Navigation – Plan du site

Exposition et conservation de Tolstoï et les poules, une œuvre d’Oleg Kulik

Béatrice Guilloux

Résumés

Dans la collection du Frac des Pays de la Loire se trouvent plusieurs œuvres qui comportent des animaux ou des matériaux en lien avec ces derniers, notamment Tolstoï et les poules d’Oleg Kulik. Cet exemple permet d’aborder la question des stratégies de gestion et de conservation propres aux collections d’art contemporain et plus précisément à des œuvres qui risquent de contaminer les autres.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Frac des Pays de la Loire a pour mission d’acquérir, de produire, de conserver et de diffuser largement des œuvres dans des lieux très diversifiés et destinés ou non aux expositions : collèges, lycées, offices de tourisme, maisons de la Culture, etc. Le conservateur-restaurateur doit alors anticiper et adapter les problèmes de conservation préventive des œuvres à ces lieux. Les actions visent soit à conformer le lieu aux normes dans la mesure du possible, soit à la mise en place d'interface et à la réduction du temps d'exposition. La préparation des œuvres en amont et le suivi en aval au cas par cas sont inscrits comme activités systématiques. Dans bien des cas, ces expositions ont abouti à la reconnaissance puis à la pérennisation de nouveaux lieux d'exposition en Région. Le patrimoine ancien, aux contraintes parfois extrêmes, a parfois suscité une révision du commissariat, plus particulièrement pour les œuvres sensibles, constituées de matériaux animaliers. Ce texte propose d'observer la vie de l'une d'entre elles, Tolstoï et les poules d'Oleg Kulik réalisée dans le cadre des XIVe Ateliers Internationaux du Frac à Saint Nazaire, en 1998 : de sa création à sa diffusion actuelle, en passant par le chantier du déménagement du Frac en 2000.

Environnement et collection

2Le Fonds régional d’art contemporain des Pays de la Loire a été créé en 1982. Dans le cadre d'une politique de décentralisation, des fonds ont été octroyés à parité entre l'État et les Régions afin de constituer des collections et de sensibiliser le public à l'art contemporain.

3Différents directeurs s'y succèdent et tous s'inquiètent de constituer une collection dont le fond et la forme reflètent les enjeux actuels, d'indexer les nouvelles pratiques artistiques, avec parfois les contraintes de conservation que cela engendre. À ce jour, la collection est le reflet d'une grande diversité de pratiques.

Fig. 1 Répartition des domaines dans la collection du Frac des Pays de la Loire, 2012

Fig. 1 Répartition des domaines dans la collection du Frac des Pays de la Loire, 2012

Collection du Frac des Pays de la Loire, œuvres par domaines.

4Le Frac des Pays de la Loire se situe à Carquefou dans un bâtiment construit en 2000. Parmi les Frac, il est le premier bâtiment « seconde génération » à avoir été construit. D'autres Frac sortent de terre aujourd'hui. L'artiste et architecte Jean-Claude Pondevie a conçu ce lieu selon un cahier des charges précis. Précédemment, le Frac était hébergé dans du patrimoine ancien puis dans un hangar à Nantes. Ce bâtiment est le premier dessiné pour répondre à ses missions spécifiques.

Fig. 2 Le bâtiment du Frac des Pays de la Loire

Fig. 2 Le bâtiment du Frac des Pays de la Loire

Jean-Claude Pondevie Architecte, Frac des Pays de la Loire, Carquefou, 2000.

Photo: © Marc Dommage

5Sa conception s'appuie sur le modèle de réserves décrit par les Musées de France. Il y a trois salles : une pour la peinture, une pour les œuvres en trois dimensions (sculptures mais aussi de nombreuses installations) et une troisième pour les arts graphiques. Comme cette dernière, la réserve peinture est climatisée par une centrale de traitement d'air. A contrario, la réserve sculpture ne l'est pas. Seul un chauffage et un renouvellement d'air permettent de réguler le climat. Les réserves peinture et art graphique ont des climatisations séparées afin d'éviter tout passage de contaminant de l’une à l'autre. Il y a des VMC pour le personnel, de larges axes et de grands portails métalliques pour faciliter le chassé-croisé des œuvres.

Difficultés et adaptations

  • 1  Anne Cartier-Bresson, entretien téléphonique en 2000 : « La catastrophe est à la hauteur de la tec (...)

6L'arrivée dans les lieux a été marquée par des dysfonctionnements de la régulation du climat en réserve. Il a fallu deux années pour que les réglages soient performants. Mauvais branchement, sous-calibrage. Il a fallu faire des compromis. Divers contacts, dont un à la Maison Européenne de la Photographie1 à Paris, aidèrent à la décision quant à la gestion de technique et de matériaux sensibles. Les normes en matière d'hygrométrie et de température étant plus strictes dans la réserve des arts graphiques, les fonds photographique et nouveaux médias s'y sont joints. Les normes ont été ramenées au mieux de leur critère de conservation.

