’un moulage.

Approche historique

  • 3 dicquemare, j-f., « Ostéolithes », dans Observations sur la Physique, l’Histoire naturelle et les (...)

6Durant le Jurassique moyen (-175/-161 Ma), la Normandie est intégralement submergée. Ces conditions favorables au mode de vie des crocodiliens, ainsi que les facteurs propices à la fossilisation du gisement peuvent expliquer la présence en grande quantité de fossiles de vertébrés marins dans cette région. La paléontologie des vertébrés se développe en Normandie dès le XVIIIe siècle, principalement dans le gisement des Vaches Noires sous l'impulsion de l’Abbé Jacques-François Dicquemare (1733-1789)3.

La découverte du demi-crâne de Teleosaurus

  • 4 buffetaut, e., Chercheurs de dinosaures en Normandie, Louviers, Ysiek, 2011.
  • 5 eudes-deslongchamps, j-a., « Histoire d’une vocation : Découverte du premier Individu de Teleosauru (...)
  • 6 lamouroux, j-f., « Sur le crocodile fossile trouvé dans les carrières du bourg d'Allemagne, à un (...)
  • 7 Il explique ce changement dans son mémoire geoffroy-saint-hilaire, e., « Divers mémoires sur de g (...)
  • 8 cuvier, g., Recherche sur les ossemens [sic] fossiles, Paris, G. Dufour et Ed. D'Ocagne, 1824.
  • 9 Muséum National d’Histoire Naturelle, Catalogue des Moules d’Ossements fossiles et autres au nomb (...)

7Au XIXe siècle, l’attention des paléontologues se porte également sur la profusion de spécimens extraits des carrières de calcaire de la région de Caen. En 1817 Jean-Félix Lamouroux, alors professeur à l’université de Caen récupère des ossements provenant d'une carrière voisine4. Intrigué, il envoie le morceau de pierre à Cuvier afin de le faire dégager par les préparateurs du Muséum. Ils en tirent la moitié gauche d’un crâne parfaitement conservé d’un crocodile encore inconnu5. En 1820, Lamouroux lui donne le nom de Crocodilus cadomensis, qui signifie Crocodile de Caen6. Il sera renommé par la suite Teleosaurus cadomensis par Geoffroy Saint-Hilaire en 18257. Ce demi-crâne est le spécimen ayant servi pour la première fois à décrire l’espèce : il en est l’holotype. Il possède ainsi un intérêt à la fois scientifique et historique. Cuvier quant à lui fait mention du demi-crâne dans sa nouvelle édition de ses Recherches sur les ossemens fossiles8 de 1824, en indiquant qu'une restitution a été réalisée. Après recherche nous en avons déduit qu'il s'agissait des épreuves 1 et 2, dont les modes de fixation montrent qu’ils devaient être présentés l’un vu de dessus, et l’autre vu de dessous. Dès la fin du XVIIIe siècle, la réalisation et l’étude de moulages en plâtre étaient déjà très courantes au Muséum. Les épreuves sont des objets didactiques servant également à la diffusion scientifique par le biais d’échanges avec d’autres institutions. Nous avons par ailleurs retrouvé la trace d’un moulage d’« 1/2 Tête de Teleosaurus cadomensis » dans un catalogue de moulages9 datant de mars 1860. Il s’agit là très probablement du Moulage 3. L'excellent état de conservation du spécimen fait apparaître de fins détails morphologiques. Son grand intérêt scientifique en a fait un spécimen très demandé, ce qui explique les nombreux moulages d’étude retrouvés.

Le Metriorhynchus

  • 10 blainville, h-m. d. de, Sur les principes de la zooclassie, ou de la Classification des animaux, P (...)
  • 11  eudes-deslongchamps, e., Notes paléontologiques, Paris, Savy, 1863‑1869.

8Nous n’avons en revanche aucune information sur la date de découverte du crâne et de la mandibule de Metriorhynchus. Découverts entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle dans le gisement des Vaches Noires, leur présence au Muséum est attestée à partir de 1847. Blainville qui a pris la suite de Cuvier à la chaire d’Anatomie comparée, crée l’espèce Metriorhynchus superciliosus à partir du crâne, lui conférant ainsi le statut d’holotype10. Le crâne est à cette époque l’un des spécimens les plus complets du Muséum. En 1869, il est d’ailleurs figuré par Eudes-Deslongchamps11. Même si le crâne et la mandibule proviennent de deux spécimens différents, ils sont présentés ensemble sur un support en laiton, depuis le XIXe siècle.

La destruction des collections

  • 12  bigot, a., « La destruction des collections et des bibliothèques scientifiques de Caen », dans Bul (...)
  • 13 Dégagement réalisé par bain à l'acide formique entre 2003 et 2007 selon le Muséum.

