Navigation – Plan du site
Dossier

Projet de réaménagement de la réserve non visitable du Laténium (Suisse)

Améliorer la cohabitation entre matériel archéologique, documentation de fouille et zones de travail
Célestine Donzé

Résumés

La réserve non visitable du Laténium (Suisse) abrite une collection très hétéroclite composée de matériel archéologique ainsi que de documentation de fouille. Leur cohabitation n’est pas aisée d’autant plus que l’espace s’est désorganisé au fil des années au détriment des attentes de la conservation préventive. Afin de redonner à cet espace sa fonction de zone de stockage sécurisée, un projet de réaménagement a été engagé. Pour structurer ce projet et évaluer au terme du travail si cet objectif a été atteint, une méthodologie a été établie basée sur les cinq critères d’évaluation de Luc Rémy : « fonctionnalité, accessibilité, consultation, préservation et sécurité ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Chenu, 2001.

1Le Laténium, parc et musée d’archéologie situé à Hauterive-Neuchâtel (CH), a vu le jour en 2001 suite à la recherche de nouveaux locaux pour conserver et exposer les collections archéologiques de la région. Ce nouveau bâtiment a été conçu dans le but de devenir un lieu d’exposition, de recherche et de stockage pour ces collections1.

2Toutefois, la réserve non visitable de cette institution a perdu sa fonction première de zone de conservation et de stockage des collections du fait d’une lente désorganisation de l’espace. Afin de pallier à ce problème, une réflexion a été engagée afin que la réserve soit la plus adaptée possible au stockage à long terme des collections, aboutissant à un projet de réaménagement.

La réserve

3Même avant la construction du bâtiment, cet espace avait été prévu comme un lieu de stockage. C’est un avantage non négligeable sachant qu’ainsi des modules de rangement tels que des armoires mobiles ou encore le système de régulation de l’environnement avaient été prévus dans l’aménagement de la pièce.

Fig. 1 Représentation des zones de la zone Archive

Fig. 1 Représentation des zones de la zone Archive

Exemple de la diversité des meubles de rangement.

© HECR-arc, 2013

4En termes d’organisation de l’espace, cette salle fait environ 300 m2. Elle est fractionnée en trois espaces: la zone Archive, la zone Entrée et la zone Hall (cf. fig.2). Les deux dernières zones sont destinées au matériel archéologique, ainsi qu’à la documentation de fouille. La zone Archive est un lieu particulier, dédié au matériel archéologique demandant des conditions environnementales plus contraignantes (pour les métaux présentant des produits de corrosions actifs par exemple). L’environnement de cet espace est maintenu à un taux d’humidité relative ne dépassant pas 30 %, ainsi qu’à une température moyenne de 16 °C grâce à un système de régulation interne.

Fig. 2 Représentation de la réserve non visitable

Fig. 2 Représentation de la réserve non visitable

Plan et identification des zones de stockage de la réserve non visitable.

© HECR-arc, 2013

5L’accès à la réserve non visitable est limité au personnel chargé de l’inventaire et du rangement des collections.

6En terme de sécurité incendie, le bâtiment du Laténium a fait l’objet d’une étude permettant d’offrir tous les dispositifs de sécurité nécessaires : système d’extinction, signalisation phosphorescente, système d’éclairage d’urgence et plan d’évacuation.

Collections

  • 2  Dans cet article, certains aspects sont mentionnés sous forme de liste comme c’est le cas ici. Ces (...)

7Cette réserve abrite des collections très hétéroclites allant de la documentation archéologique sur papier ou support optique et magnétique en passant par tous les matériaux pouvant constituer une collection archéologique (céramique, ossement, matériaux lithiques, métal, bois, verre, etc.2). Comme l’inventaire était en cours de réalisation lors de nos travaux, nous avons défini la proportion des matériaux présents dans cette réserve à travers une évaluation spatiale.

8On dénombre environs 66.000 objets dans cette réserve et plus ou moins 570 mètres linéaires d’archives.

