Skip to navigation – Site map

Étude comparative de substances bioactives pour la protection des biens patrimoniaux contre les insectes ravageurs

Grazia Nicosia, Fabien Fohrer, Yoanna Dechezleprêtre and Virginia Gisel de Billerbeck

Abstracts

Certain heritage collections get cyclically infested by pest insects. Currently used curative treatments are punctual eradication operations, but in no way do they prevent the chronic re-infestations of sensitive cultural objects. That is why certain repellent products are used preventively. But most of them have proved harmful to humans and many are about to be prohibited by European regulations and their national transcription. The use of essential oils, known for their effects on insects and their lower noxiousness, can be an interesting alternative. Consequently, the authors tested the repellent properties of a certain number of essential oils on Stegobium paniceum, an insect species found worldwide and broadly represented in heritage collections.

Top of page

Full text

Les auteurs remercient pour leur soutien scientifique le professeur Gérard Duvallet, ainsi que l'équipe du département de biologie de l'université Paul-Valéry Montpellier III, et Michel Martinez, entomologiste à l’INRA de Montpellier. Grazia Nicosia remercie pour leur soutien le Centre national des arts plastiques (CNAP), ministère de la Culture et de la Communication (allocation de recherche).

Introduction

  • 1 La directive communautaire 98/8/CE vise à assurer un niveau de protection élevé de l’homme, des ani (...)
  • 2 La directive communautaire 98/8/CE est transposée en partie dans le droit français par l’ordonnan (...)

1L'utilisation répétée d'insecticides dans la lutte contre les nuisibles a engendré d'importants problèmes environnementaux, sanitaires et économiques. Les résistances développées par certains arthropodes et la persistance de résidus toxiques dans l'environnement ont conduit l'Europe1et ses États membres2 à légiférer sur les autorisations de mise sur le marché des produits biocides. Le milieu patrimonial n'échappe pas à cette règle : des biocides employés jusqu’ici pour la protection des biens culturels (le paradichlorobenzène ou « boule à mite », la créosote de hêtre, le naphtalène, le camphre, le bromure de méthyle) ont été proscrits ou sont en phase d’interdiction.

  • 3 Recherche réalisée avec le soutien du Centre interdisciplinaire de conservation et de restauratio (...)
  • 4 Les huiles essentielles résultent du métabolisme secondaire des plantes et ont des fonctions insect (...)

2L’étude3 présentée ici a pour but la vérification de l'efficacité et de l'impact de certaines substances utilisées empiriquement dans le milieu patrimonial pour la protection contre les insectes. Cette recherche porte sur l’activité biologique des huiles essentielles4 utilisées seules ou en mélange pour la protection des collections. La composition des huiles essentielles varie selon plusieurs facteurs, entre autres le lieu de culture des plantes et le climat. C'est pour cette raison que nous avons étendu notre recherche aux composants majoritaires des huiles essentielles sélectionnées. Ces derniers étant synthétiques, ils ne sont pas soumis aux variations liées aux facteurs environnementaux comme dans le cas des huiles essentielles.

Matériel et méthodes

Expérimentation entomologique

Les substances testées

  • 5 sampson, j.b& al., “Insecticidal activity of 23 essential oils and their major compounds against (...)

3Le nombre d’huiles essentielles qui ont une action sur les insectes est extrêmement vaste5. Le spectre des substances est souvent circonscrit à certaines espèces et pour des actions ciblées : ovicides, larvicides, insecticides, répulsives.

  • 6 nicosia, g., Conserver les œuvres contemporaines naturalia. Étude des œuvres entomologiques de Jan (...)
  • 7 Entretien avec Rosemarie Heulin, responsable de l'atelier de restauration du musée du Quai Branly (...)
  • 8 Entretien avec Dominique de Reyer, ingénieur de recherche au Laboratoire de recherche des monumen (...)
  • 9 Jacques Auger, professeur, Écologie chimique - Biocides naturels, Institut de recherche sur la bi (...)
  • 10 wydler, i.,Vleesklomp (Pièce de viande), Jan Fabre, Mémoire de DNSEP, École supérieure d’art d’Avig (...)

4Des substances ont déjà été testées ou utilisées dans le domaine patrimonial6. Par exemple, l'huile essentielle de bois de rose a été testée contre les mites au musée du Quai Branly7. L'huile essentielle de clou de girofle a donné de très bons résultats en tant qu'ovicide contre la mite Tineola bisselliella (Hummel, 1823) lors de tests effectués à l'IRBI en collaboration avec le LRMH8. L'huile essentielle de géranium, très souvent citée comme agent répulsif, a été conseillée contre les anthrènes par Jacques Auger9, professeur à l'IRBI de Tours et utilisée dans une étude de fin de cycle à l'ESAA par Ingrid Wydler10.

5L’activité de certaines huiles essentielles ainsi que de leurs composants majoritaires purs ont été testés sur les insectes pour la protection des œuvres patrimoniales.

6Trois huiles essentielles pures, quatre composants majoritaires de synthèse et deux mélanges d’huiles essentielles ont été sélectionnés pour les essais (tableau 1). Le choix des substances testées a été établi en collaboration avec le laboratoire Elios à Nîmes,qui a fourni une partie des substances testées (huiles essentielles de bois de rose, de clou de girofle, de géranium et le mélange M2). L’eugénol et le géraniol proviennent de la société Prodasynth, le 1,8-cinéol et le linalol de la société Merck et le mélange M1 a été réalisé par un préparateur en pharmacie. En parallèle, leurs effets sur un large choix de matériaux patrimoniaux ont été vérifiés par des tests colorimétriques.

Tableau 1 : substances utilisées lors des expérimentations pour tester leur activité vis-à-vis des insectes

Tableau 1 : substances utilisées lors des expérimentations pour tester leur activité vis-à-vis des insectes

L’insecte choisi

  • 11 http://www1.montpellier.inra.fr/CBGP/insectes-du-patrimoine/?q=fr/fiche-insecte/stegobium-paniceu

7Le Stegobium paniceum11 (Linnaeus, 1758), insecte rencontré dans pratiquement toutes les institutions patrimoniales, a été choisi comme insecte-test du fait de sa grande mobilité, sa petite taille et son cycle de développement rapide.

8Appelé aussi la vrillette du pain, le Stegobium paniceum appartient à la famille des Anobiidae qui regroupe principalement des espèces xylophages. Cette espèce vit au contact de l'homme depuis des millénaires et on a même retrouvé des individus dans des momies égyptiennes datant de plus de 3 500 ans. Cet insecte polyphage de petite taille (2 à 3,7 mm de long) échappe souvent à l’observation lors de diagnostics, mais les dégâts qu’il occasionne peuvent être très importants.

