Navigation – Plan du site
Dossier

Procédure méthodologique pour la remise en fonction de luminaires

Carole Maître

Résumés

Dans son quotidien, un musée est fréquemment confronté à des questions délicates découlant de collections patrimoniales dont la conservation exige un isolement complet tandis que la diffusion du savoir requiert leur présentation au public. La remise en fonction de biens culturels dans le cadre de leur exposition est au cœur de cette problématique. Nous proposons ici une méthodologie pour une prise de décisions pertinentes quant à l’exposition des objets à caractère technique, et pour orienter l’intervention permettant de concrétiser une éventuelle remise en fonction en regard des risques matériels identifiés, de la sécurité du public, de l’impact sur l’authenticité et les valeurs du bien culturel et enfin de l’obsolescence technologique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Cet article constitue une synthèse et une généralisation du thème abordé dans le travail de Bachel (...)
  • 2  Dans le cadre de cet article, les définitions établies par la Commission internationale de l’éclai (...)

1Dans son quotidien, un musée est fréquemment confronté à des questions délicates découlant de collections patrimoniales dont la conservation exige un isolement complet tandis que la diffusion du savoir requiert leur présentation au public. La remise en fonction de biens culturels dans le cadre de leur exposition est au cœur de cette problématique. Elle entrave la conservation et remet en cause l’authenticité du bien, mais permet néanmoins d’en exprimer tout le sens et de transmettre avec une plus grande pertinence toute sa valeur et les informations qu’il porte. Ce mode de présentation fait ainsi couramment débat au sein des institutions. Cette étude propose une méthodologie qui permet d’une part de simplifier la prise de décision, d’autre part d’orienter l’intervention qui en découle. Elle est basée sur le cas pratique1 d’une collection de luminaires design (cf. Fig.1)2. Par conséquent les outils qu’elle propose sont spécifiquement adaptés à ce type de biens culturels. Toutefois, elle se veut applicable à tous biens comportant des éléments techniques. Elle n’a pas la prétention d’être inédite, mais plutôt de constituer une synthèse de différents modèles et de divers outils développés de manière à s’ajuster aux problématiques de la remise en fonction.

Fig. 1 : Exemple de luminaire design

Fig. 1 : Exemple de luminaire design

85 Lamps, suspension conçue par Rody Graumans, 1993. 100 x 70 x 70 cm. Collection du Vitra Design Museum.

© Vitra Design Museum

Problématiques

2Chaque objet est unique et présente ses problématiques propres. Dans le cas des luminaires, elles découlent de leur exposition importante à la lumière, à la chaleur dégagée par le fonctionnement des lampes et aux possibles incidents électriques (court-circuit). Quel que soit le bien concerné, certaines problématiques restent toutefois constantes.

Dégradation des matériaux

3La dégradation des matériaux composant le patrimoine, qu’elle provienne de leur vieillissement naturel ou de facteurs externes, est susceptible d’influer sur la fonctionnalité d’un objet. Deux cas de figure sont envisageables : soit la dégradation provoque une modification physique venant entraver la mécanique de l’objet (exemples : formation de concrétions, déformation, rupture), soit elle entraîne une modification des propriétés physico-chimiques de la matière, l’empêchant ainsi d’assumer le rôle pour lequel elle a été employée (exemples : joint d’étanchéité qui se fissure, revêtement qui se rétracte). Quelques fois, la dégradation contraignant le fonctionnement de l’objet provient de celui-ci même. En effet, le mode de fonctionnement entraîne fréquemment une sollicitation importante des matériaux accélérant ou initiant par là même leur dégradation. Cette sollicitation peut être diverse et s’incarne par exemple simplement dans le fait de conserver un luminaire suspendu, source de fatigue pour les points de suspensions. Notons aussi le cas des prototypes qui ne présentent pas toujours une composition propre à perdurer dans le temps ou à assumer une mise en marche prolongée, multiple ou répétitive.

Perte d’authenticité

  • 3  DAZORD, 2013, p.17.

4Quel que soit le bien concerné, une mise en fonction entraîne l’usure de ses composants. Par conséquent, il arrive invariablement un moment où ceux-ci doivent être remplacés pour que l’objet puisse continuer à fonctionner. Autant cette usure que les remplacements altèrent l’authenticité du bien. Alors que la première efface des traces préexistantes et modifie l’aspect des composants originaux, les deuxièmes conduisent à terme à la création d’un objet hybride ou factice, perdant ses liens avec son époque de création ou d’utilisation. Dans les deux cas, on observera notamment une perte de marqueurs historiques3.

  • 4  LAURENSON [en ligne], 2006, p.5 et 7.
  • 5  Produit de consommation qui par définition se consomme à travers son utilisation, qui a une durée (...)
  • 6  Dans DAZORD, 2013, p.13.
  • 7  DAZORD, 2013, p.13.

5Cependant, sauvegarder l’authenticité d’un bien ne signifie pas toujours sauvegarder les composants matériels originaux, mais plutôt conserver l’aspect sensible et impalpable produit par celui-ci, à l’exemple des performances ou des installations artistiques. Par conséquent, une documentation détaillée devient essentielle à la conservation de ce genre de patrimoine culturel4. Une telle vision peut être appliquée aux biens consommables5. Comme le rappelle Cécile Dazord, « ce qui définit le consommable, ce ne sont pas ses propriétés matérielles, mais celles qui relèvent de son système de production et de son mode d’activation »6. Dans le cas des luminaires, remplacer une lampe à l’identique ne représenterait ainsi pas une entrave à l’authenticité de l’objet. Cette substitution est même une conséquence de leur nature7. Elle est connue et prévue par les concepteurs et fabricants, preuve en est des indications récentes sur les luminaires précisant les caractéristiques techniques que doivent présenter les lampes de remplacement. Toutefois, un consommable produit actuellement ne sera pas nécessairement semblable au composant original. La technique de production, la composition, les caractéristiques évoluent. C’est pourquoi, même si le remplacement de composants peut être justifié et s’accorder avec la sauvegarde de l’authenticité, il n’en reste pas moins primordial de conserver l’original et de documenter le changement effectué.

