Skip to navigation – Site map

Patrimoine géologique : conservation et valorisation in situ des fossiles. Trente années d’expérimentation en Haute-Provence

Myette Guiomar

Abstracts

The Nature Reserve of Haute-Provence was one of the first geological Reserves in France to propose permanent in situ exhibit of fossils. Left outdoor or enclosed under a protective cover, the fossils and their geological support raise problems for their conservation. The present article proposes a critical look on what the Reserve experimented in this domain for more than thirty years.

Top of page

Outline

Top of page

Full text

Introduction  

1La Réserve naturelle « géologique » de Haute-Provence (RNHP), a été l’une des premières Réserves naturelles en France à avoir été créée sur la base du patrimoine géologique.

2L’équipe de ce qui allait devenir la RNHP, soutenue par les élus locaux et des chercheurs de l’Université de Provence, s’était lancée avant même la création officielle de la Réserve (1984) dans un projet innovant de valorisation et de conservation de sites fossilifères. La Réserve est devenue au fil des ans un véritable terrain d’études et de valorisation du patrimoine. Le développement de routes et itinéraires de découverte a permis d’équiper de nombreux sites, offrant des problématiques de conservation très variées. Différents exemples seront présentés.

De la notion de patrimoine géologique à la problématique de conservation

La Réserve naturelle de Haute-Provence et l’émergence de la notion de patrimoine géologique

3La  notion de patrimoine géologique  prend ses racines en Haute-Provence. C'est à Digne, à l'initiative de la RNHP que se tient  en 1991, sous l'égide de l'UNESCO, le premier symposium international sur la protection du patrimoine géologique (Martini, 1994 ; Jonin, 2006 ; Avoine et Jonin, 2010).

4La définition du patrimoine géologique est donnée sur le site de Réserves naturelles de France, dont voici un extrait (http://www.reserves-naturelles.org/​patrimoine-geologique) : « Les paysages, les roches, les fossiles… sont des témoins de l’Histoire de la planète Terre. Si certains sont exceptionnellement beaux ou spectaculaires, d’autres plus communs, sont essentiels pour comprendre les étapes de l’histoire et du fonctionnement de notre planète. C’est à ces titres que nombre de ces éléments naturels font partie de notre patrimoine. Le patrimoine géologique est constitué d’objets géologiques remarquables :

5- de sites naturels observables à différentes échelles : du paysage à l’affleurement et aux échantillons (roches, fossiles, minéraux, …) relatifs à l’ensemble des disciplines des sciences de la Terre (paléontologie, pétrographie, tectonique, minéralogie, géomorphologie, …) pouvant être des objets géologiques remarquables ;

6- […] ».

Conserver le patrimoine géologique de Haute-Provence

7La conservation des sites géologiques sensibles peut être assurée grâce à différents outils et moyens mis en œuvre.

La protection juridique

8Dix huit sites répartis sur une douzaine de communes ont été classés en Réserve naturelle nationale (RNN), dès 1984. Ce classement offre une protection juridique forte. Un périmètre de protection a ensuite été crée en 1989, par arrêté préfectoral, puis agrandi pour atteindre aujourd’hui 2300 km2 (http://www.resgeol04.org/​Territoire.html). Ce périmètre constitue une zone tampon entre les sites RNN et les territoires sans réglementation spécifique.

La protection physique

9Les sites les plus fragiles sont soumis aux agressions des agents atmosphériques, mais également aux actions anthropiques, que ce soit intentionnellement ou involontairement. Il peut être alors nécessaire, d’intervenir pour leur assurer une protection physique :

10- construction d’un musée de site ;

11- mise en place d’une couverture de protection (matériaux divers) et fermeture, définitive ou provisoire du site ;

12- intervention sur l’environnement.

L’information et la sensibilisation du public

13Les actions de sensibilisation et d’information du public ont toujours primé sur la surveillance et sur la répression. La Réserve a développé de multiples actions et activités à destination des scolaires, et de tous publics afin de favoriser la découverte du patrimoine géologique et de le faire aimer et respecter par le plus grand nombre (Guiomar et Pagès, 2008 ; Guiomar, 2009 a). Les aspects réglementaires et pédagogiques ne seront pas traités ici.

Quelques exemples de sites de la RNHP et leur problématique de conservation

La dalle à ammonites de Digne

Présentation

14A la sortie nord de Digne, en bordure de route, le site se présente sous la forme d’une couche calcaire, avec une pente de 60° vers l’Est, couverte d’ammonites de grande taille. Les ammonites sont des mollusques marins à coquilles, qui ont vécu à l’époque des dinosaures. Les ammonites de la dalle sont datées de -195 millions d’années (Jurassique inférieur). Ce site mondialement connu a fait l’objet d’un moulage pour la ville de Kamaïshi au Japon (160 m2).

Fig. 1 Dalle à ammonites

Fig. 1 Dalle à ammonites

Détail de la dalle

Photographie : M. Guiomar (MG), ©MG

Bref historique 

15Avant 1980 seuls quelques dizaines de mètres carrés couverts d’ammonites affleuraienten borduredu CD 900a reliant Digne à Barles.