9La polyphagie de la vrillette du pain est extraordinaire, du moins en ce qui concerne la larve, car l’adulte ne s’alimente pas du tout au cours de sa courte existence. C'est avant tout un dangereux ravageur des denrées alimentaires et surtout celles qui contiennent de l'amidon.

Fig. 1 Larve de Stegobium paniceum (L.)

Fig. 1 Larve de Stegobium paniceum (L.)

Larve de Stegobium paniceum (L.), vue de profil (taille : 5 mm).

Photographie  ©Fabien Fohrer

Fig. 2 Adulte de Stegobium paniceum (L.)

Fig. 2 Adulte de Stegobium paniceum (L.)

Adulte de Stegobium paniceum (L.), vue de dessus (taille 3,5 mm).

Photographie ©Fabien Fohrer

10Comme son nom commun l’indique, il affectionne particulièrement le pain et ses dérivés, tout support en papier, le blé, le riz, les céréales transformées (tapioca, farine), les haricots, les pois, les épices (piments, gingembre, curcuma, coriandre, safran), le pain d’épice, les pâtisseries, les pâtes alimentaires, les plantes séchées (rhubarbe, réglisse), les graines (anis, fenouil, coriandre, cumin), les amandes, le chocolat, le thé, le café, le cacao, le tabac, le bambou, l’osier, les laines, les poils, les cheveux, les herbiers, le liège, et bien d’autres denrées stockées dans les réserves et entrepôts.

  • 12 fohrer, f, basle, k., daniel, f., « Problématique de l'infestation des colles de rentoilage des pei (...)

11C'est aussi un hôte habituel des musées où il s’attaque aux collections entomologiques, aux animaux naturalisés, cuirs, reliures (notamment celles en peau de porc), archives, parchemins… Il nuit particulièrement aux tableaux anciens qui ont subi un rentoilage à la colle à base de pâte ou de farine12. Les très petits trous ronds de 1 à 1,5 mm qu’il fore sur les matières infestées avant de prendre son envol sont un indice de sa présence. Lors de ses déplacements et en cas de nécessité, il peut même percer de minces feuilles de plomb.

12Dans les intérieurs chauffés avec une température constante, le nombre de générations peut être de trois ou quatre par an.

Le milieu d’élevage

13Le Stegobium paniceum estélevé dans des boîtes en plastique (24 × 18 × 10 cm), munies de moustiquaire, contenant un milieu d’élevage constitué de croquettes (Tetra Pond Sticks®) normalement utilisées pour l’alimentation des poissons de bassin. Ces boîtes d’élevage sont ensuite placées dans un dessiccateur étanche, dans des conditions optimales de développement (26-28°C et 64-68% HR) afin d’obtenir l’émergence du maximum d’insectes adultes nécessaires pour les expérimentations.

Le montage expérimental pour tester l’activité sur les insectes

14Les expérimentations consistent à tester l’action répulsive, l’action sur la ponte et l’activité ovicide (actions des substances sur l’œuf, sans la sortie de la première larve) de substances, en laissant le choix aux insectes adultes de Stegobium paniceum de se déplacer au sein d’un espace clos et étanche constitué de plusieurs récipients qui contiennent des substances attractives (substrat alimentaire qui sert de milieu de ponte) et attractives et répulsives (substrat alimentaire qui sert de milieu de ponte en contact avec les substances répulsives testées).

15Chaque enceinte d’expérimentation est constituée d’une boîte transparente en plastique munie d’un couvercle (35 x 23 x 13 cm) qui contient un bécher de 400 ml (bécher A) qui donne accès à deux autres béchers de 100 ml (béchers B et C) au moyen de tubes en verre creux d’un diamètre de 3 mm.

Fig. 3 Montage expérimental

Fig. 3 Montage expérimental

Montage expérimental utilisé pour vérifier l’action de différentes substances testées vis-à-vis du Stegobium paniceum

Photographie ©Yoanna Dechezleprêtre

16Le substrat alimentaire qui sert de milieu de ponte aux insectes est constitué de 0,8 g de croquettes (Tetra Pond Sticks®). Il est collé au fond des deux béchers B et C avec de la gomme arabique alors que le bécher A est vierge de toute nourriture et permet de recevoir les insectes au début de l’expérimentation. Ce dernier bécher est muni d’une solution saturée de nitrite de sodium, placée dans un petit cristallisoir d’un diamètre de 5 cm, recouvert d’un filtre en microfibre de verre (Whatman® GF/A, Ø70 mm) scellé avec de la gomme arabique, ce qui permet d’avoir une humidité ambiante constante de 64% HR à l’intérieur de l’enceinte, pour une température de la salle d’essai de 25°C, régulée par une armoire climatique.

17Un filtre papier (filtre à cigarette OCB® Regular Ø 6 mm, longueur 15 mm), imprégné de la substance répulsive, est collé avec de la gomme arabique au milieu de la paroi interne du bécher C. Cette substance est dosée avec une micropipette et injectée sur le filtre papier qui sera ensuite collé à la paroi du bécher. Cette étape doit se faire rapidement pour éviter toute évaporation de la substance hors du dispositif expérimental.

18Un capteur thermo-hygrométrique (Hygro bouton type 23, Proges Plus®) est placé dans la partie basse au sein du bécher C.

19Les trois béchers sont placés retournés sur une plaque de verre et sont étanchéifiés avec de la Plastiline® (J. Herbin) lors de la mise en place des insectes et de la substance à tester. Ce système en vase clos et hermétique permet aux insectes de se déplacer indifféremment au sein des différents béchers par l’intermédiaire des tubes en verre creux, et permet ainsi de vérifier des propriétés répulsives ou non des substances testées.

20Chaque boîte d’expérimentation recevra une seule substance d’un volume connu.

Les expérimentations

  • 13 kashef, A., Etude biologique de Stegobium paniceum L. (Coleoptera Anobiidae) et de son parasite : L (...)

21Les adultes de Stegobium paniceum sont prélevés dès leur émergence de leur milieu d’élevage. Les mâles et les femelles sont directement triés et séparés. La séparation des deux sexes se réalise en récoltant les plus petits spécimens pour les mâles et les plus grands spécimens pour les femelles13.

22Cinq mâles et dix femelles de Stegobium paniceum sont placés par boîte d’expérimentation, l’accouplement se réalisant à l’intérieur de celle-ci. Les tubes de verre et le bécher B ont préalablement été placés et positionnés sur la plaque de verre. Les 15 insectes adultes prélevés sont placés dans le bécher A et au même instant, le filtre papier reçoit un volume de substance à tester et est rapidement collé sur la paroi du bécher C. Les deux béchers A et C sont ensuite rapidement placés sur la plaque de verre et étanchéifiés avec de la Plastiline®.

23Trois volumes ont été testés pour les 3 huiles essentielles seules, les 4 composés purs présents dans les huiles essentielles et les 2 mélanges d’huiles essentielles.

