Navigation – Plan du site
Dossier

L'enquête sur la formation des restaurateurs dans l'Entre-Deux-Guerres: transformation d’un métier et reconnaissance d’une profession (1929-2011)

Pierre Leveau

Résumés

Cet article explique comment l’enquête sur la formation des restaurateurs commandée par l’Office international des Musées (OIM) en 1932 a finalement conduit en 1981 le Comité pour la Conservation du Comité international des Musées (ICOM-CC) à reconnaître la profession de conservateur-restaurateur. Il montre que la réglementation de la profession en Europe est l’aboutissement d’un processus amorcé il y a près d’un siècle. Il comble ainsi une lacune historiographique et revient sur la question de la protection du titre des praticiens, toujours en suspens.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  RIMBAUD, A., « L’Éternité », Une Saison en enfer, I, 1873.
  • 2  HUTCHINGS, J., CORR S., « A framework for access to the conservation–restoration profession via th (...)

1Que faut-il reconnaître aux conservateurs-restaurateurs ? Leur « science et patience », sans doute. Mais sachant que « le supplice est sûr » si l’on suit cette voie1, les praticiens veulent aujourd’hui être reconnus non seulement par leurs connaissances et leurs compétences, mais à leur titre. On sait que la Confédération européenne des Organisations de Conservateurs-Restaurateurs (ECCO) a constitué dans cette optique un groupe de travail qui a rendu ses conclusions2. On se souvient que ce groupe se référa à celui qui a conduit en 1981 le Comité pour la Conservation du Comité international des Musées (ICOM-CC) à reconnaître la profession de conservateur-restaurateur. Mais on oublie que le processus qui aboutit à ces travaux a commencé dans l’Entre-Deux-Guerres à l’époque de la Société des Nations (SDN). La rupture de la Seconde Guerre mondiale et la création de l’Organisation des Nations Unies (ONU) ont occulté cette page de l’histoire. Il convient cependant de resituer les avancés auxquelles nous assistons aujourd’hui dans le contexte historiquement plus large de la création de l’institution patrimoniale au XXe siècle et de son organisation sur le plan international, pour renouer les fils d’une tradition oubliée. Les questions qui se posent aujourd’hui se posaient en effet déjà hier et l’on peut donc se demander si les raisons que l’on invoquait à l’époque pour protéger le titre de restaurateur sont désormais caduques. Dira-t-on qu’elles sont dépassées, car le contexte scientifique, économique et juridique a profondément changé ? Ou pensera-t-on qu’elles sont toujours d’actualité, parce que protéger le titre des praticiens reste la meilleure façon de sauver le patrimoine des méfaits de l’ignorance ?

Le paradigme de la conservation dans l’Entre-Deux-Guerres

  • 3  Renoliet, J.-J.,L’Unesco oubliée. La société des nations et la coopération intellectuelle (1919-19 (...)
  • 4  LEVEAU, P., « Problème de l’apolitique de la conservation-restauration », Conservation-Restauratio (...)

2Il n’est pas inutile de replonger dans l’histoire de la conservation-restauration dans l’Entre-Deux-Guerres pour saisir les raisons de l’institution de la profession après guerre. On comprend en effet mieux comment le métier de restaurateur s’est professionnalisé si l’on suit son évolution sur le plan international en s’intéressant à la formation des praticiens. Changer d’échelle met en évidence la continuité d’un projet durant trois générations et s’installer à la charnière de la formation et de l’emploi permet de comprendre comment une nouvelle profession est née. Rappelons pour commencer que tous les réseaux de conservation du patrimoine constitués sous l’égide de l’UNESCO après la Seconde Guerre mondiale avaient leur équivalent dans l’Entre-Deux-Guerres à l’époque de la SDN. En 1926, l’Office international des Musées (OIM) fut par exemple créé pour fédérer les institutions muséales sur le plan international, avant que le Conseil international des Musées (ICOM) le fasse en 1946. De même, une Commission internationale des Monuments historiques (CIMH) avait été instituée en 1934 pour construire le réseau que le Conseil international des Monuments et des Sites (ICOMOS) développe depuis sa création en 1965. Un Comité international des Experts archivistes (CIEA) avait également été créé en 1930 pour s’acquitter de la mission qui est devenue celle du Comité international des Archives (ICA) en 1948. Tous ces organismes dépendaient à l’époque de l’Organisation de Coopération intellectuelle (OCI), qui était à la SDN ce que l’UNESCO est à l’ONU3. On pourrait développer encore cette analogie structurelle qui s’explique par la nécessité de restaurer, en 1919 puis en 1945, le réseau des sociétés savantes coupé par les guerres4.

  • 5  Blum, A., « Quelques méthodes d’examen scientifiques des tableaux et objets d’art », Mouseion, n°7 (...)

3Quels évènements obligèrent, dans ce contexte, les restaurateurs à réformer leur pratique ? Le développement des sciences historiques avait préparé le terrain dans la seconde moitié du XIXe siècle. Mais c’est l’entrée des scientifiques dans les musées qui transforma l’activité au début du XXe siècle. Dès sa création en 1926, l’OIM mena une enquête sur l’identification des œuvres d’art, dont le conservateur André Blum tira les conclusions en 19295. L’article paru dans Mouseion présentait les méthodes d’examen scientifique que proposaient à l’époque deux catégories d’experts : les universitaires, pour développer leurs recherches et les services de l’identification judiciaire, pour traquer les faussaires. L’historien d’art prévenait ses pairs d’une révolution à venir. Alors que la conservation des œuvres n’impliquait que deux experts dans le paradigme historiciste hérité du siècle passé – un conservateur et un restaurateur – elle en impliquerait un troisième dans celui, positiviste, qui s’annonçait, en la personne du scientifique capable d’appliquer des méthodes d’analyse aux objets. Dès 1929, les membres de l’organisation savaient qu’une révolution était en marche et que leur relation à l’œuvre serait triadique : la présence d’un tiers appelait une recomposition des groupes d’experts chargés de la conservation et une transformation des mailles de leur réseau. Tout le paysage disciplinaire allait se reconfigurer autour de l’objet, dont le statut allait lui-même changer. Cette révolution redistribua les cartes du pouvoir entre les experts et les obligea à réformer leurs pratiques pour travailler ensemble. Le fait qu’elle ait eu lieu sous l’égide de l’OCI ne doit rien au hasard : l’organisation avait été créée pour encourager la coopération intellectuelle entre des pays séparés par les guerres ou des disciplines clivées ; l’interdisciplinarité existait dans le champ de la conservation bien avant que l’UNESCO en fasse la promotion.

