Skip to navigation – Site map
Dossier

Modèles artificiels en plâtre polychromé, étude et restauration

Préparations anatomiques de chimpanzé et d’orang-outang moulées sur nature
Florian Gaget

Abstracts

Artificial anatomical models in polychromed plaster were aimed at faithfully reproducing the dissections studied at the National History Museum of Paris during the XIXth century. This study has allowed us to specify their history, the functions and techniques that were used by the casters and painters to realize them. The restoration choices were based on the elements discovered as well as the requirements due to natural history collections.

Top of page

Full text

Introduction et présentation des objets étudiés

  • 1  Terme tiré de : talrich, 1886, p. 3.

1Le Muséum national d’Histoire naturelle de Paris possède environ sept cent soixante-dix « modèles anatomiques artificiels »1 en plâtre, peintsou non. Notre étude s’est portée sur deux d’entre eux : Préparation anatomique de chimpanzé et Préparation anatomique d’orang-outang (fig. 1).

Fig. 1. Vues d’ensemble avant restauration

Fig. 1. Vues d’ensemble avant restauration

À gauche Préparation anatomique de chimpanzé (inv. 14176 ; H. 87,8 cm ; L. 72,2 cm ; Pr. 16,4), à droite Préparation anatomique d’orang-outang (inv. A. 10019 cm ; H. 25,0 cm ; L. 22,8 cm ; Pr. 11,2 cm).

© F. Gaget, 2011.

  • 2  La splanchnologie est la branche de l’anatomie qui traite des viscères.

2Le premier présente un jeune chimpanzé femelle écorché et expose l’ensemble des organes internes (splanchnologie)2. Il est fixé sur un plateau en chêne constitué de trois planches assemblées et de quatre baguettes. Le second montre un buste d’orang-outang partiellement disséqué. Il met en évidence la région hyo-sternale, située entre le sternum et l’os hyoïde. Tous deux sont exposés dans la galerie d’Anatomie comparée dans les vitrines consacrées, respectivement, à l’« ensemble des viscères » et à l’« appareil de la digestion », faisant chacune partie du groupement dédié à l’étude des « organes des vertébrés ». Ces épreuves, pour lesquelles aucune datation précise n’était avancée, ont été obtenues par moulage sur nature.

  • 3  Pour plus de précision sur ce point : cf. gaget, 2012.

3Afin de définir les traitements de conservation-restauration les plus adaptés, nous avons étudié les objets sous plusieurs angles : leur histoire, leur fonction, leur statut, leurs lieux et modes d’exposition, les techniques employées pour leur réalisation, la nature des matériaux et leurs altérations. Bien que les techniques et les matériaux fussent proches de ceux rencontrés en sculpture, nous devions nous adapter aux exigences spécifiques aux sciences naturelles. Chaque élément de l’étude était alors susceptible d’orienter nos interventions. Le statut particulier des objets ainsi que leur rattachement à des groupes ont été déterminants pour l’élaboration de nos choix. Proposer une date de réalisation à ces épreuves nous paraissait également important pour leur compréhension et pour préciser l’histoire des techniques. Enfin, ces recherches visaient, dans la mesure du possible, à compléter les connaissances du Muséum sur le sujet et à les documenter. Le présent article résume l’ensemble de ces points excepté, car secondaires pour l’explication, les lieux et modes d’exposition des objets3. À la fin, chaque étape du traitement de restauration est décrite.

Étude historique

  • 4 En 1793, le Jardin du Roy (créé en 1626) prend le nom de Muséum national d’Histoire naturelle. Il e (...)
  • 5  daudin, 1926, p. 51
  • 6  Expression avancée par Christophe Degueurce (Musée Fragonard, école vétérinaire de Maisons-Alfort) (...)

4Au xixe siècle, les chimpanzés et les orangs-outangs suscitaient un vif intérêt, notamment depuis que les changements liés à l’institutionnalisation du Muséum avaient facilité l’accès à ces spécimens4. L’étude des archives du laboratoire d’Anatomie comparée a permis d’observer une augmentation de leur nombre au Muséum à partir des années 1835-1840. La documentation les concernant s’accrut également et rares étaient les ouvrages qui ne décrivaient pas leur anatomie interne. Georges Cuvier, en fonction au Muséum de 1795 à 1832, avait démontré l’importance de la dissection pour comprendre la « machine animale »5 en la mettant au service de l’Anatomie comparée. Cette science tire ses lois de la comparaison de la structure anatomique de différentes espèces animales. Les études du milieu du xixe siècle s’appuyaient donc essentiellement sur l’observation des appareils internes : les modèles artificiels en étaient l’un des supports privilégiés. Ils permettaient de « fixer un état de dissection »6, c’est-à-dire conserver l’agencement des organes en cours de travail, ils facilitaient la comparaison des différentes espèces, ou encore, illustraient les enseignements dispensés au Muséum. Ils servaient également à constituer des collections didactiques et facilitaient les nombreux échanges, au niveau mondial, qui existaient entre les institutions scientifiques de l'époque.

5Au début de ce travail, nous avons observé quatre contre‑clefs au revers de Préparation anatomique de chimpanzé (fig. 2).

Fig. 2. Préparation anatomique de chimpanzé : revers de l’épreuve après démontage

Fig. 2. Préparation anatomique de chimpanzé : revers de l’épreuve après démontage

Quatre contre‑clefs sont observées. Les vis sont retirées après démontage.

© F. Gaget, 2011.

6Nous n’en n’avons vu sur aucune autre épreuve au Muséum. Leur fonction reste inconnue ; elles sont peut-être les témoins d’un surmoulage qui aurait eu pour but de tirer l’épreuve en série et dont certains exemplaires auraient pu être échangés. Suivant cette hypothèse nous avons mené une enquête auprès des Muséums d’Histoire naturelle européens afin de découvrir une éventuelle copie de l’épreuve étudiée, malheureusement en vain. L’enquête nous a simplement permis de constater que les échanges étaient plus fréquents en Paléontologie qu’en Anatomie comparée.

Élément d’un groupe

  • 7  La totalité de la collection n’a pas pu être observée, Marc Herbin nous apprend qu’une grande part (...)

7Une partie des modèles anatomiques artificiels en plâtre est conservée dans les réserves du laboratoire d’Anatomie comparée7. Souvent, nous observons que plusieurs présentent des caractéristiques similaires. Ainsi, nous avons pu rattacher Préparation anatomique de chimpanzé à un groupe d’épreuves qui exposent, de manière semblable, des corps entièrement disséqués où l’ensemble des viscères est étudié (fig. 3).

Fig. 3. Photographies prises par Pierre Petit vers 1880-85

Fig. 3. Photographies prises par Pierre Petit vers 1880-85

À gauche : Préparation anatomique de chimpanzé. À droite : Orang‑outang Pongo pygmæus (inv. 14175). Entre les jambes des spécimens : les cartels faisant office de légende aux lettres présentent sur les organes.

