Navigation – Plan du site
Dossier

Histoire d’os : Étude et restauration de deux boîtes ostéologiques

Élodie Beaubier

Résumés

Les boîtes ostéologiques, telles qu’elles étaient présentées au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, reflétaient le discours porté sur les différentes théories de «  l’évolution » au XIXe. Elles présentent les os du crâne dissociés d’une ou plusieurs espèces, disposés méthodiquement. Nous nous sommes penchées sur les différentes possibilités de traitement du nettoyage des os anciens, ainsi que sur la question de la restauration des collections patrimoniales des muséums d’Histoire naturelle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les boîtes nous ont été confiées par Marc Herbin, chargé de conservation des collections anatomique (...)

1L’Ostéologie de diverses têtes de la famille des Perches et l’Ostéologie de la tête de la Carpe vulgaire1font partie des collections d’anatomie comparée du Muséum national d’Histoire naturelle (Paris). Les collections ostéologiques, liées à cette discipline qui émerge au début du XIXe siècle, offrent des séries de comparaisons notamment pour tous les groupes de vertébrés. C’est sur cette base que les premiers fondements de la théorie de l’évolution se mirent en place. Le caractère pédagogique de ces boîtes fera de leur étude, un outil pour les personnes souhaitant approfondir le sujet. L’étude complète de la collection a permis d’en déterminer l’ampleur et de convenir du meilleur traitement possible de conservation-restauration.

Fig. 1 Ostéologie de diverses têtes de la famille des Perches

Fig. 1 Ostéologie de diverses têtes de la famille des Perches

L'objet avant restauration (dimensions en cm [h, l, p] : 36,5 x 52,2 x 6,9)

© E. Beaubier, 2011  

Fig. 2 Ostéologie de la tête de la Carpe vulgaire

Fig. 2 Ostéologie de la tête de la Carpe vulgaire

Objet avant restauration, sans son couvercle (dimensions en cm [h, l, p] : 36,2 x 50,8 x 10,9)

© E. Beaubier, 2011

La collection

Présentation des boîtes ostéologiques 

2Elles sont en bois avec un couvercle vitré, et de taille variable en fonction du spécimen présenté. À l’intérieur, le fond et les côtés sont recouverts de papier blanc marouflé. Elles présentent les os de crâne dissociés de différentes espèces, parfois des parties entières du corps, ou encore la seule dentition d’un spécimen et autres pièces servant de comparaison.

  • 2  CUVIER, Le règne animal, 4 vol., Paris, Belin, 1817.

3La classification est explicite, détaillée et pratique. Les espèces et les noms des os sont inscrits sur des étiquettes. Les os sont épinglés sur un support de liège ensuite collé sur le papier. Les étiquettes qui désignent l’espèce comportent une référence bibliographique qui renvoie au Règne animal2, publié par Georges Cuvier en 1817. Cette note précise le tome et la page où l’on peut retrouver l’espèce.

4Un constat d’état de l’ensemble de la collection a été réalisé sous forme de tableau détaillé. Nous avons distingué trois types de boîtes, que nous avons appelées par commodité « boîtes à tiroir », « boîtes à crochets », « boîtes neuves » (elles ne sont pas neuves, mais semblent être de facture plus récente). Elles semblent à l’origine toutes provenir du mobilier fréquemment utilisé pour la présentation en entomologique ou minéralogie.

Fonctions 

  • 3  CUVIER, Les leçons d’anatomie comparée, recueillies pat G-L. Duvernoy, docteur en médecine, 8 vol. (...)

5La naissance de cette collection serait à l’initiative de Georges Cuvier. En revanche, la réalisation aurait été effectuée par des aides-naturalistes, des préparateurs et ses élèves. Les boîtes ostéologiques sont un support didactique et pédagogique de ses cours et de son discours, notamment sur Les leçons sur l’Anatomie comparée3, ou encore elles alimenteront son livre sur le Règne Animal précédemment cité. Les boîtes étaient exposées dans la galerie d’Anatomie comparée située à proximité de l’amphithéâtre, où étaient dispensés les cours de Georges Cuvier nommé titulaire de la chaire d’anatomie des animaux en 1802. La galerie d’Anatomie comparée ouverte aux étudiants (en 1803) et au public (en 1806) était un lieu où l’on pouvait voir les squelettes des animaux, des parties molles conservées dans l’esprit de vin, des moulages d’écorchés et d’autres préparations.

Histoire de la collection

  • 4  DELEUZE, Histoire du Muséum Royal d'Histoire Naturelle, Paris, Royer, 1823, 2 vol., p. 663-664.

6Afin de mieux comprendre les altérations des boîtes ostéologiques, nous avons besoin de préciser leur histoire. Nous n’avons pas pu dater précisément leur réalisation, mais nous estimons qu’elles ont été confectionnées entre 1802 et 1823, date des premières mentions des boîtes sous l’appellation « boîtes vitrées »4 par Joseph Deleuze. D’après son ouvrage, en décembre 1822, il y avait 480 squelettes de poissons, et 300 têtes faisant voir séparément les os qui les composent, 590 pièces formant une collection d’os séparés par types, etc. Les chiffres énumérés ne révèlent qu’une partie de la collection, laissant imaginer l’étendue de celle-ci.

Fig. 3 Vue générale du premier étage des galeries d’Anatomie comparée, 1880

Fig. 3 Vue générale du premier étage des galeries d’Anatomie comparée, 1880

Nous pouvons voir, sur cette photo, les boîtes ostéologiques qui sont exposées sur les murs entre les salles.

© Bibliothèque centrale du MNHN, phot. Pierre Petit, P 1218, 1880

  • 5  Inventaire du laboratoire d’anatomie comparée, 1866 ?-188 ? : Catalogue et inventaire des Galeries (...)
  • 6  La consultation de ce catalogue est possible sous forme de microfilm au Laboratoire d’Anatomie com (...)