7Bien que figurant au cahier des charges, mais faute de financement, la surface des réserves a été réduite et amputée du transit et d'une zone de quarantaine. Il a fallu tout de suite trouver un emplacement qui serve de sas climatique entre l'environnement des œuvres en mouvement et l'air ambiant des réserves. Un local technique non chauffé, attenant à la réserve peinture, a été transformé en zone de transit. Il sert toujours de tampon climatique aux œuvres qui y sont entreposées à leur arrivée pendant trois à quatre jours. Le temps de s'assurer que les emballages soient sains avant de ranger les œuvres dans les réserves.

Collection et matériel zoologique

8La nature est une thématique transversale de la collection du Frac, tout comme l'artiste questionnant le paysage, ou encore la nature transformée par l'homme. Certains photographes représentent des animaux, les prennent pour sujets et jouent sur l'artifice ou le naturel ; comme Patrick Tosani qui travaille sur les figures libres ou imposées des abeilles. Mais il y a aussi des œuvres qui comportent des dépouilles animales ou des matériaux qui sont en lien avec eux. Ce corpus d'œuvre recouvre 1,5 % des installations de la collection. Qu'en est-il de leurs problématiques de conservation dans la pratique ?

  • 2  Signal, 2008, plexiglas miroir, photographie, acier, casques, éléments trouvés, dimensions variabl (...)

9Prenons l'œuvre Signal2 de Lothar Hempel, jeune artiste en résidence il y a deux ans au Frac des Pays de la Loire. C'est une installation très complexe composée, entre autres, d'une fouine qui est en réalité un tour de cou. L'artiste a récupéré cet accessoire vestimentaire dans un vide-grenier et l’a utilisé. Le travail de Lothar Hempel est influencé par la littérature et la théâtralité : la fouine est déposée négligemment comme au dos d'un paravent, comme l'aurait fait une personne qui viendrait de se déshabiller. En dessous, figure une marionnette et leur association évoque la séduction au travers de la thématique de l'habillement travaillée par l'artiste.

10Pas de souci de conservation pour cet élément d'œuvre, cependant, s'agissant d'une installation, nous avons dû faire un conditionnement approprié. Afin de sécuriser son transport, une seule caisse a été produite pour l'ensemble avec des compartiments séparés et des tiroirs pour chaque objet.

  • 3  La Petite Veuve, 1988, plumes, mécanisme en laiton, moteur électrique, fermée : 16 x 60 x 44 cm, o (...)

11La petite Veuve3 de Rebecca Horn est un autre exemple. Cette artiste travaille sur des mécanismes et contrairement à Lothar Hempel, elle n'emploie pas l'animal comme objet mais comme un matériau. Ici, à l'instar de Jan Fabre, elle a utilisé les plumes d'un oiseau appartenant à une espèce protégée. Elle les a montées sur un mécanisme d'horloger très précis. Bien qu'elle ait dépouillé l'animal, les plumes s'animent : s'ouvrent et se ferment lentement, avec délicatesse, à un rythme régulier. La forme du boîtier mécanique en lui-même évoque des yeux, un regard. Le mouvement est assez monotone. En exposition, c'est la fonction d'usage qui pose des soucis. Il faut une maintenance du mécanisme avec des réglages effectués par un spécialiste. En conservation, les petites tiges en laiton frottent les unes aux autres et provoquent un phénomène d'usure. De ce dernier découle un autre problème : une fine poussière dorée se dépose sur les plumes qu'il faut alors nettoyer. Le muséum d'Histoire naturelle de Nantes a conseillé l'usage d'un pinceau très fin. Cependant les particules métalliques sont lourdes et abrasives, impliquant l'usage d'un autre outil.

Fig. 3.Rebecca Horn, La Petite Veuve, 1988

Fig. 3.Rebecca Horn, La Petite Veuve, 1988

Plumes, mécanisme en laiton, moteur électrique, fermée : 16 x 60 x 44 cm ; ouverte : 48 x 75 x 50 cm, Frac des Pays de la Loire.

Photo: © J. L'Hoir

  • 4  École Centrale de Nantes, Étude d'un outil de conservation d'œuvres motorisées, Sujet n° 38, année (...)

12Cette problématique d'empoussièrement sur des matériaux aussi sensibles et fragiles a déclenché une étude de conservation préventive confiée à des étudiants ingénieurs de l'École Centrale de Nantes. L'objectif étant de minimiser la dépose de poussière durant l'exposition à partir d'un corpus d'œuvres motorisées. Leur étude a permis de mieux appréhender le phénomène électrostatique et les divers dispositifs antistatiques4 existants.

