Navigation – Plan du site
Dossier

Étude du comportement mécanique d’une reliure de la fin du XVe siècle – Le Missel de Cambrai

Lara Meersseman

Résumés

L'article concerne la restauration d’un incunable imprimé en 1495 à Paris. Notre objectif était d’adapter nos interventions en tenant compte des différents matériaux constitutifs du livre médiéval: le cuir, le bois, la couture et les ferrures. Les techniques mises en œuvre visent la stabilisation des dégradations et le renforcement de la structure mécanique tout en respectant l’intégrité historique et structurel du Missel.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

livre, cuir, incunable, reliure, encres
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les livres reliés avec des ais en bois présentent souvent des états de dégradation assez variés : d’un simple soulèvement du cuir à des plats détachés. Ceci est dû à la diversité des matériaux utilisés, aux modes de conservation et aux manipulations peu soigneuses.  En effet, différents facteurs influencent souvent le processus de vieillissement. Même si les reliures fonctionnent selon un mécanisme semblable basé sur l’articulation entre la couture, les plats et la couvrure, les matériaux utilisés ont des comportements très différents.

2En effet, le caractère de solidité assorti à la reliure sensée protéger le volume est mis à mal par la fragilité des matériaux et leur façonnage. Ainsi, le cuir tendu lors de la couvrure est fragilisé par une ouverture fréquente des plats. Le bois bouge au fil du temps et peut prendre une forme concave qui aura un impact direct sur le cuir de couvrure jusqu’à  briser celui-ci étant donné la tension exercée. De plus, les éléments décoratifs, comme les ferrures, sont cloués à travers les ais de bois entrainant des fissures qui progressivement se transforment en fentes.

3Au cours du temps, les matériaux se dégradent et leur vieillissement n’est pas homogène. Quant un composant réagit, cela a une incidence sur l’ensemble du livre. Les matériaux du livre médiéval n’ont pas de liberté de mouvement : chaque pièce qui compose la reliure est contrainte pour être maintenue. Les dégradations dépendent de la nature de chaque matériau utilisé.

4Nous avons évalué les éventuels effets indésirables des traitements de restauration et leur ampleur sur le Missel de Cambrai à travers une série de maquettes reconstituant la reliure originelle avec de nouveaux matériaux structurels. Il s’agissait également de nous rendre compte des zones de tension présentes dès l’origine, au moment de la réalisation de la reliure, susceptibles avec le temps de générer des altérations irréversibles. Notre objectif était d’adapter nos interventions en tenant compte de ces inconvénients et de limiter les tensions et les tractions entre les différents matériaux : le cuir, le bois, la couture et les ferrures.

5Le traitement de ce type d’objet est complexe. Il est important de rappeler que chaque cas est différent et que ce serait une erreur de généraliser le traitement des livres d’une même époque. Ce travail souligne la nécessité d’une étude approfondie pour chaque ouvrage afin d’analyser et de comprendre son mode de fabrication : ses éléments constitutifs et leur assemblage, ses mécanismes d’ouverture et les interactions entre tous ceux-ci.

6L’étude du Missel de Cambrai nous a permis d’aborder ces questions puisqu’il présente les phénomènes de dégradation caractéristiques des livres médiévaux.

Présentation du Missel de Cambrai

7Le Missel de Cambrai est un incunable imprimé en 1495 à Paris par Jean Higman pour le libraire Jean Descamps. Actuellement le livre est conservé au Séminaire de Tournai en Belgique.

Fig. 1 : Vue d’ensemble du Missel de Cambrai

Fig. 1 : Vue d’ensemble du Missel de Cambrai

Crédits : © L. Meersseman

8Nos observations sont divisées en deux parties. La première, « Bloc texte» ne traite que de son état de conservation. On s’accorde à écrire bloc texte et non corps d’ouvrage  qui désigne une étape du travail du relieur et un élément de la reliure. Dans la seconde partie, « Reliure » inclut tous les éléments qui transforment le bloc texte en livre : la couture, les tranchefiles, les charnières, la couvrure et les ais. Nous verrons que tous ces éléments structurels déterminent la fonction mécanique de la reliure.

Bloc texte

  • 1 Pâte à papier fabriquée à partir de chiffon, traditionnellement de lin ou de chanvre, plus récemmen (...)

9Le corps d’ouvrage a été imprimé essentiellement sur du papier chiffon1 vergé, à l’exception d’un bifeuillet qui est en parchemin. Aucun filigrane n’a été observé, ce qui est plutôt rare pour l’époque car la majorité des papiers portaient la marque d’un papetier.