© Bibliothèque centrale M.N.H.N. Paris (Ic836 et Ic837).

8Elles se détachent d’un fond en bois - comme pour notre épreuve -, en plâtre, ou sont placées dans une « boîte vitrée ». Des lettres sont inscrites sur certains organes (fig. 4).

Fig. 4. Ensemble des lettres présentes sur Préparation anatomique de chimpanzé, sans échelle

Fig. 4. Ensemble des lettres présentes sur Préparation anatomique de chimpanzé, sans échelle

Cc. : cæcum ; C.D. : côlon descendant ; C.T. : côlon transverse ; D. : diaphragme ; E. : estomac ; F. : foie ; G.P. : glande (salivaire) parotide ; G.S.M. : glande salivaire mandibulaire ; P. : poumons. Un « C. » a été découvert sur le cœur lors de la restauration.

© F. Gaget, 2011.

9Elles se rapportaient à des cartouches que l’on peut voir sur les photographies prises par Pierre Petit. Sur Préparation anatomique de chimpanzé, ces lettres sont écrites soit en brun soit en blanc. Les lettres claires sont apposées sur les couleurs foncées. Le cartouche a disparu.

  • 8  Zone privilégiée pour l’étude de l’appareil de la digestion : glandes salivaires, cavité buccale,  (...)

10À l’inverse, Préparation anatomique d’orang-outang se place dans un groupe où les corps ne sont pas entiers (le buste est souvent représenté) et où la dissection est partielle : c’est une étude de détail. Parmi les épreuves que nous avons pu observer, la partie hyo-sternale est souvent privilégiée8. Une caractéristique commune à ces épreuves est la présence, à l’origine, d’une couleur brune pour désigner les parties sectionnées (bras, dos, crâne, etc.). Le revers est souvent plan et non peint.

  • 9  De manière très générale, il est observé un changement des théories admises du milieu du xixe sièc (...)

11L’appartenance à ces groupes a été l’un des éléments essentiels pour proposer une datation. Dans les archives, aucune mention ne se rapportait précisément à ces deux épreuves, mais nous avons retrouvé des mentions donnant des indications sur d’autres épreuves de leur groupe. Nous présumons alors que Préparation anatomique de chimpanzé date du milieu xixe siècle et Préparation anatomique d’orang-outang de la seconde moitié du xixe siècle, vers 1870-1880. La différence de datation des épreuves fait qu’elles n’ont pas été, à l’origine, le support de théories scientifiques similaires9.

Précision et objectivité, le moulage sur nature

12Pour se vouloir documents scientifiques objectifs, ces épreuves devaient reproduire le plus fidèlement l’animal disséqué, ce qui était possible avec le moulage sur nature. Cette technique était préférée au dessin, à la gravure, ou aux autres techniques de reproduction moins précises et plus subjectives. Une fois extraite du moule, l’épreuve était peinte afin d’imiter la couleur et la texture de chaque organe. Mais la subjectivité du praticien, son sens de l’observation ou son adresse pouvaient aboutir à une copie plus ou moins exacte. C’est pourquoi certains codes de couleur étaient respectés, notamment pour le système circulatoire : bleu pour les veines et rouge pour les artères. Nous avons également retrouvé dans les archives un nuancier qui devait, dans certains cas, servir de guide aux peintres. Il propose une gamme de huit couleurs : beige, jaune, deux blancs et plusieurs rouges. La légende du premier échantillon de la liste indique, par exemple : « couleur de chair ».

  • 10  Le premier a exercé au Muséum de 1840 à 1888, il fut nommé chef de l’atelier de moulage en 1857. I (...)

13La virtuosité technique et la précision de ces deux épreuves démontrent la grande habileté des mouleurs et peintres. Au regard des datations proposées, il est probable que Jean‑Benjamin Stahl et Henri‑Célestin Formant10 en soient les auteurs ou qu’ils aient supervisé leur réalisation.

Mise en œuvre d’origine

14Les archives de l’atelier de moulage du Muséum relatent trois techniques : le moule à creux perdu et le moule à pièces en plâtre, ainsi que le moule en gélatine. Elles sont toutes employées pour le moulage sur nature.

Préparation du modèle

  • 11  Les matériaux cités dans la littérature sont les suivants : gélatine (éventuellement colorée au ca (...)
  • 12  lebrun, magnier, 1887, p. 76, p. 81.

15Avant moulage, l’animal doit être préparé. L’opérateur procède à l’injection des veines et des artères ainsi qu’à l’insufflation des organes. L’injection, dite réplétive, consiste à remplir les vaisseaux avec un mélange de suif et de cire11 qui leur donne leur volume et leur forme. Ce produit est coloré pour distinguer les veines, bleues, des artères, rouges ; ce qui facilite la dissection. L’insufflation est réalisée dans le même but en injectant de l’air, à l’aide d’une seringue à injection ou d’un clystère, à l’intérieur des organes creux. Sur Préparation anatomique de chimpanzé, c’est le cas du côlon, du jéjunum, du cæcum et de l’estomac. Cette « mise en forme » par remplissage permet aux organes et aux vaisseaux de conserver leur forme pendant le moulage et qu’ils ne s’affaissent pas sous le poids du plâtre ou de la gélatine. Le mouleur pouvait aussi user de mousseline ou de filasse pour consolider l’empreinte afin de réduire les risques d’affaissement de ces parties12.

Moulage

  • 13  Technique entièrement exposée dans lebrun, 1850 et lebrun, magnier, 1887.

16Une fois la dissection terminée, le modèle est placé dans la position souhaitée puis, en vue de la prise d’empreinte, un agent de démoulage est appliqué sur l’ensemble. Au xixe siècle, on employait couramment l’huile d’olive. Cependant, une technique plus spécifique aux dissections a été mise au point par Jean-Benjamin Stahl vers 1850 : il imbibait les préparations avec du chlorure de zinc avant moulage13.

  • 14  Technique employée depuis le milieu du xixe siècle (baudry, 1990, p. 123 ; lebrun, 1850, p. 122).

17L’observation rigoureuse des archives de l’atelier de moulage et des objets nous a permis d’avancer des hypothèses quant aux techniques employées pour leur réalisation. Préparation anatomique d’orang-outang provient certainement d’un moule souple en gélatine14. Faute d’indice évident, nous n’avons pas pu déterminer aussi précisément la technique employée pour réaliser Préparation anatomique de chimpanzé. Il proviendrait soit d’un moule en gélatine, soit d’un moule à creux perdu en plâtre. Il ne semble pas nécessaire ici de présenter en détail ces techniques bien connues et traitées dans de nombreuses publications. Cependant, il semble intéressant d’exposer les éléments qui nous ont permis d’avancer ces hypothèses.

Préparation anatomique d’orang-outang

  • 15  Réalisées le 11 avril 2011 à la Clinique Pôle Santé Léonard de Vinci - Imagerie médicale à Chambra (...)
  • 16  La possible absence d’agent de démoulage accentuerait aussi le phénomène.

