Navigation – Plan du site
Dossier

Approche comparative des colles d’algues Funori et JunFunori®

Anne-Cécile Dauchez

Résumés

Étude comparative entre les colles d’algues Funoris et JunFunori®, avec des colles utilisées régulièrement en conservation-restauration. La comparaison a concerné dans un premier temps les colles pures puis dans un deuxième temps, les mastics appliqués sur panneaux de MDF (medium density fiberboard).

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le praticien de la restauration travaille en atelier seul ou en équipe. Il est sensible à l’essor de nouvelles techniques et de nouveaux produits, issus de la recherche scientifique. Mais le restaurateur est aussi un citoyen, privilégiant des options et posant des choix. Il n’en demeure pas moins acteur en tant qu’utilisateur et peut ainsi influer sur certains aspects des politiques commerciales. Le client final, lui aussi, peut entrer dans ce système par les conditions qu’il impose, de plus en plus soucieux de l’impact des produits sur l’homme et la planète. N'évoque-t-on pas, en parlant de certains commerces, une "politique" de la maison? Il peut donc y avoir une "politique de l'atelier", qui côtoie d'ailleurs, sous plus d’un de ses aspects, la déontologie.

2Ainsi, passé la confiance aveugle dans la science et ses nouveaux produits, une tendance s'est développée, fin du XXe siècle et dans la première décennie du XXIe siècle, de revenir, et ce, dans tous les domaines, à des produits traditionnels. Un regard sur le portail CooL (Conservation on line)1révèle toute l'importance qu'on accorde aujourd'hui à la sécurité et à la santé en matière de conservation-restauration. Ce retour aux produits naturels, respectueux de l'environnement et du praticien lui-même, s'inscrit dans une tendance de fond, un choix sociétal, mais peut se manifester aussi en milieu professionnel privé.

3Est-il possible d’allier un travail de restauration pérenne, selon les règles de l’art, avec des procédés aux faibles impacts sur la santé et sur l’environnement, utilisant les produits naturels?

  • 2  Les applications du Funori, étudiées et répertoriées à ce jour, l’ont été principalement SMITH, M. (...)

4Dans le cadre d'un mémoire de Master, une étude comparative a été menée sur une colle bien connue des Orientaux, qui l'exploitent en particulier dans la restauration du papier : le Funori. Il existe peu de références dans la littérature, en dehors de ses applications rapport à ce dernier, la dorure sur papier ou soie, le voilage, le doublage des papiers, la consolidation de la couche picturale et la réparation structurelle du bois.2 Ceci a suscité notre curiosité quant aux autres applications possible de cette colle. L’étude s'est portée sur le comportement et les réactions de différents Funoris employés en mastic, et sur un support contemporain, le MDF. Cette recherche se présente donc sous la forme d’une étude de cas sur différentes colles naturelles, soumises à certaines conditions de tests. Les résultats sont susceptibles d’être extrapolés.

Description des matériaux

5L’étude a pris en compte 13 colles naturelles et semi-synthétiques, aisément disponibles sur le marché. Parmi ces produits, nous retrouvons les Funoris et le JunFunori® Lascaux Restauro (colles d’algues), les Agars-agars (colles d’algues), la colle de peau de lapin Sennelier, la gélatine alimentaire Ewald®, la colle de poisson Kremer-Pigmente (colles protéiniques) et le Klucel EF Kremer-Pigmente et la méthylcellulose Perfax® (colles cellulosiques ou dites semi-synthétiques).

6Les Funoris et le JunFunori® sont des colles d’algues japonaises issues des Gloiopeltis furcata et tenax. Ces algues sont récoltées sur les rochers des côtes du Pacifique, notamment en Corée, en Chine et au Japon. Elles sont lavées et triées afin de retirer le maximum d’impuretés, puis laissées sécher au soleil sur des nattes de paille tressées. Les algues sont de couleur rouge-violacé lors de la récolte et deviennent jaune orangé après le nettoyage. En général, les Funoris sont utilisés pour les doublages de papiers, les fixations, la dorure, etc. Au cours de l’expérimentation, quatre Funoris jaunes et un Funori rouge (alimentaire) ont été utilisés.