9La Seconde Guerre mondiale met un terme à l'intense activité de prospection. Les accès au littoral sont interdits, éloignant ainsi les chercheurs professionnels ou amateurs. Qui plus est, les bombardements alliés détruisent, le 7 juillet 1944, l’intégralité des collections paléontologiques du palais des Facultés de Caen, et celles du Muséum d’Histoire naturelle quelques mois plus tard12. Il ne subsiste alors que des publications, parfois illustrées, des inventaires et quelques moulages dispersés dans les musées épargnés. Ce demi-crâne est alors aujourd’hui de fait l'unique spécimen de cette espèce à être conservé au Muséum. En effet, tous les autres crânes de Teleosaurus décrits au XIXe siècle, principalement par Eudes‑Deslongchamps en 1869, ont été détruits. Un dégagement récent à l’acide a permis de décrire plus précisément les caractères anatomiques de l’espèce13.

Le Metriorhynchus superciliosus : étude et restauration de fossiles

Étude du matériau et constat 

  • 14 babin, c., Principes de paléontologie, Paris, Colin, 1991.
  • 15 leduc, t., Les iguanodons de Bernissart : leur évolution diagénétique et les processus de dégradat (...)
  • 16 Le rapport d’analyses est à consulter dans les annexes du mémoire : hueber, A. Étude et restaurati (...)

10Nous avons dans un premier temps cherché à déterminer la composition de ces fossiles. Ils sont le résultat de mécanismes physiques, chimiques et biologiques complexes lors de la fossilisation14. À la mort du spécimen, la matière organique se dégrade. La teneur en fluor à tendance à augmenter dans les os15. L’hydroxyapatite originelle est bien souvent remplacée par de la fluorapatite (Ca5(PO4)3F). Pour préciser la composition de ces fossiles, des analyses ont été réalisées au Centre de Recherche et de Conservation des Collections en collaboration avec Véronique Rouchon et Giliane Odin, ingénieurs de recherches16. Elles nous ont permis d'identifier d’autres minéraux cristallisés au sein des fossiles, principalement de la calcite et de la pyrite. Nous verrons que ce sulfure de fer peut poser de gros problèmes de conservation.

Fig. 3 Présence de pyrite

Fig. 3 Présence de pyrite

La pyrite visible dans le fossile du Metriorhynchus superciliosus - à gauche à l'œil nu et en bas sous loupes binoculaires - se présente comme de type framboïdal au microscope à balayage électronique (à droite).

© A. Hueber et © MNHN, 2013.

11La gangue présente autour de l’os est quant à elle principalement argilo-calcaire. Elle est dure et compacte. Le dégagement des fossiles a été réalisé mécaniquement, d'abord avec des ciseaux de sculpteurs, puis plus récemment, des détails ont été repris au vibro-inciseur.

12Le crâne est aujourd’hui composé de 17 fragments, et la mandibule de 13. Ils ont tous les deux fait l'objet de nombreuses interventions, principalement des opérations de remontage. Des radiographies ont permis de déceler la présence de nombreuses armatures métalliques.

  • 17  Le rapport d’analyses est à consulter dans les annexes du mémoire : hueber, A. Étude et restaurati (...)

13Nous avons établi la chronologie des interventions et identifié les matériaux utilisés, toujours en collaboration avec le Centre de Recherche et de Conservation des Collections.17

Fig. 4 Interventions anciennes

Fig. 4 Interventions anciennes

Plusieurs anciens matériaux ont été identifiés : de la colle protidique (a), des armatures et de la gomme laque (b), une restitution au plâtre (c) et un mastic polyester (d).

© A. Hueber, 2013.

14Un premier montage à la gomme-laque avec des armatures ferreuses a été réalisé à l’origine. La rupture de plusieurs joints a nécessité un remontage avec une colle protidique et un mastic composé de colle protidique et de carbonate de calcium. Les anciennes armatures ont parfois été réutilisées ou remplacées par des armatures en laiton. Deux interventions au plâtre ont ensuite été observées. Tout d'abord une reconstitution d’une portion du crâne, striée puis retouchée afin de mieux s’intégrer, puis des opérations de scellement assez débordantes et retouchées avec une peinture sensible à l’acétone. Il s’agit sûrement d’une peinture acrylique dont l’utilisation nous a été confirmée au Muséum. Des petits collages ponctuels ont été réalisés avec un adhésif vinylique. Les joints et la surface, enfin, ont été repris avec un mélange cireux. De nouveaux accidents ont nécessité un nouveau montage, réalisé cette fois avec un mastic synthétique, probablement un mastic polyester. Entre deux interventions, un vernis soluble dans l’acétone a été passé rapidement et de manière hétérogène. En piégeant la poussière, il assombrit considérablement la surface. Plus récemment, de nouveaux collages ponctuels ont été réalisés avec un adhésif transparent présentant de nombreuses bulles. Le Muséum nous a confirmé l’emploi d’adhésif acrylique de la marque Degalan® ou Plexigum®, qui pourrait s’apparenter à celui-ci. Enfin, un reste de silicone blanc retrouvé sur le crâne permet d’affirmer que ce spécimen a été moulé récemment (dans une fourchette d’une vingtaine d’années). Aucune trace écrite de cette opération n’a cependant été retrouvée.