  • 3  Définition du pourcentage des différents matériaux présents dans la réserve en question.

9La connaissance de la répartition des collections et de leur pourcentage de présence3 a été essentielle pour assurer que les réflexions engagées autour du conditionnement de la collection soient les plus adaptées possibles à la situation concrète de cette institution.

Problématique

10Cette réserve est actuellement encombrée par des cartons de récupération contenant temporairement des collections devant être rangées dans cette zone de stockage. Ainsi un espace considérable est aujourd’hui indisponible et le conditionnement des collections contenues dans ces cartons ne suit pas les recommandations de conservation préventive, engendrant ainsi toute sorte de risques (altération chimique et mécanique, perte, dissociation, etc.).

11L’organisation de la pièce n’est pas optimale et pose également problème. Au fil du temps, l’exploitation de l’espace a été modifiée et a engendré des problèmes de rangement, tel que le manque de place pour les collections dans les modules de rangement spécifiques utilisés par du matériel inapproprié : on trouve ainsi du matériel de conditionnement (mousse, petits cartons de rangement, matériau d’emballage, etc.) dans des modules de rangement, des archives non patrimoniales ainsi que du matériel muséographique dans des armoires mobiles.

12Ce phénomène trouve son origine dans le manque de définition de la fonction de la réserve elle-même, qui ne devrait contenir que les objets patrimoniaux faisant partie de la collection du Laténium. Tout autre objet ou matériau entreposé dans cette réserve réduit le volume disponible pour les collections et augmente de ce fait le coût de fonctionnement, vu les coûts élevés d’espaces de réserve par rapport à des espaces de simple stockage (sécurité, contrôle climatique et suivi des conditions de conservation, gestion des risques, etc.). Connaissant les besoins spécifiques des collections et la nécessité de les stocker dans des structures adaptées, la redéfinition des zones de stockage doit être clairement rétablie afin qu’elle puisse être comprise et appliquée par tous.

13La cohabitation des archives archéologiques avec des archives administratives (archives non patrimoniales appartenant aux activités en lien avec l’institution tel que le secrétariat) dans les structures mobiles, engendre des problèmes plus spécifiques liés à leur consultation. En effet, aucune différence n’est faite entre ces deux types de documentation principalement sur papier, et leur stockage se fait de manière aléatoire dans des armoires mobiles. Le problème de la fréquence de consultation très variable d’une catégorie à l’autre pose différents problèmes de conservation. En effet, les archives courantes sont fréquemment sollicitées ce qui engendre l’ouverture répétée des modules de rangement. De plus, la valeur de ces documents n’est pas identique : les archives documentaires doivent être préservées sur le long terme tandis que la documentation du secrétariat a une durée de conservation plus courte (quelques années). Leurs besoins en termes de stockage s’avèrent très différents. Une solution doit donc être trouvée afin de pallier ce problème de cohabitation. Problème qui a d’autant plus d’impact lorsque l’on prend en considération le fait que du personnel supplémentaire doit avoir accès aux réserves, ce qui induit un mouvement plus fréquent dans cet espace devant être préservé au maximum.

14Le but de ce projet est donc d’établir un état des lieux détaillé de cet espace et des ensembles qu’il contient, pour ensuite mettre en place un projet de réaménagement adapté qui réponde aux attentes de l’institution tout en assurant les meilleures conditions de conservation possibles.

Projet de réaménagement

Méthode

  • 4  Walston et Bertram, 1992, pp.137-144.

15Le travail a été divisé en deux phases : la première partie a été consacrée à la réalisation d’un état des lieux permettant de prendre conscience de l’espace à disposition, de son utilisation actuelle, de son organisation et des collections qui la composent ainsi que ses points forts et ceux qui méritent d’être améliorés. Celui-ci a été réalisé au travers d’une évaluation spatiale établie sur la base de la proposition faite par Sue Walston et Brian Bertram4, et couplée à une évaluation de la nature et de la taille des collections ainsi que de l’utilisation de l’espace actuel dans la réserve. Pour ce travail, chaque objet ou regroupement d’objets a été mesuré puis classé dans un tableau établi pour les besoins de la réserve. Ceci a permis de créer un registre imposant pour évaluer l’espace en question et les aménagements envisageables.