L’enquête sur la formation des restaurateurs (1932)

  • 6  « Pour une éducation professionnelle des restaurateurs d’œuvres d’art », Mouseion, Vol. 19, N°III (...)
  • 7  SDN-CICI., Procès-Verbeaux de la Commission de Coopération intellectuelle, 1929, Annexe 11, La res (...)
  • 8  « L’activité de l’Office International des Musées », Mouseion, N°13/14, 1931, p. 126-130.
  • 9  Traité de la conservation des monuments d’art et d’histoire, OIM-IICI, 1933.
  • 10  « L’activité de l’Office International des Musées en 1931-1932 », Mouseion, N°21/22, 1933, p. 274- (...)

4Comment les experts de l’OIM posèrent-ils à l’époque la question de la formation professionnelle des restaurateurs ? L’organisation mena en 1932 la première enquête sur le sujet à la demande d’un groupe de conservateurs autrichiens6, qui reprenaient sans le nommer une proposition du président de la Commission fédérale suisse des Beaux-Arts, Daniel Baud-Bovy7. Il fallait selon lui ouvrir des écoles spécialisées pour mettre fin aux « crimes » des restaurateurs qu’il accusait de massacrer les œuvres, avec la complicité des conservateurs et des marchands d’art. Mais sa proposition fut ajournée en février 1929, car les critères permettant d’évaluer les compétences des restaurateurs n’avaient pas encore été discutés. Il fallut attendre qu’ils le soient d’abord à Rome en 19308, puis à Athènes en 19319, pour que cette proposition soit réexaminée. En 1932, la SDN consacra les travaux de l’OIM dans le domaine de la conservation par une recommandation adressée à tous les États10 qui lui servit de visa et encouragea ses recherches. C’est portée par ce progrès scientifique que l’organisation put enfin poser aux trente pays membres du réseau la question de la formation des restaurateurs (Fig.1).

5Fig. 1 : Liste des rédacteurs de la proposition autrichienne d’enquête sur l’éducation professionnelle des restaurateurs

  • 11 UNESCO, Archives de l’OIM.VI.22, Conservation des œuvres d’art. éducation professionnelle des resta (...)

6L’enquête que mena l’OIM au cours du second semestre 1932 portait premièrement sur l’enseignement de la restauration, deuxièmement sur son rapport aux disciplines scientifiques et, troisièmement, sur la protection du titre de restaurateur. Au-delà de la question du programme et de la direction des écoles, elle posait celle de l’action collective et du statut des experts appelés à remplacer les peintres-restaurateurs. Sept pays y répondirent : l’Allemagne, l’Angleterre, l’Égypte, la France, la Hongrie, l’Italie et la Palestine11. Cet échantillon, comparé à la taille du réseau de l’OIM et au nombre de pays concerné, était représentatif de la communauté à l’époque et l’enquête, dont le bilan paraît rétrospectivement modeste, fut en ce sens un succès. Elle s’adressait d’abord aux nations ayant installé des laboratoires dans leurs musées. L’échantillon aurait donc été complet si la Galerie Tretiakov de Moscou et le Fogg Art Museum d’Harvard y avaient répondu. Cette lacune s’explique cependant géographiquement et politiquement : l’URSS et les USA n’étaient pas membre de la SDN et l’OIM n’avait pas sur place de correspondant attitré.

7Le conservateur du Musée national hongrois – Alexis Petrovics – et le directeur du Kaiser Fredrich Museum – Hermann Voss – estimaient que, s’il s’agissait de rompre avec la tradition, la restauration ne devait pas s’enseigner dans des écoles des Beaux-Arts, mais dans les ateliers de musées dotés de laboratoires. Georg W. Constable – qui dirigeait l’Institut Courtault – insistait néanmoins pour que cet enseignement ne soit pas rattaché aux sciences expérimentales, mais à l’histoire de l’art, tandis qu’en France le directeur du Laboratoire d’Essai du Conservatoire national des Arts et Métiers, Jean-François Cellerier, rappelait que si la maîtrise d’œuvre des travaux devait rester une prérogative des conservateurs, la direction des futures écoles de restauration pourrait être confiée aux restaurateurs. Le conservateur du Musée de Birmingham, Solomon C. Kaines-Smith, et le directeur de l’Institut Mainini, Fernando Pérez, indiquaient que les historiens ne pourraient pas ouvrir de formation sans l’aide des restaurateurs et qu’il fallait donc les intéresser au projet qui risquait de transformer leur métier (Fig.2).

8Fig. 2 : Liste des réponses à l’enquête de l’OIM sur la formation professionnelle des restaurateurs

Le cadre des négociations : diplômes et corporations

  • 12  MAROGER, J., « Notes sur la conservation et la restauration des tableaux », AMN, T.16, 1932.
  • 13  Maurer, R., « La défense du patrimoine artistique et la formation des restaurateurs », Mouseion, V (...)
  • 14  Le corporatisme d’État est une forme d’organisation sociale dans laquelle les décisions économique (...)

