Skip to navigation – Site map
Dossier

Évolution de la formation en conservation-restauration en Allemagne

Christina von Buchholtz and Julia Becker

Abstracts

The profession of Conservator-Restorer became more and more structured over the past century thanks to the international charters on the conservation of cultural property   and the European agreements on education, as a result of the Bologna process initiated in 1999. This article is intended to trace the development of the training of conservators in Germany from the 1950s to the present day, without claiming completeness.

Top of page

Full text

Introduction

1Le conservateur-restaurateur intervient sur les biens culturels, afin de les transmettre aux générations présentes et futures. La charte internationale sur la conservation et la restauration des monuments et des sites, dite charte de Venise, adoptée en 1964 au deuxième congrès international des architectes et des techniciens des monuments historiques, définit, depuis, les règles de la conservation et de la restauration du patrimoine historique. Selon cette charte, la tâche des conservateurs-restaurateurs est de sauvegarder, préserver, conserver et améliorer la lisibilité de l'art et du patrimoine culturel de manière à prolonger leur durée de vie. La conservation des biens culturels doit correspondre aux recommandations adoptées par l’ECCO (Confédération Européenne des Organisations de Conservation-Restauration) le 11 juin 1993 : « Ces principes contribuent à la sauvegarde de tous les biens culturels, quels que soient leur propriétaire, leur époque ou leur valeur, même s'ils sont à l'état de fragments. »1

2Conformément à la déontologie adoptée par ces accords internationaux, seul l'enseignement au sein d'une école supérieure en conservation-restauration peut former des conservateurs-restaurateurs qualifiés pour traiter un objet de façon déontologique, pour l'analyser, pour appliquer les concepts de conservation-restauration ainsi que pour le documenter. Afin de maîtriser ce métier à haute responsabilité, il est nécessaire d’avoir des connaissances et des aptitudes variées en culture historique, en sensibilité artistique, en chimie des matériaux et sur les techniques anciennes, en plus d'une habileté manuelle.

Le conservateur-restaurateur – le développement d'un profil professionnel

  • 2 Karl Friedrich Schinkel (architecte allemand, 1781-1841). En 1815, il est nommé conseiller supérie (...)
  • 3 HUSE, Norbert (Ed.) : Denkmalpflege. Deutsche Texte aus drei Jahrhunderten, München, 1984.

3Un petit aperçu sur l'histoire de la conservation permet de comprendre les principes d'évolution du profil professionnel. Au début du 19e siècle, les réflexions sur une conception de la restauration des monuments historiques en Allemagne proviennent de Karl Friedrich Schinkel2. Son « Mémorandum sur la restauration des monuments historiques » publié en 1815 résume ses réflexions sur une approche théorique préalable à la restauration des monuments historiques et surtout la conservation des traces historiques in situ. Les réflexions théoriques de Schinkel aboutissent à un mandement royal « … sur la manière de restauration » par Frédéric-Guillaume IV de Prusse en 18433. Auparavant, les interventions privilégiaient l’esthétique au détriment de la substance originale, dont l’importance était minimisée.

  • 4 Les réflexions autour d'une conservation moderne des monuments historiques sont amenés par Georg D (...)
  • 5 DEHIO, Georg / RIEGL, Alois : Konservieren, nicht restaurieren. Streitschriften zur Denkmalpflege (...)
  • 6 JANIS, Katrin : Restaurierungsethik : im Kontext von Wissenschaft und Praxis.München, 2005, p. 19.(...)

4Suite aux réflexions du 19e siècle, l'attitude envers les objets change. Il ne s’agit plus de les reconstruire, mais au contraire d'accepter et de conserver les traces de l'histoire de ces biens, ce qui constitue au début du 20e siècle « une conservation moderne »4 des monuments historiques. Le refus de la reconstruction prend de plus en plus d’importance par l'intermédiaire du Leitmotiv « Conserver, et non restaurer »5 publié par Georg Dehio et Alois Riegl en 1905, qui sera réactualisé après la Deuxième Guerre mondiale. Le restaurateur est impliqué progressivement dans la fonction publique du service des monuments historiques, des musées et des ateliers régionaux de conservation et restauration. En parallèle, la formation au métier s'oriente vers l'enseignement supérieur. En Allemagne, Johannes Taubert (1922-1975) et Ernst Willemsen (1913-1971) font évoluer les théories sur la restauration, développées en Italie par Cesare Brandi (1906-1988) depuis 1940 et par Umberto Baldini (1921-2006) depuis 1970 par la définition de la méthodologie ainsi que de la déontologie de restauration.6

  • 7 Prof. SCHAIBLE, Volker : Begrüßung und Eröffnung durch den Präsidenten des VDR – Quo vadis Restaur (...)