7Un nouvel inventaire de la galerie mené entre 1866 et 18855, indique environ 280 boîtes. En 1891, enfin, un autre inventaire dénommé Catalogue d’Anatomie Comparée6, plus méthodique et exhaustif permet de comprendre que les os de certaines boîtes ont été replacés et collés sur les plaques de verre dites « plaques bleues ou plaques blanches ». Nous pouvons supposer que l’état des certaines boîtes ne permettait plus de les exposer. En 1898, l’ouverture de la nouvelle galerie d’Anatomie comparée et de Paléontologie nous fait supposer que lors du transfert des collections, les plus belles pièces ou celles étant en bon état ont été conservées en galerie et que les autres ont probablement été modifiées ou reléguées, puis oubliées. D’après les sources, dans les années 50, certaines boîtes auraient été découvertes à proximité du macérateur (endroit où l’on faisait pourrir la chair des cadavres, afin de pouvoir en récupérer les os). Suite à cette découverte, nous pouvons penser que les modifications comme le fond peint en noir auraient commencé à cette époque. Nous savons également qu’entre les années 1970 et fin 1980, les boîtes ont été sujettes à différentes interventions plus ou moins répertoriées.

8Suite à l’étude historique, nous avons réalisé un tableau comparatif des inventaires successifs. Dans un premier temps, nous avons repris les sources les plus anciennes et tenté de retrouver les boîtes au fur et à mesure de l’avancement des inventaires. Sur les 280 boîtes inventoriées à l’origine, nous en avons recensé 124, dont 112 sous leur forme originale et 12 avec une nouvelle boîte comme des boîtes d’entomologie récente (datant du début du XXe siècle).

Présentation et constat d’état des boîtes

9Les deux boîtes choisies dans le cadre de cette étude sont représentatives d’un grand nombre d’autres boîtes concernant leurs altérations.

Ostéologie de diverses têtes de la famille des Perches

10La boîte présente « l’Ostéologie de diverses têtes de la famille des Perches ». Elle est en chêne (cf. fig. 1). L’intérieur est recouvert de papier blanc. Une fine bande de papier feutré noir partage le fond en quatre parties : Ostéologie du Bodian tacheté, Ostéologie de Serran (Perca fluvalis), Ostéologie de Serran (sans étiquette), Ostéologie d’une espèce de Serran (envoyé de New York par M. Milbert). Le couvercle vitré est brisé. Sur les côtés deux supports métalliques servaient d’accroches, afin de la présenter verticalement. Les étiquettes (au nombre de 65) et les os (138) sont fixés sur des supports de liège cylindriques, une épingle d’entomologie en laiton étamé, aujourd’hui oxydée, permet de maintenir les os sur le liège. Certains os, les plus minces, sont collés sur du papier feutré noir.

Fig. 4 La boîte avant démontage

Fig. 4 La boîte avant démontage

Délimitation des zones et relevé précis de tout ce que contient la boîte avant démontage.

© E. Beaubier, 2011

11Dans l’ensemble la boîte est très empoussiérée, mais ne présente pas de problème de structure majeur. Les pattes métalliques sont oxydées. L’intérieur de la boîte est d’un aspect chaotique, le papier, les os et les étiquettes sont très empoussiérés, certains éléments sont décollés et mélangés. Les mues et cadavres d’insectes présents attestent de l’attaque d’insectes xylophages sur les plots de liège, mais également d’insectes kératophages. Le contenu de la boîte est en grande partie déplacé et son état ne permettait ni de la présenter, ni d’en assurer la bonne conservation. Il était très important de garder à l’esprit que la restauration de cette boîte entraînerait un démontage complet, impliquant un relevé précis.

Ostéologie de la tête de la Carpe vulgaire

  • 7  Inventaire numérique établi en 2006, par Marc Herbin chargé de la conservation des collections au (...)
  • 8  Entre 1984-1986, B. Faye était chargé de la gestion des prêts, de la restauration  des collections (...)

12Les os représentent l’Ostéologie de la tête de la Carpe vulgaire (cf. fig. 2). La boîte est composée de deux parties : la caisse en bois de chêne et un couvercle vitré. Elle possède un système de fermeture avec des crochets. L’intérieur est peint en noir brillant et le fond est recouvert d’un papier noir. Les os (au nombre de 79) sont épinglés sur un petit cylindre de liège, tandis que les étiquettes (au nombre de 51) sont collées sur les plots. Le tout est épinglé sur un carton d’emballage de récupération. Cette boîte fait partie de celles qui ont subi un remaniement avec un changement radical de présentation, qui est resté inachevé. Le fond a été remplacé. Le couvercle ne correspond pas à la caisse, les crochets sont décalés et une baguette de contreplaqué a été ajoutée sur le couvercle. L’intérieur a été repeint en noir. L’extérieur et l’intérieur ont grossièrement été recouverts d’un vernis épais et brillant. Sur l’inventaire de 20067 figure la mention : «  restauration en cours BF (Bernard Faye8), refaire boîte + verre  ». Le cliché photographique de 2006 montre le carton avec des os et les étiquettes, mais pas de boîte. Cela laisse supposer que la boîte actuelle contient des éléments de provenances diverses.

13La boîte est en bon état, malgré l’empâtement du vernis jaune et très brillant. Les os et les étiquettes présentent un faible empoussièrement, mais le système de maintien sur le carton est précaire, la plupart des os ne sont plus à leur emplacement.

Proposition de traitement

  • 9  Les collections sont constituées de minéraux, de fossiles, de plantes, d’animaux diversement prépa (...)
  • 10  Décret du 7 octobre 2001 : définit les statuts, missions et tutelles du Muséum national d’Histoire (...)
  • 11  Directeur du Muséum d’Orléans et vice-président d’ICOM-France.
  • 12  GUILLET, « D’hier à demain, les muséums de France », Coré n°26, juillet, 2011, p. 4-8.
  • 13  Un type est un spécimen de référence, attaché à un nom scientifique, à partir duquel une espèce vi (...)