18Préparation anatomique d’orang-outang a été coulée à l’imprimé, l’épreuve est creuse comme nous le montrent les radiographies15, aucune filasse ou mousseline n’est présente. Aucun des indices caractéristiques du moule souple en gélatine n’est observé en surface (excroissances dues à la présence de bulles dans le produit de moulage, couture ondulée, coutures témoins d’éventuelles déchirures du moule, résidus de celui-ci dans les fonds qui ne sont pas de dépouille, etc.). Cependant, la présence de nombreux poils entiers sur la nuque et les bras ne laisse aucun doute sur la technique employée (ils sont en nombre beaucoup plus élevé que ce que l’on peut parfois voir sur des épreuves tirées d’un moule à creux perdu réalisé sur nature). En temps normal, la gélatine n’a pas une emprise suffisante sur ceux-ci pour en retirer autant du modèle et les conserver si bien. Cependant, l’animal est mort. Les pores de la peau s’ouvrent lors de la déshydratation et de la rétraction post mortem des tissus et la profondeur d’enracinement du poil diminue. De plus, la chaleur de la gélatine à l’application accentue l’ouverture des pores ; ainsi de nombreux poils sont emprisonnés dans le moule16. Lors du coulage, la chaleur et l’humidité du plâtre le ramollissent légèrement. Les poils se reportent alors sur l’épreuve sans se casser.

  • 17  L’utilisation d’un moule souple permettait de tirer plusieurs épreuves identiques (pour les échang (...)

19Le dos de Préparation anatomique d’orang-outang est plan, car non moulé. Cet élément et l’absence de couture laissent fortement penser que le moule n’était constitué que d’une seule pièce ; ce qui est compatible avec l’hypothèse du moule souple dont pouvait être extrait le modèle aisément17.

Préparation anatomique de chimpanzé

20Préparation anatomique de chimpanzé a été coulée à la volée : l’épreuve est pleine, aucune filasse ou mousseline n’est présente. Elle ne possède ni indice caractéristique du moule souple, ni indice caractéristique du moule à creux perdu (résidus de plâtre d’alerte dans les fonds, marques de décochage, couture unique rectiligne, etc.). Les opérations de réparage en sont peut-être la cause. Sur les muscles, les traces de rifloir ont été données volontairement dans le sens des fibres musculaires pour en donner l’illusion. D’autres épreuves au Muséum poussent ce détail encore plus loin en gravant fortement les fibres musculaires sur le modèle.

  • 18  L’ensemble des analyses ont été réalisées au C2RMF par Yannick Vandenberghe et Nathalie Balcar : c (...)
  • 19  lebrun, 1829, p. 75-76 ; lebrun, magnier, 1887, p. 97.

21Une épreuve pleine est plus lourde ; cependant, les membres, de faible section, auraient été trop fragiles s’ils avaient été creux. Pour les consolider davantage, six barres métalliques entourées de fil de fer y ont été positionnées. Les radiographies permettent de les distinguer : une pour chaque bras, une pour chaque jambe et une pour chaque cheville. Elles sont probablement en acier zingué (du zinc a été identifié en surface par le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF)18). Des armatures sont aussi placées dans les parties de faible épaisseur comme les artères. Ici, il s’agit probablement de fil d’archal (fil de laiton)19.

22Le dos de Préparation anatomique de chimpanzé est plan, car non moulé. Cela, ajouté à l’absence de couture, laisse à nouveau penser que le moule n’était constitué que d’une pièce ; hypothèse qui n’est pas incompatible avec les deux techniques proposées. Dans le cas du moule à creux perdu, l’extraction du modèle de l’empreinte nécessitait sa destruction (il était découpé en autant de morceaux qu’il fallait pour l’extraire). Il était alors courant, dans ce cas, d’isoler certains organes qui viendraient compléter les collections. Ceux-ci étaient plongés dans l’alcool ou desséchés pour être conservés.

Réalisation de la polychromie

  • 20  Le blanc de zinc serait aussi efficace pour protéger le blanc de plomb contre le soufre car il pré (...)
  • 21  Ceci est dû en partie à son faible indice de réfraction (bleu de Prusse : ɳ = 1,56 (en moyenne)) a (...)

23Les couches picturales des deux épreuves présentent de nombreuses similitudes. Les analyses nous ont permis de préciser la stratigraphie et la composition des différentes couches. Elles sont apposées directement sur le plâtre sans couche d’imprégnation. Le liant utilisé est de nature huileuse, probablement une huile de lin largement employée au xixe siècle. Les pigments mis en évidence par les analyses sont : le vermillon, le blanc de plomb, le blanc de zinc et le bleu de Prusse pour les principaux. Leur mise en œuvre est intéressante. Par exemple, le blanc de plomb est souvent mélangé au blanc de zinc, car le mélange des deux assure un meilleur vieillissement20. De plus, il limitait l’utilisation du blanc de plomb toxique. Le peintre peignait en premier lieu les larges surfaces, par exemple les muscles, sans prendre garde aux détails anatomiques. C’est pourquoi nous observons souvent sous les veines, les artères, les nerfs ou les tendons une couche de rouge qui correspond à ce premier passage. Une sous-couche blanche est régulièrement présente sous le bleu de Prusse des veines, car ce pigment apparaît transparent dans les liants réfringents comme l’huile21 (fig. 5).

Fig. 5. Vues sous microscope

Fig. 5. Vues sous microscope

Détail des sous-couches rouge (à gauche) et blanche sous le bleu de Prusse (à droite).

© C2RMF, Y. Vandenberghe, 2011.

  • 22  Le blanc de zinc ayant un indice de réfraction plus élevé (ɳ = 2,018). Lorsque l’on mélange deux p (...)
  • 23  perego, 2005, p. 120.

24La sous-couche claire permettait au bleu de garder tout son éclat. Nous constatons également qu’il est souvent mélangé avec du blanc de zinc. Cela permettait peut-être, en plus d’éclaircir la couleur de base, d’augmenter son opacité grâce à un pigment plus couvrant22. Le blanc de plomb est plus opaque (ɳ = 2,040 et caractère biréfringent) et aurait pu être utilisé dans ce cas, mais le bleu de Prusse est plus « facilement dégradé en mélange avec le blanc de plomb qu’avec le blanc de zinc »23. Enfin, les pigments utilisés pour les injections sont identiques à ceux employés par les peintres : vermillon pour les artères et bleu de Prusse pour les veines.

25Un vernis final recouvre l’ensemble de la couche picturale. Sa nature n’a pas été identifiée, mais sa forte sensibilité aux alcools présuppose un vernis maigre à base d’une ou plusieurs résines naturelles. Celles très employées au xixe siècle sont les résines tendres de type dammar ou copal.