15La comparaison avec d'autres spécimens de la collection nous a permis d’effectuer un aperçu des techniques et des produits employés au Muséum depuis le XVIIIe siècle. De nombreuses similitudes se retrouvent dans les matériaux employés.

  • 18 rouchon, v., «Altération des collections de paléontologie : compréhension des mécanismes, diagnost (...)

16Enfin nous devons revenir sur la présence de pyrite dans les fossiles. L’instabilité des fossiles pyriteux est en effet un problème récurrent et bien connu, mais les mécanismes de leur altération ne sont cependant pas encore totalement maîtrisés18. À l’heure actuelle, la pyrite présente sur le Metriorhynchus ne montre pas de signes visibles de dégradation. Seuls quelques spécimens isolés de la collection des Vaches Noires présentent des signes inexpliqués d’altération. Si nous ne pouvons aujourd'hui proposer de solutions permettant de neutraliser la pyrite, certaines préconisations peuvent cependant être énoncées. En l'occurrence, l’utilisation de solvants aqueux ou acides lors des traitements doit être systématiquement proscrite. Ce critère a conditionné nos choix d’interventions.

Problématique

17La restauration avait pour objectif de redonner aux spécimens leur potentiel d’étude, en se rapprochant de leur état lors de leur découverte. La présentation des deux spécimens ensemble devait être conservée, ainsi que le support en laiton afin de préserver l’unité de la collection.

18Il nous faut préciser que les conditions de conservation au Muséum sont sujettes à de nombreuses variations. L’humidité relative peut varier de 35 à 80%, tandis que la température peut atteindre plus de 32°C en été. Les produits utilisés ont donc été sélectionnés en tenant compte de ces paramètres climatiques à forte incidence et d’ampleur extrême.

Traitements

19L’oxydation des armatures et le vieillissement des produits de remontage nous ont imposé un démontage complet. Le vernis, les produits de bouchages et les retouches ont dû être retirés, car ils modifient l’aspect de surface, et particulièrement dans le cadre d’une étude scientifique.

20Après dépoussiérage, la première phase du traitement a consisté à enlever la restitution en plâtre, et les différents bouchages (cire, plâtre, carbonate). Ils sont retirés mécaniquement au scalpel. Leur élimination permet ensuite d’accéder plus facilement aux plans de joints. Suivant les matériaux utilisés, plusieurs méthodes ont été adaptées pour le démontage. La gomme-laque a par exemple pu être retirée à l’aide d’éthanol, injecté dans le plan de cassure, puis en compresses pour nettoyer les plans de joint. Le retrait du mastic synthétique a imposé l’emploi de trichloréthylène. Nous avons utilisé la volatilité du solvant pour le faire agir par tension de vapeur. Les ensembles de fragments ont été déposés avec des récipients contenant le solvant dans une poche en polyéthylène thermosoudée. Le décollement des fragments a été constaté au bout de 2 ou 3 jours. La colle protidique a en revanche été retirée mécaniquement au scalpel. Les armatures sont supprimées, chaque plan de joint nettoyé, et le vernis retiré.

 Fig. 5 Interventions de restauration

 Fig. 5 Interventions de restauration

Le vernis (a) et les anciens adhésifs comme la gomme laque (b) sont retirés, les fragments ont été entièrement démontés (c et d).

© A. Hueber, 2013.

21Nous avons ensuite pu envisager le remontage. De par leur présentation les fragments subissent principalement des contraintes en cisaillement. La réutilisation des anciens percements nous a permis de renforcer certains montages par la mise en place de goujons. Nous choisissons d’utiliser des goujons en fibres de carbone pour leurs excellentes résistances mécaniques. Pour faciliter la réversibilité du montage et simplifier ainsi d’éventuelles observations de la structure interne des fossiles, nous avons opté pour un système manchon/goujon, scellés avec une résine époxy bicomposant. Les fragments ont ensuite été collés avec un mélange 50/50 de Paraloïd® B44 et B72 à 40% dans l’acétate d’éthyle. Ce mélange possède une température de transition vitreuse suffisante pour les conditions du Muséum. Cet adhésif n’a cependant pas pu être utilisé pour l’ensemble des fragments. En effet nous avons constaté une mauvaise évaporation du solvant, dû au caractère non poreux de l’os fossile. Un autre adhésif a dû être utilisé pour les fragments les plus lourds et non jointifs. Notre choix s’est alors porté sur un adhésif époxy bicomposant, que nous avons appliqué par point. Son retrait nul permet de combler l’espace entre les fragments, et il possède des résistances mécaniques largement suffisantes. Des comblements se sont révélés nécessaires : soit pour renforcer la structure, soit pour atténuer les ombres créées par les plans de collages. Ils sont réalisés avec un mélange de poudre de carbonate de calcium, de pigments et de Paraloïd® à 3 % dans l’acétate d’éthyle. La Renpaste® est utilisée pour les comblements structuraux. Les fossiles étant des objets d’étude scientifique, il est essentiel de ne pas créer de confusion entre le matériau et les comblements qui doivent donc présenter un léger retrait pour faciliter leur visibilité. Ils ont été retouchés avec du Pioloform® BM18 à 3% dans l’éthanol, avec des pigments broyés.