Fig. 3 Tableau proposé pour l’évaluation spatiale

Fig. 3 Tableau proposé pour l’évaluation spatiale

Tableau mis en place en fonction du modèle proposé par Walston et Bertram.

© HECR-arc, 2013

  • 5  Sketchup®, 2012. Ce programme a permis de réaliser de nombreux plans en 3D très utiles pour un tel (...)

16Une étude environnementale a ensuite permis de mettre en évidence le climat au sein de cette réserve et d’identifier ses points forts et les aspects qui méritent d’être améliorés en terme de contrôle climatique. Finalement, une étude de l’espace a été entreprise permettant de réaliser des plans 3D5 de la réserve facilitant la vision globale de l’organisation de la pièce et d’anticiper au mieux le réaménagement.

Fig. 4 Représentation de la réserve non visitable

Fig. 4 Représentation de la réserve non visitable

Représentation 3D de la réserve non visitable du Laténium.

© HECR-arc, 2013

17En parallèle à ces études, une recherche d’informations a été faite en collaboration avec le personnel, permettant de mieux comprendre l’utilisation de la réserve. Ceci a permis d’appréhender le lieu comme un espace vivant qui doit être pensé de manière fonctionnelle dans le but d’assurer une utilisation de l’espace organisée. Ce dialogue établi avec le personnel est essentiel, un projet de ce type n’étant pas envisageable sans cette collaboration. Les personnes concernées par cet espace doivent faire partie intégrante de la réflexion pour assurer une fonctionnalité maximale de la réserve.

18Au terme de cette première phase du projet dédiée à l’analyse et à la récolte d’informations, les points à améliorer ont été mis en évidence et les points positifs recensés afin de les maintenir dans le futur projet. Ces données constituent la base de travail pour la seconde phase du projet dédiée au réaménagement.

19Il a paru évident de débuter cette deuxième phase par la délimitation d’un cadre de travail permettant d’aiguiller le projet vers un réaménagement adapté aux attentes de l’institution, aux exigences de la conservation préventive et enfin aux moyens financiers de l’institution. C’est dans ce contexte qu’interviennent les cinq critères d’évaluation définis par Luc Remy.

  • 6  Rémy, 1999, pp.27-37.

20Cet auteur a identifié cinq critères qui doivent impérativement être pris en compte dans une réflexion engagée sur l’aménagement d’une réserve patrimoniale : « fonctionnalité, accessibilité, consultation, préservation et sécurité »6.

21Afin de donner un sens plus complet à ces cinq critères, voilà leurs définitions précises dans le cadre d’un projet de réaménagement. Les définitions proposées ici sont celles de Luc Rémy:

  • Fonctionnalité : une réserve doit entrer dans le concept global du musée. Il ne s’agit pas d’une unité à part et autonome, mais bien d’une partie de l’institution. C’est uniquement de cette manière qu’elle pourra être considérée comme fonctionnelle. Il faut également que l’espace en soi puisse être fonctionnel, les zones doivent être clairement définies et logiquement placées.

  • Accessibilité : la réserve doit pouvoir être accessible facilement de l’extérieur du bâtiment comme de l’intérieur. Au sein de l’espace de stockage, les zones de circulation doivent être respectées, tout comme celles dédiées à la manipulation des collections. Finalement le rangement doit être réfléchi dans le but de limiter cette manipulation.

  • Consultation : les objets doivent être consultables. Pour cela, une bonne gestion du mouvement des collections doit être instaurée, ce qui implique une inventorisation complète des collections et une organisation de la signalétique au sein de la réserve.

  • Préservation : la réserve doit permettre d’assurer aux collections un espace où l’environnement, de manière globale, leur est propice. Pour cela, des recommandations de conservation préventive doivent être adaptées.