  • 3  L’Empa est une institution de recherche et de services interdisciplinaire suisse qui se consacre à (...)
  • 4  GEIGER, T. ; MICHEL, F., « JunFunori®, un nouvel agent de consolidation pour les peintures mates » (...)

7À noter qu’à côté de ces produits naturels, le laboratoire de l’Empa3 a mis au point l’homologue purifié du Funori provenant du Gloiopeltis furcata : le JunFunori®. Cette recherche, débutée en 1999 et aboutie en 2002, a été réalisée par une équipe menée par le Dr Thomas Geiger et la conservatrice-restauratrice Françoise Michel. Son utilisation est principale dans la consolidation de peintures mates et poudreuses, car l’adhésif présente l’avantage de ne pas laisser d’auréoles sur l’œuvre4.

  • 5  GOREL, F., « Assessment of agar gel loaded with micro-emulsion for the cleaning of porous surfaces (...)

8Les Agars-agars sont des gélifiants utilisés en conservation-restauration, de famille très proche des Funoris. La différence entre l’Agar-agar et le Funori réside dans l’absence de groupements sulfates dans les molécules des premiers. Il a été choisi d’utiliser l’Agar-agar Kalys (alimentaire) et l’Agar-agar Kremer-Pigmente. Ils se présentent tous deux sous forme de poudres blanches à beiges. Une récente étude les utilise en tant que gel pour le nettoyage de peintures poudreuses5.

9Les colles protéiniques sont utilisées principalement pour les fixations de couches picturales, en mastics maigres et les colles cellulosiques pour les voilages, les collages, entre autres.

10Malgré les domaines d’applications différentes pour chaque type de colle, l’étude permet une vision d’ensemble des propriétés intrinsèques à chaque colle et d’observer les propriétés des mastics maigres obtenus.

  • 6  MICHEL, F., « Funori and JunFunori® : Two related consolidants with surprising properties », dans (...)

11Dernièrement, en 2011, Françoise Michel a dévoilé que le JunFunori® a été modifié depuis 20026. En effet, il est différencié en première génération allant de 2003 à 2006 et en seconde génération depuis 2006. Le JunFunori® de première génération constituait quasiment un produit normalisé alors qu’à partir de 2006, le produit présente des variations de qualités importantes. De plus, il semblerait que les algues employées pour produire le JunFunori® ne soient pas blanchies, contrairement aux Funoris utilisés en conservation-restauration.

12Il apparaît ainsi qu’aucune recherche n’a comparé directement le Funori avec le  JunFunori®. De plus, les recherches recensées traitaient les supports papiers, soies et toiles de lin. Cette présente expérimentation tend à dévoiler d’autres caractéristiques des produits, notamment dans la composition de mastics maigres en application sur panneaux de MDF.

Expérimentation

13Dans un premier temps, l’étude se focalise sur les films de colles que produisent les matériaux sélectionnés.

14Toutes les colles ont été utilisées à 1%, 5% et 10%. Celles-ci ont été placées dans des bouchons de pellicules photographiques. Le séchage a duré entre 2 et 3 jours pour la majorité des échantillons. Le Klucel EF a été le seul adhésif à présenter un séchage très long, de l’ordre de 20 jours pour les échantillons à 1%. Six échantillons ont été réalisés pour chaque colle et chaque pourcentage. Cependant, le JunFunori® étant de nature visqueuse, la littérature indique que son utilisation à plus d’1% n’est pas pertinente. Un test à 5% et 10% a alors été effectué et a montré des résultats similaires.

15Parallèlement à cela, une goutte de chaque colle a été déposée entre deux plaquettes-microscope en verre. Ce test a permis d’une part d’observer la viscosité des colles à l’œil nu, leur étalement et d’autre part, de qualifier leur adhésion sur le matériau verre.

16Dans un deuxième temps, les colles ont été additionnées de charges afin de réaliser des mastics maigres. Ces mastics ont été ensuite déposés dans des lacunes sur un panneau de MDF (medium density fiberboard) : le but étant de qualifier l’adhésion des mastics sur le matériau, sans accroche préalable.

17Les mastics sont aux proportions 75/25, 50/50 et 25/75. Les charges utilisées sont le kaolin et les farines de verre. Les farines de verre constituent une charge synthétique contenant une quantité inconnue de plomb. Elles se déclinent en plusieurs teintes, mais seule la teinte blanche opaque a été utilisée. Le kaolin et les farines de verre sont de marque Kremer-Pigmente.

