Navigation – Plan du site
Electron libre

Politiques de conservation : les mots et les choses

Libre entretien
Gaël de Guichen

Texte intégral

1MVB : Vous avez, pendant plusieurs décennies, occupé d’importantes fonctions au niveau d’un organisme international, l’ICCROM. Au contraire de l’ICOMOS et de l’ICOM  qui sont des organismes non gouvernementaux, l’ICCROM se présente comme un organisme intergouvernemental. Quelle différence ?

2Pour répondre, situons les choses dans leur contexte. À la fin de la Deuxième Guerre mondiale, de nombreuses restaurations furent entreprises sur des monuments qui avaient été endommagés. Ces travaux furent réalisés sans le professionnalisme et la documentation nécessaires. Quelques spécialistes s’en sont émus et demandèrent à l’UNESCO de créer en son sein un bureau technique auquel il serait possible de faire référence. Au vu de l’importance du problème, l’UNESCO pensa qu’il serait préférable de créer un petit organisme intergouvernemental indépendant. Cette proposition fut entérinée par l’Assemblée générale de l’UNESCO réunie à Delhi en 1958. Appelée « Centre international d’études pour la Conservation et la restauration des biens culturels », l’organisation est depuis lors basée à Rome, hôte du gouvernement italien. Appelée par simplification au début « Centre de Rome » puis « Centre international pour la conservation », elle est connue sous le nom de ICCROM depuis 1978. Commencée avec 5 pays membres, l’organisation en réunit aujourd’hui 133.

3Les différences entre organismes non gouvernementaux et intergouvernementaux sont nombreuses. La principale est que sont membres d’un organisme intergouvernemental des pays faisant acte de candidature et évidemment payant une cotisation proportionnelle à leur PIB, alors que sont membres d’un organisme international des individus ou des institutions avec une cotisation identique pour tous. En pratique, en 2012, l’ICCROM compte 133 pays membres dont la cotisation va de 794.581 € pour les États-Unis à 360 € pour les Seychelles qui est le dernier pays devenu membre de l’ICCROM, le 2 mars 2012 ; de son côté, l’ICOM a 25.000 membres payant en général 50 € annuellement.

4La seconde différence majeure est que l’Assemblée générale d’un organisme intergouvernemental est constituée par les délégués nommés par leur gouvernement dans un cas, alors que, dans le cas d’un organisme non-gouvernemental, l’Assemblée générale est constituée de tous les individus en règle avec leur cotisation.

5De ceci résulte une plus grande liberté d’action et d’opinion pour un organisme non-gouvernemental qui va agir à titre professionnel alors que les programmes et les décisions des organismes intergouvernementaux seront plus politiques et pourront avoir des conséquences très graves pour l’organisation (voir la décision de l’UNESCO en novembre dernier d’accepter la Palestine, ce qui a entraîné le non-payement de la cotisation des États-Unis).

6MVB : Y a-t-il, au sein de l’ICCROM, une « politique de la maison », sorte de vision définie à plus ou moins long terme ?

7Créé en 1958, le Centre d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels, appelé l’ICCROM est un organisme transversal, travaillant sur tout ce qui constitue le patrimoine culturel tangible mobilier et immobilier : sites archéologiques, paysages, villes et monuments historiques, archives, bibliothèques et musées. Les statuts de l’ICCROM donnent le cadre des  5 activités :

  • Recueillir la documentation

  • Formation et recyclage des professionnels déjà engagés

  • Coordination de la recherche

  • Missions techniques

  • Sensibilisation du public.

8Quand on sait que l’ICCROM, avec un personnel de 36 personnes, dont 21 techniciens et 15 administrateurs, doit « servir » ses 133 pays membres et aider ceux qui pourraient le devenir, vous avez compris que la mission est impossible et qu’il faut faire des choix drastiques.

9Il faut constater que l’ICCROM, depuis 50 ans, s’est fait connaître dans 3 secteurs principaux :

  • la documentation avec une bibliothèque unique au monde constituée, entre autres, de 89.000 publications en 40 langues;

  • la formation dans un milieu international et interculturel ;

  • la sensibilisation du public.

10Les deux autres secteurs (recherche et missions) sont hors de portée de l’organisation aujourd’hui, bien que certains délégués des pays membres rêvent d’embarquer l’ICCROM dans ces directions.