22Le dernier aspect de notre intervention sur ces fossiles a été le traitement du support en laiton. À l’arrivée dans les ateliers, celui-ci était déformé et ne permettait plus de présenter le crâne et la mandibule. Les fissures créées sous l’action de contraintes ont été brasées à l’argent, de manière à réduire la fissure et à renforcer le support. Des gaines transparentes thermo-rétractables ont été installées aux zones de contacts et de frottements possibles avec les fossiles (manutentions, vibrations…). Le traitement des déformations a enfin permis de présenter à nouveau les deux spécimens.

 Fig. 6 Vue après intervention

 Fig. 6 Vue après intervention

Les interventions menées à la fois sur les fossiles et le support en laiton permettent à nouveau de présenter l'ensemble.

© A. Hueber, 2013.

Le Teleosaurus et ses épreuves en plâtre

Problématique

23Nous sommes ici en présence de deux types d’objets : un fossile, dont nous avons déjà évoqué le statut particulier, et des épreuves en plâtre. La valeur scientifique du spécimen est ici très importante, et son bon état de conservation permet d'observer des détails très fins. Son récent dégagement à l’acide en fait un objet d’étude très demandé, car il s’agit d’un type et du seul crâne de l’espèce encore conservé. Mais les manipulations répétées représentent un important facteur d'altération pour le spécimen en raison de la finesse de ses parois. Le Muséum nous a donc demandé de réaliser un moulage pour prévenir ces dégradations, ainsi qu'une restitution du rostre sur l'un des tirages en vue d’enrichir les représentations du spécimen. Le scanner D AST-RX (tomographie à rayon X) du Muséum est difficilement performant pour un objet si complexe, et l’étude de la forme du demi-crâne par imagerie 3D ne peut venir remplacer l’étude d’un objet réel. La réalisation d’un moulage paraît être par conséquent le seul moyen de répondre correctement et rapidement aux attentes, et permet de tirer plusieurs épreuves fidèles à moindre coût.

24Contrairement à l’intérêt scientifique que représente le demi-crâne, les épreuves en plâtre sont aujourd’hui obsolètes de ce point de vue. Elles sont néanmoins des témoins historiques importants, et donnent un aperçu des techniques utilisées au XIXe siècle au Muséum. Les trois épreuves en plâtre ont été réalisées après le dégagement mécanique du crâne, mais avant son dégagement à l’acide. Des restes de gangue sont donc représentés. Les Moulage 1 et Moulage 2 ont été réalisés en 1817, à partir d'un moule à bon creux (à pièces en plâtre) réalisé à partir d’un modelage présentant une reconstitution de la partie droite. Le Moulage 3 provient également d'un moule à pièces en plâtre, réalisé cette fois directement sur le fossile après comblement de certaines cavités avec une pâte à modeler. Comme pour l'ensemble de la collection de la galerie de Paléontologie, un petit support en laiton permet de présenter le Moulage 2. Le Moulage 1 possède des trous de fixation sur le dessus, il est possible qu’il ait été destiné à être exposé en pendant du Moulage 2.

25Le Muséum souhaite aujourd’hui créer une vitrine didactique dans la galerie de Paléontologie, présentant le demi-crâne au côté de ses trois épreuves.

Constats et traitements des épreuves

  • 19 dauchez, a-c., « Approche comparative des colles d’algues Funori et JunFunori® », dans CeRoart, 20 (...)

26Nous l'avons dit précédemment, ces épreuves en plâtres proviennent de moules à pièces en plâtre. La polychromie a été réalisée au pinceau, en plusieurs couches successives. Il s’agit probablement d’un liant huileux mélangé avec des pigments. Avant toute opération, un fixage est nécessaire, car cette polychromie a tendance à s’écailler. Le produit sélectionné est un adhésif végétal, le Funori. Cette colle d’algue japonaise possède un meilleur vieillissement que les colles animales et l'ajout d’un tensio-actif permet de faciliter la pénétration du produit sous les écailles19. Après quelques tests, les épreuves ont ensuite été nettoyées avec un mélange d’eau déminéralisée additionnée de Triton® X100.

  • 20 delcroix, g., Estimation des propriétés du Paraloid® B 72, du Paraloid® B 44 et du mélange 50/50 d (...)

27Le Moulage 1 est celui qui présente le plus d’altérations. L’une des parties est en 4 fragments, et a fait l’objet de plusieurs interventions de remontage. Le retrait des différents adhésifs a été effectué mécaniquement au scalpel sous loupe binoculaire. Les fragments ont ensuite été collés avec un mélange à 50/50 de Paraloïd® B44 et B72 dans l’acétate d’éthyle. La température de transition vitreuse du mélange est de 50°C, il est donc adapté aux conditions de conservation20. Les parties non jointives ont été comblées  avec un enduit Polyfilla®, fine surface. Après quelques tests, il a été décidé en accord avec le conservateur Ronan Allain de réaliser une retouche illusionniste sur les épreuves afin de remettre en valeur leur aspect didactique.

