Navigation – Plan du site
Dossier

Les politiques du passé face aux usages sociaux dans la restauration des temples bouddhistes

Béatrice Byer Bayle

Résumés

L’article s’appuie sur des recherches réalisées sur les politiques patrimoniales et sur l’histoire de la conservation en Thaïlande et au Sri Lanka. Il s’agit ainsi d’analyser les interrogations, les polémiques, les mécanismes de négociations et de redéfinitions du champ patrimonial entraîné par les politiques globales au niveau local.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’étude des phénomènes de patrimonialisation sur une échelle aussi bien globale que locale suppose d’abord une interrogation sur la validité universelle d’un concept conçu en Europe, puis homologué par l'UNESCO sous le label de « Patrimoine mondial ». Le concept moderne de domaine public, dans lequel certains biens culturels sont déclarés comme faisant partie du patrimoine national ou universel, a modifié le rapport que les populations entretiennent avec les objets et les sites, et donc la manière dont elles les restaurent et les conservent. Le champ patrimonial a connu une expansion phénoménale au cours de ces dernières décennies, en grande partie en raison des conceptualisations générées dans des contextes culturels différents.

2En Asie du Sud et du Sud-est, on peut distinguer deux périodes qui conduisent à l’adoption du concept moderne de culture et de patrimoine. La première période coïncide avec la seconde expansion coloniale au XIXe siècle ; la seconde, bien plus récente, date des années 1970 et 1980. Elle correspond à une politique de développement des pays autrefois englobés sous l’appellation de « tiers monde ».

3En m’appuyant sur mes recherches, effectuées dans le cadre d’un Master II sur les politiques patrimoniales et sur l’histoire de la conservation de sites religieux encore en usage en Thaïlande et au Sri Lanka, je souhaite interroger la transposition, hors de l'Occident, de valeurs dites « universelles », homologuées par l’UNESCO sous l’appellation « Patrimoine mondial ». Il s’agit ainsi d’analyser les interrogations, les polémiques et les mécanismes de négociations et de redéfinitions du champ patrimonial qui se sont opérés, tant au niveau globales que local.

4La notion de patrimoine, forgée au XVIII et XIXe siècle en Europe, est un épistème historique (Winter 2009), émergeant d’une division des savoirs en disciplines, héritée du Siècle des Lumières. L’émergence parallèle de la valeur historique, fondée sur le précepte moderne d’un devenir historique unique (Riegl 1923), consiste à figer les traces d’un moment pouvant résister à la temporalité linéaire. Or, cette temporalité inscrite d’abord dans le monothéisme judéo-chrétien et ensuite dans les philosophies de l’histoire développées depuis la Renaissance et les Lumières, s’est posée en opposition avec une représentation cyclique du temps, conçue comme telle non seulement dans les religions et philosophies asiatiques, mais aussi dans les peuples autochtones des Amériques et d’Océanie.

5Contrairement à la plupart des pays européens, où les valeurs humanistes des Lumières ont contribué à l’émergence d’un domaine public séculaire, la modernité en Asie a adopté d’autres voies, dans lesquelles cohabitent diverses croyances spirituelles avec le discours sécularisé introduit par l’Occident (Byrne 2004). En Thaïlande et au Sri Lanka, le bouddhisme et d’autres croyances demeurent ancrés dans l’identité des populations et imprègnent les rapports entretenus avec les sites sacrés.

Structure politique et conservation traditionnelles en Thaïlande et au Sri Lanka.

  • 1  Cette école bouddhiste a été adoptée par les Mons qui ont fait naître les royaumes de Dvâravatî et (...)

6Comparer l’émergence de la notion de patrimoine respectivement au Sri Lanka et en Thaïlande me paraît particulièrement pertinent, compte tenu de leurs échanges culturels centenaires et de leur histoire récente bien distincte. Le bouddhisme theravada1 s’est établi au Sri Lanka à la suite des missions d’Asoka au IIIe siècle avant notre ère et s’est répandu au cours du VIIIe siècle, vers les régions actuelles de la Birmanie et de la Thaïlande. Selon l’historiographie thaïe, le royaume siamois doit son ascension à une mission cingalaise ordonnée par le roi Ramkamheang (1279-1299), destinée à revivifier le culte du clergé de Sukhothai, première cité royale, et à établir le bouddhisme theravada comme religion officielle (Rajunubhab 1962). Cette mission a également réintroduit des pratiques artistiques comme la peinture murale et la construction de structures mortuaires comme le stupa, devenu un élément fondamental dans l’architecture religieuse siamoise.

7Alors que le royaume de Siam (devenu la Thaïlande en 1939) est le seul État de la région ayant formellement conservé son indépendance durant l’expansion impérialiste européenne des XVIIIe et XIXe siècles, Ceylan (devenu le Sri Lanka en 1948) a connu quatre cent cinquante ans de colonisation portugaise, hollandaise et britannique.

8Ceylan et le Siam cultivaient avec d’autres royaumes bouddhistes des pratiques de conservation et de sauvegarde des monastères, ancrées dans une cosmologie et dans une structure de légitimation politique et sociale, que l’on peut qualifier d’holistique.

  • 2  Appellation de la grande confrérie bouddhiste incluant toutes les écoles. Ce premier concile aurai (...)

9En dépit du précepte bouddhiste qui prône l’assentiment de l’impermanence des choses, la maintenance des temples et des monastères faisait partie des responsabilités du clergé depuis le premier concile de la Sangha2, au cours duquel furent établies les règles de la vie monastique. Les systèmes de sauvegarde traditionnels témoignaient de liens sociaux et spirituels tissés entre la Sangha, la population et la royauté. Plusieurs personnes à l’intérieur et à l’extérieur des monastères accomplissaient diverses tâches d’entretien des temples et des rituels quotidiens. Cet engagement collectif assura la pérennité des sites et des pratiques religieuses et culturelles. La restauration et la construction de temples s’inscrivaient dans une « économie du mérite », décrite par Gombrich (2006) comme une forme d’échange spirituel. En offrant soit des dons, soit des services aux temples (merit making), on acquiert un meilleur rang au sein du système karmique, ce qui garantit une meilleure position sociale ou d’autres avantages dans une vie future.

