Navigation – Plan du site

Le chantier des collections du musée d'Elbeuf: un grenier d'oiseaux, une cave de mammifères et la conservation de curiosités

Johanna Kapp

Résumés

Le musée d’Elbeuf est un de ces musées dits mixtes, conservant 45 000 objets de sciences naturelles, d’archéologie, d’histoire locale et de beaux-arts. Devenu musée intercommunal en 2007, ses collections ont déménagé en 2010. Les transferts juridique et physique des collections ont été préparés par le récolement et le chantier des collections entre 2007 et 2010. Ce chantier a été pour nous l’occasion de découvrir les spécimens naturalisés et leurs problèmes dans des espaces multiples et inadaptés, le rythme soutenu du flux des opérations du chantier se relâchant lors de l’apparition d’objets curieux et « oubliés ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le « chantier des collections » est une succession d’actions de traitement des collections programmées, organisées et ordonnancées logiquement avec les opérations suivantes : récolement (identifier, localiser, inventorier et documenter les collections), évaluation de l’état des objets, traitements d’urgence, programme et mesures de conservation préventive, programme et mesures de conservation curative et de restauration, opérations de conditionnement, de transfert et de stockage. Un chantier des collections est une opération toujours spécifique, qui doit s’adapter au caractère des lieux et des collections du musée. Celui du musée d’Elbeuf est un exemple parmi d’autres. J’y ai travaillé d’octobre 2007 à juillet 2008 et je me suis essentiellement occupée d’une partie des collections zoologiques, dont les oiseaux et les mammifères naturalisés. Cet article entend rendre compte de l’expérience d’une jeune diplômée en conservation-restauration confrontée à la diversité de ce type de collection.

2Fig. 1 Objets curieux sur une table de travail dans la réserve dite grenier de l’hôtel de ville, 2008

Fig. 1 Objets curieux sur une table de travail dans la réserve dite grenier de l’hôtel de ville, 2008

Poussin à quatre pattes et quatre ailes, inv. 2008.0.375, sur boîte avec pièces ostéologiques non identifiées.

Photo : © J. Kapp

Vers la « Fabrique des savoirs »

  • 1 Aujourd’hui les collections comprennent le fonds de zoologie, qui est un des plus importants du m (...)

3Le musée d’Elbeuf a ouvert ses portes en 1884. Installé au rez-de-chaussée de l’hôtel de ville, il accueille la collection, essentiellement ornithologique, de spécimens naturalisés de Pierre Noury, ancien préparateur et taxidermiste au muséum national d’Histoire naturelle de Paris, qui devient premier conservateur du nouvel établissement. Les taxidermies sont à l’origine toutes montées avec supports et perchoirs, statiques ou dans des positions en mouvement. Pierre Noury gère et continue à développer la collection ornithologique, mais ouvre également le musée vers d’autres domaines, notamment la peinture et la sculpture. La botanique ou les sciences de la terre intègrent ensuite le musée, avec plusieurs ensembles provenant de collections constituées par des naturalistes et érudits locaux. Parmi ceux-ci, citons Adrien Dollfus, Raoul Fortin, Léon Coulon, Henri Gadeau de Kerville ou Robert Olivier. Dans les années 1980 s’y ajoute l’archéologie, puis, à partir des années 1990, le patrimoine de l’industrie textile, entrée dans les collections à la suite des dernières fermetures d’usines à Elbeuf1.

4À l’ouverture, les salles d’exposition abritaient les collections entières en une présentation encyclopédique et spectaculaire. Dans les années 1990, avec la réorganisation des salles dans une approche « pédagogique », les présentations ont considérablement changé. Une grande partie des objets est alors rangée dans des réserves improvisées dispersées dans l’hôtel de ville. Ces espaces (grenier, prison, cave) étaient multiples, inadaptés et relativement éloignés les uns des autres.

5À partir de 2006, le projet d’un déménagement du musée dans une ancienne usine de l’industrie textile a commencé à prendre forme. Le musée s’installe en 2010 dans ce nouvel équipement, baptisé « la Fabrique des savoirs », bénéficiant d’une nouvelle muséographie et de meilleures conditions de conservation pour les objets non exposés, anciennement stockés dans les réserves assez sommaires de l’hôtel de ville. Le musée et la Fabrique des savoirs sont aujourd’hui des équipements de la CREA (communauté d’agglomération Rouen-Elbeuf-Austreberthe).