16Un premier chantier de dégagement de la surface fossilifère fut mené, dans le cadre du projet de Réserve « géologique », mettant au jour 600 ammonites sur 160 m2. La route fut déviée pour offrir un espace de visite sécurisé pour le public. En 1994, la partie haute de la dalle, jusque là masquée sous 3 couches épaisses, a été dégagée et la surface en a été doublée pour atteindre 320 m2, avec 1 553 ammonites. Ce travail avait été effectué dans le cadre d’un projet d’un grand musée de site qui n’a pas vu le jour. En 2009 le site fait l’objet d’importants travaux de conservation, de sécurisation et d’études.

17Une monographie est consacrée à l’étude paléontologique des ammonites (Dommergues et Guiomar, 2011)

Problématique et interventions pour la conservation

 Fig. 2 La dalle à ammonites avant travaux (2008)

 Fig. 2 La dalle à ammonites avant travaux (2008)

Fracturation du massif et formation de trous dans la dalle, développés dans la partie gauche (dévers) et haute ; sur la droite sous les surplombs : zones altérées plus sombre.

Photographie : M. Guiomar (MG), ©RNGHP

Des risques d’effondrement

18Le site appartient à un massif rocheux fortement incliné où alternent en couches d’épaisseur décimétrique ou pluri-décimétrique, calcaires et marneuses. La marne est une roche constituée à la fois de calcaire et d’argile. Relativement tendre et devenant feuilletée en surface, elle est très fragile et sensible à l’érosion ; des circulations d'eau dans de telles roches peuvent générer d’importants désordres avec par exemple des glissements banc sur banc et des écroulements. Le massif est parcouru par un réseau important de fractures. Ce contexte géologique n’offre donc pas dans son ensemble de bonnes conditions de stabilité.

19La couche portant les ammonites, épaisse de 15 centimètres, cache 40 centimètres de marnes situées en-dessous. Les nombreuses fractures qui sillonnent la surface sont autant de zones d’infiltration pour les eaux de pluie qui rejoignent le niveau marneux et les eaux qui y circulent. La partie sommitale de la dalle avait été protégée de l’infiltration par la réalisation d’une cunette (1995), mais son extension était insuffisante. En 2009, l’étanchéité a été reprise en tête de dalle : après terrassement, une nouvelle cunette réalisée, le bord sud de la dalle a été fixé à l’aide de tirants et protégé de l’érosion par un nouveau voile de béton ; le drainage des marnes a été assuré par la mise en place d’une série de barbacanes de 3 et 6 m. Le massif rocheux venant recouvrir la dalle vers le nord a été traité sur près de 500 m2, avec suppression d’un surplomb et rééquilibrage de son profil pour plus de stabilité. (Guiomar, 2009 b ; Dommergues et Guiomar, 2010, 2011)

Fig. 3 La dalle à ammonites en fin de travaux (2009)

Fig. 3 La dalle à ammonites en fin de travaux (2009)

Le site a été entièrement restauré, consolidé et sécurisé.

Photographie : M. Guiomar (MG), ©MG

Erosion altération

20La surface portant les fossiles est laissée à l’air libre. Les chantiers de fouilles qui ont donné à la dalle sa configuration actuelle ont, à chaque fois, multiplié la surface exposée aux intempéries.

Erosion mécanique 

21Avant 2009 les épaisses couches calcaires qui recouvraient la partie droite de la dalle, de même que le versant ébouleux situé au-dessus, généraient des chutes de pierres. Avec la suppression de 80% des couches en surplomb, et l’installation d’un grillage bordant la cunette sommitale, la dalle ne reçoit plus d’impacts (sauf exception, et sans conséquence).

22Les ruissellements abondants provoquent une érosion de la surface de la dalle. Les zones les plus fragiles et friables (fracturation, composition pétrographique) peuvent se transformer en axes de drainage qui augmentent l’efficacité du processus. En certains points des trous s’étaient constitués, mettant à nu les marnes sous-jacentes. Un colmatage au ciment teinté dans la masse a été effectué.

Altération

23Lors des périodes pluvieuses le massif rocheux en surplomb retenait quantité d’eau, qui s’écoulait ensuite lentement sur la dalle. Des micro-organismes se sont développés (voile algaire) dans cette zone « humide ». La suppression de l’important volume de roche n’a réglé qu’enpartie le problème : les deux couches laissées en place pour servir de protection naturelle aux ammonites sous-jacentes continuent malgré tout de générer des suintements.

24L’altération la plus importante est due aux actions du gel. La roche composant la dalle n’est pas homogène, certaines parties plus riches et débris coquillers ou en fraction argileuse, sont plus sensibles au gel qui active la desquamation de la roche. Préférant laisser « respirer » le massif, aucun traitement de surface n’a été tenté mais les plus larges fentes ouvertes ont été, quant à elles, en partie colmatées (résine, ciment teinté).

25Dans le cadre des études menées en 2009 (géotechnique, architecture) la construction d’une couverture de type structure « légère » avait été préconisée pour une une mise hors d’eau du site. Compte tenu de l’ampleur du chantier à réaliser, et des financements nécessaires, le projet n’a pas avancé, laissant la dalle à son évolution « naturelle ».

