Navigation – Plan du site
Dossier

La politique de conservation-restauration du patrimoine en France

Vers une redéfinition ou redistribution des rôles ?
Roland May

Résumés

En France, la politique de conservation-restauration des biens publics patrimoniaux est fortement encadrée par la mise en place de contrôle et d’agents de l’État sans que, paradoxalement, aient été instaurés au sein ou auprès des institutions et lieux patrimoniaux, des restaurateurs. Ces trente dernières années ont vu des changements, assez faibles malgré la déconcentration et la décentralisation, puis plus rapides et radicaux dès la fin des années 1990, avec l’instauration des marchés publics et un rôle plus en retrait de l’État, soulignant ainsi le statut libéral de la conservation-restauration. Aujourd’hui ces changements sont arrivés plus ou moins à terme et il serait pertinent de (re)définir une politique publique en conservation-restauration.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La politique patrimoniale a considérablement évolué en France ces quarante dernières années, marquée par deux périodes : les années 80 avec l’affirmation d’une politique patrimoniale dynamique, volontariste… et centralisatrice, puis la fin des années 90 qui vont l’infléchir vers une dynamique et des responsabilités redistribuées.

  • 1  Sous l’appellation « patrimoine », nous n’avons pas inclus le patrimoine écrit et ses institutions (...)

2Cette évolution repose néanmoins sur un principe fondamental et constant en France: le patrimoine1 et ce qui lui est afférant, tel que la conservation-restauration est (plus ou moins) affaire de l’État. Essayer de décrire la politique de conservation-restauration, en France, des biens culturels publics est donc nécessairement réfléchir aux rapports que l’État et ses services ont établis avec les biens et les acteurs concernés: décideurs, propriétaires, gestionnaires culturels, intervenants restaurateurs…

3Le dispositif repose sur un jeu à acteurs multiples de nature différente, doté de règles établies par l’État et dont le positionnement s’est modifié au cours de ces quarante dernières années.

Un État régulateur et organisateur

  • 2  Par commodité, nous utilisons la notion de « patrimoine public », mais nous y incluons le patrimoi (...)
  • 3  Loi sur les Monuments Historiques 1913, loi sur l’archéologie 1941, loi sur les musées de France 2 (...)
  • 4  Cf article Architecte en chef des Monuments Historiques : on line, 25/10/2012 http://fr.wikipedia. (...)

4Hérité de la Révolution française et d’une vision centralisatrice, l’État, garant du patrimoine public2 et de sa transmission, légifère et réglemente depuis le milieu du XIXe siècle non seulement les procédures de patrimonialisation,3 mais également les actions en « conservation-restauration » par le biais de procédures de contrôle et la mise en place de « corps de professionnels du patrimoine » chargés de les appliquer. Ainsi fut créé un corps spécifique de « conservateurs » sous la Troisième République pour gérer les biens culturels et tenir les inventaires, ainsi fut mis en place, à partir de 1893, un concours pour sélectionner des architectes promus au rang d’architecte en chef des Monuments Historiques4.

  • 5  Création de l’École de Chaillot en 1887 pour former des architectes destinés à la conservation des (...)

5La politique française se distingue probablement de celle d’autres pays par cette volonté d’avoir des acteurs patrimoniaux à son service, à la fois « contrôleurs » et « exécuteurs » ayant répondu à des conditions d’accès et de formations spécifiques – concours, école -, établies ou contrôlées par l’État5.

Professionnaliser les acteurs patrimoniaux

  • 6  Et non universitaire afin de développer des formations professionnalisantes, spécifiques et hautem (...)

6C’est dans ce cadre que va se renforcer à partir des années 1970 et surtout au cours des années 1980 un paysage caractérisé par une volonté de professionnalisation et de qualification des acteurs patrimoniaux, sous l’égide du ministère de la Culture.6

7En 1977 est créé l’Institut Français de Restauration des Objets d’Art (IFROA)7 afin de former des restaurateurs et d’enrichir leurs compétences au regard de l’apprentissage en atelier. Elle vient s’ajouter à la seule formation universitaire existante alors, créée en 1973 : la Maîtrise de sciences et techniques (M.S.T.) Conservation - Restauration des biens culturels8 de l’université de Paris.

  • 9  Au début des années 1980, les conservateurs bénéficiaient de deux voies, l’une par concours et for (...)

8Cette professionnalisation va également toucher les conservateurs du patrimoine avec la mise en place en 1986 d’une École du Patrimoine9 . Celle-ci formera dans un moule commun les conservateurs des musées puis de tous les services patrimoniaux (inventaire, monuments historiques, archives) de l’État comme des collectivités territoriales. Lors de la mise en place de la filière culturelle de la fonction publique territoriale en 1991, une liste d’établissements devant être dirigée par des conservateurs sera établie à cet effet.