6L’inventaire et le récolement des collections ont été les étapes préalables indispensables à ce transfert de gestion.

Le chantier des collections

7Dans le cadre de cette restructuration, l’Agglo d’Elbeuf a fait appel en 2006 à une assistance à la maîtrise d’ouvrage, confiée au cabinet ABCD, qui a missionné sur cette opération Frédérique Vincent, restauratrice et consultante en conservation préventive. Celle-ci a rédigé le bilan sanitaire des collections. Son étude a montré qu’en dehors de l’important empoussièrement et de quelques traces d’infestations, les collections du musée étaient relativement en bon état. Le chantier des collections, préparatoire au déménagement, avait alors pour but d’installer des collections « saines » mais dépoussiérées dans de nouveaux locaux eux-mêmes sains.

8L’étude préalable évaluait également les besoins humains et matériels nécessaires à la planification et à l’organisation des travaux, ainsi qu’au traitement de l’ensemble des collections de type et d’origine très variés. L’équipe permanente du musée comptait alors trois personnes : le directeur, Nicolas Coutant, un attaché de conservation, Jérôme Tabouelle, et une secrétaire. Cette équipe réduite travaillait intensivement au projet muséographique et au projet de restructuration et ne pouvait mener seule ce chantier. L’Agglo a donc recruté en janvier 2007 une restauratrice, Muriel Moser, qui avait précédemment participé au chantier des collections du musée du Quai Branly. Son expérience lui permettait de démarrer le chantier du musée d’Elbeuf sans formation supplémentaire. D’octobre 2007 à juillet 2008, j’ai été recrutée pour la seconder pendant sa grossesse et la relayer pendant son congé de maternité.

9Le chantier a consisté en une phase préparatoire incluant le récolement, le dépoussiérage, des mesures conservatoires, le conditionnement et l’emballage, et s’est terminé par le déménagement et l’installation des collections en réserves. L’étude préalable avait déterminé la sensibilité et la fragilité de chaque groupe typologique d’objets et le protocole à suivre pour les déménager en toute sécurité. Chaque objet a alors été individuellement préparé pour le transport. Le conditionnement était conçu pour réduire la manipulation directe de l’objet, les matériaux et les techniques étant choisis en fonction des caractéristiques physiques de l’objet et des conditions climatiques. La date du déménagement ne pouvant être fixée que tardivement et risquant d’être décalée en fonction des aléas du chantier architectural, il a été décidé de ne pas conditionner l’ensemble des collections. En attendant le déménagement, la plupart des objets devaient rester accessibles afin de pouvoir détecter d’éventuels problèmes de conservation. Le musée ne disposait en outre d’aucune place de stockage supplémentaire pour des collections entièrement conditionnées nécessitant pourtant une importante quantité de caisses et de matériel d’emballage et demandant donc beaucoup de place.

Les conditions

10La réhabilitation du nouveau musée n’étant pas achevée, il n’était pas possible de faire se succéder des périodes de travail sur les collections encore en place à l’hôtel de ville et des périodes de transfert et d’installation. En théorie, le chantier aurait dû être conduit progressivement, réserve par réserve, pour finir par les objets en exposition afin de laisser le musée entièrement ouvert au public le plus longtemps possible. Dès le départ il a fallu fermer une salle d’exposition et procéder à de nouveaux aménagements pour installer des tables de travail sur lesquelles effectuer les opérations du chantier, les réserves étant elles-mêmes encombrées et sales.

11Les collections conservées dans la réserve dite la cave, au sous-sol de l'hôtel de ville, étaient constituées de taxidermies de mammifères et de quelques oiseaux, de bocaux, de minéraux et d’ostéologie. L’accès à cette réserve était difficile, notamment pour le mouvement des collections : il nécessitait la traversée des arrière-bureaux d’un service municipal, l’emprunt d’un escalier peu sécurisant et d’un couloir en terre battue impraticables avec des chariots. Par ailleurs, l’environnement de la cave n’était pas sain, très empoussiéré et très humide malgré l’installation d’un déshumidificateur. Il a donc été décidé de remonter toutes les taxidermies à mesure qu’elles étaient traitées, et de les installer en attendant le déménagement dans une salle d’exposition du musée dite salle gallo-romaine.