11Pour être pragmatique, l’ICCROM va tenter de trouver des axes qui répondent aux problèmes d’au moins 50 % des pays membres. L’ICCROM va jouer les poissons-pilotes, créer les cadres des actions, concevoir les instruments les plus adaptés et passer le témoin.

12Avec le temps, il est intéressant de noter que l’ICCROM, dès 1963, crée un cours pour architectes responsables du patrimoine historique, en 1968 crée le premier programme de conservation et restauration des peintures murales, et en 1973, créera le premier cours pour un public de conservateurs, de scientifiques, d’architectes et de restaurateurs (aujourd’hui appelé conservateurs-restaurateurs). C’est aussi à l’ICCROM que fut créé le premier cours de conservation préventive, il y a quand même 37 ans !

  • 1  Simon LAMBERT, « RE-ORG: A methodology for reorganizing museum storage developed by ICCROM and UNE (...)

13Pour ne parler que des dix dernières années, l’ICCROM a pris une part importante dans le développement de la méthode d’évaluation des risques qui va devenir un outil essentiel pour une bonne politique de conservation préventive, dans des cours pour la sauvegarde du patrimoine dans les zones en conflit, dans des cours pour favoriser la prise de décision de manière pluridisciplinaire, et, dans un domaine plus pratique dans la conception de méthodes pour la réorganisation des réserves ( voir le site http://www.re-org.info, et sa présentation dans CeROArt par Simon Lambert1, RE-ORG: A methodology for reorganizing museum storage developed by ICCROM and UNESCO)

14MVB : Par qui sont proposées ces orientations ? Et quels sont les acteurs de sa mise en œuvre?

15Ces choix qui vont engager l’ICCROM pour au moins 10 ans sont faits sur proposition du Conseil par l’Assemblée générale des pays membres, qui a lieu tous les deux ans en novembre à Rome. Le conseil est formé par 26 professionnels élus par l’Assemblée générale. En général, ces professionnels ont de hautes responsabilités dans leur pays, mais cependant leurs champs d’action se limitent à un type de patrimoine, à leur pays et rarement même à leur continent. Aussi leur décision sera basée sur des propositions des membres du personnel de l’ICCROM qui, étant en contact permanent avec les professionnels des pays membres, sont idéalement placéspour identifier les problèmes posés par la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine dans le monde, et pour proposer des solutions. Mais avant de proposer des orientations, le personnel de l’ICCROM se doit de les justifier, de s’assurer que la plupart des pays membres en seront bénéficiaires, de fixer les objectifs et de proposer un plan d’action adéquat (partenaires, financement, durée, etc.). Ceci se fera en réunissant des spécialistes, en leur présentant la situation et en définissant ensemble un projet qui sera présenté au Conseil puis à l’Assemblée générale.

16Si l’orientation et le plan sont acceptés par l’Assemblée générale, l’ICCROM les met en application au niveau international pour une durée moyenne de dix ans. Il reviendra aux pays membres, s’ils le désirent, de mettre en œuvre au niveau national (en les adaptant si besoin est) les solutions proposées.

17MVB : N’y a-t-il pas un risque de vouloir proposer des solutions politiquement « orientées » ?

18Avant tout, il y a un énorme risque de ne pas se comprendre. Je vais vous donner un exemple frappant. Dans nos cours, ateliers, séminaires, conférences, nous n’avons jamais moins de 15 nationalités différentes et souvent beaucoup plus.

19La langue commune sera parfois l’arabe, quelquefois l’espagnol, l’italien ou le français, mais dans 70 % des cas ce sera l’anglais… enfin un ensemble de mots communs qui ressemble à de l’anglais et qui est prononcé de telle manière qu’un anglais ne peut pas comprendre. En 1979, j’ai eu la révélation au début d’un cours de 4 mois que chacun des 18 participants avait une compréhension différente des mots conservation et restauration. Or, les mots conservation et restauration allaient revenir fréquemment évidemment. Je leur ai demandé de mettre par écrit, en 5 lignes, leur définition de ces deux mots. Un festival ! 18 définitions différentes… Comme il n’existait pas de définitions « officielles », nous nous sommes mis d’accord sur ce que signifiaient ces mots pour notre groupe.

