Skip to navigation – Site map
Dossier

Une « recommandation pour la conservation-restauration du patrimoine culturel »

Une nouvelle étape pour une meilleure reconnaissance du rôle de la conservation-restauration au niveau européen
Monica Martelli Castaldi, David Aguilella Cueco, Jeremy Hutchings and E.C.C.O. European Confederation of Conservator-Restorer’s Organisations
This article is a translation of:
A European Recommendation for the Conservation-Restoration of cultural heritage

Abstracts

The draft of the first European Recommendation for the Conservation-Restoration of Cultural Heritage proposed by E.C.C.O., written with the support of ICCROM and participation of ENCoRE signifies a further step towards guaranteeing preservation of cultural heritage and greater recognition of the actors in this field. The Recommendation takes into consideration the need to define and regulate the field itself as a whole. This article presents this document and places it within the context of the work carried out by E.C.C.O. which includes other efforts to define the Conservation-Restoration profession, raise awareness and ensure the continued preservation of cultural heritage as a whole.

Top of page

Full text


Cet article est écrit au nom de l’E.C.C.O., les auteurs tiennent à remercier Vincent Negri et Catherine Antomarchi (ICCROM) pour leur soutien et leur importante contribution ; Daniel Thérond, ancien chef du Département de la Culture et du Patrimoine culturel du Conseil de l’Europe ; Mounir Bouchenaki ancien Directeur général de l’ICCROM ; Stefano De Caro actuel directeur général de l’ICCROM pour leur soutien à cette entreprise et Susan Corr (présidente de l’E.C.C.O.) pour ses efforts visant à faire aboutir ce travail.

Introduction

1Pour les institutions européennes, tout comme pour les États européens, le patrimoine culturel est sans aucun doute possible l’expression fondamentale de la richesse et de la diversité de leur culture. Sa préservation est en conséquence considérée comme de la plus haute importance. La conservation-restauration apporte sans conteste une contribution irremplaçable à la préservation et à la diffusion de la connaissance de notre patrimoine culturel commun, pour le bénéfice des générations présentes et futures. Depuis sa fondation en 1991, la Confédération européenne des organisations de conservateur-restaurateur (E.C.C.O.) a travaillé sans relâche pour obtenir de meilleures garanties pour la préservation du patrimoine européen et une reconnaissance accrue du rôle de la conservation-restauration à cette fin. La première Recommandation européenne pour la conservation-restauration du patrimoine culturel représente une nouvelle étape pour l’E.C.C.O. dans la réalisation de ces objectifs. Élaboré et proposé au Conseil de l’Europe avec le soutien du Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM) et la participation du Réseau européen de l’éducation Conservation-Restauration (ENCoRe), ce document est présenté ici à travers un bref historique des efforts qui ont mené à sa création, les commentaires sur son statut actuel et les suggestions pour l’avenir.

Contexte de la recommandation proposée :

  • 1  L’appelation commune de conservateur-restaurateur a été acceptée comme titre professionel par les (...)

2En Europe, la définition et la protection du patrimoine culturel relèvent d’abord et avant tout de la responsabilité des États. Chaque État exprime sa propre conception du patrimoine culturel national en regard de son histoire et des valeurs culturelles sur son territoire. Alors que les législations pour la protection du patrimoine culturel au niveau national sont très nombreuses, la plupart des États n’ont pas de réglementation spécifique pour la conservation-restauration. La recommandation constitue une étape cherchant à pallier ce manque, en rendant explicites ses objectifs, ses mesures et ses principes.

Comme on le verra, les événements qui ont mené à la création de la recommandation remontent à plus d’une décennie. Le projet APEL achevé en 2001 a identifié de graves lacunes dans les législations nationales en Europe en ce qui concerne la définition et la réglementation de la profession de conservateur-restaurateur : la protection et la conservation du patrimoine culturel relèvent de la responsabilité de chaque État membre, ce qui a évidemment eu un effet direct sur la façon dont le conservateur-restaurateur et d’autres groupes professionnels dans le domaine pratiquent leurs professions. Pour le conservateur-restaurateur, le niveau de la réglementation professionnelle varie considérablement d’un État à l’autre. L’utilisation du titre professionnel1 peut dépendre le plus souvent des conditions et niveaux de formation tels qu’ils sont définis par les États européens qui ont établi des lois spécifiques pour le Patrimoine, alors que dans de nombreux autres États de telles lois n’existent pas.

