Navigation – Plan du site
Electron libre

Lieux de connaissance(s) 

Libre entretien
Roch Payet

Entrées d’index

Keywords :

science, knowledge, teaching, INP
Haut de page

Texte intégral

1M.V.B. : En tant que Directeur des Études de l’Institut national du Patrimoine, vous êtes familier des domaines de la connaissance jugés essentiels pour des conservateurs-restaurateurs: en clair, ceux qui font l'objet d'un enseignement. Historiquement, comment ces enseignements se sont-ils constitués au sein de l'IFROA, puis de l'INP?

2J’ai eu le privilège de faire partie de la première promotion de l’IFROA en 1978, ce qui me permet de mesurer le chemin parcouru, mais également d’identifier les constantes propres à l’enseignement de la conservation-restauration.

3Ces dernières découlent d’une conception de ce métier qui le place à un haut niveau d’expertise théorique et pratique, au croisement des domaines de l’histoire de l’art, de la science des matériaux et de la pratique des techniques.

4En 2013, comme c’était déjà le cas en 1978, le programme d’enseignement tente d’équilibrer ces trois pôles et surtout de les intégrer au sein d’une démarche méthodologique et déontologique commune aux sept spécialités enseignées. On peut donc considérer qu’à l’époque, tout comme la maîtrise des sciences et techniques de l'Université de Paris I, l’IFROA s’inscrivait résolument dans le champ de la conservation-restauration, en rupture avec le mode traditionnel d’apprentissage des métiers artistiques ou artisanaux.

5Durant les premières années de l’IFROA, il faut bien reconnaître que nos enseignants ne parlaient pas tous d’une même voix, selon leur origine professionnelle. En tant que restaurateur de mobilier, j’ai eu maintes fois l’occasion de constater l’incompréhension totale de nos enseignants ébénistes par rapport aux discours déontologiques et aux préoccupations scientifiques qui venaient perturber leur propre pratique professionnelle !

6Sous la houlette de Gilbert Delcroix, éminent directeur scientifique de l’IFROA, les étudiants de la première promotion ont dû se forger leur propre opinion sur l’apport des sciences ou de l’histoire de l’art à la construction de leur expertise professionnelle.

7Autre évolution notable, la diversification des spécialités, en écho à l’élargissement du champ patrimonial. Il suffit pour en mesurer la portée d’évoquer le changement de nom de notre école qui, lorsqu’elle l’appelait IFROA, ne semblait se préoccuper que d’œuvres d’art, ses spécialités étant directement inspirées des grands départements du Louvre. Par la suite, l’Inp ouvrit une spécialité « Photographie », ajouta le livre aux arts graphiques et élargit les activités des ateliers en direction du patrimoine ethnographique, scientifique et technique, sans pour autant oublier l’art contemporain.

8Les récentes évolutions, que j’ai contribué à introduire depuis ma prise de fonction en 2008, tendent à favoriser l’approche globale de la conservation-restauration et à inscrire les enseignements dans le contexte administratif et économique de l’exercice professionnel.

9La reconnaissance du diplôme au grade de Master a été obtenue en portant à 5 ans la durée du cursus, ce qui a permis d’accroître les enseignements en conservation préventive et en gestion des risques, mais également d’amplifier le mouvement de décloisonnement des spécialités et de confronter les élèves conservateurs et restaurateurs à un nombre croissant d’exercices communs.

10M.V.B.  : Les documents ECCO (European confederation of conservator-restorer's organisation) ont-ils joué un rôle dans l'adaptation du cursus?

11On ne peut pas dire que les documents ECCO soient, en tant que tels, à l’origine d’une adaptation du cursus. L’esprit d’ECCO, dont je suis co-fondateur, préside à chacune de nos réflexions et anime les responsables et assistants de spécialités. Il irrigue donc tout naturellement nos enseignements formels et informels.