  • Sécurité : ce critère demande une réflexion sur les risques de vol, d’inondation et d’incendie. Celle-ci permettra une gestion de l’espace sécurisé afin d’anticiper ces problèmes.

22Une réserve pouvant être affiliée à ces cinq critères peut être considérée comme un espace adapté aux biens patrimoniaux. Ainsi, un cadre précis au projet est posé : pouvoir assurer, au terme du projet, que ces cinq critères soient applicables à la réserve non visitable du Laténium. Suite à cela, nous avons redéfini clairement la fonction initiale de la réserve, à savoir une zone de rangement pour les collections afin que les bases du projet soient entièrement posées, que les recommandations de conservation préventive soient connues et que les objectifs soient clairs pour l’ensemble du personnel. Enfin, la détermination du cadre du projet nécessite une identification précise des attentes de l’institution,  réalisée grâce aux études préalablement menées envers le personnel. Cette étude a été réalisée au travers d’entretien privé permettant de cibler les aspects concernés. La discussion libre est également un aspect à ne pas négliger, car elle permet d’appréhender de manière réelle la situation.

23Le cadre et les besoins de la réserve étant ainsi été déterminés, la réflexion autour du projet de réorganisation a pu débuter. Avec l’aide des plans, des valeurs obtenues au cours de l’évaluation spatiale et de l’étude environnementale ainsi que de l’analyse de l’organisation de l’espace, un projet de réaménagement a pu être finalisé et présenté à l’institution.

Résultat

24Ce projet a permis de répondre aux différentes problématiques du travail. Tout d’abord, l’encombrement de l’espace par les cartons de récupération. Aborder la réserve après le rangement de ces cartons, dont la présence empêche la vision nécessaire à notre réflexion (cf. fig. 4), permet de voir l’espace disponible sous un angle nouveau. Dans ce cadre-là, l’exploitation des projections 3D a été très utile.

Fig. 5 Représentation de la zone Hall

Fig. 5 Représentation de la zone Hall

Représentation de l’encombrement.

© HECR-arc, 2013

25Tout d’abord, le rangement de l’espace encombré par les cartons de récupération a pu être estimé en termes de temps de travail. Ceci a permis de montrer que cette tâche, malgré son aspect imposant, ne prendrait pas un temps démesuré s’il était réalisé en une fois par du personnel entièrement consacré à cette tâche.

26Puis, grâce aux projections 3D, l’exploitation de l’espace libéré par le rangement des cartons de récupération a pu être imaginée, permettant ainsi de répondre à une des problématiques initialement posées : la mise en place d’une zone de travail pour la manipulation des objets (cf.fig. 6). Sachant qu’il s’agit d’une collection archéologique qui a tendance à rapidement s’accroître (dans le cas présent, l’accroissement a été estimé à une augmentation de 5% du volume actuel par ans), l’espace libre a également permis de projeter l’ajout de structures de rangement supplémentaires (cf. fig. 6). Celui-ci a pu être estimé grâce à l’évaluation spatiale qui recense le nombre d’objets à ce jour en intégrant le taux d’accroissement prévu sur 10 ans.

Fig. 6 Représentation de la zone Entrée

Fig. 6 Représentation de la zone Entrée

Projection de la zone Entrée  avec les projets de réaménagements : zone de travail et de stockage.

© HECR-arc, 2013.

27Ainsi, grâce à l’évaluation spatiale et au taux d’accroissement établi à l’aide du personnel de l’institution, l’espace supplémentaire a pu être estimé. Le tableau suivant permet des résumés les calculs établis dans le cadre de cette étude pour connaître l’espace supplémentaire nécessaire (cf.fig.7).

Fig. 7 Tableau récapitulatif

Fig. 7 Tableau récapitulatif

Résumé de l’utilisation actuelle et future de l’espace de rangement dans la réserve.