 Fig. 7 Vue après restauration

 Fig. 7 Vue après restauration

De gauche à droite : Moulage 1, Moulage 2 et Moulage 3 après retouche.

© A. Hueber, 2013.

Le moulage du demi-crâne

28Le moulage du demi-crâne répond à plusieurs motivations. Il s’inscrit dans une démarche de conservation préventive afin de prévenir la dégradation de l’original, tout en favorisant la diffusion de l’étude scientifique du spécimen.

Prise d'empreinte

  • 21 Un élastomère est un polymère présentant des propriétés « élastiques », obtenues après réticulatio (...)

29Nous avons réalisé la prise d’empreinte in situ. L’étude du fossile a permis de déterminer la faisabilité du moulage et de choisir les produits à utiliser. L’objet étant très fragile, et comportant de nombreuses contre-dépouilles, il est primordial d’évaluer les risques liés au moulage, tels que les arrachements ou la pénétration des produits.  Nous avons donc d’abord modelé une copie, qui nous a permis de repérer les zones délicates. Le spécimen ayant été récemment consolidé avec un adhésif acrylique, sa surface en est entièrement recouverte, ce qui élimine tout risque de pénétration. Pour réaliser la prise d'empreinte nous avons choisi l’élastomère21 de silicone Z-dupe®. Ce polysiloxane de vinyle à usage dentaire est préféré pour son retrait quasi inexistant, garantissant une empreinte fidèle. Nous avons obturé en surface certaines fissures avec des plaques fines de plastiline, afin d’écarter tout risque d’ancrage mécanique. Elle est également utilisée en plaque fine pour la mise en portée et pour soutenir les parois internes du fossile lors de la coulée.

30Le moule est constitué de deux membranes. La première est réalisée selon les procédés classiques du moulage. Afin de faciliter l'extraction du spécimen, de la mousse est insérée à l’intérieur du rostre pour permettre la compression cette partie du moule. La deuxième partie du moule s'est révélée plus complexe. En effet, la cavité oculaire et la fenêtre temporale sont communicantes. Les orifices ont donc été moulés séparément grâce à la réalisation d’un joint inter-membranaire : une cloison en plastiline a été installée entre les deux cavités. La prise d’empreinte de la fenêtre temporale a été réalisée en premier. Des cônes en plastiline ont permis d’aménager des vides, en vue de faciliter l’extraction du spécimen. Après polymérisation la cloison est retirée, et le silicone enduit d’agent démoulant. La deuxième cavité a été moulée de la même manière, et une dernière coulée a permis de réunir les deux prises d’empreintes en une seule membrane. Après réticulation, le spécimen est retiré délicatement, et nettoyé de tout résidu à l’hexane.

Fig. 8 Prise d'empreinte

Fig. 8 Prise d'empreinte

Schéma détaillant les étapes de la prise d'empreinte avec la réalisation d'un joint inter-membranaire (à gauche), photographies en cours de moulage (à droite).

© A. Hueber, 2013.

Tirages et restitution

  • 22 Sa faible viscosité permet une grande précision du tirage et d'éviter les bulles d'air. Les tirage (...)

31Les tirages ont été réalisés avec la résine polyuréthane F1822 de chez Axson® : un tirage coloré qui a servi de base à la restitution, et un autre uniformément gris destiné à l’étude. Cette teinte permet une meilleure lecture des formes du crâne.

 Fig. 9 Tirage destiné à l'étude scientifique

 Fig. 9 Tirage destiné à l'étude scientifique

Tirage gris teinté dans la masse, vue dorsale, vue du profil droit et vue ventrale (de gauche à droite).

© A. Hueber, 2013.

  • 23 Ronan Allain est paléontologue au MNHN, et chargé de Conservation des collections de Reptiles et (...)

32La restitution du rostre s'est fondée sur les indications de Ronan Allain23 et la documentation disponible. Une fois le modelage du rostre terminé, celui-ci a été moulé afin d’en obtenir un tirage en résine polyuréthane que nous avons collé sur celui du demi-crâne. Devant le nombre important de dents (plus d’une trentaine), nous avons choisi d’en modeler cinq différentes, et d’en réaliser plusieurs tirages. L’ensemble a ensuite été retouché. Après plusieurs tests, nous avons décidé d’utiliser un vernis polyuréthane mélangé à des pigments broyés pour patiner le tirage. Ce vernis a été choisi pour sa bonne adhésion au support et pour ses qualités protectrices. La patine a été effectuée au Muséum, en présence du spécimen. À la demande de Ronan Allain, nous n’avons pas pris en compte les altérations de l’os, telles que les zones blanchies par le dégagement à l’acide.