26Les matériaux employés sur chaque épreuve et leur mode d’application sont proches. Ils sont probablement de la même main ou du même atelier. L’ensemble des techniques est en accord avec les datations proposées bien qu’ils ne permettent pas de les préciser.

Fixation de Préparation anatomique de chimpanzé sur son plateau

27Après les opérations de peinture, Préparation anatomique de chimpanzé a été placée sur un plateau en chêne. Le mode de fixation est intéressant à expliquer. En effet, sa compréhension a facilité le démontage qui semblait nécessaire au vu de certaines altérations. Les radiographies ont été d’une aide précieuse pour comprendre le système. Premièrement, deux vis ont été fixées au centre du plateau. Une cavité a ensuite été réalisée au revers de l’épreuve et comblée avec un plâtre dont la prise était déjà avancée. Au final l’épreuve a été mise en place : les vis s’enfoncent dans le plâtre qui, en terminant sa prise, assure la fixation. Mais avant que le plâtre ne fasse prise l’opérateur a décalé légèrement l’épreuve vers le haut. Le jeu créé permet un mouvement de bas en haut (frottements).

  • 24  Les « cages de verre » ou « cage vitrée » avaient pour rôle de « garantir de la poussière » les pr (...)

28Ce système semble d’origine, aucun système de démontage n’était prévu. Le plateau est visible sur la photographie de Pierre Petit prise vers 1880 ce qui démontre qu’il s’agit bien d’un élément ancien. Cependant, nous pensons qu’il n’est pas contemporain à l’épreuve et qu’il s’agit d’un réemploi. En effet, des encoches ont dû être effectuées à la gouge en haut des baguettes pour l’emplacement des mains (cf. fig. 10). De plus, une démarcation le long de ces baguettes, laisse penser qu’une « cage de verre »24 était placée sur ce support. Cependant, son installation était impossible, car les doigts dépassent hors des baguettes. Ce point nous renseigne essentiellement sur le mode d’exposition de l’objet. Il n’a probablement jamais eu besoin d’être protégé des poussières et devait être placé dans une vitrine dès l’origine.

État de conservation

Préparation anatomique de chimpanzé

  • 25 Le C2RMF a identifié le produit de corrosion du métal : il s’agit d’hydro-carbonate de zinc (de for (...)
  • 26  Par exemple, le blanc de zinc forme souvent des films cassants, notamment apposé en forte épaisseu (...)

29Un empoussièrement important est constaté sur Préparation anatomique de chimpanzé. De nombreuses fissures sont observées : certaines sont dues à l’oxydation des armatures25; d’autres sont probablement dues à des manipulations trop brusques. Le dessous de l’épreuve n’étant pas parfaitement plan, les membres n’ont jamais été convenablement en appui sur le plateau ce qui a favorisé les fissurations. Par endroits, le mouvement des assemblages du plateau a accentué ces écarts et a entraîné la cassure des baguettes. Plusieurs manques sont constatés notamment les artères tibiales antérieures et les artères fémorales superficielles. Plusieurs doigts et orteils ont été brisés : deux sur la main gauche (l’auriculaire et l’annulaire), le quatrième orteil du « pied » gauche, sur la main droite seule le pouce est conservé, sur le « pied » droit seul le gros orteil l’est. Ils sont tous brisés à leur base excepté l’orteil du « pied » gauche dont il ne manque que la dernière phalange. Hormis ce dernier ils ont tous été restitués lors d’une première campagne de restauration que nous détaillons ci-après. La peinture est souvent craquelée, soulevée et lacunaire. Certaines couleurs, comme le blanc, ont été plus sensibles à ces altérations (les rouges et les bleus sont les couleurs les mieux conservées). Cela peut résulter de la nature chimique des pigments, de leur interaction avec le liant huileux, avec le support ou avec les autres couches colorées, de leur application26, ou encore de l’environnement. Le vernis est lui aussi très craquelé, jauni et lacunaire. Il est parfois pulvérulent et se désagrège (farinage).

  • 27  Docteur ès Sciences de l’Université de Paris et aide de laboratoire spécialisé ; départ en retrait (...)

30C’est probablement cet état avancé d’altération qui a motivé les réparations effectuées entre les années 1950 et 1984 : restitution des doigts manquants, application de repeints sur les zones lacunaires, application d’un vernis de protection sur l’ensemble (identifié aux analyses comme un vernis alkyde). Au Muséum, l’hypothèse que Jean Bremond27soit l’auteur de ces restaurations est admise. Cependant, toutes les interventions ne peuvent pas lui être attribuées avec certitude, car aucun document ne le confirme.

31Ces interventions semblent aujourd’hui inappropriées et dépourvues de sens. Le modelé des doigts est grossier. Le vernis est très brillant. Les repeints sont débordants et peu respectueux des couleurs d’origine. Par exemple : les poumons roses sont devenus gris et le cœur a été recouvert d’un rouge opaque camouflant tout un réseau de veines (fig. 6).

Fig. 6. Détail des poumons et du cœur

Fig. 6. Détail des poumons et du cœur

Avant restauration (à gauche) et après intervention (à droite).

© F. Gaget, 2012.

32Certains repeints recouvrent des informations importantes telles les lettres qui, pour la plupart, sont devenues peu lisibles. De plus, ces repeints et le vernis ont été appliqués sans dépoussiérage préalable : ils ont fixé l’ensemble des poussières rendant la surface très hétérogène.

33Ces interventions, bien que contestables, ont tout de même eu un intérêt : elles ont permis de conserver en état la polychromie d’origine alors que celle-ci semblait se dégrader fortement. Et si elles s’avèrent d’aspect médiocre, elles ont joué un rôle certain de conservation.

Préparation anatomique d’orang-outang

34Sur Préparation anatomique d’orang-outang, nous observons quelques éclats du plâtre sur les arêtes et quelques soulèvements, lacunes et craquelures de la couche picturale d’origine qui est cependant mieux conservée. La couleur peau s’est appauvrie en liant et est devenue pulvérulente.

35Nous constatons des interventions similaires à l’épreuve précédente : repeints grossiers et débordants, vernis alkyde brillant. Les repeints noirs sur les yeux sont les plus importants. Ils camouflent entièrement les motifs d’origine (fig. 7).

Fig. 7. Détail des yeux

Fig. 7. Détail des yeux

À gauche : repeint noir sur Préparation anatomique d’orang-outang. À droite : motif observé sur Orang‑outang (inv. A. 1050) probablement similaire à celui camouflé par le repeint noir.

© F. Gaget, 2011.

36D’autres objets exposés dans la galerie d’Anatomie comparée ont reçu le même traitement, résultat probable d’une même campagne. Les objets observés en réserve n’ont pas été traités de la sorte.