  • 2  qui se réfère à toute législation qui ne concerne pas directement un groupe ou une profession et p (...)

3Au niveau européen, les dispositions relatives aux qualifications professionnelles, l’accès et l’exercice spécifique de cette profession (comme d’ailleurs pour beaucoup d’autres professions dans le domaine du patrimoine culturel) ne sont que d’« ordre général »2, et concernent en premier lieu des systèmes de reconnaissance des qualifications académiques. Il n’y a pas de règles spécifiques qui tiennent compte de la nature spécialisée de la conservation-restauration. En outre, la diversité des mesures nationales concernant la protection et la conservation du patrimoine culturel ne favorise pas l’adoption de protocoles communs qui reconnaissent le rôle, la fonction et la contribution du conservateur-restaurateur dans ce processus.

4La plupart de ces mesures législatives ne clarifient ni les procédures, ni les qualifications requises pour la réalisation de toutes les phases du processus de conservation, ni les rôles et les responsabilités de ceux qui les réalisent. Ce manque de spécificité compromet l’efficacité des principes de protection prévus par la législation en place et a un impact négatif sur la reconnaissance des conservateurs-restaurateurs professionnels.

  • 3  Le traité de l’Union européenne, Lisbonne, Titre 1 – Dispositions communes.

5Le traité de l’Union européenne (TUE), les buts de l’Union, l’article 3.3, §4, stipulent que « l’Union respecte la richesse de sa diversité culturelle et linguistique » et « veille à garantir que le patrimoine culturel de l’Europe soie sauvegardé et mis en valeur »3. Toutefois, l’Union européenne n’a pas de compétences directes dans le domaine ; elle ne peut pas légiférer, ni adopter des actes juridiquement contraignants dans le domaine de la protection et de la conservation du patrimoine culturel. Néanmoins, le Conseil de l’Europe a des compétences dans ce domaine qui lui permettent d’élaborer des conventions et recommandations, que les États peuvent transposer dans leur système juridique national.

L’objectif de la proposition de recommandation, présentée ci-dessous, était de fournir un texte de référence pour les États européens – membres du Conseil de l’Europe – afin de proposer dans l’Union européenne, un cadre normatif pour améliorer leur système juridique. Il s’agit d’une norme commune basée sur des principes largement reconnus par les professionnels de la conservation-restauration, conférant alors potentiellement à cette dernière une valeur politique et juridique solide. Ce texte affirme le caractère spécifique du champ de la conservation-restauration ainsi que les principes qui sous-tendent la préservation du patrimoine culturel européen. Il est également valable pour toutes les représentations professionnelles et les autres parties prenantes du domaine.

6La recommandation expose les éléments essentiels d’ordre éthique et déontologique sur lesquels la discipline s’est fondée et que les états européens sont invités à incorporer dans leur législation nationale. Cette recommandation s’inscrit dans le domaine d’application et le cadre réglementaire élaboré par le Conseil de l’Europe pour ce qui concerne la préservation du patrimoine culturel, et représente une prolongation logique des principes de la convention cadre sur la « valeur du patrimoine culturel pour la société, Faro 27 octobre 2005 ».

Evénéments qui ont conduit à la creation de la recommandation

7Depuis sa fondation, l’E.C.C.O. a travaillé sans cesse afin d’améliorer la reconnaissance du conservateur-restaurateur en Europe. Alors que ceci avait été le mandat initial assigné par les membres, de réelles améliorations avaient été obtenues dans la protection du patrimoine et dans l’organisation du domaine dans son ensemble. Si elle était acceptée par le Conseil de l’Europe, la recommandation proposée représenterait un progrès supplémentaire vers ces objectifs. Un bref historique de la situation qui a vu cette nécessité reconnue est présenté ci-dessous, pour en expliciter à la fois son contexte et son importance.

8À certains égards, la présentation qui suit, retrace l’histoire de l’E.C.C.O. depuis sa création jusqu’à nos jours. Elle identifie, entre autres, une phase initiale où beaucoup d’efforts ont été consacrés à la définition de la conservation-restauration et à sa nature unique, jusqu’à une phase récente qui se concentre davantage sur les compétences particulières du conservateur-restaurateur, le rôle crucial de cette profession dans la préservation de patrimoine culturel commun et la reconnaissance que cela mérite au niveau de l’Union européenne.

