Skip to navigation – Site map
Dossier

Trans Europe Express, étude et restauration d’une œuvre de Dorothée Selz

Problèmes liés à la conservation-restauration de matériaux atypiques en art contemporain
Marie Courseaux
Translation(s):
Trans Europe Express, study and restoration of a major artwork by Dorothée Selz

Abstracts

Trans Europe Express, created by Dorothée Selz in 1972, required the restoration of an almost completely unstudied material : ‘royal icing’. It is a preparation develop from egg whites, sugar icing, Flashe® paint and vinyl glue that, over time, has come to show considerable browning. The research determined the phenomena and factors of degradation, established appropriate treatment, respecting and documenting the intentions of the artist, who has also participated in this restoration.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1  La poche à douille se présente sous la forme d’un cornet souple, capable de recevoir à son extrémi (...)
  • 2  En effet, Dorothée Selz en a modifié la composition pour des raisons pratiques. D’après elle, les (...)
  • 3  Flashe® est une gamme de peinture commercialisée par Lefranc & Bourgeois®. Elle est crée en 1959 p (...)

1Trans Europe Express représente un paysage multicolore parcouru d’un circuit de train miniature. Il a été réalisé par Dorothée Selz en 1972 et acquis par le Centre national des arts plastiques (CNAP) en 1973. La majeure partie du décor est constituée de glace royale, appliquée à l’aide d’une « poche à douille » et d’un embout cannelé1. En pâtisserie, le terme « glace royale » désigne une préparation élaborée à partir de blanc d’œuf monté en neige et de sucre glace. Il est également possible d’y ajouter des colorants alimentaires et du jus de citron. La composition du mélange de Dorothée Selz diffère légèrement2. Il est fait de blanc d’œuf, de sucre glace, de peintures acrylo‑vinyliques Flashe®3 et de colle vinylique. Enfin, un magnétophone à cassettes, de marque Sanyo®, permet la diffusion d’une bande sonore.

Fig. 1 Trans Europe Express avant restauration

Fig. 1 Trans Europe Express avant restauration

Vue d’ensemble, Inv. 1525 ; 35 kg ;  H. 20,5 cm, L. 131,5 cm, P. 98,5 cm.

Crédit : © Marie Courseaux

2Trans Europe Express présentait un brunissement important dont l’origine restait indéterminée. Face à cette énigme et devant l’ampleur du phénomène, Annie Demange (gestionnaire des restaurations au Fonds national d’art contemporain (FNAC)) et Sébastien Faucon (inspecteur de la création artistique au FNAC) décidèrent de nous en confier la restauration. L’essentiel de ce travail a donc consisté dans la compréhension des mécanismes de dégradation de la glace royale grâce à la mise en place d’un protocole d’étude. Il vise à déterminer les causes de cette altération en vue d’un traitement approprié.

Histoire de l’œuvre

3Afin de déterminer les tenants et les aboutissants d’un matériau qui nous était jusqu’alors inconnu, nous avons dans un premier temps mené une série d’entretiens avec l’artiste. Cela nous a permis entre autres de retracer le parcours de Trans Europe Express. Ainsi, Dorothée Selz nous a indiqué avoir conservé l’œuvre dans son ancien atelier du 123 rue de l’Ouest à Paris et ce, jusqu’à sa livraison au Palais de Tokyo en 1973 (soit un an après sa création). Selon elle, l’œuvre était à ce moment-là en parfait état et ne présentait aucun brunissement. Il semblerait que Trans Europe Express et d’autres œuvres appartenant au FNAC aient été stockées au Palais de Tokyo dans de mauvaises conditions. Elles n’étaient pas emballées, ce qui les exposait à la poussière et à l’humidité. D’après Dorothée Selz, il y aurait eu des « fuites d’eau le long des murs ». Plusieurs de ses œuvres, faites de glace royale, auraient alors reçu de l’eau. En effet, les « dégâts des eaux dans cette réserve » nous ont été confirmés par Annie Demange. D’autre part, elles pensent toutes deux que les déjections retrouvées sur Trans Europe Express sont l’œuvre des souris provenant du Palais de Tokyo.

4Selon les documents fournis par le FNAC, Trans Europe Express a fait l’objet de deux prêts. Le premier concerne une exposition organisée par l’association Champagne‑Argonne et qui s’est déroulée au Château de Braux à Sainte‑Cohière du 15 juin au 15 septembre 1982. Le second a eu lieu en 1988 pour une exposition à la Cité des sciences et de l’industrie à Paris. Trans Europe Express quittent les réserves du Palais de Tokyo en 1991 pour être transportées vers les réserves du CNAP sous l’esplanade de la Défense. Un constat établi en 2003 par Annie Demange sur l’état général de l’œuvre mentionne des « taches importantes et ponctuelles de moisissures (?) brunâtres à la surface du sucre ». Hormis ce document écrit du FNAC, aucune autre archive ne fait allusion à l’état de conservation de Trans Europe Express depuis sa création en 1972. Les seules photographies de cette époque dont nous disposions étant en noir et blanc, il nous était difficile de constater un quelconque brunissement.

Contexte artistique

5L’emploi de coloris vifs et d’un graphisme strié aux motifs cannelés sont autant d’éléments récurrents qui participent du répertoire de Dorothée Selz. Elle en poursuivra d’ailleurs le développement tout au long de sa carrière. Hormis Trans Europe Express, d’autres œuvres montrent que le thème du paysage, et plus particulièrement du paysage ferroviaire est également très présent dans son travail. Trans Europe Express s’avère être une œuvre charnière puisqu’elle donna lieu en 1978 à la commande d’un relief analogue : Le Temps des gares.

Fig. 2 Les huit reliefs constituant Le Temps des gares de Dorothée Selz

Fig. 2 Les huit reliefs constituant Le Temps des gares de Dorothée Selz

1978 ; Glace royale, support bois, éléments de modélisme (circuit de train miniature, personnages en plastique, etc.) ; H. 150 cm, L. 175 cm, P. 90 cm, longueur totale de 14 m (les huit pièces) ; Collection privée, Paris.

Crédit : © Galerie Gabrielle Laroche, 12 rue de Beaune 75007 Paris

6Il est composé de huit reliefs, aux dimensions rigoureusement similaires, qui mis bout à bout forment un ensemble de 30 m². Ainsi, Le Temps des gares s’inspire de Trans Europe Express en poussant à l’extrême les effets contrastés par l’utilisation de couleurs éclatantes.

7La bande sonore de Trans Europe Express est élaborée à partir du montage séquentiel de différentes ambiances. On en dénombre trente et une au total, qui sont assemblées en boucle. Les sons proviennent, entre autres, de la nature, de moteurs, de festivités, d’engins mécaniques et de trains. Grâce à cette grande variété de sons, Dorothée Selz amplifie la trame narrative déjà amorcée par le support visuel. L’ouïe apparaît alors comme un moyen supplémentaire pour solliciter notre imagination. La convergence de ces différentes données opère brusquement comme le déclencheur « d’une représentation imagée du son ». Cette pratique sera maintes fois reprise notamment pour la série Façade, qui sont des photographies retravaillées à la poche à douille. Le dispositif est identique, il s’agit la plupart du temps du même magnétophone Sanyo®, modèle M‑48M à bande magnétique de type cassette. On  remarque également que le système de fixation est semblable.

