Navigation – Plan du site

Introduction

Ralph Dekoninck et Thierry Lenain

Texte intégral

Nous tenons à remercier l'Institut des civilisations, arts et lettres de l'Université catholique de Louvain pour son aide financière à la publication de ce numéro.

Version française

  • 1  Ces équipes sont deux groupes de contact du Fonds de la Recherche Scientifique-FNRS ( « Historiogr (...)
  • 2  La première de ces rencontres, organisée par l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, s’est t (...)
  • 3  La restauration des peintures et des sculptures. Connaissance et reconnaissance de l’œuvre, sous l (...)

1Le présent numéro est le fruit d’une journée d’étude (Bruxelles, le 8 juin 2012) co-organisée par plusieurs équipes de recherche1 dans  le prolongement de trois autres journées qui se sont déroulées à Paris et à Bruxelles sous le titre générique : La restauration. Connaissance et reconnaissance de l’œuvre2. Ces diverses rencontres scientifiques franco-belges, qui déjà ont donné lieu à une publication3, ont relevé le défi de faire communiquer des univers qui n’ont guère l’habitude ou l’occasion de se rencontrer : celui des restaurateurs, celui des historiens de l’art et celui des conservateurs. Le défi était en effet d’interroger la théorie qui sous-tend inévitablement la pratique de la restauration, et de le faire à travers un dialogue entre ces divers acteurs, tous conscients des enjeux esthétiques, voire « idéologiques » que soulève toute intervention sur une œuvre. Il s’agissait de mettre en évidence le fait que toute restauration, aussi discrète soit-elle, contribue à la reconnaissance voire à l’invention, au double sens du terme (découvrir et créer), de l’œuvre comme œuvre d’art. Car ce n’est pas seulement à la connaissance des techniques, des matériaux et des processus de création qu’aboutit la restauration ; elle est pour ainsi dire un acte performatif qui participe à l’instauration et à la préservation de la valeur. C’est cette double dimension axiologique et épistémique qu’ont pu éclairer les diverses contributions, études de cas et réflexions plus théoriques ou historiographiques qui ne s’ancrent pas moins dans une expérience pratique.

2Dans le droit fil de cette réflexion générale, les contributions ici rassemblées envisagent une problématique plus particulière, mais véritablement centrale : celle des rapports entre restauration et falsification. La question du faux en art – de son histoire, de ses formes et de ses effets dans le champ culturel – découle par voie directe du souci moderne d’authenticité qui anime tous les acteurs du monde de l’art : amateurs et connaisseurs, historiens d’art et marchands, conservateurs et restaurateurs. À des titres divers, tous prennent un intérêt plus ou moins actif à l’attribution correcte des œuvres d’art ou à la sauvegarde de leur état authentique. Mais, plus ce souci se traduit par des conduites d’intervention (qu’il s’agisse, en particulier, d’authentifier les objets, de les présenter, de préserver leur condition de conservation ou encore de rétablir un état authentique après l’avoir scientifiquement établi), plus s’accroissent les possibilités de falsification.

3Le restaurateur occupe, de ce point de vue, une position tout spécialement critique. Au confluent des disciplines, de la théorie et de la pratique, il constitue un maillon-clef dans le processus de production de l’authentique. C’est à lui qu’il revient de concrétiser, dans le corps même des œuvres, un concept théorique qui n’est pas exempt d’une certaine charge d’imaginaire dépendante d’une « vision » culturellement et historiquement déterminée. Du fait même, il se trouve aussi dans la meilleure des positions pour devenir producteur de faux, soit en altérant subtilement les objets afin de les faire correspondre à une image anachronique, soit en suppléant d’invention aux lacunes, soit encore en flattant les attentes du marché. Que les faussaires Han Van Meegeren et Eric Hebborn aient fait leurs premières armes au contact de restaurateurs malhonnêtes en témoigne – de même que les redoutables faux perpétrés par le restaurateur Josef Van der Veken.