  • 8  LEMAIRE et STOVEL [en ligne], 1994.

6Malgré la relative complexité que peut prendre la notion d’authenticité, il est nécessaire d’y prêter la plus grande attention. Rappelons qu’elle est un qualificatif essentiel qui justifie les valeurs attribuées au patrimoine et les mesures prises pour le conserver8. Par conséquent, lorsque l’authenticité d’un bien est altérée, toutes ses valeurs patrimoniales s’en trouvent par la même occasion amoindries.

Obsolescence technologique

  • 9  SORANO-STEDMAN, 2013, p.35.
  • 10 SORANO-STEDMAN, 2013, p.32.
  • 11  Dans SORANO-STEDMAN, 2013, p.32.
  • 12  DAZORD, 2008, p.51.
  • 13  DAZORD, 2013, p.16.
  • 14  C2RMF [en ligne], 2013.
  • 15  [BREUIL, Marie-Hélène et DAZORD, Cécile (dir.). Conserver l’art contemporain à l’ère de l’obsolesc (...)

7Le problème de l’obsolescence technologique est intimement lié à la question de la remise en fonction9. Il s’agit d’un phénomène économique qui se manifeste lorsqu’un bien n’est plus disponible à l’achat10. Comme l’explique clairement Véronique Sorano-Stedman, il s’ensuit une « incompatibilité entre la durée de fonctionnement d’une œuvre et la disponibilité des composants électroniques utilisés, qui est de plus en plus brève »11. Actuellement, la gestion de ce problème se réduit à la préservation de l’esthétique du bien concerné, et à la recherche de composants de substitution semblables12. Toutefois des modifications visuelles et fonctionnelles de l’objet sont parfois inévitables13. L’authenticité de l’objet en est par ailleurs invariablement touchée. Cette problématique fait actuellement l’objet de plusieurs recherches et écrits, majoritairement dans le domaine de l’art contemporain. Tel est par exemple le cas du département de recherche du C2RMF qui a lancé en 2006 un programme d’étude portant sur l’obsolescence technologique dans l’art contemporain14. Depuis, il présente plusieurs écrits dédiés à ce sujet, dont le dernier numéro de son magazine Technè15.

Choix muséographique

8La question de la remise en fonction est un sujet à débat sans fin. De multiples arguments, contre-arguments, avantages et inconvénients peuvent y être trouvés. Il s’agit d’un choix complexe qui dépend de plusieurs variables : l’opinion du/des conservateurs, l’appréciation du/des conservateurs-restaurateurs, la spécialisation de l’institution et sa politique propre, le discours de l’exposition et le regard porté sur la collection (valeurs attribuées). Pour reprendre l’exemple des luminaires, un tel bien perd une grande partie de son intérêt dans un musée de design s’il n’est pas présenté en fonction, car la lumière qu’il produit est l’essence même de son esthétique et de son concept. Par contre dans le cas d’un musée historique, les caractéristiques de l’objet mises en avant seront principalement les éléments qui le relient à son époque et à son contexte de création. Sa fonction, pour autant qu’elle ne soit pas au cœur du sujet de l’exposition, n’intervient qu’en second plan.

9Quelle que soit l’argumentation de l’équipe muséographique, une fois le parti pris d’exposer des objets techniques en fonction, le conservateur-restaurateur a la tâche de déterminer si cela est effectivement réalisable en regard des risques encourus (perte d’informations, dégradation) et des gains espérés (lisibilité, valorisation), et moyennant quelles conditions. C’est à ce moment-ci qu’intervient la procédure méthodologique.

Procédure méthodologique

10Comme la déontologie, les modèles méthodologiques ont pour but d’amener le professionnel à prendre les meilleures décisions de conservation-restauration et ainsi permettre la conservation à long terme du patrimoine. Une bonne méthodologie permet de segmenter un travail conséquent en plusieurs tâches, d’établir une démarche claire et notamment de n’oublier aucun aspect déterminant de l’intervention.

11Les modèles sont nombreux, mais rares sont ceux qui prennent en compte la présence d’éléments à caractère technique et leur problématique propre. Nous pouvons par exemple citer le Diagramme méthodologique de la préservation d’objets numériques complexes, créé par Morgane Stricot à l’occasion de son travail de mémoire à l’Ecole supérieure d’Art à Avignon (ESAA)16 ou le Decision-making Model for the Conservation and Restoration of Modern and Contemporary Art, développé en 1999 par The Foundation for the Contemporary Art in the Netherlands (SBMK) et le Netherlands Institute for Cultural Heritage (ICN)17. Tous deux sont liés aux domaines de l’art contemporain. Ils ont été choisis de par le rapprochement qui peut être fait avec les collections design, sur lesquelles ce travail s’est initialement concentré. Le premier est très complet et présente notamment des liens vers différents outils judicieux (exemple : arbre décisionnel du groupe DOCAM18), bien que certains d’entre eux soient spécifiques au cas des installations numériques. Le deuxième présente les différentes étapes d’une intervention, accompagnées d’explications complètes. Il met un accent intéressant sur l’aspect immatériel de l’objet qui, dans le cadre de l’art contemporain, signifie malheureusement s’intéresser presque uniquement à la signification de l’œuvre.