8L’utilisation de matériaux comestibles, qu’ils le soient réellement ou seulement en apparence, sous‑tend le travail de Dorothée Selz. Elle s’inscrit dans la continuité de plusieurs artistes ayant déjà travaillé avec des denrées alimentaires. Trans Europe Express, par exemple, n’est pas sans rappeler Insel de Dieter Roth. Il s’agit d’un paysage d’île principalement composé de restes de nourriture. La mise en œuvre est similaire, avec un panneau de bois qui sert de support au décor et une cloche en Plexiglas® vissée dans son épaisseur. Dorothée Selz a également participé au mouvement Eat Art initié par Daniel Spoerri. Elle demeure attachée à l’aspect ludique, festif, poétique et coloré de la gastronomie. Cela est en partie dû à la découverte au travers de ses voyages, d’offrandes fabriquées à Bali et au Mexique pour la fête des Morts.

  • 4  Terme employé par Dorothée Selz pour désigner l’ensemble des installations éphémères réalisées à p (...)

9Dans le cas de Trans Europe Express les apparences sont trompeuses. La façon dont Dorothée Selz travaille la matière laisse à penser qu’il est question ici d’une préparation comestible, comparable à celle de certains gâteaux. Or, il n’en est rien étant donné la présence de colle vinylique et de peinture Flashe®. Le décor intensément coloré ne fait que renforcer l’attrait du spectateur. Son aspect « appétissant » incite à dépasser la simple contemplation, à ne plus seulement le dévorer des yeux. Par ces jeux de matériaux, de formes et de couleurs, Dorothée Selz se plaît à susciter la confusion. Dès lors, il convient de distinguer deux types d’œuvres dont la finalité diverge sensiblement : les « sculptures comestibles éphémères »4 (réellement consommables) et les œuvres pérennes destinées à être conservées.

Fig. 3 Exemple de « sculpture comestible éphémère »

Fig. 3 Exemple de « sculpture comestible éphémère »

2007 ; Polystyrène, glace royale, confiserie, denrées salées et sucrées ; H. 4,5 m (autres dimensions variables) ; Installation réalisée à Bogota, Colombie.

Crédit : © Oscar Monsalve, Brice & Romain Martenet‑Cuidet, Dorothée Selz

10Trans Europe Express fait partie de la seconde catégorie. Dorothée Selz insiste particulièrement sur la durabilité et la qualité des matériaux employés. Soucieuse de leur pérennité, elle décidera même d’abandonner progressivement le mélange sucre glace, blanc d’œuf, colle vinylique et peinture Flashe®, consciente de sa fragilité, pour le remplacer par un mastic coloré, qu’elle estime plus solide. Pour Trans Europe Express, l’utilisation de matériaux instables ne traduit pas chez Dorothée Selz la volonté d’une œuvre périssable, même si celle‑ci s’avère précaire.

Mise en œuvre

11À partir des observations faites sur Trans Europe Express et des différents entretiens avec l’artiste, nous avons pu reconstituer le processus de fabrication selon les étapes suivantes :

Fig. 4 Positionnement des différents éléments

Fig. 4 Positionnement des différents éléments

Crédit : © Marie Courseaux

  • 1. Sur une planche de contreplaqué rectangulaire sont disposés des volumes en polystyrène, en liège et en bois, ainsi que le magnétophone. Les parties en polystyrène sont montées sur des tiges métalliques fichées dans la planche. Le magnétophone est maintenu à l’arrière par deux équerres métalliques. Il est calé à l’avant par deux roulettes en caoutchouc montées sur deux manches métalliques. Ce dispositif permet le dégagement ou l’enchâssement vertical de celui‑ci. On peut donc procéder à son extraction par l’ouverture rectangulaire située sur le côté de la cloche en Plexiglas®, qui permet aussi la diffusion du son.

  • 2. Des planchettes en bois sont ensuite clouées sur le polystyrène. Certaines sont recouvertes au préalable d’une couche de peinture acrylique, blanche, dont l’application sommaire laisse la majeure partie du bois à nu.

  • 3. Les rails sont cloués sur ces planchettes. L’écartement des rails est de 9 mm, ce qui correspond à l’échelle N utilisée en modélisme.

  • 4. Les volumes sont alors tapissés d’une première couche de glace royale, de consistance liquide. Son rôle est de servir d’interface entre le support et une seconde couche plus épaisse qui, sans cela, n’adhérerait que très difficilement. En effet, elle risquerait de se décoller une fois sèche. Cette seconde couche est appliquée avec une poche à douille munie d’un embout cannelé et dont le diamètre varie de 10 à 22 mm.

    • 5  Lors des entretiens, l’artiste nous a indiqué avoir également utilisé la peinture Flashe® pour pei (...)

    5. Une peinture bleue, de type acrylo‑vinylique5, a été employée pour retoucher les bords des planchettes en bois, du polystyrène, du contreplaqué et de la glace royale en périphérie. Il s’agit d’une intervention d’origine servant principalement à dissimuler les matériaux utilisés pour la construction de la structure.

  • 6. Le décor est ensuite agrémenté de lichens naturels teintés et de petits cailloux blancs.

  • 7. L’ensemble est surmonté d’une cloche en Plexiglas®, fixée par des vis dans l’épaisseur de la planche.

État de conservation

12À son arrivée dans nos ateliers, Trans Europe Express présentait de nombreuses altérations. La surface était recouverte d’un léger dépôt poussiéreux. Les parois de la cloche en Plexiglas® étaient disjointes sur deux angles. On observait également deux fentes près du magnétophone, ainsi que de nombreuses éraflures. La peinture bleue sous les rails s’écaillait par endroits, laissant apparaître la sous‑couche blanche. Les lichens étaient devenus cassants et avaient perdu de nombreuses ramifications. Certains ayant subi une décoloration tandis que d’autres présentaient un fort assombrissement.

13Le relief en glace royale, quant à lui, était dans un état particulièrement préoccupant. Il montrait à plusieurs endroits des signes d’usures. Le mauvais maintien de la cloche en est la cause. Certaines vis étant manquantes, celle‑ci a conservé une certaine mobilité. Lors des différents transports, les mouvements de la cloche ont entraîné un frottement systématique avec la glace royale et donc l’abrasion du décor. De plus, la glace royale est parfois débordante par rapport à la planche de contreplaqué. Elle est donc par endroits en contact direct avec le Plexiglas®. Cela a provoqué plusieurs ruptures mécaniques du décor comme des écrasements et des cassures, localisées sur le pourtour. Nous avons également observé des manques sur les arêtes et certaines parties saillantes du décor. Ils sont l’œuvre de souris dont on peut observer les empreintes de dents. Leur présence est confirmée par leurs déjections, très largement réparties à la surface du relief.

14Des taches brunes constellent la totalité du décor en glace royale. Elles ne présentent pas toutes les mêmes caractéristiques. Elles ont donc été classées selon leur couleur, leur forme et leur aspect :

Fig. 5 Classification des taches brunes

Fig. 5 Classification des taches brunes

Crédit : © Marie Courseaux

  • Le type n° 1 correspond à une légère décoloration. Il ne s’agit pas ici de tache, mais d’un éclaircissement, souvent de couleur grisâtre. Cette altération d’environ 0,2 cm de diamètre, se présente sous la forme d’un piquetage de la surface.

  • Le type n° 2 équivaut à une décoloration. La glace royale en contact avec les lichens a perdu sa teinte originale. Cela se traduit par l’apparition d’une auréole de 2,5 cm de diamètre, dont le liseré plus foncé correspond à la couleur du lichen.