24Une enceinte d’expérimentation témoin est composée des deux béchers B et C, garnis du milieu de ponte, sans substance active.

25Les résultats sont exprimés de manière qualitative par l’infestation ou non du milieu de ponte des béchers en présence des substances testées (action répulsive, insecticide ou ovicide) et de manière quantitative par le nombre d’insectes (adultes, larves et œufs) présents au sein des différents éléments du montage.

26Le bécher B, qui ne contient que le milieu de ponte, peut être considéré comme un témoin quantitatif car il permet d’obtenir de nouvelles générations d’insectes adultes, qui peuvent à leur tour se déplacer dans l’ensemble du système confectionné (tableau 2).

27Un dénombrement des insectes (adultes et larves) présents dans les différents béchers est réalisé deux à trois fois par semaine pendant 515 jours d’expérimentation.

Protocole expérimental pour les tests de colorimétrie

28Des essais ont été réalisés afin de vérifier l'impact chromatique des substances sélectionnées sur des matériaux constitutifs représentatifs des biens culturels, ainsi que quelques matériaux destinés au conditionnement.

Matériaux testés

29Le tableau 2 présente les matériaux sélectionnés qui ont été exposés aux substances du tableau 1. Le choix s’est orienté vers les matériaux constitutifs des œuvres muséales les plus souvent rencontrés dans les domaines des beaux-arts, de l’art contemporain et des muséums d’histoire naturelle. Cette liste non exhaustive a été enrichie avec d’autres matériaux tels que le textile, le papier et les matériaux synthétiques afin d’élargir les données sur un plus large spectre de biens culturels et de matériaux d’emballage.

Tableau 2 : matériaux choisis pour étudier l’impact chromatique des substances bioactives

Tableau 2 : matériaux choisis pour étudier l’impact chromatique des substances bioactives

Dispositif expérimental

30Dix planches comportant 21 échantillons de matériaux ont été confectionnées etplacées en présence de substances bioactives. Les échantillons ont été coupés en carrés de 6 cm², sauf pour l’os, l’abeille et la plume qui ont des dimensions variables.

31Le relevé colorimétrique a été réalisé avec un appareil MiniScan XE plus HunterLab® et analysés à l’aide du logiciel Universal®. Trois mesures ont été relevées au dos de chaque échantillon référencé. Trois feuilles-planches ont été placées sous le plan de travail pour avoir un fond neutre qui ne modifie pas les relevés colorimétriques. Chaque planche a été placée dans des boîtes de 10 litres en présence des produits répulsifs suivants : les mélanges M2 et M1, le 1,8-cinéol, le géraniol, l’eugénol, les huiles essentielles de géranium et de bois de rose.

  • 14 Boîtes de 10 litres.

32Les planches sont ensuite conditionnées dans des boîtes hermétiques14 dans lesquelles nous avons disposé 15 filtres imbibés chacun de 0,2 ml soit une concentration de 3 x 10-4%.

33L'exposition a duré 230 jours soit plus de 7 mois.

Fig. 4 Échantillons exposés aux substances bioactives

Fig. 4 Échantillons exposés aux substances bioactives

Vue des échantillons en cours de test

Photographie ©Grazia Nicosia

Résultats

Résultats entomologiques

Les substances testées

34Les résultats obtenus sont regroupés dans le tableau 3.

Tableau 3 : résultat de l’évolution des populations de Stegobium paniceum (adultes, larves, œufs) soumises aux substances actives après 515 jours d’expérimentation

Tableau 3 : résultat de l’évolution des populations de Stegobium paniceum (adultes, larves, œufs) soumises aux substances actives après 515 jours d’expérimentation

Attractivité du substrat alimentaire des béchers B vis-à-vis des insectes adultes

35Sur la durée totale des essais (515 jours), il apparaît que plusieurs générations d’insectes adultes ont pu émerger à partir des béchers B.

36Le nombre total d’insectes par boîte d’expérimentation est important (en moyenne il est de 84 individus pour l’ensemble des essais, avec un maximum de 182 individus pour l’essai à 0,05 ml d’huile essentielle de géranium). De plus, les larves tombées et observées sur la plaque en verre de la partie basse des béchers B ainsi que les dégradations du substrat alimentaire, présentes en haut des béchers, indiquent que celui-ci a pu être facilement infesté par le Stegobium paniceum.

Fig. 5  Expérimentation du 1,8-cinéol à 0,05 ml

Fig. 5  Expérimentation du 1,8-cinéol à 0,05 ml

Bécher gauche (B) sans substance bioactive (dégradation du substrat alimentaire et présence de larves au sol) et bécher droit (C) avec substance bioactive (substrat alimentaire non dégradé).

Photographie © Grazia Nicosia

Fig. 6 : vue du dessus de l’expérimentation du 1,8-cinéol à 0,05 ml

Fig. 6 : vue du dessus de l’expérimentation du 1,8-cinéol à 0,05 ml

Le substrat alimentaire du bécher de droite (B) est attaqué par les larves de Stegobium paniceum.

Photographie © Grazia Nicosia

37Mis à part pour l’expérimentation en présence de l’eugénol à 0,05 ml, l’ensemble du substrat alimentaire de ces béchers, à toutes les concentrations étudiées, est infesté par le Stegobium paniceum. Le substrat de l’essai en présence d’eugénol a subi une croissance de moisissures qui a empêché les larves de Stegobium paniceum de se développer normalement et ainsi de poursuivre leur cycle de développement jusqu’au stade adulte.

38Néanmoins, dans ce bécher (sans substance répulsive), l’eugénol aux deux autres concentrations testées semble gêner significativement le cycle de développement larvaire jusqu’à l’apparition des adultes. En effet, plusieurs larves ont été dénombrées dans celui-ci (24 larves pour un volume de 0,1 ml et 32 larves pour un volume de 0,2 ml).

Effet répulsif des substances testées au sein des béchers C vis-à-vis des insectes adultes

39Pour l’ensemble des produits testés, les insectes adultes ont pu atteindre le bécher C, constitué du substrat alimentaire en présence de substances bioactives. Par contre, il n’est apparu aucun développement larvaire sur ce substrat, quelle que soit la concentration pour la quasi-totalité de ces béchers.

40Seul le mélange M2 et l’huile essentielle de géranium, au plus faible volume testé 0,05 ml, induisent un développement larvaire sur le substrat alimentaire, avec l’apparition de plusieurs générations d’insectes adultes. Le nombre total d’insectes adultes est d’ailleurs plus important que pour l’ensemble des autres substances testées et atteint 182 adultes pour le géranium et 151 adultes pour le mélange M2, alors que la moyenne de tous les essais est de 84 adultes. Cela s’explique par le fait que les deux béchers (B et C) ont été infestés et ont permis l’émergence de deux fois plus d'adultes.