  • 5  Au sommet après en avoir tant chié, 1991, bronze, aluminium, pigeon empaillé, 86 x 38 x 38 cm, ach (...)

13Avec Éric Dietman, Au sommet après en avoir tant chié5, nous sommes vraiment ici dans le rébus type, on trouve un moulage de chaise en bronze, des laitances d'aluminium qui représentent le monticule de fientes du pigeon et le volatile lui-même.

Fig. 4 Éric Dietman, Au sommet après en avoir tant chié, 1991

Fig. 4 Éric Dietman, Au sommet après en avoir tant chié, 1991

Bronze, aluminium, pigeon empaillé, 86 x 38 x 38 cm, Frac des Pays de la Loire.

Photo: © Stéphane Bellanger

14Voici un artiste qui aime le langage et qui utilise les objets comme éléments de rébus. Ne connaissant pas la provenance de ce pigeon naturalisé, l'œil expert de l'ornithologue du muséum d'Histoire naturelle a été investi de cette mission. D'après l'examen, ce pigeon biset a été correctement naturalisé : il s'agit d'une taxidermie de bonne qualité sans souci d'infestation. Pour le conserver, toute la vigilance devra porter sur la peau, fine et fragile, qui retient les plumes. Avec le temps elle se dessèche et des risques de cassure et de fente apparaissent. Il y a donc un contrôle accru sur les conditions climatiques ainsi que sur l'intensité lumineuse en exposition pour la stabilité de la couleur des plumes. En stockage, le pigeon est séparé du socle, à savoir la chaise. Il a un conditionnement spécifique dans lequel se trouve un répulsif à base de perméthrine pour éloigner les risques d'infestation. Le contact avec le zoologiste du muséum d'Histoire naturelle a aiguisé la curiosité sur un large domaine spécialisé qui mériterait un approfondissement, et le rendez-vous a permis d'apprendre comment ce pigeon a été empaillé et le bon usage de préhension. Port de gants en nitrile obligatoire bien sûr afin d'éviter tout effet de la transpiration au travers des gants en coton. Mais, contrairement à l’usage qui est de prendre les oiseaux par les ailes pour les bloquer, c'est par les deux petits ergots sous les pattes du pigeon qu'il faut le manipuler car ils sont le prolongement du renfort interne de l'animal. Il est donc très précieux de s’entourer de spécialistes pour la bonne gestion de cette œuvre.

15Même si la proportion de cette catégorie d'œuvre paraît insignifiante au regard du nombre d'installations, chacune a suscité des recherches documentaires approfondies. Leurs matériaux spécifiques ont nécessité le travail en commun de plusieurs disciplines de pointe. Que ce soit des problématiques d'électromécanicien, d'ingénieur, d'ornithologue, toutes contribuent à enrichir la connaissance de ces œuvres pour une meilleure conservation préventive.

Le cas d'une œuvre de l'artiste russe Oleg Kulik : une installation évolutive constituée de matériaux corrompus et d'animaux vivants

  • 6  Tolstoï et les poules, 1998, verre, bois, aluminium, cire, tissus, papier, plumes, fientes et poul (...)

16Concernant Tolstoï et les poules6d’Oleg Kulik, il ne s'agit plus d'animaux morts mais vivants. Pendant toute la durée de l'exposition, la scène représentant Tolstoï à sa table de travail est surmontée d'une cage à poules dans laquelle quatre ou cinq poules vivent, mangent, boivent et déposent leurs fientes sur l'écrivain.

Fig. 5 Oleg Kulik, Tolstoï et les poules, 1998

Fig. 5 Oleg Kulik, Tolstoï et les poules, 1998

Verre, bois, aluminium, cire, tissus, papier, plumes, fientes et poules vivantes, 300 x 165 x 165 cm, Frac des Pays de la Loire.

Photo: © Christian Leray

17Oleg Kulik a participé aux Ateliers Internationaux en 1998 – c'est une spécificité du Frac des Pays de la Loire d'accueillir des artistes en résidence pour qu'ils produisent des œuvres qui sont ensuite exposées – et comme le Frac a pour mission d'enrichir sa collection, certaines de leurs œuvres sont alors achetées. Tolstoï et les poules a été acquise cette même année.

  • 7  XIVe Ateliers du Frac des Pays de la Loire, Saint-Nazaire, Le Grand Café, 1998.

18Pour la première exposition7 de l'œuvre, ce sont le régisseur du Frac et ses assistants techniques qui ont réalisé le décor de la scène, s'appuyant sur une photographie qui leur avait été transmise par l'artiste. Le bureau et les accessoires sont des simulacres, comme le personnage. Oleg Kulik est venu avec la tête et les mains en cire pour achever la figure.