Traitement

Problématique

  • 28  varet, varet-pietri, 1995, p.34-35.
  • 29  Cf. le décret n° 2001-916 adopté par le Muséum le 3 octobre 2001 ; il spécifie ses nouveaux statut (...)
  • 30  Au Muséum, Marc Herbin est chargé de conservation des collections anatomiques en fluides et des la (...)
  • 31  L’ensemble des propositions avancées ont été approuvées par le comité scientifique réuni le 27 jui (...)

37Ces épreuves sont aujourd’hui des objets muséaux28. Ils sont exposés en tant que témoins historiques, mais ils restent des documents scientifiques, pédagogiques et culturels29. La fonction première de ces épreuves était de « fixer un état de dissection » pour faire des comparaisons. Aussi, aucune anomalie due à la réalisation ou à des modifications ne pourrait être justifiée. Leur compréhension doit rester accessible. Les interventions de réparations du xxe siècle soulèvent alors plusieurs problèmes. Elles sont inesthétiques et dépourvues de bien-fondé en regard de la fonction des objets et de leur statut. Elles camouflent des informations importantes. Elles donnent un aspect de surface similaire aux deux épreuves en dépit de leur datation et de leur groupe respectif. C’est pourquoi, il a été décidé, en accord avec Marc Herbin30, de les retirer pour, si l’on reprend ses termes, « dévoiler le dernier état ancien connu » soit l’état de la fin du xixe siècle31. Pour Préparation anatomique de chimpanzé, il correspond à celui de la photographie de Pierre Petit, document le plus ancien connu représentant l’épreuve. Les objets retrouvent ainsi leurs particularités esthétiques et leur sens tout en proposant un état de l’aspect à approcher si d’autres pièces de leur groupe venaient à être restaurées.

38Comme les objets sont à nouveau exposés, le chargé de conservation a souhaité qu’ils gardent leur caractère didactique. C’est pourquoi l’ensemble des manques a été restitué sur Préparation anatomique de chimpanzé. Pour cela, nous nous sommes appuyé sur les documents photographiques de la fin du xixe siècle, sur les rapprochements possibles avec les épreuves de même type, sur les éléments encore existants sur l’objet (orteils du « pied » gauche par exemple) et sur les photographies fournies par Nicolas Morel, directeur du Muséum d’Histoire Naturelle du Mans (Musée Vert). Il a en sa possession une naturalisation d’un jeune chimpanzé femelle qui nous a aidé à respecter les proportions des doigts. Ces restitutions s’intègrent mieux à l’ensemble que les précédentes, bien qu’elles restent hypothétiques. De plus, sur le plan anatomique, elles permettent à l’objet de retrouver son intégrité.

39Les interventions ont été effectuées en respect des règles déontologiques : compatibilité des traitements avec les matériaux à conserver, réversibilité, sécurité des personnes et de l’environnement.

Mise en œuvre

40Bien que les deux objets aient été étudiés et que des traitements aient été formulés pour chacun, seule Préparation anatomique de chimpanzé a pu être traitée dans le temps alloué. Nous n’aborderons que ce sujet.

Démontage de l’épreuve

41Il permet de faciliter la restauration du plateau, de mieux comprendre la mise en œuvre (sans lui nous n’aurions pas vu les contre-clés au revers de l’épreuve), et surtout de mettre en place un nouveau système de fixation moins rigide que celui d’origine pour éviter l’apparition de nouvelles fissures ou l’aggravation de celles déjà apparues (l’épreuve n’est pas en appui convenable sur le support).

42Le mode de fixation non démontable nous a obligés à percer le plateau au revers à l’aide d’une carotte pour dégager les vis. Elles ont ensuite été descellées du dos de l’épreuve (cf. fig. 2). Les cavités ainsi obtenues nous ont servi lors de la confection du nouveau système de fixation.

Retrait du vernis alkyde et des repeints

  • 32 Il est retiré en petites lamelles (squames) de la même manière que l’on pèlerait un fruit.

43Aucune méthode de dégagement par voie chimique n’a pu être retenue pour le dégagement de la couche picturale originale. L’ensemble des tests de solubilité montre que le vernis d’origine est sensible à tous les solvants ayant une action sur le vernis plus récent. Nous avons donc opté pour un dégagement mécanique au scalpel sous loupe binoculaire. Les résultats sont très satisfaisants. L’opération est facilitée par la souplesse du vernis qui permet de le retirer par pelage32. Le vernis ancien étant plus adhérent aux couches picturales qu’au vernis récent ou aux repeints, cette méthode permet de le conserver au mieux. Les repeints quant à eux sont liés au vernis récent, ils sont retirés directement avec lui. Le dégagement a nécessité près de trois cents heures.

44Les lettres, inscrites sur le vernis ancien, sont très adhérentes au vernis éliminé. Son retrait les supprime systématiquement. Pour les conserver, nous avons décidé de ne pas le retirer sur elles. Il est découpé suivant le contour de chaque lettre puis retouché à l’aquarelle (fig. 8).

Fig. 8. Intervention sur les lettres

Fig. 8. Intervention sur les lettres

« C.T. » du côlon transverse avant restauration (1), avant retouche (2) et après retouche (3).

© F. Gaget, 2012.

45Un « C » écrit en blanc sur le cœur a été découvert sous le repeint rouge opaque ; il était donc impossible de découper le vernis suivant son contour. Il a été décidé de retirer l’écaille de vernis à laquelle elle adhère et de la conserver à part. La lettre a été réécrite à l’aquarelle (cf fig.6). Elle est la seule pour laquelle nous avons procédé ainsi.

Fixage de la polychromie

46Le fixage de la polychromie a été réalisé au fur et à mesure du dégagement avec du Funori à 1 % dans l’eau déminéralisée. Son pouvoir collant est suffisant et il présente un bon vieillissement. Son aspect entre mat et très légèrement satiné s’accorde bien avec celui de la couche picturale après dégagement.

Retouches

47Le dégagement a dévoilé de nombreuses lacunes. Elles sont retouchées à l’aquarelle qui a un aspect proche de la couche picturale et une réversibilité aisée à l’eau ; procédé sans danger pour les matériaux d’origine.

Restitutions

48Le mastic époxy de marque Renpaste® SV 36 / Ren® HV 36 a été retenu pour cette opération : il est facile à modeler et à retravailler, capable de résister en faible épaisseur (notamment pour la confection des artères) et stable dans le temps. Les surfaces de plâtre sur lesquelles il s’appuie ont été isolées à l’aide de Paraloïd B67 à 20% dans le white spirit. Les tests d’adhésion ont montré qu’il était le plus approprié. Les solvants comme le white spirit ont été privilégiés afin de ne pas altérer le vernis ancien très sensible à la plupart des autres solvants, notamment les alcools.

49La méthode a été la même pour les artères, les orteils et les doigts. Des boudins de mastic sont confectionnés puis mis en place. Un support de plastiline est utilisé en guise de maintien du mastic pour éviter qu’il ne s’affaisse (aucune armature n’a été utilisée). Une fois la réticulation terminée ce support est retiré puis les restitutions retravaillées au scalpel et au rifloir. Enfin, elles sont retouchées (fig. 9).