Résultats

18Il est apparu clairement que les colles de même famille (alginate 1 et 2, protéinique et cellulosique) présentaient au séchage un comportement propre. Ainsi, il a été pointé que les Funoris et le JunFunori® (classés en alginate 1) montrent un séchage similaire aux trois proportions. Les pastilles à 1% de concentration présentent les mêmes caractéristiques que les autres familles de colles. À partir de 5%, les échantillons n’ont plus le même aspect, car les algues absorbent fortement l’eau contenue dans la préparation, ce qui engendre une impossibilité de filtrage. Dès lors, les échantillons sont non homogènes, car ils contiennent en majorité des fibres ramollies.

19Les Agars-agars (alginate 2) ont présenté un mode de séchage similaire à 5% et 10% ; à 1%, seul l’Agar-agar Kremer-Pigmente forme un film, mais non linéaire.

20Les colles protéiniques ont présenté également des caractéristiques identiques entre elles. Concernant les colles cellulosiques, le Klucel EF donne des échantillons proches des autres colles (aspect lisse, translucidité, rigidité croissante en fonction des concentrations) alors que la méthylcellulose Perfax® produit des pastilles blanches et souples. Les caractéristiques de la méthylcellulose seraient liées à la composition commerciale du produit, contenant de l’acétate de polyvinyle (PVAc), donnant notamment la teinte blanche.

Les mastics

21Les colles d’algues japonaises, y compris le JunFunori®, produisent de meilleurs mastics avec les farines de verre, comparés aux mastics élaborés avec du kaolin. Ils présentent une meilleure accroche au support, leur aspect est plus lisse que les mastics à base de kaolin et ils ne présentent pas de relief : les mastics sont plats.

22Par rapport aux Funoris et Junfunori®, les Agars-agars ont montré des comportements similaires en mélange avec le kaolin au niveau du retrait et de l’adhésion. Les résultats sont moins satisfaisants pour les mastics à base de farine de verre. En effet, leur aspect est plus granuleux et plus épais. Les deux Agars-Agars sont sujets à craquèlement, plus particulièrement en proportion 75/25 colle-charge avec les farines de verre.

23Les colles protéiniques ne permettent pas l’élaboration de mastics avec les farines de verre quelles que soient les concentrations testées, du fait de la séparation entre la charge et l’adhésif. A contrario, ces colles couplées avec le kaolin présentent des mastics aux comportements satisfaisants, principalement en proportion 50/50.

24Les colles cellulosiques ont donné, avec les farines de verre, des mastics présentant les mêmes comportements que les colles protéiniques : un mastic en deux strates. Pour le kaolin, seule la concentration 50/50 permet un mastic satisfaisant avec la méthylcellulose et en 75/25 avec le Klucel EF.

Vieillissements des échantillons

25Une série d’échantillons a été placée en Climacell 222, une seconde série en Suntest CPS+ et une troisième derrière une fenêtre orientée Sud pendant 4 mois d’hiver. Des résultats différents ont été constatés selon les modes de vieillissement. En effet, il a été observé que les échantillons qui étaient exposés derrière une fenêtre orientée Sud n’avaient pratiquement pas changé en termes de rigidité et de coloration.

26À 80°C et à 65% HR dans le Climacell 222, la majorité des échantillons ont pris une couleur plus sombre, certains ont même fondu (colles protéiniques) sous l’influence de la haute température. Le JunFunori® et le Funori alimentaire Nishikidôri Market ont présenté un brunissement très net dans l’enceinte climatique, contrairement aux quatre autres Funoris qui n’ont que légèrement changé de couleur.

Fig.1 Test du JunFunori® Lascaux Restauro

Fig.1 Test du JunFunori® Lascaux Restauro

Le JunFunori® Lascaux Restauro avant 300 heures de Climacell 222

Crédit photographique : Anne-Cécile Dauchez.

Fig.2  Test de vieillissement du JunFunori® Lascaux Restauro

Fig.2  Test de vieillissement du JunFunori® Lascaux Restauro

Le JunFunori® Lascaux Restauro après 300 heures de Climacell 222.

Crédit photographique : Anne-Cécile Dauchez.