© HECR-arc, 2013

28Concernant la cohabitation des archives documentaires et des archives courantes, un compromis a pu être trouvé pour éviter la consultation trop fréquente des archives patrimoniales : le regroupement organisé dans les modules de rangement des archives courantes d’une part et des archives documentaires d’autre part. Ainsi, on évite de placer dans une même travée ces deux types de documents (cf. fig. 8). De cette manière, la consultation des archives courantes n’engendre pas l’ouverture des modules consacrés aux archives documentaires, ce qui assure une meilleure conservation.

Fig. 8 Représentation de la zone Entrée

Fig. 8 Représentation de la zone Entrée

Définition de travées consacrées aux archives du secrétariat dans la zone Entrée.

 © HECR-arc, 2013

29Au travers des informations obtenues lors de l’évaluation spatiale, l’espace nécessaire dans les armoires mobiles a pu être estimé permettant ainsi de définir précisément sur les plans le futur emplacement de ces collections.

30Cette réflexion sur la cohabitation a fait l’objet d’un projet plus poussé réalisable sur le moyen terme avec un réaménagement de l’espace permettant d’exclure totalement les archives courantes des armoires mobile en les plaçant sur des étagères métalliques ouvertes placées à proximité de l’entrée, limitant ainsi l’accès aux armoires mobiles ( cf. fig. 9). Ce projet permet également d’offrir de l’espace supplémentaire dans des structures adaptées pour les documents d’archives.

31Ainsi, les étagères mobiles seraient entièrement consacrées au rangement des documents patrimoniaux.

Fig. 9 Représentation de la zone Entrée

Fig. 9 Représentation de la zone Entrée

Projection sur le moyen terme de l’organisation de l’espace dans la zone Entrée.

© HECR-arc, 2013

32Après avoir planifié une réorganisation de l’espace passant par un rangement méthodique de la réserve, nous avons anticipé l’exploitation de cet espace nouvellement défini.

33Dans cette optique, un travail parallèle a été engagé permettant d’établir une documentation spécifique à la réserve non visitable du Laténium et destinée au personnel travaillant dans ce local. En effet, sachant que les personnes chargées du rangement ne sont pas les seules à travailler dans cette réserve, mais que les chercheurs, les stagiaires, le photographe et la conciergerie s’y rendent, des règles d’utilisation de la réserve devaient être mises en place et rendues accessibles à tous.

34Un protocole de rangement et de manipulation adapté à la réserve non visitable du Laténium a été réalisé dans ce but, permettant de rendre l’information disponible à tous et accessible dans leur contenu aux différents niveaux de connaissance des utilisateurs de la réserve en matière de conservation. Ce protocole permet de définir, en fonction de la typologie du matériau et de sa sensibilité, le protocole pour la réalisation du conditionnement, la zone de rangement à utiliser, les recommandations climatiques à prendre en compte, et finalement les spécificités du matériau. Ceci permet d’éviter sur le long terme une nouvelle désorganisation de l’exploitation de cette réserve et d’assurer aux collections une conservation optimale.

35Finalement, l’inventaire n’étant pas terminé, la numérotation des modules de rangement n’est pas totalement finalisée. Toutefois les personnes en charge du rangement connaissent très bien l’organisation des modules, sont à même de nous informer sur la numérotation. Toutefois pour toute autre personne, la localisation des objets n’est pas évidente. C’est pourquoi une systématique de numérotation claire des modules de rangement, et visible par tous,  a été proposée ce qui permettra d’assurer une meilleure accessibilité aux collections déjà conditionnées.

Discussion

36Le constat est très positif en ce qui concerne les structures de rangement puisque leur quasi-totalité est conforme aux attentes de la conservation préventive. Un seul module de rangement manque dans cette réserve et devrait être ajouté afin d’améliorer le stockage des plans papier. L’évaluation spatiale a mis en évidence la place réelle disponible souvent sous-estimée en raison de l’encombrement dû aux objets accumulés hors des modules de rangement. Ce travail d’évaluation est long et demande une préparation conséquente (réalisation d’un tableau adapté à la collection en question, mise en place d’une logique de travail et réalisation de registre informatisé pour la récolte des données), mais est nécessaire afin d’avoir une vision globale de l’utilisation de l’espace. Ce travail a également était très utile afin de faire prendre conscience au personnel, malgré l’encombrement, de la place disponible si un rangement venait à être effectué. C’est donc un outil très convainquant pour démontrer la nécessité du rangement dans une réserve.