10Selon la hiérarchie des actes méritoires, le mérite était évalué proportionnellement à l'importance des dons. De ce fait, la construction et la restauration de lieux sacrés étaient surtout financées par les rois et l’aristocratie, ce qui leur conférait parallèlement une assise et une légitimité politique.

  • 3  Ecrit par un moine Bouddhiste au VIe siècle, ce texte a été traduit par Wilhelm Geiger en 1912.

11Le Mahavamsa3, la grande chronique cingalaise, relate l’histoire de nombreux rois à l’origine de restaurations de temples anciens, depuis deux cents ans avant notre ère. Ils offraient à la Sangha terres et dons fiscaux (Wijesuriya 2005) qui sont devenus si importants que Tambiah (1973) dépeignit la « seigneurie monastique » comme un phénomène typiquement cingalais. Les moines, gardiens des lieux, géraient les rétributions perçues des terres agricoles et des villages qui leur étaient attribués et dirigeaient les artisans et les travaux de maintenance, répartis sur la population en fonction des obligations sociales de chaque caste (Rahula 1993).

12Au Siam, la structure sociale qui assurait la maintenance des temples correspondait au même principe de parrainage, avec dons de terres et d’agriculteurs, sans atteindre les mêmes dimensions qu’au Ceylan. Les monastères dépendaient du travail d’artisans et de travailleurs qui étaient tenus de consacrer du temps à la Sangha. Les artisans, par exemple, pouvaient être exemptés de leur corvée au roi au profit de services rendus à la communauté monastique(Reynolds 1979).

13La maintenance et la restauration des lieux sacrés étaient fondées sur une continuité de valeurs, liées à l’usage de culte et pédagogique. Les éléments dégradés étaient remplacés ou repeints selon les canons de l’iconographie traditionnelle, lesquelles se sont néanmoins adaptés aux différentes transformations culturelles. Les stupas, contenant les reliques du Bouddha ou d’autres personnages vénérables, étaient souvent enveloppés par une nouvelle structure élevée, afin de revivifier leur puissance emblématique et leur valeur de culte, comme c’était le cas lors de la restauration du Prah Pathom Chedi, initiée en 1868 par Mongkut, roi du Siam.

14L'idée d'authenticité, non définie comme telle à l'époque, était, et est encore, plus liée au pouvoir spirituel et heuristique des images et des constructions qu'à leur matérialité. Repeindre des peintures murales était une pratique transmise dans les ateliers non seulement comme une habileté technique, mais comme une forme d'enseignement spirituel. Selon l’ancien principe indien de darshan, en vertu duquel la vision du divin inspire la pureté d’un être, les images du Bouddha endommagées ne peuvent servir à l'adoration ou à la médiation. Les sculptures détruites ou délabrées sont placées dans des dépôts établis dans des grottes ou des caves (fig.1,2) et ensuite reproduites et consacrées à nouveau selon une maxime décrite par Coomaraswamy (1956) : Art is nothing tangible... The art remains in the artist and is the knowledge by which things are made.

Fig.1 Wat Sisaket, Ventiane, Laos

Fig.1 Wat Sisaket, Ventiane, Laos

Statues de Bouddha endommagées conservées dans un dépôt du monastère.

Crédit photographique : Béatrice Byer Bayle

Fig.2 Entreposage à Wat Sisaket, Ventiane, Laos

Fig.2 Entreposage à Wat Sisaket, Ventiane, Laos

Statues de Bouddha – entrepôt

Crédit photographique : Béatrice Byer Bayle

  • 4  Un parfait exemple en est la désignation des trésors nationaux vivants aux Japon depuis 1955.

15Cette idée est corroborée par les techniques d’apprentissage artistique fondées sur la reproduction, par la transmission orale et empirique des savoir-faire artistiques4.

Fig.3 Wat Prah Kheo, Bangkok, Thailande en 2007 

Fig.3 Wat Prah Kheo, Bangkok, Thailande en 2007 

Restaurateur en train de reposer des feuilles d’or sur les parties dorées du mural « Ramakien ».

Crédit photographique : Béatrice Byer Bayle

16La conception selon laquelle ce ne serait pas tant la matière, mais les savoirs artisanaux et les pratiques culturelles qui constituent la continuité du patrimoine a été étayée de manière réitérée par de nombreux experts venant d’Asie ou d’Océanie (Baig 2006, Taylor 2004, Inaba 2005). Une conception analogue veut qu’un site patrimonial doive s’inscrire dans une continuité évolutive et non figée, dans laquelle fonctions et usages constituent le lien qui relie la communauté au patrimoine (Chapagain 2007, Wijesuriya 2007).

Le « Patrimoine mondial » comme stratégie d’une politique culturelle.

  • 5  Conseil international des monuments et de sites et Union internationale pour la conservation de la (...)

17Le concept de « Patrimoine mondial » a émergé et a été diffusé à une période où des organisations internationales comme l’UNESCO s’inscrivaient dans la continuité d’un discours scientifique dissociant « culture » et « nature », comme l’illustre la création de ses organismes consultatifs tels que l’ICOMOS et l’IUCN5. Tout comme les autres organisations de Bretton Woods créées après la Seconde Guerre mondiale, la philosophie de l’UNESCO repose sur l’idée que le développement et le progrès culturel et social passent par un agencement rationnel de la politique et de l’économie (Winter 2009). Avec l’industrialisation, le développement du secteur touristique devient un des secteurs clés promouvant le progrès social (Chartre internationale du tourisme culturel, ICOMOS, 1999).