9ENP et IFROA se rejoindront en deux départements distincts sous une direction commune au sein de l’Institut National du Patrimoine.10

Le paradoxe de la conservation-restauration

  • 11  Le seul corps du ministère de la Culture ayant un rapport avec la conservation matérielle de biens (...)
  • 12  L’une des spécificités françaises est la quasi-absence à cette époque de restaurateurs employés au (...)

10Mais alors que l’État soutient ainsi la voie de l’excellence et organise la direction des établissements pour ses propres musées et ceux dépendant des collectivités territoriales, il ne s’engage pas dans un processus identique avec la création d’un corps de conservateurs-restaurateurs 11 destinés aux institutions publiques12. Si l’État, ministère de la Culture veille à délivrer une formation de haut niveau, aucun lien officiel (diplômant, statutaire…?) n’est établi entre cette formation et leur intervention sur du patrimoine public, laissant un paysage professionnel caractérisé par le statut libéral des restaurateurs oeuvrant sur des biens patrimoniaux publics.

 Un État centralisateur

11L’État préfère jouer un rôle de régulateur et exercer un contrôle sur ces activités par la création de services (et d’ateliers) à Paris, l’un pour les musées nationaux (1966), l’autre pour les musées territoriaux (1980). Ces services vont assurer la mise en place des opérations de restauration en y faisant venir les oeuvres – parisiennes ou de régions - et les restaurateurs choisis par leur soin. Ils vont également recommander des restaurateurs aux musées en région lorsque les œuvres sont traitées in situ ou dans les ateliers privés, que les œuvres appartiennent ou non à l’État.

12Cette politique volontariste, et incitative par le versement de subventions de restauration par l’État aux musées et aux communes respectant cette règle, se justifiait à l’époque par le souci de qualification et de garantie dans un domaine dépourvu de cadre réglementaire et où la profession affichait une composition diverse (formations universitaires, IFROA, en ateliers…). Ce dispositif reflète également l’époque fortement dominée par le centralisme et la vitalité de la scène parisienne, et une province patrimoniale encore assoupie.

Déconcentration et décentralisation

13Cette situation évolue à partir des années 1984, marquées par un mouvement de déconcentration et décentralisation et par l’émergence de politiques patrimoniales locales fortes dont les grands chantiers muséaux (Lyon, Grenoble, Nancy, Lille) vont être les emblèmes. Cette mutation majeure va mettre dix ans à s’affirmer et progressivement commencer à modifier la dynamique, faisant de l’État, dans certains cas, un accompagnateur et moins un incitateur.

14Mais cela ne va pas changer fondamentalement la donne en matière de conservation-restauration.

  • 13  Les DRAC seront les interlocuteurs et instructeurs de premier niveau ainsi que les attributaires d (...)
  • 14  Il faut attendre 2010 pour voir la création d’une Direction générale des Patrimoines regroupant mu (...)

15On aurait pu, à la faveur de la création des Directions régionales des Affaires Culturelles13 dans chacune des vingt-deux régions françaises imaginer par exemple, dans une politique d’aménagement du territoire, un maillage de « centres de restauration » à disposition des sites archéologiques, des Monuments Historiques ou des musées et proche des collections et du patrimoine….Ni le centralisme résistant, ni le cloisonnement administratif -Direction des Musées de France, Direction de l’Architecture du Patrimoine, Direction du Livre et de la Lecture…de l’époque- ne permirent la mise en place d’un tel processus14 de proximité et de transversalité.

  • 15  À titre indicatif la région Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur regroupent à elles seules pr (...)

16Les initiatives territoriales -hormis l’installation de plus en plus nombreuse de restaurateurs privés en région en raison du développement de marchés sur place15- se feront donc plutôt au gré des circonstances souvent locales, que l’État accompagnera plus qu’il n’initiera.

Des tentatives d’organisation…en région

17Ce phénomène se manifestera notamment par la création d’une vingtaine de centres de restauration soutenus ou voulus par des collectivités locales, avec l’appui de l’État. Leur création est souvent liée à une conjoncture ou un besoin de proximité, d’où la prédominance du domaine de l’archéologie. L’État va s’y impliquer en leur versant des subventions et en encourageant les musées voisins à leur confier des restaurations, comme pour les restaurateurs libéraux.

18Si quelques centres sont antérieurs aux années 1970-80, comme le Laboratoire d’archéologie des métaux (Nancy-Jarville),  créé en 1950, la plupart vont naître et se développer dans la période concernée. Ils se répartissent essentiellement dans la moitié est de la France : Lorraine, Franche-Comté, Rhône-Alpes16…), le Sud Ouest ou le Nord en sont quasi dépourvus. Les initiatives « peintures » seront plus tardives et moins reconnues par les services de l’État, car ce domaine restait volontairement l’apanage des services centraux évoqués précédemment17.