10Des gardes blanches précédaient et suivaient le bloc texte, mais nous n’avons qu’un fragment de la garde volante supérieure. Les cahiers sont composés de quaternions d’un format in-folio. Les cahiers d’une dimension de 315 x 450 mm correspondent au format « colombier ». Cette appellation provient de la dimension du papier et de la façon dont il peut être plié.

11Sur le bifeuillet en parchemin, on retrouve l’impression du canon de la messe en pleine page. Lors des cérémonies, on utilisait les canons de la messe pour le baiser liturgique. L’utilisation à répétition de ces gravures endommageait le papier, c’est pourquoi le parchemin étant plus résistant, il a été préféré au papier.

Fig. 2 : [a] Tache de cire, [b] Encre noir sur parchemin, [c] Gravure sur parchemin

Fig. 2 : [a] Tache de cire, [b] Encre noir sur parchemin, [c] Gravure sur parchemin

Crédits : © L. Meersseman

  • 2     « Incipit missale secundu[m] usu[m] inlignis ecclesie cameracensis »

12La composition du texte se présente sur deux colonnes de quarante lignes. Le texte a été imprimé en deux couleurs ; rouge et noire. Le rouge est utilisé pour les titres courants et les rubriques. Le noir pour le reste du texte. Une troisième couleur décore le texte : le bleu.  Cette couleur est utilisée pour peindre les lettrines. On peut remarquer dans le missel des lettres d’attente sous les lettrines. Dans certaines marges, des commentaires ont été ajoutés. Un colophon se trouve sans doute sur la dernière page de texte, mais cette dernière est absente. Le premier folio est décoré d’une vignette représentant Saint-Grégoire en début d’ouvrage, avant l’incipit2.

Fig. 3: Incipit sous la vignette de Saint-Grégoire

Fig. 3: Incipit sous la vignette de Saint-Grégoire

Crédits : © L. Meersseman

13Un test de solubilité à l’eau a permis de déterminer que l’encre bleue est soluble tandis que l’encre rouge et noire ne le sont pas. Il semble donc que deux types d’encre aient été utilisés : des encres grasse d’imprimerie et une encre aqueuse bleue pour les lettrines.

Reliure

14Avant l’apparition du livre imprimé, des ais de bois, lourds et épais, servaient à protéger le corps d’ouvrage en parchemin qui plus sensible aux variations climatiques que le papier. Néanmoins, la fin du XVe siècle est une période charnière où coexistent des ais de bois et des ais en carton. Dans notre cas, il s’agit d’ais en bois. Un examen visuel du bois nous a permis d’affirmer que c’est du chêne sur quartier

15La fabrication des ais est assez rudimentaire, ce sont des planches de bois de dimensions variables qui recouvrent le corps d’ouvrage. Parfois, la découpe des ais est plus grande que le bloc texte afin de laisser des chasses. Il n’est pas rare de réutiliser des ais. Les plats du Missel sont d’une dimension de 455 x 312 x 10 mm. Le bord des tranches a été légèrement arrondi. Cette pratique est très courante à l’époque, les arêtes vives étaient rabotées pour ne pas déchirer les fonds de cahiers. La taille en biseau permet aussi de mieux loger le plat dans le corps d’ouvrage et d’assurer la fermeture du livre.

  • 3 Daniel Boucard,Dictionnaire des outils, Évreux : Jean-Cyrille Godefroy, 2006, p. 721.

16La passure des nerfs dans les ais constitue le lien mécanique entre le corps d’ouvrage et la reliure. Le prolongement des nerfs de couture passe dans un premier temps dans une fente en forme d’entonnoir pour ensuite se loger dans les trous de passure percés3 à l’aide d’un vilebrequin ou d’une chignole. Du côté des contreplats, de petites chevilles en bois sont frappées au marteau sur les nerfs afin de les bloquer.

17Il n’était pas rare que les relieurs remploient des ais pour une nouvelle reliure. C’est pourquoi on peut constater sur certains ais des traces de passures différentes.

18Au XVe siècle, les livres étaient en majorité endossés. La formation d’une surépaisseur du bloc texte était provoquée par l’accumulation des fils de couture dans les fonds de cahier. Afin d’absorber cette épaisseur, on arrondissait le dos, le bloc maintenu entre deux planches, en exerçant une pression répétée et homogène sur l’entièreté du dos. Lors de l’arrondissure du dos, se forment ce qu’on appelle les mors, où viennent se loger les plats.