20Depuis lors, j’ai fait ce petit jeu avec tous les groupes auxquels j’ai enseigné, ce qui fait quand même environs 200 dans 45 pays. J’ai ainsi collectionné environ 1500 définitions des mots « conservation » et « restauration », toutes différentes les unes des autres. Dans ces conditions, comment pouvons-nous entre professionnels nous comprendre, comment peut-on espérer une traduction simultanée correcte lors d’une conférence de l’ICOM-CC ou de l’IIC  ? Comment peut-on faire une recherche exhaustive en bibliothèque ? Comment pouvons-nous nous faire comprendre par les clients, les responsables administratifs, les journalistes, les politiques et le public ? Comment peut-on espérer avoir une politique cohérente ?

21À titre indicatif, j’ai relevé dans une des dernières publications de l’IIC les paroles : prevention, indirect conservation, passive conservation, preventive conservation, preservation et même preventative conservation. Même en coupant les cheveux en 4 , ces 6 termes sont des synonymes.

22L’ICCROM et le Comité de Conservation de l’ICOM  après six années de surplace ont finalement décidé de collaborer pour tenter de trouver une terminologie commune. Trois années de travail avec un groupe pluridisciplinaire et international pour proposer une terminologie qui définira un domaine la conservation-restauration, comprenant trois secteurs, bien distincts et différents : la restauration, la conservation curative et la conservation préventive avec 7 critères différenciant les 3  types d’actions. En anglais le terme général choisi a été Conservation et les trois secteurs : Restauration, Remedial conservation et Preventive conservation

23 Cette terminologie fut présentée à la XVe conférence triennale de l’ICOM-CC à New Delhi en septembre 2008 et acceptée par 91 % des votants, puis présentée à la XXVe Assemblée générale de l’ICOM à Shanghai, en novembre  2009, et acceptée par 97 % des votants ( voir les PDF joints : version anglaise –version française)

24Dans la foulée, le CEN (Comité européen de normalisation), à partir du travail de l’ICOM, a aujourd’hui accepté une terminologie très proche et applicable à l’ensemble du patrimoine culturel tangible (musées, monuments, archives, bibliothèques, sites archéologiques). Voici une avancée intéressante pour tous les pays pour lesquels l’ICCROM a eu une responsabilité majeure.

25Maintenant, concernant le risque que vous évoquiez d’imposer au monde des idées et des solutions, cela peut arriver. Cependant, ce risque est réduit, car à l’ICCROM  d’une part, se côtoient journellement des Africains, Asiatiques, Arabes, Américains du nord et du sud et Européens venant assister aux cours , et d’autre part, le personnel technique qui, lui aussi , provient de tous ces continents. Par ailleurs au cours de ses missions, ce dernier se trouve en contact avec des réalités culturelles, économiques et politiques bien différentes. Personnellement, j’ai eu la chance de réaliser plus de 600 missions dans 90 pays. Cela vous maintient au contact avec la réalité. Mais il est évidemment toujours possible de se tromper.

26MVB : Pouvez-vous détailler quels sont aujourd’hui les axes principaux de la politique de l’ICCROM, en rapport avec la conservation-restauration ?

  • 2  Contacter Paul Arenson, directeur de la communication pa@iccrom.org.

27Je vous avais dit que, des cinq missions qui furent données à l’ICCROM lors de sa création, du fait du budget limité, deux seulement purent être développées : la documentation et la formation. Dans le domaine Documentation, l’ICCROM n’a pas d’axe principal et se doit de couvrir tous les aspects de la conservation-restauration depuis le législatif jusqu’à la mise en valeur du patrimoine et la sensibilisation du public. Avec plus de 89.000 ouvrages, en 40 langues, la bibliothèque est unique au monde. Tous les professionnels et étudiants qui découvrent la bibliothèque sont au paradis. Il est regrettable que ne soient en bibliothèque que peu de travaux présentés à la fin de leurs études par les étudiants conservateurs-restaurateurs. En effet, il est difficile d’obtenir les autorisations nécessaires pour leur diffusion. Je saisis l’occasion qui m’est donnée pour appeler les directeurs d’études de ces lieux de formation, à fournir à l’ICCROM les travaux de leurs élèves2.