Fig. 4 La dalle à ammonites (novembre 2012)

Fig. 4 La dalle à ammonites (novembre 2012)

La dalle soumise aux intempéries.

Photographie : M. Guiomar (MG), ©MG

Conclusions et remarques

26Les travaux réalisés en 2009 visaient à assurer une conservation du site sur du court terme (estimé à 5 ans). Divers problèmes d’ordre économique n’ont pas permis à la RNHP d’élaborer le projet puis la construction de la structure devant assurer la conservation du site sur du moyen terme.

27Points positifs : faute de mise en place de cette couverture artificielle, le maintien des deux couches (surplomb de droite) recouvrant les ammonites, a été une initiative salutaire.

28Par ailleurs, la dalle, laissée libre d’accès depuis son aménagement, demeure respectée des riverains comme de tous les visiteurs.

L’ichthyosaure de la Robine 

Présentation

29Dix kilomètres au nord de Digne, le squelette quasi complet d’un ichthytosaure (4 m) gît sur la surface d’une couche calcaire, faiblement inclinée. Il est protégé dans un musée de site. « Perdu » en pleine nature, il faut trois quart d’heure de marche pour y accéder.

30Les ichthyosaures sont des reptiles marins qui ont vécu sensiblement à la même époque que les dinosaures. Par leur forme et leur mode de vie, ils ressemblent aux requins et aux dauphins. L’ichthyosaure de la Robine est un des sites phares de la RNHP. Son moulage est présenté dans la salle des fossiles du musée Promenade (musée de la RNHP).

Bref historique

31Une portion de squelette découverte à la fin des années 1970 a fait l’objet d’une fouille durant l’année 1979-1980. L’Ichthyosaure de la Robine a été le premier squelette de vertébré en Europe à être valorisé in situ et protégé dans un musée de site (1984). Ce premier équipement, vieillissant, a été remplacé en 2000. Plusieurs études importantes ont été sont consacrées au gisement (Mestre, 2001 ; Floquet et al., 2003, 2007),  puis enfin l’ichthyosaure lui-même (Fischer, 2009 ; Fischer et al., 2011), révélant ainsi assez tardivement son intérêt scientifique.

Problématique et interventions pour la conservation

32Le squelette de l’ichthyosaure ne pouvait, contrairement à la dalle à ammonites, rester à l’air libre après son dégagement, à cause d’une part de la fragilité de ses os, et d’autre part de sa vulnérabilité face à la convoitise des « chasseurs » de fossiles ou à l’ignorance des randonneurs.

Fragilité des os fossiles 

33Les processus de fossilisation conservent généralement les structures internes des os, ainsi certains os fossiles sont-ils plutôt poreux et relativement fragiles alors que d’autres, compacts et denses, sont plus résistants. La composition des os fossiles est la principale source de problèmes pour leur conservation (Leduc, 2004 ; Godefroit et Leduc, 2008). La phase minérale des ossements se transforme en apatite (carbonate-fluorapatite ou fluorapatite), minéral de dureté moyenne résistant bien à l’érosion et à l’altération sous nos latitudes. L’apatite des fossiles peut être  accompagnée ou non de pyrite (sulfure de fer). Cette pyrite au contact de l’oxygène de l’air et en présence d’humidité est altérée en divers sulfates et en hydroxydes de fer (limonite). La réaction s’accompagne d’une augmentation de volume provoquant l’éclatement ou la pulvérisation des os.

34Certaines parties du squelette de la Robine contiennent des pyrites, d’autres non. Un environnement « trop » humide peut donc être néfaste à la conservation du fossile. Les ossements ont été enduits dans un premier temps de gomme laque. Le squelette a été protégé des intempéries par la construction d’une structure en polyméthyl méthacrylate, de forme hémicylindrique prenant appui sur une base bâtie en pierres maçonnées.

Fig. 5  Le musée de site de l’Ichthyosaure (1984)

Fig. 5  Le musée de site de l’Ichthyosaure (1984)

Nadine Gomez présente le squelette aux visiteurs.

Photographie : anonyme, ©RNGHP

35L’équipement initial ayant du être remplacé, le second n’a malheureusement pas aussi bien rempli son rôle conservatoire. La déclinaison de la structure vitrée des siréniens de Castellane (voir plus loin), était malheureusement inadaptée pour assurer la protection de l’Ichthyosaure. Ce dernier « souffre » actuellement de problèmes liés au ruissellement et au gel.

Fig. 6  Le musée de site de l’Ichthyosaure (2012)

Fig. 6  Le musée de site de l’Ichthyosaure (2012)

Le nouvel équipement.

Photographie : M. Guiomar, ©MG

Interaction os-encaissant

36Les ossements et l’encaissant (ici calcaire) sont de compositions différentes et ne se comportent pas de la même façon lorsqu’ils sont soumis à des processus physiques divers (tectonique, enfouissement, climat). Des écarts importants de température par exemples peuvent jouer un rôle dans la dégradation des matériaux en fonction de leurs fracturations et de leurs pouvoirs de dilatation : fortes températures en été sous les épaisses vitres, gel en hiver. Depuis quelques années, il a été décidé de fermer le site au public en période hivernale, pour le protéger le plus efficacement possible des intempéries et du gel : laine de verre ou mousse, géotextile, bâches.