12À défaut de trouver un modèle adapté à tous biens techniques, ou du moins aux luminaires design, le choix a été fait d’en réaliser un sur la base des documents précités, ainsi que sur les indications fournies par Barbara Appelbaum dans son ouvrage Conservation Treatment Methodology et sur l’exemple d’un autre modèle méthodologique plus général, mais néanmoins pertinent qu’est la fiche d’intervention d’Aurélie R.v.Bieberstein, développée dans le cadre de son enseignement à l’HECR-Arc de Neuchâtel. Ce ‘nouveau modèle’ n’a ainsi pas la prétention d’être révolutionnaire ou entièrement nouveau. Il constitue véritablement une synthèse de différents modèles et outils incluant, pour la plupart, d’ores et déjà la question de la remise en fonction. Il est spécifiquement adapté aux collections de luminaires, mais se veut utile à tout autre objet technique.

13Ce modèle se détache en deux grandes phases, la documentation et le projet de conservation (cf. Fig.2). Bien que la documentation soit la première phase à laquelle s’intéresser pour débuter toute intervention de conservation-restauration, le projet de conservation a été placé au même niveau qu’elle du fait de l’interdépendance de ces deux phases. En effet, ce dernier permet, entre autres, d’alimenter les connaissances de l’objet et aboutit à un rapport d’intervention, mais nécessite de se référer fréquemment à différentes informations déjà détenues sur l’objet traité. Le détail des points ou étapes que ces phases contiennent sera présenté dans les sous-chapitres suivants, chacun portant le nom des points/étapes auquel il se rapporte.

Fig. 2 : Procédure méthodologique pour une remise en fonction

Fig. 2 : Procédure méthodologique pour une remise en fonction

1er schéma - Interrelation entre les deux phases constituant la procédure méthodologique : la documentation et le projet de conservation.

© HECR-Arc, C. Maître

Documentation

  • 19  Informations obtenues auprès de Julia Reischl, restauratrice au Musée International de Design, Die (...)
  • 20  DAZORD, 2013, p.18.

14Actuellement, rares sont les institutions ayant une documentation complète et précise des composants techniques présents dans leur collection. Une part de celle-ci est souvent réalisée au moment où le composant en question menace de disparaître et les informations qu’il détient avec lui. Cela a par exemple été le cas du musée Die Neue Sammlung à Munich qui, en réaction à l’interdiction des lampes à incandescence, établit aujourd’hui un inventaire de celles-ci19. Cécile Dazord explique ce manque dans la documentation globale des collections par le caractère ordinaire et la longévité importante des composants dont il est question20.

15Cette phase-ci du modèle ne présente aucune innovation par rapport à ce qui existe déjà. Il reprend simplement les éléments développés par Barbara Appelbaum dans sa grille de caractérisation (cf. Fig.3). Selon celle-ci, les différentes informations à rechercher pour constituer une documentation solide des objets se divisent en quatre catégories, présentées ci-dessous. Leur contenu est synthétisé et regroupé dans le deuxième schéma de la procédure méthodologique (cf. Fig.4).

Fig. 3  Grille de caractérisation

Fig. 3  Grille de caractérisation

Grille de caractérisation de Barbara Appelbaum visant une documentation complète

© Appelbaum (Appelbaum, 2007, p.11)

Fig. 4  Procédure méthodologique pour une remise en fonction

Fig. 4  Procédure méthodologique pour une remise en fonction

2e schéma – Phase de documentation avec détail de ce qu’elle doit contenir pour être complète.

©HECR-Arc, C. Maître

Aspect matériel – informations spécifiques à l’objet

  • 21  APPELBAUM, 2007, p.11.

16Ce point regroupe toutes les informations obtenues sur l’objet - ses matériaux constitutifs, son fonctionnement, sa structure et son état de conservation - par examen visuel, analyses, tests et techniques d’imagerie21. Une partie de ces informations est susceptible de déjà se trouver dans la base de données de l’institution et dans d’anciens rapports d’intervention. Dans le cas où les parties techniques du bien n’ont pas fait l’objet d’une description précise, un formulaire de description technique a été élaboré expressément dans ce but (cf. Fig.5). Il se concentre cependant uniquement sur les composants électriques susceptibles d’être présents dans un luminaire (lampe et douille, câble électrique, prise, transformateur). Autrement, il s’agira de réaliser un constat d’état. Afin d’optimiser le passage en revue des objets, il est possible de cibler ce constat uniquement sur les zones et les dégradations liées à une remise en fonction, ainsi que les matériaux présents et leur fonction. Dans ce but, un formulaire synthétique à l’exemple de celui présenté en figure 6 peut être employé (cf. Fig.6).

Fig. 5  Formulaire de description technique

Fig. 5  Formulaire de description technique

Aperçu du formulaire de description technique exhaustive des composants électriques appartenant aux luminaires (lampe, douille, câble électrique, prise, interrupteur et éventuellement transformateur).

©HECR-Arc, C. Maître

Fig. 6 Constat d’état synthétique

Fig. 6 Constat d’état synthétique

Aperçu d’un constat d’état synthétique élaboré pour le Vitra Design Museumoffrantla possibilité d’orienter nos observations selon un objectif défini.

© HECR-Arc, C. Maître

Aspect matériel – informations non spécifiques à l’objet

  • 22  APPELBAUM, 2007, p.11.

17Cette partie regroupe toutes les informations obtenues sur la catégorie d’objets à laquelle appartient le bien considéré, notamment à propos du mode de fabrication, mais aussi sur les propriétés des matériaux présents et sur l’étude des dégradations, grâce à une comparaison à des objets semblables (expérience passée, études de cas) et à la consultation de la littérature portant sur l’histoire des techniques et la science des matériaux22. Ces informations sont employées pour l’élaboration d’un diagnostic et d’un pronostic complet, en regard du constat d’état.