5La tâche des restaurateurs s'est enrichie en termes de compétences et consiste de plus en plus à conserver les objets. Suite à ce changement des priorités, les interventions artistiques perdent tout intérêt. L'image de la profession du restaurateur comme « artiste-artisan », encore bien présente dans les années 50 et 60, se transforme avec la création de l’enseignement universitaire en restauration depuis les années 19707. Malgré la séparation de l’Allemagne, le développement de l’enseignement universitaire en restauration a progressé de façon égale en RFA (République fédérale d'Allemagne) et en RDA (République démocratique allemande) pendant ces années.

  • 8 STEINBÜCHEL, Christel : Ausbildung und Stellung des Restaurators in der Bundesrepubik Deutschland, (...)
  • 9 Fachhochschule Köln : Studium der Restaurierung und Konservierung, Köln 2002.

6Après la Deuxième Guerre mondiale, l'Institut de la technologie et de la peinture est créé à Stuttgart en 1948. Kurt Wehlte y a donné des cours magistraux et des études pratiques dans le domaine de la technique de peinture pour les filières des Beaux-Arts et les a orientées progressivement vers les problématiques de restauration. À partir de 1963, cette formation a été complétée sous l’initiative de Rolf E. Straub par des cours théoriques et pratiques dans le domaine de la conservation et de la restauration des biens culturels notamment des sciences naturelles, des sciences des matériaux, des sciences en histoire des matériaux et de l'iconographie.8 En 1977, l'Akademie de Stuttgart a créé l’enseignement en restauration qui attribue le titre de « Diplom-Restaurator » (titre d'un restaurateur diplômé dans une école supérieure) aux étudiants issus de cette formation en restauration et technologie des peintures et des sculptures polychromes. Le modèle d'enseignement de Stuttgart s'établit comme un modèle d'orientation pour les autres écoles de restauration durant les années 80 en RFA, par exemple à Cologne9 et à Hildesheim.

  • 10 Schauerte, Günter : Jetzt oder nie, Berlins Chancen, die Ausbildung des Museumsmittelbaus neu zu o (...)
  • 11 Steinbüchel, Christel : Ausbildung und Stellung des Restaurators in der Bundesrepubik Deutschland, (...)

7En RDA, l'Université des arts plastiques de Dresde a enseigné à partir de 1974 les spécialités de restauration des peintures de chevalet, des sculptures polychromes en bois et de la peinture murale. Contrairement à la RFA, le profil professionnel de restaurateur a été protégé suite à un décret ministériel à la fin des années 70.10 Parallèlement à la formation à plein temps à Dresde existaient des études à distance pour des professionnels en restauration déjà impliqués dans le métier. La formation à distance en restauration a été rattachée à l’université de Berlin-Est et de l’Université de Potsdam pour la restauration des monuments historiques.11

  • 12 Steinbüchel, Christel : Ausbildung und Stellung des Restaurators in der Bundesrepubik Deutschland, (...)
  • 13 Hoppenbrouwers, René : « Conservation-Restoration education and the development of the profession  (...)

8Dans les années 80 en RFA, se sont développés des débats autour de la qualité de l’enseignement en restauration et de la définition du métier de restaurateur. Ils ont abouti à la prise de position des trois fédérations de restaurateurs à travers un acte nommé « Rosa Papier » en 1981.12 Au niveau international, la résolution de l’ICOM « The Conservator - Restorer – A definition of the Profession » définit les qualifications des restaurateurs et est signée par tous les pays adhérents en 1984 à Copenhague.13

9Avant ou parallèlement à la création des enseignements universitaires, plusieurs modèles de formation en restauration existaient dans les années 80 en Allemagne. Par exemple, des formations de trois ans étaient proposées pour les professionnels employés à l'atelier de restauration des musées, à Hambourg depuis 1982 et à l’Institut de technologie d'art et conservation du musée national germanique à Nürnberg en Bavière ou au centre de restauration de la région Rhénanie Abtei Brauweiler,14 délivrant un certificat de « restaurateur diplômé d'État ». Ces diplômes ont été reconnus par le land qui proposait cette formation, mais la reconnaissance du titre a été difficilement obtenue au niveau national. La plupart des modèles de formation ont été transformés au début des années 90 en un stage préparatoire pour privilégier l'enseignement universitaire. En Bavière, le Göring Institut, crée en 1984, poursuit la formation de trois ans avec un certificat « restaurateur diplômé d'État » jusqu'à ce jour.15

10Après la réunification, ces modèles de formation à distance en restauration n'ont plus continué et deux écoles supérieures en restauration ont été créées à Berlin en 199116 et à Potsdam (Brandebourg) en 1994/9517. En 1994 une école supérieure en restauration a été également créée à Erfurt (Thuringe) et plus récemment un enseignement de restauration en 2002 à l'Université technique de Munich (Bavière).