18Afin de justifier d'une validité universelle et d'une légitimité académique, les disciplines liées à la conservation du patrimoine ont prétendu recourir à une méthodologie et une rigueur scientifiques, se voulant objectives. Les professionnels de l’archéologie, la muséologie et la conservation-restauration ont ainsi pu se prévaloir d’une autorité leur permettant d'émettre des vérités sur des sites et des objets culturels (Winter 2009). Cette autorité est de plus en plus contestée par les discours postcoloniaux et postmodernes. Selon ces derniers, l’instrumentalisation politique, à laquelle le domaine patrimonial peut difficilement échapper, a conduit à la réinterprétation des sites et des monuments, des modes de narrations historiques et des pratiques de conservation. Malgré la volonté de respecter l'authenticité et l'intégrité, sous couvert de cette légitimité d’objectivité et de neutralité politique, les premières initiatives d’ordre patrimonial réalisées dans le dessein de ressusciter un passé glorieux dans son état originel, comme ce fut le cas pour Angkor ou Borobudur, ont provoqué des transformations radicales des sites. Dans son article « Taj Angkor », Edwards (2005) décrit l’impact des interventions conduites par l’École française de l'Extrême-Orient. Les moines bouddhistes ont été délogés. Les statues du Bouddha qui avaient pris une place prééminente au cours de la longue conversion du site en un lieu de culte bouddhiste ont été déplacées pour être rassemblées dans la « galerie des mille Bouddhas ». L’intention coloniale était d’inscrire le site Angkor dans une filiation principalement khmère et hindouiste, et de le transformer en un lieu - archive figée - témoin d’une ère glorieuse révolue dont, selon la propagande coloniale, les Khmers étaient déchus (Edwards 2005).

19Similairement les musées et départements d’archéologie créés en dehors de l’Europe, agissant comme des instruments d’appropriation de ressources indigènes, obéissaient à une politique impérialiste (Sully 2007). Ces établissements sont nés lors de la seconde expansion coloniale du XIXe siècle. Celle-ci se distingue de la précédente période de conquête de nouveaux territoires, car elle fut menée non plus seulement par l’armée et par les missions religieuses, mais par des savants et des experts de tous domaines, qui avaient comme objectif d’inventorier, de catégoriser et d’interpréter l’homme et la nature selon une épistémologie occidentale. La domination impérialiste a ainsi permis à l’Europe d’étudier et d’interpréter le passé de « cultures autres », selon une grille de lecture intégrée au sein d’une « représentation hégémonique du savoir, qui se réclame comme universelle », occultant les savoirs traditionnels, les modes de narrations et les perspectives locales (Escobar 2007:179).

Institutionnalisation du patrimoine comme outil de développement

Contexte colonial et postcolonial au Sri Lanka

20L’Empire britannique fut la première puissance étrangère à s’emparer de la totalité de l’île de Ceylan, après la conquête du dernier bastion royal de Kandy, en 1815. La Sangha a perdu ainsi avec la royauté son autorité symbolique. Le système de maintenance des monastères et des lieux sacrés s’effondra avec le refus du gouvernement colonial de nommer des responsables dignitaires. Ceci entraîna un délabrement progressif des sites (Gombrich 2006).

21À la fin du XIXe siècle, le pouvoir colonial a été défié par un mouvement de renouveau bouddhiste qui entendait réinstaurer « une légitimité des conceptions traditionnelles du monde » (Gokhale 1999). Ce mouvement, déclenché en Inde, s’est étendu au Ceylan, où il a été conduit par Anagarika Dhammapala (1864-1933), fils d’une famille cingalaise aristocrate, qui fit fusionner une perspective moderne et scientifique avec la vision du monde bouddhiste. Sous son impulsion, la reviviscence d’écoles et de cérémonies religieuses est allée de pair avec la restauration des lieux sacrés. De nombreuses associations de restauration ont émergé de la société civile pour réparer les monastères endommagés et partiellement abandonnés. Ces restaurations et reconstructions étaient une forme de réappropriation de sites ancrés dans l’identité culturelle. Le directeur du Musée de Colombo, Joseph Pearson, jugea ces rénovateurs comme des personnes ferventes, mais dépourvues de sens artistique ou scientifique. Dr Goloubew, archéologue de l’EFEO, les qualifia de « vandales pieux », estimant qu’ils détruisaient les monuments (Wijesuriya 2001). Cet épisode révèle une claire démarcation entre différents concepts de transmission, de restauration et de notion de patrimoine, et peut être considéré comme une forme de « résistance patrimoniale ».

22La seconde Ordonnance sur les Antiquités de 1940 clôtura le débat sur la légitimité de ces « restaurations pieuses ». L’article 21 stipule que toute restauration, addition ou réparation de sites classés requiert l’accord du directeur du Département Archéologique sous peine d’amendes et d’emprisonnement. Le fait que le délit ne soit pas susceptible de caution démontre qu’il s’agit d’une des plus strictes lois patrimoniales (Silva 2008, Wijesuryia 2008). L’article 31 inscrit toutefois le respect des sentiments religieux des usagers dans la législation, en prévoyant des sanctions contre « toute action de destruction ou de falsification des monuments anciens qui risque de blesser les susceptibilités religieuses des personnes […] pour lesquelles les monuments sacrés sont des objets de vénération ». Étant donné que la majorité des monuments classés possèdent une fonction religieuse, les autorités qui gèrent le patrimoine cingalais depuis l’indépendance sont conscientes des conflits d’intérêts qui les séparent de la population. Ainsi une recherche du compromis devint une des caractéristiques de la politique patrimoniale du pays.

23À la fin des années 1960, le Sri Lanka a bénéficié d’une aide proposée par l’UNESCO pour les pays en voie de développement, concernant valorisation des sites historiques dans le but de développer l’industrie touristique. Avec la restauration d’Abu Simbel et de Borobudur, le « Triangle culturel » fut l’un des plus ambitieux chantiers de conservation soutenu par l’institution internationale. Conçu comme un parcours de pèlerinage touristique reliant les trois anciennes capitales, Anuradhâpura, Polonnâruvâ et Kandy, avec Sirigiya et Dambulla en son centre, il inclut cinq des sept sites sri lankais classés Patrimoine mondial.

Fig.4 Temple d’or de Dambulla, Patrimoine Mondial, Sri Lanka.

Fig.4 Temple d’or de Dambulla, Patrimoine Mondial, Sri Lanka.

Les origines de ce temple, creusé dans 5 grottes, remontent au second siècle avant notre ère. Depuis l’origine, l’incision creusée dans la roche au-dessus de la facade, qui date de la fin du XVIIIe siècle, prévient l’infiltration d’eau de pluie le long des murs des grottes entièrement couverts de peintures.

Crédit photographique : Béatrice Byer Bayle

  • 6  Programme alimentaire mondial
  • 7  Programme des Nations Unis pour le développement
  • 8  En 1991 le bilan financier du projet s’élevait à 2,200 millions de roupies cingalaises, ce qui équ (...)