12Fig. 2 La réserve de la cave de l’hôtel de ville avant le chantier des collections, 2008

Fig. 2 La réserve de la cave de l’hôtel de ville avant le chantier des collections, 2008

Les oiseaux naturalisés de grandes dimensions sont stockés sur des étagères sommaires dans un environnement humide et très empoussiéré.

Photo : © J. Kapp

13Au grenier, où j’étais affectée, étaient conservés la collection ornithologique, les peintures, les sculptures, les registres textiles, les coquillages, les insectes, de la documentation, des journaux…

14Les conditions de conservation y étaient difficiles malgré les efforts de l’équipe du musée pour parer au manque de moyens qui avaient jusque-là pu être apportés à l’entretien de ces espaces. Le climat présentait de grands écarts de température et d’humidité relative sur l’année dus à l’état du bâtiment (simple vitrage, humidité des murs d’extérieur après un ravalement, infiltrations par les murs, le plafond et les fenêtres, chauffage non réglable). Enfin, l’espace était encombré, avec des objets dépassant des étagères ou posés à même le sol par manque de place et rendant la circulation, la manutention et les manipulations difficiles.

15La collection de peinture a été déplacée vers une salle d’exposition qui a alors été fermée. Mais du fait du manque d’espaces supplémentaires, les conditions de conservation ont été jugées acceptables pour la collection ornithologique. Un espace de travail et des conditions de stockage relativement corrects ont été aménagés au fur et à mesure dans les lieux mêmes. Les étagères sur lesquelles les spécimens traités reprenaient place (après le récolement et le dépoussiérage) ont été entièrement bâchées avec un film plastique polyéthylène afin de protéger les objets de la poussière. Ainsi ils restaient visibles et facilement accessibles. Les murs ont dû être nettoyés et également bâchés pour que les infiltrations n’atteignent pas directement les objets.

16Fig. 3 Aménagement de l’espace dans le grenier, 2008

Fig. 3 Aménagement de l’espace dans le grenier, 2008

Avant l’intervention, les petits spécimens sont écrasés par les fiches d’inventaire. Après dépoussiérage et récolement, les oiseaux naturalisés sont rangés dans les mêmes étagères qui sont alors bâchées en attendant le transfert.

Photos : © J. Kapp

La taxidermie

17La taxidermie présente des altérations très variées : empoussièrement, voire encrassement, infestations anciennes, déformations, déchirures, éclatements, manques, corrosion, problèmes de structure et de stabilité dans les montages. Les fourrures ou les plumes sont encrassées, ou décolorées. Les oiseaux de la cave étaient particulièrement encrassés et la plupart présentaient des moisissures humides entre les rémiges, sur la queue et les ailes, et notamment sur les parties cachées. On trouve des mues d’insectes principalement sur les pattes, entre les doigts ou dessous, dans la fourrure plutôt sous l’animal aux endroits sombres et cachés, le ventre par exemple. Certains animaux étaient déformés par une position prolongée contre un mur ou contre un autre spécimen (déformation du plumage…). On constatait également des déchirures : cous cassés voire décapitations pour de petits oiseaux, et des manques : les yeux, les pattes… Les armatures en fer étaient souvent corrodées, parfois cassantes ou cassées. Elles coloraient la peau et provoquaient des éclatements du montage, surtout au niveau des pattes, et faisaient « craquer » la peau.

Fig. 4 Altérations des plumes, 2008

Fig. 4 Altérations des plumes, 2008

Empoussièrement et encrassement, pertes et manques dus aux anciennes infestations par des insectes, moisissures.

Photos : © J. Kapp, M. Moser

Fig. 5 Altérations de la taxidermie (I), 2008

Fig. 5 Altérations de la taxidermie (I), 2008

Manques d'yeux et de pattes, déchirures de la peau, décapitations chez les petits oiseaux.

Photos : © J. Kapp

Fig. 6 Altérations de la taxidermie (II), 2008

Fig. 6 Altérations de la taxidermie (II), 2008

Déchirure et ancienne réparation avec du ruban adhésif sur la mâchoire d’une biche. Oxydation des systèmes de fixation et des armatures en fer, ce qui provoque des colorations et éclatements de la peau et des problèmes de structure.

Photos : © J. Kapp, © M. Moser

  • 2 D’après hawks, c., “Historical survey of the sources of contamination of ethnographic materials i (...)