19Pour l’exposition, il souhaitait que la scène soit suspendue, mais l'opération technique était trop délicate. La solution de cacher un socle de couleur sombre dans l'obscurité de la salle réussit à faire flotter l'œuvre. Un éclairage focalisé sur les poules oriente le regard du public vers la scène tout en faisant oublier l'environnement.

20Les six poules furent chauffées, nourries et soignées pendant la durée de l'exposition. Leur présence non factice marque encore aujourd'hui la scène de leurs plumes, céréales et déjections. C'est la confrontation entre ce caractère réel, naturel, avec une figure officielle russe que l'artiste souligne dans cette œuvre. Oleg Kulik est un artiste qui met l'animal au-dessus de l'homme et qui est en revendication contre l'aspect très anthropocentrique de la société actuelle basée sur le mérite et la réussite.

21À la fin de l'exposition, les poules ont été données et l'œuvre démontée en quatre parties. La cage et les vitres ont été nettoyées alors que la scène a été conservée en l'état, stockée dans une enveloppe en toile de coton. « Tolstoï » sans les poules rejoint les réserves du Frac, à Nantes. La fonction d'usage et la constitution matérielle de cette œuvre induisent une mise en quarantaine permanente dans les locaux du Frac.

Gestion du foyer d'infestation en stockage et stratégies de conservation

  • 8  Galerie Jacqueline Rabouan-Moussion, Fiac, Paris, 2000.

22Créée en 1998, l'œuvre est prêtée pour la première fois, en 2000, pour être exposée à la Fiac8.

23Dans cet intervalle de temps, le Frac a déménagé dans son nouveau bâtiment à Carquefou. Un chantier de collection avait été entrepris en amont, avec une évaluation de l'état des collections, des traitements en urgence, des opérations de conditionnement et toute la logistique du transfert. L’œuvre fut donc accueillie dans les nouvelles réserves à son retour d'exposition.

  • 9  Jean-Michel Jagot : « C'est la véracité de l'opération qui compte : l'accumulation sur le temps d' (...)

24Cette fois, les poules ont été réclamées par un collectionneur parisien. En l'absence de zone de quarantaine, un contact fut pris avec l'artiste9 par l'intermédiaire de la galerie pour connaître les interventions possibles sur l'œuvre : nettoyer la scène aurait trahi l'intention esthétique de l'artiste. L'œuvre a donc été isolée sur site, à son emplacement en réserve sculpture. Par-dessus l'enceinte de coton, un film polyane scellé par un adhésif finissait de confiner l'emballage.

Premier traitement curatif

25Un contrôle avant nettoyage des réserves en août 2001 a permis de découvrir, près de l'œuvre, la présence active d'insectes. Certains rongeaient le plastique. Une chasse aux insectes avec de la perméthrine en spray débuta, associée à une aspiration minutieuse des alentours. Des contrôles répétés ont ponctué l'activité des semaines suivant la déclaration. Cette découverte engendra une procédure d'urgence : collecte, localisation, densité.

  • 10  Expertise au FRAC des Pays de La Loire, Luc Remy et François Meurgey, 28 août 2001.
  • 11  Lictus (mangeur de céréales, amidon), mites.

26Une identification et une expertise10 furent commandées à deux représentants du muséum d'Histoire naturelle : l'un conservateur spécialiste en conservation préventive, le second entomologiste. Ils confirmèrent que le foyer était bien l'œuvre d’Oleg Kulik. Il s'agissait majoritairement d'anobium punctatum ou petite vrillette et de sitophilus granarius. Leur origine serait probablement due à la précédente réserve à Nantes qui jouxtait les ateliers d'une boulangerie. Les larves attirées par les céréales auraient colonisé l'œuvre. Cependant, d'autres insectes11 épars furent trouvés dans les salles et les voies de circulation. La localisation du bâtiment dans une aire boisée à proximité d'une mare fut pointée comme vecteur à risques d'infestation biologique nécessitant des aménagements. Une liste d'œuvres cibles a été dressée à partir des matériaux considérés comme substrat tels que : les plumes, les céréales, le carton, le bois, la colle cellulosique, etc.