9En recherchant une réglementation commune, l’E.C.C.O. fait avancer à la fois des textes spécifiques et un cadre juridique international comme pour l’Union européenne, et recherche une meilleure harmonisation pour ce qui concerne l’autorégulation (professionnelle) au sein des États membres. La recommandation européenne représente un pas dans ces deux directions.

10
L’E.C.C.O. a été fondée en 1991 par des représentants des organismes professionnels nationaux dans un certain nombre d’États membres de l’Union européenne, se regroupant dans un effort concerté pour créer une « organisation parapluie » globale pour agir au nom de la profession de conservateur-restaurateur. Au cours de ses 22 années d’existence, la Confédération a travaillé à une définition de la profession en recherchant aussi une plus grande protection du patrimoine culturel, tout en veillant à ce que seules les personnes ayant les compétences nécessaires puissent mettre en œuvre le processus de conservation-restauration.

  • 4  La partie III des Règles professionnelles de l’E.C.C.O. a été revisée en 2004.
  • 5  APPEL : Acteurs du Patrimoine Européen et Législation.

11Dans les premières années d’activité de l’E.C.C.O., des progrès ont été réalisés grâce à une définition détaillée du conservateur-restaurateur et l’établissement de principes pour la réglementation de l’accès et de l’exercice de la profession. Ce cheminement s’est articulé à travers la publication des Code déontologique : Règles Professionnelles I, II et III, couvrant à la fois l’éducation et la pratique, éditées entre 1993 et ​​19944. Elles constituent aujourd’hui un texte universel auquel de nombreuses organisations nationales et internationales se réfèrent. Alors que ces principes sont devenus plus largement acceptés, l’E.C.C.O. a recentré ses efforts pour une plus grande protection du patrimoine. C’est dans cette partie du domaine qu’il faut comprendre le projet de recommandation. Les orientations de ce travail découlent du projet APEL5 coordonné par l’E.C.C.O. dès 1998 et financé par le programme Raphaël de l’Union européenne, soutenu par la Commission européenne DGX et l’ICCROM. Pour la première fois l’E.C.C.O. était admise comme un organe consultatif dans le contexte économique et politique des politiques de l’Union européenne, et la conservation-restauration reconnue comme une profession à part entière dans toute l’Europe.

12L’objectif principal de l’APEL était d’examiner la législation relative à la préservation du patrimoine culturel dans toute l’Europe. Cet objectif a été atteint en analysant le déroulement du processus de conservation-restauration dans 14 pays européens, en accordant une attention particulière au rôle de conservateur-restaurateur par rapport aux autres acteurs du domaine, et en comparant les conditions d’exercice de la profession avec le cadre réglementaire pour la protection du patrimoine en vigueur à cette époque dans chaque État. Les résultats ont permis de donner un aperçu des cadres juridiques réglementant la préservation du patrimoine culturel et des aspects communs dans les pays européens et surtout, a mis en évidence les faiblesses dans les législations existantes. Les principaux résultats révélaient un intérêt manifeste et commun pour un ensemble de lignes directrices visant à unifier les méthodologies et les procédures de contrôle au niveau européen. Ils ont confirmé la nécessité d’établir un ensemble de recommandations qui seraient adoptées par les pays au niveau européen. En outre, une bibliographie juridique a été réalisée et enrichie par le matériel documentaire ainsi qu’une proposition de dictionnaire de termes juridiques relatifs à la conservation-restauration. En tant que tel, le travail d’APEL représente le fondement de la plupart des travaux ultérieurs réalisés par l’E.C.C.O. y compris la recommandation présentée ci-dessous.

  • 6  Martelli Castaldi, M., Negri, V. (2006) Legal issues of the Conservation Restoration profession, p (...)

13Cette incapacité à intégrer ou même à évoquer la conservation-restauration met en lumière le manque de reconnaissance de son processus comme élément essentiel de la préservation du patrimoine culturel ; celui-ci comprend pourtant un niveau élevé de risques et doit donc être réalisé et étroitement contrôlé par un conservateur-restaurateur spécifiquement qualifié. Chaque fois qu’il était fait référence à la conservation-restauration, à la responsabilité juridique, aux procédures de contrôle requises par la loi, les droits et qualifications de la personne chargée de ce rôle n’étaient jamais clairement précisés6. En bref, les lois en place au moment du projet APEL ne reconnaissaient ni ces aspects de la conservation du patrimoine, ni le caractère particulier de cette profession. Peu de chose a changé au niveau européen depuis la fin du projet APEL, même si dans plusieurs pays, la législation en la matière s’est considérablement améliorée.