4En réunissant philosophes, historiens d’art, spécialistes de la théorie de la restauration et restaurateurs, le présent numéro propose de mener une réflexion sur quelques facettes de cette délicate question.

English version

  • 4  These teams are two contact groups from the Fund for Scientific Research - FNRS (“Historiography a (...)
  • 5  The first of these meetings, organized by Paris West University Nanterre La Défense, was held in A (...)
  • 6  La restauration des peintures et des sculptures. Connaissance et reconnaissance de l’œuvre (Armand (...)

5This edition is the outcome of a study day organized jointly by several research teams4, following on from three other study days held in Paris and Brussels under the overall title: La restauration. Connaissance et reconnaissance de l’œuvre5. These Franco-Belgian academic encounters, which have already resulted in one publication6, have taken up the challenge of bringing together groups that are not in the habit of meeting, or rarely have the opportunity to do so: restorers, art historians and curators. The challenge was to explore the theory that must underlie the practice of restoration, and to do so through a dialogue between these various groups, bearing in mind the aesthetic or even “ideological” issues that are associated with any intervention on a work. The purpose was to show that any restoration, however subtle, contributes to the recognition, or even the invention (in both senses of the word: discovery and creation) of the work as a work of art. This is because the aim of restoration is not simply to understand techniques, materials and creative processes; it is, so to speak, a performative act that helps to create and preserve value. This twin axiological and epistemic dimension was highlighted by the various presentations, case studies and deliberations that - though somewhat theoretical or historiographical in nature - were nevertheless firmly rooted in practical experience.

6The presentations set out here follow on from this general approach, and address a more specific but truly central issue: that of the relationship between restoration and falsification. The question of forgery in art - its history, forms and cultural impact - springs directly from the modern concern with authenticity that is shared by all groups with an interest in art: art-lovers and connoisseurs, art historians and dealers, curators and restorers. To a greater or lesser extent, all these groups wish to see works of art correctly attributed, or preserved in their authentic state. However, the more this concern leads to active intervention (in particular, authenticating objects, presenting them, maintaining their condition of preservation or returning them to an authentic state after this has been scientifically established), the more scope there is for falsification.

7From this perspective, restorers occupy a particularly critical position. Standing at the interface between disciplines, between theory and practice, they are a key link in the process of producing what is authentic. It is their responsibility, within the works themselves, to make tangible a theoretical concept that is not without a certain element of fantasy derived from a culturally and historically determined “vision”. They are also ideally placed to produce fakes, by subtly altering objects to make them fit an anachronistic image, by thinking up ways to fill in gaps, or by flattering the market’s expectations. This is demonstrated by the fact that the forgers Han Van Meegeren and Eric Hebborn started out by coming into contact with dishonest restorers, as well as by the remarkable forgeries perpetrated by the restorer Josef Van der Veken.

8This special issue of CeROArt launches a debate on some aspects of this delicate question, with contributions from philosophers, art historians, specialists in restoration theory, and restorers.

Haut de page

Notes

1  Ces équipes sont deux groupes de contact du Fonds de la Recherche Scientifique-FNRS ( « Historiographie et épistémologie de l’histoire de l’art » et « Esthétique et philosophie de l’art »), l’unité de recherche « Image et culture visuelle » de l’Université libre de Bruxelles et le  « Centre d’analyse culturelle de la première modernité » (GEMCA) de l’Université catholique de Louvain.

2  La première de ces rencontres, organisée par l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, s’est tenue en avril 2009 à Paris à l’INHA, la deuxième en novembre 2009 à Bruxelles à l’Institut royal du patrimoine artistique ; quant à la troisième, organisée par le C2RMF, elle s’est déroulée au Louvre en mai 2010. Toutes procédaient d’une collaboration entre l’Équipe d’accueil « Histoire des arts et des représentations de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense » (François Trémolières), le Centre de recherche et de restauration des musées de France (Béatrice Sarrazin), le Groupe de contact F.R.S.-FNRS « Historiographie et épistémologie de l’histoire de l’art » (Ralph Dekoninck) et l’Institut royal du patrimoine artistique (Pierre-Yves Kairis).