14L’abondance et l’extrême variété des collections9 constituées par les muséums, pour servir de support à l’étude de la nature sous divers aspects, présentent aujourd’hui de nombreux problèmes de conservation. Les différentes missions fondamentales des muséums d’Histoire naturelle en ce qui concerne les collections10 sont bien définies (inventaires, études, conservation, mise en valeur et enrichissement...). Mais elles prennent une orientation particulière en fonction du type de collection et des priorités de l’institution. Il existe deux types de collections : les collections d’étude et les collections patrimoniales, qui se recoupent puisque toutes sont susceptibles de pouvoir servir, à un moment ou à un autre, de support pour des investigations scientifiques. Pour l’une comme pour l’autre, la priorité est la bonne conservation des spécimens. Comme l’explique Philippe Guillet11 : « il faut absolument insister sur l’unicité très générale des objets ou des spécimens d’Histoire naturelle à l’instar des œuvres d’art ».12 La valeur intrinsèque d’un spécimen est liée à la fois à l’histoire de la recherche, par exemple pour le cas d’un « type »13, et à la fois à son intérêt du point de vue de la recherche actuelle, mais également pour des utilisations à caractère pédagogique.

15Un autre facteur jouant un rôle sur la préservation de ce patrimoine est la multitude des collections d’Histoire naturelle. La France compte trente-six muséums, chacun conservant une collection plus ou moins riche. Au sein d’une même collection il peut y avoir plusieurs spécimens qui eux-mêmes peuvent également comporter une multitude de pièces (dans le cas d’un squelette ou de boîtes ostéologiques).

16Ainsi, pour faciliter la compréhension, tous les documents ou les archives sont la preuve de l’histoire du spécimen ou d’un artefact à un moment donné. Ils permettent de dresser un constat d’état de la collection, et peuvent également accroître la valeur scientifique de l’échantillon ou du spécimen. Ils deviennent également indispensables dans le cas où un spécimen pourrait se détériorer ou être détruit.

17En tant que biens culturels, les « boîtes ostéologiques » occupent une place cruciale au sein de la collection d’anatomie comparée et dans l’histoire des sciences naturelles. C’est une collection à double vocation, qui s’inscrit à la fois dans un cadre scientifique et historique, mais aussi muséologique. Elles sont le témoignage d’une théorie de classification des espèces de cette époque.

18La diversité des matériaux : os de poissons, bois, papier, encre, métal, etc. ainsi que les mécanismes d’altération et de dégradation intrinsèques à ces objets posent des problèmes de conservation spécifiques. La proposition de conservation-restauration doit adopter une méthodologie qui prendra en compte les divers aspects physico-chimiques, esthétiques ou historiques. Les principes de la profession sont pris en compte en concertation avec des spécialistes d’arts graphiques, et les représentants du Muséum.

19La collection du Muséum comporte en tout 124 boîtes. L’étude a montré une grande diversité dans la composition des boîtes et des espèces présentées, ainsi que de leur état de conservation. Il a paru difficile d’établir un protocole unique, transposable à l’ensemble de la collection. Cependant nous avons élaboré une proposition spécifique à chacune des deux boîtes qui intègre des éléments transposables à d’autres.

20Le Muséum a pris en charge la désinsectisation par congélation de l’ensemble de la collection. En ce qui concerne les différentes opérations prévues, nous avons tenté de répondre au mieux aux demandes formulées par le chargé de collection.

  • Nous avons décidé de conserver au maximum les éléments originaux. En revanche, les plots de liège (en raison de leur état de dégradation extrême) seront tous remplacés par de nouveaux plots en liège.

  • La vitre sera remplacée afin de pouvoir protéger les spécimens. Le mastic ancien ne sera pas conservé. Il sera refait, puis retouché.

  • Le vernis inesthétique et maladroitement appliqué, sera éliminé. En revanche la peinture noire sera conservée. Un grand nombre de boîtes (36/124) ont également l’intérieur peint en noir. Il est envisageable de conserver cette intervention comme témoin d’un remaniement passé, situé dans la première moitié du XXe siècle.

  • La baguette de profil ajoutée sur la partie supérieure de la boîte sera retirée, pour des raisons esthétiques.

  • Une proposition de restitution en fonction des classements établis par Cuvier, ainsi que par comparaison avec d’autres boîtes sera avancée. Le repositionnement de façon stable est nécessaire, afin d’éviter tout nouveau décollement, ou perte des éléments. La reconstitution de la boîte fera appel à des matériaux réversibles et suivra les préceptes de la conservation préventive.

En ce qui concerne le traitement des os 

21L’étude concernant la préparation ostéologique, ainsi que la problématique de nettoyage et dégraissage des os et ensuite du collage sont identiques pour chaque boîte. Le niveau d’intervention visera à obtenir un résultat cohérent, pour la boîte, et par rapport au reste de la collection.

22Le traitement du papier et des étiquettes :

  • Le papier et les étiquettes seront conservés dans leur intégralité, les taches et auréoles seront atténuées dans la mesure du possible.

  • L’étiquette désignant l’espèce du Bodian tacheté est devenue illisible. Elle sera restituée pour des raisons didactiques et pédagogiques.

Les os

23En préalable au traitement des os, nous allons étudier la composition d’un os de poisson, puis détailler les différents types de préparation osseuse et les risques de dégradations.

Composition d’un os de poisson

  • 14  L’hydroxyapatite est phosphate de calcium qui appartient à la famille des apatites (constituant de (...)
  • 15  MEUNIER et al., « Le squelette des poissons téléostéens : structure, développement, physiologie, p (...)
  • 16  TOPPE et al., « Chemical composition, mineral content and amino acid and lipid profiles in bones f (...)
  • 17  LEMOINE, GUILMINOT, Lettre de l'OCIM, n°122, 2009, p. 12-18.
  • 18  FLORIAN, Protein Facts, Londres, Archetype, 2007, p. 36-39.

24L’os se compose d’une partie organique, des fibres de collagène, rigidifiées par une partie minérale de cristaux d’hydroxyapatite14. Il faut retenir que la variabilité de la composante minérale des os de poisson dépend de plusieurs facteurs : l’espèce, la taille, l’environnement, l’alimentation, la période de reproduction et de la partie osseuse étudiée15. La proportion de composant minéral est de 60 % du poids sec, mais le taux de minéralisation peut varier de 30 % à 60% par rapport à la valeur d’hydroxyapatite16. De par sa structure alvéolaire, l’os est fortement hygroscopique, il est sensible aux agents polluants, tels que les acides organiques et autres composés susceptibles de le déliter17. La partie organique de l’os est sensible dans l’eau et les solvants organiques, tandis que la partie minérale est quasi insoluble (sauf aux acides et bases fortes). Mais si la structure du collagène18 est trop dégradée, la partie minérale sera forcément fragilisée et deviendra friable. L’os est sensible aux bases et acides forts.