Aspect immatériel – informations spécifiques à l’objet

18Toutes les informations obtenues sur l’objet à propos de son histoire, sa signification, ses valeurs et son avenir (exemple : participation à une exposition itinérante, remise en fonction pour une prochaine exposition) sont ici collectées au moyen d’une consultation des informations enregistrées par l’institution et des entretiens passés avec les personnes affiliées à l’objet (exemple : concepteur, fabricant, ouvrier en ayant eu la responsabilité)23. Dans le but de récolter le maximum d’informations lors de tels entretiens, le Réseau des Médias Variables a mis en place un questionnaire en ligne24. Cet outil a été développé dans le cadre des installations en art contemporain et ainsi élaboré dans l’idée d’une discussion avec le concepteur de l’œuvre. Il est toutefois adaptable au cas par cas par sélection et reformulation des questions. Parallèlement, les valeurs d’une collection peuvent être évaluées à l’aide de la liste et des définitions établies par Barbara Appelbaum (cf. Fig.7)

Fig. 7 Sommaire des valeurs patrimoniales

Fig. 7 Sommaire des valeurs patrimoniales

Liste et définitions des valeurs qu’est susceptible d’arborer le patrimoine culturel.

© Appelbaum (Appelbaum, 2007, p.203)

Aspect immatériel – informations non spécifiques à l’objet

  • 25  APPELBAUM, 2007, p.11 & 13.

19Ici sont rassemblées toutes les informations relatives à des objets identiques, à l’histoire de l’art et à l’histoire culturelle générale en lien avec le bien concerné. Ces informations proviennent de la littérature, des connaissances de professionnels du domaine historique et de l’expérience professionnelle et des connaissances culturelles propres au conservateur-restaurateur25.

  • 26  APPELBAUM, 2007, p.11.
  • 27  APPELBAUM, 2007, p.14.
  • 28  APPELBAUM, 2007, p.5 et 16.
  • 29  APPELBAUM, 2007, p.16.

20Chacun des quatre groupes présentés ci-dessus est d’importance équivalente et est nécessaire pour permettre à la meilleure décision d’intervention d’être prise26. Barbara Appelbaum nous prévient qu’il est important de discerner ces types d’informations de manière à n’oublier aucun aspect de la documentation. En effet, un conservateur-restaurateur aurait tendance à se focaliser rapidement sur l’aspect matériel actuel d’un objet alors que celui-ci n’en représente qu’une facette27. C’est pourquoi rechercher l’aide de professionnels d’autres secteurs d’activité est d’autant plus judicieux (dans une perspective interdisciplinaire). Par ailleurs, il est essentiel de garder à l’esprit l’aspect immatériel aussi bien que l’aspect matériel d’un objet et de comprendre leur interaction, car dans certains cas les valeurs patrimoniales peuvent être altérées alors qu’aucune dégradation matérielle n’est à signaler28. Par exemple, un objet démonté ne présente pas plus d’altérations matérielles que dans son état assemblé, pourtant s’il ne peut être remonté par manque d’informations, ses valeurs et sa signification en sont gravement atteintes29.

21Ce n’est qu’après avoir pris connaissance de l’objet que le conservateur-restaurateur est en mesure de déterminer si celui-ci peut ou non être remis en fonction. Pour y parvenir, une possibilité est de se baser sur les écrits de Robert L. Barclay comme un avocat se baserait sur la jurisprudence. Cet auteur propose plusieurs facteurs essentiels à questionner pour décider de la faisabilité ou non d’une remise en fonction. Ceux-ci ont été généralisés et regroupés dans un tableau synthétique (cf. Fig.8).

Fig. 8  Facteurs décisionnelsconcernant une remise en fonction

Fig. 8  Facteurs décisionnelsconcernant une remise en fonction

Facteurs à prendre en considération pour décider de la remise en fonction ou non d’un bien patrimonial à caractère technique.

© HECR-Arc, C. Maître (Barclay [en ligne], 2005)

22Ce n’est qu’en cas d’un bilan positif des arguments et contre-arguments de ce tableau que la remise en fonction pourra être permise. Cette décision peut toutefois être révoquée à tout moment du projet de conservation, à la lumière de nouveaux paramètres.

Projet de conservation

Objectif et problématique

23Comme pour toute intervention, il convient avant tout de définir explicitement l’objectif de l’intervention de manière à éviter toutes mésententes. Il s’agit donc de la première étape de cette phase de la procédure méthodologique, qui fonctionne ici comme une véritable marche à suivre (cf. Fig.9). En fonction de l’évolution de l’intervention, l’objectif peut être modifié de manière à s’adapter à la situation présente ou abandonné si, contre toutes attentes, les risques pour l’objet deviennent trop importants.

24Une fois l’objectif posé, il convient d’identifier les différentes problématiques s’y opposant. Une remise en fonction embrasse deux problématiques centrales : la première, immanquable parce que de fondement légal, est la nécessité de respecter les normes en vigueur pour garantir la sécurité des visiteurs. La deuxième est la conservation des objets eux-mêmes. Il s’agit ici de prévenir tout risque possible énoncé au point 2 de cet article.

Fig. 9  Procédure méthodologique pour une remise en fonction

Fig. 9  Procédure méthodologique pour une remise en fonction

3e schéma – Phase de projet de conservation avec les étapes à suivre pour aboutir à la mise en exposition d’un bien à caractère technique.

© HECR-Arc, C. Maître

Propositions d’intervention

25Une fois le cadre de l’intervention défini, les premières propositions d’intervention peuvent être avancées. Il s’agit en d’autres termes d’identifier quels chemins peuvent être empruntés pour résoudre les problématiques identifiées et ainsi atteindre l’objectif fixé. Ces propositions se font au regard des connaissances acquises sur l’objet lors de sa documentation, mais aussi au regard des conditions que posent les trois points présentés ci-dessous.