3  La restauration des peintures et des sculptures. Connaissance et reconnaissance de l’œuvre, sous la direction de Pierre-Yves Kairis, Béatrice Sarrazin et François Trémolières, Paris, Armand Colin, 2012.

4  These teams are two contact groups from the Fund for Scientific Research - FNRS (“Historiography and Epistemology of the History of Art” and “Aesthetics and Philosophy of Art”), the Image and Visual Culture research unit of the Université libre de Bruxelles and the Group for Early Modern Cultural Analysis (GEMCA) of the Université catholique de Louvain.

5  The first of these meetings, organized by Paris West University Nanterre La Défense, was held in April 2009 at the French National Institute of Art History (INHA) in Paris, the second in November 2009 at the Royal Institute for Cultural Heritage (IRPA) in Brussels, and the third was organized by the Centre for Research and Restoration of the Museums of France (C2RMF) and held at the Louvre in May 2010. They were all the result of cooperation between the Paris West University’s History of the Arts and Representations host team (François Trémolières), C2RMF (Béatrice Sarrazin), the FNRS’s Historiography and Epistemology of the History of Art contact group (Ralph Dekoninck) and IRPA (Pierre-Yves Kairis).

6  La restauration des peintures et des sculptures. Connaissance et reconnaissance de l’œuvre (Armand Colin), Pierre-Yves Kairis, Béatrice Sarrazin and François Trémolières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Dekoninck et Thierry Lenain, « Introduction », CeROArt [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 06 février 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2925

Haut de page

Auteurs

Ralph Dekoninck

Professeur d’histoire de l’art à l’Université catholique de Louvain et co-directeur de Centre d’analyse culturelle de la première modernité (GEMCA), Ralph Dekoninck poursuit des recherches sur les rapports entre art et spiritualité aux XVIe et XVIIe siècles, ainsi que sur les croisements entre théorie de l’art et théologie de l’image entre moyen âge et temps modernes. Parallèlement, ses travaux portent également sur l’historiographie et l’épistémologie de l’histoire de l’art (il préside le groupe de contact F.R.S.-FNRS « Historiographie et épistémologie de l’histoire de l’art »). Parmi ses publications les plus récentes, on peut citer :  Fiction sacrée. Spiritualité et esthétique durant le premier âge moderne, R. Dekoninck, A. Guiderdoni-Bruslé et E. Granjon, Leuven, Peeters (« Art and Religion »), 2013. Ut pictura meditatio. The Meditative Image in Nothern Art, 1500-1700, R. Dekoninck, A. Guiderdoni-Bruslé et W. Melion (éds), Turnhout, Brepols (« Proteus », 4), 2012. L’art en valeurs, R. Dekoninck et D. Lories (éds), Paris, L’Harmattan (coll. « Esthétiques), 2011.

Thierry Lenain

Né en 1960, Thierry Lenain est philosophe et historien de l’art. Il enseigne l’analyse de l’image et la philosophie de l’art à l’Université Libre de Bruxelles. Auteur ou co-auteur, entre autres, des ouvrages suivants :Art Forgery. The History of a Modern Obsession, (Reaktion Books, Londres, 2011). Mensonge, mystification, mauvaise foi. Les mésaventures du pacte fictionnel (Vrin, Paris, 2004) ; avec Danielle Lories et Rudy Steinmetz,  Esthétique et philosophie de l’art. Repères historiques et thématiques (De Boeck, Louvain-la-Neuve, 2002) ; avec Hubert Locher, Matthew Rampley, Andrea Pinotti, Charlotte Schoell-Glass and Kitty Zijlmans,Art History and Visual Studies in Europe: A Handbook, Brill, (Leyde, 2012).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org