Skip to navigation – Site map
Dossier

Étude et traitement de deux cartes portulans

Conservation-restauration et montage adaptés à l’hygroscopicité du parchemin
Nadège Duqueyroix

Abstracts

Two portolan charts dated from the 17th century, from the National Maritime Museum in Paris, were studied and conserved in the conservation department of the Institut National du Patrimoine (Inp). These navigation maps were originally part of an atlas attributed to cartographer François Ollive’s workshop in Marseille. Each map is painted on a whole piece of parchment and stuck onto cardboards. The different behavior of parchment and cardboard in humidity caused a lot of damages on the maps, such as an important concave distortion, tears and losses.The high hygroscopicity of parchment required specific conservation and mounting solutions in order to prevent these damages to occur. A mounting system using polyester hinges placed around the parchment was studied and used for these two charts.

Top of page

Full text

Introduction

1A la fin du Moyen-âge, l’Europe s’ouvre sur le monde et développe d’importantes activités commerciales avec l’Orient. La nécessité de circuler sur les espaces maritimes et d’y trouver sa route vers les ports de commerce explique l’apparition de cartes de navigation spécifiques, dites « carte portulan ». De véritables centres de production se développent dans les villes portuaires pour confectionner ces cartes, de la carte utilitaire à la carte luxueusement décorée pour les riches armateurs de navire.

2Deux cartes portulans provenant du Musée national de la Marine ont fait l’objet d’un mémoire de fin d’études à l’Inp. Le parcours chaotique de ces deux pièces explique les altérations observées : elles sont déformées et instables du fait de la sensibilité du parchemin, support de ces cartes, aux variations hygrométriques. L’intervention a donc cherché à remédier à cette instabilité en deux temps : le traitement de restauration lui-même, puis le choix d’une méthode de montage assurant la conservation à long terme. Une recherche scientifique détaillée a été menée sur le montage des parchemins.

Deux cartes portulans produites à Marseille

Qu’est-ce qu’une carte portulan ?

  • 1  CAMPBELL, 1987 et HOFMANN et al., 2012.

3Les cartes portulans ont une place à part dans la cartographie : cartes de navigation centrées sur un espace maritime, elles ont la particularité de présenter un réseau de lignes (dites « lignes de rhumbs ») organisé selon les directions de la rose des vents1. Les seules indications dans les terres sont les noms des ports le long des côtes, indiqués en rouge ou noir selon leur importance. Les îles et les littoraux particulièrement découpés sont mis en évidence par des couleurs. Tous ces éléments font de la carte portulan un outil pratique et innovant, qui servait aux marins à se diriger de port en port, en choisissant les vents à suivre pour atteindre leur destination grâce à la carte. Son nom de « carte portulan » vient de l’italien « portolano » qui désigne un ouvrage décrivant les ports et leurs emplacements pour les marins ; ce livre n’était pas nécessairement accompagné d’une carte, mais le terme a été généralement utilisé par extension. La réalisation des cartes suit souvent les mêmes principes : on retrouve l’utilisation du support parchemin (réputé plus résistant) et de techniques d’écritures et de décors manuscrites (enluminures), même à une période très tardive allant jusqu’au XVIIIe siècle. Les cartes sont conservées roulées ou réunies dans des atlas.

Les deux cartes portulans du Musée national de la Marine

4 Les deux cartes traitées dans le cadre de ce mémoire appartiennent clairement à cette typologie : l’une est centrée sur la mer Méditerranée, l’autre sur la mer Égée.

Fig.1 Les deux cartes portulans avant restauration

Fig.1 Les deux cartes portulans avant restauration

Recto et verso

©Ghyslain Vanneste

  • 2  ASTENGO, 2007
  • 3  Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et Plans

5L’importance commerciale de ces espaces pour les échanges de marchandises explique qu’ils soient les plus couramment représentés. La présence de décors importants sur les roses des vents et les échelles de distances, ainsi que l’utilisation de matériaux onéreux (décor à la feuille d’argent), indique que ces deux cartes étaient des cartes d’apparat qui n’ont très certainement jamais été emmenées à bord d’un navire. Le style des décors les rattache à la production de l’atelier marseillais du cartographe François Ollive, actif dans la deuxième moitié du XVIIe siècle2. La mise en parallèle de ces cartes avec d’autres du même atelier, dont plusieurs exemplaires sont conservés à la BnF3, suggère une production en série utilisant des modes de reproduction (calques, poncifs) pour réaliser les tracés des côtes et les décors. La finition parfois peu soignée des cartes contraste avec la qualité et le luxe des matériaux, sans que cela ait pu être expliqué.