14Lorsque l’on examine la législation européenne, il est évident que l’Union européenne ne souhaite ni n’a jamais souhaité disposer de pouvoir décisionnel en matière de politique du patrimoine culturel. Toutefois, l’Union européenne fait preuve d’une certaine puissance – en appuyant, coordonnant ou en complétant l’action des États membres – à travers certaines politiques du patrimoine culturel, certains programmes ou actions7.

15Mais il existe également des règles en place pour la réglementation de l’importation, l’exportation et la restitution des biens culturels. Désormais certaines législations nationales protègent le patrimoine culturel via le contrôle de ceux qui exécutent la conservation-restauration à travers l’Europe, comme dans certains pays qui souhaitent adhérer à l’Union européenne Dans certains cas, ces législations vont jusqu’à préciser les qualifications. Par exemple, en 2004, la Cour constitutionnelle italienne8 a jugé que l’attribution du titre de conservateur-restaurateur faisait partie de la protection du patrimoine culturel. Alors que cela devrait être considéré comme une décision de référence et une étape importante dans la protection du patrimoine culturel, la situation reste inchangée dans de nombreux autres pays. En Europe du nord, il y a peu ou pas de référence juridique ayant trait aux personnes qui peuvent exercer en tant que conservateur-restaurateur. Dans certains cas, il existe des instruments juridiques internationaux, par exemple la Déclaration universelle sur la diversité culturelle9 adoptée par l’UNESCO10 en 2001, où le domaine du patrimoine culturel est nommé, mais la nécessité de sa préservation n’y est pas explicitement indiquée. Il n’y a cependant aucun instrument juridique international similaire indiquant la conservation-restauration comme une fonction essentielle dans la protection du patrimoine culturel.

16Dès le début, l’E.C.C.O. a été d’avis que la préservation du patrimoine culturel était mieux servie par une profession de conservateur-restaurateur bien définie et bien réglementée, qui soit reconnue comme ayant un rôle distinct et essentiel dans le secteur du patrimoine, et qui, à certains égards soit entendue comme ayant un rôle social plus large. Alors que la conservation-restauration est une composante de la préservation du patrimoine, sa situation n’est pas unique. Elle ne représente qu’une seule profession dans tout le secteur patrimonial et toutes les autres ont besoin de reconnaissance. Pour obtenir une meilleure réglementation, un cadre législatif général et commun est nécessaire, construit sur la reconnaissance de valeurs universellement acceptées. Un tel cadre faciliterait la propagation d’un ensemble de principes qui permettraient de renforcer la Culture en Europe et le concept d’une Europe unie.

17À la suite du projet APEL, l’E.C.C.O. a continué à travailler pour obtenir le statut de profession réglementée et tout d’abord via la directive sur la reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles11. Cela n’a pas toujours été facile, les différents ordres du jour et les impératifs des membres de l’E.C.C.O. ont parfois empêché de déployer les efforts nécessaires pour atteindre cet objectif. L’un de ces cas, qui a directement influencé la décision de créer la recommandation, a été la tentative de formuler un profil de la profession, travail qui a commencé en 2002. Son objectif était la création d’un profil spécifique, conçu comme une proposition de résolution législative du Parlement européen sur la directive sur la reconnaissance des qualifications professionnelles12. Ayant accepté un projet de profil, la difficulté a surgi entre les membres de l’E.C.C.O. concernant la façon dont le travail pourrait aboutir.

18Les difficultés reflétaient la nature du modèle lui-même et certaines incapacités à s’entendre sur les conditions d’accès à la profession ; soit par le biais de systèmes d’accréditation mettant l’accent sur ​​l’expérience professionnelle, soit uniquement à travers une qualification académique. En réalité, il était difficile d’utiliser un profil professionnel, alors perçu comme limitant les itinéraires d’accès à la profession, comme une « plate-forme » à partir de laquelle la conservation-restauration pourrait être intégrée dans la directive sur les qualifications professionnelles. En outre, pendant cette période de débats, la Directive sur les qualifications professionnelles est entrée en vigueur, les critères pour l’intégrer devenant alors encore plus difficiles à satisfaire.