27A contrario, l’expérimentation de 300 heures à 500W dans le Suntest CPS+ n’a montré qu’un très léger changement de coloration, mais a cependant influencé la rigidité des pastilles de colle.

Vieillissement des mastics

28Les mastics sur panneaux de MDF ont été placés en Climacell 222 pendant 300 heures, à 80°C et à 65% HR comme décrit plus haut. Il a été observé que certains mastics réagissaient davantage aux conditions données par l’enceinte climatique que d’autres. En effet, la gélatine Ewald®  présente le plus grand changement visuel lorsqu’elle est couplée avec les farines de verre : jaunissement très important, aspect lisse et brillant, surtout sur le mastic 75/25.

29Le JunFunori® et le Funori Nishikidôri Market (alimentaire) ont présenté une légère modification de teinte sur leurs bords. Cette réaction est principalement visible sur les mastics 75/25.

Fig.3 Les mastics à base de gélatine alimentaire Ewald®

Fig.3 Les mastics à base de gélatine alimentaire Ewald®

Après 300 heures de Climacell 222.

Crédit photographique : Anne-Cécile Dauchez.

Fig.4 Les mastics à base de Funori Nishikidôri Market

Fig.4 Les mastics à base de Funori Nishikidôri Market

Après 300 heures de Climacell 222.

Crédit photographique : Anne-Cécile Dauchez.

Fig.5 : Les mastics à base JunFunori® Lascaux Restauro

Fig.5 : Les mastics à base JunFunori® Lascaux Restauro

Après 300 heures de Climacell 222.

Crédit photographique : Anne-Cécile Dauchez.

30Suite à cette expérimentation, nous pouvons affirmer que l’élaboration de mastics maigres avec les colles d’algues japonaises et le JunFunori® est adéquate sur panneaux de MDF, et ce, principalement avec les farines de verre. Les mastics formés avec le kaolin demandent une accroche entre le support et le mastic. Cette accroche doit alors se renforcer par un agent tensio-actif.

31Les Funoris et le JunFunori® sont les plus adaptés avec les farines de verre, au niveau de l’adhésion sur les plaquettes de MDF. Avec le kaolin, toutes les colles se valent, aucun mastic ne présente une adhésion satisfaisante au support.

Adhésion

32Les plaquettes de verre sont soumises au test d’adhésion, réalisé manuellement et prenant tous les échantillons à la suite pour avoir un pourcentage d’erreur minime.

Fig.6 Force d’adhésion des colles entre deux plaquettes de verre

1%

5%

10%

F. Nishikidôri Market (alim.)

1

1

2

F. Talas

2

2

2

F. Kremer-Pigmente

1

2

3

F. Kyuhei Hiromi Paper

1

3

3

F. Kishu Hiromi Paper

1

2

2

JunFunori®  Lascaux Restauro

2

2

2

Agar-agar Kalys (alim.)

0

3

2

Agar-agar Kremer-Pigmente

1

2

3

Colle de peau Sennelier

3

3

3

Gélatine Ewald®  (alim.)

2

3

3

Colle d’esturgeon Kremer-P.

3

3

3

Klucel EF Kremer-Pigmente

1

2

2

Méthylcellulose Perfax®

1

2

2

Légende : 0 : décollement spontané - 1 : décollement avec simple pression -2 : décollement avec forte pression -3 : pas de décollement

33À 1%, seul l’Agar-agar Kalys se décolle de manière spontanée. La majorité des Funoris (4 sur 5) et l’Agar-agar Kremer-Pigmente présentent une faible adhésion sur le verre. Seuls le Funori Talas et le JunFunori® montrent une adhésion plus forte avec les plaquettes.

34Concernant les colles protéiniques, la colle de peau et la colle d’esturgeon collent très fortement les substrats, contrairement à la gélatine alimentaire qui demande une force moindre.

35Les colles cellulosiques demandent peu de pression pour que les plaquettes se séparent.

36À 5%, seul le Funori alimentaire présente encore une faible adhérence au verre. Les autres Funoris et le JunFunori® maintiennent fortement les plaquettes. Ceci est similaire pour les colles cellulosiques.

37Les plaquettes de verre sont très fermement collées avec les colles protéiniques.