Deux pièces instables au parcours chaotique

Mise en œuvre et structure d’origine

  • 4  Analyse sur prélèvement en FT-IR réalisée au CRCC (Centre de Recherches sur la Conservation des Co (...)

6Chaque carte est constituée d’une pièce unique de parchemin. L’observation microscopique des follicules pileux a permis de déterminer qu’il s’agissait de parchemin de mouton. Chacune des cartes est collée en plein sur deux cartons de taille identique par un adhésif protéinique.4

Fig. 2 Schéma des éléments constitutifs des deux cartes

Fig. 2 Schéma des éléments constitutifs des deux cartes

Les pointillés indiquent des plis marqués sur le parchemin

©Nadège Duqueyroix.

  • 5  La présence de calcium a été confirmée en fluorescence X, indiquant certainement la présence de ca (...)
  • 6  La présence d’argent a été confirmée par des analyses en fluorescence X, puis au MEB sur prélèveme (...)

7La carte de la Méditerranée présente un rabat qui n’est pas collé. La surface peinte est dans les deux cas le côté chair, plus blanc que le côté fleur où se trouve l’implantation des poils. Ce côté présentant une surface pelucheuse, il a été apprêté par une préparation certainement à base de craie5, peut-être en mélange dans du blanc d’œuf au vu de sa brillance. Ensuite, les côtes et les lignes de rhumbs ont été tracées à l’encre, puis l’ensemble a été mis en couleur et décoré. La palette utilisée est traditionnelle et joue sur les camaïeux de couleur, utilisant encres, pigments et colorants. Des feuilles métalliques d’argent6 ont été utilisées pour les décors, parfois recouvertes d’un colorant jaune leur donnant un aspect doré.

8 L’observation matérielle des pièces, et la comparaison avec d’autres cartes portulans conservées, amènent à conclure que les deux cartes étaient à l’origine associées sous la forme d’un atlas. Les cartons ont en effet le rôle de pages sur lesquelles sont collées les cartes. Elles partageaient le carton central, alors que les cartons extérieurs constituaient la couverture de l’atlas. Les deux cartes ont été séparées à un moment de leur histoire matérielle, ce qui a impliqué d’arracher la carte de la mer Égée du carton qu’elle partageait avec la carte de la mer Méditerranée.

 Fig. 3 Etapes du démembrement de l’atlas

 Fig. 3 Etapes du démembrement de l’atlas

Reconstitution de l’atlas d’origine (à gauche) et étapes de la séparation des deux cartes (à droite).

©Nadège Duqueyroix.

9Les traces de cet arrachage sont visibles et ont été relevées lors du constat d’état.

Histoire matérielle

10 Peu d’informations ont pu être réunies sur l’histoire matérielle de l’atlas avant son entrée au musée. Des inscriptions et dessins manuscrits se trouvent sur les cartons de couverture et le rabat de la carte de la Méditerranée, avec la date de 1844 et l’indication d’un lieu : la prison de Città di Castello en Italie. L’atlas était alors utilisé comme un simple support d’écriture.

  • 7 Note manuscrite du conservateur du musée de Marine, Jean Destrem, dans le cahier rendant compte des (...)
  • 8 « Du Louvre à Chaillot. Le musée de la Marine dans la tourmente. », Neptunia, 1946

11La séparation des deux cartes n’avait pas encore eu lieu lors de l’entrée de l’atlas dans les collections du musée de Marine en 1902, car il est alors désigné comme « un atlas de deux cartes manuscrites »7, sous un seul numéro d’inventaire. Les cartes ou l’atlas ont également fait partie du déménagement mouvementé du musée de Marine, alors au Louvre, vers le Palais Chaillot, en 19438. Elles sont alors inventoriées séparément et à des dates différentes, ce qui indique que l’atlas a été démembré.