19Cela a conduit à la conclusion qu’une plus grande reconnaissance et régulation devraient être recherchées par l’E.C.C.O. tant aux niveaux nationaux par le lobbying de ses membres dans leur propre pays, qu’au niveau européen à travers une approche plus politique des dossiers.

20Le juriste Vincent Negri a recommandé une stratégie qui impliquait le Conseil de l’Europe directement à travers son Comité directeur du patrimoine culturel et du paysage (CDPATEP) et qui a marqué le point de départ de la recommandation européenne. Le travail de définition du profil professionnel n’avait pas donc pas été mené en vain. La nécessité de cartographier précisément les compétences requises pour accéder à la profession a été reconnue par l’assemblée générale de l’E.C.C.O. en 2007.

  • 13  L’E.C.C.O. (2010) Competences for access to the Conservation-Restoration Profession.  

21Même s’il y avait eu des divergences d’opinion sur le contenu du profil professionnel, un consensus s’était dégagé sur la nécessité d’identifier les compétences spécialisées du conservateur-restaurateur. Le besoin de descripteurs spécifiques du domaine éducatif pour la profession avait déjà été soulevé lors d’une réunion avec M. Jan Figel, alors commissaire européen à l’Education, à la Formation, à la Culture et au Multilinguisme en novembre 2006. L’E.C.C.O. a été ainsi alerté sur le potentiel d’une future directive dénommée « cadre européen des qualifications » (EQF) comme un moyen éventuel de résoudre la question du profil professionnel restée en suspens. Ce travail a donc débuté en 2007 et s’est poursuivi en parallèle avec celui portant sur le projet de recommandation dont il est complémentaire. Le résultat a été publié en anglais en 201013 en français, en allemand, en italien et en espagnol en 2013.

  • 14  Mounir Bouchenaky former Director General, Catherine Antomarchi and Rosalia Varoli Piazza.
  • 15  René Larsen, President et Wolfgang Baatz.
  • 16  Monica Martelli Castaldi, Michael Van Gompen et David Aguilella Cueco.
  • 17  Pour un historique plus détaillé, lire l’article de Monica Martelli Castaldi et David Aguilella Cu (...)

22Le texte de la recommandation a été élaboré par V. Negri et M. Martelli Castaldi au cours d’une année, avec le soutien de l’ICCROM14, la participation de l’ENCoRE15 et un groupe de travail de l’E.C.C.O.16 Après une période de consultation, une version finale a été ratifiée en 2009 par l’assemblée des présidents et l’assemblée générale à Sofia, en Bulgarie. La recommandation a donc été présentée à la réunion du CDPATEP suivante, à Strasbourg, en mai 2009. À cette occasion, la proposition suscita de l’intérêt et un groupe de travail du CDPATEP a été créé pour examiner le texte et pour suivre une meilleure procédure. Malheureusement, le groupe de travail n’a jamais pu être réuni depuis et en 2012, il a été remplacé par un nouveau comité directeur de la Culture, du Patrimoine et du Paysage (CDCPP). Cela a naturellement entraîné de nouveaux retards dans l’examen de la recommandation, qui reste une proposition du Conseil de l’Europe17.

En guise de conclusion

23La recommandation représente une partie des efforts continus pour améliorer la préservation du patrimoine culturel grâce à une meilleure définition, la reconnaissance et la réglementation du champ. Ce texte s’ajoute aux autres tentatives engagées par l’E.C.C.O. y compris la description des compétences pour l’accès à la profession de conservateur-restaurateur, évoquée au chapitre précédent et la participation à la Commission européenne de Normalisation (CEN), à travers le comité technique 346 pour la conservation des biens culturels (CEN/TC346). La mise au point d’une terminologie commune et acceptée officiellement, officialisée par le CEN, apporte une contribution significative.

24Comme cela a déjà été expliqué, les législations sur le patrimoine culturel au niveau national sont très répandues, mais dans la plupart des cas n’intègrent pas de réglementation spécifique sur la conservation-restauration. C’est pour cette raison qu’une action est nécessaire au niveau de l’Union européenne, d’autant plus que la conservation-restauration a été identifiée par une déclaration juridique comme une partie cruciale de la protection du patrimoine culturel.