12En revanche, nous nous sommes attachés à rechercher une cohérence et une compatibilité réelles entre les textes d’ECCO et le référentiel d’activité que nous venons de produire en vue de l’ouverture d’une procédure de validation des acquis professionnels (VAE). Ce document, revu en commun avec des membres d’ECCO, de la FFCR, mais également des formations sœurs de Paris I, de Tours et d’Avignon, sera versé au Registre National de Certification Professionnelle (RNCP) comme annexe à la fiche de présentation du Master de restaurateur du patrimoine.

13M.V.B.  : Un sondage sur la question des connaissances essentielles du conservateur-restaurateur auprès de praticiens démontre une sensibilité particulière à une forme "qualitative" de la connaissance, dans un champ très large qui va de la déontologie à la sensibilité artistique. Cela peut-il s’enseigner ?

14Je ne sais pas si la sensibilité artistique peut « s’enseigner », nous tâchons de la cultiver au travers des cours de pratique des techniques, notamment le dessin, mais également tout au long de la vie d’atelier. La difficile tâche de nos jurys de concours consiste à détecter, outre les connaissances et aptitudes requises, cette sensibilité, cette ouverture d’esprit, cette curiosité indispensables à la formation de professionnels de qualité. L’enseignement que nous dispensons est une subtile alchimie qui met en présence des professionnels épris de pédagogie, des élèves assoiffés de connaissances et des biens culturels dont l’abord est une aventure sans cesse renouvelée. C’est dans ce « melting-pot » que se construit, au fil des cinq années de cursus, une expérience dont je constate avec bonheur qu’elle cultive la sensibilité et  l’enthousiasme de nos jeunes diplômés, tout en les dotant d’un bagage méthodologique  et de solides repères déontologiques.

15La transmission de ces derniers est une tâche délicate, car il faut éviter à tout prix de sombrer dans une forme de dogmatisme paralysant. C’est par l’expérience d’interventions réalisées dans des conditions variées, en compagnie de professionnels divers, que sont mis à l’épreuve de la réalité les beaux principes transmis à nos élèves. Il leur faudra apprendre, dans des situations réelles (notamment en fonction des budgets et des plannings) comment moduler les exigences déontologiques en fonction des contraintes d’usage, et parfois de remise en état de fonctionnement des biens culturels qui leurs sont confiés.

16Notre préoccupation est que les diplômés de l’Inp soient opérationnels sur le marché, tout en défendant le plus haut niveau possible de pratique professionnelle.

17M.V.B.  : La théorie n'est rien sans la pratique: comment les étudiants sont-ils appelés à se familiariser avec celle-ci? Les stages suffisent-ils à initier une expérience? La formation exige un encadrement strict, mais cet encadrement ne limite-t-il pas le champ d'expérience?

18La pratique est au cœur de nos enseignements, elle est loin de se limiter aux trois mois de stage en France (en 3ème année) et aux six mois de stage à l’étranger (en 4ème année). Durant 9 mois de l’année, les élèves ont autant de cours d’atelier que de cours de tronc commun (lesquels ne sont pas exclusivement théoriques). En juin et juillet, ils n’ont plus que des cours d’atelier ou des chantiers-école (parfois à l’étranger).

19Nous faisons également en sorte que la théorie soit le plus souvent articulée avec la pratique, sous forme de nombreux exercices d’application, notamment en matière de conservation préventive, de gestion des risques (évaluations de sites), d’échanges avec les conservateurs (constats d’état, appels d’offre, chantiers des collections).

20Les élèves sont progressivement mis en situation de responsabilité par rapport aux objets qui leur sont confiés. Les stages, sont en effet des moments cruciaux à cet égard et nous constatons une réelle maturation à leur retour. La cinquième année leur permet d’aborder la restauration d’une œuvre en totale autonomie.