Constat d’état

12 Les cartes présentent de nombreuses altérations, qui ont été regroupées selon leur cause, en lien avec l’histoire matérielle de l’atlas.

La manipulation de l’atlas

  • 9  RASTANIS, 2002.

13La structure même de l’atlas, en particulier l’absence de système de couture ou de soutien du dos, implique une fragilité de l’ensemble lors des manipulations9. Le parchemin plié supporte les contraintes lors de l’ouverture des pages. Il n’est donc pas étonnant de constater l’apparition de déchirures le long des plis et des pertes dans la couche picturale.

Le démembrement de l’atlas

14Lorsque la carte de la mer Égée a été arrachée du carton qu’elle partageait avec la carte de la Méditerranée, une partie du parchemin est restée collée sur le carton. Le parchemin s’est délité dans l’épaisseur. Un nouveau carton acide a été collé au dos de la partie arrachée à l’aide d’un adhésif synthétique, provoquant des plissures et des déformations dans cette partie du parchemin très fine suite à l’arrachage.

 Fig. 4 Exemple d’altération causée par le démembrement de l’atlas

 Fig. 4 Exemple d’altération causée par le démembrement de l’atlas

Mise en évidence des plissures et défauts de collage en lumière rasante (détail de la partie droite de la carte de la mer Egée)

©Ghyslain Vanneste.

Le dégât des eaux sur la carte de la mer Égée

  • 10 LARSEN, 2007.

15La carte de la mer Égée a subi un dégât des eaux sur sa partie gauche : les pigments ont été dissous ou déplacés, alors que le parchemin s’est décollé du carton. Une partie du parchemin, dégradée chimiquement par la présence d’eau, est aujourd’hui transparente et cassante, ce qui est caractéristique de la gélatinisation du parchemin10. Lors du séchage de l’ensemble, certaines parties du parchemin ont adhéré à nouveau au carton alors que d’autres sont restées libres : en résultent des tensions importantes dans le parchemin lorsqu’il est soumis à la moindre variation hygrométrique. Une déchirure de quelques centimètres est imputable à ces contraintes et pourrait encore s’étendre.

 Fig. 5 Altération provoquée par le dégât des eaux

 Fig. 5 Altération provoquée par le dégât des eaux

 Mise en évidence des tensions en lumière rasante (détail de la partie gauche de la carte de la mer Egée)

 ©Ghyslain Vanneste.

La conservation des cartes à plat

16La conservation des cartes à plat, sans autre protection, les a d’autant plus exposées aux dégradations. La surface des cartes est empoussiérée et diverses taches accidentelles sont présentes. Mais surtout, le parchemin a été plus exposé aux variations thermo-hygrométriques. Il s’allonge et se rétracte sous l’effet de celles-ci, tout comme les cartons sur lesquels il est collé. La différence de comportement de ces deux matériaux face aux fluctuations hygrométriques entraîne une déformation concave de l’ensemble de la carte, plus prononcée quand l’environnement est très sec.

 Fig. 6 Déformation concave des deux cartes

 Fig. 6 Déformation concave des deux cartes

Vue des deux cartes portulans avant leur restauration

©Nadège Duqueyroix.

17Ainsi, au moment du constat d’état, les deux cartes sont instables. Le parchemin joue un rôle important dans ce processus de dégradation, car sa grande hygroscopicité est la cause des altérations évolutives constatées. L’objectif de notre démarche de conservation-restauration a donc été en priorité d’apporter des solutions à ce problème.