  • 18 Fachhochschule : Berlin, Cologne, Potsdam, Hildesheim, Erfurt.
  • 19 Académie : Dresde, Stuttgart.
  • 20 Université : Munich.

11Avant le passage au système de Licence / Master / Doctorat, le titre de « Diplom-Restaurator » (titre d'un restaurateur diplômé d’une école supérieure) a été obtenu dans une école supérieure « Diplom-Restaurator (FH18) », dans une académie « Diplom-Restaurator19 » ou une université « Diplom-Restaurator (Univ.20) ». Le « restaurateur diplômé » est formé au cours d'un cycle universitaire de quatre à cinq ans, avec un stage préparatoire de deux ans minimum.

12Actuellement, la protection du titre « Restaurateur » n’est pas encore réglementée en Allemagne21, car chaque land est responsable de son propre enseignement et de sa culture régionale en raison de la structure fédérative. A l'heure actuelle, il n’y a que deux länder (Mecklembourg-Poméranie et Saxe-Anhalt) où la profession de « restaurateur diplômé » est ancrée dans la loi et où les musées sont obligés de faire réaliser les restaurations par des restaurateurs diplômés. La défense de la profession est assurée par la fédération des restaurateurs diplômés (Verband der Restauratoren e.V.22, environ 3000 membres en 2013) qui regroupe de nombreux restaurateurs diplômés de cycle universitaire.

Spécialisations des écoles en conservation-restauration

13Depuis la création de l’enseignement universitaire en restauration, la recherche scientifique a permis d'appliquer a priori les techniques modernes de micro-examens, complétées par des analyses scientifiques de plus en plus non-destructives suivies de nouvelles méthodes de restauration. La conservation-restauration est un domaine complexe et en développement rapide. Il est devenu difficile d’avoir à l’esprit la totalité des solutions de restauration possibles et de connaître tous leurs principes de fonctionnement. Pour cette raison, le restaurateur d'aujourd'hui travaille en coopération avec d'autres spécialistes nationaux et internationaux. La coopération et la coordination de plusieurs spécialistes de différents domaines autour de la recherche sur une œuvre d'art sont devenues une nécessité incontournable dans le métier de la conservation-restauration.

14Dans l'État fédératif allemand, la culture et l'enseignement dépendent de la souveraineté des länder, aussi le développement de l’enseignement et de la culture varie-t-il d'un land à l'autre. La spécialisation en conservation-restauration la plus ancienne est celle des peintures et sculptures à Dresde et Stuttgart à partir des années 70, suivie par les peintures murales en 1983 à Dresde. Dans les années 80, Stuttgart a créé une spécialisation supplémentaire en objets d'art et objets archéologiques et ethnologiques. Depuis 1991, le mobilier est enseigné à Hildesheim, le papier et le livre à Stuttgart en 1992. Depuis 1993 on peut étudier les textiles à Cologne. Berlin présente la spécialité des objets d'art techniques et archéologiques notamment en métal et matériaux organiques. Erfurt a été la première école à enseigner la spécialisation en verre depuis 1994. Depuis 1995 existe à Potsdam un enseignement en peinture sur pierre, bois et métal. L'école de Cologne s'est, au fil du temps, spécialisée en art moderne et contemporain, et depuis peu il existe à Stuttgart aussi une spécialisation en nouveaux médias. L'université de Munich ne présente pas de filières spécialisées comme les autres institutions, mais plutôt des cours généraux en conservation-restauration, technologie, sciences des matériaux et sciences naturelles en conservation-restauration. La spécialisation en filières se fait par des stages universitaires au sein des ateliers de restauration des musées ainsi que par la coopération avec d'autres institutions de conservation-restauration et d'autres sections de l'université, ce qui permet des études interdisciplinaires.