9Aucun restaurateur ne répondit à l’enquête de l’OIM, parce qu’elle s’adressait aux administrateurs de musées, ce qui ne les empêcha pas de faire connaître leur position. En 1931, le peintre-restaurateur français Jacques Maroger, alors président de la Compagnie française des Peintres restaurateurs de Tableaux12, et en Autriche le responsable du Bureau d’Enquête sur l’Authentification et la Conservation des Tableaux de l’Académie des Beaux-Arts de Vienne, le restaurateur Robert Maurer13, avaient déjà contesté l’autorité des conservateurs en matière de restauration et défendu le corporatisme d’État14. L’OIM publia le courrier que le second leur envoya : considérant que les praticiens sont plus compétents que les historiens pour juger leurs pairs, R. Maurer demandait non seulement que la maîtrise d’œuvre soit confiée aux représentants de sa corporation dans une commission où elle aurait un droit de veto, mais aussi que l’exercice de la profession soit réglementé, arguant qu’il serait absurde de former des experts diplômés si l’on n’interdisait pas simultanément aux autodidactes d’intervenir sur les œuvres. Il suggérait enfin aux responsables des musées de distinguer différents niveaux de compétence et de responsabilité pour organiser la profession et protéger les œuvres. La position de R. Maurer et de J. Maroger différait donc de celles des conservateurs sur la question de la maîtrise d’œuvre, elles n’étaient pas pour autant incompatibles avec celle de l’OIM.

  • 15  Emile-Mâle, G., « Histoire rapide de la restauration des peintures du Louvre », CoRé, n°3, 1997, p (...)

10Comment la réforme du métier de restaurateur se négocia-t-elle dans ces conditions ? La plupart des praticiens étaient simultanément restaurateurs et fabricants. Ces deux fonctions, consistant à remettre un objet dans un état proche de l’original ou – à l’inverse – à en créer un nouveau, n’étaient pas clairement dissociées. Le couplage de ces activités garantissait leur compétence aux yeux du public – celui qui sait faire étant le mieux placé pour refaire – et la survie de leur entreprise – une activité relayant l’autre à défaut de marché. Les meilleurs conservaient le secret de leurs découvertes et ne les transmettaient qu’à leur successeur : à défaut de privilèges, ces secrets d’atelier étaient le seul moyen pour ces praticiens indépendants de verrouiller le marché et de protéger leur activité15.

  • 16  Verougstraete, H., van Schoute, R., Borchert T.-H., Restaurateurs ou faussaires des primitifs flam (...)

11Mais ce positionnement était incompatible avec le modèle historiciste et scientiste de l’OIM. L’organisation voulait dissocier la restauration et la fabrication pour garantir l’authenticité des œuvres et lutter contre les faussaires16 : cette dissociation était pour elle le seul moyen de s’assurer que les restaurateurs conservent l’héritage du passé au lieu de le refaire ou de rivaliser avec les maîtres. Le projet de l’OIM excluait par ailleurs toute forme de secret : fondé sur le principe de coopération intellectuelle, il reposait sur l’échange d’information et l’examen critique des preuves, tenus pour les conditions du progrès scientifique. Stratégiquement, on pouvait cependant imaginer que les parties parviennent à un accord : ouvrir des écoles spécialisées et faire de la restauration une discipline à part entière permettrait en effet de la séparer de la création proprement dite, comme le demandaient les conservateurs dans l’intérêt des œuvres, et d’autre part de se servir des diplômes pour verrouiller le marché à la place des secrets d’atelier, comme le voulaient les restaurateurs soucieux de protéger leur activité.

Le problème de l’enseignement dans l’Entre-Deux-Guerres

  • 17  GRAUL, R., « Pour une éducation professionnelle des restaurateurs d’œuvres d’art », Mouseion, Vol. (...)
  • 18  « La conservation des peintures » Mouseion, Vol. 41-42, N°I-II – 1938, Ch. XI, § 92-98, p. 101-105
  • 19  FOUNDOUKIDIS, E., Manuel de la conservation et de la restauration des peintures, Avant-Propos, p.  (...)
  • 20  « L’examen scientifique des œuvres d’art et leurs restaurations », Mouseion, Vol. 35-36, 1936, p. (...)

12Quelle conclusion l’OIM tira-t-il de son enquête sur l’enseignement de la restauration ? Il la referma en 1933 sur la proposition de l’ancien directeur des Musées d’art de Leipzig, Richard Graul, qui suggérait d’établir la liste des établissements délivrant déjà ce type de formation17. Mais il fallut attendre le premier semestre 1938 pour que l’organisation en tire enfin les conclusions dans le Manuel de conservation des peintures qui faisait la synthèse de ses huit années de travail18. Considérant que l’adoption des méthodes scientifiques avait révolutionné la conservation, ses rédacteurs plaçaient les restaurateurs entre les conservateurs et les scientifiques dans les réseaux qui se constituaient alors et recommandaient non seulement aux administrateurs d’ouvrir des écoles pour les former, en les habituant à travailler en équipe, mais aussi de délivrer un certificat attestant leur compétence pour exclure les autodidactes du marché de la restauration. Le secrétaire général de l’OIM, Euripide Foundoukidis, qui rédigea l’avant-propos de l’ouvrage, reconnaissait cependant que la discipline qui commençait à émerger au carrefour des sciences, des arts et des techniques, était encore trop « éclectique »19 : les emprunts aux savoirs académiques s’y multipliaient, sans qu’on puisse ni les unifier ni les ordonner à partir d’un principe fondamental justifiant l’institution d’une nouvelle discipline. Si plusieurs pays projetaient d’ouvrir une école, aucun ne l’avait encore fait ; il existait déjà des formations privées20, mais l’OIM n’eut pas le temps d’en comparer les programmes pour proposer un modèle.