41Vis-à-vis de la population d’insectes présents dans ces béchers, on remarque plusieurs tendances qui dépendent de la substance testée :

  • un effet du volume de la substance qui, lorsqu’elle augmente, provoque la diminution du nombre d’insectes présents dans le bécher. Cela est valable pour l’huile essentielle de géranium, le mélange M1, le linalol et l’eugénol ;

  • la présence d’un nombre plus important d’insectes dans le bécher C pour le volume à 0,1 ml par rapport aux volumes de 0,05 ml et 0,2 ml. Cela est valable pour l’huile essentielle de bois de rose, le 1,8-cinéol et le géraniol ;

  • la présence d’un nombre plus important d’insectes dans le bécher C pour le volume à 0,2 ml par rapport aux concentrations de 0,05 ml et 0,1 ml. Cela est valable pour le mélange M2.

42Sur l’ensemble des substances testées aux différents volumes, le bois de rose à 0,2 ml provoque la plus faible émergence du nombre d’insectes adultes, soit 43 adultes, c'est-à-dire deux fois moins que la moyenne de l’ensemble des expérimentations avec ce même volume.

Influence des substances répulsives sur la ponte des adultes de Stegobium paniceum

43Bien qu’il n’y ait pas de développement larvaire sur le substrat alimentaire des béchers C, on remarque que les adultes ont néanmoins pondu et un certain nombre d’œufs ont pu être dénombrés. Parmi ces œufs, certains sont restés intacts, d’autres se sont nécrosés et l’ensemble des œufs n’a pas éclos.

Fig. 7  Œufs de Stegobium paniceum

Fig. 7  Œufs de Stegobium paniceum

Oeufs de Stegobium paniceum retrouvés dans une anfractuosité du substrat alimentaire du bécher C de l’expérimentation en présence d’huile essentielle de géraniol à 0,05 ml.

Photographie © Fabien Fohrer]

44On remarque un effet du volume de la plupart des substances testées qui, lorsqu’il augmente, fait diminuer le nombre d’œufs pondus sur le substrat alimentaire présent dans les béchers C.

45Pour la concentration à 0,2 ml de l’ensemble des essais, aucun œuf n’a été dénombré sur le substrat de ces béchers, mis à part pour le 1,8-cinéol où 10 œufs ont été comptabilisés. Pour cette substance, il est à noter un nombre plus important d’œufs dans le substrat du bécher C pour la concentration à 0,1 ml par rapport à la concentration de 0,05 ml.

46À la concentration de 0,05 ml, on observe plus d’œufs pour le linalol (106 œufs) et pour l’huile essentielle de bois de rose (66 œufs), sans qu’il y ait eu d’éclosion et par conséquent de développement larvaire.

47La plus faible ponte (15 œufs) est obtenue à 0,05 ml pour l’huile essentielle de géraniol.

Discussion des résultats entomologiques

Activité répulsive des substances testées

48L’ensemble des résultats indique que toutes les substances testées dans les conditions d’essai en laboratoire ne possèdent pas de propriétés répulsives ni insecticides vis-à-vis du Stegobium paniceum. Les insectes adultes sont en mesure de pouvoir atteindre le substrat alimentaire en présence de ces produits considérés comme ayant des propriétés répulsives.

49De plus, même avec un dépôt de 0,05 ml de géranium et de mélange M2, les œufs pondus sur ce substrat alimentaire peuvent éclore et les larves se développer normalement dans l’environnement où ces substances sont présentes.

50L’eugénol est le composé qui présente la meilleure efficacité, car même s’il ne possède pas de propriétés répulsives, il permet de limiter significativement le développement larvaire (bécher B) en se diffusant à l’ensemble du montage, avec des volumes de 0,1 et 0,2 ml.

51Il empêche ainsi l’émergence d’une nouvelle génération et a fortiori, une nouvelle infestation. Du fait du développement de moisissures dans le substrat alimentaire de cet essai sans répulsif, un nouvel essai à 0,05 ml sera réalisé.

52Le bois de rose à 0,2 ml semble également avoir un effet inhibiteur du développement larvaire et permet de limiter de moitié l’émergence des adultes par rapport aux autres substances testées.

53Pour les autres substances, même si la population globale d’insectes présente au sein du montage complet de chaque expérimentation est légèrement inférieure au témoin, elle reste néanmoins élevée.

54Il y a donc peu d’influence en fonction du volume de ces substances sur la population globale au sein de l’ensemble de ces montages. Cependant, il faudrait connaître la quantité réelle de substance bioactive dans l’air de l’enceinte.

55Globalement, lorsqu’on dénombre les insectes en présence des substances testées, on remarque qu’un certain nombre d’entre elles (le géranium, le mélange M1, le linalol et l’eugénol) provoquent la diminution du nombre d’insectes adultes dans l’environnement, lorsque les volumes de ces dernières augmentent.

56De plus, pour certaines d’entre elles (le bois de rose, le 1,8-cinéol et le géraniol), le volume intermédiaire à 0,1 ml agirait comme un attractif pour les adultes de Stegobium paniceum car leur population augmente par rapport aux volumes de 0,05 ml et 0,2 ml.

57Ce phénomène est également observé pour le mélange M2, où le nombre d’insectes adultes présents est plus élevé avec 0,2 ml par rapport aux deux autres volumes.

Action sur la ponte et effet ovicide des substances testées

58Ces essais en laboratoire ont permis de mettre en évidence que, même si les substances testées n’ont pas une action répulsive significative, elles possèdent une forte activité ovicide et agissent directement sur la faculté qu’ont les adultes à pondre sur le substrat alimentaire.

59De manière générale, on observe une diminution du nombre d’œufs pondus par les adultes avec l’augmentation du volume de substance bioactive.

60Les différents résultats obtenus dépendent de la substance testée et du volume utilisé, ce que nous allons détailler ici.

61Le géranium et le mélange M2 à 0,05 ml n’ont pas d’activité sur la ponte ni sur l’éclosion des œufs, et le développement larvaire a pu se réaliser jusqu’au stade adulte et ainsi produire plusieurs générations d’insectes. À cette concentration, ces substances n’ont pas d’influence sur la ponte des adultes et aucune activité ovicide n’est observée.

62Le bois de rose et le linalol à 0,05 ml ont peu d’effet sur la ponte car le nombre d’œufs comptabilisés est important (66 et 106), mais les œufs n’ont pas éclos.

63L’activité de ponte est bien moins importante pour le 1,8-cinéol, l’eugénol et le géraniol (respectivement 31, 26 et 15 œufs), mais les œufs n’ont pas éclos. Enfin, à ce volume, l’ensemble de ces substances a peu d’influence sur la ponte des adultes, par contre une activité ovicide est observée.