24Le programme comprenait la fouille archéologique et la conservation des monuments royaux et religieux des anciennes cités. La moitié du projet a été financée par le PAM6, le PNUD7, l’UNESCO et par les États membres de l’UNESCO, et l’autre partie par le gouvernement sri lankais8. Sa mise en œuvre s’est étalée sur près de vingt ans.

25En réaction aux conflits antérieurs, la conception du programme se voulait plus participative. Les experts techniques et scientifiques, ainsi que les agents publics travaillaient de concert avec les autorités monastiques, chacun conservant la tutelle sur son domaine, le tout formant une « structure institutionnelle polycentrique » (Bandaranayake 1993). Les divers points de vue techniques, sociaux et religieux ont été négociés et mis en œuvre différemment selon les exigences de chaque site (fig. 5 et 6).

Fig.5 Jivan Naide

Fig.5 Jivan Naide

Photo © THERO, I., « Dambulla Rock Paintings », dans The Quaterly of the Cultural Triangle 2(2): 19-23.1984

Jivan Naide, dernier peintre -mort en 1984- descendant de la lignée des peintres de Nilagama qui, selon la légende, restauraient les peintures de temple de Dambulla depuis 100 ans avant notre ère.

26Les fonds récoltés pour ce programme ont également servi à l’établissement de formations de conservation universitaires, formations très spécialisées qui n’ont pas encore vu le jour en Thaïlande, où les restaurateurs sont souvent issus des écoles d’art et formés in situ par des spécialistes.

  • 9  Tigres de libération de l’Îslam Tamoul

27Les recettes escomptées du secteur touristique ont été sérieusement revues à la baisse à cause des hostilités déclenchées en 1983 entre fondamentalistes bouddhistes et tamouls. La guerre civile qui en découla a duré plus de vingt-cinq ans. Le Temple de la Dent (contenant une relique du Bouddha) classé Patrimoine mondial a été une victime collatérale de ces violences quand il fut bombardé en 1998 par le LTTE9. Compte tenu de la signification emblématique du site, sa campagne de restauration est devenue un projet-pilote, mettant en oeuvre une politique de prise de décision partant de la base vers le haut. Les demandes faites par les moines ont été suivies autant que possible. Des compromis ont ainsi vu le jour, associant la réhabilitation de l’usage de ce haut lieu de pèlerinage bouddhiste (où certaines peintures murales ont été repeintes), avec la sauvegarde des traces historiques de ce tragique événement politique (Wijesuriya 2005, Weerasinghe 2006).

Fig.6 Temple de la dent, Kandy, Sri Lanka

Fig.6 Temple de la dent, Kandy, Sri Lanka

Peinture d’origine, lacunaire, et sa copie exposée après restauration au Temple de la dent

Crédit photographique : Béatrice Byer Bayle

  • 10  Post Graduate Institute of Archaeology, formation créée grâce aux fonds récoltés pour le Triangle (...)

28Une illustration concrète de cette organisation originale est donnée par une des parties prenantes, Jagath Weerasinghe. Il a été formé par l’ICCROM lors de la campagne pédagogique qui accompagnait le projet de réalisation du Triangle culturel et fût en charge de la conservation des peintures murales du Temple de la Dent. Tout en appliquant les méthodologies de conservation modernes, il apprit à communiquer et à traiter avec les doyens des temples. L’établissement de cette relation étroite, qu’il estime primordiale à toute intervention de restauration sur un site sacré, fait aujourd’hui partie du cursus qu’il enseigne aux étudiants au PGIAR10 (Weerasinghe 2008).

Politiques de patrimonialisation en Thaïlande: d’une cosmologie bouddhiste au discours sur l’identité nationale

29Souvent décrite comme un État tampon contenant l’expansionnisme des empires coloniaux français et britannique (Ray 2008), la Thaïlande s’inscrit dans une histoire particulière au sein de la région,  étant le seul pays qui ait pu garder son indépendance. Les marchands et les officiers militaires des empires français et britanniques voisins introduisirent dans le pays des instruments de mesure, des cartes occidentales et la photographie, qui transformèrent lentement chez les populations autochtones la représentation de l’espace, du temps et de soi-même. L’axis mundi auparavant orienté vers la Chine et l’Inde se dirigea dès lors vers l’Europe (Thongchai 2000). Selon l’historiographie thaïe, le roi Mongkut (1851-1868) aurait été le monarque qui a permis de conserver la souveraineté de l’État. Son règne marqua la première assise d’une nouvelle construction identitaire, alliant une vision positiviste de l’histoire et des sciences à une morale inscrite dans la doctrine bouddhiste. Fidèle aux traditions de ses ascendants, Mongkut a vécu comme moine durant vingt-sept ans. Lors de son ascension au trône du Siam, en 1848, il imposa l’occidentalisation de la famille royale, par une éducation à l’européenne qui rompait avec la traditionnelle transmission orale. Mongkut fut à l’origine d’une collection d’antiquités de « choses diverses » - phiphitapan -, mot qui sera employé pour traduire le terme de musée.Il engagea également le pays à participer aux « compétitions civilisatrices » des expositions universelles en Europe et aux États-Unis (Paris 1867, 1876, 1889, 1900; Chicago 1893; Saint-Louis 1904 et Turin 1911). Cette démarche fut poursuivie par son successeur, dans l’intention de présenter au monde la culture et le patrimoine siamois. Cette politique, qui a contribué à déjouer l’invasion coloniale, avait pour but d’affirmer une nouvelle souveraineté à travers l’identification d'une civilisation siamoise, décrite par Thongchai (2000) comme une « quête de siwilai ». Siwilai est une translittération thaïe du mot « civilisation », qui est apparu à ce moment-là. La quête de siwilai annonce l’évolution vers une ère moderne, en opposition à l’ordre traditionnel d’une ère révolue (Thongchai 2000).

  • 11  Egalement directeur de l’EFEO de 1929 à1948.