Interventions de restauration

Réflexions autour du choix d’intervention

18Au-delà des altérations constatées, la question de la perte de la forme originale en atlas est centrale dans la réflexion sur le traitement de ces pièces. Les cartes se trouvent dans un état intermédiaire, avec les cartons - supports de page - toujours présents au verso des cartes mises à plat. L’intervention doit donc s’appliquer à stabiliser l’état de conservation de ces cartes tout en cherchant à respecter leur histoire et leur identité, deux paramètres qui ne sont pas forcément conciliables. Il est rapidement apparu qu’une remise en atlas serait très dommageable pour les cartes dans leur état actuel, étant donné leur fragilité. La manipulation même de l’atlas reformé serait une nouvelle source d’altérations pour les cartes. Le choix s’est donc orienté vers une conservation à plat de chaque carte, mais en proposant des solutions pour rendre compréhensible la structure d’origine. Tous les éléments (cartes et cartons de support) seront conservés dans une même boîte, accompagnés d’une maquette de l’atlas permettant de comprendre l’assemblage de l’ensemble.

Approche générale de l’intervention

19 L’intervention a eu deux objectifs principaux : stabiliser les cartes et améliorer leur lisibilité et leur aspect esthétique. La prise en compte de la nature particulière du matériau de support des cartes, le parchemin, a guidé les choix de traitement. En effet, la sensibilité de ce matériau à l’eau impliquait de réduire autant que possible les traitements aqueux, largement utilisés en restauration d’arts graphiques. La présence d’une couche picturale augmentait la nécessité de limiter ce type de traitement.

20 Les grandes étapes de l’intervention ont été le dépoussiérage des cartes, la dépose des cartons qui étaient source de contraintes pour les parchemins, la consolidation de chaque carte, et enfin la proposition d’un conditionnement adapté qui sera détaillé en dernière partie.

Dépoussiérage

21 La poussière à la surface des deux cartes étant relativement incrustée dans le support, l’utilisation d’un pinceau doux s’est révélée inefficace. Il était donc nécessaire d’utiliser une méthode plus probante et suffisamment précise pour permettre d’éviter les zones peintes. Une gomme PVC MagicRub® coupée en petits morceaux a donc été utilisée. Un test préalable a été effectué sous loupe binoculaire, afin de s’assurer que le gommage n’altérait pas l’apprêt blanc présent sur toute la surface du parchemin. Les résidus de gomme ont été éliminés à l’aide d’un pinceau doux.

Dépose des cartons et retrait des résidus

22 Cette intervention a cherché à utiliser au maximum des méthodes à sec ou avec un apport d’humidité contrôlé. Pour séparer les parchemins des cartons sans danger, tout en conservant les deux parties, une spatule en bambou souple a été insérée progressivement dans l’épaisseur du carton jusqu’à le détacher du parchemin.

 Fig. 7 Dépose des cartons

 Fig. 7 Dépose des cartons

Passage d’une spatule en bambou dans l’épaisseur du carton.

©Nadège Duqueyroix.

23Après cette étape, le verso des parchemins présentait une couche de résidus de papier issus des cartons. Ces résidus ont été éliminés au maximum à sec, à l’aide d’un scalpel. Puis un gel d’hydroxyéthylcellulose (Tylose MH300P®) à 10% dans l’eau a été utilisé pour enlever les derniers résidus et surtout l’adhésif protéinique présent en couche épaisse. Le temps de pose du gel a été limité, en travaillant sur de petites surfaces à la fois, afin de limiter la pénétration de l’humidité dans le parchemin. La couche picturale de chaque carte a été surveillée de près durant ces opérations.

Interventions après dépose des cartons

  • 11  Du papier japonais 100% fibre de kozo a été utilisé, de grammage 9 ou 19 g/m² selon le cas.

24 Après dépose, les déchirures de chacune des cartes ont été consolidées à l’aide de bandes de papier japonais dont le grammage a été choisi selon l’épaisseur de la zone à consolider11, collées à l’amidon de blé. Les lacunes ont été réintégrées selon les mêmes méthodes, et mises au ton au crayon de couleur. Les cartes ont été placées sous poids à sec, entre des feutres de laine pour éviter une pression trop forte sur les couches picturales et laisser une certaine liberté au parchemin. Cette étape a permis au parchemin de s’adapter progressivement à l’hygrométrie stable de l’atelier.

25Le comportement du parchemin de chaque carte a ensuite été observé, afin de déterminer si celui-ci présentait une planéité acceptable, ou si une mise à plat devait être envisagée. La carte de la Méditerranée a été considérée comme stable, alors que la carte de la mer Égée, plus altérée en raison de son parcours particulier (dégât des eaux, arrachage d’une partie de la carte) a fait l’objet de traitements supplémentaires.