37L’étude a également révélé quelques points qui mériteraient une amélioration comme le stockage des archives papier qui étaient stockées de manière inappropriée engendrant des altérations visibles des documents, la nécessité d’une meilleure maîtrise du climat au travers du contrôle et de l’entretien des appareils de mesure ou encore le besoin d’aménager une ou deux zones de travail. Un concept global de conservation maximale pourrait être défini dans cet objectif.

38Au fil du travail, les contacts, puis les entretiens et enfin la collaboration avec les différents intervenants dans la réserve se sont avérés essentiels et indispensables. Ils nous ont permis d’orienter à la fois le projet et les recherches. Il nous est rapidement apparu comme indispensable d’avoir des entretiens plus poussés avec les personnes particulièrement concernées par cet espace afin d’approfondir certains aspects, comme la raison de la présence des matériaux de conditionnement dans cette réserve et d’en découvrir d’autres qui n’avaient pas été soupçonnés au premier abord.

39Cet aspect relationnel et le détail des différents entretiens n’ont pas été approfondis ici, mais  nous voulons souligner leur rôle essentiel pour l’aboutissement de ce projet.

40Ce dialogue a également permis de mettre en évidence un aspect nouveau dans l’élaboration du projet de réaménagement, la notion de communication. En effet, proposer des améliorations en présentant un projet de réaménagement n’a pas de sens si l’information n’est ni transmise ni rendue disponible pour tous. La présentation d’un protocole de conditionnement et de manipulation constitue ainsi une suite logique à cette réflexion, laquelle propose des lignes de conduites générales pour que l’ensemble des intervenants puisse avoir accès à ces informations. Un tel travail ne peut être réalisé qu’en cherchant toujours à intégrer l’ensemble des personnes concernées, seules susceptibles d’améliorer la situation sur le long terme.

41Pour la réalisation de ce projet, trois mois étaient à disposition. Ce temps n’inclue pas le travail préalable de recherchent et de documentation permettant de mettre en place une stratégie d’action pour établir un projet cohérent qui comprend au minimum deux mois de travail. Pour la cohérence du projet, le travail a été réalisé en deux étapes : la première étant la réalisation d’un état des lieux (étude des collections, évaluation spatiale, étude climatique, observation générale de la fonction de la réserve et discussion avec le personnel) et la seconde étant la réalisation du projet de réaménagement à proprement parler. Cette division du travail est nécessaire pour appréhender un espace nouveau que l’on se doit rapidement de comprendre et de connaître afin de pouvoir s’assurer de la cohérence future des propositions. En effet, un projet de réaménagement qui ne prendrait pas compte le quotidien de cet espace ne pourrait en aucun cas être adapté et ne sera certainement pas applicable.

Conclusion

42Au terme de ce projet,  nous pouvons constater que les cinq critères définis par Luc Rémy sont bien applicables à ce projet de réaménagement :

43Fonctionnalité : la redéfinition de la fonction première de la réserve, zone de préservation des biens culturels, la redéfinition des zones de stockage et l’établissement d’un espace dédié à la consultation et au travail assurent la fonctionnalité de la réserve.

44Accessibilité : le contrôle de l’emplacement des structures de rangement et la mise en place d’un espace de travail assurent une bonne manipulation des collections et l’accessibilité de la réserve.

45Consultation : la gestion des mouvements des collections étant déjà bien contrôlée, la poursuite de la mise en place de l’inventaire et la numérotation des structures, des modules et des unités de rangement facilitent une consultation aisée.