13Comment le problème des connaissances et de la reconnaissance des restaurateurs se posait-il donc à la veille de la Seconde Guerre ? Les experts devaient à l’époque résoudre six problèmes interdépendants.

  • Le premier portait sur le couplage des activités : il fallait séparer la restauration de la fabrication et rompre avec la tradition pour faire de la première activité une discipline à part entière.

  • Le suivant portait sur l’endroit où elle s’enseignerait : le lieu devait disposer d’ateliers, alors que seules les écoles d’art dont il fallait s’écarter pour opérer cette rupture en disposaient.

  • Le troisième portait sur son programme : l’ordre des matières enseignées devait se justifier logiquement à partir d’un même principe pour constituer une totalité autonome.

  • Le quatrième portait sur le recrutement des enseignants : il fallait trouver des praticiens adhérant suffisamment aux théories de l’OIM pour rompre avec leurs pairs et inaugurer une nouvelle tradition.

  • Le suivant portait sur la réglementation de l’activité : on ne pouvait pas demander aux restaurateurs d’enseigner leurs secrets et protéger les œuvres sans promulguer une loi écartant du marché les praticiens incompétents.

  • Le dernier portait enfin sur l’organisation de la profession : chaque pays devait définir le statut des futurs diplômés et régler la question de la maîtrise d’œuvre des travaux de restauration dans le cadre de sa propre législation.

Le legs de l’OIM et l’institution de conservation après-guerre

  • 21  Traité de muséographie, architecture et aménagement des musées d’art, OIM-IICI, Paris, 1935
  • 22  Manuel de la technique des fouilles archéologiques, OIM-IICI, Paris, 1939.
  • 23  Bauer-Bolton, V., « Pour une réglementation juridique de la conservation des œuvres d’art », Mouse (...)

14On voit que la plupart des problèmes que les experts de la conservation durent résoudre après-guerre furent posés à l’époque de la SDN : c’étaient les énigmes de la doctrine que l’OIM constitua dans l’Entre-Deux-Guerres à l’issue des conférences de Rome, d’Athènes, de Madrid21 et du Caire22. Harold J. Pleinderleith – qui avait coordonné la rédaction du Manuel des peintures et rédigea les chapitres sur la conservation des objets dans le Traité de muséographie et le Manuel de la technique des fouilles – en assura la transmission après-guerre. Moralement, la reconnaissance des restaurateurs supposait qu’ils collaborent à la traque des faussaires et, intellectuellement, les connaissances qu’on leur demandait pour cela d’acquérir étaient celles que les laboratoires d’analyse scientifique mettaient au point. Professionnellement, le prix qu’ils devaient payer pour entrer dans le réseau de conservation qui émergeait consistait à dissocier ces compétences qui rendaient leur corporation suspecte de falsification et à renoncer au titre de « peintre-restaurateur ». Pédagogiquement, cela obligeait corrélativement l’administration à ouvrir des formations et la société à admettre l’existence d’une nouvelle profession, dont le nom, le statut et les missions restaient à définir. Stratégiquement, les peintres-restaurateurs devaient réformer leur activité pour la conformer au paradigme de l’OIM où la conservation primait sur la restauration23. La reconnaissance de la profession de conservateur-restaurateur lors de la conférence triennale de l’ICOM-CC en 1981 et le référentiel de l’ECCO qui décrit les compétences requises pour l’exercer sont les solutions que les réseaux d’après-guerre apportèrent aux énigmes formulées dans l’Entre-Deux-Guerre.

  • 24  Brooks, H., A short History of IIC, Ed. IIC, Londres, 2000.
  • 25  HENDY, P., An Exhibition of Cleaned Pictures (1936-1947), National Gallery, London, 1947.
  • 26  Le traitement des peintures, Museum, Vol. III, n° 2, 3, 1950 ; IV, N°1, 1951
  • 27  COREMANS, P., L’Agneau mystique au Laboratoire. Examen et traitement, éd. De Sikkel, Anvers, 1953.
  • 28  JOKILEHTO, J., ICCROM and the Conservation of Cultural Heritage : a History of the Organisation’s (...)
  • 29  Plenderleith, H., « A history of conservation »,  Studies in Conservation, Vol. 43, N°3, 1998, p. (...)

15Dans quel paysage institutionnel la question de la formation des restaurateurs revint-elle après-guerre ? La Seconde Guerre entraîna moins une reconfiguration des réseaux de conservation, dont le maillage avait commencé avant-guerre, qu’un passage de témoin de la France et des pays francophones – Belgique et Suisse – vers l’Italie – à qui l’ONU confia la gestion des affaires patrimoniales – et les pays anglo-saxons et hispanophones. Mais les tensions que l’arrivée des scientifiques dans les musées avait créées dans l’Entre-Deux-Guerres se traduisirent par la formation de deux comités distincts au sein de l’ICOM : l’un pour les peintures, l’autre pour les laboratoires, alignant leurs frontières sur le clivage académique qui opposait les humanités aux sciences de la nature, coïncidant au sein de l’institution muséale avec celui des cultures latines et anglo-saxonnes. Chaque comité pouvait par ailleurs s’appuyer sur une institution récemment créée, servant de modèle à la communauté : l’Istituto Centrale del Restauro (ICR) inauguré à Rome en 1941 pour le comité des peintures et l’International Institute for Conservation of Historic and Artistic Works (IIC)24 fondé à Londres en 1950 pour celui des laboratoires. L’exposition sur le nettoyage des peintures que la National Gallery organisa lors de sa réouverture en 194725 déclencha, dans ce contexte, une guerre de position entre ces groupes clivés par leurs langues, leurs cultures et leurs disciplines. Appelée « querelle des vernis »26, elle se régla après que l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA), créé en 1948, ait achevé la restauration de l’Agneau mystique à Bruxelles27. L’opération devint un modèle d’action collective et de coopération internationale pour la communauté patrimoniale. Achevons cette évocation du paysage institutionnel d’après-guerre en rappelant que la fin de ce conflit facilita en 1959 la création de l’International Centre for the Study of the Preservation and the Restoration of Cultural Property (ICCROM)28 qui en réunit à Rome tous les acteurs et conduisit enfin en 1967 à la fusion des deux Comités de l’ICOM en un seul, pour la Conservation (ICOM-CC)29.

