Navigation – Plan du site
Dossier

Les formations en Conservation-Restauration et le développement de la profession

René Hoppenbrouwers
Cet article est une traduction de :
Conservation-Restoration education and the development of the profession

Résumés

Cet article retrace dans ses grandes lignes, l'évolution du métier de la conservation-restauration ainsi que le rôle joué par les organisations professionnelles dans la définition des formations de haut niveau (universitaires ou équivalentes). Soulignant l'importance de l'interdisciplinarité, de la multidisciplinarité et de la diffusion des savoirs -et notamment par l'édition scientifique en Open Access, l'auteur expose en particulier le rôle déterminant d'ENCORE dans le développement de l'enseignement de la discipline au niveau européen.

Haut de page

Texte intégral

Je suis profondément redevable au Prof. Wolfgang Baatz (Président d'ENCoRE) et au Dr. René Larsen, tous les deux pères fondateurs d'ENCoRE, pour leur contribution à ce texte. Les documents auxquels se réfère cet article sont disponibles sur le website de ENCoRE, http://www.encore-edu.org

1Au cours de ces soixante dernières années, la profession de conservateur-restaurateur a radicalement changé. Hormis dans le cas de quelques institutions muséales et académies renommées de plus longue date, dans de nombreux pays, c'est peu après la Seconde Guerre mondiale, que la profession de conservateur-restaurateur, artisanale à l’époque, s’est muée en profession d’orientation plus académique. Le développement d’un cursus plus formel pour la formation des conservateurs-restaurateurs est allé de pair avec l'élaboration de directives éthiques et de codes déontologiques.

2Au cours des dernières décennies, et ce, qu'ils travaillent dans une institution muséale ou privée, les restaurateurs se sont également vus de plus en plus impliqués dans des projets multidisciplinaires et interdisciplinaires, en collaboration avec des historiens de l'art et des scientifiques, pour démêler des problèmes complexes liés à la préservation de notre patrimoine culturel. Le renforcement des liens avec la science de la conservation a débouché sur de précieux partenariats avec des acteurs universitaires de la conservation-restauration. De nombreux établissements ont intégré la recherche, l’expérimentation de techniques alternatives de conservation et l'application de nouveaux matériaux dans des programmes spécifiques.

3Diplômés, postdoctorants et doctorants ont, partant, livré une énorme contribution au domaine de la conservation-restauration. Au demeurant, la diffusion des connaissances est cruciale pour la poursuite du développement de la profession et il est remarquable que, sur ce point, également les étudiants continuent à jouer un rôle important. Le colloque annuel Gerry Hedley constitue un exemple de la première heure, d’initiatives où des étudiants en conservation d’œuvres d'art du Hamilton Kerr Institute, de l’Université de Cambridge, de l'Université de Northumbria à Newcastle et de l'Institut Courtauld de Londres partagent leurs expériences et recherches. L'initiative plus récente de la conférence des étudiants sur la conservation d’objets d’art constitue le fruit d'une collaboration entre plusieurs établissements européens d'enseignement de conservation. Plus les étudiants entrent tôt en contact avec leur futur domaine de travail, mieux c'est. C’est pourquoi de nombreux organismes professionnels et organisations de conservation proposent des cotisations spéciales pour étudiants. CeROArt est le seul magazine à consacrer régulièrement un numéro complet aux publications de jeunes diplômés. Les articles reçus pour ce numéro spécial EGG 2012 reflètent clairement l’état de la Conservation-Restauration dans les formations.

4Reste cependant encore pas mal de pain sur la planche. Bien que la valeur et, souvent, le caractère unique du patrimoine culturel soient largement reconnus, on peut continuer à s’étonner que la profession de conservateur-restaurateur ne soit pas protégée. Hormis la poignée de pays qui imposent juridiquement que les travaux sur objets du patrimoine culturel soient effectués par des professionnels dûment formés et équipés, dans la plupart des pays, le terme de « conservation-restauration » demeure malheureusement galvaudé par toutes sortes d'artisans et techniciens, car employé pour des chantiers plus judicieusement qualifiables de « reconstruction » ou « rénovation » que de « travaux de conservation ».

5Comme les hommes politiques ne s’intéressent visiblement pas à des réglementations plus strictes et claires, la protection de la profession et, par conséquent, de notre irremplaçable patrimoine incombe à des organisations professionnelles, notamment par l’encouragement de la formation continue et des procédures d'autorégulation et d'accréditation. Parallèlement, l'amélioration de la qualité de la profession est gérée via des programmes de formation en conservation-restauration. Sensibiliser le public à la signification et à l'importance du patrimoine comme à la nécessité de maintenir des niveaux de qualification élevés pour la profession est aussi crucial.