  • Le type n° 3 regroupe des auréoles dont l’aspect évoque une solubilisation de la glace royale. Leur couleur ne change que très légèrement et correspond à un assombrissement de la teinte originale. Leur diamètre est compris entre 0,3 et 0,8 cm.

  • Le type n° 4 est pareil à un léger brunissement. Il regroupe toutes les taches entre 0,1 et 1,5 cm, dont la couleur est d’un brun clair presque orangé. Elles peuvent être accompagnées de déjections de souris, qui ont parfois causé une dépression dans la glace royale.

  • Le type n° 5 se compose d’une tache au centre accompagnée d’une auréole. Leur forme particulière de « disque parfait » n’est pas sans rappeler l’impact d’un liquide sur une surface. Leur taille varie, mais se situe généralement autour de 1,5 cm de diamètre. Il pourrait s’agir d’urine de souris, qu’elles déposent sur leur trajet sous forme de gouttelettes.

  • Le type n° 6 s’apparente à un brunissement d’une couleur brun orangé plutôt sombre. Il apparaît en grande étendue, jamais sous forme de disque. La taille des taches est variable, la plus grande atteint 20 cm en longueur et 7 cm en largeur.

  • Le type n° 7 apparaît comme l’assombrissement le plus marqué sur Trans Europe Express. Il peut s’étendre jusqu’à 15 cm en longueur et 7 cm en largeur. Dans ce cas précis, la consistance de la glace royale est modifiée. Cela va d’un simple ramollissement à l’apparition de zones poisseuses. Nous observons également une dissolution marquée de la surface, qui présente un aspect piqueté.

  • Enfin, le type n° 8 rassemble toutes les taches présentant des découpes à l’emporte-pièce d’une régularité étonnante, allant de 0,5 à 1 cm. Nous ne sommes actuellement pas en mesure d’expliquer ce phénomène.

15Le brunissement de la glace royale s’avère l’altération la plus importante. Il représente de ce fait, le problème majeur de conservation et de restauration. Les causes et la nature de cette altération demeuraient inconnues. En effet, Trans Europe Express constituait un cas atypique et sans précédent. Par conséquent, l’étude a porté sur la compréhension de ce phénomène.

Recherches

Étude des mécanismes de dégradation propre à la glace royale

  • 6  Analyses effectuées par Alexandre François du Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques.

16En premier lieu, nous avons recherché la trace de micro‑organismes. L’analyse des prélèvements de glace royale brunie s’est avérée négative6. Nous pouvons donc affirmer qu’il ne s’agit pas d’une attaque fongique ou bactérienne.

  • 7  Le mélange utilisé pour la fabrication de la partie principale des crânes mexicains est constitué (...)

17Le seul exemple d’une altération similaire, que nous ayons trouvé dans le domaine de la conservation‑restauration, concerne des crânes mexicains de département d’ethnographie du British Museum. Ils affichent le même type d’altération que Trans Europe Express et sont eux aussi ornés de glace royale7.

Fig. 6 Crâne mexicain révélant un fort brunissement

Fig. 6 Crâne mexicain révélant un fort brunissement

Chlöe ; Date d'acquisition : 1969 ; Glace royale ; H. 14,5 cm ; Inv. Am 1969, 03.1.

Crédit: © The Trustee of the British Museum

  • 8  DANIELS, LOHNEIS, 1997, p. 17-25.
  • 9  M. Vincent Daniels a obtenu une licence en science et un doctorat en chimie à l’Université de Card (...)
  • 10  Mme. Guinevere Lohneis a obtenu une licence en histoire à l’Université de Londres et une licence e (...)

18Ils ont fait l’objet d’une étude8 menée par M. Vincent Daniels9 et Mme Guinevere Lohneis10. Cela nous a permis, en parallèle avec d’autres recherches étendues au domaine de l’agroalimentaire, d’identifier cinq réactions pouvant correspondre au brunissement de la glace royale :

  • 1. Le brunissement enzymatique

  • 2. La réaction de Maillard

  • 3. La caramélisation

  • 4. L’oxydation des lipides

  • 5. La lipolyse

  • 11  MATHLOUTHI, REISER,1995.
  • 12  Il s’agit de l’hydrolyse des lipides.
  • 13  PEREGO, 2005, p. 510.

19Elles regroupent les réactions concernant le saccharose (1, 2, 3) et celles dépendant de l’œuf (4, 5). Trois réactions ont été rapidement écartées. La caramélisation intervient lorsque le saccharose chauffe au-delà de son point de fusion, et en présence d’un catalyseur acide. Ainsi, il aurait fallu que l’œuvre ait été soumise à une température d’environ 190 °C, pour que la structure du cristal de saccharose change et qu’une couleur brune franche apparaisse11. Par conséquent, la réaction de caramélisation n’a pas pu intervenir dans le brunissement constaté sur Trans Europe Express, car les conditions de son stockage et de son exposition étaient forcément inférieures à de telles températures. De la même façon, la lipolyse12 et l’oxydation des lipides ne sont pas envisageables. En effet, les lipides se trouvent essentiellement dans le jaune d’œuf13. Or, la préparation de glace royale n’est élaborée qu’à partir de blanc d’œuf. Ces réactions ont donc été exclues vu l’absence de lipides dans le blanc d’œuf.

  • 14  Il s'agit de flavonoïdes (C6C3C6) contenus dans le sucre.
  • 15  De formule C6H4O2, il s’agit de dicétones aromatiques. Delcroix, PAGNOUX, à paraître, p. 17.
  • 16  PILIŽOTA, ŠUBARIĆ, 1998, p. 220.
  • 17  Ibid.
  • 18  DELACHARLERIE, DE BIOURGE, CHÈNÉ, SINDIC, DEROANNE, 2008, p. 20.
  • 19  BUREAU, 1992, p. 17. 
  • 20  PILIŽOTA, ŠUBARIĆ, 1998, p. 220.
  • 21  BUREAU, 1992, p. 17. 
  • 22  Analyses effectués par Gilbert Delcroix, ingénieur et docteur ès sciences physique, spécialisé en (...)
  • 23  Analyses réalisées par Infrarouge à Transformée de Fourier (IRTF) et spectroscopie Raman au CICRP (...)

20Nous avons donc orienté nos recherches sur le brunissement enzymatique. Ce processus correspond à la transformation de composés phénoliques14 en quinones15, qui s’oxydent à leur tour en polymères de couleur brune16. Cela nécessite la présence d’oxygène et d’enzymes17, qui sont actifs si le pH est compris entre 6 et 6,518. Dans le cas de Trans Europe Express, ce type de réaction a pu être déclenché par la présence de tyrosine, contenue dans le blanc d’œuf19. Cet acide aminé est un composé phénolique, indispensable au brunissement enzymatique20. Mais le blanc d’œuf contient également un autre acide aminé : la cystéine, sensée inhiber la réaction21. Malgré tout, la présence de quinones a été mise en évidence lors des tests22. Cependant, l’apparition de quinones reste une étape intermédiaire du processus. Les polymères bruns issus du brunissement enzymatique n’ayant pas été détectés23, rien ne permet de valider cette hypothèse.