Préparation ostéologique

  • 19  BOITARD, Nouveau Manuel complet du naturaliste préparateur ou l’art d’empailler les animaux, de co (...)

25Il existe deux techniques pour la préparation ostéologique19 :

  • Le squelette en connexion anatomique, lorsque l’on veut conserver tous les ligaments des articulations, où parfois nous pouvons retrouver des petits fils pour consolider ou doubler ou remplacer les ligaments

    • 20  GRANGER, Manuel du naturaliste, traité pratique de la récolte, de la préparation, du rangement en (...)

    Le squelette artificiel. Les os sont maintenus et reliés par une armature insérée dans le canal médullaire de la colonne vertébrale20. Les os sont reliés à l’aide de fils métalliques dont le diamètre est proportionnel au volume et au poids des os.

26En ce qui concerne nos os de poissons, la technique de préparation utilisée est à la fois celle du squelette artificiel et pour quelques os de la boîte de l’ostéologie de la tête de la Carpe vulgaire, celle des connexions anatomiques.

  • 21 DAUBENTON, Description du cabinet du Roy, tome III, Paris, Imprimerie royale, 1749, p.13-21.

27Selon les écrits de Louis Jean-Marie Daubenton21, nous pouvons supposer que la préparation des spécimens était le dégraissage en milieu aqueux :

  • 22   Les proportions exactes dans : DAUBENTON, 1749, p.13-21.

28Dans un premier temps, il faut écharner le spécimen. Cependant, dans le cas des poissons osseux, l’opération de l’écharnage ne se fait pas en raison de la fragilité du squelette de certaines espèces. Ensuite, les os sont mis à tremper quelques jours pour dissoudre le sang, l’eau pénètre au cœur de l’os favorisant l’hydrolyse de la graisse. Puis on les fait macérer dans une eau contenant du sel de soude (carbonate de sodium), de la chaux vive (oxyde de calcium) et de l’alun (sulfate de potassium et d’aluminium). Il faut veiller à bien respecter les proportions, car le dégraissage alcalin saturé en oxyde de calcium empêche le carbonate de calcium de l’os de se solubiliser22. On change le bain régulièrement en fonction du dépôt de graisse en surface. Le processus de macération peut durer 6 mois à 1 an, selon le spécimen. L’opération est terminée lorsque l’eau reste propre.

29Ensuite, pour le blanchiment, les os sont exposés sur des ardoises à l’air libre et aux intempéries.

Les dégradations liées à la préparation

  • 23 LEMOINE, GUILMINOT, « Autour de la baleine du Muséum d’Histoire Naturelle de Nantes : la problémati (...)
  • 24 Anatomia, ex Gaspari Barutolini parentis Institutionibus, omnium jus recentiorum et propriis observ (...)

30Il est crucial de garder à l’esprit que tous les os contenus dans les boîtes ont fait l’objet de préparations, notamment en milieu basique, qui ont pu en fragiliser certains, ou encore ne pas permettre un blanchiment ou un dégraissage suffisants. Lors de l’immersion en milieu aqueux, l’eau pénètre au cœur de l’os, favorisant l’hydrolyse des graisses23. L’hypothèse la plus plausible pour nos os que nous supposons est celle d’un dégraissage en milieu aqueux, suivi d’un blanchiment. Dans la recette de Pauli24, les bains sont à base : de chaux vive (oxyde de calcium) qui permet un dégraissage alcalin ; d’alun de potassium qui a un effet fongicide ; et de soude qui permet une réaction de saponification.

  • 25   DELCROIX, Séminaire Master, 16-11-2011.

31En ce qui concerne l’opération de blanchiment des os, le rayonnement solaire apporte à la fois du rayonnement infrarouge et ultra-violet. Ce sont les ultraviolets qui permettent le blanchiment. Ils sont réducteurs en présence d’eau, d’où l’importance de la rosée du matin. Le rôle de l’ardoise à également son importance, car elle est imperméable et absorbe les infrarouges25.

  • 26   Acide gras (H(CH2)n-1 qui se termine par un groupe carboxylique COOH se transforme en un alcool g (...)
  • 27   Correspondance par courriel du 30/11/2011, avec Ulrich Schneppat (Bündner Naturmuseum-Chu, Suisse (...)

32Il ne faut pas oublier que ces opérations sont longues. Si certaines préparations peuvent montrer des dégagements graisseux, c’est probablement parce que le dégraissage n’a pas été poursuivi assez longtemps. Au niveau de l’os, les graisses remontent en surface par capillarité et polarité, car elles sont « attirées » par l’air, qui est moins polaire que la matrice minérale de l’os. Les graisses remontées en surface s’oxydent et dégagent des acides gras libres26. La macromolécule de protéine est attaquée par ces acides libres sur sa fonction amine, fractionnant la structure en spirale en deux acides aminés (hydroxyproline et l’hydroxylysine). Par conséquent, la transformation spatiale de la protéine en est bouleversée, ce qui provoque un changement de ses propriétés. C’est la cause de l’altération du phosphate de calcium et du carbonate de calcium27.

Traitement des os

Le nettoyage

33Le nettoyage devra prendre en compte la présence de l’épingle entomologique, qui dans la plupart des cas ne peut pas être retirée sans altérer l’os. La question est de déterminer si nous nous orientons vers un nettoyage superficiel ou bien un dégraissage des os. Lorsque les graisses remontent en surface, elles s’oxydent et dégagent des acides gras libres. C’est la cause de l’altération du phosphate de calcium et du carbonate de calcium. La difficulté du dégraissage est d’éviter toute altération des parties minérales et organiques de l’os. Le but du nettoyage est d’atténuer en surface l’aspect graisseux de l’os. À la suite des recherches, que nous avons entreprises, tout en prenant compte les caractéristiques des os de poissons voici les différents tests que nous avons entrepris.

Tests de nettoyage

  • 28  Le mot laser signifie “Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation”,  il s’agit d’une (...)