15Les écoles proposent aujourd'hui plusieurs des spécialisations suivantes par matière :

  •  couche picturale sur toile ou bois : œuvres peintes, peintures de chevalet, œuvres sculptées, sculptures en bois

  • couche picturale sur pierre : sculptures en pierre, peintures murales

  • arts graphiques et livres ; photographie

  • arts textiles

  • objets en bois (mobilier, instruments de musique, intérieurs des monuments historiques )

  • objets ethnographiques, objets archéologiques, arts du feu ( métal, verre, céramique, émail )

  • art contemporain

  • supports numériques et nouveaux médias

16Les spécialisations de conservation-restauration des écoles supérieures et des universités sont résumées dans le tableau ci-dessous.

Spécialisations

Berlin

Dresden

Erfurt

Hildesheim

Köln

Potsdam

Stuttgart

München

Peintures sur support mobile

X

X

X

X

X

Œuvres d'art polychromes, tableaux et retables

X

X

X

X

Objets en bois, mobilier

X

X

X

Peintures murales et architecture colorée

X

X

X

X

X

X

Objets plastiques et architecture en pierre

X

X

X

X

X

Préservation des monuments et de la construction (Master)

X

Arts graphiques, livres

X

X

X

Photographie

X

X

X

Textiles, fibres archéologiques

X

X

Objets archéologiques et ethnologiques

X

X

X

Objets d'art

X

X

Peinture sur verre et vitraux

X

Mosaïque (Master)

X

Céramique

X

Métal

X

X

Biens culturels techniques

X

Techniques de fouille

X

Art moderne et contemporain

X

Matériaux plastiques

X

X

Biens culturels audiovisuels

X

Nouveaux médias et œuvres numériques (Master)

X

Formation

17Dans son travail, un restaurateur diplômé doit avoir le sens des responsabilités dans le domaine de la conservation-restauration des biens culturels. Les diplômés doivent savoir mener une recherche indépendante concernant la conservation-restauration ou l'histoire des techniques. « Pour maintenir le niveau de qualité de la profession, la formation et l'éducation professionnelle du conservateur-restaurateur doivent être de niveau universitaire ou équivalent. »23, selon ECCO. En plusieurs années d'études, les élèves conservateurs-restaurateurs acquièrent les bases théoriques et pratiques nécessaires à la restauration, selon la spécialité qu’ils ont choisie.

18Toutes les écoles supérieures souscrivant à l'accord d'ENCoRE24 (European Network for Conservation-Restoration Education) forment des professionnels responsables et aptes à dialoguer avec les scientifiques dans les laboratoires travaillant sur les biens culturels, ainsi qu'avec les différents spécialistes : historiens de l'art, ethnologues, archéologues et historiens des techniques. Il faut connaître les aspects historiques des objets et des matériaux, avoir une vue globale de l'histoire de l'art et des connaissances fondées en chimie, physique et sciences similaires. Les écoles de restauration mettent l'accent sur les principes de lisibilité, de réversibilité et de respect de la création originale. La lisibilité implique que la partie restaurée puisse se distinguer de la partie originale. La réversibilité impose l'utilisation de techniques ou de matériaux qui puissent être retirés lors d’une autre restauration dans le futur.

Licence / Master et le processus de Bologne

  • 25 Hildesheim / Holzminden était une exception, le concours d'entrée se faisant avant les deux années (...)

19Avant la mise en place du système du Licence / Master entre 1999 et 2010, l'étudiant devait effectuer un stage préparatoire d'une ou plusieurs années (2 à 3 ans) avant le concours d'entrée25 et, par la suite, des études de 4 ou 5 années pour obtenir le diplôme d'un conservateur-restaurateur universitaire ou d'une école supérieure. À Stuttgart, par exemple, le diplôme de conservation et restauration des biens culturels s'obtenait après au moins 2 ans et demi de stage et 4 années d’études, donc presque 7 ans au total.

20Dans les années 90, le stage préparatoire était obligatoire pour passer le concours d'admission et la durée du stage variait selon l'école; pour Stuttgart par exemple, il durait deux années et demie, pour Cologne d'abord 3 années puis 2 années et, pour Hildesheim une année seulement. Après une phase de transformation, le stage préparatoire d'étude est aujourd'hui réduit à un an pour toutes les écoles, en conformité avec le Processus de Bologne.

21Les deux premières années d'études constituaient le « Vordiplom », les deux années suivantes le « Diplom » de conservation-restauration des biens culturels. Ces dernières années, la formation en conservation-restauration en Allemagne a changé en raison de la mise aux normes européennes du processus de Bologne et la nouvelle loi-cadre des écoles supérieures de 1998. Le système international du Bachelor of Arts (B.A.) et du Master of Arts (M.A.) est mis en place pour harmoniser l’échange intereuropéen des formations.