19Bien que n’obéissant à aucun aménagement scientifique ou opérationnel du territoire national, l’État va néanmoins les intégrer dans un « réseau » en leur reconnaissant des compétences, en leur confiant des travaux venus généralement des institutions patrimoniales de proximité, en les aidant et y instaurant des conseils scientifiques dans lesquels l’État siégera.

…à Paris

  • 18  Les aides financières de restauration étaient attribuées par les services centraux et furent les d (...)

20Dans ce contexte caractérisé par un centralisme fort, avec les services nationaux à Paris, un contrôle par le biais du réseau et par l’attribution d’aide à la restauration18 pour les musées , il faut quand même signaler une tentative de politique nationale vers le milieu des années 1990 avec le projet de création d’un centre national de restauration à Paris (Fort d’Aubervilliers) regroupant le domaine des musées et des Monuments Historiques  et s’appuyant sur des centres interrégionaux satellites. L’idée en restera au stade... de l’idée.

21Se réalisera finalement un centre dédié exclusivement aux musées (C2RMF19 en 1998, regroupant les ex-services pour les musées nationaux et territoriaux, ainsi que le laboratoire de recherche des Musées de France). Le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques (LRMH20, Champs-sur-Marne créé en 1970) gardera son autonomie. Seul à Marseille s’esquisse un centre interrégional, grâce à une volonté locale et le soutien des services « déconcentrés » de l’État, il sera maintenu et connaîtra une évolution autonome et à ce jour unique en France21 .

Un statu quo de courte durée

22Ce dispositif montre donc à l’époque, une politique fortement encadrée par l’État, ministère de la Culture, dans le domaine des musées. Ses services nationaux et la présence des formations qualifiantes quasi exclusivement à Paris laissent donc, même avec le « réseau des centres de restauration» et quelques restaurateurs indépendants en région, un contexte très centralisé hérité des années 1970, alors que d’importants changements de politique culturelle avaient eu lieu avec l’émergence des politiques locales et la déconcentration.

  • 22  Il n’y a pas eu création d’ateliers centraux comme ce fut le cas pour les musées et la « culture » (...)

23Dans le domaine des Monuments Historiques, la présence de l’État est tout aussi forte, puisque pour les objets mobiliers protégés à ce titre, les travaux sont ordonnés et suivis par les fonctionnaires de l’État (Conservation régionale des Monuments Historiques, DRAC), quel que soit le propriétaire -État, collectivités territoriales, association ou privé. Si l’impact parisien est moins fort22, les principes et les pratiques sont les mêmes, à savoir l’État définit les problématiques de restauration, choisit en tant que maître d’ouvrage délégué les opérateurs (sur des critères de compétences et de formation qui ne sont pas forcément les mêmes que ceux retenus par les services des musées) et suit le déroulé des opérations. Les collectivités propriétaires ne sont pas nécessairement impliquées, hormis financièrement, dans tout ce processus très technique et « aux mains » de spécialistes.

Le tournant au milieu des années 90

24Cette donne va profondément changer au milieu des années 1990 , en raison d’abord du long processus de repositionnement de l’État au profit des acteurs locaux, amorcé en 1984, et qui s’accélère au milieu de la décennie 90 avec un État moins doté et des collectivités plus volontaristes. Elle va aussi et surtout changer,  bouleversée par l’obligation pour les puissances publiques de mise en concurrence pour tous travaux, même de conservation-restauration.

  • 23  La loi sur les Musées de France du 4 janvier 2002 peut être considérée comme la concrétisation des (...)

25Les vingt années qui suivent seront marquées par ce glissement où la logique et l’enjeu de chacun dans cette redistribution des cartes primeront au gré des circonstances, aux dépens d’une politique nationale moins présente à partir de 200223.

Vers une « redistribution » des rôles ?

26Probablement, le facteur le plus important fut la mise en place des procédures de mise en concurrence, car elles mirent en exergue le caractère libéral laissé à ce domaine et à cette profession en France. Les pratiques antérieures avaient peut-être trop fait oublier cette dimension économique.

De nouvelles règles : les marchés publics

27Le choc est important, car la communauté patrimoniale doit admettre que la restauration d’œuvres d’art suit dorénavant des procédures administratives similaires à toute autre prestation publique –travaux, commandes de fourniture de bureau,… – et ne bénéficie pas d’un traitement particulier en raison de son caractère culturel. Ce ressenti est d’autant plus marqué que les habitudes décrites précédemment n’avaient pas préparé les acteurs de ces marchés à ce dispositif, ni les responsables de biens culturels ou les restaurateurs, car les opérations se montaient de gré à gré entre eux, ni les services administratifs pour lesquels le domaine de la restauration — et sa spécificité — était quasi inconnu.