38À 10%, les Funoris alimentaires, Talas, Kremer-Pigmente, le JunFunori® Lascaux Restauro et la Méthylcellulose Perfax® demandent une pression équivalente à 2/3, c’est-à-dire que les colles maintiennent fortement les plaquettes ensemble, mais qu’une pression assez importante permet de les désolidariser.

39Les Funoris Kyuhei Mafunori et Kishu Fukuro-Nori de Hiromi Paper maintiennent très fortement le verre, comme l’ensemble des colles protéiniques testées et le Klucel EF.

Conclusions

40Les Funoris et le JunFunori® présentent des propriétés identiques aux colles protéiniques et cellulosiques, et ce, uniquement à 1% de concentration. Les mastics élaborés avec les farines de verre présentent un aspect satisfaisant : planéité, blancheur et homogénéité. Les mastics à base de kaolin présentent a contrario des reliefs, une teinte beige et parfois une non-homogénéité.

41Les mastics à base de colles protéiniques ou cellulosiques avec les farines de verre donnent un mastic qui se stratifie en deux couches distinctes : la charge se dépose au fond de la lacune et la colle sèche au-dessus. Ces types de colles ne conviennent donc pas aux farines de verre.

42Les mastics au kaolin ont présenté un aspect quasiment identique pour toutes les colles testées.

43Après vieillissement artificiel, il a été remarqué que seuls les Funoris n’avaient que très peu changé d’aspect. Le JunFunori®, réputé stable par la littérature, a cependant présenté un fort changement de coloration et de rigidité, tout comme le Funori Nishikidôri Market. Serait-ce dû à leur non-blanchiment après récolte ? La question serait à approfondir. Cependant, il est à noter que les résultats des mastics confirment cette hypothèse : seuls les Funoris non blanchis ont présenté des mastics « auréolés ». Devant les résultats satisfaisants des Funoris, des applications sur d’autres matériaux que le MDF devraient être entreprises.

44La volonté d’expérimenter des produits naturels a porté ses fruits de par des résultats qualitativement intéressants. Il est apparu que les mastics réalisés à base de Funori étaient meilleurs que ceux à base de produits semi-synthétiques. Cette « politique du naturel » suivie a montré que les produits à base d’algues représentent une solution alternative en conservation-restauration d’œuvres d’art. Le confort dans le travail du restaurateur et la qualité des rendus nous encouragent à poursuivre dans ce sens et à adopter durablement le choix du naturel.

45Mais la recherche doit se poursuivre afin de consolider la connaissance du comportement du Funori et du JunFunori® et définir les règles et conditions d’emploi garantissant la qualité de la restauration. À ce moment-là, ils pourront prendre pleinement leur place chez les praticiens de la restauration au même titre que les produits naturels déjà éprouvés et ceux issus des technologies modernes. Ils viendront ainsi élargir le champ d’utilisation des produits respectueux de l’environnement et de la santé, et, peut-être, orienter ainsi la demande des conservateurs en terme de disponibilité sur le marché.

Haut de page

Notes

1  CooL  « Online resource operated by the Foundation of the American Institute for Conservation is a full text library of conservation information, covering a wide spectrum of topics of interest to those involved with the conservation of library, archives and museum materials. It is a growing online resource for conservators, collection care specialists, and other conservation professionals ». On line, 25/10/2012, http://cool.conservation-us.org