  • 24  La réaction de Maillard porte le nom du médecin et chimiste qui l’a découverte en 1912 : Louis-Cam (...)
  • 25  En effet, depuis le milieu du xxe siècle, les travaux sur la réaction de Maillard n’ont jamais ces (...)
  • 26  Cette réaction revêt une importance énorme dans la chimie des aliments car elle a lieu, entre autr (...)
  • 27  Les sucres réducteurs sont constitués par l’ensemble des sucres à fonction cétonique et aldéhydiqu (...)
  • 28  DANIELS, LOHNEIS, 1997, p. 17-25.
  • 29  Les molécules colorées (mélanoïdines) produites lors des réactions de Maillard sont extrêmement no (...)
  • 30  Le test à la liqueur de Fehling, effectué par Gilbert Delcroix, s’est avéré positif.

21Nous nous sommes alors reportée vers une réaction de brunissement non enzymatique : la réaction de Maillard24. Elle n’a pas été totalement élucidée d’un point de vue chimique et ses différentes étapes font toujours l’objet de nombreuses études dans le domaine de la santé25 et de l’agroalimentaire26. Nous pouvons néanmoins la résumer ainsi : elle se définit comme l’ensemble des interactions résultant de la réaction initiale entre un sucre réducteur27 (glucose, fructose, ribose, etc.) et un groupement α- aminé28 (acides aminés, protéines, peptides, etc.). Elle est irréversible et aboutit à la formation de polymères bruns ou noirs insolubles, regroupés sous le terme générique de mélanoïdines29. Dans le cas de Trans Europe Express, on retrouve les acides aminés dans le blanc d’œuf.  En revanche, le sucre glace n’est pas un sucre réducteur, mais un disaccharide. Il peut néanmoins s’hydrolyser en présence d’eau, pour former une molécule de glucose et de fructose qui sont, eux, des sucres réducteurs. Des tests ont d’ailleurs confirmé leur présence sur Trans Europe Express30. L’inondation des réserves, dans lesquelles l’œuvre était stockée, est à l’origine de ce phénomène.

  • 31  Trois recettes de glaçage ont été testées. Un glaçage à l’eau préparé avec 5 ml d’eau et 50 g de s (...)

22L’étude menée par M. Vincent Daniels et Mme Guinevere Lohneis confirme cette hypothèse. Les résultats obtenus montrent que le brunissement augmente lorsque l’humidité relative, la température et l’acidité augmentent. D’après leurs analyses par chromatographie gazeuse et par tests chimiques, ils attribuent également la cause du brunissement à la réaction de Maillard. Cependant, la composition des glaces royales dans cette précédente étude était légèrement différente31. Par conséquent, nous ne pouvions pas exploiter directement les résultats. Une recherche a donc été menée en collaboration avec le Centre interdisciplinaire de conservation et restauration du patrimoine de Marseille (CICRP). Son but était de vérifier l’hypothèse d’une réaction de Maillard mais aussi de déterminer les facteurs qui en seraient la cause.

Protocole de l’étude

  • 32  Ainsi les éprouvettes de la préparation liquide correspondent à la première couche sur Trans Europ (...)

23Nous avons tout d’abord réalisé des éprouvettes avec de la glace royale assez liquide, puis avec de la glace royale plus épaisse afin de reconstituer la stratigraphie originale32. Pour ce faire, nous avons sélectionné les produits suivants :

  • Un sucre glace Saint Louis® composé à 97 % de sucre et à 3 % d’amidon. Ce produit correspondait a priori au type de sucre glace amylacé utilisé par l’artiste.

    • 33  Tout en sachant que sa composition pouvait être différente à l’époque de création de l’œuvre. En e (...)

    Des peintures de la gamme Flashe® de couleurs différentes33, chacune correspondant à une couleur sur Trans Europe Express.

    • 34  Cf. Fiches technique des produits en annexe.
    • 35  Les tests ont été effectués à l’aide de bandelettes pH. Ces mesures correspondent au pH des émulsi (...)

    Quatre émulsions vinyliques34 de pH différents, car la colle utilisée par Dorothée Selz demeure inconnue et qu’elle peut influencer la réaction. Il s’agit de : Vinamul® 3254 (pH = 4), VR 200® (pH = 5), Dalbe Vinyl® (pH = 6), colle blanche ST® EM 91136D de chez Stouls (pH = 7)35.

  • 36  Dans les conditions normalisées des tests.

24Dans le cadre de l’étude, le polystyrène et le contreplaqué ne servent pas de support à la glace royale comme c’est le cas sur Trans Europe Express. En effet, ces matériaux peuvent interférer dans le processus de vieillissement artificiel et fausser les résultats des tests. Les tests sont donc réalisés sur des lamelles en verre. Ce matériau inerte chimiquement36 permet d’éviter toute interaction possible avec la glace royale.

25Les préparations liquides ont été réalisées selon les proportions ci‑dessous :

  • 1 blanc d’œuf

  • 135 g de sucre glace

  • 12 g de peinture

  • 37  Les éprouvettes de cette série ont été placées dans une cage remplis de souris suffisamment longte (...)

26La glace royale est ensuite divisée en quatre parts égales. À chaque part est ajoutée cinq grammes d’une des quatre colles vinyliques citées précédemment. Les préparations épaisses ont été élaborées de la même manière. Seule la quantité de sucre a été modifiée (180 g). Avant toute application de glace royale, les lamelles sont dégraissées à l’aide d’un agent tensio‑actif anionique (Teepol 617). Les préparations liquides et épaisses sont alors étalées sur la surface en verre à l’aide d’une spatule en inox. Une fois séchée à l’air libre, la couche de préparation liquide correspond à une épaisseur comprise entre 1 et 2 mm alors que celle de la préparation épaisse est de 3 à 4 mm. Indépendamment, une série incolore (sans ajout de peinture) a testé l’action d’urine et de déjections de souris sur la glace royale et les lichens37. L’ensemble des éprouvettes a été soumis à un vieillissement artificiel dans une enceinte Vötsch VC4034 pendant vingt‑huit jours. Les cycles continus s’effectuaient à une température de 60° C et une humidité relative de 75 %. L’évaluation des changements de couleur et des modifications chimiques ont été réalisées par spectrocolorimétrie et Infrarouge à Transformée de Fourier (IRTF) au CICRP de Marseille.

Bilan

27Sur l’ensemble des échantillons testés, deux cas de brunissement sont apparus sur le mélange n° 0 et n° 2, tout deux réalisés à partir de la colle Vinamul®. Il se pourrait donc que la nature de la colle vinylique ait une incidence. Son pH de 4 pourrait favoriser ou engendrer la réaction de Maillard. Cette hypothèse demande à être confirmée par une plus grande série de tests.

Fig. 7 Échantillons de glace royale avant et après vieillissement artificiel

Fig. 7 Échantillons de glace royale avant et après vieillissement artificiel

De haut en bas : Série test n° 0, glace royale de préparation épaisse ; Série test n° 2, glace royale de préparation liquide ; Série test n° 8, glace royale avec lichen, urine et déjection de rongeur ; Série test n° 8, glace royale avec urine de rongeur.

Crédit : © Alain Colombini

28La série de tests n° 8 montre qu’en présence d’urine et de déjections de rongeur l’apparition du brunissement est nettement accentuée, que leur action soit combinée ou non. La morphologie des zones altérées est très proche de celles observées sur Trans Europe Express. Ainsi, les auréoles jaunâtres et brunes qui ont été obtenues par vieillissement accéléré se rapprochent des taches de type n° 4. Il est également possible de distinguer de petites cavités d’un brun très sombre, semblables à celles des taches de type n° 7.