30La Société archéologique inaugurée par le roi Chulalongkorn en 1907 avec l’objectif de préserver les archives historiques sous forme écrite ou monumentale « afin de délimiter une lignée civilisatrice du Siam » (Peleggi 2007). Cet organisme reçut une nouvelle impulsion avec l’arrivée en 1924, de l’érudit français Georges Coedes11 (1886-1969), date à laquelle l’institution fut rebaptisée Service archéologique. En collaboration avec le Prince Damrong (1862-1943), considéré comme le père de l’histoire thaïe, il joua un rôle essentiel dans l’inventaire des sites et dans l’instauration d’une approche archéologique pour la conservation des monuments. La chronologie et le classement de l’art siamois élaborés alors sont depuis admis et répétés, malgré le fait que Coedes les considérait comme provisoires et sujets à des amendements futurs (Peleggi 2003). L’influence essentielle qu’ont exercée les orientalistes européens dans l’établissement d’une cartographie archéologique est peu reconnue dans l’historiographie thaïe. Cependant, le savoir de ces érudits français, allemands, italiens et scandinaves, dont l’autorité émanait des domaines académiques institutionnalisés, était importé et domestiqué pour la production d’une connaissance nationale, connaissance sur et au service de la nation siamoise (Peleggi 2004).

  • 12  Le FAD esquissa en 1961 la loi sur la protection des monuments, des antiquités, des objets d’art e (...)

31Une autre institution-clef fut le Fine Arts Department12(dorénavant dénommée FAD) inauguré par le roi Varijravud (1881-1925) en 1912. Sous la tutelle du ministère de l’Éducation, il se vit confier la conservation du patrimoine et la promotion des pratiques culturelles et artistiques. La même année, il fusionna avec le département des artisans royaux (chang sip mu) et le musée royal. Ces fusions établirent dès la première heure une relation étroite entre la production artistique (ou artisanale) et la conservation du patrimoine.

  • 13  Les restaurations allaient bien au-delà de l’anastylose, les parties manquantes des stupas étant r (...)

32Au cours des années 1960 et 1970, la Thaïlande initia une politique de développement touristique, centrée sur son patrimoine archéologique. Élaborés à partir de fouilles démarrées dans années 1980, les plans des parcs historiques de Sukhothai (XIVe siècle) et d’Ayutthaya (XVIe et XVIIe siècles) ont été esquissés par un groupe d’experts interdisciplinaires comprenant architectes, archéologues, économistes, historiens et ingénieurs des domaines universitaires et publics (Peleggi 2002). La conception des deux parcs historiques s’inscrivait dans les quatrième et cinquième programmes de développement national (1977-1986) et devait inclure la revitalisation d’autres sites historiques et de villages culturels réalisée par le FAD. Conformément aux exigences de l’UNESCO, les autorités procédèrent à la destruction d’agglomérations modernes et au relogement de la population locale. Le programme de conservation instituant la patrimonialisation des sites se transforma alors en une arène de confrontations entre diverses approches de la restauration. Bernard Groslier, expert français à l’UNESCO, estimait que les reconstructions étaient excessives et davantage réalisées pour embellir le site que pour servir une restauration historique (Byrne 1995). D’autres archéologues décrivaient les actions du FAD comme un « processus légal de destruction de sites historiques » (Peleggi 2002)13. Face à ces attaques, le gouvernement produisit la charte de Bangkok, réponse thaïe à la Charte de Venise, dans laquelle il fut stipulé que les monuments peuvent être reconstruits entièrement après fouille. La stabilisation et le respect de la matière originale étaient primordiaux à l’exception des sites consacrés et vénérés continuellement, auquel cas les mesures de restauration doivent être soumis au comité du Fine Arts Department (Bangkok Charter 1985, article 14).

33Les ruines des anciennes cités, auxquelles la population accordait auparavant des valeurs iconiques et spirituelles, devinrent au cours de ces processus de patrimonialisation un puissant outil politique pour construire un récit nationaliste. Après l’inscription des deux parcs historiques à la liste du Patrimoine mondial en 1991, se poursuivit la restauration de nombreux sanctuaires khmers. Ces interventions correspondaient à une stratégie nationaliste qui consistait à revendiquer l’héritage d’Angkor (Peleggi 2002, Ünaldi 2008). La rhétorique déplorant la perte du site au profit du Cambodge a régulièrement ravivé des sentiments d’hostilité à l’égard de ces deux pays voisins. Ces rivalités ont été accentuées par le contentieux provoqué en 2008 par l’intégration du temple frontalier de Preah Vihar à la liste du Patrimoine mondial, au profit du Cambodge. Cet évènement a provoqué un conflit armé et causé la mort de plusieurs personnes.

  • 14  Chiffres qui sont en croissance continue, atteignant  les environs de 14 millions de visiteurs étr (...)
  • 15  Les brochures sur “Amazing Thaïland” or “Exotic Thaïland” se targuent de la forte identité Thaï tr (...)

34Le boum économique des années 1980 a été marqué par une croissance touristique sans précédent, la fréquentation passant en une décennie de deux à cinq millions de visiteurs étrangers14. À cette période, la Thaïlande a investi des sommes importantes pour contrebalancer l’image hédoniste du pays, en visant le tourisme culturel (Peleggi 1996). Les autorités exploitaient alors un imaginaire néocolonial encore bien ancré dans la population occidentale, en représentant le « pays des sourires » comme une destination orientale, mystique et exotique15. Les autorités abondent dans ce type de codifications pour attirer les touristes occidentaux et accroître les rentrées de devises étrangères. Les touristes locaux représentent toutefois la grande majorité des visiteurs. Leur pèlerinage aux temples et aux festivals religieux ne constitue plus uniquement un but méritoire, mais consiste également à retrouver les apparences nostalgiques et pittoresques d’un mode de vie thaï préindustriel (Peleggi 1996).

35Dans les années 1970 et 1980, l’ICCROM est intervenu simultanément en Thaïlande et au Sri Lanka pour former des professionnels locaux et encadrer de grands travaux de restauration de peintures murales. Bangkok fêtait alors son bicentenaire et intervenait sur les temples royaux de la ville (Wat Pra Kheo, Wat Po, Wat Suthat, etc). Depuis leur création, les peintures à tempera très fragiles ont subi des restaurations tous les quarts de siècle. Malgré leur état souvent très lacunaire, elles ont été entièrement reconstituées, suivant la tradition et le respect des usagers qui préfèrent voir les œuvres dans leur intégralité, car elles continuent à servir d’outil pédagogique. Lors de cette campagne, elles ont été restaurées pour la première fois selon les méthodologies les plus récentes de l’époque. Les parties originales ou antérieures ont pu être refixées et les lacunes furent retouchées de manières visibles (trattegio). Lors de mon passage en 2008 les peintures de Wat Suthat étaient à nouveau en cours de restauration, ce qui souligne les conditions de conservation extrêmement difficiles qui, malgré les nouvelles techniques employées, réclament de campagnes de restauration tous les 25 ans.