Fig. 4 : Schéma de mors

Fig. 4 : Schéma de mors

Crédits : © L. Meersseman

  • 4   J.A. Szirmai, The Archaeology of Medieval Bookbinding,  England: Ashgate, 1999, p. 190.

19Selon Szirmai4, la forme convexe du dos était maintenue grâce à un encollage du dos à la colle animale. L’apprêture du dos joue un rôle important dans la consolidation de l’endossure.

20Il est important de préciser que le livre a été démonté auparavant. Tous les cahiers sont décousus et détachés.

Fig. 5 : Dos du bloc texte démonté

Fig. 5 : Dos du bloc texte démonté

Crédits : © L. Meersseman

21Il est difficile de pouvoir affirmer quel était le type de la couture d’origine. Grâce à une observation approfondie des nombreux trous de couture dans les fonds de cahiers et de plusieurs fragments de nerfs en cuir brun et en cuir mégis, nous avons pu déduire que le livre a été cousu au moins deux fois.

22Nous avons ainsi observé deux coutures successives ;

23Une première couture a été exécutée sur quatre nerfs doubles en cuir mégis.

24Une deuxième couture a été exécutée sur cinq nerfs doubles en cuir.

Fig. 6 : [a] Vue du revers des ais, [b] Nerfs en cuir mégis, [c]  Empreinte des nerfs, [d] Nerfs en cuir brun

Fig. 6 : [a] Vue du revers des ais, [b] Nerfs en cuir mégis, [c]  Empreinte des nerfs, [d] Nerfs en cuir brun

Crédits : © L. Meersseman

Expérimentations

25Quand un livre présente une telle valeur codicologique, il est important de l’étudier sous toutes ses coutures. Ce qui paraît simple et évident fausse souvent notre jugement. C’est pourquoi, il est indispensable de répertorier toutes les caractéristiques matérielles tant du corps d’ouvrage que de la reliure afin de pouvoir distinguer les différentes strates historiques. Celles-ci contribuent à une meilleure connaissance du livre et de son chemin jusqu’à nous.

But des expérimentations

26L’objectif de ces expérimentations est d’étudier les mécanismes d’ouverture des livres médiévaux avec leurs différents matériaux constitutifs comme le bois, le cuir, le métal et le papier. Chacun de ces matériaux a des propriétés physico-chimiques différentes, ce qui implique que leur vieillissement n’est pas le même. Cette étude sera illustrée par les problématiques structurelles posées par le Missel de Cambrai.

27La réalisation de maquettes permet d’illustrer et de mieux comprendre les différentes reliures dont nous avons décrit précédemment les traces restantes : depuis la reliure originale jusqu’à la dernière qui a été conservée. Ces prototypes nous aideront également à comprendre les différentes étapes de la réalisation de la reliure au XVe siècle, ainsi que les méthodes de travail des ébénistes et des relieurs. Même si certains détails ne peuvent pas être déterminés avec précision, nous proposerons les variantes possibles.

Réalisation de différentes maquettes

28Afin d’illustrer les traces archéologiques relevées, une première série de maquettes nommée maquettes d’étude vise à montrer les différentes coutures possibles suivant le nombre de trous observés dans les fonds de cahier. Pour rappel, nous avons identifié deux coutures. Une première couture a été réalisée sur quatre nerfs fendus en cuir mégis, avec six trous de passage. La deuxième couture a été exécutée sur cinq nerfs fendus en cuir brun avec sept trous de passage. Nous verrons de manière plus approfondie, dans la description des maquettes d’étude, les subtilités qu’induisent les nombreux trous dans les fonds de cahier.

29Quant à la deuxième série de maquettes, elle décline plusieurs propositions de restauration de la reliure sur base des observations réalisées sur les maquettes d’étude. Cette série sera nommée maquettes de restauration.

Les maquettes d’études

30Les caractéristiques mises en œuvre  sur les maquettes se basent sur des éléments observés. Ce que nous supposons avoir été réalisé, mais dont nous n’avons pas de preuves tangibles, nous avons décidé de ne pas l’illustrer de manière à limiter les variantes.

31Les variantes sont basées sur les éléments suivants :

32Différents types de couture pour un même nombre de trous dans les fonds de cahier ;

33Passure de l’âme de la tranchefile dans un ou deux trous ;

34Tranchefiles avec un point croisé à l’intérieur ou à l’extérieur.