21Je ne pense pas que la rigueur de l’encadrement des élèves limite leur champ d'expérience, bien au contraire. Par rapport au mode traditionnel de formation dans les ateliers, l’alternance entre théorie et pratique que nous leur imposons est une formidable opportunité d’ouverture  et de distanciation par rapport à la pratique. Il n’y a aucune opposition entre théorie et pratique, lorsque la théorie est appliquée. Nous ne formons pas des exécutants qui auraient exclusivement besoin de pratiques d’atelier : il y a aussi une pratique de l’analyse critique, c’est elle qui fait toute la différence.

22M.V.B. : Comment échapper aux cloisonnements de la connaissance? Comment sensibiliser, dans le cadre même de l'enseignement, aux connaissances interdisciplinaires? La collaboration avec des institutions de recherche joue-t-elle suffisamment ce rôle? Quels sont les écueils éventuels?

23C’est sans nul doute le domaine où il nous reste le plus de progrès à accomplir. Nous avons vu que le champ patrimonial s’est élargi depuis la création de l’IFROA. Notre structuration par spécialités comportait dès l’origine un risque de cloisonnement. Ce dernier a été surmonté par une grande porosité entre les ateliers qui coopèrent spontanément en permanence et qui organisent également de nombreux cours inter-spécialités. Un module dédié aux objets composites contribue également à accentuer ce mouvement.

24Nous avons également beaucoup développé les échanges avec les élèves conservateurs avec lesquels nous avons multipliées les occasions de travaux communs. C’est le privilège d’une institution comme l’Inp, avec ses deux départements. Depuis quelques années, nous organisons des chantiers des collections communs en y adjoignant également les élèves régisseurs de l’Ecole du Louvre.

25La présence d’un laboratoire d’analyses, au sein même du département des restaurateurs, permet à nos élèves de coopérer en permanence avec les personnels scientifiques qui assurent également des enseignements théoriques et pratiques. L’implication croissante des équipes du laboratoire dans le pilotage des enseignements scientifiques et le suivi des mémoires de diplôme est un gage d’ouverture de nos élèves auxquels je rappelle régulièrement que chacun des personnels du département est un référent pédagogique, représentatif du contexte professionnel (agents d’accueil et de surveillance, services techniques, régie des œuvres, documentation et bibliothèque, services administratifs, photographe, laboratoire).

26Le chemin qui reste à accomplir me semble être du domaine des sciences humaines. Nous ressentons le besoin de ne pas nous limiter aux nombreux échanges occasionnés par l’intervention sur les collections (conservateurs, architectes, ethnologues, archéologues, laboratoires spécialisés…). A cet effet, dans le cadre de la Communauté d’universités et d’établissements « HeSam Université ».  et plus particulièrement en collaboration avec l’équipe d’accueil Histoire Culturelle et Sociale de l’Art (HiCSA), l’Inp a instauré depuis deux ans un séminaire de recherche qui offre à nos élèves et nos enseignants un espace de réflexion et de débat sur les nombreuses questions transversales qui interrogent des professionnels du patrimoine. Ce séminaire est une préfiguration de la voie doctorale spécifique que nous tâchons de bâtir à l’issue de notre cursus.

27M.V.B. : Consultant en conservation préventive, vous êtes particulièrement sensibilisé à la formation continue au sein même des musées.

28Comment cela se passe-t-il concrètement?

29Les métiers du patrimoine sont en constante évolution et la place prise depuis quelques années par la conservation préventive est remarquable. Les musées ne sont pas tous logés à la même enseigne et peu nombreux, notamment en région, sont ceux qui bénéficient de services dédiés, comme c’est par exemple le cas du musée du Louvre. La création de services de régie a permis d’améliorer sensiblement les pratiques, y compris dans les établissements de taille moyenne.

30Les services de formation permanente de l’Inp développent une offre très riche dans ce domaine qui est plébiscitée au point de devoir généralement dupliquer des sessions pour satisfaire à toutes les demandes. Il n’en demeure pas moins vrai que la formation permanente ne peut à elle seule compenser l’absence de certaines compétences au sein des institutions patrimoniales. Celles qui disposent de restaurateurs diplômés dans leurs équipes démontrent un niveau de pratique bien supérieur, mais également des capacités d’anticipation et de réponse d’urgence qui font défaut aux autres.