2  Les applications du Funori, étudiées et répertoriées à ce jour, l’ont été principalement SMITH, M. ; SWIDER, J., « Funori : an overview of a 300 years-old consolidant » dans JAIC, vol.44, n°2, 2005, p.117-126. Une étude comparative a été réalisée entre le Funori et la colle d’amidon de blé par W. Liszewska en 2005. Cette étude était appliquée sur supports papier et soie, et comprenait un vieillissement accéléré lumineux (sous des lampes au xénon). LISZEWSKA, W., « Japanese Polysaccharide adhesives » dans Papier Restaurierung, vol.6, n°4, 2005, p. 23-30. Le JunFunori®, homologue purifié du Funori (voir infra), a fait l'objet d'une comparaison avec la gélatine, la colle d’esturgeon, le Klucel E (hydroxypropycellulose) et le Méthocel (méthylcellulose) par Thomas Geiger et Françoise Michel en 2005. GEIGER, T. ; MICHEL, F., « Studies on the polysaccharide JunFunori used to consolidate matt paint », dans Studies in Conservation, n°50, 2005, p. 193-204.  Le but de cette recherche était de définir la stabilité de l’adhésif aux rayons ultra-violets, aux micro-organismes et aux variations d'humidité sur les peintures mates. Pour cela, les auteurs ont étudié le comportement des colles sur les mélanges de pigments sur toile de lin. L’étude a révélé que la consolidation avec le JunFunori® préserve l'apparence des peintures mates, comme l’a confirmé l’article d’Olivier Masson et Michaela Ritter : MASSON, O. ; RITTER, M., « Konsolidierung mit JunFunori®, praktische Anwendung an drei objekten mit unterschiedlichen Farbschichtproblemen », dans Papier Restaurierung, vol. 6, n°3, 2005, p.22-29. Le vieillissement accéléré du produit purifié, réalisé par les scientifiques de l'Empa, a montré une bonne stabilité aux rayonnements ultra-violets (UV) et aux variations d'humidité. Le JunFunori® présente à peine un changement dans ses propriétés mécaniques et sa résistance aux micro-organismes est similaire aux autres adhésifs testés.

Une seconde expérimentation a été réalisée par Stéphanie Gagné en 2007 à l’Université de Kingston au Canada. L’étude comportait sur la comparaison entre le JunFunori®, l’Aquazol 500 et l’aquarelle afin de déterminer si le produit de l’Empa est une alternative pour les retouches des peintures acryliques en émulsion. GAGNE, S., JunFunori®and water based media : a comparative investigation into media used to impaint matte surfaces, Queen’s University, Kingston, Ontario, 2007

3  L’Empa est une institution de recherche et de services interdisciplinaire suisse qui se consacre à la science des matériaux et aux développements technologiques. Les activités de recherche et de développement de l’Empa s’orientent sur la demande de l’industrie et sur les besoins de la société et établissent un lien entre la recherche appliquée et sa transposition pratique, entre la science et l’industrie ainsi qu’entre la science et la société.

4  GEIGER, T. ; MICHEL, F., « JunFunori®, un nouvel agent de consolidation pour les peintures mates », dans Revue de l’EMPA, n°8, 2003, p.8.

5  GOREL, F., « Assessment of agar gel loaded with micro-emulsion for the cleaning of porous surfaces », dans CeROArt[En ligne], Hors-série | 2010, mis en ligne le 17 novembre 2010, consulté le 29 mai 2012. URL : http://ceroart.revues.org/1827

6  MICHEL, F., « Funori and JunFunori® : Two related consolidants with surprising properties », dans CCI Symposium : Adhésives and consolidants for conservation, research and application, Ottawa, 2011, p.1.  

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1 Test du JunFunori® Lascaux Restauro
Légende Le JunFunori® Lascaux Restauro avant 300 heures de Climacell 222
Crédits Crédit photographique : Anne-Cécile Dauchez.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2865/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig.2  Test de vieillissement du JunFunori® Lascaux Restauro
Légende Le JunFunori® Lascaux Restauro après 300 heures de Climacell 222.
Crédits Crédit photographique : Anne-Cécile Dauchez.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2865/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig.3 Les mastics à base de gélatine alimentaire Ewald®
Légende Après 300 heures de Climacell 222.
Crédits Crédit photographique : Anne-Cécile Dauchez.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2865/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig.4 Les mastics à base de Funori Nishikidôri Market
Légende Après 300 heures de Climacell 222.
Crédits Crédit photographique : Anne-Cécile Dauchez.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2865/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig.5 : Les mastics à base JunFunori® Lascaux Restauro
Légende Après 300 heures de Climacell 222.
Crédits Crédit photographique : Anne-Cécile Dauchez.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2865/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Cécile Dauchez, « Approche comparative des colles d’algues Funori et JunFunori®  », CeROArt [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 31 juillet 2014. URL : http://ceroart.revues.org/2865

Haut de page

Auteur

Anne-Cécile Dauchez

Anne-Cécile Dauchez,  restauratrice diplômée d’un master II conservation-restauration d’œuvres d’art,  spécialisation art contemporain.  École Supérieure des Arts Saint-Luc, Liège. anne-c.dauchez@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org