Source des dégradations

26Ce point vise à s’assurer, via l’examen diagnostique succédant au constat d’état, que le fonctionnement de l’objet n’est pas ou ne risque pas de devenir source de dégradations. Si tel est le cas, le facteur source doit être identifié précisément de manière, ensuite, à œuvrer à la réduction ou, si possible, la suppression de son effet.

État fonctionnel

  • 30  MEEHAN, 1999, p.13.

27Lors de la mise en fonction d’un objet, la priorité est de garantir la protection du public30. Les critères définissant cette garantie sont immanquablement regroupés dans des textes normatifs. Afin de situer un objet à travers ceux-ci, le recours à l’expertise d’un professionnel du domaine concerné est nécessaire. Ce genre de contrôles pourrait être effectué par tout un chacun. Toutefois, les conclusions atteintes n’ont pas valeur de certitudes, car faites par des personnes n’ayant pas autorité dans ce domaine. De plus, cela signifierait assumer l’entière responsabilité en cas d’incident. C’est pourquoi l’expertise d’un professionnel agréé est nécessaire, en particulier pour les circuits électriques.

28Dans le cas où, la remise en fonction nécessite une mise aux normes, celle-ci devra être discutée avec l’expert de manière à trouver une solution réduisant au maximum son impact sur l’objet. Le remplacement d’un composant se fera uniquement si des pièces identiques, et si possible contemporaines, peuvent être trouvées et s’il n’induit aucun dommage sur les composants originaux (exemple : certaines prises ne sont pas démontables et demandent ainsi la section du câble pour pouvoir être remplacées). Le nouveau composant devra être documenté et différencié des éléments originaux par marquage. Ces derniers devront idéalement retrouver leur place une fois l’exposition terminée et, entre temps, être documentés et soigneusement conservés en réserve.

Authenticité des composants

29Idéalement lorsqu’un remplacement s’avère nécessaire pour permettre la remise en fonction, un composant identique au composant original sera sélectionné. Dans ce but, il s’agit tout d’abord d’identifier les caractéristiques fonctionnelles du composant original ou, en second lieu, du composant présent. Ces dernières serviront de critères sur lesquels se baser pour trouver le composant de remplacement qui dénaturera au minimum l’objet tant dans son aspect que dans sa fonction. À cette fin, une recherche historique s’avère quelquefois nécessaire.

30Cependant, des composants de remplacement présentant des caractéristiques fonctionnelles différentes peuvent être choisis dans le but de garantir une meilleure conservation de l’objet. Au final, le choix du composant de remplacement se fait en regard de cinq critères : sa visibilité, son importance immatérielle au sein de l’objet (exemple : point de départ de la composition ou du concept de l’objet), son rôle dans la fonction de l’objet, son impact sur la conservation de l’objet et les contraintes physiques (exemple : espace à disposition, système de fixation). Les deux premiers critères déterminent l’importance de la forme, de la taille et de l’esthétique de l’élément, le troisième et le quatrième critère influencent ses caractéristiques fonctionnelles et le dernier sa forme et sa taille.

31Sur inspiration de l’arbre décisionnel du groupe DOCAM, trois arbres ont été développés à partir des trois points présentés ci-dessus de manière à aider à l’analyse de la situation présente et à obtenir une recommandation adaptée (cf. Fig.10-12). Ceux-ci restent cependant liés au cas des luminaires.

Fig 10  Arbres décisionnels

Fig 10  Arbres décisionnels

1er arbre - Préconisations en fonction des dégradations observées lors du constat d’état.

© HECR-Arc, C. Maître.


Fig. 11  Arbres décisionnels

Fig. 11  Arbres décisionnels

2e arbre - Préconisations en fonction de l’état d’utilisationd’un circuit électrique.

© HECR-Arc, C. Maître.


Fig. 12  Arbres décisionnels

Fig. 12  Arbres décisionnels

3e arbre - Préconisations en fonction de l’authenticité des lampes présentes.

© HECR-Arc, C. Maître

Analyse des stratégies

32Une fois les différentes propositions d’intervention posées, il s’agit de les confronter à la réalité de la situation, à savoir aux moyens à disposition, autant financiers qu’humains, aux risques qu’elles requièrent de prendre et à leur impact final sur le bien concerné.

33Chaque institution dispose de moyens différents. Ceux-ci influencent significativement la décision d’intervention, car ils déterminent la faisabilité des différentes solutions envisagées. Les moyens nécessaires à une mise en exposition en état de marche sont directement fonction de la collection concernée (état de conservation, complexité du fonctionnement), de la quantité de pièces présentées et d’interventions envisagées, de l’apport matériel nécessaire (éléments pour mise aux normes, pièces de remplacement, fac-similé), du personnel mobilisé (quantité et qualifications) et du besoin ou non de faire appel à un externe (pour une expertise ou l’intervention).

  • 31  BRENNI, 1999, p.20.
  • 32  BRENNI, 1999, p.22.

34En second lieu, les différentes propositions sont jugées selon leur impact matériel et immatériel sur l’objet. Il est nécessaire ici de reprendre les informations sur les valeurs et leurs traces matérielles31. À ce moment, le soutien d’un historien est essentiel. Ayant étudié ce type d’objet, il est en mesure d’en mettre en avant tous les aspects sensibles et déterminants. Ceci permettra au conservateur-restaurateur d’établir ce qu’il pourra ou non s’autoriser à faire et ensuite à choisir la meilleure proposition d’intervention conciliant conservation et exposition32.

  • 33  BARCLAY [en ligne], 2005.
  • 34  MEEHAN, 1999, p.11.