28Alors que l’État était le garant, le négociateur voire le décideur, voilà que la confrontation se fait en direct entre donneur d’ordre et prestataire, par dossier interposé alors que

  • le conservateur du musée n’est pas spécialiste en restauration,

  • le restaurateur est souvent un libéral isolé jouant à la fois au restaurateur, au comptable, au « monteur de dossiers de consultation »

  • l’administrateur ou le financier propriétaire n’a pas de repère et ne cerne pas la spécificité de ces opérations…

  • 24  Méconnaissance empreint quelques fois de méfiance tant du restaurateur isolé face à une mécanique (...)

29Une relation complexe s’installe, due très souvent à une méconnaissance24 réciproque des deux parties, l’État médiateur, voire exécuteur, n’étant plus nécessairement présent dans la décision. Le malaise est là, d’autant que la situation économique n’est pas propice et que de jeunes restaurateurs continuent à arriver sur ce marché concurrentiel, mais bien étroit et dépendant en grande partie des politiques et fonds publics.

Un État recentré

30Peut-être est-on passé trop rapidement d’un système trop protégé -trop confisqué ?- à un système où domine le cadre des marchés, d’autant que la politique nationale fondée sur la présence et un encadrement certain de l’État -légalement, financièrement- s’est elle aussi redéfinie progressivement, en se repositionnant principalement sur ses propres biens culturels, et en se limitant à un « contrôle scientifique et technique » sur les opérations de conservation-restauration des biens culturels non nationaux.

31Ainsi les services des Monuments Historiques, depuis 2009, n’assurent plus de maîtrise d’ouvrage déléguée au profit des communes : c’est aux communes de définir le cahier des charges, de trouver le prestataire… L’État valide, à la lecture du dossier présenté, l’opération, par une autorisation de travaux et exerce ainsi son contrôle. Tout le travail en amont, pourtant capital (problématiques, cahiers des charges) et indispensable pour les petites communes totalement démunies de référent culturel, est ainsi, d’une certaine façon, légalement délaissé25.

  • 26  Ce qui a pu susciter un questionnement sur la relation entre un éventuel avis négatif de cette ins (...)
  • 27  Le C2RMF maintient une assistance importante, héritée en partie des pratiques antérieures, dont on (...)

32Pour les musées, la loi de 2002 a institué des commissions de restauration au niveau régional, pour donner un avis sur les opérations envisagées26, et dans beaucoup de cas, toute l’opération de restauration repose sur la responsabilité du conservateur27 et les services de la collectivité.

33La mise en place de la concurrence a également rendu obsolète la notion de « réseau » des centres de restauration, tel qu’il était envisagé dans les années 1985-1995 : alors que chacun pouvait se positionner au regard du travail qui lui était confié par les institutions, sur l’impulsion ou les recommandations de l’État, aujourd’hui ces centres sont concurrents entre eux annulant aussi toute perception « territoriale », et fragilisant une certaine entente et collaboration cordiales.

Réflexions et perspectives pour une politique nationale

34Que dire alors actuellement en terme de perspective de politique nationale ?

  • 28  Le dossier de regroupement et de délocalisation du C2RMF et du LRMH à Cergy Pontoise initié en 200 (...)

35Ces dernières années furent une période de changement profond, évoquée précédemment. L’État fut lui-même pris dans le jeu complexe de sa propre réorganisation28 .

  • 29  De nombreuses formations soit initiées par l’INP (formation permanente) soit par les associations (...)

36Cette période de « nouvelle donne » est probablement arrivée à son terme. Certains points se sont réglés. Paradoxalement la crise économique peut être facteur de créativité, d’arbitrage et de projet constructif. Les règles du jeu tel que marché, maîtrise d’ouvrage…, sont maintenant mieux connues29.

Un domaine à fort potentiel

37On peut espérer une évolution favorable progressive à condition de (re)définir les rôles de chacun à partir de la nouvelle donne qui s’est mise en place : un État qui (re)précise ses missions fondamentales, des collectivités qui s’entourent de compétences nécessaires, des professionnels de la conservation (responsables de biens culturels comme conservateurs-restaurateurs) qui assurent, chacun à leur place, leur mission et leur compétence.

  • 30  J’inclus dans « cette excellente professionnalisation » non seulement les conservateurs-restaurate (...)
  • 31  Art L 452-1 Code du patrimoine
  • 32  On peut regretter pour l’instant une absence d’uniformisation légale en matière de conservation-re (...)
  • 33  Difficile dans la fonction publique, car les corps et leur condition d’accès (concours) ne corresp (...)

38Des repères positifs existent : notamment l’excellente professionnalisation30 dans ce domaine, souvent enviée à l’étranger, l’identification légale des professionnels de la conservation-restauration autorisés à intervenir sur les collections musées de France31,  qui est une base importante sur laquelle se reposent aussi de plus en plus les Monuments Historiques32 pour les objets mobiliers….La conservation préventive a contribué à des politiques d’établissement intégrant mieux la matérialité des biens culturels et des musées. Sans créer de postes de restaurateurs33 à demeure, elles font appel de manière plus régulière à des restaurateurs pour des opérations de suivi et ceci en adéquation avec les mises en concurrence.