34Le nettoyage au laser28 est un nettoyage de surface par photoablation, dont l’avantage est d’éviter un trop grand apport de liquide même s’il faut légèrement humidifier l’os. Nous avons constaté un très léger jaunissement, mais aucune trace laissant penser à une dégradation due au faisceau lumineux. L’élévation de la température sensible au toucher est un problème, après le passage d’un coton imbibé d’eau déminéralisée et de Triton X100®, nous observons que le coton est grisé, ce qui indique qu’il reste une fine couche de poussière. Cette méthode ne sera pas retenue.

35En ce qui concerne les solvants organiques, la mise en œuvre est longue. Cela implique de nettoyer les os un par un pour éviter un contact trop long avec les solvants. Les solvants testés dégraissent bien, mais déshydratent la surface.

  • 29  Correspondance par courriel du 30/11/2011, avec Ulrich Schneppat (Bündner Naturmuseum-Chu, Suisse)
  • 30  La conservation des squelettes gras : méthodes de dégraissage, table ronde 7 et 8 février 2012. Lo (...)

36Les bases en solution, d’après les recherches d’Ulrich Schnepatt29 montrent de bons résultats en ce qui concerne les os de mammifères de grande taille, comme la baleine du Muséum de Nantes30. Mais les os de nos boîtes sont trop fragiles et trop fins pour que cette méthode soit retenue.

  • 31  PLENTERLEITH, The Conservation of Antiquities and works of art : treatment, repair and restoration(...)
  • 32  «  Nettoiement de l’os », DELCROIX Gilbert, septembre 2011, non publié.

37Les différentes émulsions aqueuses testées sont répertoriées sous forme de tableau : tel que le White spirit, éthanol, eau, agent tensioactif ou tel que le lait cru de vache31, cité plusieurs fois dans les sources bibliographiques. Le lait32 est à la fois une solution (lactose, sels minéraux), une suspension de matières azotées et une émulsion (matière grasse). Même si ce traitement montre de très bons résultats il ne sera pas retenu. Car après séchage et si le rinçage n’est pas suffisant, il se forme des traces blanches en surface. Cette technique n’est pas conseillée pour les os en connexion anatomique.

Fig. 5 Première planche de tests à mi-nettoyage

Fig. 5 Première planche de tests à mi-nettoyage

Nous pouvons constater que la différence n’est pas toujours sensible.

© E. Beaubier, 2011

Les méthodes

38 Ensuite nous avons testé différentes méthodes de mise en œuvre :

  • Application aux tampons pour homogénéiser la surface.

  • Le bain, cette méthode est envisagée lorsque les os sont trop petits et trop fragiles. Elle n’est pas entièrement satisfaisante, toutes les aspérités des os ne sont pas atteintes.

  • Le nettoyage dans la cuve à ultrasons permet une action en profondeur, dans les zones d’accès difficile, voire impossible. Dans le liquide les ondes ultrasonores déclenchent des phases de compression et de décompression (la cavitation). Le temps de traitement le plus court, c'est-à-dire 90’’, est efficace, mais les os fragiles et cassés ne seront pas traités ainsi. Le temps d’immersion est insuffisant pour que le liquide puisse entraîner une dégradation de la matrice minérale.

  • 33  Le solvant Rhodiasolv® est certainement le solvant le plus adapté de par son côté non toxique et b (...)

39Le traitement retenu est une émulsion de composition suivante White spirit (60%) + éthanol (20%) + eau déminéralisée (20%) + Triton X100® (quelques gouttes). Elle sera utilisée sous forme : tampon, bain, ultrason, suivis d’un rinçage au White spirit33. Celui-ci est retenu pour sa faible contribution polaire. L’éthanol permet d’augmenter la vitesse d’évaporation. L’eau déminéralisée est nécessaire pour produire une émulsion. Le Triton X100® est un tensioactif anionique et biodégradable qui n’a aucune action sur les épingles en métal. Il faut préciser que les épingles sont débarrassées de la couche oxydée par le processus de cavitation des ultrasons.

 Fig. 6 Nettoyage aux ultrasons

 Fig. 6 Nettoyage aux ultrasons

Avant (à gauche) et après (à droite) nettoyage

 © E. Beaubier, 2011

Le collage des os

40Les collages ne doivent pas supporter des contraintes importantes : en effet le poids de la plupart des os n’excède pas 1g.  La difficulté réside dans le fait que les os sont petits et fragiles et qu’à la moindre pression, ils peuvent casser. L’idéal serait un adhésif avec un temps de prise rapide, or la plupart des adhésifs testés ont un temps de prise relativement long. Et certaines surfaces de collage sont inférieures à 1mm² .

Fig. 7 Propriétés des adhésifs testés

Fig. 7 Propriétés des adhésifs testés

41C’est pour cette raison que pour certains os, nous avons utilisé du cyanoacrylate à titre exceptionnel. Tous les collages ont été réalisés sous loupe binoculaire. Nous avons retenu le Paraloïd B72® et B44 à 50 /50 à 50% dans l’acétate d’éthyle. L’adjonction de B44 a pour but d’augmenter la température de transition vitreuse. Il est utilisé pour coller les sections bien jointives et les os décollés de leur support en papier feutré noir. Nous avons également retenu le Pioloform BM18® à 25% dans l’éthanol. Ce mélange a été utilisé pour les doublages avec le papier japon Kozo et le non-tissé Reemay® qui a montré les meilleurs résultats, surtout un meilleur maintient. Sa viscosité permet une facilité de mise en œuvre.

 Fig. 8 Os hyoïde du Bodian tacheté

 Fig. 8 Os hyoïde du Bodian tacheté

Avant et après collage au Pioloform® BM 18 à 25 % dans l’éthanol et doublage au non-tissé.

© E. Beaubier, 2012

42Les opérations de nettoyage et de collage de chaque os sont répertoriées dans un tableau avec leur nom et un numéro se référant un relevé de localisation.

Autres opérations de restauration

Traitement du papier

43Toutes les opérations de restauration concernant le papier de fond et les étiquettes ont été discutées avec Laurence Caylux, restauratrice en arts graphiques.

