Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

C. Currie, D. Allart, The Brueg(H)el Phenomenon, (…)

Bruxelles, Brepols, 2012
Muriel Verbeeck-Boutin
Référence(s) :

C. Currie, D. Allart, The Brueg(H)el Phenomenon. Paintings by Pieter Bruegel the Elder and Pieter Brueghel the Younger with a Special Focus on Technique and Copying Practice, 3 V. sous coffret, Scientia artis 8, Bruxelles, IRPA, Brepols, 2012, ISBN: 978-2-930054-14-8

Texte intégral

1L’ouvrage présenté par Christina Currie et Dominique Allart mérite incontestablement le titre de « somme » : et par le volume d’informations qu’il rassemble, et par la qualité intrinsèque de l’analyse et de la synthèse. Publié dans la collection Scientia Artis, éditée par l’IRPA, il comporte trois volumes -en anglais- richement illustrés.

2Le premier consacre son chapitre initial au grand peintre de la Renaissance, Bruegel l’Ancien, mais aussi à ses héritiers et copistes. Au centre de la dynastie des Bruegel, « Le Vieux », -en anglais, The Elder, « l’Aîné », fait l’objet d’une étude minutieuse : sa vie, son œuvre et sa renommée posthume sont tour à tour examinées. Dans un second temps, l’attention se porte sur son fils Peter II, dit le Jeune, qui prit l’habitude de signer son nom « Brueghel », avec un h. Il développa en même temps qu’une œuvre personnelle la production de nombreux pastiches et copies :  ce qui témoigne d’une relation pour le moins ambiguë à l’œuvre de son père, relation explorée au travers de documents iconographiques et d’archives. Les auteurs s’attachent ensuite à une exploration du marché de l’art anversois de l’époque: approche précise et référencée, riche d’informations, comme la partie consacrée aux pratiques et à l’organisation des ateliers. Tout aussi intéressantes, les pages qui abordent avec subtilité les distinctions naissantes entre originaux, originaux autographes ou d’atelier, répliques, copies, voire au faux intentionnel. La présence des œuvres au sein des inventaires et la datation de la production sont aussi précisément retracées.

3Le deuxième chapitre est consacré à l’étude des techniques de Pierre Bruegel l’Ancien, au travers de quatre études de cas : un état de la question précède l’examen du Recensement à Bethléem (Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique), du Sermon de Saint Jean Baptiste (Budapest, Szépmüvészeti Museum), du Paysage d’hiver avec piège à oiseaux (Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique), enfin de l’Adoration des Mages (Winterthur, Oskar Reinhart Collection). Ces études fouillées et étayées d’une iconographie remarquable précèdent le troisième et dernier chapitre de ce premier volume. Il est consacré à une réévaluation des techniques de Bruegel l’Ancien : la synthèse récapitule supports, préparations, dessins sous-jacents, techniques picturales proprement dites, et englobe une étude des pigments, la structure des couches, le processus pictural, les caractéristiques du coup de pinceau.

4Le deuxième volume de l’ouvrage est consacré, comme en miroir, aux techniques de Pierre Brueghel le Jeune ainsi que de son atelier : il repose sur dix études de cas, dont entre autres Bataille entre Carnaval et le Printemps (d’après Pierre Bruegel l’Ancien), deux copies du Recensement à Bethléem, une du Sermon de saint Jean Baptiste, enfin d’autres présumées copies d’œuvres disparues, comme la Danse de mariage en plein air ou encore plusieurs Crucifixion.

5Le troisième volume fournit la synthèse de ces analyses minutieuses: le chapitre cinq détaille ainsi plus précisément la pratique de Pierre Brueghel le Jeune et de son atelier, véritable entreprise rodée à un type particulier de production et reproduction. Le rôle des cartons –déjà abordé pour l’atelier de Giotto dans un précédent numéro de CeROArt- est ainsi expliqué et illustré d’exemples éclairants.

6Le chapitre six se penche sur « la main » de Pierre Brueghel le Jeune, notamment par le biais de l’étude des dessins sous-jacents. Les nouvelles techniques d’examens offrent une perception saisissante des œuvres dans leur genèse et devenir. Ici encore l’iconographie de l’ouvrage, par un choix judicieux, conjugue dimension pédagogique et plaisir esthétique – et celui-ci n’est jamais de reste, dans ce qui est aussi un bel ouvrage. Le chapitre sept interroge les modèles, les variantes et les variations : il renvoie à nouveau aux pratiques organisationnelles au sein de l’atelier. Enfin, le chapitre huit s’attache à des œuvres dont le style et les techniques sont très différents de ceux de l’atelier de Brueghel le Jeune. Ce sont là, le plus souvent, des copies « à la manière de » — terme à comprendre ici « en abîme », quand on connaît la spécificité des productions de Pierre II : ce sont des copies de copies, en somme.

7La méthodologie rigoureuse de l’ouvrage culmine dans l’application des récentes découvertes à la résolution d’une controverse célèbre : celle qui porte sur les deux versions de La chute d’Icare, attribuée à Pierre Bruegel l’Ancien. Les auteurs utilisent toutes les ressources à leur disposition – analyse du support, datation au carbone 14, dessin sous-jacent, analyse des couches picturales, pour étayer la thèse que ni l’une ni l’autre ne reflète les caractéristiques ni la qualité inhérentes aux œuvres de Pierre Bruegel l’Ancien –pas même celle de son fils ou de l’atelier de ce dernier.

8Le neuvième et dernier chapitre invite le lecteur à comprendre le père au travers du fils, formulant des hypothèses quant aux « secrets » d’atelier de Pierre Bruegel le Vieux. Nous y retrouvons de précieuses informations quant à l’usage des modèles et cartons préparatoires, tels qu’ils furent employés aux Pays-Bas. Le processus créatif de Bruegel est aussi abordé. Trois pages de conclusions ponctuent la recherche – sans que soit épuisée la mine informative que constitue l’ouvrage. Les Appendices, index et bibliographie occupent encore une centaine de pages du dernier volume. L’ouvrage complet en comporte 1061 – les trois volumes optant pour une pagination continue.

9Panégyrique et compte-rendu ne font pas bon ménage. Saluons donc sobrement un ouvrage rigoureux, documenté et superbement illustré. Le plan général préserve tout l’intérêt d’une enquête à laquelle le lecteur se voit associé à chaque étape. Les hypothèses demeurent prudentes quant à leur énoncé, mais emportent l’adhésion par les éléments mis à disposition de la critique. Définitivement, The Brueg(h)el phenomenon constitue une somme et un ouvrage de référence – en même temps qu’un très beau livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Verbeeck-Boutin, « C. Currie, D. Allart, The Brueg(H)el Phenomenon, (…)  », CeROArt [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 30 octobre 2014. URL : http://ceroart.revues.org/2887

Haut de page

Auteur

Muriel Verbeeck-Boutin

Historienne de formation, Docteur en Philosophie et Lettres et titulaire d'une licence spéciale en Sciences de l'information et de la communication, Muriel Verbeeck-Boutin est professeur à l'École supérieure des Arts Saint-Luc de Liège, section Conservation, restauration des oeuvres d’Art. Elle y dispense les cours de déontologie, histoire et théories de la restauration, iconographie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org