26 En effet, la partie droite de la carte de la mer Égée était particulièrement déformée, même après consolidation. De plus, il était souhaitable de remettre en place la pièce de parchemin de cette carte restée collée au carton suite à l’arrachage, afin de redonner une continuité au bord de la carte, notamment la bordure peinte orange. Cette pièce a été récupérée selon la même méthodologie que lors de la dépose des cartons. Trois étapes ont été nécessaires pour la mise à plat et la remise en place de la pièce.

27Tout d’abord, la partie droite de la carte a été mise à plat sur table aspirante, après humidification à l’aide d’une membrane Gore-Tex®. La partie gauche, altérée par le dégât des eaux, n’a pas été soumise à ce traitement.

28Ensuite, la pièce de parchemin récupérée a été positionnée correctement sur la table aspirante, en soulevant le bord de la carte. L’aspiration a permis de maintenir en place la pièce qui a pu être encollée à l’aide d’hydroxyethylcellulose (Klucel G®) à 10% dans l’éthanol. Cet adhésif a été choisi pour son apport d’humidité faible et sa souplesse.  La carte a ensuite été appliquée sur la pièce.

Fig. 8 Remise en place de la partie arrachée de la carte de la mer Égée

Fig. 8 Remise en place de la partie arrachée de la carte de la mer Égée

Opération en cours sur la table aspirante.

©Nadège Duqueyroix.

29Enfin, l’ensemble est resté sur la table aspirante pour séchage, pendant 30 minutes, puis mis sous presse entre feutres de laine pendant 3 mois.

Un montage adapté à la conservation et à la présentation des cartes

Le choix d’un montage en tension

  • 12 HAINES, 1999.

30 L’intervention de restauration a permis de stabiliser les deux pièces et de leur redonner un aspect esthétique satisfaisant. Cependant, l’hygroscopicité du parchemin a amené à se concentrer sur la question du conditionnement de ces pièces pour leur assurer une stabilité sur le long terme. En effet, si les conditions thermo-hygrométriques doivent indéniablement être stables (18-20°C, 50-60%HR12), il est souvent souhaitable d’associer à ces conditions un montage qui puisse empêcher l’apparition de déformations dans le parchemin et lui assurer une planéité acceptable.

  • 13 CLARKSON, 1980.

31 De nombreux montages (parfois issus de la conservation des œuvres sur papier) ayant échoué à assurer un bon conditionnement pour les parchemins, des restaurateurs anglo-saxons et italiens ont développé des méthodes de montage dites « en tension » pour ce matériau très réactif. Cette idée a été développée par Christopher Clarkson en 198013. Le principe général des systèmes de montage en tension est de comporter un système mobile rattaché sur le pourtour du parchemin. Ce système est lui-même fixé sur un fond, sur lequel repose le parchemin. Lorsque le parchemin s’allonge ou se rétracte, le système a la capacité d’accompagner ce mouvement au lieu de contraindre le matériau, tout en apportant un maintien sur le plan horizontal.

Fig. 9 Le principe du montage en tension

Fig. 9 Le principe du montage en tension

Schéma d’un montage complet en haut à gauche ; détail d’un système mobile en haut à droite ; principe de fonctionnement selon l’hygrométrie en bas : les flèches vertes indiquent un allongement, les rouges une rétractation.

©Nadège Duqueyroix.

  • 14 CLARKSON, 1980.
  • 15 PICKWOAD, 1992 et MONTALBANO, 1992.
  • 16  NORMAN, 1993.

32 Trois systèmes ont été proposés, chacun pouvant comporter des variantes : les fils de lin14, le papier japonais15 et les tirants en film polyester16. Aucun de ces systèmes n’a cependant fait l’objet d’étude scientifique permettant d’attester leur efficacité réelle. Après une étude bibliographique de tous ces montages, il a été choisi de se concentrer sur le système des tirants en film polyester (proposé par D. Norman, V&A, en 1993), car il paraît être le plus souple et donc le moins susceptible de mettre en danger le parchemin.