35Chacune d’entre elles a été réalisée sur doubles nerfs. Le fil de couture est un fil de lin enroulé autour des nerfs en alternant gauche et droite, de cette façon les tensions sur les nerfs sont réparties d’un cahier à l’autre. Il existe plusieurs façons de passer le fil de couture entre les nerfs, mais pour une raison de rapidité et de solidité, nous avons choisi une technique identique pour les trois variantes.

Fig. 7 : Les maquettes d’études

Fig. 7 : Les maquettes d’études

Crédits : © L. Meersseman

36Malgré les indices accumulés qui permettent d’éliminer tel ou tel type de couture, il reste d’autres possibilités que celles illustrées. Nous n’avons donc pas de réponse univoque quant à la véritable couture d’origine, mais nous nous en sommes rapprochés le plus possible. Actuellement, nous avons une vision plus précise de ce qui a fort probablement été fait à l’époque.

37Cette première série de maquettes permet ainsi de mieux réaliser où se situent les zones de tensions. En effet, dès l’assemblage du corps d’ouvrage à la reliure, nous avons observé des zones de contraintes, au niveau des mors et des nerfs. Avec le temps, ces zones de tensions sont les lieux où se développeront des dégâts irrémédiables : mors rompus, plats détachés, dos altéré et couture cassée. De tels dommages sont fréquents et sont souvent identifiés dans toutes les reliures en cuir, particulièrement dans les reliures de cette époque.

Les maquettes de restauration

38Nous avons uniquement basé nos variantes de traitement à partir de la troisième maquette d’étudecar il s’agissait d’apporter une solution de conservation curative et de restauration sur la dernière reliure du Missel de Cambrai.

39Les variantes sont basées sur les éléments suivants ;

40Différentes possibilités d’assemblage du corps d’ouvrage et de la reliure ;

41Collage partiel ou intégral du dos d’origine sur le corps d’ouvrage ;

42Limitation de l’apport de nouveaux matériaux.

43Afin d’éviter des répétitions inutiles, nous allons décrire les caractéristiques communes pour les trois maquettes de restauration avant de décrire les interventions spécifiques de chacune d’entre elles. La reliure a été exécutée sur des doubles nerfs en cuir brun. Le fil de couture est en lin et d’une épaisseur de 0,3 mm. Le corps d’ouvrage a été légèrement endossé et encollé pour maintenir l’arrondi du dos. Nous avons réalisé une tranchefile classique dont le bâti passe par chaque point de chainette. Afin de protéger les fonds de cahier et les fils des bâtis, un papier japonais recouvre l’entièreté du dos. Entre les nerfs, nous avons collé des claies en toile qui permettent de faire le lien entre le corps d’ouvrage et la reliure. La toile a l’avantage de garder sa souplesse et son élasticité après un encollage. Ses propriétés mécaniques lui assurent une meilleure résistance que celles du papier.

Fig. 8 : Variante n°1 - schéma des interventions de restauration

Fig. 8 : Variante n°1 - schéma des interventions de restauration

Crédits : © L. Meersseman

44Cette première maquette de restauration propose un collage d’une greffe de cuir sur l’entièreté du dos. Cette intervention à de multiples avantages : créer de nouveaux mors en cuir, de nouvelles coiffes, soutenir le dos du corps d’ouvrage et consolider les nerfs. Contrairement à la nouvelle greffe de cuir, la couvrure du dos d’origine n’est plus aussi souple. Nous avons un même matériau mais qui ne présente plus les mêmes propriétés physiques. C’est pourquoi, on observe une tension importante entre le cuir de la greffe et celui du dos d’origine. Le collage crée également des pressions aux niveaux des mors, par conséquent le risque que les mors se brisent est plus élevé.

45Il était évident que cette proposition n’allait pas être sélectionnée, toutefois il est nécessaire d’illustrer l’impossibilité d’appliquer cette restauration à notre exemplaire. Le collage intégral du dos d’origine sur la greffe briserait instantanément le cuir de couvrure. Cette proposition de restauration peut néanmoins être appliquée à des ouvrages recouverts d’un cuir souple qui supporteraient des tensions sans en endommager leurs structures.

Fig. 9 : Variante n°2 - schéma des interventions de restauration

Fig. 9 : Variante n°2 - schéma des interventions de restauration

Crédits : © L. Meersseman

46Cette deuxième proposition de restauration tient compte des inconvénients de la précédente. Les pressions exercées par le collage de la greffe mettaient à mal le dos d’origine. C’est pourquoi, nous avons décidé de laisser ce dernier libre. En n’étant pas collé, il peut reculer dans le sens opposé de l’ouverture du livre et ne pas se croquer.