28 Pour ce qui est de la formation, l’ICCROM  ne doit pas dupliquer ce qui se fait ailleurs. Les cours de l’ICCROM ont quelques caractéristiques.

  • L’ICCROM va toucher des thèmes nouveaux concernant le patrimoine le plus vaste.

  • L’ICCROM va s’adresser à un public de professionnels déjà engagés, de provenance et de cultures les plus diverses.

  • L’ICCROM devrait chercher à former des formateurs. Très belle formule, mais extrêmement difficile à mettre en pratique, car cela demande du temps, des moyens bien particuliers.

  • L’ICCROM va traiter un thème pour une dizaine d’années au moins, pour créer un noyau dur qui fera boule de neige .

29À titre d’exemple, l’enseignement de la Conservation préventive a commencé à l’ICCROM en 1975 (soit dit en passant, ce ne fut pas facile du tout de le faire accepter, même à l’intérieur au plus haut niveau de l’organisation). Plus de 1200 professionnels de 60 pays en ont bénéficié et se sont côtoyés –conservateurs, administrateurs, architectes, conservateurs-restaurateurs, scientifiques, bibliothécaires. 16 ans plus tard, en 1991, le thème général a cessé d’être enseigné et a été repris à des niveaux nationaux, par exemple avec le master enseigné à Paris 1-Sorbonne. Cependant l’ICCROM a maintenu l’axe de la conservation préventive en traitant, par exemple, le thème plus spécifique de la gestion des risques.

30Quel que soit le sujet développé, aujourd’hui, un cours typique organisé par l’ICCROM –à Rome ou ailleurs- dure de 2 à 6 semaines . Il y aura 20 participants d’environ 15 nationalités et de 32 ans d’âge moyen. Aujourd’hui, ce sont plus de 10.000 professionnels qui ont suivi ces cours (6000 à Rome et 4000 ailleurs). De l’avis de tous ceux que j’ai connus , c’est une expérience qui marque la vie des participants, celle des enseignants et celle des organisateurs. Ma collègue Katriina dit qu’ils ont été « iccromisés ». Dans ce sens l’ICCROM en tant qu’agence associée aux Nations Unies joue son rôle en réunissant autour de leur spécialité des professionnels de tous les pays favorisant ainsi la compréhension mutuelle et à long terme en créant les conditions pour la paix dans le Monde.

31MVB : Vous avez, lors d’une conférence tenue en 2009, envisagé les mutations de la conservation-restauration en Europe ; vous y souligniez les rapports pas toujours harmonieux entre conservateurs-restaurateurs et les chimistes et physiciens travaillant sur le patrimoine

32Je note d’abord avec grand plaisir que vous employez le terme conservateur-restaurateur et non celui de restaurateur. Ce terme, je l’emploie aussi. Il a fallu se battre au niveau de l’ICOM-CC pour le définir , le faire accepter par un vote en 1983 à Copenhague, puis le faire accepter par l’ICOM ( voir le code d’éthique). Il est malheureusement combattu en France par des conservateurs et, entre autres, par l’ancienne directrice de l’INP, et même par certains collègues qui cherchent à donner un nouveau nom à ceux qui font de la restauration et de la conservation curative. Bon, libre à eux. En ce qui me concerne, je suis un petit soldat, je n’ai pas de temps à perdre et je m’en tiens à ce qui a été décidé et accepté par les instances professionnelles.  

33Mais revenons à votre question concernant les rapports entre conservateurs-restaurateurs d’une part, et physiciens et chimistes de l’autre. S’il vous plaît, disons la vérité, pas de langue de bois. Il n’y a pas de rapports entre la plupart d’entre eux.

34Lorsqu’il y a 50 ans la conservation-restauration a ouvert sa porte aux scientifiques –physiciens et chimistes-, l’objectif était que, grâce aux connaissances que ceux-ci apportaient, le patrimoine serait sauvé. Qu’en a-t-il été ? 20 % de ces scientifiques ont cherché à résoudre les problèmes posés. Je citerais le contrôle passif du climat, la protection des vitraux, l’identification des matériaux nocifs, la dé-acidification des papiers, les méthodes de rentoilage. Pour cela, il a fallu prendre des risques, car, si les propositions étaient erronées, le patrimoine en aurait souffert dans le futur.