L’étude du montage par des tirants en film polyester

33 Le tirant en film polyester est une pièce rectangulaire de Mylar® (2 cm de large) dans laquelle des fentes sont réalisées à intervalle régulier. Cette découpe permet au Mylar® de se comporter comme un ressort.

Fig. 10 Tirant en film polyester

Fig. 10 Tirant en film polyester

Au repos en haut, en position étendue en bas

©Nadège Duqueyroix

34Ces tirants sont placés sur le pourtour du parchemin par l’intermédiaire d’une bande de papier japonais collée à l’amidon de blé, alors que les autres extrémités des tirants sont fixées en position à demi-étendue sur le carton de fond à l’aide d’un film de Béva371®. Les tirants ont été fabriqués par découpe laser par une entreprise indépendante, afin d’avoir des pièces identiques.

35 Des maquettes de ce type de montage ont été réalisées avec du parchemin de mouton neuf (20 x30 cm), en faisant varier les paramètres suivants :

36- zone de la peau : les pièces de parchemin ont été découpées dans la patte ou dans l’échine, car ces deux parties ont des orientations fibreuses différentes, ce qui influe sur leur comportement à l’humidité.

37- nombre de tirants : un maximum de tirants a été placé sur le pourtour, ou moitié moins de tirants, afin de voir si ce paramètre a une influence sur le maintien du parchemin.

  • 17  Ce travail a été réalisé au CRCC (Centre de Recherche sur la Conservation des Collections) en coll (...)

38 Les maquettes, ainsi que des parchemins de mêmes dimensions sans montage, ont été placées en enceinte climatique à 20°C, avec une humidité relative décroissant toutes les 24h : 75%, 65%, 55%, 45%, 35%, 30%, puis en poche scellée contenant du gel de silice, permettant d’atteindre 9%HR17. A chaque palier d’HR, deux observations ont été réalisées : prise de dimensions du parchemin et photographie en lumière rasante permettant d’observer les déformations.

39 Les photographies en lumière rasante ont montré une bonne efficacité du montage à empêcher les déformations du parchemin et un bon maintien de la planéité de ceux-ci.

Fig.11 Photographies en lumière rasante

Fig.11 Photographies en lumière rasante

Photographie d’un parchemin monté à l’aide de tirants (à gauche) ou laissé libre (à droite), à 33%HR

©Nadège Duqueyroix.

40La présence d’un nombre important de tirants donne les résultats les plus satisfaisants. D’autre part, le montage ne fait pas obstacle aux variations dimensionnelles du parchemin, car les dimensions des parchemins laissées libres et des parchemins montés sont sensiblement les mêmes à chaque hygrométrie. Ainsi, on peut dire que le rôle de « ressort » que l’on attendait du tirant en film polyester est parfaitement rempli. Cette étude pourrait être complétée en développant certains paramètres (parchemins comportant des couches picturales) et en effectuant plus de mesures en hygrométrie basse. Elle pourrait également être appliquée aux autres systèmes de montage en tension afin de comparer leur efficacité.

Montage et conditionnement des deux cartes portulans

41Chaque carte portulan a été montée par des tirants en film polyester sur un carton de conservation.

Fig.12 Montage de la carte portulan de la Méditerranée

Fig.12 Montage de la carte portulan de la Méditerranée

Après restauration et montage par des tirants en film polyester.

©Ghyslain Vanneste

42Le montage complet comporte une fenêtre en biseau venant masquer ce système de montage, ainsi qu’un rabat en carton de conservation protégeant la surface des cartes, tout en procurant une barrière supplémentaire à la progression des variations hygrométriques extérieures.

43Les cartons déposés ont été traités et conditionnés dans des pochettes en papier permanent. Une maquette de l’atlas en format réduit, réalisée à partir d’impressions numériques, permet de rendre compte de l’agencement originel des deux cartes au sein de l’atlas. Tous les éléments - les deux montages, les cartons et la maquette – ont été placés dans une boîte en carton de conservation recouverte d’une toile Buckram® noire.