18Le travail sur des animaux naturalisés et dans leur lieu de stockage doit s’accompagner d’une conscience aiguë des risques de travail. Le dépoussiérage doit être réalisé avec des précautions sanitaires : port de masques anti-poussière, port de gants en nitrile et de combinaisons de travail ou de blouses, ventilation des locaux, utilisation d’un aspirateur équipé d’un filtre HEPA. En effet, selon les époques, les taxidermies ont été réalisées avec des produits dangereux, l’arsenic par exemple. Les collections ont été très probablement régulièrement traitées avec des produits assez toxiques. Les taxidermies ainsi que les locaux doivent donc être considérés comme contaminés et le travail s’effectue a priori sur des collections contenant des produits toxiques non identifiés. Les produits suivants sont potentiellement présents dans les collections d’histoire naturelle du musée d’Elbeuf : des sels d’arsenic, dans les collections anciennes de taxidermie, éventuellement dans les anciens herbiers et les collections ethnographiques ; des sels de mercure, peut-être dans les anciens herbiers et éventuellement les collections anciennes de taxidermie ; de l’hexachlorure de benzène (ex. lindane) ; du dichloro-diphényl-trichloréthane (DDT) ; du dichlorvos (Vapona®) ; du paradichlorobenzène, appliqué sur les collections de taxidermie dans les vitrines jusqu’en 2003-2004, une fois par an ; du créosote de hêtre, appliqué sur les collections d’insectes jusqu’à récemment tous les six mois ; du cyanure sur certaines collections d’insectes2. La présence de ces produits toxiques a également motivé mon recrutement, afin de ne pas retarder le chantier pendant la grossesse de Muriel Moser qui, pour des raisons de sécurité, ne pouvait plus travailler sur les taxidermies et dans des locaux contaminés.

19Le nettoyage pendant le chantier des collections se réduit pour la plupart des objets à un dépoussiérage à sec sans s’attarder sur un nettoyage esthétique. Il doit permettre de manipuler les objets sans soulever ni disperser les poussières.

20Pour les taxidermies, on utilise l’aspirateur et le pinceau. Bien évidemment on travaille dans le sens du poil ou de la plume. Cette technique permet de dépoussiérer un objet fragile ponctuellement aux endroits en bon état sans toucher aux parties délicates.

21Lorsque le temps s'y prêtait et que nous devions travailler sur de gros spécimens particulièrement encrassés, nous opérions à l'extérieur avec de l’air comprimé.

22Les opérations de consolidation sont des interventions minimes strictement destinées à assurer la « transportabilité » des taxidermies. Les fils métalliques des armatures et des systèmes d’accrochage et de fixation sont traités avec un produit antirouille si la corrosion est active. La rouille est éliminée mécaniquement. Au moindre doute sur une éventuelle infestation par des insectes, les spécimens concernés sont isolés et surveillés. Nous avons eu deux cas d’infestation sur des objets exposés qui ont été traités par congélation pendant six semaines. Les parties mobiles sont ligaturées. Tous les petits éléments détachés (dents, griffes, plumes, yeux, etc.) sont déposés dans des sachets en polyéthylène qui sont alors accrochés à l’objet. Les matériaux utilisés sont de la mousse polyéthylène (plaque, rouleau), du carton plume, du ruban et du fil de coton blanc. On réalise des supports en mousse, des calages et des plateaux de montage qui facilitent la manipulation. Les montages sont plus ou moins stables, parfois il n’y a plus de socle ou de support, il faut donc repositionner les spécimens sur un support adapté. Par exemple, pour que la queue d’une chouette ne traîne plus, il a fallu la surélever sur un socle provisoire.

23Fig. 7 Conditionnements, 2008

Fig. 7 Conditionnements, 2008

Conditionner les taxidermies pour assurer leur conservation, faciliter la manipulation et préparer le déménagement. Ligaturer des pièces avec du ruban de coton blanc, concevoir des supports en carton plume ou en mousse de polyéthylène.

Photos : © J. Kapp

Inventaire, récolement et création d'une base de données

24Outre les opérations de conditionnement et de manutention, il était important de pouvoir suivre la localisation de chaque objet avant, pendant et après le transfert. La logistique pour la gestion des collections a été immédiatement mise en place. Chaque objet récolé et conditionné a été situé géographiquement (marquage des contenants et des étagères) et répertorié dans une base de données informatique. Cela permet leur traçabilité durant leur transfert et leur localisation future après rangement.