Conclusions et remarques

37Il est nécessaire de mettre en place des études portant sur la composition chimique précise des éléments en présence (matériaux frais, produits d’altérations) et des équipements pour l’acquisition de données quantifiées concernant à minima les températures et l’hygrométrie. Ces connaissances permettront d’élaborer le futur projet de rééquipement du site.

Les siréniens de Castellane

Présentation

38Le gisement à siréniens fossiles est situé 10 km au nord de Castellane, non loin du « Grand Site des Gorges du Verdon ».

39Les siréniens sont des mammifères marins dont il existe encore aujourd’hui quelques représentants : les dugongs (1 seule espèce) et les lamantins (3 espèces). Daté de l’Eocène (35 Millions d’années) le site est à ce jour le plus riche et un des plus importants gisements au monde de siréniens fossiles. Deux cents ossements dégagés à la surface d’une couche calcaire, inclinée entre 80 et 35° vers le sud, sont protégés par une structure vitrée de 20 m de long. Certaines pièces majeures ont été prélevées et remplacées par leur moulage. Plusieurs éléments du site ont été également moulés. Un sentier permet d’accéder à pied au site (à 1200 m d’altitude) en une demi-heure de marche.

Fig. 7 Le musée de site des siréniens de Castellane (I)

Fig. 7 Le musée de site des siréniens de Castellane (I)

Vue générale de l’équipement. Certains ossements se reconnaissent (côtes) sous les vitres avals.

Photographie : M. Guiomar, ©MG

Bref historique 

40Le site, connu depuis les années 1930 (Lapparent, 1938), a été intégré au périmètre de la Réserve en 1989. Plusieurs campagnes de fouilles ont été menées entre 1995 et 2000. Le premier chantier a révélé l’intérêt mondial du site (Domning, 1999). Le site est protégé et valorisé depuis 1998, date de l’inauguration à Castellane de la Maison des sirènes et des siréniens (aujourd’hui, Maison Nature & Patrimoines). Une thèse a été consacrée à l’étude paléontologique des siréniens (Sagne, 2001 a et b), le contexte sédimentaire du gisement a également donné lieu à différents travaux et publications (Floquet et al., 2007). L’équipement a fait l’objet de quelques interventions.

Problématique et interventions pour la conservation

41Seule une partie du gisement a été aménagée, le reste étant laissé à son évolution naturelle et/ou réservé aux travaux scientifiques.

Fragilité des fossiles

42Avant les fouilles et l’aménagement, les seuls ossements visibles en surface étaient des éléments de côtes et de vertèbres, particulièrement résistants. Le gisement étant par ailleurs connu, il faisait l’objet de collectes de surface, voire de petites fouilles. Le matériel paléontologique est abondamment fracturé ; dégagé de sa gangue, il tend rapidement à se rompre en de multiples morceaux. La mise au jour lors des chantiers de pièces fragiles tels que crânes, mandibules et surtout leurs dentitions a nécessité de procéder à leur consolidation ; différents types de colles et résines ont été employés.

43Un musée de site à été construit pour protéger le gisement des différentes menaces naturelles et anthropiques. Il est composé d’un assemblage de grandes vitres, supporté par une structure métallique ancrée dans le rocher. La structure épouse la géométrie de la couche, tout en ménageant un espace de 20 à 60 cm entre les os et les vitres. Une cornière métallique fixée au rocher et soudée à l’armature, abrite la couche et ses os de la pluie et des ruissellements.

Interaction os-encaissant

44Les matériaux présentent une grande hétérogénéité tant au niveau de la gangue qu’au niveau du matériel fossile. De ce fait les interactions peuvent être nombreuses. On notera à l’échelle du site une fracturation importante, avec de grandes diaclases et fentes ouvertes, et à l’échelle des ossements surtout les plus denses et rigides un réseau dense de fines fractures. L’ensemble de ces discontinuités participe au drainage de l’eau dans le massif. La présence d’eau et les phénomènes de gel-dégel représentent un véritable problème ; les os et dents beaucoup plus fracturés et fissurés que leur gangue sont sujets à l’éclatement.

Aménagement et impact sur le site

45Les excavations lors des chantiers de fouilles ou les travaux d’équipement en modifiant le site ont induit des changements dans le réseau de drainage des eaux d’infiltration à l’intérieur du  massif rocheux. Après une dizaine d’années, le site équipé a commencé à présenter de nombreuses marques d’infiltration d’eau, non seulement à partir de la structure vieillissante mais encore à partir de la couche elle-même et de ses fissures.

Fig. 8 Le musée de site des siréniens de Castellane (II)

Fig. 8 Le musée de site des siréniens de Castellane (II)

Infiltrations d’eau à l’intérieur de la structure à partir des fissures du rocher (mars 2013).