Fig. 9. Restitution des artères (1 à 6)

Fig. 9. Restitution des artères (1 à 6)

Les six étapes mises en œuvre pour la restitution (le support en plastiline permet le maintien du mastic lors de sa réticulation, il est ensuite retravaillé puis retouché).

© F. Gaget, 2012.

50L’aquarelle ne peut pas être utilisée directement sur les restitutions (mauvais étalement). Une sous-couche blanche (blanc de titane) avec une peinture acrylique (Liquitex®) est appliquée et permet de donner une base claire à la retouche finale. Elle constitue un support sur lequel peut être appliquée l’aquarelle. De plus, la retouche peut être retirée à l’eau sans altérer la sous-couche.

Retrait du vernis alkyde du plateau

51Dans un souci de cohérence du niveau d’intervention, le vernis récent est également retiré du plateau à l’aide de compresses imbibées d’éthanol. Un témoin est laissé en bas à droite ce qui permet de conserver le numéro d’inventaire ainsi qu’un exemple de la démarcation proche des baguettes (fig. 10).

Fig. 10. Dégagement du vernis sur le plateau

Fig. 10. Dégagement du vernis sur le plateau

À gauche : le plateau en cours de dégagement. En haut à droite : encoche pour l’emplacement des mains. En bas à droite : témoin conservé.

© F. Gaget, 2011.

Revêtement de protection

  • 33  La cire de polyéthylène dont la Tg est élévée (110 °C) a obligé à chauffer davantage le mélange au (...)

52Plusieurs tests nous ont amené à choisir la cire de Plenderleith : mélange de cire de polyéthylène et de cire microcristalline dans un solvant de type white spirit. Elle est la plus appropriée à notre usage : sa constante diélectrique faible (proche de 2) lui confère un caractère antipoussières. Elle présente une bonne stabilité dans le temps et une température de transition vitreuse adaptée (> 60 °C). Enfin, le solvant ne risque pas d’endommager le vernis ancien. Nous l’avons essayé sous une forme commerciale (la cire Renaissance®) ainsi qu’en fabriquant notre propre mélange. Appliqués tels quels, ces produits occasionnent la formation d’un voile blanchâtre gênant. Nous avons donc testé notre mélange dilué et appliqué à différentes températures. À froid et jusqu’à 40 °C, tous les tests entraînent l’apparition du voile blanc. La cire a été appliquée à 5 % dans le white spirit et aux alentours de 50 °C33. De la sorte, aucune modification de couleur n’est constatée.

Remontage : système de fixation démontable

53Les cavités présentes au revers de l’épreuve et les percements effectués dans le plateau lors du démontage ont été réutilisés. Un taraudage a été réalisé au revers de l’épreuve de la manière suivante :

  • Un boulon est placé dans chaque percement du plateau, chacun dépasse de quelques centimètres qui trouveront place dans le futur taraudage au dos de l’épreuve. Leurs écrous les maintiennent en place.

  • Un film de Teflon® est placé uniquement sur les parties filetées qui dépassent.

  • Les cavités sont nettoyées et comblées avec le mastic époxy de marque Araldite® SV 427/ HV 427 ; puis, avant qu’il ne réticule, l’épreuve est mise en place : les boulons et leurs écrous s’enfoncent dans le mastic.

  • Après réticulation les boulons sont retirés, seuls les écrous, non protégés par le Teflon® restent inclus dans le mastic.

  • Ainsi, le système est démontable (fig. 11).

Fig. 11. Nouveau système de fixation démontable

Fig. 11. Nouveau système de fixation démontable

Schéma explicatif (le dessin n'est pas à l'échelle).

© F. Gaget, 2012.

Interface de protection

54Enfin, une interface est placée entre l’épreuve et le plateau pour prévenir tout frottement. Un film de mousse de polyéthylène d’un millimètre d’épaisseur est employé pour la partie centrale. Pour les membres qui ne sont pas en contact avec le plateau, des cales sur mesure ont été confectionnées afin de leur offrir un meilleur appui. Le mastic Everfast acrylique max® est utilisé. Il est privilégié pour sa faible dureté shore ce qui confère aux cales un rôle d’amortisseur. Celles-ci sont retouchées une fois en place.

Conclusion

55Le résultat des opérations menées sur Préparation anatomique de chimpanzé démontre l’intérêt d’intervenir sur ces objets. Le dégagement des matériaux d’origine permet de retrouver un aspect proche de celui de la fin du xixe siècle. Il se veut en accord avec le lieu d’exposition, la galerie d’Anatomie comparée, qui conserve également une présentation proche du xixe siècle. Cependant, les techniques de conservation-restauration mises en œuvre ne pourraient être appliquées de manière systématique sur l’ensemble de la collection. Chaque épreuve doit faire l’objet d’observations et d’études précises. La présence de poils sur Préparation anatomique d’orang-outang en est un exemple. Toutefois, leur restauration permettrait de redonner à la collection son unité et son caractère didactique (fig. 12).

Fig. 12. Préparation anatomique de chimpanzé après restauration

Fig. 12. Préparation anatomique de chimpanzé après restauration

Préparation anatomique de chimpanzé après interventions, telle qu'elle sera de nouveau exposée dans la galerie d'Anatomie comparée.

© F. Gaget, 2012.

56Les recherches ont permis de comprendre la fonction et l’importance de telles pièces. La confrontation des techniques de réalisation employées dans ce domaine et celles que nous étudions en conservation-restauration a permis d’apporter des éléments sur les procédés peu documentés que suivaient les mouleurs et les peintres du Muséum au xixe siècle. La consultation minutieuse des archives a également été une source importante d’informations. Cependant, sur le plan historique, un travail conséquent reste à faire pour préciser les emplacements des ateliers de moulage, leur fonctionnement et le nom des praticiens.

Top of page

Bibliography

baudry, m., La sculpture, méthode et vocabulaire, 3e éd., Paris, Imprimerie nationale, 1990.

boitard, p., Le jardin des plantes, description et mœurs des mammifères, Paris, Dubochet, 1842.

bourdelle, é., Technique de dissection des animaux domestiques, Paris, Baillière, 1947.

cardot, c., Georges Cuvier, La révélation des mondes perdus, Besançon, Sekoya, 2009.