Le problème de l’enseignement après-guerre

  • 30  Brandi, C., « L’inaugurazione del Istituto Centrale del Restauro », Le Arti, IV, f.1, octobre – no (...)
  • 31  STOUT, G., « Cleaning and restoration of picturs, the viewpoint of the conservator », Alumni, Tome (...)

16Quelle place les pionniers de la conservation eurent-ils dans les réseaux d’après-guerre ? Plusieurs figures historiques de l’Entre-Deux-Guerres y poursuivirent leur œuvre – comme H. Pleinderleith, W.G. Constable, George Stout, Ian Rawlins ou Helmut Ruhemann – bientôt rejoints par de nouveaux experts – comme Paul Coremans, Paul Philippot ou Cesare Brandi. Celui-ci tenta le premier de résoudre le problème dont ils héritèrent en expliquant lors de l’inauguration de l’ICR en 1941 que l’ordre des disciplines impliquées dans la formation des restaurateurs pouvait se déduire de la structure des œuvres et que l’autorité des esthéticiens en la matière n’était pas conventionnelle, mais naturelle parce que logiquement déductible du rapport intentionnel de la conscience aux œuvres30. Le statut d’exécutant qu’il donnait corrélativement aux restaurateurs, pour conserver la maîtrise d’œuvre des travaux, tranchait cependant avec celui que ses collègues anglo-saxons – comme G.W. Constable ou Edward Forbes – leur concédaient et que revendiquait par exemple G. Stout. Dans un article de 1950, celui-ci objectait aux théoriciens qu’il était impossible de dissocier la pensée, la perception et l’action et qu’ils se leurraient s’ils croyaient pouvoir diriger puis contrôler des travaux dont ils étaient incapables d’effectuer la moindre tâche31 : seul celui qui les réalisait – le restaurateur – savait ce qu’il faisait et en était le vrai maître d’œuvre, la maîtrise des conservateurs n’étant qu’une convention administrative.

  • 32  PHILIPPOT, P., « Réflexions sur le Problème de la Formation des Restaurateurs de Peintures et de S (...)

17C’est finalement dans ce contexte que les experts décidèrent de réexaminer la question de l’enseignement de la restauration posée par l’OIM dans l’Entre-Deux-Guerres. L’ICCROM s’en saisit dès sa création, car la formation faisait partie de ses missions. En 1960, son secrétaire général P. Philippot publia un article sur la question32 qui offrait une troisième voie entre les positions de C. Brandi et de G. Stout. Définissant la restauration comme un acte d’interprétation critique, il expliquait que les restaurateurs ne pouvaient être considérés ni comme de simples exécutants, parce qu’au lieu d’appliquer un plan conçu par d’autres, ils l’adaptaient à la réalité, ni comme de purs intellectuels, car la traduction d’idées en actes interdisait de dissocier le geste et la parole, la théorie et la pratique. Il en concluait qu’il fallait continuer à former les restaurateurs dans des ateliers, non pour entretenir l’ancienne tradition, mais pour en forger une nouvelle en usinant sur leur métier les concepts que les scientifiques ou les conservateurs leur proposeraient. C’est en forgeant leur propre culture qu’ils feraient reconnaître leur activité, alors écartelée entre les sciences humaines et celles de la nature, comme une discipline à part entière, ni ancillaire ni auxiliaire. P. Philippot indiquait ainsi aux restaurateurs le chemin à suivre et reprenait corrélativement l’enquête sur leur formation là où l’OIM l’avait clôt en 1933 : le moment était selon lui venu de comparer les essais réalisés dans chaque pays. Cette étape fut franchie en 1961 à Rome, lors de la conférence annuelle de l’IIC dont une section fut consacrée à la formation des restaurateurs.

L’état de l’art (1961)

  • 33  ROTONDI, P., « La formation des conservateurs et des restaurateurs »,  Recent Advences in Conserva (...)
  • 34  « La formation professionnelle des conservateurs de musées », Mouseion, Vol., 20, N°IV – 1932, p. (...)
  • 35  KECK, S., « Training for Engineers in Conservation»,  Op. Cit., p. 199-201.
  • 36  Manuel de la conservation et de la restauration des peintures, OIM, Paris, 1939, Ch. XI, § 92, p. (...)
  • 37  RUHEMANN, H., « The training of restorers », Op. Cit., p. 202-205.
  • 38  MARCONI, B., « Programme of the Faculty of Conservation at the Academy of Fine Art in Warsaw », Op (...)
  • 39  HODGES, H., « An ab Initio Course in the Conservation of Antiquities », Op. Cit., p. 211-213.