Photographie : T. Beving, ©RNGHP

46Des voiles microbiens et diverses plantes se sont développés dans les zones humides. Le site est fermé et bâché en hiver, ce qui permet de réduire la quantité d’eau s’infiltrant dans le massif et d’éviter que les os n’entrent en contact avec la neige lors de formation de congères (en bas de la structure) ou lors de la dispersion de la neige sous les vitres par les vents violents.

47L’aménagement tel qu’il a été réalisé en 1998 est fixe et ne permet pas l’accès à l’ensemble de la surface fossilifère pour son entretien. Les os et dentitions fragilisés ne peuvent donc pas faire l’objet d’interventions.

Conclusions et remarques

48Pour sa conservation le site doit faire l’objet d’un chantier de sauvetage et doit être en partie rééquipé. Les futurs travaux devront privilégier le drainage en amont du site, la reprise de l’étanchéité et la mise en place d’un système permettant l’accès à la surface fossilifère pour son entretien par les gestionnaires. Le matériel à valeur scientifique, en cours d’altération, devra être prélevé et remplacé par des moulages. Le site devra faire l’objet des mêmes types d’études et de suivi que le site de l’ichthyosaure de la Robine avec implantation de capteurs enregistreurs.

Un site délibérément expérimental : l’ichthyosaure de la Mélaie

Présentation

49Situé dans le flanc nord de la Montagne du Cheval Blanc, sur la commune de Prads Haute Bléone, à 20 km au NE de Digne, l’ichthyosaure de la Mélaie est abrité dans un musée de site. Daté du Crétacé inférieur (107 millions d’années), ce squelette partiel (colonne vertébrale, cage thoracique), présente deux intérêts principaux : un intérêt touristique (et des retombées locales), un intérêt expérimental pour la conservation.

Bref historique 

50Découverte des premiers ossements par l’auteur à l’automne 2002, puis fouilles en 2003 et moulage du squelette (Guiomar, 2010).

512003 : étude de la série crétacée, âge et environnement sédimentaire de l’ichthyosaure (Travassac, 2004).

522005-2006 : réalisation de la « cabane » et de son accès. Premier équipement conçu dans un but d’expérimentation.

532012 : travaux de réfection, l’aménagement est complété et renforcé.

Problématique et interventions pour la conservation

54Suite à la découverte du gisement et à cause de son contexte, le projet de la Réserve s’est limité à son étude scientifique et au prélèvement du fossile.

55Lors de la fouille, les habitants du village voisin ont exprimé le souhait de conserver l’ichthyosaure en place ; les restes squelettiques ayant un intérêt scientifique « relatif », la RHNP a donc décidé de réaliser son équipement à titre expérimental.

Fig. 9  Le musée de site de la Mélaie (2008)

Fig. 9  Le musée de site de la Mélaie (2008)

Le musée de site dans son cadre montagnard.

Photographie : M. Guiomar, ©MG

Fragilité des os fossiles

56Les os de l’ichthyosaure de la Mélaie, riches en pyrite, sont très fragiles. Dès la fouille, certains os montraient des traces d’altération. Ils étaient couverts d’un tapis de petites racines et radicelles qui ont été retirées au scalpel, et ont été consolidés avec des résines solubles à l’acétone. L’exploitation du « gisement de phosphate » par un pin a participé à son altération chimique et sa fragilisation mécanique.

Interaction os-encaissant : contexte géologique

57Le reste squelettique appartient à une épaisse série marneuse. Ces marnes de teinte gris-bleuté à noires comptent quantité de pyrite sous forme de grains microscopiques responsables de leur couleur et sous forme de nodules. Certains niveaux sont relativement riches en matière organique. Les marnes et argiles, déposées puis enfouies, ont été écrasées et compactées sous leur propre poids. Les couches ont enregistré une première perte d’épaisseur accentuée ensuite par les pressions d’origine tectonique. Les os plus compacts que l’encaissant ont subi des déformations souples ou cassantes,  liées à l’écrasement différentiel.

Fig. 10  L’ichthyosaure de la Mélaie : colonne vertébrale et côtes

Fig. 10  L’ichthyosaure de la Mélaie : colonne vertébrale et côtes

Noter l’importante fracturation de la marne et des os et la déformation des côtes (ondulations).

Photo : M. Guiomar, ©MG

58La fouille a entraîné une modification importante du site avec la suppression des couches de marnes recouvrant le fossile sur 1,80 m d’épaisseur ; la surface ainsi « libérée » a subi un phénomène de décompression, responsable de l’apparition ultérieure du débit des marnes en feuillets (dans le plan des couches) et de divers plans de fractures. Ce processus peut être accéléré lorsque la marne dégagée est soumise aux agents atmosphériques et surtout à l’eau (gonflement, éclatement). Il y avait donc une nécessité absolue d’abriter le site et son squelette et de consolider le tout.

59La surface de la couche a été enduite de produits de consolidation, très dilués afin qu’ils pénètrent dans les zones les plus fissurées faute d’imprégner la roche saine (comportant trop d’argile).