47L’apport de la nouvelle greffe de cuir présente les mêmes avantages décrits dans la maquette précédente. Toutefois, le fait qu’elle ne soit pas collée sur le dos d’origine va conduire à une fragilisation de ce dernier. Aucun soutien n’est apporté au revers du dos et un doublage ne suffirait à le consolider vu le poids et la taille du livre.

48De plus, le cuir rigide est posé sur la greffe et ne s’intègre pas dans celle-ci, cette dernière n’a pas été délaminée sur son côté fleur au risque de perdre sa fonction première (consolider le corps d’ouvrage).

49Nous retiendrons pour les deux premières maquettes que les principales altérations mettant en danger l’intégrité de l’œuvre sont les tensions exercées au niveau des mors et les pressions au niveau du dos.

Fig. 10 : Variante n°3 - schéma des interventions de restauration

Fig. 10 : Variante n°3 - schéma des interventions de restauration

Crédits : © L. Meersseman

50En tenant compte des problèmes d’écrasement, de tension et de pression d’un collage, nous avons décidé d’appréhender cette troisième proposition par la réalisation d’une coque moulée en papier japonais. En effet, cette coque est directement moulée sur le dos du corps d’ouvrage et épouse parfaitement les irrégularités du dos (nerfs et coiffes). De nos observations, nous avons jugé que cette proposition présentait un bon nombre davantage;

51Lors du moulage, on peut augmenter les couches de papier japonais en fonction de l’épaisseur qu’on souhaite obtenir ;

52Une fois la coque sèche, elle devient rigide et légère. Elle peut servir de support au cuir fragilisé sans le contraindre ;

53Sa réalisation n’a aucune incidence sur le volume ;

54Son intégration limite l’apport d’une greffe de cuir. La coiffe qui présente une lacune peut être comblée localement et non totalement;

55L’intégration d’une coque en papier japonais est réversible.

56La coque est collée au niveau des mors, entre les ais de bois et l’ancien cuir de couvrure. Le fait que l’entièreté de la coque soit collée au revers du dos d’origine permet de le consolider sans le contraindre. Par ailleurs, une greffe de cuir partielle suffit à rétablir l’unité esthétique du livre. Il n’est pas nécessaire d’apposer une greffe sur l’entièreté du corps d’ouvrage comme le proposait les deux premières maquettes.

57En outre, nous pouvons constater sur le schéma ci-dessus que la coque en papier et l’ancien dos sont maintenus dans leur position initiale.

58Cette proposition apporte le moins de matériaux et le moins de contraintes tout en atteignant un rétablissement structurel de la reliure, avec des matériaux compatibles avec les différents constituant du livre, tels sont les objectifs auxquels nous avons voulu parvenir.

Fig. 11 : Ouverture du volume après restauration  

Fig. 11 : Ouverture du volume après restauration  

Crédits : © L. Meersseman

59Nous préconisons pour chaque livre un support adapté à son poids et à sa taille. Tous les éléments que nous avons développés visent à réduire l’impact négatif des manipulations peu soigneuses qui sont les premiers facteurs de dégradation des livres anciens. Cette prise de conscience quant au mode de consultation doit pouvoir avertir un lecteur des éventuels risques auxquels  un livre est exposé lorsqu’il n’est pas traité  avec bienveillance.

Politique de traitement

60Les plus anciennes interventions faites sur les livres relèvent plutôt de la réparation et du rafistolage. Beaucoup de volumes dans nos bibliothèques en portent encore aujourd’hui les traces. Cela va de la réparation d’une déchirure avec du papier gommé à un morceau de plastique autoadhésif appliqué sur l’entièreté d’un dos détaché. Pour les livres plus précieux recouverts d’ais en bois, une pratique récurrente était de remplacer les ais et les gardes blanches par de nouveaux matériaux. Il était souvent en effet plus simple de remplacer ces éléments que de les conserver. Ce genre de pratique a eu un impact irréversible sur l’histoire matérielle de l’objet : les ais ou les gardes blanches comportaient des ex-libris, des traces de possesseur, des annotations manuscrites, tout simplement des traces historiques aujourd’hui irrémédiablement perdues.

61De nos jours, la politique de conservation et de restauration des livres se base sur le fait que si le livre est texte, ce texte n’est pas dissociable de son support. L’analyse matérielle d’un volume contribue à une meilleure analyse historique. Tous les témoignages du temps aident à une meilleure connaissance du livre et justifient pleinement qu’on respecte l’intégrité du volume.