27Sept propositions de traitement curatif pour l'œuvre ont été évoquées : la première était de traiter le parquet avec des vernis insecticides. La deuxième proposition consistait en un traitement par le froid, de 0 à 5 degrés. Ce qui n'était envisageable que pour des pièces jusqu'à 2 mètres cubes de volume et n'était donc pas possible dans le cas présent. L'œuvre démontée, privée de vitrage ainsi que de la cage à poules, représente un volume de 9 mètres cubes. La troisième proposition consistait à imprégner l'ensemble de perméthrine véhiculée dans de l'heptane, mais la complexité matérielle de l'œuvre empêchait un traitement global. Quatrième solution : le rayonnement ionisant au gamma cobalt-60, mais le risque d'un surdosage était trop grand étant donnés les matériaux et les produits constitutifs de l'œuvre. Cinquième proposition : les gaz de bromure de méthyle et d’oxyde d'éthylène ; nous aurions pu placer des bombes de ces produits dans les réserves, c'est un traitement très efficace mais trop nocif pour l'homme et l'environnement, donc rejeté d'emblée. Sixième proposition : l’anoxie statique, mais trop risquée du fait des variations d'humidité qu'elle provoque.

28Dernière proposition : l'anoxie dynamique réputée la plus efficace pour détruire les œufs, les larves et les adultes qui sont à l'origine de l'intervention.

  • 12  En cas de fuite, la réaction des absorbeurs aurait entraîné une augmentation de l'humidité relativ (...)

29Le traitement a été réalisé par Roch Payet au début de l'année 2002 et a consisté en une anoxie semi-statique, avec l'emploi d'azote anydre pour faire baisser le taux d'humidité, couplé à des absorbeurs d'oxygène. Une face translucide permettait un contrôle visuel des matériaux et un thermohygromètre de surveiller la concentration d'oxygène12. L'œuvre est stockée ensuite en réserve sculpture de façon sécurisée dans sa bulle d'anoxie hermétique.

Fig. 6 Quarantaine sur site

Fig. 6 Quarantaine sur site

L'œuvre en réserve : sculpture dans sa bulle d'anoxie, 2002.

Photo: © Frac des Pays de la Loire

Projet préventif

  • 13  Baycidal WP 25 (larvicide) et du Solfac 10 (désinsectisation) utilisé en agroalimentaire pour les (...)

30Parallèlement à l'opération sur l'œuvre, une logistique de conservation globale très importante et préventive a été menée à l'échelle du bâtiment. Elle consiste à réaménager le site. En plus du traitement phytosanitaire et du contrôle des œuvres, se trouvent dans la liste des sujets sensibles : les sols des entrées techniques et de l’accueil, les rideaux métalliques, le monte-charge, les portes, les bouches de VMC et les couloirs de circulation qui ont été traités par biocide13. Des tapis ont été placés dans l'entrée – aussi bien au niveau technique qu'au niveau de l'accueil du public, ainsi qu’au niveau de l'accueil du personnel – pour freiner tout ce qui pourrait venir avec les semelles des chaussures. Ces tapis sont nettoyés tous les quinze jours. À l'origine, le bâtiment était entièrement entouré d’herbe, il n'y avait pas d’allée. Il fallut monter des dossiers et obtenir l'accord de l'architecte pour pouvoir modifier les plans et réaliser une allée en sable. Pour le bonheur également des transporteurs, notamment des poids lourds qui venaient décharger les œuvres au niveau de l'entrée technique et qui parfois s'enlisaient.

31Concernant les inspections et le nettoyage, toutes les œuvres sont surélevées sur des palettes en plastique pour éviter qu'il y ait des poches de stagnation. Le débit d'air de la centrale de traitement d'air a été augmenté pour créer une surpression dans les réserves.

32Une fois par mois, une fiche d’état des réserves est consignée. C'est une synthèse tant sur les micro-organismes (moisissures) que sur les insectes.

33Les inspections régulières se sont faites plus rapprochées, ainsi que des traitements par biocide des sols, rythmés par les cycles des insectes les deux premières années, puis en fonction des saisons et selon les besoins dictés par les résultats du suivi sanitaire les années suivantes.

34Les caisses ont toutes été peintes pour encapsuler tout reste de farine.

Deuxième traitement curatif

35Ce n'est qu'à l'automne 2011, à l'issue de l'exposition Animaux/Animots au Frac des Pays de la Loire, qu'eut lieu la réitération du traitement.

36Des trous d'envol étaient visibles dans le blé et le maïs, dans les déjections, et nous suspections qu’il y en ait dans le parquet. Avec le temps, les stratégies de gestion et de conservation d’une œuvre comme celle-ci ont évolué.

  • 14  XXVeAteliers internationaux du Frac des Pays de la Loire, La Chine.

37La procédure mise en place en 2002 a été suivie avec quelques adaptations. L'opération a eu lieu en salle d'exposition. La durée d'intervention était calée entre les deux expositions programmées et débordait sur le temps de montage des ateliers internationaux14. Il fallut tenir compte des artistes au travail. De plus, l'humidité avait relativement augmenté à l'intérieur de la bulle lors de la première intervention. Quelques variations de la colorimétrie ont été notées sur les tissus. Ces nouvelles contraintes associées aux observations antérieures nous orientèrent vers une anoxie dynamique. Elle a été réalisée par Alain Renard. Il a été pris en considération les risques du traitement, à savoir que les insectes peuvent s'adapter au manque d'oxygène et avec le temps leur organisme peut présenter une résistance à l’anoxie dynamique. L’intervention a donc été poussée plus loin que les requêtes habituelles pour assurer son efficacité.