35Notons pour finir que l’intervention visant à la remise en fonction doit se faire en regard des mêmes standards que toute autre intervention de conservation-restauration33. Elle doit promouvoir le plus haut degré de réversibilité, tout en étant la moins interventionniste possible34. Toutefois, elle ne peut promettre la conservation à long terme de l’objet à l’égal des autres types d’interventions, car, dans ce cas, cela signifierait simplement de ne pas remettre en fonction. À la place, il s’agira plutôt de la promouvoir à travers des choix limitant l’impact de ce mode de présentation.

Décision d’intervention

36En regard de l’analyse des stratégies susmentionnée, une décision d’intervention doit être finalement prise. À cette étape, il convient de faire un bilan de cette réflexion à travers la description et l’argumentation de la proposition d’intervention retenue. Dès cet instant, cette proposition devient le projet d’intervention.

37Deux options sont possibles : soit l’objet est remis en fonction, soit une alternative à cette remise en fonction est préférée. En effet, ne pas intervenir est en soi une possible proposition ‘d’intervention’ qui doit toujours rester à l’esprit. La remise en fonction sous-entend entreprendre une intervention de conservation curative, puis de prendre des mesures de conservation préventive garantissant la durabilité de l’intervention et la pérennité de l’objet. Les éventuelles restaurations que nécessite un objet pour sa présentation au public constituent une autre intervention que celle visant la remise en fonction. En effet, la restauration ne peut pas servir une remise en fonction. Autrement, cela signifierait que l'objet est en réalité trop endommagé ou trop fragile pour assumer son propre fonctionnement, et restaurer une pièce pour permettre son utilisation serait compromettre une mise en marche sans risque de l'objet.

Conservation curative

38La conservation curative rassemble toutes les actions menées sur l’objet visant directement à permettre la mise en fonction. Il s’agira par exemple du remplacement de composants, du graissage de pièces, du réglage de mécanismes.

39Dans le cas où un objet peut être remis en fonction sans autre action que la mise en marche elle-même, cette étape ne sera pas observée. Seules des mesures de conservation préventive seront alors prises.

Conservation préventive

Mise en exposition

40Suite à toute intervention en conservation-restauration, des recommandations pour la bonne conservation du bien sont systématiquement établies. Étant donné qu’une remise en fonction se fait généralement dans le cadre d’une exposition, il s’agira de prendre toutes les mesures que ce genre de situation demande : régulation du taux d’humidité relative et de la température, contrôle de l’exposition à la lumière et aux polluants, sécurisation contre le vol et le vandalisme.

  • 35  EZRATI, 2002, p,104.
  • 36  SORANO-STEDMAN, 2013, p.34.

41Parallèlement, bien que certains facteurs de dégradation soient une conséquence sine qua non d’une remise en fonction, il est essentiel de limiter le plus possible leur impact. Dans le cas des luminaires, l’exposition importante des matériaux aux différents rayonnements lumineux ne peut être évitée. Par contre, il est possible d’employer des lampes de remplacement de faible puissance afin de diminuer le niveau d’éclairement ou d’appliquer différents filtres (filtre de protection UV, filtre de protection IR ou filtre neutre35). Une solution judicieuse serait de limiter la durée de fonctionnement de l’objet. Cela peut se faire soit en établissant des plages horaires de mise en marche informées du public, à l’exemple de l’œuvre de Tinguely Requiem pour une feuille morte exposée au MNAM -Musée National d’Art Moderne de Paris- (mise en marche de 5 minutes toutes les heures)36, soit en associant cette mise en marche à un détecteur de présence. Cette dernière option ne peut toutefois être employée qu’en cas de flux de visiteurs inconstants. La limitation de la durée de mise en marche est une solution qui restreint les dégradations liées au fonctionnement de l’objet, tout en permettant au public de savourer une expérience sensible unique.

Veille technologique

42La veille technologique consiste à se tenir informé de l’évolution des technologies présentes sur le marché. Cela peut s’avérer essentiel, notamment lorsque la collection recèle des objets techniques tels que les luminaires. En effet, un nouveau produit résolvant les difficultés passées d’une remise en fonction peut être développé à tout moment. Par exemple, la mise sur le marché de lampes à LED qui produisent relativement peu de chaleur résout l’une des problématiques liées à la remise en fonction des luminaires. Les risques pour l’objet étant diminués, ce mode de présentation peut à nouveau être envisagé. Il est aussi possible que des composants autrefois en arrêt de production soient à nouveau fabriqués (exemple : les Polaroids et leurs films).

43Tout produit du marché est voué à devenir un jour obsolète et à disparaître. Le second but d’une veille technologique est de réagir à temps face à ce genre de situation. La menace constante de l’obsolescence technologique souligne l’importance de la documentation pour garder une trace historique de ce que l’objet était initialement, mais aussi pour servir de référence dans la recherche d’éléments de substitution et ainsi ne pas perdre le fil des caractéristiques recherchées.

Inspection

44Cette phase consiste en un suivi des biens durant leur exposition de manière à s’assurer qu’aucun incident n’est à déclarer, mais aussi en la vérification, avant chaque nouvelle exposition, du bon fonctionnement de l’objet et du respect des normes en vigueur. Ce dernier point requiert généralement de faire à nouveau appel à l’expertise d’un professionnel.

Pièces de rechange

45Pour parer au problème posé par l’obsolescence technologique, de nombreuses institutions constituent une réserve de composants de remplacement, garantissant la mise en fonction des biens à court ou moyen terme. À long terme, il s’agira toutefois à nouveau de rechercher un composant de remplacement. Cela permet néanmoins d’attendre l’arrivée espérée sur le marché de composants identiques, de nouvelles technologies prometteuses tant dans leur aspect visuel que dans leurs avantages techniques, ou le retour de pièces en arrêt de production.

46Quel que soit l’avis des conservateurs et conservateurs-restaurateurs sur la pertinence de faire des réserves de pièces de rechange, il est nécessaire de constituer un stock des éléments consommables pour la durée de l’exposition à venir. En effet, la durée de vie moyenne des biens consommables est limitée et peut s’avérer dans certains cas inférieure à la durée de l’exposition.