25Le récolement a été l’occasion de faire le point sur l’état de l’inventaire. Les registres ayant totalement disparu ou n’ayant jamais été établis de manière rationnelle, l’inventaire se matérialisait sous plusieurs formes : registres, fiches cartonnées, dossiers. Pour certains domaines, les objets avaient reçu des numéros d’inventaire alors que d’autres n’étaient que répertoriés sur des listes. Excepté quelques tableaux sur Excel et une tentative sur un logiciel nommé SNBase développé par la société Mobydoc, très peu d’objets étaient informatisés. Le chantier des collections était donc l’occasion de dresser l’inventaire complet, d’informatiser les fiches existantes et d’ouvrir des dossiers d’œuvres réunissant la documentation.

26Dans le cas de la collection ornithologique, une seule fiche servait en général de référence pour plusieurs spécimens de la même espèce. Elle comportait diverses annotations manuscrites et était peu explicite pour les spécimens en tant qu’objets faisant partie d’une collection. En effet, elle empruntait à la zoologie un système de classement obsolète. L’ensemble de ces fiches constituait une forme d’inventaire sommaire et était conservé avec les objets répertoriés, pratique peu recommandable en raison des risques de perte d’informations. Dans le grenier nous avons d’ailleurs rapidement constaté qu’il était impossible de gérer le conditionnement des oiseaux avec leurs fiches cartonnées de grandes dimensions. Même si l’étude préalable préconisait qu’« il [fallait] s’assurer de ne pas dissocier l’objet et sa fiche, sous risque de perdre les informations essentielles à leur identification », il s’est avéré que ces fiches étaient physiquement nuisibles à la conservation car elles écrasaient les spécimens de petites dimensions.

27Un autre problème s’est rapidement posé : celui de l’identification des spécimens. Les étiquettes d’origine sont assez rares. Elles sont en papier avec des annotations manuscrites concernant la provenance, l’identification, la date, le collecteur, etc. Ces étiquettes pouvaient être collées ou attachées sous le socle (coincées sous une autre étiquette), attachées aux pattes, ou coincées sous une aile. On trouvait également des étiquettes de couleur jaune orangé, manuscrites, qui datent probablement de l’époque où les collections étaient exposées de manière encyclopédique. Elles comprenaient le nom scientifique, la provenance et le genre du spécimen ainsi que des annotations concernant la collecte. Les informations sont peu fiables car les étiquettes ont été interchangées ou perdues lors des différents mouvements. Il y a souvent confusion entre mâle et femelle, jeune et adulte, parfois l’étiquette est attachée à une espèce différente. Un troisième type d’étiquette comportait un numéro d’inventaire selon un classement scientifique. Dans certains cas le spécimen n’occupait plus son socle d’origine et l’étiquette se trouvant en dessous n’avait plus aucun sens et prêtait à confusion. On pouvait également rencontrer de curieux objets, sans indication aucune.

Fig. 8 Une table de travail, 2008

Fig. 8 Une table de travail, 2008

Des roitelets lors du récolement.

Photo : © J. Kapp

Fig. 9 Objet curieux sans aucune indication d’identification ou de provenance, 2008

Fig. 9 Objet curieux sans aucune indication d’identification ou de provenance, 2008

Tête de coq avec ergots greffés, inv. 2008.0.750.

Photo : © J. Kapp

28En 2006, le type de logiciel sur lequel le musée devait travailler dans les années à venir n’était pas encore choisi. Afin de démarrer rapidement le chantier, nous avons donc opté pour le logiciel de base de données Access. En théorie, les données saisies devaient être plus tard facilement transférables sur d’autres systèmes de bases de données utilisés dans les musées de France. Sur Access, les différents champs ne sont pas prédéfinis et ont pu être développés et adaptés à la diversité des collections du musée d’Elbeuf à mesure de l’avancement du chantier. L’inventaire sur papier n’a pas été actualisé pendant le chantier mais les fiches ont été archivées en attendant que les informations soient vérifiées et intégrées dans la base de données.

  • 3 La numérotation de la Direction des musées de France est utilisée pour le numéro de récolement (X (...)

29Afin de recenser la totalité des collections, la saisie dans la base de données commençait par le numéro d’inventaire. Un numéro de récolement3 est attribué aux objets non inventoriés, dont l’étiquette est perdue ou pas attribuable de manière évidente, ou encore si le numéro est un doublon. Avec l’informatisation, il devenait possible de constituer des fiches pour chaque objet, ce qui libérait de la contrainte du rangement des oiseaux par familles. La gestion des réserves s’en est trouvée optimisée : rangement des spécimens par leurs dimensions tout en permettant que ceux-ci restent parfaitement traçables.