Colin-fromont c. Muséum en rénovation, Les sciences de la terre et l’anatomie comparée face aux publics, Éditions du Muséum, Dijon, OCIM, 2005.

crémière, c., La science au musée, thèse en muséologie, dir. Jean Gayon et Phillip Reid Sloan, Paris, MNHN, 2004.

cuisin, j., « Être ou ne plus être : quelle restauration pour les naturalia ? », dans CRBC, 2005, n°23, p. 3‑15.

cuvier, g., Le règne animal distribué d’après son organisation, pour servir de base à l’histoire naturelle des animaux et d’introduction à l’anatomie comparée, t. 1 et 2, Paris, Belin et Deterville, 1817.

cuvier, g., Discours sur les révolutions de la surface du globe, et sur les changements qu’elles ont produits dans le règne animal, 3e éd., Paris, Dufour et Ocagne, 1825.

daliguand, girard, j., Le plâtre : le matériau, ses utilisations et ses mises en œuvre, s. l., s. n., s. d.

daudin, h., Cuvier et Lamarck, les classes zoologiques et l’idée de série animale, Paris, Alcan, 1926.

degueurce, c., Honoré Fragonard et ses écorchés, Un anatomiste au siècle des lumières, Paris, RMN, 2010.

delcroix, g., havel, m., Phénomènes physiques et peinture artistique, Puteaux, Erec, 1988.

fischer, p., Ce qu’il faut savoir en dissection, Manuel pratique à l’usage de l’étudiant et du naturaliste, Paris, Lechevalier, 1942.

gaget, f., Modèles artificiels en plâtre polychromé, Préparations anatomiques de chimpanzé et d’orang-outang moulées sur nature, Étude et restauration, mémoire de diplôme de conservation-restauration des œuvres sculptées, Tours, esba TALM, 2012.

Georges Cuvier, de son temps au nôtre, Paris, Expansion scientifique française, 1970.

grimoult, c., L’évolution biologique en France, unerévolution scientifique, politique et culturelle, Genève, Droz, 2001.

lebrun, Manuel complet du mouleur, ou l’art de mouler en plâtre, carton, carton-pierre, carton-cuir, cire, plomb, argile, bois, écaille, corne, etc., Paris, Roret, Manuels Roret, 1829.

lebrun, Nouveau manuel complet du mouleur, ou l’art de mouler en plâtre, carton, carton-pierre, carton-cuir, cire, plomb, argile, bois, écaille, corne, etc., nouv. éd., Paris, Roret, Manuels Roret, 1850.

lebrun, magnier, d., Nouveau manuel complet du mouleur en plâtre, au ciment, à l’argile, à la cire, à la gélatine, traitant du moulage du carton, du carton-pierre, du carton-cuir, du carton toile, du bois, du celluloïd, de l’écaille, de la corne, de la baleine, etc., nouv. éd., Paris, Librairie Encyclopédique de Roret, 1887.

lopez-jugant, j., Vie et œuvre d’Eugène Petitcolin, préparateur d’anatomie à l’école vétérinaire d’Alfort, de 1882 à 1922, thèse pour le doctorat vétérinaire, dir. Christophe Degueurce, Paris, ENVA, 2010.

perego, f., Dictionnaire des matériaux du peintre, Paris, Belin, 2005.

schiele, b., Le musée des sciences, montée du modèle communicationnel et recomposition du champ muséal, Paris, l’Harmattan, 2001.

spary, e., « Le Muséum de Paris, Le scalpel et l’état, En France, la zoologie devient scientifique en devenant institutionnelle », dans La recherche, 1997, n° 300, p. 50‑53.

talrich, j., Catalogue des modèles anatomiques et préparations nouvelles, Pour les démonstrations de physiologie organique de l’homme modèles en staff peint et cire résistante, Paris, s. n., 1886.

van praët, m., « Cultures scientifiques et musées d’Histoire naturelle en France », dans Hermès, 1996, n° 20, p. 143-149.

varet, g., varet-pietri, m., Maîtriser l’information à travers sa terminologie, Paris, Les Belles Lettres, 1995.

Top of page

Notes

1  Terme tiré de : talrich, 1886, p. 3.

2  La splanchnologie est la branche de l’anatomie qui traite des viscères.

3  Pour plus de précision sur ce point : cf. gaget, 2012.

4 En 1793, le Jardin du Roy (créé en 1626) prend le nom de Muséum national d’Histoire naturelle. Il est alors reconnu par l’État comme « lieu d’étude privilégié de l’histoire naturelle » (spary, 1997, p. 52). La ménagerie a été créée en 1795 pour héberger des espèces exotiques.

5  daudin, 1926, p. 51

6  Expression avancée par Christophe Degueurce (Musée Fragonard, école vétérinaire de Maisons-Alfort) lors de l’entretien au Muséum avec Marc Herbin (MNHN, laboratoire d’Anatomie comparée) le 1­­­­er mars 2011.

7  La totalité de la collection n’a pas pu être observée, Marc Herbin nous apprend qu’une grande partie a été déménagée récemment en banlieue parisienne et n’est, pour le moment, plus visible.

8  Zone privilégiée pour l’étude de l’appareil de la digestion : glandes salivaires, cavité buccale, etc.

9  De manière très générale, il est observé un changement des théories admises du milieu du xixe siècle à la fin de ce siècle allant du fixisme de Cuvier au transformisme de Geoffroy Saint-Hilaire (pour plus de précision : cf. gaget, 2012).

10  Le premier a exercé au Muséum de 1840 à 1888, il fut nommé chef de l’atelier de moulage en 1857. Il collaborait fréquemment avec le dessinateur et sculpteur Formant.

11  Les matériaux cités dans la littérature sont les suivants : gélatine (éventuellement colorée au carmin), plâtre ou, le plus courant au xixe siècle, un mélange de suif et de cire coloré d’un vermillon, d’un bleu de Prusse ou d’un vert‑de‑gris, pigments véhiculés dans l’essence de térébenthine.

12  lebrun, magnier, 1887, p. 76, p. 81.

13  Technique entièrement exposée dans lebrun, 1850 et lebrun, magnier, 1887.

14  Technique employée depuis le milieu du xixe siècle (baudry, 1990, p. 123 ; lebrun, 1850, p. 122).

15  Réalisées le 11 avril 2011 à la Clinique Pôle Santé Léonard de Vinci - Imagerie médicale à Chambray-lès-Tours.

16  La possible absence d’agent de démoulage accentuerait aussi le phénomène.

17  L’utilisation d’un moule souple permettait de tirer plusieurs épreuves identiques (pour les échanges entre muséums par exemple). Cependant, il n’était pas utilisé systématiquement pour cet avantage. Le moule souple permettait également d’extraire le modèle sans l’endommager. Les naturalistes en profitaient, dans certains cas, pour poursuivre la dissection et atteindre un autre niveau de dissection qui pouvait être moulé à son tour.

18  L’ensemble des analyses ont été réalisées au C2RMF par Yannick Vandenberghe et Nathalie Balcar : cf. le rapport d’étude n° 24229 du centre.

19  lebrun, 1829, p. 75-76 ; lebrun, magnier, 1887, p. 97.

20  Le blanc de zinc serait aussi efficace pour protéger le blanc de plomb contre le soufre car il présente une plus grande affinité avec ce dernier (perego, 2005, p. 106).

21  Ceci est dû en partie à son faible indice de réfraction (bleu de Prusse : ɳ = 1,56 (en moyenne)) ainsi qu’à l’extrême finesse de ses particules (perego, 2005, p. 119).