  • 26 Les crédits ECTS représentent, pour chaque unité de cours, une valeur numérique. Ils expriment la (...)

22Le système ECTS (European Credit Transfer System – système européen d’unités capitalisables et transférables) facilite maintenant la reconnaissance académique des périodes d’étude effectuées à l’étranger et des diplômes des différents pays de l’Union européenne.26 Ce système vise à encourager la comparaison et la simplification entre les divers pays et écoles supérieures.

23En Europe, on part du principe que le quota total pour une année académique correspond à 60 crédits ; soit 30 crédits par semestre. Un semestre (par exemple à la Staatlichen Akademie der Bildenden Künste Stuttgart) correspond à 15 semaines de 40 heures, soit 600 heures. Au-delà de ce quota, l'Académie engage les étudiants à ajouter 150 heures pendant la période exempte de cours, afin qu’un total d’environ 750 heures par semestre soit atteint. Pour obtenir 30 crédits par semestre, on applique le barème suivant : 1 crédit est basé sur 25 heures de théorie (y compris la préparation et la révision) : pour 1 leçon (45 minutes) on applique un coefficient de 1½, donc un cours avec 2 leçons par semaine, soit 30 leçons, sont comptabilisées 45 heures. 5 heures supplémentaires par examen donnent un total de 50 heures soit 2 crédits. Pour des exercices, projets et stages, on applique un coefficient de 1.0, cela veut dire qu’un cours correspond à une heure.

24Ainsi, les écoles supérieures en Allemagne ont mis en place un nouveau cursus sur 5 ans. Dans la plupart des écoles, ils ont appliqué le système 6 + 4 (6 semestres pour la Licence, 4 semestres pour le Master). La première école en conservation-restauration à adopter ce système de la Licence était la HAWK Hildesheim en 2004, suivi d'Erfurt en 2007 et, à ce jour, toutes les écoles supérieures, académies et universités ont adopté ce nouveau règlement.

25Afin d'assurer la qualité de ce cursus, l'association des professionnels de la conservation-restauration (Verband der Restauratoren - VDR) a formulé une recommandation dans un « Kompetenzkatalog », catalogue en date du 23 février 2005 qui indique, en plus des agences ZEVA27, AQAS28 ou ACQUIN29, les standards des études ainsi que les formulations et les critères indispensables à la validation des études.30

Stage préparatoire et concours d'admission aux écoles supérieures

26En Allemagne, pour se présenter au concours aux écoles supérieures, un étudiant doit avoir un certificat de maturité générale pour les écoles supérieures, comme le baccalauréat général (ou une formation équivalente) et avoir validé un stage professionnel. En général, il est obligatoire de faire un stage d'au moins une année avant ses études dans un service de restauration d'un musée, un service des monuments historiques ou un atelier de restauration reconnu. Le stagiaire a le statut d'apprenti.

27Le stage préparatoire a pour but de vérifier les qualifications professionnelles de l’étudiant dans la profession désirée. Le stagiaire est initié à l’acquisition de responsabilité à l’égard des œuvres d’art, à la méthodologie de prise de décision et à la valeur de travaux en conservation-restauration. Il est formé par un restaurateur responsable ou une équipe de restauration à l'atelier, cette formation étant souvent accompagnée des cours théoriques. De plus, il apprend à connaître les conditions de travail et le quotidien d'un restaurateur.

28Pendant le stage préparatoire, l'étudiant décide quelle spécialisation en restauration il veut suivre, car chaque école supérieure en conservation-restauration offre différentes filières. Après le stage préparatoire d’un an minimum, l'étudiant doit passer un concours d'admission à une école supérieure, pour s'y inscrire en licence de conservation préventive.

29Ce concours permet d'examiner l'aptitude scientifique et l'aptitude à la conservation-restauration du candidat. En présélection, pour obtenir l'accès à ce concours d'admission, on présente à quelques écoles un portfolio artistique (dessins, échantillons...) afin de mettre en évidence sa sensibilité artistique, sa capacité à dessiner, et présenter sa compétence en sauvegarde des biens culturels. D'autres écoles demandent une compétence en rédaction d'un rapport de restauration. Lors du concours, un examen pratique est réalisé. La durée et la qualité des concours d'entrée sont différentes, le recrutement se fait soit par concours écrit, soit par test d'aptitude, soit par un entretien. La culture générale est vérifiée lors d’un entretien personnel ainsi que l'attitude par rapport aux études, à la vie quotidienne, à sa carrière, etc.