38L'opération s'est bien déroulée. Comme la première fois, des films transparents ont été utilisés pour visualiser l'évolution des matériaux. Un thermohygromètre a été placé à l'intérieur de l'œuvre pour contrôler l'évolution du climat dans l'enceinte.

39Ce travail a été réalisé en une journée, le montage en six heures. Une fois que tout est en surpression à l'intérieur de l'enceinte d'anoxie et que l'azote est suffisamment injecté, la bulle gonfle. Le compresseur se trouvait à l'extérieur de la salle à cause du bruit pour ne pas déranger les artistes. Des ordinateurs sont reliés aux capteurs, ils permettent à la fois de relever l'oxygène, la température et l'humidité. Le traitement dure trois semaines à partir du moment où le pourcentage d'oxygène est inférieur à 0,1%. Ensuite l'appareillage a été retiré, l'œuvre a été complètement scellée puis rangée en réserve.

Fig. 7. Anoxie en salle d'exposition

Fig. 7. Anoxie en salle d'exposition

Sécurisation du traitement, 2012.

Photo: © Frac des Pays de la Loire

40L’anoxie conduite en salle d'exposition, les artistes ont donc été informés du traitement en cours et par précaution un dispositif visuel de barrières et une inscription sur la bulle, « risque d'asphyxie », ont été installés. Nous étions en plein démontage lorsque le traitement a commencé. Le tube qui apporte l'azote a été fixé au sol pour éviter tout accident de passage pendant le traitement.

41Les questions de régie : en réponse aux déformations du bois lors du premier traitement et aux difficultés d'assemblage des parois vitrées, la scène a été traitée avec les vitres en place.

42En réponse à la contrainte du déplacement de la bulle : une palette sur mesure a permis de déplacer l'œuvre et de l'amener jusqu'aux réserves. Un film en aluminium Valsem® a été placé en dessous, ainsi que deux films en moquette au-dessus et en dessous pour éviter que les parties métalliques ne viennent perforer la bulle.

43Des « groupes froid » de la centrale de traitement d’air sont tombés en panne cet été là et le taux d'humidité en réserves est monté. Il a fallu à nouveau intensifier le nombre de contrôles quant au risque d'infestation. Voyant réapparaître quelques insectes en salle d'exposition, les traitements phytosanitaires ponctuels et les nettoyages ont repris.

Gestion de l'installation et des animaux en exposition 

44Quelle répercussion sur la diffusion de Tolstoï et les poules ?

45La contrainte d'anoxie prise en charge par l'emprunteur devient une condition de prêt inscrite à la convention.

46Depuis cette opération, l'œuvre a régulièrement été demandée en prêt pour des expositions, cependant la prise en charge du traitement d'anoxie par les emprunteurs a stoppé leur demande.

  • 15  Dr. Dominique Morvan, Tolstoï et les poules ou les risques autour de l'installation d'une œuvre d' (...)

47En 2011, après dix ans en ambiance confinée, la question sanitaire de risque bactérien s'est posée avant l'ouverture pour l'exposition Animaux/Animots. Interrogeant la Médecine du travail15 notre médecin, piquée de curiosité, a réalisé une étude qui établit les préconisations pour les personnes impliquées dans l'installation de la scène et du poulailler :

48« Le risque bactériologique potentiel est la Chlamydiose. Les Chlamydia Psittaci peuvent se trouver dans les déjections fraîches ou desséchées, ainsi que sur les plumes. Mais ces bactéries intracellulaires ne survivent que deux mois à l'extérieur de leur hôte [...] Le deuxième risque potentiel est lié à la présence de poussières organiques [...] qui peut être responsable d'un syndrome toxique (ou fièvre des poussières) qui se manifeste par un syndrome pseudo grippal [...] peu probable car l'exposition sera limitée quantitativement. Le risque d'asthme allergique pour les personnes sensibilisées. Le risque chimique par la décomposition des déjections produisant des gaz à type de sulfure d'hydrogène et de méthane, qui sont très inflammables […] risque écarté en raison de la faible masse. »

49En conclusion, il est préconisé de porter une combinaison, un masque FFP2, des gants et lunettes.

50Comment protéger les autres œuvres exposées ?