31M.V.B. : Et pour les restaurateurs? Comment les inciter à actualiser leurs compétences?

32Les restaurateurs font un effort méritoire pour suivre nos séminaires de formation permanente. Ils sont particulièrement friands de sessions consacrées aux nouvelles techniques  (Richard WOLBERS, Gerhard BANIK, Dusan STULIK…). La situation particulière des restaurateurs français qui, contrairement à la plupart de nos voisins européens, exercent très majoritairement  sous un statut libéral, limite sensiblement leur capacité à financer la formation permanente.

33Parallèlement aux sessions figurant sur le catalogue de formation permanente de l’Inp, nous organisons des formations spécifiques à l’attention des grandes institutions patrimoniales. Celles qui disposent de restaurateurs salariés leur offrent ainsi l’opportunité de bénéficier de véritables plans de formation.

34Les colloques organisés par l’Inp sont également des opportunités de formation pour l’ensemble des professionnels concernés, dont les restaurateurs. Une nouvelle collection a été récemment inaugurée en coopération avec les éditions Eyrolles, avec la traduction du dernier ouvrage de Richard Wolbers, « Le nettoyage des surfaces peintes ».

35Enfin, nos séminaires de recherche sont ouverts à tous et nous espérons y retrouver de plus en plus de collègues restaurateurs, dont je sais qu’ils aspirent à de plus nombreux échanges professionnels.

36M.V.B. : L'évolution européenne tend de plus en plus à lier connaissances –obtenues au fil d'un cursus diplômant- et reconnaissance du titre de conservateur-restaurateur.

37L'habilitation exigée en France joue-t-elle correctement son rôle?

38L’habilitation ne concerne que les musées de France, qui sont loin de constituer la majeure partie du marché de la restauration. De nombreux musées associatifs, non labellisés, ainsi que le marché privé et les monuments historiques ne sont pas concernés par la procédure d’habilitation.

39De plus, la loi n° 2002-5 du 4 janvier 2002 relative aux musées de France est actuellement dans une situation transitoire, dans l’attente de la publication des décrets d’application de nouvelles mesures découlant d’une transposition des directives européennes concernant la liberté d'établissement et la libre circulation des services.

40Selon les dispositions découlant de ces directives, des professionnels ressortissant d’autres pays européens seraient admis à répondre aux appels d’offre proposés par un musée de France pour intervenir sur ses collections, même s’ils disposent d’un niveau de formation inférieur à celui qui est exigé des restaurateurs français (N-1).

41Nous attendons toujours la création de la commission prévue dans ce nouveau texte et le flou juridique qui s’ensuit génère de nombreuses entorses à la loi et diverses actions en justice de professionnels contestant certaines attributions de marchés publics.

42La seule parade efficace à cette situation, largement dommageables à la bonne conservation des collections publiques, me semble être le renforcement du contrôle technique de l’Etat. En effet, ce n’est pas parce qu’un professionnel sous-diplômé pourrait être autorisé à soumissionner à un appel d’offre, que notre administration est pour autant tenue de le lui attribuer.

43M.V.B. : La spécificité des conservateurs-restaurateurs est-elle reconnue, leur expertise est-elle suffisamment mise à contribution dans des appels d'offre? (en Belgique par exemple, nombre de postes sont ouverts à des Historiens de l'Art, -notamment en conservation préventive, entretien des collections- sans qu'il ne soit même fait place aux conservateurs-restaurateurs, pourtant plus qualifiés pour nombre de tâches- dans l'appel d'offres).

44En France, comme je vous l’ai indiqué, nous avons très peu de postes ouverts aux restaurateurs. Il est d’ailleurs choquant de s’entendre dire qu’il n’est pas possible de créer des postes à cet effet. Pour le même nombre de postes dans la fonction publique, une meilleure répartition des compétences ne serait pas plus coûteuse. Elle apporterait, en revanche des garanties supplémentaires pour les collections.