30Le but de la saisie informatique, parallèlement au récolement, était aussi de créer une base de données utilisable et exploitable pendant le déménagement, renseignant l’état de conservation, la localisation actuelle, le contenant, les précautions particulières. Les champs ont été pensés en vue du transfert :

  • Lesdimensions rendent compte de l’encombrement maximal d’un objet. Les objets sont donc mesurés avec leur support, qu’il soit en bois ou en mousse polyéthylène (afin d’estimer les besoins en termes de place de stockage et pendant le transfert). Quand plusieurs spécimens sont montés sur un même support, on retient les dimensions de l’ensemble.

  • L’état de conservation a été évaluéindividuellement, par échantillons ou par lots afin d’intervenir immédiatement, de proposer des conditions de stockage ou de donner des conseils pour le transport. Les manques sont indiqués également afin de préciser par exemple si l’objet est exposable.

31Pour terminer, il est intéressant de se pencher plus précisément sur un exemple de saisie informatique :

32Fig. 10 Exemple de la saisie informatique dans la base de données, 2008

Fig. 10 Exemple de la saisie informatique dans la base de données, 2008

Saisie informatique pour L’agnelet monstrueux, inv. 2008.0.795.

Photo : © J. Kapp

33L’agnelet monstrueux porte le numéro d'inventaire 2008.0.795, qui est un numéro de récolement. Les champs « nom scientifique », « ordre », « famille », « sexe », « âge » et « saison » ne sont pas remplis puisque l’on ne dispose d’aucune information. Dans le champ « remarques », sont saisies les informations indiquées sur l’objet même : étiquette manuscrite sous support, « Agnelet monstrueux de la famille des sycéphaliens et du genre synote. Ce spécimen a été décrit et représenté par Henri Gadeau de Kerville dans le Bull. de la Soc.DesAmis des Science.natur. de Rouen (2e sem. 1906) ». « L’état de conservation » est moyen. Dans le champ « observations sur l'état de conservation » sont précisées les mentions suivantes : encrassé, pattes « supérieures » dégradées : déchirures de la peau, deux éléments dans sachets à part (oreille, une partie d'une queue), oreilles du « haut » fragiles (risque de désolidarisation).

Conclusion

34Je ne peux affirmer si cette base de données a rendu le service attendu, n’ayant pas suivi le déménagement ni l’installation des objets en réserve ou dans les nouveaux espaces d’exposition permanente. Il m’est en revanche possible de dresser un bilan de cette période durant laquelle j’ai accompagné et en partie mené le projet de chantier des collections de manière autonome.

35Tout d’abord, je voudrais souligner l’importance du temps d’adaptation qui m’a été nécessaire. Pour un profane en sciences naturelles, travailler sur un tel type de collection, effectuer le récolement, et donc mener un réel travail d’identification sur des spécimens naturalisés n’est pas chose facile. Vers la fin du chantier, ma connaissance de la classification scientifique des oiseaux, noms latins inclus, avait toutefois largement progressé. Pour chiffrer un peu le travail d’identification, rappelons le nombre de numéros de récolement attribués pour la collection d’ornithologie : 675 sur 1 750 spécimens récolés (donc environ 40%). Assez souvent, j’ai dû m’incliner et abandonner la détermination de spécimens sans étiquettes en raison d’une documentation trop lacunaire. Cette frustration ne doit pas faire oublier que bien souvent seul un spécialiste en zoologie peut réaliser une détermination de manière assurée.

36Fig. 11 Conservation des taxidermies dépoussiérées et conditionnées dans une vitrine des salles d’exposition en attendant le transfert, 2008

Fig. 11 Conservation des taxidermies dépoussiérées et conditionnées dans une vitrine des salles d’exposition en attendant le transfert, 2008

Au premier plan deux hermines sans support avec un conditionnement sur des plaques de mousse polyéthylène.