64La plupart des substances à 0,1 ml ont une activité importante sur la faculté des adultes à pondre, le nombre d’œufs est limité (moins d’une dizaine) et ces œufs n’éclosent pas. Ces substances ont une forte influence sur la ponte des adultes et une activité ovicide est observée.

65Néanmoins, à ce volume, la faculté des adultes à pondre est bien plus importante pour le 1,8-cinéol (et dans une moindre mesure pour le bois de rose), car le nombre d’œufs pondus reste élevé avec un minimum de 43% d’œufs supplémentaires pondus. Ce volume semble donc stimuler les femelles à la ponte, mais les œufs n’éclosent pas et une activité ovicide est encore observée.

66En conclusion, la quasi-totalité des substances à 0,2 ml agit fortement sur la capacité des insectes adultes à pondre et aucun œuf n’est observé sur le substrat, mis à part pour le 1,8-cinéol où 10 œufs ont été dénombrés, mais sans éclosion. Ces substances inhibent donc de manière significative la ponte des adultes et une activité ovicide est également observée.

67Même si aucun œuf n’a été pondu sur le substrat alimentaire de la quasi-totalité des expérimentations en présence de ce volume, ces produits ne semblent pas présenter d’activité insecticide car les insectes adultes ont effectué des déplacements au sein de l’ensemble des espaces du montage.

Résultats des tests de colorimétrie

Données colorimétriques

  • 15 ∆E* est défini comme une mesure de la différence entre deux couleurs. L1, a1, b1 sont les coordon (...)

68Les acquisitions de données colorimétriques fournissent trois valeurs pour chacun des matériaux à t0 et t1 dans le système CieLab. L'aspect de surface très irrégulier de certains échantillons provoque des anomalies : une des trois valeurs était parfois fort différente des deux autres, il a donc été choisi d'exploiter les acquisitions des échantillons qui ne présentaient pas ces écarts de valeurs, tels que le calque polyester, le carton plume, le kraft, le papier permanent et le papier machine dont les résultats sont plus constants. Le tableau 4 et la figure 6 présentent la différence colorimétrique ∆E*15entre t0 et t1 (après 230 jours).

Tableau 4 : écarts-type et variations colorimétriques ∆E* (CieLab) entre entre t0 et t1 (après 230 jours)

Tableau 4 : écarts-type et variations colorimétriques ∆E* (CieLab) entre entre t0 et t1 (après 230 jours)

Fig. 8  Écarts-type et variations colorimétriques

Fig. 8  Écarts-type et variations colorimétriques

Écarts-type et variations colorimétriques ∆E* (CieLab) entre t0 et t1 (après 230 jours)

© Grazia Nicosia

69Les échantillons ayant été exposés aux substances testées et à la lumière naturelle, ils se sont tous colorés y compris le témoin.

  • La moyenne des valeurs de ∆E* varie de 1,14 pour le témoin à 3,68 pour l'eugénol ; ce dernier modifie donc de manière significative la couleur des matériaux exposés. En présence d’eugénol, la plus importante variation maximale et l’écart-type supérieur ont été mesurés.

  • Le géraniol ainsi que le mélange M1 induisent également d'importantes variations chromatiques.

  • Le linalol, l’huile essentielle de géranium et le mélange M2 induisent des variations chromatiques moyennes, tandis que les huiles essentielles de bois de rose et le 1,8-cinéol donnent les variations les plus faibles.

70D’après les résultats des variations colorimétriques moyennes, ces produits peuvent être classés par ordre croissant comme dans le graphique ci-dessus : bois de rose, 1.8-cinéol, linalol, géranium, mélange M2 géraniol, mélange M1, eugénol.

Observations visuelles des effets sur les matériaux

71Suite aux expérimentations, le 1,8-cinéol, les mélanges M1 et M2, l’eugénol et le géranium ont altéré le plastique (fig. 9) qui était en contact direct avec les filtres de cigarette imprégnés des substances. L’eugénol a dissous le corps du filtre en acétate de cellulose, seul le contour en papier a subsisté (fig. 10). Le bois de rose a seulement provoqué des auréoles d’un aspect laiteux, d’un centimètre de diamètre, autour des filtres. Le linalol pour sa part a provoqué de faibles auréoles et teinté légèrement les filtres. Enfin, le géraniol est la seule molécule qui n’a pas du tout attaqué le plastique, mais elle a fortement coloré le papier des filtres qui est devenu jaune (fig. 11). Ces substances ne sont donc pas appropriées pour les employer en contact direct avec les matériaux à traiter ou à protéger.

Fig. 9  Vue des altérations

Fig. 9  Vue des altérations

Les coupelles après expérimentation

Photographie © Yonna Dechezleprêtre et Fabien Fohrer

Fig. 10  Test en présence d’eugénol à 0,1 ml.

Fig. 10  Test en présence d’eugénol à 0,1 ml.

Légende : Le bécher de droite contenant l'huile essentielle est exempt d'insectes et de larves, contrairement au bécher de gauche (témoin sans huile essentielle). Noter le fort jaunissement du filtre papier et du tube de droite.

Photographie © Grazia Nicosia

Fig. 11  Vue des filtres papier après expérimentation

Fig. 11  Vue des filtres papier après expérimentation

L’eugénol a dissous le corps des filtres, le géraniol a fortement coloré le papier.

Photographie ©Yonna Dechezleprêtre et Fabien Fohrer]

Discussion des résultats colorimétriques

72L'emploi des huiles essentielles n'est pas sans conséquence. Toutes les substances testées ont un impact chromatique, le bois de rose et le 1,8-cinéol induisent les variations les plus faibles. Ces mesures chromatiques corroborent les observations visuelles. En effet, l'eugénol, composé de l’huile essentielle de girofle, et le mélange M1 induisent une modification importante de la couleur des matériaux, qui prennent une couleur rousse très marquée.

Conclusion

73Les huiles essentielles testées ainsi que leurs composés majoritaires ont empêché l’infestation du substrat alimentaire des béchers C, sauf pour le mélange M2 et l’huile essentielle de géranium à 0,05 ml où les larves ont pu se développer et décomposer ce substrat. Des œufs ont été détectés sur le substrat des autres essais, mais ceux-ci n’ont pas éclos, ce qui veut dire que ces substances ont une action ovicide importante.

74L’action de ces substances n’est pas proportionnelle à l’augmentation des volumes déposés sur le papier-filtre. Cependant, il faudrait connaître la quantité réelle de substance bioactive dans l’air de l’enceinte. Ce qui pourrait se calculer théoriquement en fonction de la volatilité des produits, ou bien se mesurer par analyse en CPG (par prélèvement, à l’aide d’une seringue étanche au gaz).