Études dans les écoles supérieures

30En Allemagne, huit établissements reconnus relevant de l'enseignement public assurent une formation complète (Master) en conservation-restauration des biens culturels : Hochschule für Bildende Künste à Dresde, Staatliche Akademie der bildenden Künste à Stuttgart, Technische Universität à Munich et les écoles supérieures spécialisées à Berlin, Erfurt, Hildesheim, Cologne et Potsdam. Les académies de Stuttgart, de Dresde et à l'université de Munich peuvent délivrer le titre de docteur en conservation-restauration. Comme déjà décrit plus haut dans le tableau, chaque école offre différentes spécialisations.

31Après le concours d’entrée, les étudiants reçoivent un enseignement plutôt théorique:

  • sciences humaines : histoire, histoire de l'art, histoire de la conservation-restauration et entretien des monuments, histoire de la culture fondamentale et complémentaire, iconographie, archéologie, ethnologie, philosophie, esthétique, droit, comptabilité, éthique de la restauration,

  • méthodes et techniques de conservation préventive et de restauration, les causes des détériorations, l'exposition, l'emballage et le transport des biens culturels, la méthodologie de la conservation-restauration et ses principes éthiques fondamentaux, l’étude des techniques et l’histoire des matériaux et des techniques artistiques, incluant la technologie et les procédés de fabrication, techniques modernes,

  • sciences : chimie générale, chimie minérale, chimie organique, polymères organiques et synthétiques et solvants organiques, physique, biologie, microbiologie, base de la microscopie appliquée aux biens culturels, climatologie, minéralogie, théorie des couleurs, méthodes d'examen et d'analyse des biens culturels, microscopie analytique, pigments et fibres naturelles, anatomie du bois (technique de préparation et détermination des conifères et des bois feuillus nationaux), matériaux du patrimoine et histoire des techniques de la conservation et de la restauration des biens culturels, nettoyage de biens culturels aux solvants, agents tensioactifs et complexes, stage de chimie, stage de microbiologie,

  • méthodes de recherche scientifique et documentation dont la photographie et ses traitements par ordinateur, l’examen des objets d'art (rayons X / IR / UV), les techniques documentaires.

32Quelques institutions offrent également un enseignement en langues étrangères, afin que les étudiants soient capables de discuter au niveau international des recherches en conservation-restauration et de connaître les terminologies des différents pays. Elles proposent également un enseignement pratique en atelier au sein d’un établissement ou chez des partenaires extérieurs.31

33La formation inclut des stages pratiques bien structurés. L’équilibre y est maintenu entre l'éducation théorique et l'exercice de la pratique, tous deux essentiels. Pour commencer un Master, il faut avoir obtenu auparavant une licence en conservation-restauration. Après avoir satisfait aux conditions finales d'examen, le candidat reçoit un diplôme de niveau Master. Une référence de la filière mentionnant la spécialité étudiée y est indiquée. Les jeunes restaurateurs diplômés sont assez rapidement intégrés dans la vie professionnelle en exerçant en tant que salarié dans un musée, un service de monument historique, un atelier de restauration ou chez un professionnel indépendant, ou créent une entreprise (seuls ou en association). Ils peuvent également proposer leurs services (devis ou contrats) aux responsables du patrimoine public (Musées, Monuments Historiques, Bibliothèques, Archives...) ou s'orienter vers le secteur privé (travail pour le compte des antiquaires, collectionneurs et galeries ).

La formation continue

34Dans la vie professionnelle, la formation continue est aussi importante que la pratique. Le conservateur-restaurateur qualifié s’engage à se tenir au courant des récentes découvertes, et s'assure qu'il exerce sa profession en conformité avec les réflexions éthiques actuelles. La formation continue et le développement professionnel sont indispensables.

35Le travail au sein des écoles ne sert pas seulement aux étudiants. Les résultats des recherches ainsi que le développement de nouvelles méthodes sont présentés lors de journées de diplômes à d'autres conservateurs-restaurateurs. La publication des mémoires et des résultats de recherches se fait par internet ou dans diverses revues spécialisées. Les comptes-rendus ou le texte intégral des mémoires sont mis gratuitement à disposition par la plupart des écoles supérieures sous format numérique. Par exemple, l'Institut Hornemann, une institution scientifique dans le domaine de la conservation des biens culturels, est l’une des sources de publications en Allemagne en matière de résultats scientifiques des restaurateurs et d’entretien des monuments. Les différentes écoles supérieures présentent souvent les résultats de leurs mémoires lors de soutenances publiques. Ainsi, ils publient certains mémoires dans des publications universitaires, comme par exemple à Cologne (« Kölner Beiträge zur Restaurierung und Konservierung von Kunst- und Kulturgut »), Stuttgart et Munich. La plupart sont publiés en allemand, mais certains le sont aussi en anglais.