 Fig. 10 Restitution du rostre

 Fig. 10 Restitution du rostre

La restitution du rostre se fonde notamment sur des gravures tirées de eudes‑deslongchamps, e., Notes paléontologiques, Paris, Savy, 1863-1869, p. 95–354 (en haut). Vue du tirage après restitution et retouche (en bas).

© A. Hueber, 2013.

Présentation des épreuves et des nouveaux tirages

33En vue de leur exposition, des supports doivent être réalisés pour présenter ce nouveau tirage, ainsi que les deux épreuves en plâtre Moulage 1 et Moulage 3. L’ensemble de la collection du Muséum étant présenté sur les mêmes types de supports en laiton, il était important de maintenir cette unité stylistique et esthétique. Ces derniers ont ainsi été fabriqués avec des éléments d’anciens supports, récupérés dans les réserves. Le demi-crâne et ses épreuves en plâtre vont pouvoir désormais prendre place dans la galerie de Paléontologie du Muséum et donner ainsi un aperçu de l’évolution des techniques de moulage et des outils didactiques.

 Fig. 11 Vue après restauration

 Fig. 11 Vue après restauration

Présentation des différents moulages sur un support en laiton.

© A. Hueber, 2013.

Conclusion

34Le moulage est une technique omniprésente depuis les origines de la paléontologie, tant pour l’étude scientifique qu’en vue d’expositions didactiques. Des recherches historiques nous ont permis de retrouver le contexte de réalisation des épreuves en plâtre. Si le crâne de Metriorhynchus a été moulé pour des raisons encore inconnues, le Teleosaurus a été reproduit vers 1817 à la demande de Cuvier lui-même, puis moulé après 1860. Les recherches historiques et les observations ont été l’occasion d’une réflexion sur les pratiques de préparations et de restaurations des spécimens fossile au Muséum.

35Cet ensemble de pièces aura été l’occasion de nous confronter à des demandes et à des types d’objet différents de ceux traditionnellement rencontrés en restauration de sculptures. La diversité des interventions réalisées nous aura permis d’atteindre des objectifs spécifiques, tout en appliquant la méthodologie de la conservation-restauration.

36Le travail mené sur ces objets a été l’occasion d’établir une coopération in situ avec les équipes du Muséum. La collaboration avec des paléontologues, des chargés de collections, des ingénieurs de recherche, des préparateurs ou des mouleurs a été essentielle pour mieux appréhender ces biens culturels. Nous avons conduit nos interventions en appliquant la méthodologie propre à la conservation-restauration des œuvres sculptées, avec le souci de prendre en compte les particularités de ces supports d’études scientifiques. La nécessité de rechercher le degré de précision le plus élevée possible s’est retrouvée à la fois lors de la prise d’empreinte, et dans les opérations de restauration.

37La présence de pyrite dans les fossiles est un problème crucial qui reste en suspens. De manière générale, le matériel issu des Vaches Noires ne semble cependant pas poser particulièrement de problèmes de conservation. Nous espérons toutefois que de nouvelles recherches dans le domaine scientifique permettront d’apporter des réponses plus précises sur les facteurs d’altérations, et permettre ainsi de développer des procédures de conservation préventive.

Top of page

Bibliography

babin, c., Principes de paléontologie, Paris, Colin, 1991.

bernier, j-c., Art et chimie, les polymères, Actes du Congrès (Paris, 15-16 octobre 2002), Paris, CNRS, 2003.

bigot, a., « La destruction des collections et des bibliothèques scientifiques de Caen », dans Bulletin de la Société Linnéenne de Normandie, Caen, vol suppl., 1945, p. 1-3.

buffetaut, e., Chercheurs de dinosaures en Normandie, Louviers, Ysiek, 2011.

collins, c., The care and conservation of palaeontological material, Butterworth-Heinemann, Boston, Butterworth-Heinemann, 1995.

cuvier, g., Recherches sur les ossemens fossiles, Paris, G. Dufour et Ed. D'Ocagne, 1824.

dauchez, a-c., « Approche comparative des colles d’algues Funori et JunFunori® », dans CeRoart, 2012.

delcroix, g., Estimation des propriétés du Paraloid® B 72, du Paraloid® B 44 et du mélange 50/50 de B 72 et B 44, cours donné à l’ESBAT, 2004.

eudes-deslongchamps, e., Mémoires sur les téléosauriens de l'époque jurassique du département de Calvados, Caen, A. Hardel, 1863.

eudes-deslongchamps, e., Notes paléontologiques, Paris, Savy, 1863-1869.

eudes-deslongchamps, j-a., « Histoire d'une vocation : Découverte du premier Individu de Teleosaurus Cadomensis », dans Bulletin de la Société linnéenne de Normandie, vol. 10, Caen, Société Linnéenne de Normandie, 1896-1897, p. 26-49.

geoffroy-saint-hilaire, e., « Divers mémoires sur de grands Sauriens trouvés à l’état fossile vers les confins maritimes de la Basse-Normandie, attribués d’abord au crocodile, puis déterminés sous les noms de Teleosaurus et Steneosaurus », dans Mémoires de l’Académie Royale des Sciences de l’institut de France, ser. 2, v. 12, Paris, Institut de France, Académie des sciences, 1833.