39Mais il ne faudrait pas limiter une réflexion sur une politique nationale en conservation-restauration aux seules questions de rôles, de responsabilité et de procédures. Elle devrait se caractériser aussi par une ouverte de ce domaine, considéré souvent comme une affaire de spécialistes, vers le public, voire la population, et s’afficher comme une politique corollaire non seulement à celle des domaines patrimoniaux (musées, Monuments Historiques), mais aussi à celle de la création contemporaine (FRAC, 1% artistique).

40Au regard de la richesse et de la variété du patrimoine artistique et patrimonial français, des potentialités et de la donne actuelle (règles administratives, repositionnement de l’État, révision des politiques publiques…), cette réflexion pourrait reposer sur trois axes 

Identification et répartition des compétences

41Une répartition claire des compétences de chaque acteur dont l’État, ministère de la Culture, serait garant sans être nécessairement un intervenant dans chacun de ces champs de compétence. L’État se positionnerait sur des missions fondamentales à savoir : éditer des règles soulignant la spécificité des biens culturels et le besoin d’une approche particulière et de qualité, exercer son rôle de « contrôle scientifique et technique », être acteur là où aucune autre structure ne peut être présente, et enfin être un référent dans des champs expérimentaux.

42Les compétences opérationnelles seraient bien entendu assumées par une profession de conservateurs-restaurateurs bien identifiée, mieux structurée et dans une application appropriée des procédures de marché.

  • 34  L’éventail juridique permet d’envisager des collaborations multiples
  • 35  On peut penser par exemple aux spécialisations d’Arc antique (objets trouvés en milieu marin) ou A (...)

43Cette configuration pourrait -devrait ?- être renforcée par un aménagement territorial doté de quelques centres publics34 ayant des missions d’assistance de proximité et éventuellement des compétences plus ciblées35, afin de pallier cette caractéristique française d’absence de restaurateurs au quotidien dans les établissements ou services patrimoniaux.

44Cette dynamique globale, plus proche des établissements et des collectivités, pourrait ainsi se construire sur un schéma de complémentarité – la notion de « réseau » prendrait alors un nouveau sens -, fondée sur une répartition non pas en terme de travaux (ceux-ci relevant de la concurrence), mais de compétence d’accompagnement et d’assistance en fonction des problématiques identifiées.

Reconnaissance de la profession de conservateur-restaurateur

  • 36  La prise de conscience de la part des responsables des collections d’être en relation avec une pro (...)
  • 37  On note par exemple que la loi Musées de France (art. L452-1) indique une nécessaire référence de (...)

45Une réflexion sur l’exercice du métier de conservateur-restaurateur dont l’isolement,  le côté artisanal, et aussi un certain individualisme sont souvent des facteurs de faiblesse par rapport aux règles économiques actuelles, semble nécessaire. Une meilleure reconnaissance de leur apport scientifique à la connaissance et la préservation des œuvres par le biais de rapports de restauration ou autre prestation -participation à des expositions, à des recherches- et la prise en compte économique de certaines démarches nécessaires à la préparation ou réalisation d’une opération de restauration,36 permettraient de leur offrir une meilleure assise financière et en accord avec le niveau de qualification requise par exemple par le Code du patrimoine. L’enjeu est d’améliorer des modalités de fonctionnement soulignant la spécificité et l’attention induites par la patrimonialité des biens culturels tout en respectant le cadre administratif. Là encore, l’État pourrait probablement préciser des modalités ou inciter à des pratiques sans entraver des principes culturels et économiques37.

Une politique globale et citoyenne

46Enfin cette politique nationale devrait être globale et citoyenne afin que la conservation-restauration ne soit pas ressentie comme uniquement une affaire de spécialistes.  

47Globale signifie que n’ont été pris en compte jusqu’à présent et principalement, que les biens patrimoniaux, protégés au titre des Monuments Historiques ou présents dans les collections des Musées de France, ce que relate ce court article.

48Il y a des domaines qui n’ont pas tout à fait intégré cette démarche comme les Fonds Régionaux d’Art contemporain créés en 1982 et dont beaucoup n’ont pas de politique ou de soutien spécifique en conservation-restauration, alors qu’on assiste, en ce moment, à la réalisation de FRAC de nouvelle génération, gérant de plus en plus des collections historiques. Si leur objectif principal est bien entendu tourné vers la création, celle-ci engendre une collection en puissance avec ses problématiques de pérennisation, de transmission…

49Il en est de même pour le 1% artistique créé en France en 1951, pour encourager l’intervention artistique dans toute construction publique. Même si certains dispositifs récents mentionnent la nécessaire prise en compte de la conservation lors de la réalisation de l’œuvre, l’art dans l’espace public, en général, posera dans les années à venir la question de sa conservation puis de sa conservation-restauration. La politique nationale devrait, dès qu’il y a initiative publique, intégrer ou susciter l’intégration de la globalité du processus – achat, commande, patrimonialisation/pérennisation –et ce quel que soit le secteur administratif (musées de France, Monuments Historiques, FRAC, CNAP, commandes publiques…) afin de sensibiliser les acteurs aux enjeux présents et futurs.