Situation, exposition

60À 1200 m d’altitude, le gisement est bordé par un ravin ; la structure de protection construite en bardeaux de mélèzes est ancrée profondément, pour résister le plus longtemps possible aux assauts de l’érosion. Le squelette est exposé à des conditions climatiques très rudes (versant nord d’un relief à 2323 m).

61Le site est fermé au public de novembre à mai, l’accès en étant dangereux. Le squelette, couvert à l’intérieur même de son musée de site afin d’être mieux protégé, n’est alors plus visible. Fin 2012 un nouvel équipement assurant une meilleure protection du site contre les intempéries a été réalisé : les pans de bois ont été doublés et un nouvel ouvrage en mélèze à été construit pour protéger la façade vitrée des congères (et des infiltrations).

Conclusions et perspectives

62Le caractère expérimental du site et sa fragilité imposent des visites et des interventions régulières sur le squelette (le musée de site compte une porte d’accès …).

63L’analyse de l’ensemble des matériaux du site permettra d’envisager des traitements complémentaires ou plus adaptés. Un travail spécifique sera mené sur la problématique de l’érosion. Les méthodes expérimentées par le laboratoire de terrain de Draix et ses équipes scientifiques (http://www.irstea.fr/​la-recherche/​unites-de-recherche/​etgr/​laboratoire-de-terrain-de-draix), pourront être mises en œuvre à la Mélaie.

64En fonction de l’évolution des menaces, le retrait de l’original et son remplacement par un moulage devra être envisagé, en concertation, bien sûr, avec les habitants de la commune. Cet ichthyosaure est devenu un but de visite et fait partie intégrante du patrimoine local (Guiomar, 2010 ; Guiomar et al., 2010)

Autres sites, autres choix de gestion

65L’association de gestion n’a équipé qu’une petite partie des sites de la Réserve naturelle et de son périmètre de protection. La plupart est laissée à son évolution naturelle. Les plus fragiles font l’objet de suivi et d’études. Les chantiers de fouilles ne donnent pas toujours lieu à des aménagements. Le matériel est alors prélevé, préparé et dégagé dans le laboratoire des chercheurs. Après étude ils rejoignent les collections de la RNHP.

66Certains sites autrefois équipés et ouverts au public (ou en projet) ont été ou seront fermés. La plage fossile à empreintes de pas d’oiseaux de la vallée du Bès en est un exemple. Malgré des travaux de sécurisation qui ont stabilisé le versant, la couche à empreintes demeurait exposée aux chutes de blocs. La surface a donc été recouverte de géotextile et d’une épaisse couche de terre afin d’éviter sa destruction par les impacts.

Fig. 11 Le site à empreintes de pas d’oiseaux de la vallée du Bès

Fig. 11 Le site à empreintes de pas d’oiseaux de la vallée du Bès

La surface (indiquée par la flèche) couverte d’empreintes (un exemple dans le cadre) est désormais protégée.

Photographie : M. Guiomar, ©RNGHP

67Le récif fossile de Saint Lions près de Barrême (à 40 km de Digne), naturellement fragile, subit une érosion anthropique importante : le public ne se limite pas à l’observation de l’affleurement depuis la plate-forme de lecture, et circule sur le fragile édifice malgré l’interdiction. La fermeture du site est envisagée.

Fig. 12 Site de Saint Lions

Fig. 12 Site de Saint Lions

La plate-forme de lecture et en arrière-plan, l’affleurement fossilifère en cours d’érosion.

Photographie : M. Guiomar, ©MG

Le nouveau Plan de gestion de la RNHP et la conservation du patrimoine

68Le plan de gestion de la Réserve pour la période 2012-2016 donne la priorité aux actions dédiées à la conservation et à la connaissance du patrimoine naturel.

Mieux connaître et expérimenter

69Dans le cadre du Plan un projet de recherche et de collaboration a été initié avec le Centre Interdisciplinaire de Conservation et de Restauration du Patrimoine (CICRP, Marseille) : les études et analyses de matériaux (roches, fossiles, produits d’altération, résines etc.) et l’équipement d’un ensemble de sites avec des capteurs ont été évoqués pour certains d’entre eux dans le chapitre précédent.

70Cette nouvelle connaissance devrait permettre à la RNHP de concevoir de nouveaux équipements, à la fois pour les sites à rééquiper et pour les futurs projets de valorisations. En connexion ou non avec les sites ouverts au public, des zones seront sélectionnées pour expérimenter de nouvelles méthodes et produits de conservation. Ces sites expérimentaux seront suivis dans le temps.

Mieux conserver la mémoire des sites

71Un protocole de suivi photographique des sites est mis en place. La technique des moulages continuera d’être utilisée autant que possible pour sauvegarder la mémoire des gisements fossilifères notamment en fin de fouilles. Elle sera complétée ou remplacée par d’autres techniques. Ainsi l’expérience du scan laser sur la dalle à ammonites, en 2009, sera renouvelée à diverses échelles pour d’autres sites de la RNHP, avec pour objectif principal un suivi dans le temps de leur évolution.