howie, f., « Les matériaux utilisés dans la conservation des spécimens fossiles depuis 1930 » dans Adhésifs et consolidants, actes du congrès, Paris, 2-7 septembre 1984, Champs-sur-Marne, SFIIC, 1984, p. 95-100.

lamouroux, j. v. f., « Sur le crocodile fossile trouvé dans les carrières du bourg d'Allemagne, à un quart de lieu de Caen » dans Annales générales des Sciences physiques, t. 3, Bruxelles, Imprimerie de Weissenbruch, 1820, p. 160-164.

leduc, t., Les iguanodons de Bernissart : leur évolution diagénétique et les processus de dégradation, thèse présentée en vue de l’obtention du grade de Docteur en Sciences, Département de géologie, Liège, Université de Liège, 2012.

rouchon, v., « Altération des collections de paléontologie : compréhension des mécanismes, diagnostic, et optimisation des conditions de conservation des fossiles », dans Coré, n° 27, 2012, p. 33-35.

Archives du Laboratoire de Paléontologie, 8 rue Buffon, 75005 Paris :

Muséum National d’Histoire Naturelle, Anatomie comparée, Catalogue des Ossements fossiles de Vertébrés placés dans les galeries de Géologie et Minéralogie, vol. 2, 1861, p. 1343-1345. Note manuscrite.

Muséum National d’Histoire Naturelle, Catalogue des Moules d’Ossements fossiles et autres au nombre de 585, 1860. Note manuscrite.

Top of page

Notes

1  Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, conférant au grade de Master, mention conservation-restauration des œuvres sculptées. Au terme de l’année de master 2, l’étudiant présente un mémoire portant sur la conservation-restauration de la pièce de diplôme réalisée dans les ateliers de l’esba-talm, prenant en compte tant les aspects historiques et artistiques que scientifiques et techniques.

2 Un holotype est le spécimen qui a servi à décrire pour la première fois une espèce.

3 dicquemare, j-f., « Ostéolithes », dans Observations sur la Physique, l’Histoire naturelle et les Arts, n° 7, 1776, p. 406‑414.

4 buffetaut, e., Chercheurs de dinosaures en Normandie, Louviers, Ysiek, 2011.

5 eudes-deslongchamps, j-a., « Histoire d’une vocation : Découverte du premier Individu de Teleosaurus Cadomensis », dans Bulletin de la Société linnéenne de Normandie, 1896-1897, 4e série, vol. 10, p. 31-57.

6 lamouroux, j-f., « Sur le crocodile fossile trouvé dans les carrières du bourg d'Allemagne, à un quart de lieu de Caen », dans Annales générales des Sciences physiques, 1820, t. 3, p. 160-164.

7 Il explique ce changement dans son mémoire geoffroy-saint-hilaire, e., « Divers mémoires sur de grands Sauriens trouvés à l’état fossile vers les confins maritimes de la Basse Normandie, attribués d’abord au crocodile, puis déterminés sous les noms de Teleosaurus et Steneosaurus », dans Mémoires de l’Académie Royale des Sciences de l’institut de France, 1833. 2, v. 12, p. 40‑43.

8 cuvier, g., Recherche sur les ossemens [sic] fossiles, Paris, G. Dufour et Ed. D'Ocagne, 1824.

9 Muséum National d’Histoire Naturelle, Catalogue des Moules d’Ossements fossiles et autres au nombre de 585, 1860.

10 blainville, h-m. d. de, Sur les principes de la zooclassie, ou de la Classification des animaux, Paris, Impr. Fain et Thunot, 1847.

11  eudes-deslongchamps, e., Notes paléontologiques, Paris, Savy, 1863‑1869.

12  bigot, a., « La destruction des collections et des bibliothèques scientifiques de Caen », dans Bulletin de la Société Linnéenne de Normandie, Caen, vol suppl., 1945, p. 1‑3.

13 Dégagement réalisé par bain à l'acide formique entre 2003 et 2007 selon le Muséum.

14 babin, c., Principes de paléontologie, Paris, Colin, 1991.

15 leduc, t., Les iguanodons de Bernissart : leur évolution diagénétique et les processus de dégradation, Liège, Université de Liège, 2012.

16 Le rapport d’analyses est à consulter dans les annexes du mémoire : hueber, A. Étude et restauration de fossiles et épreuves en plâtre de crocodiles marins du Jurassique Normand, conservés au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris, mémoire en conservation-restauration des œuvres sculptées, Tours, esba-TALM, 2013.

17  Le rapport d’analyses est à consulter dans les annexes du mémoire : hueber, A. Étude et restauration de fossiles et épreuves en plâtre de crocodiles marins du Jurassique Normand, conservés au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris, mémoire en conservation-restauration des œuvres sculptées, Tours, esba-TALM, 2013.