  • 38  Il faut considérer à part des opérations à grand écho médiatique tel que la restauration de la Gal (...)

50Citoyenne enfin en incitant une politique de communication, d’information destinée à la population (et pas seulement au public) pour mieux faire connaître ce domaine, sa complexité, sa démarche inter et pluridisciplinaire, sa déontologie, ses acteurs... On ne peut (plus) décrocher un tableau d’une église, laisser un mur vide et le réaccrocher 5 ans plus tard sans que les visiteurs, les fidèles, les habitants du quartier n’aient l’occasion d’en comprendre l’absence, les travaux menés et le coût. Le monde patrimonial s’est considérablement ouvert au public et la politique des publics a été remarquable en France. Il serait aisé et très fructueux d’y greffer selon les circonstances, de telles manifestations. Dans la plupart des cas, les opérations de conservation-restaurations sont d’abord des opérations de proximité38 : c’est le cas des campagnes pour une réouverture de musée comme de restauration isolée: c’est bien souvent un moment privilégié de redécouvrir ce qui est proche de nous : alors, pourquoi ne pas provoquer un petit évènement, quelques panneaux, quelques conférences…, lors des réouvertures de musées ou de réaccrochage d’œuvres dans les églises ?

51Face aux mutations et aux enjeux esquissés ci-dessus, l’intérêt d’une politique nationale définissant ou confortant, au regard des compétences nécessaires, le rôle des acteurs serait de sortir la conservation-restauration d’une certaine confidentialité, et d’essayer de lui donner une considération et une adhésion publiques dans l’affirmation de sa spécificité culturelle, scientifique et technique.

Haut de page

Notes

1  Sous l’appellation « patrimoine », nous n’avons pas inclus le patrimoine écrit et ses institutions, archives et bibliothèques, de même l’article porte quasi exclusivement sur le patrimoine mobilier. Nous n’abordons guère la question de la conservation préventive pourtant aujourd’hui une donnée clef et qui a beaucoup fait évolué les mentalités même en conservation-restauration : un aperçu de cette politique nationale mise en place à partir de 2000 peut être vu in JL.Boutaine, M.Dubus, JJ.Ezrati, E.Féau, R.May : « La mise en place d’une politique nationale dans les musées de France : d’une cellule à un département de conservation préventive », Techné, 34, pp.13-23 et D.Guillemard, R.May, A. DeWallens : « Conservation préventive, conception et structuration d’une pensée », Techné 34, 2011, pp.25-36

2  Par commodité, nous utilisons la notion de « patrimoine public », mais nous y incluons le patrimoine privé protégé au titre des Monuments Historiques et qui, dans le domaine de la conservation-restauration, relève des mêmes dispositifs que le patrimoine public

3  Loi sur les Monuments Historiques 1913, loi sur l’archéologie 1941, loi sur les musées de France 2002, Code du patrimoine 2004

4  Cf article Architecte en chef des Monuments Historiques : on line, 25/10/2012 http://fr.wikipedia.org/wiki/Architecte_en_chef_des_monuments_historiques

5  Création de l’École de Chaillot en 1887 pour former des architectes destinés à la conservation des Monuments Historiques

6  Et non universitaire afin de développer des formations professionnalisantes, spécifiques et hautement qualifiées dans la tradition française des grandes Écoles. Les articles de presse qualifieront ainsi la nouvelle École Nationale du Patrimoine en 1989 de « L’ENA des métiers du patrimoine »

7  http://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_national_du_patrimoine_(France); www.inp.fr

8  L'UFR 03 Histoire de l'art et Archéologie de l'Université Paris 1 a créé en 1973 une formation professionnelle aux métiers de la conservation - restauration des œuvres d'art, des objets et des sites archéologiques et ethnologiques : Il s'agissait de la première (et encore actuellement de l'unique) filière française de formation à ces professions qui soit intégrée dans un cursus universitaire sanctionné par un diplôme national. http://www.univ-paris1.fr/ufr/ufr03/masters-recherche/master-1-conservation-restauration-des-biens-culturels/

9  Au début des années 1980, les conservateurs bénéficiaient de deux voies, l’une par concours et formation in situ pour les conservateurs d’État, cursus universitaire et stage dans un musée validé par l’État pour les conservateurs territoriaux. Afin de doter les musées français de professionnels bien formés, le Ministère créa une école pour ces deux « corps » de conservateurs au sein de l’École du Louvre (1986-1989) puis l’individualisa en École Nationale du Patrimoine (1990-2000) transformée en Institut national du Patrimoine en y intégrant l’IFROA (2011). À l’origine exclusivement consacrée aux musées, elle eut rapidement comme mission de former tous les spécialités (archives, monuments historiques, inventaires, musées et archéologie) avec une formation théorique commune entre les agents de l’État et ceux destinés aux collectivités territoriales.