18Que fit apparaître cet état de l’art, trente ans après le précédent ? Le nombre des contributions n’était pas plus important, puisque quatre pays seulement – l’Italie, les États-Unis, l’Angleterre, la Pologne – mirent à jour les connaissances de la communauté. Ces communications apportaient des réponses concrètes aux questions posées avant-guerre. En l’absence de C. Brandi, Pasquale Rotondi insistait sur la nécessité d’ouvrir les formations à la restauration, non seulement aux restaurateurs, mais aux conservateurs qui ne pouvaient se contenter de connaissances purement théoriques33 : ils devaient apprendre à travailler avec eux et acquérir sur le terrain un vocabulaire et des repères communs, puisqu’ils étaient les maîtres d’œuvre de leurs travaux. Si la question de leur formation s’était déjà posée dans l’Entre-Deux-Guerres34, l’idée de les réunir pouvait sembler révolutionnaire aux experts. Sheldon Keck soulignait la nécessité de normaliser la signification des termes de « conservation » et de « restauration », qui n’avaient pas le même sens dans tous les pays et pouvait varier d’une école à l’autre35 : cette convention conditionnait l’entente des professionnels – dont il comparait les cursus en Italie, en Allemagne ou aux États-Unis – et la reconnaissance de leur activité comme discipline à part entière. De fait, les rédacteurs du Manuel avaient établi en 1939 un lexique des termes techniques, mais avaient renoncé à distinguer ces termes-clefs36. H. Ruhemann, qui fut membre de son comité de rédaction, revint sur le problème du nettoyage des peintures et affirma que tout restaurateur devait aussi être peintre37 : maintenant le coupage d’activité contesté par la nouvelle génération, il expliqua ce que pouvait être le programme d’une école moderne respectant l’ancienne tradition des peintres-restaurateurs. Adhérant à ce principe, Bohdan Marconi présenta enfin le cursus du département de restauration des peintures qu’il dirigeait depuis 1947 à l’Académie des Beaux-Arts de Varsovie38 et Henry Hodges clôtura la session en exposant celui que l’Institut d’Archéologie de Londres proposait à ses étudiants39, moins tentés que les peintres de coupler création et restauration.

La reconnaissance d’une profession

  • 40  COREMANS, P., « La formation des restaurateurs », Bulletin IRPA, 1965, p. 125-144.

19Quel projet universel les experts ont-ils tiré de ces expériences particulières ? En 1962, l’ICOM confia à P. Coremans le soin de préparer un rapport sur la formation des restaurateurs pour sa conférence de 1965 où la réforme de toutes les professions muséales devait être examinée40. Adoptant le point de vue de l’UNESCO, il y élargit l’offre de formation aux pays émergents et proposa de créer deux types d’écoles correspondant au degré de développement des différents pays et à deux niveaux de responsabilité pour les praticiens. Mais il indiquait qu’admettre ces deux niveaux de qualification risquait d’introduire des confusions en Europe. Considérant que ni les diplômes ni les grades universitaires ne permettaient d’évaluer les compétences des praticiens dans chaque pays – ces critères paraissant à l’époque trop occidentaux – P. Coremans en concluait que les experts auraient à construire un référentiel d’activité commun pour les évaluer à l’aide d’une même échelle partout dans le monde. Il achevait dans cette perspective son rapport en demandant à l’ICOM de confier à un groupe de travail la tâche d’élaborer ce référentiel à l’ICCROM, sous l’égide de l’UNESCO.

  • 41  Imhoff, H.-C. von, « Der Ehrenkoden des ICOM Conservation Commettee, das Dokument von Kopenhagen ( (...)
  • 42  ICOM-CC, « Le conservateur-restaurateur : une définition de la profession (Copenhague, 1984) », Gr (...)
  • 43  Tutela del Patrimonio culturale : verso un profilo europeo del restauratore di beni culturali. 
At (...)
  • 44  LARSEN, R., BACON, A., CAEN, J., « The l’European Network for Conservation-Restoration Education ; (...)
  • 45 ICOM-CC, Terminologie de la conservation-restauration du patrimoine culturel matériel, New-Delhi, X (...)
  • 46  De Guichen, G., « Forbes Prize Lecture », Studies in Conservation, n°52, 2007, p.1-4.
  • 47  ABBOTT, A., « Le chaos des disciplines », Qu’est-ce qu’une discipline ?, École des Hautes Études e (...)
  • 48  ECCO, Competences for Access to the Conservation-restauration Profession, 2011.

20La suite de l’histoire est mieux connue : on sait que ce groupe de travail sur la formation en conservation et en restauration vit le jour en 1978 à l’ICCROM41 et que, piloté par Agnès Bollestrem, il aboutit enfin à une définition de la profession de « conservateur-restaurateur » et à sa reconnaissance par l’ICOM-CC en 198142. La séparation entre restauration et fabrication devint le critère distinctif de la profession, qui revendiquait un statut égal à celui des autres professions muséales sans disposer à l’époque d’un référentiel adéquat. On sait aussi que les diplômés de différentes écoles formèrent en Europe des associations et que celles-ci se regroupèrent en 1991 pour fonder la Confédération européenne des Organisations de Conservateurs-Restaurateurs (ECCO). En 1993, elle adopta comme au Canada un code de déontologie conforme à celui de l’ICOM, tandis qu’à l’issue du colloque de Pavie en 199743  ces écoles constituèrent elles-mêmes un nouvel organisme, l’European Network for Conservation-Restoration Education (ENCoRE)44 pour que la « conservation-restauration » soit enfin reconnue comme une discipline à part entière. On sait cependant que l’ICOM-CC définit en 2008 cette notion comme un domaine d’intervention interdisciplinaire, non comme une discipline, en normalisant le sens des termes de conservation « préventive », « curative » et de « restauration »45. L’accord obtenu par Gaël de Guichen46 clarifia sur le plan international la structure du domaine, où interviennent un nombre croissant de disciplines sur les cinq continents, mais relança sur le plan professionnel le débat autour du nom de « conservateur-restaurateur », le nouveau nom dérivé de cette expression désignant le domaine proprement dit et non une profession, au risque de produire un chaos disciplinaire47. Mais on sait qu’il n’en fut rien et qu’au lieu de raviver une vieille querelle terminologique, cette avancée conduisit l’ECCO à définir le référentiel d’activité de la profession48. Ce travail achevé en 2011 a un intérêt non seulement scientifique, puisque les experts y font la théorie de leur pratique en décrivant l’ensemble des processus interconnectés que l’introduction d’un objet déclenche dans leur secteur d’activité, mais aussi stratégique, puisque les administrations peuvent s’appuyer sur la carte conceptuelle de ce référentiel pour distinguer différents niveaux de compétences et réglementer l’exercice de la profession.