Fig.7 Wat Suthat, Bangkok Thailande 

Fig.7 Wat Suthat, Bangkok Thailande 

Toutes les colonnes et murs ont été peintes à l’origine en 1843.

Crédit photographique : Béatrice Byer Bayle

Fig.8 Wat Suthat, Bangkok Thailande 

Fig.8 Wat Suthat, Bangkok Thailande 

Peintures murales en cours de restauration en 2008, suivant des cycles de restauration tous les 25 ans.

Crédit photographique : Béatrice Byer Bayle

Redéfinition du terme « Patrimoine mondial »: intégration de l’immatériel et de la diversité

36Les politiques de conservation et de patrimonialisations forment elles-mêmes matière à historisation, puisqu’elles reflètent les dynamismes sociaux et économiques de leur époque. Ainsi les notions de culture, d’identité culturelle et le discours patrimonial sont intrinsèquement fluctuants. Les approches et techniques de conservation-restauration se forgent à la suite de ces constructions conceptuelles et y sont intimement liées. Qu’elles soient élaborées à l’échelle locale ou internationale, les politiques de conservation/restauration décident des techniques et des choix éthiques employés pour la mise en valeur du patrimoine, selon divers critères socioculturels et politiques. À l’échelle internationale, ces politiques sont le fruit de négociations continues entre des points de vue aussi variés que sont les enjeux culturels, économiques et religieux de chaque pays.

  • 16  ICOMOS. «Document Nara sur l’authenticité (1994)». In A propos de l’ICOMOS. Charters and other sta (...)
  • 17  Orientations. «Orientations devant guider la mise en oeuvre de la Convention du patrimoine mondial (...)

37Parmi les vingt-trois délégués ayant signé la charte de Venise en 1964, seuls trois étaient non européens. Nous sommes alors en pleine période de dé-colonialisation. Vers la fin du XXe siècle, la littérature critiquant la logique dogmatique et eurocentriste de la chartre de Venise et les critères d’inscription au sein du « Patrimoine mondial » de l’UNESCO, se manifesta particulièrement en 1994, lors de la « conférence sur l’authenticité » organisée à Nara. Quarante ans plus tard, des vingt-quatre délégués de la section UNESCO Europe/États-Unis, dix-sept venaient d’Asie (dont huit du Japon), deux d’Afrique et deux d’Amérique Latine et des Caraïbes. Toutefois, les pays arabes n’étaient pas représentés. Les quarante-cinq participants ont ébauché la première version du Document de Nara sur l’authenticité16. Tout en se référant à la charte de Venise, dont il réclamait un élargissement, ce document se polarise, parmi d’autres sujets, sur un plus grand respect de la diversité culturelle dans les pratiques de conservation. Le texte plaide également pour une considération de toutes les valeurs socioculturelles quand « le test de l’authenticité » entrerait en application pour l’inscription au Patrimoine mondial (Falser 2008). En 2003, la définition du « test de l’authenticité » s’est élargie, incluant l’usage, la fonction, les traditions et techniques, l’environnement, l’esprit et le sentiment ainsi que d’autres facteurs internes et externes. La dernière version de 2008 se réfère dorénavant au document de Nara sur l’authenticité17, ce qui accorde un nouveau sens aux conditions d’inscription au Patrimoine mondial.

38Selon Knut Einar Larsen, organisateur de la conférence de Nara, « la doctrine internationale de conservation patrimoniale s’est déplacée d’une approche eurocentriste vers une approche post-moderne caractérisée par la reconnaissance d’un relativisme culturel ». (Préface du Document de Nara sur l’authenticité, 1994). On pourrait décrire cette posture comme l’assentiment de l’universel comme étant un et multiple.

39Les nombreuses chartes développées ces dernières décennies, comme celle de Bangkok (1985), le document de Nara sur l’authenticité (1994), la charte australienne de Burra sur les espaces de signification cultuels (1999), les protocoles de HoiAn (2001) et la charte indonésienne de Pusaka (2003), déclinent les directives de conservation internationales selon différentes politiques culturelles régionales. Ces États dits émergents ont fortement influé sur l’élargissement du champ patrimonial, au sein duquel l’évaluation des multiples significations associées aux sites et aux objets patrimoniaux devient un outil indispensable pour leur conservation.

40Nous nous situons aujourd’hui dans un moment de rupture de la gestion patrimoniale émanant principalement d’une épistémologie occidentale. Des méthodes de gestion intégrées se doivent d’être repérées et inventées. Ceci implique l'évaluation de ce que les divers acteurs attendent de la conservation du patrimoine religieux afin d’avoir une image plus précise des positions tenues par les doyens, les experts, les usagers ou les touristes culturels. Dans ce sens, il semble indispensable d’élaborer des systèmes de financement durables qui lient économiquement les divers acteurs, avec les institutions patrimoniales locales. Les protocoles de bonnes conduites se doivent d’élargir et d’intégrer des méthodes de gestion et de conservation plus diversifiée, qui valident les savoirs locaux dans une nouvelle forme de reconnaissance sociale et interculturelle.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BAIG, A. (2006). « Forging Crucial Alliances: Creators and Custodians », Living with Cultural Heritage, Tokyo, National Research Institute for Cultural Properties: 190-199.

BANDARANAYAKE, S. (1993). « The Dambulla Rock Temple Complex, Sri Lanka: Ten Years of Managament, Research and Conservation », International Conference on the Conservation of Grotto Sites: Conservation of Ancient Sites on the Silk Road,  Getty Conservation Instititute: 46-55.

BYRNE, D. (1995). « Buddhist Stupa and Thai Social Practice », World Archaeology Buddhist Archaeology 27(2): 266-281.