10  www.inp.fr

11  Le seul corps du ministère de la Culture ayant un rapport avec la conservation matérielle de biens culturels est celui des « chefs de travaux d’art » : « Les membres du corps de chef de travaux d'art sont chargés de tâches d'encadrement du personnel et assurent la responsabilité du fonctionnement soit des ateliers de restauration ou de production artistique, soit d'équipes chargées de la conservation et de la mise en valeur des parcs et jardins nationaux. Ils peuvent également être chargés soit de réaliser des travaux nécessitant une qualification technique de haut niveau, soit d'effectuer des travaux d'inventaire ou d'analyse d'oeuvres ou d'objets d'art.

Les chefs de travaux d'art sont affectés notamment au Mobilier national et aux Archives nationales ou dans les musées nationaux, les bibliothèques, les domaines nationaux ou les manufactures nationales.

Ils peuvent se voir confier des responsabilités particulières à l'administration centrale, dans les services déconcentrés ou dans les établissements publics relevant du ministre chargé de la culture. Ces missions peuvent avoir un caractère administratif, technique, pédagogique ou d'inspection » extrait de http://www.publicjob.fr/dossiers-carriere/fonction-publique/195/chefs-de-travaux-d-art.html

Leur présence dans les musées nationaux est très faible. La majorité d’entre eux oeuvre dans le secteur du patrimoine écrit

12  L’une des spécificités françaises est la quasi-absence à cette époque de restaurateurs employés au sein des établissements même des plus importants. Ce constat commence à évoluer lors de la mise en place des établissements publics qui vont alors contractualiser avec des restaurateurs.

13  Les DRAC seront les interlocuteurs et instructeurs de premier niveau ainsi que les attributaires des subventions de l’État. Il est à noter que dans le domaine des musées, les crédits de restauration furent les derniers à être déconcentrés en 2000 soit 12 ans après les premières nominations de conseillers musées, et ceci après une longue phase expérimentale mise en place en Rhône-Alpes à partir de 1992

14  Il faut attendre 2010 pour voir la création d’une Direction générale des Patrimoines regroupant musée, monuments historiques, archéologie, archives et destinée à mener une politique patrimoniale globale

15  À titre indicatif la région Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur regroupent à elles seules prés de 300 musées sur lesquels l’État exerce un « contrôle scientifique et technique »

16  http://www.culture.gouv.fr/culture/conservation/fr/laborato/laborato.htm permet de se faire une idée sous les appellations laboratoire et centres de conservation-restauration. En Rhône-Alpes, par exemple existent 4 de ces centres : Vienne, le CREAM (objets archéologiques, céramique, verre…) , Saint-Romain-en-Gall (mosaiques), Lyon, atelier textile du  Musée des Tissus et Grenoble, Arc-Nucléart (bois gorgés d’eau)

17  Normandie patrimoine, Centre régional de conservation-restauration des biens culturels de Basse-Normandie créé en 1995 ,  Centre de conservation et de restauration du patrimoine 66, Perpignan créé en 1998

18  Les aides financières de restauration étaient attribuées par les services centraux et furent les derniers crédits, en matière de subvention aux musées, à être déconcentrés en DRAC en 1999. Seule la DRAC Rhône-Alpes bénéficia dès 1992 d’une déconcentration partielle puis totale en 1996 avec la mise en place d’une politique expérimentale de commission régionale qui fut généralisée quelques années plus tard dans le cadre de la loi sur les musées de France

19  www.c2rmf.fr

20  www.lrmh.fr

21  www.cicrp.fr , le centre vient de changer d’appellation passant de Centre  interrégional à  Centre Interdisciplinaire de conservation et de restauration du patrimoine, illustrant, 10 ans après sa création, de l’obsolescence d’un schéma aménagement territorial

22  Il n’y a pas eu création d’ateliers centraux comme ce fut le cas pour les musées et la « culture » de la déconcentration est bien plus ancienne que pour les musées

23  La loi sur les Musées de France du 4 janvier 2002 peut être considérée comme la concrétisation des années 1980 réaffirmant le rôle et la place de l’État dans le domaine des musées publics : elle comprend certains principes hérités de cette période : un label  «  musée de France », la mise en place d’une « situation de péril » pour les collections avec une possibilité théorique d’intervention de l’État très forte qui n’est pas sans rappeler un dispositif dans la loi sur les Monuments Historiques…..de 1913 ! Mais elle acte aussi le changement avec l’affirmation du contrôle scientifique de l’État qui certes, ancre sa présence, mais en même temps lui donne une position de recul face aux musées territoriaux et aux grands établissements publics nationaux qui s’imposent comme des opérateurs autonomes.