62Il existe deux types de dégradation. Les dégradations stabilisées, c’est-à-dire qui ne semblent pas s’aggraver, comme un plat détaché, et les dégradations évolutives qui vont s’étendre si on n’apporte pas de traitement, comme une attaque de cuir épidermé qui peut se transformer en lambeaux.

63De ce fait, il faut être vigilant quant à la prise de décision sur le choix des interventions. Celles-ci doivent être déterminées en fonction du respect des matériaux et des informations qu’ils contiennent. Lors de l’intervention, il faut limiter l’apport de nouveaux matériaux ou employer des matériaux compatibles qui n’accélèreront pas la dégradation. La restauration ne doit pas être une copie de ce qui a été fait jadis, elle doit être homogène, perceptible à l’œil. Toute intervention se doit d’être réversible, cependant la réversibilité d’un traitement ne doit pas contraindre le bon rétablissement structurel d’un livre. Nous savons que le choix de coller une nouvelle pièce de cuir sur un dos détaché de sa reliure est difficilement réversible. C’est pourquoi, la complexité de la restauration réside dans un compromis de techniques et de connaissances au service du respect d’une information et surtout de la consultabilité du volume. La nouvelle reliure doit assurer un bon maintien des plats  tout en préservant les éléments originels de la reliure et en présentant de bonnes caractéristiques d’ouverture pour pouvoir consulter le Missel.

Restauration

Bloc texte

64Nous allons expliquer de manière large le traitement de restauration réalisé sur le bloc texte.

65Il était nécessaire de procéder à un nettoyage de surface des folios, en particulier les premiers et les derniers cahiers qui présentaient une couche plus importante de crasse sur l’ensemble de leur surface et des déformations importantes. L’encre bleue est sensible au contact de l’eau, nous avons opté pour une humidification indirecte en chambre humide. Cette intervention a été nécessaire pour aplanir chaque fragment de papier. Ces cahiers étant feutrés et n’ayant plus une résistance mécanique, ils ont été réencollés ; ainsi les feuillets « mous » ont pu retrouver une résistance mécanique comme le reste du cops d’ouvrage.

66Les nombreux trous de coutures des trois reliures successives ont tellement fragilisé les fonds de cahier qu’il a été impératif de consolider chaque fond de cahier. Sans cette intervention, une nouvelle couture n’aurait pas été possible, elle aurait arraché et fragilisé les fragments restants.

67Une alternance entre deux grammages de papier japonais a été utilisée de façon à ne pas augmenter l’épaisseur du dos. Ceci est indispensable pour pouvoir rassembler le corps d’ouvrage et sa reliure.

68Pour le comblement de lacunes, nous avons choisi un papier fait à la main, vergé d’une couleur et d’une épaisseur similaire au papier du corps d’ouvrage. La majorité des lacunes se trouve en bord de page, c’est pourquoi nous avons choisi de toutes les combler. Le fait de tourner les pages aurait créé de nouvelles déchirures. En outre, des lacunes débordant sur le texte laissaient transparaitre le texte du dessous, ce qui gênait la lecture.

69Après avoir traité entièrement le bloc texte, celui-ci a été placé deux jours sous presse, ce qui a permis de diminuer la hauteur du dos.

Fig. 12 : Le bloc texte en cours de traitement

Fig. 12 : Le bloc texte en cours de traitement

Crédits : © L. Meersseman

Reliure

70Suite aux résultats obtenus lors des expérimentations, nous avons procédé à la restauration de la reliure suivant la variante n°3. Afin d’accéder aux trous de passure des tranchefiles et aux arêtes des plats pour entreprendre le réassemblage du corps d’ouvrage, il était nécessaire que les cornières intérieures soient enlevées. Il était alors possible de soulever le cuir le long des chants supérieur et inférieur. Les clous et les cornières en métal seront replacés pour maintenir le nouveau cuir de greffe en place.

71Les ais en bois ont été découpés sur quartier, ils ont rétréci : ils sont maintenant deux centimètres plus étroits que le bloc de texte. Deux options sont envisageables pour les refixer: soit laisser les feuilles déborder en gouttière, soit rétablir le niveau correct des plats en ajoutant des lattes de bois sur les arrêtes vives du chant des ais. C’est la première option qui a été retenue puisque c’est la moins interventionniste. Il aurait été nécessaire de soulever le cuir original au risque d’altérer sa structure pour la seconde option.