Conclusion

72La RNHP a accumulé un lot d’expériences d’une grande diversité, qui peut être utile à d’autres. Il serait nécessaire de mener une enquête auprès des autres structures impliquées dans la valorisation et la conservation du patrimoine géologique, afin de dresser une liste des différentes problématiques rencontrées et des expériences développées. Un congrès associant les professionnels de la conservation de la pierre, des monuments historiques ou  naturels peut être le point de départ à un travail de synthèse pour développer des stratégies communes, en termes de connaissances et de moyens humains et financiers. Les enjeux économiques sont énormes : pour une économie durable s’appuyant sur le patrimoine, encore faut-il se donner les moyens de le conserver… durablement, et ce, grâce à des équipes compétentes.

Top of page

Bibliography

Avoine, J., Jonin, M., « Réserves naturelles et patrimoine géologique », dans Géologie de la France, 2010, n°1, p. 11-17.

Corna, M., Dommergues, J.-L., Guiffray, A., Bulot, L., « Quelques points remarquables dans le Sinémurien des Alpes de Provence (France) ; précisions biostratigraphiques et paléontologiques », dans Géologie Méditerranéenne, 1990, n° 17, p. 3-37.

Dommergues,  J.L., Guiomar, M., “The "Dalle de Digne" (Isnards Ammonites slab, Digne-les-Bains, Alpes de Haute Provence, France). A remarkable Sinemurian fossiliferous locality of patrimonial significance”, dans Field Trip Guide Book for the 8th International Symposium, Cephalopods-Present and Past, 2010, p. 27-36.

Dommergues,  J.L., Guiomar,  M., « La "Dalle à ammonites de Digne" (Réserve Naturelle Géologique de HauteProvence, France). Étude d’un site fossilifère d’importance patrimoniale », dans  Revue de Paléobiologie, 2011, 30 (1), Genève, p. 261293.

Domning, D.P., « Paleosirenian Dig Sites. Visit Ancient Mermaid Bones », dans Sirenews, 1999, n 32,  en ligne http://www.sirenian.org/digs.html

Fischer, V., Les ichthyosaures du sud-est de la France, Liège, Mémoire de Master Université de Liège, inédit, 2009.

Fischer, V., Origin, biodiversity and extinction of Cretaceous ichthyosaurs, Liège, Thèse de Doctorat de l’Université de Liège, 2013.

fischer, v., guiomar, m., godefroit, p., “New data on the palaeobiogeography of Lower

Jurassic marine reptiles: the Toarcian ichthyosaur fauna of the Vocontian Basin (SE France)”, dans N. Jb.Geol. Paläont. Abh., 2011, n°261, p. 111-127.

Floquet, M., Cecca, F., Mestre, M., Macchioni, F., Guiomar, M., Baudin, F., Durlet, C., Alméras Y., « Mortalité en masse ou fossilisation exceptionnelle ? Le cas des gisements d’âge toarcien inférieur et moyen de la région de Digne Les Bains (Sud - Est de la France) » dans Bull. Soc. Géol. Fr., 2003, 174, 2, p. 159-176.

Floquet M., Floquet N., Guiomar M., Marchand D. et Lamotte D., « Le gisement fossilifère à dugongs (siréniens) du synclinal de Taulanne (Réserve Naturelle Géologique de Haute-Provence, Priabonien), caractéristiques et origine », dans Journal de l’APF, 2007, n° 52, p. 62-63.

Godefroit, P., Leduc, T., « La conservation des ossements fossiles : le cas des Iguanodons de Bernissart », en ligne CeROArt, 2008, n°2, en ligne http://ceroart.revues.org/464

Guiomar, M.,  « Le patrimoine géologique en prise avec son territoire », dans La Lettre de l'OCIM, 2009 a, n°123, p. 31-39.

Guiomar, M., « La Dalle à ammonites de Digne fait peau neuve », dans Journal de l’APF, 2009 b, n°57, p. 720.

Guiomar, M., « Plongées sous-marines au cœur des montagnes », dans Verdon, 2010, n°31, p. 96-103.

Guiomar, M., Pagès, J.S., « Réserve Naturelle Géologique de Haute-Provence : un acteur du développement local », dans Géosciences, 2008, 7-8, p. 206-213.

Guiomar, M, Floquet, M., Bartolini, B., « De l’inventaire à la valorisation de sites paléontologiques : l’exemple du gisement à ichthyosaure de la Mélaie à Prads Haute Bléone (Réserve naturelle géologique de Haute Provence) », dans Géologie de la France, 2010, n° 1, p. 103-114.

Jonin, M., Mémoire de la Terre. Patrimoine Géologique Français, Lonay, Delachaux et Niestlé, 2006.

Lapparent, A.F., de, « Etudes géologiques dans les régions provençales et alpines entre le Var et la Durance », dans Bull. Carte géologique de France, 1938, n°40, 198 pp.

Leduc, T., La diagenèse des ossements fossiles : étude bibliographique, Mémoire de D.E.A.,Université de Liège, inédit, 2004.

Martini, G. (coord.), Actes du premier symposium international sur la protection du patrimoine géologique, Digne-les-Bains, 11-16 juin 1991, Paris, Société Géologique de France, 1994.