22  Le blanc de zinc ayant un indice de réfraction plus élevé (ɳ = 2,018). Lorsque l’on mélange deux pigments d’indice de réfraction différents, l’indice de réfraction du mélange correspond à la moyenne de ceux des pigments (entretien avec Gilbert Delcroix à l’esba TALM, site de Tours, le 7 mars 2012).

23  perego, 2005, p. 120.

24  Les « cages de verre » ou « cage vitrée » avaient pour rôle de « garantir de la poussière » les préparations.

25 Le C2RMF a identifié le produit de corrosion du métal : il s’agit d’hydro-carbonate de zinc (de formule générale : Zn(OH)2-2y (CO3)y).

26  Par exemple, le blanc de zinc forme souvent des films cassants, notamment apposé en forte épaisseur (perego, 2005, p. 106). Le bleu de Prusse, pour sa part, est très siccatif dans l’huile de lin, il forme des films durs, non cassants (delcroix, havel, 1988, p. 126). Le vermillon, malgré son caractère non siccatif, mélangé à l’huile de lin donne également un film dur (delcroix, havel, 1988, p. 126).

27  Docteur ès Sciences de l’Université de Paris et aide de laboratoire spécialisé ; départ en retraite en 1984.

28  varet, varet-pietri, 1995, p.34-35.

29  Cf. le décret n° 2001-916 adopté par le Muséum le 3 octobre 2001 ; il spécifie ses nouveaux statuts, missions et tutelles. Consultable sur le site officiel du Muséum.

30  Au Muséum, Marc Herbin est chargé de conservation des collections anatomiques en fluides et des lames histologiques historiques d'Anatomie comparée.

31  L’ensemble des propositions avancées ont été approuvées par le comité scientifique réuni le 27 juin 2011 dans les ateliers de l’esba TALM, site de Tours.

32 Il est retiré en petites lamelles (squames) de la même manière que l’on pèlerait un fruit.

33  La cire de polyéthylène dont la Tg est élévée (110 °C) a obligé à chauffer davantage le mélange au préalable.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. Vues d’ensemble avant restauration
Caption À gauche Préparation anatomique de chimpanzé (inv. 14176 ; H. 87,8 cm ; L. 72,2 cm ; Pr. 16,4), à droite Préparation anatomique d’orang-outang (inv. A. 10019 cm ; H. 25,0 cm ; L. 22,8 cm ; Pr. 11,2 cm).
Credits © F. Gaget, 2011.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3121/img-1.jpg
File image/jpeg, 364k
Title Fig. 2. Préparation anatomique de chimpanzé : revers de l’épreuve après démontage
Caption Quatre contre‑clefs sont observées. Les vis sont retirées après démontage.
Credits © F. Gaget, 2011.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3121/img-2.jpg
File image/jpeg, 260k
Title Fig. 3. Photographies prises par Pierre Petit vers 1880-85
Caption À gauche : Préparation anatomique de chimpanzé. À droite : Orang‑outang Pongo pygmæus (inv. 14175). Entre les jambes des spécimens : les cartels faisant office de légende aux lettres présentent sur les organes.
Credits © Bibliothèque centrale M.N.H.N. Paris (Ic836 et Ic837).
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3121/img-3.jpg
File image/jpeg, 348k
Title Fig. 4. Ensemble des lettres présentes sur Préparation anatomique de chimpanzé, sans échelle
Caption Cc. : cæcum ; C.D. : côlon descendant ; C.T. : côlon transverse ; D. : diaphragme ; E. : estomac ; F. : foie ; G.P. : glande (salivaire) parotide ; G.S.M. : glande salivaire mandibulaire ; P. : poumons. Un « C. » a été découvert sur le cœur lors de la restauration.
Credits © F. Gaget, 2011.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3121/img-4.jpg
File image/jpeg, 480k
Title Fig. 5. Vues sous microscope
Caption Détail des sous-couches rouge (à gauche) et blanche sous le bleu de Prusse (à droite).
Credits © C2RMF, Y. Vandenberghe, 2011.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3121/img-5.jpg
File image/jpeg, 184k
Title Fig. 6. Détail des poumons et du cœur
Caption Avant restauration (à gauche) et après intervention (à droite).
Credits © F. Gaget, 2012.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3121/img-6.jpg
File image/jpeg, 316k
Title Fig. 7. Détail des yeux
Caption À gauche : repeint noir sur Préparation anatomique d’orang-outang. À droite : motif observé sur Orang‑outang (inv. A. 1050) probablement similaire à celui camouflé par le repeint noir.
Credits © F. Gaget, 2011.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3121/img-7.jpg
File image/jpeg, 236k
Title Fig. 8. Intervention sur les lettres
Caption « C.T. » du côlon transverse avant restauration (1), avant retouche (2) et après retouche (3).
Credits © F. Gaget, 2012.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3121/img-8.jpg
File image/jpeg, 264k
Title Fig. 9. Restitution des artères (1 à 6)
Caption Les six étapes mises en œuvre pour la restitution (le support en plastiline permet le maintien du mastic lors de sa réticulation, il est ensuite retravaillé puis retouché).
Credits © F. Gaget, 2012.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3121/img-9.jpg
File image/jpeg, 356k
Title Fig. 10. Dégagement du vernis sur le plateau
Caption À gauche : le plateau en cours de dégagement. En haut à droite : encoche pour l’emplacement des mains. En bas à droite : témoin conservé.
Credits © F. Gaget, 2011.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3121/img-10.jpg
File image/jpeg, 324k
Title Fig. 11. Nouveau système de fixation démontable
Caption Schéma explicatif (le dessin n'est pas à l'échelle).
Credits © F. Gaget, 2012.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3121/img-11.jpg
File image/jpeg, 92k
Title Fig. 12. Préparation anatomique de chimpanzé après restauration
Caption Préparation anatomique de chimpanzé après interventions, telle qu'elle sera de nouveau exposée dans la galerie d'Anatomie comparée.
Credits © F. Gaget, 2012.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3121/img-12.jpg
File image/jpeg, 507k
Top of page

References

Electronic reference

Florian Gaget, « Modèles artificiels en plâtre polychromé, étude et restauration », CeROArt [Online], EGG 3 | 2013, Online since 08 May 2013, connection on 16 October 2017. URL : http://ceroart.revues.org/3121

Top of page

About the author

Florian Gaget

Diplômé en mai 2012 en conservation-restauration des œuvres sculptées de l’école supérieure des beaux-arts de Tours-Angers-Le Mans, site de Tours, Florian Gaget avait étudié auparavant la marbrerie et la taille de pierre à Dijon ainsi que les arts plastiques à l’académie du Viaduc des Arts de Paris (année préparatoire). Il exerce actuellement comme restaurateur indépendant (entreprise individuelle, profession libérale).Contact: mailto:floriangaget.crp@live.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org