75De plus, une limitation des populations de cet insecte est nettement significative en présence des substances testées. En effet, ces produits ont une forte influence sur la capacité des adultes à pondre sur le substrat alimentaire et modifient ainsi sensiblement leur comportement de ponte. Au plus faible volume testé (0,05 ml), ces effets sont particulièrement intéressants pour le géraniol, mais également pour l’eugénol et le 1,8-cinéol et, dans une moindre mesure, pour le bois de rose et le linalol. Le 1,8-cinéol offre une bonne efficacité dans le contrôle de la population d’insectes à faible concentration (0,05 ml). Le bois de rose demande pour le même résultat une concentration quatre fois plus importante (0,2 ml).

76Par ailleurs, ces substances induisent de forts changements colorimétriques sur les matériaux étudiés et leur emploi n'est pas sans conséquence. Elles ont souvent des effets importants, tant sur les matériaux testés (phase volatile) que sur les plastiques sur lesquels elles sont placées (contact direct). Les tests de colorimétrie démontrent que les huiles essentielles les plus efficaces contre les insectes (eugénol, géraniol) modifient d'une manière importante la couleur des matériaux.

77Parmi les substances testées, le 1,8-cinéol est la substance qui présente le meilleur compromis entre l’activité biologique sur les insectes et la faible variation colorimétrique observée sur les matériaux.

78En étroite relation avec les tests colorimétriques, la réduction des concentrations utilisées lors de nouvelles expérimentations permettra peut-être de dégager et de retenir une ou plusieurs substances afin de prévenir efficacement des futures infestations et ainsi de protéger plus durablement les œuvres patrimoniales. Reste à trouver également le meilleur moyen de diffusion – diffusion « passive » sur un support adsorbant en céramique par exemple, ou bien diffusion « active » avec un diffuseur aérien – de ces produits, car il s’agit de molécules très volatiles, afin d’obtenir une rémanence dans le temps qui assurerait une protection à long terme tout en garantissant l’innocuité vis à vis des matériaux. Les expérimentations seront réalisées principalement avec des molécules de synthèse pour éviter la variation de la composition des huiles essentielles d’une année à l’autre.

  • 16 Le GECT et l’ECT (Géraniol Eugénol, Citral, Thymol,) micro encapsulé, dans des membranes de levur (...)
  • 17 Entomologiste médical, parasitologue, vétérinaire et professeur de biologie des populations et d' (...)

79De nouvelles formulations et molécules utilisées dans la recherche vétérinaire (le GECT, l’ECT, le Paramenthane, l’Etofenprox, le Diflubenzuron et Hexaflumuron)16mises au point et testées par le professeur Gérard Duvallet17 et son équipe, au département de biologie de l'université Paul-Valéry Montpellier III seront testées dans le contexte patrimonial.

Top of page

Bibliography

Billerbeck (de), V.G., Activité antifongique de l'huile essentielle de Cymbopogon nardus (L.) W. Watson sur Aspergillus niger (Van Tieghem), Évaluation d'un bioréacteur pour l'étude de l'effet inhibiteur de substances volatiles en phase vapeur, Thèse de doctorat, Institut national polytechnique de Toulouse, 2000.

Billerbeck (de), V.G., « Essais d’utilisation d’huiles essentielles en traitement de l’airdans Contamination biologique des biens culturels : causes, prévention et traitements, Paris, Elsevier, 2002, p. 345-361.

Billerbeck (de), V.G., Les huiles essentielles : perspectives d’applications en traitement préventif de l’air pour la protection des biens culturels, XIIème réunion de conservation et restauration, Musée national d’art de Catalogne, Barcelone, 3 et 4 mai 2010.

Boukhatem, M.N., Hamaidi, M.S., Saidi, F., Hakim, Y., « Extraction, composition et propriétés physico-chimiques de l’huile essentielle de géranium rosat (Pelargonium graveolens L.) cultivé dans la plaine de Mitidja (Algérie) », dans Nature et Technologie, juin 2010, n°3, p. 37-45.

Carolyn., L., Al., "Storage of natural history collections, a preventive conservation approach", dansSociety for the preservation of natural history collections SPNHC, 1995, vol. 1.

Carter, D., Walker, A.K., Care and conservation of natural history collections, Oxford, Butterworth-Heinemann, 1999.

Chaieb, K., Hajlaoui, H., Zmantar, T., Kahla-Nakbi, A.B., Rouabhia, Mmahdouani, K., Bakhrouf, A., "The chemical composition and biological activity of cloves essential oil, Eugenia caryophyllata (Syzigium aromaticum L.:Myrtaceae): a short review", dans Phytotherapy Research, juin 2007, n°21, p. 501-507.

Child, R. E., "Environmental and pest control in herbaria", dans Conservation and the herbarium, Leigh, The Institute of Paper Conservation, 1994, p. 1-4.

Corbel, V., Al., "Field efficacy of a new mosaic long-lasting mosquito net (PermaNet 3.0) against pyrethroid-resistant malaria vectors: a multi centre study in Western and Central Africa", dans Malaria journal, avril 2010, vol. 9, p. 113-125.

Couderc, V., Toxicité des huiles essentielles, Thèse d’exercice, École nationale vétérinaire de Toulouse - ENVT, 2001.

Fiorian, M-L., Heritage eaters, Insects and fungi in heritage collections, London, James & James, 1997.

Fohrer, F., Basle, K., Daniel, F., « Problématique de l'infestation des colles de rentoilage des peintures de chevalet par le Stegobium paniceum (L.) », dans Support tracé, 2006, n°6, p. 78-85.

Huiles essentielles ; Huiles essentielles et conservation des œuvres d’art. Nouvelles approches dans l’assainissement de l’environnement par des actifs d’origine végétale, appliquées à la conservation des biens culturels, Musée national des Arts et Traditions populaires, Paris, 2 et 3 décembre 1998.

Kingsley, H., Pinniger, D., Xavie-Rowe, A., Winsor, P., "Integrated pest management for collections", dans A pest odyssey, London, James & James, 2003.

Kumar, R., Srivastava, M., Dubey, N.K., "Evaluation of Cymbopogon martinii oil for control of postharvest insect deterioration in cereals and legumes", dans Food Prot, 2007, janvier 2007, n°70, p. 172-180.

Linnie, M-J., "Pest control in museums, the use of chemicals and associated health problems", dans Care of collections, London, Routledge, 1994, p. 234-239.

Neher, A., Rogers, D., "Pest attack & pest control in organic materials", dans The conference held by UKIC Furniture section, UKIC, London, 1997.

Nicosia, G., « Les infestations des collections patrimoniales : goût des insectes et évaluation des risques », dans In Situ [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 27 septembre 2012, consulté le 21 janvier 2013. URL : http://insitu.revues.org/9840

Nicosia, G., Conserver les œuvres contemporaines naturalia. Étude des œuvres entomologiques de Jan Fabre, Rapport de recherche, Centre national des arts plastiques (CNAP), ministère de la Culture et de la Communication (allocation de recherche), Paris, 2011.