47Les stocks effectués doivent être placés dans des endroits appropriés à leur conservation de manière à ce que les différents composants soient toujours fonctionnels au moment de leur utilisation. Il faut notamment éviter de ne pas mélanger ces derniers avec les originaux, qui se trouveront de préférence en réserve, à l’emplacement de l’objet auquel ils sont associés.

Alternatives

  • 37  « [Preventive conservation] may also involve issues of the production of facsimiles for the purpos (...)
  • 38  CAPLE, 2011, p.432.
  • 39  MANN, 1997, p.37.

48La seule alternative à une remise en fonction est de ne pas remettre en fonction. En ce sens, une première solution, idéale du point de vue conservatoire et muséographique, serait l’utilisation d’un fac-similé ou, dans le cas de produits industriels tels que les luminaires, d’un doublon ou d’une réédition. Ce genre de solution est même envisagé par les codes d’éthique en conservation-restauration : « [La conservation préventive] peut aussi impliquer la production de fac-similé dans le but de préserver l’original »37. Par exemple, le musée technique Beamish dans le nord de l’Angleterre possède les objets de sa collection en deux exemplaires, l’un servant à être mis en fonction et l’autre à perdurer dans le temps pour être transmis aux générations futures38. Toutefois, certains biens étant rares, il n’est pas toujours possible de trouver une copie et la fabrication d’un fac-similé peut rapidement s’avérer compliquée. Cela pose évidemment la question du coût occasionné, qui s’avérera important, tant au niveau du prix de l’acquisition ou de la fabrication que de l’espace à prévoir et des soins à prodiguer pour ces seconds exemplaires. De plus, un impact négatif sur les visiteurs est aussi à craindre, car ils seront ainsi privés de la possibilité de contempler l’original ou la première édition de l’objet et de s’en délecter39. Il s’agit toutefois de la seule solution permettant de présenter un objet en marche tout en préservant entièrement un exemplaire original.

49La seconde solution serait l’emploi d’artifices pour donner l’illusion qu’un objet est en fonction. Il s’agira de développer une mise en scène et un jeu d’éclairage adapté. Cela peut cependant s’avérer rapidement compliqué et nécessiter l’expertise de spécialistes. De plus, cette solution n’est pas applicable à tous types de biens. Une issue semblable est la diffusion de vidéos présentant l’objet en fonction. L’intérêt pour l’objet s’en ressent fatalement amoindri, mais cela donne néanmoins au public une bonne idée de l’état de fonctionnement de l’objet tout en le préservant.

50Quel que soit le choix effectué, il conviendra ensuite d’accorder la muséographie en conséquence et de mener le visiteur à découvrir d’une autre manière la lisibilité, les informations et les valeurs qu’une remise en fonction apporte et/ou accentue.

Discussion

  • 40  BRENNI, 1999, p.22.
  • 41  BARCLAY [en ligne], 2005.
  • 42  « A badly conducted restoration can cause more damage to an instrument in a few hours that a centu (...)

51Pour conclure la présentation de ce modèle, rappelons qu’il est ouvert à toutes adaptations et extensions notamment par la mise en parallèle d’outils complémentaires. Tout au long de la procédure, il faut garder à l’esprit qu’une intervention ne doit en aucun cas se faire au détriment des valeurs et de l’authenticité d’un bien d’autant plus qu’elle sert uniquement la présentation de l’objet et non sa conservation40. La remise en fonction d’un bien, ainsi que l’intervention l’y menant, ne sont pas des actions anodines. Elles doivent rester occasionnelles, faire l’objet d’une documentation complète et représenter une solution de dernier recours41. Si les risques de dégradations sont trop conséquents, l’objet devra nécessairement être présenté éteint. Il faut garder à l’esprit l’exemple de Paolo Brenni : « une intervention mal conduite peut engendrer plus de dégâts qu’un entreposage d’un siècle dans des locaux insalubres (poussiéreux et humide) »42.

Haut de page

Notes

1  Cet article constitue une synthèse et une généralisation du thème abordé dans le travail de Bachelor intitulé « La Remise en fonction de Luminaires, le cas de la collection du Vitra Design Museum ». Comme son titre l’indique ce mémoire porte sur la remise en fonction des biens culturels, ici des luminaires, pour leur exposition et aborde ainsi les différentes questions que cette pratique peut poser d’un point de vue de la conservation du patrimoine. Il fait suite à un stage effectué au sein du Vitra Design Museum, lors les premiers préparatifs en vue de leur exposition temporaire consacrée à leur collection de luminaires, nommée Lightopia. [Maître, 2013]

2  Dans le cadre de cet article, les définitions établies par la Commission internationale de l’éclairage font autorité. Ainsi le terme lampe se rapporte au composant électrique « construit en vue de produire de la lumière », nommé couramment à tort ampoule, et le terme luminaire se réfère à « l’appareil servant à répartir, filtrer ou transformer la lumière des lampes et comprenant toutes les pièces nécessaires pour les fixer, les protéger et les relier au circuit d’alimentation » [Dans Commission internationale de l’éclairage (CIE), 1963, p.194 & 280].

Le qualificatif design regroupe quant à lui tous les biens qui présentent une « esthétique industrielle appliquée à la recherche de formes nouvelles et adaptées à leur fonction (pour les objets utilitaires, les meubles, l’habitat en général). » [Dans Rey, 2006, p.371].