51La réinstallation de la scène a été mise en œuvre à la fin du montage de l'exposition. Une barrière phytosanitaire a été répandue afin d'éviter d'en faire un foyer qui corrompe les autres œuvres exposées. L'enceinte anoxiée a été ouverte en extérieur, l'équipe prenant soin de bien s'écarter d'elle. La scène fut immédiatement placée en salle d'exposition et les verrières remontées, afin de l'isoler.

52Des difficultés de mise en œuvre technique ont porté notamment sur le déplacement de la bulle et l'assemblage des panneaux de verre.

53Pour ce qui est de l'installation du poulailler : lors de la précédente exposition, des interrogations sur l'état des poules avaient été formulées par le public. L'équipe a été informée de toute l'attention à avoir vis-à-vis de ces questions. Une volonté de bien-être a fait porter le choix sur de jeunes poules, afin qu'elles puissent s'habituer à l'espace réduit. Plus souvent au sol que sur les branches, une interface de bois a été posée sur le grillage pour protéger leurs pattes. Une fiche de maintenance a été mise à la disposition des médiatrices, indiquant les soins à prodiguer aux poules.

Fig. 8 Maintenance en exposition

Fig. 8 Maintenance en exposition

Animaux-Animots, Frac des Pays de la Loire, Carquefou, 2011.

Photo: © Frac des Pays de la Loire

Conclusion

54Tolstoï et les poules est une œuvre exceptionnelle qui additionne de nombreuses contraintes : de régie liées à la technique de l'installation ; de médiation liées à la réactivation confrontée à la sensibilité du public ; des matériaux constitutifs, foyer potentiel d'infestations de moisissures, de bactéries, d'insectes, indissociables des autres matériaux constitutifs de l'œuvre ; de gestion en stockage au sein de la collection par absence de zone de quarantaine ; de gestion en exposition au milieu d'autres œuvres qu'elle risque de corrompre.

  • 16  Par exemple le diplôme de fin d’étude de Juliette Fayein sur La Chaise percée de Patrick Van Caeck (...)

55Les réponses en matière de conservation-restauration données au fil des expériences montrent une dépendance aux contingences, mais aussi une recherche de contrôle qu'une connaissance approfondie étaye, l'objectif étant d'améliorer la gestion de cette œuvre. L'équipe du muséum d'Histoire naturelle ainsi que les compétences des écoles comme le département Conservation-restauration des œuvres sculptées de Tours16 ou l'École Centrale de Nantes avec qui nous menons des études et des recherches, ainsi que des sociétés de prestations, nous y aident.

56Actuellement conservée dans une bulle d'anoxie Tolstoï et les poules pourrait, à l'avenir, être modifiée. Au moment où l'artiste décidera qu'il y aura suffisamment de superpositions de couches de matière organique sur l'œuvre, elle pourrait être figée en l'état. Ce qui signifie que la fonction d'usage avec les poules vivantes n'est que transitoire. Á cette date, l'œuvre pourra alors être adaptée et définitivement scellée après traitement pour sa conservation. Elle a été réalisée pendant les Ateliers Internationaux en 1998 et les perspectives n’étaient alors pas les mêmes. Il faudra donc travailler l'isolation de son enceinte car les montants métalliques ne sont actuellement pas hermétiques.

57En attendant, l'œuvre sortira de nouveau, probablement pour une grande exposition monographique de l'artiste, ou pour une des expositions du Frac ; nous sommes prêts à poursuivre l'expérience.

Haut de page

Bibliographie

Stolow Nathan, Procedures and conservation standards for museum collections in transit and on exhibition, UNESCO, 1977.

Institut Canadien de Conservation, Entretien des spécimens naturalisés et des peaux, notes de l'ICC, 8/3, Canada, 1988.

Institut Canadien de Conservation, Vade-mecum des infestations, Canada, 2001.

Archieven Hedendaagse Kunstenaars, Verslagboek symposium, Eindhoven, 4 avril 2003.

La collection du Frac des Pays de la Loire 1993-2002, Frac des Pays de la Loire, catalogue des collections, Tome 2, Nantes, 2004.

Art d'aujourd'hui patrimoine de demain : conservation et restauration des œuvres contemporaines, 13èmes journées d'étude de la SFIIC, 24-26 juin 2009, Champs-sur-Marne, 2009.

Scholte Tatja, Wharton Glenn, Inside Installations. Theory and Practice in the Care of Complex Artworks, Amsterdam University Press, 2011

Graczyk Anne, Prevet Marine, Quand l'art se met à table, ou la conservation préventive d'œuvres d'art contemporain et populaire constituées de matériaux alimentaires, INP, 2012.

Haut de page

Notes

1  Anne Cartier-Bresson, entretien téléphonique en 2000 : « La catastrophe est à la hauteur de la technologie ».

2  Signal, 2008, plexiglas miroir, photographie, acier, casques, éléments trouvés, dimensions variables (minimum requis 40 m2), achat en 2009, Frac des Pays de la Loire, Inv. : 009020401.