45Que dirait-on d’un hôpital que ne fonctionnerait qu’avec un administrateur et des aides-soignantes et qui ne ferait appel à des médecins libéraux qu’en cas d’extrême urgence ?

46Concernant les appels d’offre, leur généralisation a eu un effet dévastateur à partir de la fin des années 80. Le climat de coopération scientifique qui régnait à l’époque entre restaurateurs, formés dans un esprit de rupture avec les anciens « secrets d’atelier », a rapidement été remplacé par une défiance et une morosité qui sclérosent la profession. Le prix de journée d’un restaurateur libéral a chuté vertigineusement, au point de mettre en péril de nombreuses entreprises individuelles, mais également la qualité des prestations fournies. Pour ma part, je peux dire à titre d’exemple que mon activité libérale m’a permis d’autofinancer de 1985 à 2005 de nombreuses activités de recherche (détection acoustique d’insectes, réalisation d’automates de traitement anoxique, mise au point de bases de données innovantes avec gestion des mouvements par codes-barres et RFID). Ces activités ne seraient plus finançables actuellement, avec les tarifs pratiqués sur le marché de la restauration. Les professionnels ont de plus en plus de mal à participer aux congrès professionnels et à financer leur propre formation permanente.

47Ce tableau catastrophique est largement aggravé par une approche indigente de la prescription qui tire trop souvent la qualité vers le bas, soit en réduisant le restaurateur au rang de simple exécutant (notamment sur les marchés à bons de commande), soit en prévoyant des enveloppes budgétaires largement sous-évaluées (parfois les deux). L’absence de restaurateurs au sein même de la maîtrise d’ouvrage et de la maîtrise d’œuvre contribue largement à cette dégradation, par une vision réductrice de la programmation et de la conduite des opérations. Il est légitime que la maîtrise budgétaire soit défendue par les contrôleurs financiers mais, sans le contrepoids d’avocats de la qualité des prestations attendues, le dumping est inévitable, avec toutes ses conséquences.

48La bonne conservation des collections exige une intégration de restaurateurs diplômés en amont pour la rédaction des appels d’offre et en aval pour le contrôle technique. Dans les rares établissements qui disposent de l’ensemble des compétences nécessaires, la qualité est au rendez-vous, pour les collections, mais également pour les équipes.

49M.V.B. : La médiatisation de la profession joue-t-elle selon vous un rôle, quant à l'orientation des étudiants? Est-ce bénéfique ou bien cela présente-t-il des travers?

50Nous avons beaucoup de progrès à faire dans ce domaine. Les réalités de notre métier sont si mal connues du public que les médias n’en transmettent qu’une image partielle et déformée, insistant généralement sur ses aspects spectaculaires. Un des premiers écueils réside dans la confusion générale et persistante entre métiers d’art et conservation-restauration. Nous notons également un tropisme caricatural vers la restauration de peinture (plus de 50% des candidatures au concours), alors que certaines spécialités peinent à recruter.

51Nos efforts doivent donc concerner le grand public car les colloques et publications destinés  aux initiés ne combleront jamais ce fossé.

52A cet effet, je suis persuadé que nous gagnerions à pacifier nos relations avec le monde des métiers d’art car, à force de répéter que nous appartenons à deux univers incompatibles, nous nous condamnons à rester dans l’ombre et à laisser persister des confusions dommageables pour l’avenir des biens culturels.

53En revanche, j’ai pu le vérifier à maintes reprises, porter ce débat sur la place publique sans esprit corporatiste permet d’ouvrir un espace dans lequel chacun peut trouver sa place, à condition de définir clairement ce qui est du ressort de la création et ce qui relève de la conservation-restauration.