Conclusion

  • 49  SARFATTI LARSON, M., « À propos des professionnels et des experts ou comme il est peu utile d'essa (...)
  • 50  APEL, Étude des responsabilités légales et professionnelles des conservateurs-restaurateurs au reg (...)

21Que conclure de ce bref récit ? D’abord que le processus de reconnaissance des restaurateurs commencé en 1929 semble aujourd’hui s’achever, car la plupart des questions formulées à l’époque ont été résolues ; puis que la voie dans laquelle se sont engagés les conservateurs-restaurateurs s’avère bien connue des sociologues49 : dans ce secteur comme dans d’autres, un groupe de praticiens eut d’abord le projet de faire reconnaître ses compétences scientifiques, puis a obtenu le monopole légal d’une activité, induisant une clôture sociale qui a fermé le marché du travail. Il organise depuis les échanges entre les praticiens autorisés à l’exercer et a obtenu le statut social puis la reconnaissance publique qu’il espérait. Au-delà de la défense de son héritage menacé, la dernière étape que les conservateurs-restaurateurs ont à franchir consiste à obtenir la protection de leur titre par les pouvoirs publics. Rappelons pour mémoire la dernière proposition de l’enquête qui déclencha toute l’affaire en 1932 : « Le métier de restaurateur sera soumis à une licence spéciale. L’exercice du métier sans autorisation devra être poursuivi ». Si les restaurateurs ont tenu parole, en réformant leur profession et en accomplissant leur mission, on pourrait s’attendre à ce que les pouvoirs publics tiennent la leur en protégeant leur titre et avec lui le patrimoine des méfaits de l’ignorance. Mais les promesses n’engagent que ceux qui y croient et la question est aujourd’hui de savoir pourquoi ce qui fut possible pour les kinésithérapeutes dans le secteur de la santé ne le serait pas pour les conservateurs-restaurateurs dans celui du patrimoine. L’Europe n’a-t-elle pas déjà soutenu cette demande50 ?

Haut de page

Notes

1  RIMBAUD, A., « L’Éternité », Une Saison en enfer, I, 1873.

2  HUTCHINGS, J., CORR S., « A framework for access to the conservation–restoration profession via the mapping of its specialist competencies », Higher Education, n°63, Juin 2011, p. 439-454

3  Renoliet, J.-J.,L’Unesco oubliée. La société des nations et la coopération intellectuelle (1919-1946), Publication de la Sorbonne, Paris, 1999.

4  LEVEAU, P., « Problème de l’apolitique de la conservation-restauration », Conservation-Restauration des Biens Culturels, n° 29, 2011, p. 5-26

5  Blum, A., « Quelques méthodes d’examen scientifiques des tableaux et objets d’art », Mouseion, n°7, 1929, p.14-26

6  « Pour une éducation professionnelle des restaurateurs d’œuvres d’art », Mouseion, Vol. 19, N°III – 1932, p. 83-85.

7  SDN-CICI., Procès-Verbeaux de la Commission de Coopération intellectuelle, 1929, Annexe 11, La restauration des œuvres d’art dans les musées. Proposition de M. Baud-Bovy, soumise à la Sous-commission des Lettres et des arts, p. 104.

8  « L’activité de l’Office International des Musées », Mouseion, N°13/14, 1931, p. 126-130.

9  Traité de la conservation des monuments d’art et d’histoire, OIM-IICI, 1933.

10  « L’activité de l’Office International des Musées en 1931-1932 », Mouseion, N°21/22, 1933, p. 274- 276

11 UNESCO, Archives de l’OIM.VI.22, Conservation des œuvres d’art. éducation professionnelle des restaurateurs d’œuvres d’art.

12  MAROGER, J., « Notes sur la conservation et la restauration des tableaux », AMN, T.16, 1932.

13  Maurer, R., « La défense du patrimoine artistique et la formation des restaurateurs », Mouseion, Vol., 20, N°IV – 1932, p. 142-146.

14  Le corporatisme d’État est une forme d’organisation sociale dans laquelle les décisions économiques et politiques sont prises par des groupes professionnels en relation avec l’État : celui-ci leur délègue la charge de contrôle et de régulation qui lui revient normalement.

15  Emile-Mâle, G., « Histoire rapide de la restauration des peintures du Louvre », CoRé, n°3, 1997, p. 52-57 et n°4, p. 37-46

16  Verougstraete, H., van Schoute, R., Borchert T.-H., Restaurateurs ou faussaires des primitifs flamands, éd. Ludion, Gand-Amsterdam, 2004

17  GRAUL, R., « Pour une éducation professionnelle des restaurateurs d’œuvres d’art », Mouseion, Vol. 21-22, N°I-II – 1933, p. 269-270.

18  « La conservation des peintures » Mouseion, Vol. 41-42, N°I-II – 1938, Ch. XI, § 92-98, p. 101-105.

19  FOUNDOUKIDIS, E., Manuel de la conservation et de la restauration des peintures, Avant-Propos, p. 9.

20  « L’examen scientifique des œuvres d’art et leurs restaurations », Mouseion, Vol. 35-36, 1936, p. 157-162.