36C'est aussi la fédération allemande des conservateurs-restaurateurs qui sert d’intermédiaire pour la formation continue des restaurateurs diplômés, des enseignants et des étudiants en proposant des journées professionnelles. La première fédération a été fondée en 1956, la création d'autres associations professionnelles a suivi, qui se sont regroupées dans une seule fédération en 2001 avec le nom Verband der Restauratoren – VDR.

37Les publications et les livres de conservation-restauration les plus connus en Allemagne se trouvent dans les librairies spécialisées Anton Siegl Fachbuchhandlung, Restauro, Callwey Verlag ainsi que dans les revues Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung (ZKK), Beiträge zur Erhaltung von Kunst- und Kulturgut, VDR Beiträge et VDR Schriftenreihe.

Perspectives

38En termes de perspectives d'avenir, il y a lieu d’être optimiste : en premier lieu, avec le processus de Bologne, on s’approche d’une formation européenne unifiée de haut niveau. Ces dernières années se dessinent des changements profonds tendant vers une professionnalisation et une qualification élevée des conservateurs-restaurateurs. Le temps montrera quel débouché professionnel trouvera le conservateur-restaurateur licencié formé à la conservation préventive. Autre perspective intéressante, les échanges internationaux entre les divers pays étant facilités, il devient possible d’envisager des travaux qui pourraient être menés dans ce domaine dans plusieurs langues et différents centres de recherches.

Top of page

Attachment

Top of page

Notes

1 « E.C.C.O. Professional Guidelines »,http://www.ecco-eu.org/about-e.c.c.o./professional-guidelines.html (15/06/2013)

2 Karl Friedrich Schinkel (architecte allemand, 1781-1841). En 1815, il est nommé conseiller supérieur pour le roi Frédéric-Guillaume III de Prusse (1770-1840) et s'occupe à ce titre non seulement de la transformation de Berlin en une capitale représentative de la Prusse, mais encore des monuments historiques. Il officie également en tant qu'expert des monuments historiques sous le roi Frédéric-Guillaume IV de Prusse (1795-1861). L'importance de Schinkel ne réside pas seulement dans ses réalisations architecturales, mais surtout dans son travail théorique : Dans son « Memorandum zur Denkmalpflege » (Mémorandum sur la restauration des monuments historiques) publié en 1815, Schinkel expose ses réflexions sur une approche théorique préalable à la restauration des monuments historiques et la conservation des traces historiques in situ. Schinkel est décédé le 9 octobre 1841 à Berlin. Heinz Ohff: Karl Friedrich Schinkel. Edition Jaron, Berlin 2003.

3 HUSE, Norbert (Ed.) : Denkmalpflege. Deutsche Texte aus drei Jahrhunderten, München, 1984.

4 Les réflexions autour d'une conservation moderne des monuments historiques sont amenés par Georg Dehio (1850-1932, historien d'art allemand) dans son tract sur le château de Heidelberg (Flugschrift zum Heidelberger Schloss) en 1901, ainsi qu’Alois Riegl (historien d'art autrichien, 1858-1905) dans son ouvrage « Le Culte moderne des monuments, son essence et sa genèse », en 1903 et par Max Dvoràk « Katechismus der Denkmalpflege » (catéchisme de la conservation des monuments historiques) en 1915.

5 DEHIO, Georg / RIEGL, Alois : Konservieren, nicht restaurieren. Streitschriften zur Denkmalpflege um 1900, Bauwelt Fundamente 80, Braunschweig/ Wiesbaden 1988.

6 JANIS, Katrin : Restaurierungsethik : im Kontext von Wissenschaft und Praxis.München, 2005, p. 19. Janis décrit l'évolution des réflexions autour de la déontologie en restauration et vers une discipline scientifique.

7 Prof. SCHAIBLE, Volker : Begrüßung und Eröffnung durch den Präsidenten des VDR – Quo vadis Restaurierung?, VDR Jubiläumsveranstaltung, Verband der Restauratoren e. V.1991, p. 4.

8 STEINBÜCHEL, Christel : Ausbildung und Stellung des Restaurators in der Bundesrepubik Deutschland, Berufssituation des Konservators / Restaurators in Europa, Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung (ZKK), Jahrgang 5/1991, Heft 2, p. 306.