Conclusion

44Ce travail de mémoire a été l’occasion de se confronter à des pièces prestigieuses dans un état préoccupant qui ne permettait pas d’en apprécier la beauté. La prise en compte de l’histoire matérielle de ces cartes a permis d’en comprendre le processus de dégradation et a mis en évidence le rôle joué par le parchemin. Les particularités de ce matériau ont guidé l’intervention de restauration et amené à envisager le montage et le conditionnement des cartes portulans comme un élément aussi important que sa restauration même. Le montage par des tirants en film polyester est une technique prometteuse, dont il serait intéressant de prolonger l’étude.

Top of page

Bibliography

ASTENGO Corradino, «The Renaissance chart tradition in the Mediterranean», in WOODWARD David (ed.), Cartography in the European Renaissance, The History of Cartography, Chicago, The University of Chicago press, 2007, p. 174-262.

CAMPBELL Tony, «Portulan charts from the late thirteenth century to 1500 », in HARLEY J. B., WOODWARD David (ed.), Cartography in prehistoric, ancient and medieval Europe and the Mediterranean, The History of Cartography, Chicago ; London, The university of Chicago press, 1987, p. 371-463.

CLARKSON Christopher, «Preservation and display of single parchment leaves and fragments», In International Conference on the Conservation of Library and Archive Materials and the Graphic Arts, Cambridge, 22-26 September 1980: abstracts and preprints, London: Institute for Paper Conservation. Society of Archivists, 1980, p.113-119.

« Du Louvre à Chaillot. Le musée de la Marine dans la tourmente. », Neptunia, 1946, n°1, p 2-10.

HAINES Betty M., Parchment. The physical and chemical characteristics of parchment and the materials used in its conservation, Northampton, Leather Conservation Centre, 1999.

HOFMANN Catherine, RICHARD Hélène, VAGNON Emmanuelle, « Modes de fabrication et usages des cartes portulans à travers les siècles. »,In L’âge d’or des cartes marines : quand l’Europe découvrait le monde, Paris, BNF ; Le Seuil, 2012.

LARSEN René, Improved damage assessment of parchment - IDAP – Assessment, data collection and sharing of knowledge, European Commission, Directorate-General for Research, Directorate I - -Environment, 2007 (Research report No.18)

MONTALBANO CICCARINI Letizia, « Il sistemagiapponese dei “falsimargini”. Applicazioni tradizionali e nuove proposte di intervento », Kermès, 1992, Anno V, n°14.

NORMAN Daniel, « The mounting of single leaf parchment and vellum objects for display and storage », V&A Conservation Journal, 1993. n°9.

PICKWOAD Nicholas, « Alternative methods of mounting parchment for framing and exhibition », The Paper Conservator, 1992, vol. 16, p 78-85.

RASTANIS Vasarè, « Navigating the portolan atlas: study and treatment », The Book and Paper Group Annual, 2002, n° 21, p 47.

Top of page

Notes

1  CAMPBELL, 1987 et HOFMANN et al., 2012.

2  ASTENGO, 2007

3  Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et Plans

4  Analyse sur prélèvement en FT-IR réalisée au CRCC (Centre de Recherches sur la Conservation des Collections).

5  La présence de calcium a été confirmée en fluorescence X, indiquant certainement la présence de carbonates ;  mais ceux-ci peuvent aussi être présents lors de la fabrication du parchemin. On ne peut donc conclure avec certitude sur son identification comme apprêt.

6  La présence d’argent a été confirmée par des analyses en fluorescence X, puis au MEB sur prélèvement.

7 Note manuscrite du conservateur du musée de Marine, Jean Destrem, dans le cahier rendant compte des acquisitions (archives conservées au Musée national de la Marine).

8 « Du Louvre à Chaillot. Le musée de la Marine dans la tourmente. », Neptunia, 1946

9  RASTANIS, 2002.

10 LARSEN, 2007.

11  Du papier japonais 100% fibre de kozo a été utilisé, de grammage 9 ou 19 g/m² selon le cas.

12 HAINES, 1999.

13 CLARKSON, 1980.

14 CLARKSON, 1980.

15 PICKWOAD, 1992 et MONTALBANO, 1992.

16  NORMAN, 1993.

17  Ce travail a été réalisé au CRCC (Centre de Recherche sur la Conservation des Collections) en collaboration avec Laurianne Robinet, responsable de la section Cuir et parchemin.