Obeng-Ofori, D., Reichmuth, C.H., Bekele, J., Hassanali, A., "Biological activity of 1,8-cineole, a major component of essential oil of Ocimum kenyense (Ayobangira) against stored product beetles", dans Journal of applied entomology, 1997, vol. 121, n°4, p. 237-243.

Pinniger, D., Pest Management in Museum, London, Archives and Historic Houses, 2001.

Plarre, R., Pöschko, M., Frank, A., Wohlgemuth, R., Phillips, J.K., "Effects of oil cloves and citronellol, two commercially available repellents, against the webbing clothes moth Tineola bisselliella Hum. (Lepidoptera: Tineidae)", dans Anzeiger fûr Schädlingskunde, Pflanzenschutz, Umweltschutz, avril 1997, vol.70, n°3, p. 45-50.

Regnault-Roger, C., "The potential of botanical essential oils for insect pest control", dans Integrated Pest Management Reviews, 1997, n°2, p. 25-34.

Saad El-Z., Hussien, R., Saher, F., Ahmed Z., "Acaricidal activities of some essential oils and their monoterpenoidal constituents against house dust mite, Dermatophagoides pteronyssinus (Acari Pyroglyphidae)", dans Journal of Zhejiang University science, décembre 2006, vol. 7(12), p. 957-962.

Sampson, B.J., Al., "Insecticidal activity of 23 essential oils and their major compounds against adult Lipaphis pseudobrassicae", Pest Management Science, 2005, n°61, p. 1122-1128.

Shaaya, E., Rafaeli, A., "Essential Oils as Biorational Insecticides-Potency and Mode of Action", dans Insecticides Design Using Advanced Technologies, Berlin, Springer, 2007, p. 249-261.

Spiers, J.M, Wedge, D., "Insecticidal activity of 23 essential oils and their major compounds against adult Lipaphis pseudobrassicae (Davis) (Aphididae: Homoptera)" dans Pest Management Science, 2005, n°61, p. 1122-1128.

Sugiyam, M., "Biodeterioration of cultural properties, library and material archives. A survey of pest control in museums of Japan", dans Biodeterioration and biodegradation, Proceedings of the 8th International biodeterioration and biodegradation symposium, Windsor, Ontario, 26-31 August 1990, London, Elsevier Applied Science, 1991, p. 399-401.

Thacker, J.R.M., An Introduction to arthropod pest control, Cambridge University press, 2002.

Watson, E., Barson, G., Pinniger, D., Roberts, G., Ludlow, A.R., "Evaluation of the Behavioural Responses of Anthrenus verbasci Adults and Larvae to Permethrin (ec) Using a Computerized Tracking System" dans J. stored Prod. Res, 1997, vol. 33, n°4, p. 335-346.

Wydler, I., Vleesklomp (Pièce de viande), Jan Fabre, DNSEP, ESAA, 2009.

Zycherman, L.-A., Schrock, J.R., A guide to museum pest control, Washington, Foundation of the American Institute for Conservation of Historic and Artistic Works, 1988.

Top of page

Notes

1 La directive communautaire 98/8/CE vise à assurer un niveau de protection élevé de l’homme, des animaux et de l’environnement en limitant la mise sur le marché aux seuls produits biocides efficaces présentant des risques acceptables et en encourageant la mise sur le marché de substances actives présentant de moins en moins de risques pour l’homme et l’environnement. Les mesures visent notamment à prévenir les effets à long terme : effets cancérogènes ou toxiques pour la reproduction, effets des substances toxiques, persistantes et bioaccumulables.

2 La directive communautaire 98/8/CE est transposée en partie dans le droit français par l’ordonnance n° 2001-321 du 11 avril 2001 (titre II, article 4), reprise aux articles L 522-1 à L 522-18 du Code de l’Environnement, puis par le décret 2004-187 du 26 février 2004 relatif à la mise sur le marché des produits biocides. Trois arrêtés ont été pris pour l’application du décret du 26 février 2004 : l’arrêté du 19 mai 2004, l’arrêté du 24 juin 2004 fixant le montant de la rémunération due au titre de la mise sur le marché de ces produits, ainsi que l’arrêté du 16 décembre 2004 portant agrément de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) pour l’enregistrement des déclarations de produits biocides et pour leur évaluation.

3 Recherche réalisée avec le soutien du Centre interdisciplinaire de conservation et de restauration du patrimoine (CICRP) et du Centre national des arts plastiques (CNAP), ministère de la Culture et de la Communication (allocation de recherche).

4 Les huiles essentielles résultent du métabolisme secondaire des plantes et ont des fonctions insecticides, attractives (pour la pollinisation) ou répulsives (contre les insectes, mais aussi pour éloigner les herbivores). Elles sont obtenues par distillation à la vapeur d’eau ou par extraction mécanique (huiles essentielles de Citrus) et plus rarement par extraction chimique avec des solvants.

5 sampson, j.b& al., “Insecticidal activity of 23 essential oils and their major compounds against adult Lipaphis pseudobrassicae”, Pest Management Science, 2005, n°61, p. 1122-1128.

6 nicosia, g., Conserver les œuvres contemporaines naturalia. Étude des œuvres entomologiques de Jan Fabre, rapport de recherche du CNAP, Paris, 2011.

7 Entretien avec Rosemarie Heulin, responsable de l'atelier de restauration du musée du Quai Branly, 2010.

8 Entretien avec Dominique de Reyer, ingénieur de recherche au Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH), 2010.

9 Jacques Auger, professeur, Écologie chimique - Biocides naturels, Institut de recherche sur la biologie de l’insecte (IRBI), CNRS, université de Tours.

10 wydler, i.,Vleesklomp (Pièce de viande), Jan Fabre, Mémoire de DNSEP, École supérieure d’art d’Avignon (ESAA), 2009.

11 http://www1.montpellier.inra.fr/CBGP/insectes-du-patrimoine/?q=fr/fiche-insecte/stegobium-paniceum

12 fohrer, f, basle, k., daniel, f., « Problématique de l'infestation des colles de rentoilage des peintures de chevalet par le Stegobium paniceum (L.) », Support tracé, 2006, n°6, p. 78-85.

13 kashef, A., Etude biologique de Stegobium paniceum L. (Coleoptera Anobiidae) et de son parasite : Lariophagus distinguendus Först. (Hymenoptera Pteromalidae), thèse, Annales de la Société Entomologique de France, Paris, 1955.

shaaya, e., rafaeli, a., "Essential Oils as Biorational Insecticides-Potency and Mode of Action", dans Insecticides Design Using Advanced Technologies, Berlin, Springer, 2007, p. 249-261.