29Le brunissement est apparu sur un échantillon de glace royale aussi bien épaisse que liquide. La consistance du mélange n’a donc aucun effet sur la réaction. Il en est de même pour sa couleur. Par contre, les tests ont confirmé l’action d’une humidité relative et d’une température élevée. Nous sommes désormais absolument sûrs que ces deux facteurs sont à l’origine de la dégradation et donc du brunissement.

30Trans Europe Express a subi dans un premier temps une hydrolyse du saccharose, qui s’est poursuivie par une réaction de Maillard. Seules Table et Sans titre qui appartiennent également au CNAP, présentent à notre connaissance ce même phénomène de brunissement.

Fig. 8 Exemples de brunissement sur d'autres œuvres de Dorothée Selz

Fig. 8 Exemples de brunissement sur d'autres œuvres de Dorothée Selz

À gauche : Table ; 1987 ; Glace royale, bois, grillage métallique fin, plâtre, ciment, clous, bandes plâtrées, peinture acrylique, colle vinylique, verre, faïence; H. 116 cm, L. 110 cm, P. 76 cm ; Achat en 1990 ; FNAC ; Inv. 90558. À droite : Sans titre ; 1980 ; Glace royale, peinture acrylique, grillage, tissus, plâtre sur bois ; H. 15 cm, L. 200 cm, P. 130 cm ; Paris ; FNAC ; Inv. 1779.

Crédit : © Marie Courseaux

31Tout comme Trans Europe Express, elles ont été conservées dans des réserves ayant subi des inondations. Nous pouvons conclure que leurs conditions de stockage sont un facteur clef de cette dégradation si spécifique. D’autant plus que les lichens présents sur l’œuvre peuvent agir comme des éponges et retenir l’humidité. Les tests effectués lors de cette étude ont mis en évidence les dangers d’une humidité relative et d’une température élevées. De ce fait, il est impératif de respecter certaines conditions de conservation. Nous nous sommes basée pour cela sur les préconisations faites par M. Vincent Daniels et Mme Guinevere Lohneis, qui ont pu tester différents taux d’humidité relative et de température. L’environnement idéal se situe à un taux d’humidité relative inférieure à 30 % et à une température de 15 °C ( ±2 °C).  Nous n’avons malheureusement pas disposé de suffisamment de temps afin d’établir un pronostic quant à l’évolution des taches. Cependant, nous n’avons constaté aucune évolution du brunissement durant les dix‑huit mois consacrés à la restauration de l’œuvre. Selon Annie Demange il en serait de même pour Table, qui n’a pas montré de nouvelles taches depuis sa restauration en avril 2011.

Traitement

32Avant toute intervention, un dépoussiérage est effectué à l’aide d’une brosse à poils souples et d’une aspiration contrôlée. Les déjections de souris ont été éliminées avec une précelle et un scalpel.

  • 38  Il est question de tests de solubilisation. Ils sont effectués sur des prélèvements de lichens et (...)
  • 39  Il s’agit d’une résine aliphatique à bas poids moléculaire (1250g/mol).

33Les lichens se sont décolorés, nettement assombris et ne s’intègrent plus aussi discrètement au paysage. Ils ont perdu de leur souplesse au fil du temps et sont devenus cassants, ce qui a entraîné la rupture de nombreuses ramifications. Ils ne peuvent être remplacés sans abîmer la glace royale dans laquelle ils sont retenus. De plus, les lichens de substitution finiraient, eux aussi, par se fragiliser. Les lichens restants sont donc consolidés afin de minimiser la perte de rameaux. Le solvant utilisé ne doit entraîner aucune solubilisation de leurs colorants et de la glace royale. À l’issue des tests38, le white spirit apparaît comme le seul à être sans danger pour les deux matériaux. L’extrême fragilité des lichens a imposé l’aérographe comme étant le seul mode d’application adéquat. Il permet une consolidation à cœur et sans risque de casser les rameaux. Après plusieurs tests, notre choix s’est porté sur la résine Regalrez 1126®39. Elle offre à faible concentration la meilleure résistance mécanique et une mise en œuvre aisée. La glace royale est protégée grâce à du film étirable. Des poids sont disposés en périphérie et aident au maintien du film lors de la pulvérisation. Sous hotte aspirante, un mélange de Regalrez® à 5 % dans le white spirit est appliqué à deux reprises sur les rameaux fragilisés.

  • 40  Elles sont fabriquée à base de Laropal A81®, une résine urée-aldéhyde.

34Après consolidation, ils sont retouchés pour mieux s’intégrer au paysage, comme l’a voulu Dorothée Selz. Pour cela, nous avons retenu les peintures Gamblin®40, qui ont montré lors des tests les meilleurs résultats en terme de pouvoir couvrant, de luminosité et de mise en œuvre. De plus, elles possèdent un bon vieillissement et sont compatibles avec le Regalrez® utilisé pour la consolidation. Avant toute application, un échantillonnage de couleurs a été réalisé sur des lichens tests. Il a servi de référence pour la retouche, car aucun document ne fait état de leurs couleurs avant brunissement. Nous nous sommes basée pour sa réalisation, sur les couleurs persistant à l’extrémité de certains lichens et les indications de Dorothée Selz. Trois teintes ont été déterminées : un grenat, un vert jaune et un vert bleuté. Les tests de solubilisation sur les lichens originaux ont confirmé l’existence de ces trois couleurs. Ils ont aussi révélé la présence d’un grenat plus orangé. La retouche des lichens s’est effectuée avec la participation de Dorothée Selz. À partir de l’échantillonnage, nous avons sélectionné ensemble quatre couleurs qui semblaient les plus proches des couleurs originales. De nouveaux tests de solubilisation sont effectués pour déterminer l’emplacement de chaque couleur. La glace royale est ensuite protégée avec du film étirable. Les lichens sont retouchés avec des couleurs Gamblin® diluées dans l’isopropanol et appliquées à l’aérographe.  

Fig. 9 Lichens et glace royale avant et après retouche

Fig. 9 Lichens et glace royale avant et après retouche

Crédit : © Marie Courseaux

  • 41  Ceci est dû à la masse moléculaire particulièrement basse du Laropal A81®.
  • 42  Les peintures Gamblin® sont solubles dans l’isopropanol, un solvant inoffensif pour la glace royal (...)
  • 43  DE LA RIE, MARK, GAMBLIN, WHITTEN, 2000, p. 29-33 ; DE LA RIE, QUILLEN LOMAX, PALMER, DEMING GLINS (...)
  • 44  SZMIT-NAUD, 2006, p. 66-75.
  • 45  Des tests ont été réalisés avec de la glace royale non colorée, étalée sur des éprouvettes en verr (...)

35En ce qui concerne la glace royale, il a été décidé de procéder à une retouche. Les taches répandues en surface interfèrent avec l’aspect comestible et appétissant voulu par Dorothée Selz. De plus, le caractère irréversible de la réaction et la formation de polymères bruns insolubles empêchent tout traitement par voie chimique. Nous avons également sélectionné les produits Gamblin® pour leur bonne capacité à l’étalement41 et leur fort pouvoir couvrant. Contrairement à l’aquarelle ou aux peintures acryliques, ils ne risquent pas non plus d’endommager la glace royale qui est sensible à l’eau et à l’acétone42. Les différentes études de René de la Rie43 ainsi qu’une intervention aux douzièmes journées d’étude de la SFIIC44, ont prouvé leurs bon vieillissement. Malgré cela, nous avons tenu à vérifier leur innocuité sur la glace royale. Les tests de vieillissement artificiel effectués avec le CICRP ont montré qu’elles étaient sans danger45. La retouche a pu ainsi être exécutée au pinceau sous une lumière du jour. La peinture bleue sous les rails, est retouchée selon le même procédé après un bouchage des lacunes au mastic Modostuc®. Ces interventions ont permis de rétablir l’unité de Trans Europe Express et la réintégration des lichens au sein du paysage.