6Pour la première fois dans l’histoire, la profession de conservateur-restaurateur a été définie à un niveau international en 1984 par ICOM-CC dans le document intitulé Le conservateur-restaurateur :une définition de la profession. Pendant les trois décennies suivantes, la profession a publié un certain nombre de documents et prises de position européens. En 1994, la Confédération européenne des Organisations de Conservateurs-Restaurateurs (E.C.C.O.) a rédigé ses Lignes directrices professionnelles :  la description de la profession de conservateur-restaurateur a été affinée et étendue. Un Code déontologique de même que les prérequis et impératifs universitaires ont été définis simultanément. En 1997, une conférence européenne intitulée Préservation du Patrimoine culturel : vers un profil européen du conservateur-restaurateur a été organisée à Pavie. Cette réunion s’est soldée par le fameux Document de Pavie qui a défini la profession de conservation plus précisément et a également prêté attention à l'éducation et aux compétences professionnelles.

7Le Réseau européen des Institutions de formation en conservation-restauration (ENCoRE) a été créé la même année. ENCoRE a pour objectif de promouvoir la recherche et la formation dans le domaine de la conservation et de la restauration du patrimoine culturel conformément aux directives professionnelles de l’organisation faîtière européenne E.C.C.O (European Confederation of Conservator-Restorers’ Organisation) et aux recommandations du Document de Pavie.

8Le Document de Vienne de 1998  est le résultat du projet FULCO : un Code de Compétence pour les Conservateurs-Restaurateurs en Europe. Ce code représente le consensus au sein de la communauté européenne de la conservation-restauration sur les normes professionnelles vérifiables pour les conservateurs-restaurateurs et un certain nombre de questions connexes. Parmi les recommandations figurait notamment qu'il devrait y avoir une harmonisation des études en conservation-restauration, au niveau universitaire ou reconnu équivalent. La tâche de clarifier la question du « niveau universitaire et reconnu équivalent » est incombée à ENCoRE, les trois années suivantes.

9À l’occasion de sa troisième Assemblée générale tenue en 2001 à Munich, ENCoRE a livré sa contribution à cette clarification sous la forme du document Clarification of Conservation/Restoration Education at University Level or Recognized Equivalent. Le document de clarification a pris en considération le Décret de Bologne sur l'Espace européen de l'enseignement supérieur de 1999.

10Depuis lors, le document de clarification ENCoRE a joué un rôle essentiel dans la protection de notre profession. Il s'est également avéré être un outil précieux pour les programmes universitaires en péril ou une arme précieuse contre les évolutions négatives dans certains pays européens. Le document indique que la qualité, le contrôle démocratique de et la perspicacité du public visé par la formation de conservation-restauration ne peuvent être garantis que par une formation académique au niveau universitaire, reconnue par les organismes gouvernementaux de validation conduisant à l’obtention de titres universitaires protégés et internationalement reconnus. Il met aussi en avant que les établissements d'enseignement qui ne portent pas le titre d’universités, mais organisent des programmes d'études, lesquels, en vertu de leur durée, contenu et qualité, sont considérés reconnus par les organismes gouvernementaux de validation  comme équivalents à l’enseignement universitaire, doivent être reconnus comme étant au même niveau.

11Il déclare, en outre, qu’une discipline universitaire de conservation-restauration est par essence basée sur le plus haut niveau de la recherche, et que la base de l'éducation se compose d'un équilibre approprié entre l'enseignement théorique et pratique intégré.  En outre, le document définit que le conservateur-restaurateur licencié pour la pratique indépendante est par définition diplômé au niveau du Master, par une université ou une institution équivalente reconnue par le gouvernement ou le niveau doctorant (PhD), et que la durée totale des études pour accéder à la profession ou continuer au niveau du doctorat devrait être de cinq ans.