Photo : © J. Kapp

37L’étude préalable réalisée par le cabinet ABCD estimait que le traitement d’une taxidermie nécessitait en moyenne 20 minutes. Le traitement suite à la « découverte » d’ensembles d’objets « oubliés » et curieux a souvent nécessité un temps bien plus long. Le temps d’intervention sur les objets est d’ailleurs très variable. Il dépend naturellement de leur taille et de leur état de conservation, qui déterminent les mesures à entreprendre ; il dépend également du niveau d’encrassement, de la structure et du soclage, du traitement des moisissures et de la nécessité ou non d’un conditionnement particulier. Le récolement a également considérablement influé sur le calendrier des opérations ; la recherche documentaire, la documentation photographique, le marquage et la saisie informatique des données le ralentissant sensiblement. En général, toutes les opérations étaient effectuées par la même personne : par manque de place et de personnel, pour rendre le travail plus efficace les tâches ne pouvaient que rarement être partagées.

38Par ailleurs, l’étude préalable ne comptabilisait pas le temps consacré aux travaux annexes nécessaires, comme l’aménagement et le nettoyage des espaces (laver les murs, bâcher les rayonnages), le marquage des étagères et des contenants, le mouvement des œuvres, le classement des fiches de l’inventaire, le travail sur la base de données et sa mise en forme, la documentation de ce travail, la recherche, la comparaison des prix des fournisseurs, les commandes de matériel… L’expérience a montré qu’environ un tiers du temps de travail est consacré à ces travaux secondaires.

39Rétrospectivement, les contraintes ayant pesé sur ce chantier des collections paraissent innombrables : équipe en nombre restreint, manque d’espace de travail et de stockage, diversité des collections, risques liés à certains types de collections, caractère lacunaire des inventaires et de la documentation… Pourtant, une solution a toujours été trouvée, grâce au dynamisme de l’équipe et au soutien de la collectivité en charge du projet. Toutes ces opérations menées dans l’ombre ont permis la renaissance de ce musée, qui constitue aujourd’hui un équipement majeur pour la connaissance du patrimoine normand.

Haut de page

Bibliographie

institut canadien de conservation,Entretien des spécimens naturalisés et des peaux, notes de l’ICC, n°8/3, 1988.

hawks, c., « Historical survey of the sources of contamination of ethnographic materials in museum collections », Collection Forum, vol. 16 (1-2), 2001.

dickinson, j.a., « Taxidermy », dans Conservation of leather and related materials, Oxford, 2006, chap. 14, p. 130-140.

kite, m., « Furs and furriery: history, techniques and conservation », dans Conservation of leather and related materials, Oxford, 2006, chap. 15, p. 141-169.

coutant, n., « Elbeuf-sur-Seine (Seine-Maritime) : La redécouverte d'un musée », dans La Revue des musées de France, n°1, février 2011, p. 15-17.

coutant, n., « Le musée de l’Agglo d’Elbeuf : identité et modèles », in Anne-Solène Rolland et Hanna Murauskaya, De nouveaux modèles de musées ? Formes et enjeux des créations et rénovations de musées en Europe, xixe-xxie siècles, Paris, 2008, p. 179-193.

coutant, n., lauranceau, e., « Une nouvelle réhabilitation de l’usine Blin & Blin à Elbeuf », L’Archéologie industrielle en France, n°59, 2011, p. 28-37.

coulon, l., Museum d’Histoire Naturelle d’Elbeuf, Catalogue, Classe des Oiseaux (collection européenne), Elbeuf, 1897.

tabouelle, j., « Le Musée d’Elbeuf », La Lettre de l’OCIM, à paraître en juin 2013.

Haut de page

Notes

1 Aujourd’hui les collections comprennent le fonds de zoologie, qui est un des plus importants du musée, avec près de 22 000 spécimens : 2 120 oiseaux, 366 mammifères, 179 reptiles et amphibiens, 112 poissons, 200 arthropodes crustacés, 1 200 (boîtes) arthropodes insectes, 17 500 gastéropodes et bivalves, 70 coraux, 200 bocaux, 92 ostéologies, 275 boîtes d’œufs ; le fonds botanique est constitué de 191 herbiers ; la minéralogie compte 3 000 objets ; la paléontologie 6 350 fossiles ; le fonds archéologique 2 000 objets préhistoriques, 700 objets gallo-romains, une centaine d’objets médiévaux ainsi que quelques pièces mérovingiennes et vikings ; le fonds textile industriel se compose de 30 machines, de 150 registres d’échantillons textile, d’une trentaine de boîtes de tissus contenant plusieurs milliers d’échantillons, d’une trentaine de bobines, ainsi que des 441 objets d’un laboratoire de teinture (Piger) ; le fonds beaux-arts comporte environ 150 peintures, une trentaine de sculptures et environ 200 pièces d’arts graphiques.