Fig. 13 : Assemblage de du corps d’ouvrage à la reliure  

Fig. 13 : Assemblage de du corps d’ouvrage à la reliure  

Crédits : © L. Meersseman

Conclusion

72Notre objectif était de contribuer à établir une méthodologie applicable à l’étude d’un ouvrage de n’importe quelle époque. Plus un volume est préservé dans son contexte d’origine, plus il servira de référent pour le traitement d’autres exemplaires de la même époque. En revanche, il ne faut pas confondre référent et modèle. Une méthodologie peut en effet être appliquée sur n’importe quel ouvrage pour autant que les traitements soient adaptés à un cas spécifique.

73Cette méthodologie doit donc tenir compte des particularités de l’ouvrage: chaque exemplaire est unique et est l’œuvre d’un imprimeur, d’un ébéniste et d’un relieur. Ces différents  acteurs ont souvent des secrets de métier qui sont difficilement décelables par le conservateur-restaurateur. C’est pourquoi celui-ci doit se mettre à la place de chaque intervenant pour comprendre sa technique, mais aussi où se situent les faiblesses de celle-ci. Cette vision entrecroisée permet d’envisager un traitement adéquat dans le respect de l’intervention initiale des acteurs qui ont produit le livre.

74L’étude du Missel de Cambrai nous a conduit à un choix qui n’aurait fort probablement pas été identique pour un autre volume. Nous avons décidé de poser une coque de papier moulée sur le dos du corps d’ouvrage. Ce traitement a l’avantage de protéger le dos du corps d’ouvrage, de soutenir la couvrure originale du dos, d’en protéger le revers et de laisser le dos du bloc de texte libre de bouger. De plus, cela limite l’apport de nouveau cuir pour la greffe.

75Par les décisions prises et les actes posés, notre intervention restitue une ouverture adéquate du livre et assure un comportement mécanique idoine de la reliure. Elle se veut à la fois la moins interventionniste possible et la plus respectueuse des caractéristiques originales de la reliure sur base de nos recherches et de nos observations.

76L’objectif qui nous a guidée tout au long de ce travail était de rendre au Missel de Cambrai, au-delà d’une protection physique, sa fonction essentielle : un ouvrage précieux, un livre dont les pages peuvent à nouveau être tournées et lues et dont la reliure peut être manipulée sans risque.

Haut de page

Bibliographie

Arnoult Jean-Marie, La restauration des livres manuscrits et imprimés ; principes et méthodologie, Paris : Bibliothèque nationale, 1992.

Aubry Thierry, « La restauration des ais de bois », dans Fiches pratiques de la Bibliothèque nationale de France.

Blouin Madeleine, Les tranchefiles brodées : étude historique et technique, Paris : Bibliothèque nationale, 1989.

Chahine Claire, « Évolution des techniques de fabrication du cuir et problèmes de conservation » dans Le travail du cuir de la préhistoire à nos jours, 2001, pp. 12-19.

Dudin M., The Art of the Bookbinder and Gilder, Leeds : The Elmete Press, 1977.

Devauchelle Roger, La reliure en France, de ses origines à nos jours, Paris : Jean Rousseau-Girard, 1959-1961, vol. 1.

Evrard Sün, « Les reliures en cuir : faut-il les conserver, les restaurer, les réparer, les reconstituer ou le re-relier ? » dans Corée, Paris : Epona, 1998, numéro 4, pp. 6-13.

Gardette Jean-Luc, « Caractérisation des polymères par spectrométrie optique », dans  Technique d’analyse, Paris : Techniques de l’ingénieur, décembre 1996, vol. 5, p. 3762 (1-13).

Garwood G. A., « The I.R Spectra of dimethyl Sulfoxide absorbed on several cation-subtituted Montmorillonites », dans Clays and Clay Minerals, 1978, vol. 26, n°4, pp. 273-278.

Gnirrep W. K., Kneep en binding, een terminologie voor de beschrijving van de constructies van oude boekbanden, Den Haag: Koninklijke Bibliotheek, 1992.

Hlasz Csiba Éva, « Nommer, identifier, et conserver les cuirs de reliure », dans Bibliologia 30 : matériaux du livre médiéval, Paris : Brepols, 2010.

Ipert Stéphane, Restauration des livres, Fribourg : Office du Livre, 1987.

Juchauld Frédérique, « Identification de l’espèce animale des cuirs de reliures et des parchemins », dans Bibliologia 30 : matériaux du livre médiéval, Paris : Brepols, 2010.