46Préservation : les résultats de l’étude environnementale, la réalisation des protocoles de conditionnement et de manipulation permettent d’assurer une bonne préservation des collections.

47Sécurité : finalement, la sécurité incendie, déjà présente, la limitation de l’accès aux personnes autorisées et la sensibilisation sur la mise en place d’un plan d’urgence apportent une grande sécurité au sein de la réserve.

48Les cinq critères peuvent donc être validés. La réserve non visitable du Laténium peut  devenir un lieu de stockage idéal pour ses collections avec un projet de ce type qui engendre des coûts modérés grâce aux installations déjà présentes.

Haut de page

Bibliographie

CHENU, L. Laténium pour l’archéologie. Laténium, Neuchâtel, 2001.

RÉMY, L. « Les réserves : stockage passif ou pôle de valorisation du patrimoine ? ». In Lettre de l’OCIM, N°65, 1999, pp.27-37.

SKETCHUP, [en ligne] : sketchup.com [en ligne] ©Trimble Navigation Limited, 2013 [consulté le 04.07.2013]. http://www.sketchup.com/

WALSTON, S. ET BERTRAM, B., « Estimating space for the storage of ethnographic collections ». In La conservation préventive, colloque sur la conservation restauration des biens culturels, Paris, 8, 9 et 10 octobre 1992. ARAAFU, Paris, 1992, pp. 137-144.

Haut de page

Notes

1  Chenu, 2001.

2  Dans cet article, certains aspects sont mentionnés sous forme de liste comme c’est le cas ici. Ces aspects sont tous développés et présentés dans le mémoire de Bachelor : « Réorganisation de la réserve non visitable du Laténium. Etat des lieux et projets de réaménagement » [Donzé, 2013].

3  Définition du pourcentage des différents matériaux présents dans la réserve en question.

4  Walston et Bertram, 1992, pp.137-144.

5  Sketchup®, 2012. Ce programme a permis de réaliser de nombreux plans en 3D très utiles pour un tel projet.

6  Rémy, 1999, pp.27-37.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Représentation des zones de la zone Archive
Légende Exemple de la diversité des meubles de rangement.
Crédits © HECR-arc, 2013
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3936/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 2 Représentation de la réserve non visitable
Légende Plan et identification des zones de stockage de la réserve non visitable.
Crédits © HECR-arc, 2013
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3936/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 3 Tableau proposé pour l’évaluation spatiale
Légende Tableau mis en place en fonction du modèle proposé par Walston et Bertram.
Crédits © HECR-arc, 2013
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3936/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 4 Représentation de la réserve non visitable
Légende Représentation 3D de la réserve non visitable du Laténium.
Crédits © HECR-arc, 2013
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3936/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 5 Représentation de la zone Hall
Légende Représentation de l’encombrement.
Crédits © HECR-arc, 2013
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3936/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 6 Représentation de la zone Entrée
Légende Projection de la zone Entrée  avec les projets de réaménagements : zone de travail et de stockage.
Crédits © HECR-arc, 2013.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3936/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 7 Tableau récapitulatif
Légende Résumé de l’utilisation actuelle et future de l’espace de rangement dans la réserve.
Crédits © HECR-arc, 2013
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3936/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 8 Représentation de la zone Entrée
Légende Définition de travées consacrées aux archives du secrétariat dans la zone Entrée.
Crédits  © HECR-arc, 2013
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3936/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 9 Représentation de la zone Entrée
Légende Projection sur le moyen terme de l’organisation de l’espace dans la zone Entrée.
Crédits © HECR-arc, 2013
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3936/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Célestine Donzé, « Projet de réaménagement de la réserve non visitable du Laténium (Suisse) », CeROArt [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 12 mars 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ceroart.revues.org/3936

Haut de page

Auteur

Célestine Donzé

Diplômée en 2013 à la Haute École Arc de Neuchâtel, Célestine Donzé a réalisé son travail de Bachelor au Laténium (NE, Suisse). Elle souhaite par la suite continuer sa formation dans le domaine de la gestion des collections.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org