12En 2006, la Commission européenne a présenté le Cadre européen des certifications (CEC). Ce cadre générique permet de comparer les certifications délivrées par les différents systèmes européens d'enseignement et de formation sur la base de savoirs, aptitudes et compétences. Selon le document de clarification de ENCoRE, le document signé conjointement par ECCO-Encore et la mise à jour 2004 des Règles Professionnelles III de l’E.C.C.O, le niveau d’accès à la pratique indépendante de conservateur-restaurateur (professionnel à temps plein) est défini comme relevant du niveau du Master. Suivant l'annexe 2 de la recommandation CEC, le niveau 7 correspond au Master, le niveau 6 au baccalauréat et le niveau 8 au doctorat. Selon la CEC, le niveau requis pour la pratique indépendante du métier de conservateur-restaurateur est le niveau 7. La profession de conservation-restauration a été l'un des premiers groupes de professionnels à répondre au système CEC et à travailler sur un système qui s'appliquerait aussi bien à l'éducation qu’à la profession elle-même. Le travail de l’E.C.C.O. consacré à l'élaboration de définitions a débouché sur la publication de la description des compétences pour l'accès au métier de conservateur-restaurateur (2011) et a permis de montrer l'interrelation complexe entre les connaissances et les compétences inhérentes à la pratique indépendante.

13À l'heure actuelle, la plupart des pays européens ont reconnu des programmes d'enseignement en Conservation-Restauration, universitaires accrédités au niveau 7 selon la CEC. ENCoRE représente un total de 41 de ces programmes. Grâce au travail accompli ces trois dernières décennies, il est désormais possible de comparer les différents programmes à la lumière des objectifs d'apprentissage définis, de la qualité de l'enseignement et des méthodes pédagogiques.

14Aussi l'échange et la mobilité des enseignants et des étudiants sont-ils facilités, même si les barrières linguistiques posent toujours un problème. Les initiatives telles que les colloques internationaux, les conférences, magazines et organisations en réseau garantissent un meilleur échange des connaissances et l'amélioration de la compréhension mutuelle. Initier les étudiants à un stade précoce dans ces domaines est extrêmement précieux et stimulant. Par conséquent, réjouissons-nous que, de nouveau, CeROArt offre la possibilité aux étudiants de publier les résultats de recherche et les traitements intéressants pour le domaine professionnel dans un numéro spécial "jeunes diplomés".  Cette initiative va certainement encourager les étudiants à se montrer actifs dans un contexte international, qui, à la fin, sera bénéfique pour la préservation du patrimoine local.

15La prochaine étape à franchir est d’élaborer des descriptions et des définitions de ces parties des programmes de formation en conservation-restauration, consacrés à la pratique.  Comparer le contenu des différents programmes d'enseignement est particulièrement difficile tant de grands chapitres des formations, du cursus et de la pratique sont fondés sur des connaissances tacites, à transformer en discours et termes écrits et parlés sensés. Par ailleurs, l'expérience montre qu’en plus de la qualité du contenu, la formation pratique et la formation de haute qualité dépendent aussi de la durée de l'apprentissage et du ratio enseignant-élève.

16L'objectif actuel de ENCoRE est de voir toutes ces conditions requises définies sur la base d'une définition claire et universellement acceptée de la pratique de la formation en conservation-restauration. Pour cette raison, ENCoRE a rédigé le document On Practice in Conservation-Restoration Education qui sera discuté avec toutes les institutions-membres en mars 2014 lors de l'Assemblée Générale qui se tiendra à l'École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège (département Conservation, Restauration d’œuvres d'art).  Lors de cette rencontre, les étudiants joueront un rôle fondamental dans la composition des Posters concernant les projets en cours et en utilisant CeROArt comme vitrine de la profession de la conservation et de la recherche universitaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

René Hoppenbrouwers, « Les formations en Conservation-Restauration et le développement de la profession », CeROArt [En ligne], 9 | 2014, mis en ligne le 11 janvier 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ceroart.revues.org/3854

Haut de page

Auteur

René Hoppenbrouwers

Trained as art historian and several teaching jobs at the faculty of Art History and Archeology at the Catholic University Nijmegen (1980-1989). Specialisation in 16th century panel painting. Trained as paintings conservator at the Stichting Restauratie Atelier Limburg (1990-1995). Working experience in studio’s of  the Mauritshuis in The Hague, the Rijksmuseum Amsterdam and the Rijksmuseum Twenthe in Enschede. From 1995 until 1999 research conservator in MOLART (Molecular Aspects of Ageing in Painted Works of Art), an interdisciplinary scientific research project funded and supported by the Netherlands Organisation for Scientific Research (NWO). In 1995 he was employed by SRAL, also as co-ordinator of the curriculum of the Education and Training Programme on Conservation of Paintings and Painted Objects. This programme merged eight years ago with the University of Amsterdam. Since 2009 Hoppenbrouwers is director of SRAL. He is internationally active in conservation education organising training course at SRAL and as assistant working group coordinator of the Working Group Education and Training in Conservation of ICOM-CC and vice chair of ENCoRE (European Network of Conservation-Restoration Education) .

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org