Mestre, M.,  Événements biosédimentaires et tectoniques au Domérien supérieur - Toarcien enregistrés dans la série réduite de La Robine - Marcoux (nappe de Digne, Bassin du Sud - Est, Réserve Géologique de Haute - Provence), Mémoire de Diplôme d’Etudes Approfondies de l’Université de Provence, Aix - Marseille I, inédit, 2001.

Sagne, C., « Halitherium taulannense, nouveau sirénien (Sirenia, Mammalia) de l’Eocène supérieur provenant du domaine Nord-Téthysien (Alpes de Haute-Provence, France) », dans  C. R. Acad. Sci., Paris, 2001 a, 333, II, 8, p. 471-476.

Sagne, C., La diversification des siréniens à l’Eocène (Sirenia, Mammalia) : étude morphologique et analyse phylogénétique du sirénien de Taulanne, Halitherium taulannense. Thèse de Doctorat du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, 2001 b.

Travassac, F., Stratigraphie, sédimentologie et géochimie d’une série apto-albienne du bassin vocontien. Implications paléoenvironnementales (région de Chanolles, Alpes de Haute Provence), Mémoire de Diplôme d’Etudes Approfondies de l’Université de Provence, Aix - Marseille I, inédit, 2004.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 Dalle à ammonites
Caption Détail de la dalle
Credits Photographie : M. Guiomar (MG), ©MG
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3485/img-1.jpg
File image/jpeg, 824k
Title  Fig. 2 La dalle à ammonites avant travaux (2008)
Caption Fracturation du massif et formation de trous dans la dalle, développés dans la partie gauche (dévers) et haute ; sur la droite sous les surplombs : zones altérées plus sombre.
Credits Photographie : M. Guiomar (MG), ©RNGHP
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3485/img-2.jpg
File image/jpeg, 504k
Title Fig. 3 La dalle à ammonites en fin de travaux (2009)
Caption Le site a été entièrement restauré, consolidé et sécurisé.
Credits Photographie : M. Guiomar (MG), ©MG
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3485/img-3.jpg
File image/jpeg, 376k
Title Fig. 4 La dalle à ammonites (novembre 2012)
Caption La dalle soumise aux intempéries.
Credits Photographie : M. Guiomar (MG), ©MG
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3485/img-4.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Fig. 5  Le musée de site de l’Ichthyosaure (1984)
Caption Nadine Gomez présente le squelette aux visiteurs.
Credits Photographie : anonyme, ©RNGHP
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3485/img-5.jpg
File image/jpeg, 240k
Title Fig. 6  Le musée de site de l’Ichthyosaure (2012)
Caption Le nouvel équipement.
Credits Photographie : M. Guiomar, ©MG
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3485/img-6.jpg
File image/jpeg, 692k
Title Fig. 7 Le musée de site des siréniens de Castellane (I)
Caption Vue générale de l’équipement. Certains ossements se reconnaissent (côtes) sous les vitres avals.
Credits Photographie : M. Guiomar, ©MG
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3485/img-7.jpg
File image/jpeg, 820k
Title Fig. 8 Le musée de site des siréniens de Castellane (II)
Caption Infiltrations d’eau à l’intérieur de la structure à partir des fissures du rocher (mars 2013).
Credits Photographie : T. Beving, ©RNGHP
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3485/img-8.jpg
File image/jpeg, 852k
Title Fig. 9  Le musée de site de la Mélaie (2008)
Caption Le musée de site dans son cadre montagnard.
Credits Photographie : M. Guiomar, ©MG
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3485/img-9.jpg
File image/jpeg, 924k
Title Fig. 10  L’ichthyosaure de la Mélaie : colonne vertébrale et côtes
Caption Noter l’importante fracturation de la marne et des os et la déformation des côtes (ondulations).
Credits Photo : M. Guiomar, ©MG
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3485/img-10.jpg
File image/jpeg, 784k
Title Fig. 11 Le site à empreintes de pas d’oiseaux de la vallée du Bès
Caption La surface (indiquée par la flèche) couverte d’empreintes (un exemple dans le cadre) est désormais protégée.
Credits Photographie : M. Guiomar, ©RNGHP
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3485/img-11.jpg
File image/jpeg, 360k
Title Fig. 12 Site de Saint Lions
Caption La plate-forme de lecture et en arrière-plan, l’affleurement fossilifère en cours d’érosion.
Credits Photographie : M. Guiomar, ©MG
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3485/img-12.jpg
File image/jpeg, 453k
Top of page

References

Electronic reference

Myette Guiomar, « Patrimoine géologique : conservation et valorisation in situ des fossiles. Trente années d’expérimentation en Haute-Provence », CeROArt [Online], HS | 2013, Online since 18 August 2013, connection on 20 August 2017. URL : http://ceroart.revues.org/3485

Top of page

About the author

Myette Guiomar

Docteur en géologie. Chargée du service scientifique de la Réserve naturelle de Haute Provence pendant plus de 20 ans, inventeur de nombreux gisements paléontologiques, a développé de nombreuses thématiques de recherche sur le territoire. Conservatrice de la Réserve de 2011 à 2013. Contact : myette.guiomar123@orange.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org