Top of page

List of illustrations

Title Fig.1 Les deux cartes portulans avant restauration
Caption Recto et verso
Credits ©Ghyslain Vanneste
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3269/img-1.jpg
File image/jpeg, 396k
Title Fig. 2 Schéma des éléments constitutifs des deux cartes
Caption Les pointillés indiquent des plis marqués sur le parchemin
Credits ©Nadège Duqueyroix.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3269/img-2.jpg
File image/jpeg, 104k
Title  Fig. 3 Etapes du démembrement de l’atlas
Caption Reconstitution de l’atlas d’origine (à gauche) et étapes de la séparation des deux cartes (à droite).
Credits ©Nadège Duqueyroix.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3269/img-3.jpg
File image/jpeg, 240k
Title  Fig. 4 Exemple d’altération causée par le démembrement de l’atlas
Caption Mise en évidence des plissures et défauts de collage en lumière rasante (détail de la partie droite de la carte de la mer Egée)
Credits ©Ghyslain Vanneste.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3269/img-4.jpg
File image/jpeg, 364k
Title  Fig. 5 Altération provoquée par le dégât des eaux
Caption  Mise en évidence des tensions en lumière rasante (détail de la partie gauche de la carte de la mer Egée)
Credits  ©Ghyslain Vanneste.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3269/img-5.jpg
File image/jpeg, 220k
Title  Fig. 6 Déformation concave des deux cartes
Caption Vue des deux cartes portulans avant leur restauration
Credits ©Nadège Duqueyroix.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3269/img-6.jpg
File image/jpeg, 268k
Title  Fig. 7 Dépose des cartons
Caption Passage d’une spatule en bambou dans l’épaisseur du carton.
Credits ©Nadège Duqueyroix.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3269/img-7.jpg
File image/jpeg, 176k
Title Fig. 8 Remise en place de la partie arrachée de la carte de la mer Égée
Caption Opération en cours sur la table aspirante.
Credits ©Nadège Duqueyroix.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3269/img-8.jpg
File image/jpeg, 212k
Title Fig. 9 Le principe du montage en tension
Caption Schéma d’un montage complet en haut à gauche ; détail d’un système mobile en haut à droite ; principe de fonctionnement selon l’hygrométrie en bas : les flèches vertes indiquent un allongement, les rouges une rétractation.
Credits ©Nadège Duqueyroix.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3269/img-9.jpg
File image/jpeg, 200k
Title Fig. 10 Tirant en film polyester
Caption Au repos en haut, en position étendue en bas
Credits ©Nadège Duqueyroix
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3269/img-10.jpg
File image/jpeg, 164k
Title Fig.11 Photographies en lumière rasante
Caption Photographie d’un parchemin monté à l’aide de tirants (à gauche) ou laissé libre (à droite), à 33%HR
Credits ©Nadège Duqueyroix.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3269/img-11.jpg
File image/jpeg, 148k
Title Fig.12 Montage de la carte portulan de la Méditerranée
Caption Après restauration et montage par des tirants en film polyester.
Credits ©Ghyslain Vanneste
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3269/img-12.jpg
File image/jpeg, 575k
Top of page

References

Electronic reference

Nadège Duqueyroix, « Étude et traitement de deux cartes portulans », CeROArt [Online], EGG 3 | 2013, Online since 11 May 2013, connection on 20 October 2017. URL : http://ceroart.revues.org/3269

Top of page

About the author

Nadège Duqueyroix

Biographie de l’auteur : Nadège Duqueyroix est restauratrice d’arts graphiques, diplômée de l’Institut national du Patrimoine en 2012. Elle a effectué des stages au sein d’institutions publiques : en 2010, dans l’atelier de restauration du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, et en 2011, aux National Archives, Kew (Royaume-Uni) au sein du Collection Care Department. Nadège Duqueyroix travaille actuellement en tant que restauratrice à la Toronto Reference Library (Toronto, Canada). Contact : n.duqueyroix@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org