BYRNE, D. (2004). « Chartering Heritage in Asia's Postmodern World », Getty Conservation Institute Newsletter 19

CHAPAGAIN, N.K. (2007). « Revisiting conservation charters in context of Lomanthang, Nepal: Need to acknowledge local inhabitants and changing contexts »,  City & Time 3(2): 55-65

CLAVIR, M. (2002). Preserving What Is Valued: Museums, Conservation and First Nations, Vancouver, Toronto, University of British Columbia.

COOMARASWAMY, A. K. (1956). Medieval Sinhalese Art, New York, Pantheon Books Inc.

EDWARDS, P. (2005). Taj Angkor: Enshrining l'Inde in le Cambodge, dans France and Indochina: Cultural Representations, Yee Kathryn Robson and Jennifer. Lanham, MD, Lexington Books:13-27.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ESCOBAR, A. (2007). Worlds and Knowledges Otherwise, Cultural Studies 21(2): 179-210.
DOI : 10.1080/09502380601162506

FALSER, M. S. (2008). From Venice 1964 to Nara 1994 - changing concepts of authenticity? Theory and Practice in Conservation and Preservation - a mutual Process in memoriam Alois Riegl (1858-1905), ICOMOS, Vienna: 1155-1132.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

GOKHALE, B. G. (1999). « Theravada Buddhism and Modernation: Anagarika Dhammapala and B.R. Ambedkar », Journal of Asian and African Studies 34(1): 33-45.
DOI : 10.1177/002190969903400104

GOMBRICH, R. F. (2006). Theravada Buddhism - A social history from ancient Benares to modern Colombo,  New York, Routledge.

INABA, N. (2005). « The Ise Shrine and the Gion Festival »,  Conservation of living religious heritage, ed. Herb Stovel, Nicholas Stanley-Price, Robert Killick,  Rome, ICCROM:44-57.

LOGAN, W. (2001). « Globalising heritage: World Heritage as a Manifestation of Modernism and Challenges from the Periphery », Australia ICOMOS National Conference 2001, 20th Century heritage - Our recent Cultural Legacy, ICOMOS Australia: 51-57.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

PELEGGI, M. (1996). « National Heritage and Global Tourism in Thailand », Annals of Tourism Research 23(2): 432-448.
DOI : 10.1016/0160-7383(95)00071-2

PELEGGI, M. (2002). Politics of Ruins and Business of Nostalgia, Bangkok, White Lotus Co.

PELEGGI, M. (2004). « Royal Antiquarianism, European Orientalism and the Production of Archaeological Knowledge in Modern Siam », Asia in Europe Europe in Asia, Singapore, Institute of Southeast Asian Studies (ISEAS):133-161.

PELEGGI, M. (2007). Thailand: The Worldly Kingdom, London, Reaktion Books.

RAHULA, W. (1993), History of Buddhism in Ceylon, Nedimala, Dehiwala, The Buddhist Cultural Centre.

RAJANUBHAB, P. D. (1962). Monuments of Buddha in Siam. Bangkok, Siam Society.  

REYNOLDS, C. J. (1979). Monastery Lands and Labour Endowments in Thailand: Some Effects of Social and Economic Change, 1868-1910, Journal of the Economic and Social History of the Orient 22(2): 190-227.

RIEGL, A. (1982 (1923)). « The modern Cult of Monuments: Its Character and Its Origin », Oppositions 25: 21-51.

SILVA, R. (1983). « The significance of the Venice Charter for the Conservation and Restoration of Monuments and Sites, with Special Reference to Eastern Countries ». Historic buildings, their significance and their role in today's cultural setting, Basle University of Basle, ICOMOS, UNESCO First International Congress on Architectural Conservation

SILVA, R. (2008). Interview  November 5th. Colombo

SMITH, L. (2006). Uses of Heritage, London, New York, Routledge.

STUART-FOX, M. (2006). Buddhism and politics in Laos, Cambodia, Myanmar and Thailand. Presented at the Cambodia, Laos, Myanmar and Thailand Summer School, Asia Pacific Week.

SULLIVAN, S. (1993). « Conservation Policy Delivery ». In Cultural Heritage in Asia and the Pacific: Conservation and Policy,  MacLean M., The Getty Conservation Institute

SULLY, D. (2007). Decolonising Conservation - Caring for Maori Meeting Houses outside New Zealand, Walnut Creek, Left Coast Press, Inc.

TAMBIAH, S. J. (1973). « The Persistence and Transformation of Tradition in Southeast Asia, with Special Reference to Thailand », Daedalus 102(1): 55-84.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

TAYLOR, K. (2004). « Cultural Heritage Management: a possible role for charters and principles in Asia »,  International Journal of Heritage Studies 10(5): 417-433.
DOI : 10.1080/1352725042000299045

THERO, I. S., (1984), « Dambulla Rock Paintings », dans TheQuaterly of the Cultural Triangle 2(2): 19-23.

THONGCHAI, W. (2000). « The Quest of "Siwilai": A Geographical Discourse in the Late Ninetheenth and Early Twentieth-Century Siam », The Journal of Asian Studies 59(3): 528-549.

ÜNALDI, S. (2008). « Reconstructing Angkor: Images of the Past and Their Impact on Thai-Cambodian Relations », Südostasien Working Papers. Institut für Asien-und Afrikawissenschaften, Humboldt-Universistät, Berlin. 33: 5-22.

WEERASINGHE, J. (2008). Interview, November 7th, Colombo

WIJESURIYA, G. (2001). « Pious Vandals - Restoration versus Destruction », Destruction and Conservation of Cultural Property. R. Layton P.G. Jones and J.Thomas, London, Routledge

WIJESURIYA, G. (2005). « The past is in the present »,  Conservation of Living Religious Heritage. Killick Herb Stovel; Nicholas Stanley-Price; Robert. Rome, ICCROM:31-43.

WIJESURIYA, G. (2007). « Conserving Living Taonga - The Concept of Continuity », Decolonizing Conservation - Caring for Maori meeting Houses outside New Zealand:59-69.