3  La Petite Veuve, 1988, plumes, mécanisme en laiton, moteur électrique, fermée : 16 x 60 x 44 cm, ouverte : 48 x 75 x 50 cm, achat en 1989, Frac des Pays de la Loire, Inv. : 988040201.

4  École Centrale de Nantes, Étude d'un outil de conservation d'œuvres motorisées, Sujet n° 38, année 2008-2009. Mots clés : œuvre d'art, poussière, air ionisé, convection, électrostatisme.

5  Au sommet après en avoir tant chié, 1991, bronze, aluminium, pigeon empaillé, 86 x 38 x 38 cm, achat en 1992, Frac des Pays de la Loire, Inv. : 992042802

6  Tolstoï et les poules, 1998, verre, bois, aluminium, cire, tissus, papier, plumes, fientes et poules vivantes, 300 x 165 x 165 cm, achat en 1998, Frac des Pays de la Loire, Inv. : 998045001.

7  XIVe Ateliers du Frac des Pays de la Loire, Saint-Nazaire, Le Grand Café, 1998.

8  Galerie Jacqueline Rabouan-Moussion, Fiac, Paris, 2000.

9  Jean-Michel Jagot : « C'est la véracité de l'opération qui compte : l'accumulation sur le temps d'exposition. La pièce ne peut-être exposée sans le poulailler. » … « L'accumulation de fientes pourra être stoppée à un moment »

10  Expertise au FRAC des Pays de La Loire, Luc Remy et François Meurgey, 28 août 2001.

11  Lictus (mangeur de céréales, amidon), mites.

12  En cas de fuite, la réaction des absorbeurs aurait entraîné une augmentation de l'humidité relative dans la bulle.

13  Baycidal WP 25 (larvicide) et du Solfac 10 (désinsectisation) utilisé en agroalimentaire pour les poulaillers.

14  XXVeAteliers internationaux du Frac des Pays de la Loire, La Chine.

15  Dr. Dominique Morvan, Tolstoï et les poules ou les risques autour de l'installation d'une œuvre d'art contemporain, SSTRN, Nantes.

16  Par exemple le diplôme de fin d’étude de Juliette Fayein sur La Chaise percée de Patrick Van Caeckenbergh, œuvre de la collection qui contient des scarabées et sur laquelle il y a eu des avancées très intéressantes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Répartition des domaines dans la collection du Frac des Pays de la Loire, 2012
Légende Collection du Frac des Pays de la Loire, œuvres par domaines.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 2 Le bâtiment du Frac des Pays de la Loire
Légende Jean-Claude Pondevie Architecte, Frac des Pays de la Loire, Carquefou, 2000.
Crédits Photo: © Marc Dommage
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3445/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 3.Rebecca Horn, La Petite Veuve, 1988
Légende Plumes, mécanisme en laiton, moteur électrique, fermée : 16 x 60 x 44 cm ; ouverte : 48 x 75 x 50 cm, Frac des Pays de la Loire.
Crédits Photo: © J. L'Hoir
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3445/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 4 Éric Dietman, Au sommet après en avoir tant chié, 1991
Légende Bronze, aluminium, pigeon empaillé, 86 x 38 x 38 cm, Frac des Pays de la Loire.
Crédits Photo: © Stéphane Bellanger
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3445/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Fig. 5 Oleg Kulik, Tolstoï et les poules, 1998
Légende Verre, bois, aluminium, cire, tissus, papier, plumes, fientes et poules vivantes, 300 x 165 x 165 cm, Frac des Pays de la Loire.
Crédits Photo: © Christian Leray
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3445/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Fig. 6 Quarantaine sur site
Légende L'œuvre en réserve : sculpture dans sa bulle d'anoxie, 2002.
Crédits Photo: © Frac des Pays de la Loire
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3445/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Fig. 7. Anoxie en salle d'exposition
Légende Sécurisation du traitement, 2012.
Crédits Photo: © Frac des Pays de la Loire
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3445/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Fig. 8 Maintenance en exposition
Légende Animaux-Animots, Frac des Pays de la Loire, Carquefou, 2011.
Crédits Photo: © Frac des Pays de la Loire
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3445/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Guilloux, « Exposition et conservation de Tolstoï et les poules, une œuvre d’Oleg Kulik », CeROArt [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 18 août 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ceroart.revues.org/3445

Haut de page

Auteur

Béatrice Guilloux

Béatrice Guilloux est chargée de la collection et des restaurations au Frac des Pays de la Loire à Carquefou où elle travaille depuis de nombreuses années, après avoir suivi des études en conservation-restauration.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org