9 Fachhochschule Köln : Studium der Restaurierung und Konservierung, Köln 2002.

10 Schauerte, Günter : Jetzt oder nie, Berlins Chancen, die Ausbildung des Museumsmittelbaus neu zu ordnen, Museums-Journal (Berlin), 1991, 5, 2, p. 13 f.

11 Steinbüchel, Christel : Ausbildung und Stellung des Restaurators in der Bundesrepubik Deutschland, Berufssituation des Konservators / Restaurators in Europa, Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung (ZKK), Jahrgang 5/1991, Heft 2, p. 309.

12 Steinbüchel, Christel : Ausbildung und Stellung des Restaurators in der Bundesrepubik Deutschland, Berufssituation des Konservators / Restaurators in Europa, Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung (ZKK), Jahrgang 5/1991, Heft 2, p. 306.

13 Hoppenbrouwers, René : « Conservation-Restoration education and the development of the profession », CeROArt [En ligne], 2013, mis en ligne le 14 mai 2013, consulté le 13 décembre 2013. URL : http://ceroart.revues.org/3283.

14 Steinbüchel, Christel : Ausbildung und Stellung des Restaurators in der Bundesrepubik Deutschland, Berufssituation des Konservators / Restaurators in Europa, Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung (ZKK), Jahrgang 5/1991, Heft 2, p. 309.

15 http://www.restaurierung-goering.de/

16 En 1991, suite à la réunification de la RDA et de la RFA, la filière d'étude de restauration de la FHTW Berlin s'est recrée. En RDA existait déjà une filière d'étude par correspondance pour les professionnel de restauration.

17 http://20jahre.fh-potsdam.de/5295.html (15/07/2013)

18 Fachhochschule : Berlin, Cologne, Potsdam, Hildesheim, Erfurt.

19 Académie : Dresde, Stuttgart.

20 Université : Munich.

21 Comme par exemple la loi relative aux musées de 2002 en France, qui indique une référence nécessaire de formation des conservateurs-restaurateurs.

22 http://www.restauratoren.de/

23 http://www.ecco-eu.org/about-e.c.c.o./professional-guidelines.html

24 http://www.encore-edu.org/

25 Hildesheim / Holzminden était une exception, le concours d'entrée se faisant avant les deux années de stages, soit six années d'études au total.

26 Les crédits ECTS représentent, pour chaque unité de cours, une valeur numérique. Ils expriment la quantité de travail que chaque unité de cours requiert par rapport au volume global de travail nécessaire pour réussir une année d'études complète dans l'établissement : les cours magistraux, les travaux pratiques, les séminaires, les stages, les recherches ou enquêtes sur le terrain, le travail personnel, ainsi que les examens ou autres modes d'évaluation éventuels. L'ECTS est donc basé sur le volume global de travail de l’élève et ne se limite pas exclusivement aux heures de fréquentation.

27 http://www.zeva.org/

28 http://www.aqas.de/

29 http://www.acquin.org/

30 http://restauratoren.de/fileadmin/red/pdf/Kompetenzkatalog_VDR__f_r_Zeva_web.pdf

31 www.afnor.org , www.cenorm.be

Top of page

References

Electronic reference

Christina von Buchholtz and Julia Becker, « Évolution de la formation en conservation-restauration en Allemagne », CeROArt [Online], 9 | 2014, Online since 23 January 2014, connection on 22 August 2017. URL : http://ceroart.revues.org/3777

Top of page

About the authors

Christina von Buchholtz

Christina von Buchholtz est conservatrice-restauratrice de peintures de chevalet sur toile, chevalets et sculptures en bois polychrome. Elle a obtenu son diplôme à Stuttgart en 2004. De 2003 à 2005, elle a travaillé à São Paulo puis en Allemagne. Elle a enseigné à Taïwan et elle est aujourd'hui installée à Paris.

Julia Becker

Julia Becker est conservatrice-restauratrice d’objets en bois et en matières plastiques. Elle est installée à Nantes depuis 2011. Diplômée en 2005 comme conservatrice-restauratrice de l’Institute of Conservation Sciences (Cologne, Allemagne), elle intègre un stage universitaire de six mois en 2001 à l'Institut National du Patrimoine - département des restaurateurs (Paris). De 2005 à 2010, elle exerce en tant que conservatrice-restauratrice indépendante en Allemagne et en France. Depuis 2010, elle est diplômée du Master of Arts in European Cultural Heritage de l'Université Européenne Viadrina (Francfort sur Oder, Allemagne).

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org