36Trans Europe Express mobilise un ensemble d’expériences, aussi bien visuelles qu’auditives. C’est pourquoi il est important de réactiver sa dimension sonore. Il est possible d’utiliser à nouveau le magnétophone d’origine si l’on en change les piles. Cependant, pour plus de facilité lors des expositions, nous avons fait le choix de le remplacer par un magnétophone exactement identique, qui a été entièrement démonté et dont les composants électroniques ont été extraits. Ils sont conservés à part avec le magnétophone original, ainsi il est possible de revenir à un état antérieur en le réinstallant. Les composés électroniques pourront servir de rechange s’il venait à tomber en panne. La coque extérieure du magnétophone de substitution est conservée. Elle permet de glisser à l’intérieur un lecteur MP3 Sony® raccordé à deux enceintes X‑mini® qui diffuseront la bande‑son numérisée.

Fig. 10 Protocole d'installation du système sonore

Fig. 10 Protocole d'installation du système sonore

Crédit : © Marie Courseaux

37La numérisation de la bande‑son a été réalisée avec le logiciel Audacity® et un magnétophone numérique professionnel. Elle a été enregistrée à partir d’une copie cassette fournie par le FNAC, qui n’a pas pu nous prêter l’original. Les deux faces ont été regroupées sur un fichier au format WAV et sauvegardées sur un CD. L’étiquette de la cassette originale a été scannée, puis imprimée sur un papier autocollant et appliquée sur la copie. Selon les souhaits de l’artiste, ce système permet de limiter l’écoute au cadre de Trans Europe Express tout en conservant l’aspect extérieur du magnétophone.

38Le couvercle en Plexiglas® présente de multiples rayures qui gênent la visibilité du relief. Il constitue même un facteur d’altération pour la glace royale. Sa seule fonction étant de protéger l’œuvre, nous avons décidé de le remplacer par un couvercle en Plexiglas® semblable. Les dimensions du nouveau couvercle sont agrandies de 6 mm en largeur et en longueur. Cela permet l’insertion de cales en balsa au niveau des vis.

Fig. 11 Système de calage en balsa avant et après retouche

Fig. 11 Système de calage en balsa avant et après retouche

Crédit : © Marie Courseaux

39Leur but est d’empêcher le frottement de la cloche sur la glace royale et donc les pertes de matière. Elles permettent aussi d’éviter un serrage excessif qui pourrait entraîner de nouvelles fentes dans le Plexiglas®. Pour plus de discrétion, elles ont été taillées en biseau et retouchées à l’aide de peinture acrylique. L’ouverture qui constitue une voie d’accès aux rongeurs sera fermée lors du stockage par un opercule en Plexiglas®.

Conclusion

40Les problématiques soulevées par la restauration de Trans Europe Express m’ont permis d’étendre mes connaissances à une grande variété de matériaux, assez peu connus et auxquels nous sommes rarement confrontés dans le domaine de la conservation‑restauration. La majeure partie de mon travail a donc consisté dans l’étude de la glace royale, principal composant de l’œuvre, afin d’en comprendre le processus de brunissement et d’en dégager les principaux facteurs d’altération. Étant donné le caractère irréversible de la dégradation, la mise en place de mesures préventives est essentielle. Des conditions de stockage appropriées (humidité relative et température basse) en minimiseront l’altération. Ces préconisations préviendront également la dégradation d’autres œuvres constituées elles aussi de glace royale. Ce cas particulier met en exergue les limites atteintes par la conservation‑restauration en art contemporain lorsqu’il s’agit d’intervenir directement sur des matériaux foncièrement instables.

41La collaboration avec Dorothée Selz s’est avérée extrêmement enrichissante aussi bien sur le plan artistique, technique que personnel. Il en résulte une documentation conséquente, fruit d’un échange productif. Ainsi, la restauration a permis de restituer l’unité de Trans Europe Express, dans le respect des intentions de l’artiste et de ce qui constitue l’essence même de l’œuvre.

Fig. 12 Trans Europe Express avant et après restauration

Fig. 12 Trans Europe Express avant et après restauration

Crédit : © Marie Courseaux

Top of page

Bibliography

ASHOOR, S.H., ZENT, J.B, "Maillard Browning of Common Amino Acids and Sugars", dans Journal of Food and science, vol. 49, 1984, p. 1206-1207.

BUREAU, C., Les analyses physicochimiques appliquées à la restauration et à la conservation des oeuvres d'art, INFORMA Études, Recherches, Traitements. Conservation‑Restauration du Patrimoine Culturel, 1992.

CARMICHAEL, E., SAYER, C., The Skeleton at the Feast, The Day of the Dead in Mexico, London, British Museum Press, 1991.

COURSEAUX, M., Trans Europe Express, Étude et restauration d'une œuvre de Dorothée Selz, mémoire de diplôme en conservation‑restauration des œuvres sculptées, Tours, Esba TALM, 2012.

COUTEAU, J., DAMIENS, L., GIRARD‑FASSIER, G., Offrandes, Dorothée Selz, Clermont‑Ferrand, Un, deux... Quatre, 2003.

CRISCI, G. M., LA RUSSA, M. F., MALAGODI, M., RUFFOLO, S. A., "Consolidating properties of Regalrez 1126® and Paraloid B72® applied to wood", dans Journal of Cultural Heritage, 2010, Vol. 11, p. 304‑308.

DANIELS, V., LOHNEIS, G., "Deterioration of sugar artifacts", dans Studies in conservation, 1997, vol. 42, n° 1, p. 17‑25.

DE LA RIE, E. R., MARK, L., GAMBLIN, R., WHITTEN, J., "Development of a New Material for Retouching", dans Tradition and Innovation : Advances in Conservation, IIC 2000 Melbourne Congress, London, International Institute for Conservation of Historic and Artistic Works, 2000, p. 29‑33.

DE LA RIE, E. R., QUILLEN LOMAX, S., PALMER, M., DEMING GLINSMAN, L., MAINES, C.A., "An investigation of the photochemical stability of urea‑aldehyde resin retouching paints", dans Tradition and Innovation: Advances in Conservation, IIC 2000 Melbourne Congress, London, International Institute for Conservation of Historic and Artistic Works, 2000 p. 51‑59.

DELCROIX, G., PAGNOUX, M., Matière à peindre, Dictionnaire technique et critique de la substance picturale, de l’œuvre peinte & de ses composants matériels et immatériels, à paraître.

ELARBI, S., CLOUTEAU, I., « Exposer et pérenniser l’œuvre contemporaine », Penser autrement l’art contemporain, dans Techné, n° 24, 2006, p. 69‑73.

ELLIS, G. P., "The Maillard reaction", dans Advances in Carbohydrate Chemistry and Biochemistry, vol. 14, 1959, p. 63‑134.

DELACHARLERIE, S., DE BIOURGE, S., CHÈNÉ, C., SINDIC, M ., DEROANNE, C., HACCP organoleptique, guide pratique, Gembloux, Presse agronomiques de Gembloux, 2008.