3  DAZORD, 2013, p.17.

4  LAURENSON [en ligne], 2006, p.5 et 7.

5  Produit de consommation qui par définition se consomme à travers son utilisation, qui a une durée de vie limitée.

6  Dans DAZORD, 2013, p.13.

7  DAZORD, 2013, p.13.

8  LEMAIRE et STOVEL [en ligne], 1994.

9  SORANO-STEDMAN, 2013, p.35.

10 SORANO-STEDMAN, 2013, p.32.

11  Dans SORANO-STEDMAN, 2013, p.32.

12  DAZORD, 2008, p.51.

13  DAZORD, 2013, p.16.

14  C2RMF [en ligne], 2013.

15  [BREUIL, Marie-Hélène et DAZORD, Cécile (dir.). Conserver l’art contemporain à l’ère de l’obsolescence technologique. Technè, n°37, C2RMF (Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France), Paris, 2013.]

16  Document consultable via ce lien :http://digitalis.litchio.com/index.html

17  Document consultable via ce lien : http://incca.nl/files/pdf/resources/sbmk_icn_decision-making_model.pdf

18  Document consultable via ce lien :http://www.docam.ca/fr/les-decisions-de-restauration/larbre-decisionnel.html

19  Informations obtenues auprès de Julia Reischl, restauratrice au Musée International de Design, Die Neue Sammlung, à Munich, par courriel daté du 3 juin 2013.

20  DAZORD, 2013, p.18.

21  APPELBAUM, 2007, p.11.

22  APPELBAUM, 2007, p.11.

23  APPELBAUM, 2007, p.11.

24  Document consultable via ce lien : http://variablemediaquestionnaire.net/

25  APPELBAUM, 2007, p.11 & 13.

26  APPELBAUM, 2007, p.11.

27  APPELBAUM, 2007, p.14.

28  APPELBAUM, 2007, p.5 et 16.

29  APPELBAUM, 2007, p.16.

30  MEEHAN, 1999, p.13.

31  BRENNI, 1999, p.20.

32  BRENNI, 1999, p.22.

33  BARCLAY [en ligne], 2005.

34  MEEHAN, 1999, p.11.

35  EZRATI, 2002, p,104.

36  SORANO-STEDMAN, 2013, p.34.

37  « [Preventive conservation] may also involve issues of the production of facsimiles for the purpose of preserving the original. » [Dans E.C.C.O. professional guidelines [en ligne], 2002-2004].

38  CAPLE, 2011, p.432.

39  MANN, 1997, p.37.

40  BRENNI, 1999, p.22.

41  BARCLAY [en ligne], 2005.

42  « A badly conducted restoration can cause more damage to an instrument in a few hours that a century of negelect in a damp and dusty store ». [Dans Brenni, 1999, p.22].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Exemple de luminaire design
Légende 85 Lamps, suspension conçue par Rody Graumans, 1993. 100 x 70 x 70 cm. Collection du Vitra Design Museum.
Crédits © Vitra Design Museum
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3908/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 2 : Procédure méthodologique pour une remise en fonction
Légende 1er schéma - Interrelation entre les deux phases constituant la procédure méthodologique : la documentation et le projet de conservation.
Crédits © HECR-Arc, C. Maître
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3908/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 3  Grille de caractérisation
Légende Grille de caractérisation de Barbara Appelbaum visant une documentation complète
Crédits © Appelbaum (Appelbaum, 2007, p.11)
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3908/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 4  Procédure méthodologique pour une remise en fonction
Légende 2e schéma – Phase de documentation avec détail de ce qu’elle doit contenir pour être complète.
Crédits ©HECR-Arc, C. Maître
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3908/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Fig. 5  Formulaire de description technique
Légende Aperçu du formulaire de description technique exhaustive des composants électriques appartenant aux luminaires (lampe, douille, câble électrique, prise, interrupteur et éventuellement transformateur).
Crédits ©HECR-Arc, C. Maître
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3908/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Fig. 6 Constat d’état synthétique
Légende Aperçu d’un constat d’état synthétique élaboré pour le Vitra Design Museumoffrantla possibilité d’orienter nos observations selon un objectif défini.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3908/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 7 Sommaire des valeurs patrimoniales
Légende Liste et définitions des valeurs qu’est susceptible d’arborer le patrimoine culturel.
Crédits © Appelbaum (Appelbaum, 2007, p.203)
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3908/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 8  Facteurs décisionnelsconcernant une remise en fonction
Légende Facteurs à prendre en considération pour décider de la remise en fonction ou non d’un bien patrimonial à caractère technique.
Crédits © HECR-Arc, C. Maître (Barclay [en ligne], 2005)
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3908/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Fig. 9  Procédure méthodologique pour une remise en fonction
Légende 3e schéma – Phase de projet de conservation avec les étapes à suivre pour aboutir à la mise en exposition d’un bien à caractère technique.
Crédits © HECR-Arc, C. Maître
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3908/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig 10  Arbres décisionnels
Légende 1er arbre - Préconisations en fonction des dégradations observées lors du constat d’état.
Crédits © HECR-Arc, C. Maître.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3908/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 11  Arbres décisionnels
Légende 2e arbre - Préconisations en fonction de l’état d’utilisationd’un circuit électrique.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3908/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 12  Arbres décisionnels
Légende 3e arbre - Préconisations en fonction de l’authenticité des lampes présentes.
Crédits © HECR-Arc, C. Maître
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3908/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 930k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Maître, « Procédure méthodologique pour la remise en fonction de luminaires », CeROArt [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 20 mars 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://ceroart.revues.org/3908

Haut de page

Auteur

Carole Maître

Diplômée en conservation-restauration (niveau Bachelor, orientation « Objets techniques, scientifiques et horlogers », de l’HECR-Arc à Neuchâtel), elle suit actuellement un stage pratique au Technoseum, Landesmuseum für Technick und Arbeit (Mannheim, Allemagne) dans le but d’appliquer les connaissances acquises et de se familiariser avec la langue allemande, avant de reprendre les études au niveau Master.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org