Lavier Catherine, « Le bois dans l’histoire des techniques du livre médiéval : intentionnalité et savoir-faire », dans La reliure médiévale, Paris : Brepols, 2010, pp. 256-265.

Martin Henri-Jean, La naissance du livre moderne (XIVe – XVIIe siècles), Paris: Éditions du Cercle de la Librairie,  2000, p. 31.

Martin Henri-Jean et Vezin Jean, Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, Paris : Éditions du Cercle de la Librairie, 1990.

Middleton Bernard C., The restoration of leather Bindings, Londres : The British Library, 2000.

Miller Julia, Books Will Speak Plain, a Handbook for identifying and describing historical bindings, Ann Arbord: The Legacy Press, 2010.

Munos Vinas Salvador, Contemporary Theory of Conservation, Oxford : Elsevier, 2005.

Muzerelle Denis, Vocabulaire codicologique. Répertoire méthodique des termes français relatifs aux manuscrits, Paris : CEMI, 1985.

Pingaud Nathalie, « Analyses micrographiques d’ais de reliures italiennes du XVe siècle provenant de Pavie et de Naples », dans Coré, mai 1999, n° 6, pp. 44-47.

Szirmai Janos Alexander, The Archaeology of Medieval Bookbinding, Aldershot : Ashgate, 1999.

Vézin Jean, Évolution des techniques de la reliure médiévale, Paris : Bibliothèque nationale, 1975.

Walrave Odile et Quillet Christelle, La restauration à la Bibliothèque nationale de France : manuscrits, monnaies, reliures, photographies, estampes, Paris : Bibliothèque nationale, 2003.

Haut de page

Notes

1 Pâte à papier fabriquée à partir de chiffon, traditionnellement de lin ou de chanvre, plus récemment de jute, de ramie ou de coton. Elle sera utilisée pour la fabrication du papier jusqu’à l’apparition de la pâte de bois  au milieu du XIXe siècle.

2     « Incipit missale secundu[m] usu[m] inlignis ecclesie cameracensis »

3 Daniel Boucard,Dictionnaire des outils, Évreux : Jean-Cyrille Godefroy, 2006, p. 721.

4   J.A. Szirmai, The Archaeology of Medieval Bookbinding,  England: Ashgate, 1999, p. 190.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Vue d’ensemble du Missel de Cambrai
Crédits Crédits : © L. Meersseman
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3169/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 2 : [a] Tache de cire, [b] Encre noir sur parchemin, [c] Gravure sur parchemin
Crédits Crédits : © L. Meersseman
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3169/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 3: Incipit sous la vignette de Saint-Grégoire
Crédits Crédits : © L. Meersseman
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3169/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 4 : Schéma de mors
Crédits Crédits : © L. Meersseman
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3169/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 5 : Dos du bloc texte démonté
Crédits Crédits : © L. Meersseman
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3169/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 6 : [a] Vue du revers des ais, [b] Nerfs en cuir mégis, [c]  Empreinte des nerfs, [d] Nerfs en cuir brun
Crédits Crédits : © L. Meersseman
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3169/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 7 : Les maquettes d’études
Crédits Crédits : © L. Meersseman
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3169/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 8 : Variante n°1 - schéma des interventions de restauration
Crédits Crédits : © L. Meersseman
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3169/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 9 : Variante n°2 - schéma des interventions de restauration
Crédits Crédits : © L. Meersseman
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3169/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 10 : Variante n°3 - schéma des interventions de restauration
Crédits Crédits : © L. Meersseman
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3169/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 11 : Ouverture du volume après restauration  
Crédits Crédits : © L. Meersseman
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3169/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 12 : Le bloc texte en cours de traitement
Crédits Crédits : © L. Meersseman
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3169/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 13 : Assemblage de du corps d’ouvrage à la reliure  
Crédits Crédits : © L. Meersseman
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3169/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 782k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lara Meersseman, « Étude du comportement mécanique d’une reliure de la fin du XVe siècle – Le Missel de Cambrai », CeROArt [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 12 mai 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://ceroart.revues.org/3169

Haut de page

Auteur

Lara Meersseman

Diplômée de l’ ENSAV La Cambre en 2012 (Master approfondi en conservation, restauration des œuvres d’art, spécialisation livre), Lara Meersseman travaille en tant que restauratrice au sein de l’atelier « La Route du Papier », parallèlement à son activité elle prépare une recherche doctorale sur la problématique des traitements des reliures du Moyen Âge.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org