25L’adoption de cette recommandation au niveau européen contribuera à souligner les insuffisances existantes et devrait conduire à la création d’une formulation juridiquement contraignante pour la gestion durable de notre patrimoine culturel commun. Sa transposition dans les cadres juridiques nationaux, tout en favorisant une approche unifiée, permettra également une meilleure flexibilité pour ce qui concerne sa forme et les moyens de sa mise en œuvre. Une telle approche respecte la souveraineté de chaque État pour ce qui concerne son patrimoine culturel, son histoire et son identité tout en respectant également un des droits fondamentaux de l’homme à bénéficier d’un patrimoine collectif et à enrichir le patrimoine culturel des communautés pour les générations futures.

Top of page

Attachment

Top of page

Notes

1  L’appelation commune de conservateur-restaurateur a été acceptée comme titre professionel par les organisations membres de l’E.C.C.O., mais certains pays utilisent aussi leurs propres titres nationaux (et même régionaux) par exemple: restauratore en Italie, restaurateur en France, restaurador en Espagne.

2  qui se réfère à toute législation qui ne concerne pas directement un groupe ou une profession et par conséquent ne se concentre pas sur sa nature spécifique.

3  Le traité de l’Union européenne, Lisbonne, Titre 1 – Dispositions communes.

http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:C:2008:115:0013:0045:EN:PDF (accessed 21.08.13)

4  La partie III des Règles professionnelles de l’E.C.C.O. a été revisée en 2004.

5  APPEL : Acteurs du Patrimoine Européen et Législation.

6  Martelli Castaldi, M., Negri, V. (2006) Legal issues of the Conservation Restoration profession, présenté sous la responsabilité de l’E.C.C.O. lors de la 7e conférence  Sauveur, Safeguarded Cultural Heritage- Understanding & Viability for the Enlarged Europe, Prague, 31 Mai–3 Juin 2006.

7  European Commission/Culture/Cultural Heritage http://ec.europa.eu/culture/our-policy-development/cultural-heritage_en.htm(accessed 5.08.13).

8  Corte Costituzionale Italiana – Sentenza n. 9/2004 « (…) Il est attribué à l’État le pouvoir législatif exclusif et le pouvoir réglementaire conséquent relatif à la protection du patrimoine culturel et de l’environnement, qui attribue en conséquence à l’État la protection des principales exigences de la sauvegarde, qui sont à la base de toute législation sur le patrimoine culturel. La Cour estime donc, à la lumière des considérations qui précèdent, que l’attribution du titre de conservateur-restaurateur du patrimoine culturel, des objets mobiles et pour les surfaces décorées de l’architecture, fait partie de la protection du patrimoine culturel, car il concerne la restauration de celle là même, ce qui est une des activités fondamentales à travers laquelle la protection s’exerce (…) »

9 http://portal.unesco.org/en/ev.php-URL_ID=13179&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html(accessed 5.08.13).

10  voir également la Convention sur la protection et la promotion de la diversité de l’expression culturelle, 2005, Paris, 20 Octobre 2005 – http://portal.unesco.org/en/ev.php-URL_ID=31038&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html (alinéa 5.08.13).

11  Directive 2005/36/EC – European Commission – http://ec.europa.eu/internal_market/qualifications/policy_developments/legislation/index_en.htm (accessed 5.08.13).

12  The European Parliament legislative resolution on the Council common position for adopting a Directive, of the European Parliament and of the Council on the recognition of professional qualifications (13781/2/2004-C6-008/2005-2002/0061(COD) (to p. 16-21).

13  L’E.C.C.O. (2010) Competences for access to the Conservation-Restoration Profession.  

14  Mounir Bouchenaky former Director General, Catherine Antomarchi and Rosalia Varoli Piazza.

15  René Larsen, President et Wolfgang Baatz.

16  Monica Martelli Castaldi, Michael Van Gompen et David Aguilella Cueco.

17  Pour un historique plus détaillé, lire l’article de Monica Martelli Castaldi et David Aguilella Cueco dans la publication de l’E.C.C.O. à paraître pour son 20e anniversaire.