  • 34  Après consultation de l’article en ligne sur Les effets de gommes à effacer sur la cellulose du pa (...)

44Dans un premier temps le retrait des plots c’est effectué au scalpel.  Ensuite, nous avons procédé au dépoussiérage par aspiration contrôlée, puis au gommage du fond de la boîte avec la gomme éponge Wishab®34 et l’atténuation des taches avec la gomme mars plastic de chez Staedler®. Les étiquettes ont également été gommées, sauf celles concernant la dénomination des os de la boîte de la carpe trop fragiles, l’encre avait tendance à disparaître.

45Ensuite elles ont été doublées avec du papier japon Kozo (Bib tengujo 100 % Kozo de chez Stouls®), avec l’éther cellulosique Klucel G® à 3 % dans l’éthanol.

 Fig. 9 Étiquette

 Fig. 9 Étiquette

 État avant et après restauration d’une étiquette.

© E. Beaubier, 2012

  • 35  MARTIN et al, ARSAG,« La consolidation locale des manuscrits altérés par des micro-organismes », S (...)
  • 36  ROUCHON et al., « The Water Sensitivity of Iron Gall Ink and its Risk Assessment »,Studies in Cons (...)

46Une étude35 sur le réencollage adapté au papier manuscrit avec une encre ferrogallique36, comme c’est le cas pour nos étiquettes, montre de très bons résultats quant à cette méthode. Les éléments en papier feutré noir ont également été doublés de cette manière.

47L’étiquette concernant l’espèce du Bodian tacheté est devenue totalement illisible, il a été décidé de la remplacer pour des raisons didactiques. Nous en avons élaboré une nouvelle étiquette grâce aux outils informatiques et reprographiée à l’aide d’une imprimante laser sur un papier à réserve alcaline. Cette dernière est placée au-dessus de l’ancienne et maintenue par un support réversible et amovible.

Fig. 10 Étiquette du Bodian tacheté devenue illisible

Fig. 10 Étiquette du Bodian tacheté devenue illisible

Étiquette de référence. Proposition d’étiquette. Système de maintien amovible de la nouvelle étiquette sur l’ancienne.

© E. Beaubier, 2012

Remise en place

48Suite au retrait total des os, des étiquettes, des plots, et du nettoyage, l’ensemble fut remis en place.

Ostéologie de diverses têtes de la famille des Perches

49Pour les raisons que nous avons précédemment explicitées, tous les plots en liège sont remplacés. Après remise en place des os et des étiquettes, nous nous sommes aperçue par rapport à la marque des plots de lièges qu’il nous maquait un os et une étiquette dans la partie concernant le bodian tacheté. Mais en revanche nous avons retrouvé en trop 6 étiquettes, 6 os et 2 dents de mammifères n’appartenant pas à cette boîte. Le tout a été conditionné par ailleurs dans l’attente de retrouver leur emplacement. La vitre cassée a été remplacée et un mastic acrylique la maintient en place. Ce mastic a été teinté de la couleur du papier qui recouvrait le mastic d’origine.

 Fig. 11 Ostéologie de diverses têtes de la famille des Perches

 Fig. 11 Ostéologie de diverses têtes de la famille des Perches

Après restauration avant la remise en place de la vitre.

© E. Beaubier, 2012

Ostéologie de la tête de la Carpe vulgaire

50Nous devions trouver un nouveau support devant répondre aux critères de la conservation,  le carton Créamousse® est constitué d’un panneau de mousse de polystyrène extrudé dont les deux faces sont recouvertes par un papier noir mat à réserve alcaline. Il est rigide et léger à la fois. Afin de pouvoir le retirer sans altérer les os, un système a été mis au point, complètement invisible. Un fil de nylon noir passe de chaque côté du carton et permet ainsi de soulever le tout sans risque. Au verso le fil est maintenu par une bande de non-tissé épaisse collée au Paraloïd® B72 et B44 (50/50) à 50 % dans l’acétate d’amyle.

51La proposition de remise en place des os et des étiquettes s’est appuyée sur des comparaisons avec d’autres boîtes ostéologiques, puis soumise à l’ichtyologue Philippe Béarez du Muséum.

 Fig. 12 Ostéologie de la tête de la Carpe vulgaire

 Fig. 12 Ostéologie de la tête de la Carpe vulgaire

Après restauration, vue sans le couvercle vitré.

© E. Beaubier, 2012

Conclusion

52Ce travail nous aura apporté de nouvelles connaissances dans un domaine qui nous était encore peu connu l’Histoire naturelle. L’ostéologie de la tête éclatée d’un poisson est complexe, toute la difficulté résidant dans le fait de retrouver l’emplacement des os et des étiquettes, enjeux majeurs de la restauration.

53L’étude historique nous a fait redécouvrir une partie oubliée de la collection d’anatomie comparée, constituée à l’initiative du grand naturaliste Georges Cuvier. L’étude et la restauration des boîtes ostéologiques a permis d’étudier la question du nettoyage des os anciens. Une étude plus approfondie en partenariat entre les laboratoires, le Muséum et les restaurateurs permettrait de préciser les solutions à envisager quant à la conservation des collections ostéologiques.

Haut de page

Bibliographie

BOITARD P., Nouveau Manuel complet du naturaliste préparateur ou l’art d’empailler les animaux, de conserver les végétaux et les minéraux, de préparer les pièces anatomiques normales ou pathologiques, suivi d’un traité des embaumements, Paris, Roret, 1839.

CUVIER G., Les leçons d’anatomie comparée, recueillies pat G-L. Duvernoy, docteur en médecine, Paris, Baudouin, 1805, 8 vol..

CUVIER G, Le règne animal distribué selon son organisation, Paris, Belin, 1817, 4 vol..

DAUBENTON L.-M., Description du cabinet du Roy, tome III, Paris, Imprimerie royale, 1749.

DELEUZE M., Histoire du Muséum Royal d'Histoire Naturelle, Paris, Royer, 1823, 2 vol..

FLORIAN M.-L., Protein Facts, Londres, Archetype, 2007.

GRANGER A., Manuel du naturaliste, traité pratique de la récolte, de la préparation, du rangement en collection de tous les objets d’histoire naturelle en zoologie, botanique, géologie. Empaillage des animaux et préparation des squelettes, etc., Paris, Deyrolle, 1894, p. 326.