Wijesuriya, G. (2008). Interview  June 26th, Rome

WINTER, T. (2009). « Heritage in Asia: Towards a New Theoretical Paradigm », Heritage in Asia: Converging Forces and Conflicting Values, Singapore, Asia Research Institute, National University of Singapore: 1-19 (draft copy)

Haut de page

Notes

1  Cette école bouddhiste a été adoptée par les Mons qui ont fait naître les royaumes de Dvâravatî et de Hongsavatî (VIe au XIe siècle).

2  Appellation de la grande confrérie bouddhiste incluant toutes les écoles. Ce premier concile aurait eu lieu autour de 543-542 AD.

3  Ecrit par un moine Bouddhiste au VIe siècle, ce texte a été traduit par Wilhelm Geiger en 1912.

4  Un parfait exemple en est la désignation des trésors nationaux vivants aux Japon depuis 1955.

5  Conseil international des monuments et de sites et Union internationale pour la conservation de la nature fondée respectivement en 1964 et 1948.

6  Programme alimentaire mondial

7  Programme des Nations Unis pour le développement

8  En 1991 le bilan financier du projet s’élevait à 2,200 millions de roupies cingalaises, ce qui équivaut au taux d’échange actuel à 15 millions d’euros.

9  Tigres de libération de l’Îslam Tamoul

10  Post Graduate Institute of Archaeology, formation créée grâce aux fonds récoltés pour le Triangle culturel.

11  Egalement directeur de l’EFEO de 1929 à1948.

12  Le FAD esquissa en 1961 la loi sur la protection des monuments, des antiquités, des objets d’art et des musée nationaux, qui fut amendée en 1985 et 1991. Elle régule les inscriptions, les permis de fouilles archéologiques et renforce les lois contre le trafic illicite.

13  Les restaurations allaient bien au-delà de l’anastylose, les parties manquantes des stupas étant remplacées par des matériaux modernes afin de leur conférer une apparence présumée originale.

14  Chiffres qui sont en croissance continue, atteignant  les environs de 14 millions de visiteurs étrangers en 2007. Tourism Authority of Thailand. «Tourism Statistics in Thailand 1998-2007», Site de la Tourism Authority of Thailand, [En ligne] http://www2.tat.or.th/stat/web/static_index.php (Page consultée le 23 octobre 2012).

15  Les brochures sur “Amazing Thaïland” or “Exotic Thaïland” se targuent de la forte identité Thaï très attachée aux traditions, ayant évolué de manière indépendante depuis 700 ans. (TATc:2-3)

16  ICOMOS. «Document Nara sur l’authenticité (1994)». In A propos de l’ICOMOS. Charters and other standards. Site de l’ICOMOS. [En ligne] http://www.icomos.org/fr/a-propos-de-licomos/les-comites/les-comites-scientifiques-internationaux/liste-des-comites-scientifiques-internationaux/179-articles-en-francais/ressources/charters-and-standards/186-document-de-nara-sur-lauthenticite (page consultée le 23 octobre 2012).

17  Orientations. «Orientations devant guider la mise en oeuvre de la Convention du patrimoine mondial». In Le patrimoine mondial. La convention. Site du Patrimoine mondial de l’UNESCO. [En ligne] http://whc.unesco.org/fr/orientations/ (Page consultée le 23 octobre 2012).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1 Wat Sisaket, Ventiane, Laos
Légende Statues de Bouddha endommagées conservées dans un dépôt du monastère.
Crédits Crédit photographique : Béatrice Byer Bayle
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2835/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig.2 Entreposage à Wat Sisaket, Ventiane, Laos
Légende Statues de Bouddha – entrepôt
Crédits Crédit photographique : Béatrice Byer Bayle
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2835/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig.3 Wat Prah Kheo, Bangkok, Thailande en 2007 
Légende Restaurateur en train de reposer des feuilles d’or sur les parties dorées du mural « Ramakien ».
Crédits Crédit photographique : Béatrice Byer Bayle
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2835/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig.4 Temple d’or de Dambulla, Patrimoine Mondial, Sri Lanka.
Légende Les origines de ce temple, creusé dans 5 grottes, remontent au second siècle avant notre ère. Depuis l’origine, l’incision creusée dans la roche au-dessus de la facade, qui date de la fin du XVIIIe siècle, prévient l’infiltration d’eau de pluie le long des murs des grottes entièrement couverts de peintures.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2835/img-4.png
Fichier image/png, 5,3M
Titre Fig.5 Jivan Naide
Crédits Photo © THERO, I., « Dambulla Rock Paintings », dans The Quaterly of the Cultural Triangle 2(2): 19-23.1984
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2835/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig.6 Temple de la dent, Kandy, Sri Lanka
Légende Peinture d’origine, lacunaire, et sa copie exposée après restauration au Temple de la dent
Crédits Crédit photographique : Béatrice Byer Bayle
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2835/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig.7 Wat Suthat, Bangkok Thailande 
Légende Toutes les colonnes et murs ont été peintes à l’origine en 1843.
Crédits Crédit photographique : Béatrice Byer Bayle
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2835/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig.8 Wat Suthat, Bangkok Thailande 
Légende Peintures murales en cours de restauration en 2008, suivant des cycles de restauration tous les 25 ans.
Crédits Crédit photographique : Béatrice Byer Bayle
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2835/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Byer Bayle, « Les politiques du passé face aux usages sociaux dans la restauration des temples bouddhistes », CeROArt [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://ceroart.revues.org/2835

Haut de page

Auteur

Béatrice Byer Bayle

Diplômée en conservation-restauration d’oeuvres peintes en 1996, au terme d’un double cursus à l’école d’art d’Avignon et au Courtauld Institute de Londres, Beatrice Byer-Bayle a travaillé pendant dix ans en France pour les musées publics, les monuments historiques et des collectionneurs privés. Un séjour à Singapour de 2006 à 2009 lui a permis d’obtenir une bourse de recherche financée par l’université de Melbourne. Ce Master II en conservation de matériaux culturels replace la question des politiques de conservation patrimoniales dans des contextes historiques pré et postcoloniaux, retraçant les transformations des systèmes de préservation des monastères bouddhistes en Thaïlande et au Sri Lanka. En Colombie depuis 2009, elle poursuit un travail de recherche en explorant les méthodes participatives dans la gestion et la conservation de sites patrimoniaux.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org