14 Boîtes de 10 litres.

15 ∆E* est défini comme une mesure de la différence entre deux couleurs. L1, a1, b1 sont les coordonnées dans l'espace colorimétrique CieLab de la première couleur à comparer et L2, a2, b2 celles de la seconde.

16 Le GECT et l’ECT (Géraniol Eugénol, Citral, Thymol,) micro encapsulé, dans des membranes de levures (brevet anglais), le Diflubenzuron et Hexaflumuron, molécules inhibitrices de la synthèse de la chitine qui assure les mues larvaires et donc le développement des insectes, le Paramenthane et l’Etofenprox.

17 Entomologiste médical, parasitologue, vétérinaire et professeur de biologie des populations et d'écologie au département de biologie de l'université Paul-Valéry Montpellier III.

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1 : substances utilisées lors des expérimentations pour tester leur activité vis-à-vis des insectes
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3361/img-1.jpg
File image/jpeg, 140k
Title Fig. 1 Larve de Stegobium paniceum (L.)
Caption Larve de Stegobium paniceum (L.), vue de profil (taille : 5 mm).
Credits Photographie  ©Fabien Fohrer
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3361/img-2.jpg
File image/jpeg, 940k
Title Fig. 2 Adulte de Stegobium paniceum (L.)
Caption Adulte de Stegobium paniceum (L.), vue de dessus (taille 3,5 mm).
Credits Photographie ©Fabien Fohrer
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3361/img-3.jpg
File image/jpeg, 1.7M
Title Fig. 3 Montage expérimental
Caption Montage expérimental utilisé pour vérifier l’action de différentes substances testées vis-à-vis du Stegobium paniceum
Credits Photographie ©Yoanna Dechezleprêtre
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3361/img-4.jpg
File image/jpeg, 824k
Title Tableau 2 : matériaux choisis pour étudier l’impact chromatique des substances bioactives
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3361/img-5.jpg
File image/jpeg, 76k
Title Fig. 4 Échantillons exposés aux substances bioactives
Caption Vue des échantillons en cours de test
Credits Photographie ©Grazia Nicosia
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3361/img-6.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Title Tableau 3 : résultat de l’évolution des populations de Stegobium paniceum (adultes, larves, œufs) soumises aux substances actives après 515 jours d’expérimentation
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3361/img-7.jpg
File image/jpeg, 276k
Title Fig. 5  Expérimentation du 1,8-cinéol à 0,05 ml
Caption Bécher gauche (B) sans substance bioactive (dégradation du substrat alimentaire et présence de larves au sol) et bécher droit (C) avec substance bioactive (substrat alimentaire non dégradé).
Credits Photographie © Grazia Nicosia
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3361/img-8.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Fig. 6 : vue du dessus de l’expérimentation du 1,8-cinéol à 0,05 ml
Caption Le substrat alimentaire du bécher de droite (B) est attaqué par les larves de Stegobium paniceum.
Credits Photographie © Grazia Nicosia
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3361/img-9.jpg
File image/jpeg, 868k
Title Fig. 7  Œufs de Stegobium paniceum
Caption Oeufs de Stegobium paniceum retrouvés dans une anfractuosité du substrat alimentaire du bécher C de l’expérimentation en présence d’huile essentielle de géraniol à 0,05 ml.
Credits Photographie © Fabien Fohrer]
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3361/img-10.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Title Tableau 4 : écarts-type et variations colorimétriques ∆E* (CieLab) entre entre t0 et t1 (après 230 jours)
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3361/img-11.jpg
File image/jpeg, 88k
Title Fig. 8  Écarts-type et variations colorimétriques
Caption Écarts-type et variations colorimétriques ∆E* (CieLab) entre t0 et t1 (après 230 jours)
Credits © Grazia Nicosia
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3361/img-12.jpg
File image/jpeg, 108k
Title Fig. 9  Vue des altérations
Caption Les coupelles après expérimentation
Credits Photographie © Yonna Dechezleprêtre et Fabien Fohrer
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3361/img-13.jpg
File image/jpeg, 1.6M
Title Fig. 10  Test en présence d’eugénol à 0,1 ml.
Caption Légende : Le bécher de droite contenant l'huile essentielle est exempt d'insectes et de larves, contrairement au bécher de gauche (témoin sans huile essentielle). Noter le fort jaunissement du filtre papier et du tube de droite.
Credits Photographie © Grazia Nicosia
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3361/img-14.jpg
File image/jpeg, 952k
Title Fig. 11  Vue des filtres papier après expérimentation
Caption L’eugénol a dissous le corps des filtres, le géraniol a fortement coloré le papier.
Credits Photographie ©Yonna Dechezleprêtre et Fabien Fohrer]
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3361/img-15.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Top of page

References

Electronic reference

Grazia Nicosia, Fabien Fohrer, Yoanna Dechezleprêtre and Virginia Gisel de Billerbeck, « Étude comparative de substances bioactives pour la protection des biens patrimoniaux contre les insectes ravageurs », CeROArt [Online], HS | 2013, Online since 14 August 2013, connection on 17 October 2017. URL : http://ceroart.revues.org/3361

Top of page

About the authors

Grazia Nicosia

Grazia Nicosia, professionnelle de la conservation-restauration et consultante en conservation préventive, intervient auprès des institutions patrimoniales pour les assister dans le suivi de collections ainsi que dans les projets de gestion intégrée contre les infestations. G. Nicosia - 5 rue Jacob - 84000 Avignon ; grazia.nicosia@gmail.com

By this author

Fabien Fohrer

Fabien Fohrer, entomologiste et microbiologiste au Centre interdisciplinaire de conservation et restauration du patrimoine à Marseille, spécialiste des insectes patrimoniaux et des méthodes préventives, réalise des diagnostics, des études et des recherches en entomologie pour la conservation des œuvres patrimoniales. Centre interdisciplinaire de conservation et de restauration du patrimoine (CICRP). CICRP - 21 rue Guibal - 13003 Marseille ; fabien.fohrer@cicrp.fr

Yoanna Dechezleprêtre

Yoanna Dechezleprêtre, conservatrice-restauratrice d'œuvres peintes, a réalisé son stage de Master 2 pro au CICRP dans le cadre de cette étude. Centre interdisciplinaire de conservation et de restauration du patrimoine (CICRP). CICRP - 21 rue Guibal - 13003 Marseille ; yoannadechez@hotmail.fr

Virginia Gisel de Billerbeck

Virginia Gisel de Billerbeck, docteur en microbiologie, consultante en conservation préventive, assiste les institutions patrimoniales dans la lutte microbiologique, réalise également des contrôles sanitaires de l'environnement et des collections. Laboratoire Elios - 2 rue Crébillon - 30900 Nîmes ; labo.elios@free.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org