HODGE, J.E., "The Amadori Rearrangement", dans Advances in Carbohydrate Chemistry and Biochemistry, vol. 10, 1955, p. 169‑205.

MAILLARD, L‑C., Action de la glycérine et des sucres sur les acides grasaminés : cycloglycylglycines et polypeptides; mélanoïdines et matières humiques, Laval, L. Barnéoud, 1913.

MAILLARD, L‑C., Genèse des matières protéiques et des matières humiques : action de la glycérine et des sucres sur les acides aminés, Paris, Masson, 1913.

MATHLOUTHI, M., REISER, P., Le saccharose : propriétés et applications, Paris, Polytechnica, 1995.

NURSTEN, H., The Maillard Reaction, Chemistry, Biology and Implications, Londres, Royal Society of Chemistry, 2005.

PEREGO, F., Dictionnaire des matériaux du peintre, Paris, Belin, 2005.

PILIŽOTA, V., ŠUBARIĆ, D., « Control of Enzymatic Browning of Foods », dans Food Technology and Biotechnology, 1998, vol. 36, n° 3, p. 219‑227.

SZMITNAUD, E., « Stabilité de la couleur et réversibilité des matériaux contemporains pour retouches des peintures » dans Couleur & temps, La couleur en conservationrestauration, 12es journées d’étude de la SFICC, Paris, 21‑23 juin 2006, Champs‑sur‑Marne, SFIIC, 2006, p. 66‑75.

Top of page

Notes

1  La poche à douille se présente sous la forme d’un cornet souple, capable de recevoir à son extrémité divers embouts dont la découpe permet d’obtenir différents reliefs. Ces ustensiles habituellement employés en pâtisserie donnent au paysage son aspect particulier.

2  En effet, Dorothée Selz en a modifié la composition pour des raisons pratiques. D’après elle, les colorants alimentaires perdent de leur intensité avec le temps. C’est pourquoi elle utilise en remplacement de la peinture Flashe® pour teinter sa glace royale. Elle a également supprimé le jus de citron car il accélère son temps de séchage. Cela lui permet de disposer d’un délai suffisamment long pour réaliser le décor. Quant à la colle vinylique, elle a été ajoutée, selon ses termes, pour donner « une consistance, une dureté, une pérennité » au mélange. COURSEAUX, 2012, p. 326.

3  Flashe® est une gamme de peinture commercialisée par Lefranc & Bourgeois®. Elle est crée en 1959 par l’un de leur ingénieur : Marc Havel. Son liant est un copolymère à base d’acétate de vinyle et d’ester acrylique.

4  Terme employé par Dorothée Selz pour désigner l’ensemble des installations éphémères réalisées à partir de matériaux comestible.

5  Lors des entretiens, l’artiste nous a indiqué avoir également utilisé la peinture Flashe® pour peindre le pourtour de l’œuvre. Cette information a été corroborée par une série de tests de solubilisation effectué en atelier et qui se sont révélés positifs à l’acétone et à l’éthanol. COURSEAUX, 2012, p. 257.

6  Analyses effectuées par Alexandre François du Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques.

7  Le mélange utilisé pour la fabrication de la partie principale des crânes mexicains est constitué de 5 kg de sucre, 1,5 kg d’eau, d’un jus de citron et d’une cuillère à soupe de bitartrate de potassium (crème de tartre). Il est ensuite chauffé dans une poêle et versé dans un moule. Certains utilisent un mélange fait à partir de sucre glace, de blanc d’œuf, de quelques gouttes de citron et d’une poudre de la racine appelée Chault (Prophyllum coloratum). CARMICHAEL, SAYER, 1991.

8  DANIELS, LOHNEIS, 1997, p. 17-25.

9  M. Vincent Daniels a obtenu une licence en science et un doctorat en chimie à l’Université de Cardiff. Il a travailler au sein du département de conservation du British Museum à partir de 1974 et ce jusqu’en 2003, date à laquelle il devient chercheur pour le Royal College of Art.

10  Mme. Guinevere Lohneis a obtenu une licence en histoire à l’Université de Londres et une licence en chimie à « l’Université ouverte » du Royaume-Uni.

11  MATHLOUTHI, REISER,1995.

12  Il s’agit de l’hydrolyse des lipides.

13  PEREGO, 2005, p. 510.

14  Il s'agit de flavonoïdes (C6C3C6) contenus dans le sucre.

15  De formule C6H4O2, il s’agit de dicétones aromatiques. Delcroix, PAGNOUX, à paraître, p. 17.

16  PILIŽOTA, ŠUBARIĆ, 1998, p. 220.

17  Ibid.

18  DELACHARLERIE, DE BIOURGE, CHÈNÉ, SINDIC, DEROANNE, 2008, p. 20.

19  BUREAU, 1992, p. 17. 

20  PILIŽOTA, ŠUBARIĆ, 1998, p. 220.

21  BUREAU, 1992, p. 17. 

22  Analyses effectués par Gilbert Delcroix, ingénieur et docteur ès sciences physique, spécialisé en science de la conservation-restauration des biens culturels. Le premier test à l’ammoniaque s’est révélé positif, de même qu’un second test au bromhydrure de sodium.

23  Analyses réalisées par Infrarouge à Transformée de Fourier (IRTF) et spectroscopie Raman au CICRP de Marseille par Alain Colombini.

24  La réaction de Maillard porte le nom du médecin et chimiste qui l’a découverte en 1912 : Louis-Camille Maillard (Pont-à-Mousson, 1878 ; Paris, 1936). Alors qu’il travaillait sur la synthèse de protéines en chauffant des mélanges glucose-glycine, il obtint par hasard des substances aromatiques et colorées qu’il identifia comme des polymères bruns responsables de la couleur et de la saveur de nombreux aliments. Il publiera sa découverte le 27 Novembre 1911 sous le nom : L’action des sucres sur les acides aminés et la développera dans un ouvrage intitulé Genèse des matières humiques et des matières protéiques en 1913. MAILLARD, 1913.

25  En effet, depuis le milieu du xxe siècle, les travaux sur la réaction de Maillard n’ont jamais cessé. Ils se sont même trouvés relancés lorsque l’on a mis en évidence leur développement à l’intérieur même des cellules et seraient, en partie, la cause du vieillissement cellulaire.

26  Cette réaction revêt une importance énorme dans la chimie des aliments car elle a lieu, entre autre, lors de leurs stockage. Elle est principalement responsable de la production des odeurs, des arômes, et des couleurs caractéristiques des aliments cuits.

27  Les sucres réducteurs sont constitués par l’ensemble des sucres à fonction cétonique et aldéhydique.

28  DANIELS, LOHNEIS, 1997, p. 17-25.

29  Les molécules colorées (mélanoïdines) produites lors des réactions de Maillard sont extrêmement nombreuses. Ainsi dans l’article de Nursten, c’est près d’une quarantaine de molécules hétérocycliques azotées ou non qui sont répertoriées. Globalement, ce sont des polymères de fort poids moléculaire qui contiennent des furannes et de l’azote et qui peuvent contenir des groupes carbonyle, carboxyle, amine, amide, pyrrole, indole, esther, anhydride, éther, méthyle et hydroxyles. NURSTEN, 2005, p. 53-61.