2 D’après hawks, c., “Historical survey of the sources of contamination of ethnographic materials in museum collections”, Collection Forum, vol. 16 (1-2), 2001.

3 La numérotation de la Direction des musées de France est utilisée pour le numéro de récolement (XXXX.0.X) : l’année suivie du chiffre zéro (pour indiquer l’action du récolement) et d’une numérotation continue, toutes collections confondues.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Objets curieux sur une table de travail dans la réserve dite grenier de l’hôtel de ville, 2008
Légende Poussin à quatre pattes et quatre ailes, inv. 2008.0.375, sur boîte avec pièces ostéologiques non identifiées.
Crédits Photo : © J. Kapp
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3417/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 La réserve de la cave de l’hôtel de ville avant le chantier des collections, 2008
Légende Les oiseaux naturalisés de grandes dimensions sont stockés sur des étagères sommaires dans un environnement humide et très empoussiéré.
Crédits Photo : © J. Kapp
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3417/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3 Aménagement de l’espace dans le grenier, 2008
Légende Avant l’intervention, les petits spécimens sont écrasés par les fiches d’inventaire. Après dépoussiérage et récolement, les oiseaux naturalisés sont rangés dans les mêmes étagères qui sont alors bâchées en attendant le transfert.
Crédits Photos : © J. Kapp
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3417/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 4 Altérations des plumes, 2008
Légende Empoussièrement et encrassement, pertes et manques dus aux anciennes infestations par des insectes, moisissures.
Crédits Photos : © J. Kapp, M. Moser
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3417/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 5 Altérations de la taxidermie (I), 2008
Légende Manques d'yeux et de pattes, déchirures de la peau, décapitations chez les petits oiseaux.
Crédits Photos : © J. Kapp
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3417/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 6 Altérations de la taxidermie (II), 2008
Légende Déchirure et ancienne réparation avec du ruban adhésif sur la mâchoire d’une biche. Oxydation des systèmes de fixation et des armatures en fer, ce qui provoque des colorations et éclatements de la peau et des problèmes de structure.
Crédits Photos : © J. Kapp, © M. Moser
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3417/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 7 Conditionnements, 2008
Légende Conditionner les taxidermies pour assurer leur conservation, faciliter la manipulation et préparer le déménagement. Ligaturer des pièces avec du ruban de coton blanc, concevoir des supports en carton plume ou en mousse de polyéthylène.
Crédits Photos : © J. Kapp
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3417/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Titre Fig. 8 Une table de travail, 2008
Légende Des roitelets lors du récolement.
Crédits Photo : © J. Kapp
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3417/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 9 Objet curieux sans aucune indication d’identification ou de provenance, 2008
Légende Tête de coq avec ergots greffés, inv. 2008.0.750.
Crédits Photo : © J. Kapp
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3417/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 10 Exemple de la saisie informatique dans la base de données, 2008
Légende Saisie informatique pour L’agnelet monstrueux, inv. 2008.0.795.
Crédits Photo : © J. Kapp
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3417/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Fig. 11 Conservation des taxidermies dépoussiérées et conditionnées dans une vitrine des salles d’exposition en attendant le transfert, 2008
Légende Au premier plan deux hermines sans support avec un conditionnement sur des plaques de mousse polyéthylène.
Crédits Photo : © J. Kapp
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3417/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johanna Kapp, « Le chantier des collections du musée d'Elbeuf: un grenier d'oiseaux, une cave de mammifères et la conservation de curiosités », CeROArt [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 18 août 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://ceroart.revues.org/3417

Haut de page

Auteur

Johanna Kapp

Johanna Kapp, née à Potsdam en 1979, a été diplômée de l’École supérieure des beaux-arts de Tours en conservation-restauration des œuvres sculptées en 2007. Suite à son travail au chantier des collections du musée d’Elbeuf (2007-2008), elle a suivi le cursus de muséologie au muséum national d’Histoire naturelle (2008-2009). Depuis 2009 elle vit à Berlin et travaille pour des musées, des archives, des associations et des clients privés dans les domaines de la conservation-restauration, de la muséologie et des champs attenants (restauration, conservation préventive, chantiers, conditionnement, saisie informatique, numérisation, traductions, etc.).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org