54Le public est passionné par le patrimoine et plus encore par le « côté coulisse ». Si nous souhaitons lui transmettre une vision claire des enjeux et de nos métiers, il me semble insuffisant de nous appuyer sur les médias de masse qui privilégieront toujours la face clinquante de nos activités, au détriment des débats de fond. Il serait certainement temps de faire appel à de grands documentaristes, comme cela a si bien réussi à la cause de l’environnement qui somme toute n’est pas fondamentalement différente de la nôtre

55Concernant l’orientation des étudiants vers nos métiers, nous avons constaté depuis de nombreuses années une prééminence des filières de l’histoire de l’art et une diminution notable du nombre de candidats en provenance du monde des métiers. Un effort particulier est entrepris dans cette direction, notamment avec l’aide de la fondation « Culture et diversité ».

56Conclusion(s)

57Malgré les difficultés évoquées dans ce témoignage, le métier de restaurateur du patrimoine demeure toujours aussi attractif, notamment parce qu’il apporte de grandes satisfactions intellectuelles, tout en offrant un contact privilégié à l’objet.

58J’ai la chance de diriger une école dans laquelle les enseignants et les élèves partagent une passion qui est perceptible à travers l’engagement de chacun, la grande qualité des échanges pédagogiques et l’excellence des mémoires produits à l’issue de l’année de diplôme.

59Les contacts que j’entretiens avec nos diplômés me montre qu’ils trouvent généralement leur voie sans encombre, chacun selon sa personnalité et ses aspirations. La plupart choisissent de se regrouper ou de travailler avec des anciens au démarrage de leur carrière. De plus en plus nombreux sont ceux qui choisissent de s’expatrier.

60Tous les ans, plusieurs diplômés bénéficient de la bourse Carnot, qui leur permet d’entreprendre un projet de recherche et de coopération à l’étranger. La plupart d’entre eux poursuivent dans cette voie, qui constitue souvent une forme de spécialisation.

61Je voudrais donc dire au jeunes gens qui envisagent de devenir restaurateurs, tout comme aux élèves en cours de formation, qu’il faut résister à la morosité ambiante et se tourner résolument vers l’avenir. Le patrimoine est devenu un enjeu essentiel, en tant que lien social et intergénérationnel, mais également comme facteur de développement, notamment touristique. Il y aura de plus en plus besoin de l’expertise de nos diplômés, qui est très reconnue à l’étranger.

62De nombreux pays émergeants sont en phase de développement de véritables politiques de préservation de leur patrimoine. Il y a donc de nombreuses opportunités à saisir à l’étranger, en attendant que notre vieille Europe se relève des crises à répétition qu’elle traverse.

63Pour préparer cette relève, la solidarité professionnelle reste une priorité.

64Mieux communiquer sur les spécificité de nos métiers, convaincre nos administrations de tutelle que les apparentes économies réalisées sur des marchés bradés coûtent en fin de compte très cher à la collectivité, constituer des groupements performants capables de résister à la mainmise des grandes entreprises du BTP sur les marchés dans le domaine des monuments historiques, voici quelques orientations à développer pour régénérer un marché en perte de vitesse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roch Payet, « Lieux de connaissance(s)  », CeROArt [En ligne], 9 | 2014, mis en ligne le 11 janvier 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ceroart.revues.org/3743

Haut de page

Auteur

Roch Payet

Roch Payet est directeur des études du département des restaurateurs de l’Institut national du patrimoine (Inp) depuis décembre 2008. Diplômé de l’Institut Français de Restauration des Œuvres d’Art (IFROA) en 1982, il a développé durant vingt-cinq ans une activité de restaurateur de mobilier pour les musées et les monuments historiques notamment. Sa passion de l’enseignement l’a conduit à développer très tôt une pédagogie adaptée à la formation permanente des personnels de musée. Il est un des premiers restaurateurs du patrimoine à avoir développé une activité d’assistant à maîtrise d’ouvrage et de consultant en conservation préventive. Spécialisé notamment en gestion des infestations, il a développé des automates de traçabilité pour les traitements anoxiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org