Top of page

References

Electronic reference

Monica Martelli Castaldi, David Aguilella Cueco, Jeremy Hutchings and E.C.C.O. European Confederation of Conservator-Restorer’s Organisations, « Une « recommandation pour la conservation-restauration du patrimoine culturel » », CeROArt [Online], 9 | 2014, Online since 04 January 2014, connection on 18 August 2017. URL : http://ceroart.revues.org/3811

Top of page

About the authors

Monica Martelli Castaldi

Monica Martelli Castaldi a été formée à l’Istituto Centrale per il Restauro de Rome (ICR 1981). Conservatrice-restauratrice pour les éléments décoratifs, les surfaces architecturales, peintures et sculptures, spécialisée dans les sites archéologiques. Travaille en tant qu’indépendante pour les organismes de préservation du patrimoine culturel en Italie, de 1982 à nos jours. Assure des enseignements dans les deux universités de Naples et des conférences sur la conservation et l’éthique dans d’autres institutions en Europe. A participé à des cours de spécialisation à l’ICCROM et ailleurs. A travaillé à l’ICCROM plus de 10 ans pour la préparation du cours sur la peinture murale : « Conservation et principes scientifiques de la conservation ». Est intervenue à titre de consultant et d’expert pour plusieurs institutions et a coordonné le premier cours ICCROM-PNUD/UNESCO sur la conservation des peintures murales et des décorations pour l’Amérique latine et les Caraïbes. Depuis 2003 a été la principale conservatrice-restauratrice pour le projet de conservation d’Herculanum et, est actuellement consultante expert pour l’étude « Intégration des lacunes et la présentation des éléments décoratifs en archéologie ». Depuis 1988, a également été impliquée dans la protection du patrimoine culturel et la reconnaissance de la profession de conservateur-restaurateur en Europe, en collaboration avec l’organisation italienne ARI (membre du Conseil et présidente) et avec l’E.C.C.O., comme membre du Comité et présidente (2006-2013).Contact : m.martelli.c@gmail.com

David Aguilella Cueco

David Aguilella Cueco est conservateur-restaurateur de peintures et d’art contemporain et consultant en conservation préventive, formé en conservation-restauration à l’Université de Paris 1 (1980-1984), diplômé d’un master en conservation-restauration (2008) et en conservation préventive (2004). Travaille en free-lance depuis 1985, pour les collections des Musée de France et des biens protégés au titre des Monuments historiques. Parmi ses travaux comprenant également des collections privées, a contribué à divers projets de conservation importants tels que le convoiement de La Liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix au Japon, la restauration de La Danse inachevée d’Henri Matisse, de l’avion de Louis Blériot qui a traversé la Manche en 1909 ; et en collaboration avec Françoise Joseph, au chantier d’enlèvement de l’amiante sur La Fée électricté de Raoul Dufy (Paris), et plus récemment sur le site de Mes Aynak, Afghanistan, au transfert de peintures murales sur argile crue (4 campagnes de 2010 jusqu’à présent). Impliqué dans différents conseils d’administration d’associations de professionnels telles que l’ARAAFU (depuis 1982), la FFCR (depuis 1992) et l’E.C.C.O. (depuis 2006), pour la reconnaissance du public et la considération juridique de la profession de conservateur-restaurateur comme une activité responsable et d’intérêt général.Contact : dcueco.frjoseph@gmail.com

Jeremy Hutchings

Jeremy Hutchings (Dr)  est Professeur associé pour la conservation-restauration des biens mobiliers, Université d’Oslo, en Norvège. Il a enseigné à la fois la conservation préventive et la conservation-restauration au niveau licence et master depuis plus de 10 ans. Formé à la conservation en archéologie à l’Université de Durham, en conservation de l’architecture à l’Université de Bristol et a passé un doctorat à l’University College de Londres. A été président de la section de L’UKIC (section métal), accrédité PACR (2000-2010), a été le représentant de la Norvège pour l’ENCoRe (2001-2010), membre du conseil d’administration de l’E.C.C.O. de 2007 à ce jour, est l’actuel président de NKF- N. Pendant 20 ans, a effectué en tant que praticien des traitements de conservation-restauration sur une large gamme de matériaux, allant de l’avion à l’archéologie, a géré un certain nombre de départements et a été chargé de réformer le programme d’éducation à Oslo, dans le cadre du processus de Bologne. Ses thématiques de recherche actuelles comprennent : le « développement durable » dans le secteur du patrimoine culturel, les théories des systèmes, l’environnement dans les musées, l’électrochimie en conservation et les problématiques juridiques pour les conservateurs-restaurateurs.Contact : j.d.hutchings@iakh.uio.no

E.C.C.O. European Confederation of Conservator-Restorer’s Organisations

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org