GUILLET P., « D’hier à demain, les muséums de France », Coré, n°26, juillet, 2011, p. 3-8.

LEMOINE G., GUILMINOT E., « La problématique du dégraissage des squelettes », Lettre de l'OCIM, n°122, 2009, p. 12-18.

LEMOINE G., GUILMINOT E., « Autour de la baleine du Muséum d’Histoire Naturelle de Nantes : la problématique du nettoyage des os de squelettes », Paris, CRBC, n° 27, 2009, p. 35-44.

LIENARDY A., Technologie des papiers et leurs altérations, Bruxelles, La Cambre, 2003.

MARTIN et alia, « La consolidation locale des manuscrits altérés par des micro-organismes », Support Tracé, Paris, ARSAG, n°10, 2010, p. 64-65.

MEUNIER F.-J., DESCHAMPS M.-H., LECOMTE F., KACEM A., « Le squelette des poissons téléostéens : structure, développement, physiologie, pathologie », Bulletin de la Société zoologique, n° 133, 2008, p. 9-32.

Nguyen T.-P., Bouvet S., Even M., « Les effets de gommes à effacer sur la cellulose du papier », Actualité de la conservation, n° 19.

http://www.bnf.fr/documents/actualites_19.pdf, consulté le 12-10-2011.

PLENTERLEITH H. J., The Conservation of Antiquities and works of art : treatment, repair and restoration, Oxford, University Press, 1971.

ROUCHON V., DUROCHER B., PELLIZZI E., STORDIAU-PALLOT J., « The Water Sensitivity of Iron Gall Ink and its Risk Assessment », Studies in Conservation, 2009, p. 236- 254.

TOPPE J., ALBREKTSEN S., HOPE B., AKSNES A., « Chemical composition, mineral content and amino acid and lipid profiles in bones from various fish species », Comparative Biochemistry and Physiology, Part B 146, Norwegian Institute of Fisheries and Aquaculture Research, N-5141 Fyllingsdalen, Bergen (Norway), Elsevier, 2006.

http://www.elsevier.com/locate/cbpb (Available online 29 November 2006), consulté en ligne le 10-06-2011.

Archives du Laboratoire d’anatomie comparée, 55 rue Buffon, 75005 Paris :

1832 à 1843 : Catalogue du Laboratoire d’Anatomie comparée.

1840 à 1868 : Journal catalogue du Laboratoire d’Anatomie comparée.

Catalogue comportant les numéros avec A. (microfilm)

1866 ?-1884 ? : Catalogue et inventaire des Galeries Cuvier (microfilm)

Haut de page

Notes

1 Les boîtes nous ont été confiées par Marc Herbin, chargé de conservation des collections anatomiques en fluide et de lames histologiques-collections historiques d’Anatomie comparée.

2  CUVIER, Le règne animal, 4 vol., Paris, Belin, 1817.

3  CUVIER, Les leçons d’anatomie comparée, recueillies pat G-L. Duvernoy, docteur en médecine, 8 vol., Paris, Baudouin, 1805.

4  DELEUZE, Histoire du Muséum Royal d'Histoire Naturelle, Paris, Royer, 1823, 2 vol., p. 663-664.

5  Inventaire du laboratoire d’anatomie comparée, 1866 ?-188 ? : Catalogue et inventaire des Galeries Cuvier (microfilm).

6  La consultation de ce catalogue est possible sous forme de microfilm au Laboratoire d’Anatomie comparée.

7  Inventaire numérique établi en 2006, par Marc Herbin chargé de la conservation des collections au Laboratoire d’Anatomie comparée.

8  Entre 1984-1986, B. Faye était chargé de la gestion des prêts, de la restauration  des collections anatomiques du laboratoire et de la galerie publique.

9  Les collections sont constituées de minéraux, de fossiles, de plantes, d’animaux diversement préparés (préparations sèches, préparations molles), de reproductions en cire, en plâtre, en papier mâché, etc.

10  Décret du 7 octobre 2001 : définit les statuts, missions et tutelles du Muséum national d’Histoire naturelle. Art. 3. - Dans le domaine des sciences naturelles et humaines, le Muséum a pour mission la recherche fondamentale et appliquée, la conservation et l’enrichissement des collections issues du patrimoine naturel et culturel, l’enseignement, l’expertise, la valorisation, la diffusion des connaissances et l’action éducative et culturelle à l’intention de tous les publics.

11  Directeur du Muséum d’Orléans et vice-président d’ICOM-France.

12  GUILLET, « D’hier à demain, les muséums de France », Coré n°26, juillet, 2011, p. 4-8.

13  Un type est un spécimen de référence, attaché à un nom scientifique, à partir duquel une espèce vivante (ou disparue), a été décrite.

14  L’hydroxyapatite est phosphate de calcium qui appartient à la famille des apatites (constituant des os et des dents).

15  MEUNIER et al., « Le squelette des poissons téléostéens : structure, développement, physiologie, pathologie », Bulletin de la Société zoologique, n° 133, 2008, p. 9-32.

16  TOPPE et al., « Chemical composition, mineral content and amino acid and lipid profiles in bones from various fish species », Comparative Biochemistry and Physiology, Part B 146, Norwegian Institute of Fisheries and Aquaculture Research, N-5141 Fyllingsdalen, Bergen (Norway), 2006, p. 398.

17  LEMOINE, GUILMINOT, Lettre de l'OCIM, n°122, 2009, p. 12-18.

18  FLORIAN, Protein Facts, Londres, Archetype, 2007, p. 36-39.

19  BOITARD, Nouveau Manuel complet du naturaliste préparateur ou l’art d’empailler les animaux, de conserver les végétaux et les minéraux, de préparer les pièces anatomiques normales ou pathologiques, suivi d’un traité des embaumements, Paris, Roret, 1839, p.409-428.

20  GRANGER, Manuel du naturaliste, traité pratique de la récolte, de la préparation, du rangement en collection de tous les objets d’histoire naturelle en zoologie, botanique, géologie. Empaillage des animaux et préparation des squelettes, etc., Paris, Deyrolle, 1894, p. 326.