21  Traité de muséographie, architecture et aménagement des musées d’art, OIM-IICI, Paris, 1935

22  Manuel de la technique des fouilles archéologiques, OIM-IICI, Paris, 1939.

23  Bauer-Bolton, V., « Pour une réglementation juridique de la conservation des œuvres d’art », Mouseion, Vol., 19, N°III – 1932, p. 148-149.

24  Brooks, H., A short History of IIC, Ed. IIC, Londres, 2000.

25  HENDY, P., An Exhibition of Cleaned Pictures (1936-1947), National Gallery, London, 1947.

26  Le traitement des peintures, Museum, Vol. III, n° 2, 3, 1950 ; IV, N°1, 1951

27  COREMANS, P., L’Agneau mystique au Laboratoire. Examen et traitement, éd. De Sikkel, Anvers, 1953.

28  JOKILEHTO, J., ICCROM and the Conservation of Cultural Heritage : a History of the Organisation’s first 50 Years, 1959-2009, ICCROM Conservation Studies 11, ICCROM, Rome, 2011.

29  Plenderleith, H., « A history of conservation »,  Studies in Conservation, Vol. 43, N°3, 1998, p. 129-143

30  Brandi, C., « L’inaugurazione del Istituto Centrale del Restauro », Le Arti, IV, f.1, octobre – novembre 1941, p. 51-53.

31  STOUT, G., « Cleaning and restoration of picturs, the viewpoint of the conservator », Alumni, Tome XIX, N°3-4, Bruxelles, 1950, p. 283.

32  PHILIPPOT, P., « Réflexions sur le Problème de la Formation des Restaurateurs de Peintures et de Sculptures », Studies in Conservation, Vol. 5, N°2, Mai 1960, p. 61-70.

33  ROTONDI, P., « La formation des conservateurs et des restaurateurs »,  Recent Advences in Conservation. Contributions to the IIC Rome Conference, 1961, London, Butterworths, 1963, p. 197-198.

34  « La formation professionnelle des conservateurs de musées », Mouseion, Vol., 20, N°IV – 1932, p. 130-131.

35  KECK, S., « Training for Engineers in Conservation»,  Op. Cit., p. 199-201.

36  Manuel de la conservation et de la restauration des peintures, OIM, Paris, 1939, Ch. XI, § 92, p. 101 et Appendice, p. 295-304.

37  RUHEMANN, H., « The training of restorers », Op. Cit., p. 202-205.

38  MARCONI, B., « Programme of the Faculty of Conservation at the Academy of Fine Art in Warsaw », Op. Cit., p. 206-210.

39  HODGES, H., « An ab Initio Course in the Conservation of Antiquities », Op. Cit., p. 211-213.

40  COREMANS, P., « La formation des restaurateurs », Bulletin IRPA, 1965, p. 125-144.

41  Imhoff, H.-C. von, « Der Ehrenkoden des ICOM Conservation Commettee, das Dokument von Kopenhagen (1984), the definition, sein Geschichte und Gendanken zu seiner Zukunft », Carte, risoluzioni e documenti per la conservazione ed il restauro. Siena, 14-15 marzo 2003, éd. Pacini, Siena, 2006, p. 173-180.

42  ICOM-CC, « Le conservateur-restaurateur : une définition de la profession (Copenhague, 1984) », Groupe de travail pour la formation en conservation et en restauration,  Nouvelles de l’ICOM, Vol. 39, N°1, 1986, p. 5-6.

43  Tutela del Patrimonio culturale : verso un profilo europeo del restauratore di beni culturali. 
Atti del Summit europeo, Pavia 18-22 ottobre 1997, Marco Serina e Cinzia Gimondi, Bergamo 1998.

44  LARSEN, R., BACON, A., CAEN, J., « The l’European Network for Conservation-Restoration Education ; a promoter of research and education in the field of ciltural heritage », 5e EC Conference, Cultural Heritage Research : a Pan-European Challeng, Cracow, mai 2002, Workshop 2, Education and training needs for conservation and protection of cultural heritage, p. 169-172.

45 ICOM-CC, Terminologie de la conservation-restauration du patrimoine culturel matériel, New-Delhi, XVe Conférence Triennale, 22-26 Septembre 2008.

46  De Guichen, G., « Forbes Prize Lecture », Studies in Conservation, n°52, 2007, p.1-4.

47  ABBOTT, A., « Le chaos des disciplines », Qu’est-ce qu’une discipline ?, École des Hautes Études en Sciences sociales, Paris, 2006, p. 35-67.

48  ECCO, Competences for Access to the Conservation-restauration Profession, 2011.

49  SARFATTI LARSON, M., « À propos des professionnels et des experts ou comme il est peu utile d'essayer de tout dire. », Sociologie et société, vol. 20, n°2, 1988, p. 23-40

50  APEL, Étude des responsabilités légales et professionnelles des conservateurs-restaurateurs au regard des autres acteurs de la sauvegarde et de la conservation du patrimoine culturel, ECCO, juin 2001.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3772/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3772/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Leveau, « L'enquête sur la formation des restaurateurs dans l'Entre-Deux-Guerres: transformation d’un métier et reconnaissance d’une profession (1929-2011) », CeROArt [En ligne], 9 | 2014, mis en ligne le 23 janvier 2014, consulté le 27 juin 2016. URL : http://ceroart.revues.org/3772

Haut de page

Auteur

Pierre Leveau

Chercheur associé EA.4100 HiCSA/CRPBC (Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Docteur en philosophie (ED. 356, AMU). Qualifié aux sections 17 et 72 du CNU (2013). Professeur certifié dans le secondaire. Auteur d’une douzaine d’articles sur l’histoire et l’épistémologie de la conservation-restauration du patrimoine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org