24  Méconnaissance empreint quelques fois de méfiance tant du restaurateur isolé face à une mécanique administrative lourde que de cette même administration qui considère le travail de restauration comme une simple prestation d’artisan ou d’entreprise

25  De nombreux outils sont créés face à cette situation : à titre d’exemple http://edifices-parcs-proteges-champagne-ardenne.culture.fr/pdf/guide_mh_-_restaurer_un_monument_-_elus_locaux.pdf et bien entendu les services de l’État tentent d’accompagner le mieux possible, mais sans l’obligation – ni les moyens – des périodes passées.

26  Ce qui a pu susciter un questionnement sur la relation entre un éventuel avis négatif de cette instance scientifique et une décision prise par une commission des marchés.

27  Le C2RMF maintient une assistance importante, héritée en partie des pratiques antérieures, dont on verra les possibilités de poursuite dans le double contexte du positionnement futur de l’État et des moyens humains et budgétaires

28  Le dossier de regroupement et de délocalisation du C2RMF et du LRMH à Cergy Pontoise initié en 2007 a suscité un attentisme certain qui vient de recevoir une réponse ministérielle d’ajournement du projet

29  De nombreuses formations soit initiées par l’INP (formation permanente) soit par les associations de professionnels ont été proposées. La formation initiale de  l’INP essaye de sensibiliser les jeunes restaurateurs au contexte professionnel qui les attend

30  J’inclus dans « cette excellente professionnalisation » non seulement les conservateurs-restaurateurs et les conservateurs, mais aussi les scientifiques du patrimoine, les gestionnaires patrimoniaux…  la qualité et la reconnaissance de leur formation et professionnalisme sont la base de tout dispositif, car garant de la bonne conservation et pérennisation du patrimoine

31  Art L 452-1 Code du patrimoine

32  On peut regretter pour l’instant une absence d’uniformisation légale en matière de conservation-restauration entre ces deux grands domaines patrimoniaux

33  Difficile dans la fonction publique, car les corps et leur condition d’accès (concours) ne correspondent pas aux qualifications des restaurateurs, cette présence plus marquée et plus régulière peut parfaitement se faire par voie contractuelle ou même marché

34  L’éventail juridique permet d’envisager des collaborations multiples

35  On peut penser par exemple aux spécialisations d’Arc antique (objets trouvés en milieu marin) ou Arc Nucléart (bois gorgés d’eau)..

36  La prise de conscience de la part des responsables des collections d’être en relation avec une profession libérale et non avec des interlocuteurs extérieurs semi-publics, images issues des pratiques des années 80 n’est pas encore complète. Les réponses aux appels d’offres ou les procédures d’aller-voir peuvent demander un investissement intellectuel et un temps de travail conséquent et ne sont pas rémunérées ou indemnisées à la différence d’autres corps de métier, or la qualité et la pertinence des réponses au cahier des charges est une garantie pour l’opération future et devrait être compensée financièrement pour les candidats non retenus

37  On note par exemple que la loi Musées de France (art. L452-1) indique une nécessaire référence de formation des conservateurs et un examen a priori des projets de restauration dans le cadre des commissions au sein des musées nationaux et dans chaque région (ou interrégion), mais ne fixe aucune règle ou recommandation sur l’équipement (traitement, sécurisé….) des ateliers privés pourtant susceptibles de recevoir des collections publiques

38  Il faut considérer à part des opérations à grand écho médiatique tel que la restauration de la Galerie des Glaces de Versailles ou la Sainte-Anne du Louvre. Si une politique nationale définie par l’État est une condition sine qua non, la prise de conscience d’une politique locale de conservation-restauration en tant que facteur culturel, mais aussi économique (l’opération de restauration comme les retombées) constituera la garantie d’une réussite « sur le terrain » et une dynamique d’appropriation des élus et des concitoyens de leur patrimoine

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roland May, « La politique de conservation-restauration du patrimoine en France », CeROArt [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://ceroart.revues.org/2818

Haut de page

Auteur

Roland May

Roland May, historien et archéologue de l’Antiquité, est conservateur en chef et directeur du CICRP (Centre interrégional de conservation-restauration du patrimoine). Chargé de cours à l'École du Louvre (conservation préventive 2000-2006), à l'Université de Saint-Étienne (Histoire et administration des musées en France), à l'Université de Paris I (conservation et gestion des collections), il coordonne régulièrement des séminaires de formation continue à L’INP ainsi qu’à l’étranger (Chine, Indonésie). Roland May est membre de la commission Collection du Conservatoire National des Arts et Métiers, ainsi que du comité européen de normalisation des biens culturels.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org