21 DAUBENTON, Description du cabinet du Roy, tome III, Paris, Imprimerie royale, 1749, p.13-21.

22   Les proportions exactes dans : DAUBENTON, 1749, p.13-21.

23 LEMOINE, GUILMINOT, « Autour de la baleine du Muséum d’Histoire Naturelle de Nantes : la problématique du nettoyage des os de squelettes », CRBC, n° 27, 2009, p. 35-44.

24 Anatomia, ex Gaspari Barutolini parentis Institutionibus, omnium jus recentiorum et propriis observalionibus ocupletata. trad. en allemand par Simon Pauli, Copenhague, 1648. Dans le texte de Daubenton, nous trouvons la date de 1673 pour la mention, or le texte officiel, paru dans les actes de Copenhaque, serait de 1648.

25   DELCROIX, Séminaire Master, 16-11-2011.

26   Acide gras (H(CH2)n-1 qui se termine par un groupe carboxylique COOH se transforme en un alcool gras. C’est un alcool ayant le même nombre d’atomes de carbone que l’acide gras. Un alcool gras est constitué d’une chaîne carbonée H(CH2)n qui se termine par un groupe alcool -OH. FLORIAN M.-L., Protein Facts, Londres, Archetype publications, 2007, p. 47.

27   Correspondance par courriel du 30/11/2011, avec Ulrich Schneppat (Bündner Naturmuseum-Chu, Suisse).

28  Le mot laser signifie “Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation”,  il s’agit d’une émission stimulée dans un milieu actif ou amplificateur.

29  Correspondance par courriel du 30/11/2011, avec Ulrich Schneppat (Bündner Naturmuseum-Chu, Suisse).

30  La conservation des squelettes gras : méthodes de dégraissage, table ronde 7 et 8 février 2012. Lors des ces journées, les os gras des baleines ont été le principal sujet. Les os des autres mammifères ont été peu évoqués.

31  PLENTERLEITH, The Conservation of Antiquities and works of art : treatment, repair and restoration, Oxford, University Press, 1971.

32  «  Nettoiement de l’os », DELCROIX Gilbert, septembre 2011, non publié.

33  Le solvant Rhodiasolv® est certainement le solvant le plus adapté de par son côté non toxique et biodégradable. Mais son coût est relativement excessif.

34  Après consultation de l’article en ligne sur Les effets de gommes à effacer sur la cellulose du papier (T. Nguyen, S. Bouvet, M. Eveno, Laboratoire de la Bibliothèque Nationale de France, Paris), la gomme éponge Wishab® n’est peut-être pas le plus approprié (la consultation a eu lieu après restauration des éléments en papier).

35  MARTIN et al, ARSAG,« La consolidation locale des manuscrits altérés par des micro-organismes », Support Tracé, Paris, ARSAG, n°10, 2010, p. 64-65 et 71-72.

36  ROUCHON et al., « The Water Sensitivity of Iron Gall Ink and its Risk Assessment »,Studies in Conservation, 2009, p. 236- 254.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Ostéologie de diverses têtes de la famille des Perches
Légende L'objet avant restauration (dimensions en cm [h, l, p] : 36,5 x 52,2 x 6,9)
Crédits © E. Beaubier, 2011  
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3052/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Titre Fig. 2 Ostéologie de la tête de la Carpe vulgaire
Légende Objet avant restauration, sans son couvercle (dimensions en cm [h, l, p] : 36,2 x 50,8 x 10,9)
Crédits © E. Beaubier, 2011
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3052/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Fig. 3 Vue générale du premier étage des galeries d’Anatomie comparée, 1880
Légende Nous pouvons voir, sur cette photo, les boîtes ostéologiques qui sont exposées sur les murs entre les salles.
Crédits © Bibliothèque centrale du MNHN, phot. Pierre Petit, P 1218, 1880
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3052/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Titre Fig. 4 La boîte avant démontage
Légende Délimitation des zones et relevé précis de tout ce que contient la boîte avant démontage.
Crédits © E. Beaubier, 2011
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3052/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Fig. 5 Première planche de tests à mi-nettoyage
Légende Nous pouvons constater que la différence n’est pas toujours sensible.
Crédits © E. Beaubier, 2011
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3052/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre  Fig. 6 Nettoyage aux ultrasons
Légende Avant (à gauche) et après (à droite) nettoyage
Crédits  © E. Beaubier, 2011
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3052/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Fig. 7 Propriétés des adhésifs testés
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3052/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre  Fig. 8 Os hyoïde du Bodian tacheté
Légende Avant et après collage au Pioloform® BM 18 à 25 % dans l’éthanol et doublage au non-tissé.
Crédits © E. Beaubier, 2012
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3052/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre  Fig. 9 Étiquette
Légende  État avant et après restauration d’une étiquette.
Crédits © E. Beaubier, 2012
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3052/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Fig. 10 Étiquette du Bodian tacheté devenue illisible
Légende Étiquette de référence. Proposition d’étiquette. Système de maintien amovible de la nouvelle étiquette sur l’ancienne.
Crédits © E. Beaubier, 2012
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3052/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre  Fig. 11 Ostéologie de diverses têtes de la famille des Perches
Légende Après restauration avant la remise en place de la vitre.
Crédits © E. Beaubier, 2012
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3052/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre  Fig. 12 Ostéologie de la tête de la Carpe vulgaire
Légende Après restauration, vue sans le couvercle vitré.
Crédits © E. Beaubier, 2012
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/3052/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 923k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Beaubier, « Histoire d’os : Étude et restauration de deux boîtes ostéologiques », CeROArt [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 09 mai 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ceroart.revues.org/3052

Haut de page

Auteur

Élodie Beaubier

Élodie Beaubier a étudié les arts plastiques à Condé Paris, puis a suivi pendant près de trois ans une formation en restauration de tableaux et objets polychromes dans un atelier indépendant. Diplômée depuis mai 2012 du Master II conservation restauration des œuvres sculptées de l’École supérieure des beaux-arts de Tours-Angers-Le Mans, elle exerce aujourd’hui en tant que restauratrice indépendante. Contact: elodie.beaubier@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org