30  Le test à la liqueur de Fehling, effectué par Gilbert Delcroix, s’est avéré positif.

31  Trois recettes de glaçage ont été testées. Un glaçage à l’eau préparé avec 5 ml d’eau et 50 g de sucre glace. Une glace royale obtenue avec un blanc d’œuf et 250 g de sucre glace. Une glace royale fabriquée de la même manière que la précédente mais avec un ajout de 2 % et 4 % de jus de citron.

32  Ainsi les éprouvettes de la préparation liquide correspondent à la première couche sur Trans Europe Express tandis que les éprouvettes de préparation épaisse correspondent à la seconde.

33  Tout en sachant que sa composition pouvait être différente à l’époque de création de l’œuvre. En effet, les premières peintures Flashe®, dites « gouaches vinyliques » étaient plastifiées avec 16 % de phtalate de dibutyle (un plastifiant externe). Mais à partir de 1970, elles sont plastifiées par copolymérisation avec un plastifiant interne et non plus par simple mélange avec un plastifiant externe, qui disparaît peu à peu.

34  Cf. Fiches technique des produits en annexe.

35  Les tests ont été effectués à l’aide de bandelettes pH. Ces mesures correspondent au pH des émulsions avant séchage. Les mesures de pH apparent, faites sur les émulsions après séchage, sont toutes égales à 7.

36  Dans les conditions normalisées des tests.

37  Les éprouvettes de cette série ont été placées dans une cage remplis de souris suffisamment longtemps, pour que celles-ci y déposent leur urines et leur déjections.

38  Il est question de tests de solubilisation. Ils sont effectués sur des prélèvements de lichens et de glace royale provenant de Trans Europe Express. Les échantillons sont alors plongés durant 24 h dans différents solvants.

39  Il s’agit d’une résine aliphatique à bas poids moléculaire (1250g/mol).

40  Elles sont fabriquée à base de Laropal A81®, une résine urée-aldéhyde.

41  Ceci est dû à la masse moléculaire particulièrement basse du Laropal A81®.

42  Les peintures Gamblin® sont solubles dans l’isopropanol, un solvant inoffensif pour la glace royale.

43  DE LA RIE, MARK, GAMBLIN, WHITTEN, 2000, p. 29-33 ; DE LA RIE, QUILLEN LOMAX, PALMER, DEMING GLINSMAN, MAINES, 2000, p. 51-59.

44  SZMIT-NAUD, 2006, p. 66-75.

45  Des tests ont été réalisés avec de la glace royale non colorée, étalée sur des éprouvettes en verre. Différentes peintures servant à la retouche, dont les produits Gamblin®, ont été appliquées sur celle-ci au pinceau. Les éprouvettes ont été soumises à un vieillissement artificiel durant quinze jours, à des cycles continus de température à 60 °C et d’humidité à 75 %. Après une première évaluation à l’œil nu et des analyses par spectrocolorimétrie et IRTF, aucune modification n’est visible sur les produits de retouche Gamblin®.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 Trans Europe Express avant restauration
Caption Vue d’ensemble, Inv. 1525 ; 35 kg ;  H. 20,5 cm, L. 131,5 cm, P. 98,5 cm.
Credits Crédit : © Marie Courseaux
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3258/img-1.jpg
File image/jpeg, 784k
Title Fig. 2 Les huit reliefs constituant Le Temps des gares de Dorothée Selz
Caption 1978 ; Glace royale, support bois, éléments de modélisme (circuit de train miniature, personnages en plastique, etc.) ; H. 150 cm, L. 175 cm, P. 90 cm, longueur totale de 14 m (les huit pièces) ; Collection privée, Paris.
Credits Crédit : © Galerie Gabrielle Laroche, 12 rue de Beaune 75007 Paris
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3258/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Fig. 3 Exemple de « sculpture comestible éphémère »
Caption 2007 ; Polystyrène, glace royale, confiserie, denrées salées et sucrées ; H. 4,5 m (autres dimensions variables) ; Installation réalisée à Bogota, Colombie.
Credits Crédit : © Oscar Monsalve, Brice & Romain Martenet‑Cuidet, Dorothée Selz
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3258/img-3.jpg
File image/jpeg, 916k
Title Fig. 4 Positionnement des différents éléments
Credits Crédit : © Marie Courseaux
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3258/img-4.jpg
File image/jpeg, 1004k
Title Fig. 5 Classification des taches brunes
Credits Crédit : © Marie Courseaux
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3258/img-5.jpg
File image/jpeg, 1020k
Title Fig. 6 Crâne mexicain révélant un fort brunissement
Caption Chlöe ; Date d'acquisition : 1969 ; Glace royale ; H. 14,5 cm ; Inv. Am 1969, 03.1.
Credits Crédit: © The Trustee of the British Museum
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3258/img-6.jpg
File image/jpeg, 596k
Title Fig. 7 Échantillons de glace royale avant et après vieillissement artificiel
Caption De haut en bas : Série test n° 0, glace royale de préparation épaisse ; Série test n° 2, glace royale de préparation liquide ; Série test n° 8, glace royale avec lichen, urine et déjection de rongeur ; Série test n° 8, glace royale avec urine de rongeur.
Credits Crédit : © Alain Colombini
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3258/img-7.jpg
File image/jpeg, 968k
Title Fig. 8 Exemples de brunissement sur d'autres œuvres de Dorothée Selz
Caption À gauche : Table ; 1987 ; Glace royale, bois, grillage métallique fin, plâtre, ciment, clous, bandes plâtrées, peinture acrylique, colle vinylique, verre, faïence; H. 116 cm, L. 110 cm, P. 76 cm ; Achat en 1990 ; FNAC ; Inv. 90558. À droite : Sans titre ; 1980 ; Glace royale, peinture acrylique, grillage, tissus, plâtre sur bois ; H. 15 cm, L. 200 cm, P. 130 cm ; Paris ; FNAC ; Inv. 1779.
Credits Crédit : © Marie Courseaux
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3258/img-8.jpg
File image/jpeg, 912k
Title Fig. 9 Lichens et glace royale avant et après retouche
Credits Crédit : © Marie Courseaux
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3258/img-9.jpg
File image/jpeg, 964k
Title Fig. 10 Protocole d'installation du système sonore
Credits Crédit : © Marie Courseaux
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3258/img-10.jpg
File image/jpeg, 1008k
Title Fig. 11 Système de calage en balsa avant et après retouche
Credits Crédit : © Marie Courseaux
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3258/img-11.jpg
File image/jpeg, 556k
Title Fig. 12 Trans Europe Express avant et après restauration
Credits Crédit : © Marie Courseaux
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3258/img-12.jpg
File image/jpeg, 943k
Top of page

References

Electronic reference

Marie Courseaux, « Trans Europe Express, étude et restauration d’une œuvre de Dorothée Selz », CeROArt [Online], EGG 3 | 2013, Online since 12 May 2013, connection on 17 October 2017. URL : http://ceroart.revues.org/3258

Top of page

About the author

Marie Courseaux

Après une année préparatoire à la Villa Thiole de Nice, Marie Courseaux a étudié la conservation-restauration de peintures à l’École supérieure d’art d’Avignon puis la conservation-restauration de sculptures à l’École supérieure des beaux-arts de Tours (DNSEP mention conservation-restauration des œuvres sculptées, obtenu en 2012). Elle s’est également formée aux techniques de moulage lors de ses différents stages et opère aussi bien aux États-Unis qu’en France. Contact: mariecourseaux@gmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org