18 rouchon, v., «Altération des collections de paléontologie : compréhension des mécanismes, diagnostic, et optimisation des conditions de conservation des fossiles », dans Coré,  janvier 2012, n° 27, p. 33-35.

19 dauchez, a-c., « Approche comparative des colles d’algues Funori et JunFunori® », dans CeRoart, 2012.

20 delcroix, g., Estimation des propriétés du Paraloid® B 72, du Paraloid® B 44 et du mélange 50/50 de B 72 et B 44, cours donné à l’ESBAT, 2004, non publié.

21 Un élastomère est un polymère présentant des propriétés « élastiques », obtenues après réticulation. Il peut supporter de très grandes déformations avant rupture.

22 Sa faible viscosité permet une grande précision du tirage et d'éviter les bulles d'air. Les tirages possèdent une grande résistance aux chocs et supportent mieux les manipulations.

23 Ronan Allain est paléontologue au MNHN, et chargé de Conservation des collections de Reptiles et d'Oiseaux fossiles.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 Vue d'ensemble du Metriorhynchus superciliosus avant restauration
Caption De haut en bas : crâne (L. 63 cm, RJN256), mandibule (L. 63 cm, RJN117), et socle en laiton.
Credits © A. Hueber, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4023/img-1.jpg
File image/jpeg, 480k
Title Fig.  2 Vue d'ensemble avant intervention
Caption De gauche à droite : demi-crâne fossile de Teleosaurus (H. 14 ; L. 6 ; Pr. 4 cm, AC.8746), Moulage 3, Moulage 2 et Moulage 1, épreuves en plâtre peint.
Credits © A. Hueber, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4023/img-2.jpg
File image/jpeg, 984k
Title Fig. 3 Présence de pyrite
Caption La pyrite visible dans le fossile du Metriorhynchus superciliosus - à gauche à l'œil nu et en bas sous loupes binoculaires - se présente comme de type framboïdal au microscope à balayage électronique (à droite).
Credits © A. Hueber et © MNHN, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4023/img-3.jpg
File image/jpeg, 824k
Title Fig. 4 Interventions anciennes
Caption Plusieurs anciens matériaux ont été identifiés : de la colle protidique (a), des armatures et de la gomme laque (b), une restitution au plâtre (c) et un mastic polyester (d).
Credits © A. Hueber, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4023/img-4.jpg
File image/jpeg, 348k
Title  Fig. 5 Interventions de restauration
Caption Le vernis (a) et les anciens adhésifs comme la gomme laque (b) sont retirés, les fragments ont été entièrement démontés (c et d).
Credits © A. Hueber, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4023/img-5.jpg
File image/jpeg, 444k
Title  Fig. 6 Vue après intervention
Caption Les interventions menées à la fois sur les fossiles et le support en laiton permettent à nouveau de présenter l'ensemble.
Credits © A. Hueber, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4023/img-6.jpg
File image/jpeg, 844k
Title  Fig. 7 Vue après restauration
Caption De gauche à droite : Moulage 1, Moulage 2 et Moulage 3 après retouche.
Credits © A. Hueber, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4023/img-7.jpg
File image/jpeg, 476k
Title Fig. 8 Prise d'empreinte
Caption Schéma détaillant les étapes de la prise d'empreinte avec la réalisation d'un joint inter-membranaire (à gauche), photographies en cours de moulage (à droite).
Credits © A. Hueber, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4023/img-8.jpg
File image/jpeg, 412k
Title  Fig. 9 Tirage destiné à l'étude scientifique
Caption Tirage gris teinté dans la masse, vue dorsale, vue du profil droit et vue ventrale (de gauche à droite).
Credits © A. Hueber, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4023/img-9.jpg
File image/jpeg, 304k
Title  Fig. 10 Restitution du rostre
Caption La restitution du rostre se fonde notamment sur des gravures tirées de eudes‑deslongchamps, e., Notes paléontologiques, Paris, Savy, 1863-1869, p. 95–354 (en haut). Vue du tirage après restitution et retouche (en bas).
Credits © A. Hueber, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4023/img-10.jpg
File image/jpeg, 168k
Title  Fig. 11 Vue après restauration
Caption Présentation des différents moulages sur un support en laiton.
Credits © A. Hueber, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/4023/img-11.jpg
File image/jpeg, 839k
Top of page

References

Electronic reference

Alma Hueber, « Les crocodiles marins du Jurassique normand », CeROArt [Online], EGG 4 | 2014, Online since 19 March 2014, connection on 20 October 2017. URL : http://ceroart.revues.org/4023

Top of page

About the author

Alma Hueber

Après un baccalauréat scientifique, Alma Hueber a étudié la restauration de céramique, papier et peinture à l’école Condé à Paris avant d'intégrer l'école supérieure des beaux-arts de Tours-Angers-Le Mans, site de Tours. Diplômée en mai 2013 en conservation-restauration des œuvres sculptées, elle exerce aujourd'hui en tant que restauratrice de sculptures indépendante.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org