35Les 80 % de scientifiques restants -dont une bonne majorité sont des universitaires ou travaillant dans le cadre de centres de recherche n’ayant aucune responsabilité directe du patrimoine- se sont réfugiés dans l’identification du passé du patrimoine (datation, composition, technique, etc.)-sujets qui ne présentent aucun risque, mais qui permettent des publications et alimentent le dossier du « secret des chefs-d’œuvre », fort intéressant parfois d’ailleurs.

36MVB : Quels sont les écueils, voire les obstacles empêchant une collaboration plus fructueuse ?

37Il y a collaboration s’il y a objectif commun. Or aujourd’hui, le conservateur-restaurateur devant un objet a comme objectif de trouver des solutions aux trois problèmes qui se posent à lui : arrêter les détériorations en cours (conservation curative), redonner une lisibilité (restauration), assurer le futur (conservation préventive). De son côté, le scientifique, après analyse, acceptera de donner peut-être un diagnostic, mais, exceptionnellement, proposera un traitement. À ce manque d’objectif commun, il faut ajouter un manque de langage commun. Dans les formations, il y a bien des tentatives de donner un bagage scientifique aux futurs conservateurs-restaurateurs, mais avec des succès limités… Quant aux scientifiques, à ce jour je ne connais pas de filière pour les spécialiser en conservation-restauration. De ce fait, il résulte que, mis à part les 20 % dont je parlais précédemment, les 80 % restants se limitent à la production de chiffres produits par des machines. Ces tableaux (de chiffres, je précise !) permettent des publications dans des revues scientifiques qui, pour la plupart, n’ont d’ailleurs rien à faire avec le patrimoine.

38J’attends avec impatience les conclusions qui seront formulées par le Forum que l’ICCROM, en partenariat avec 14 des plus importantes institutions nationales responsables du patrimoine organisera à Rome en octobre 2013, sur le thème de « La conservation-restauration : un vrai défi pour les scientifiques ». Ce pourrait être un événement majeur qui réorientera la profession.

39MVB : Quelles mesures seraient à même d’améliorer ces relations ?

40Il faudrait apprendre aux conservateurs-restaurateurs à poser les bonnes questions et aux scientifiques à avoir le courage d’y répondre, ce qui demande une formation commune. Cette formation commune a d’ailleurs été initiée en 1973 à l’ICCROM, où le problème avait déjà été clairement identifié.

41Le cours, appelé « Principes fondamentaux de conservation », regroupait 5 conservateurs, 5 scientifiques et 5 conservateurs-restaurateurs. Il durait 4 mois. Mais avec le temps, l’objectif a été petit à petit oublié, et n’ont été recrutés que des conservateurs-restaurateurs.

42MVB : L’ICCROM remplit un rôle consultatif auprès de l’UNESCO, en ce qui concerne la reconnaissance du patrimoine mondial : de plus en plus, les visées universalistes de l’organisation ne tendent-elles pas à être ramenées à une conception occidentale, dont d’autres entendent se démarquer ?

43Avant de répondre à votre question, permettez-moi de dire ce que je pense de la liste du patrimoine mondial sur laquelle, depuis 1973, ont été inscrits 962 lieux remarquables. À ce jour il y en a 745 venants du patrimoine immobilier, 188 du patrimoine naturel et 29 du patrimoine mixte: mais aucun élément provenant du patrimoine mobilier, aucun musée par exemple. Cela semble aberrant.En fait, le mot « patrimoine » a été séquestré par l’ICOMOS et l’UICN en 1973, et depuis lors, toutes les raisons ont été invoquées pour écarter le patrimoine mobilier. Du coup, pour ne donner qu’un exemple, l’exceptionnelle collection de mosaïques du musée du Bardo à Tunis , les 2800 objets du trésor de Toutankhamon au Caire, la collection de tableaux et de sculptures de la Galerie Borghèse à Rome ou la collection Barnes à Philadelphie, ne font pas partie de la liste du Patrimoine mondial.

44Pour revenir à votre question concernant la représentativité des éléments inscrits aujourd’hui sur la liste du patrimoine, si, dans les premières années , la majorité des inscriptions se sont faites en tenant compte de critères occidentaux, avec une entrée en force de cathédrales et de sites archéologiques romains, depuis lors, les critères ont bien évolué, allant jusqu’à accepter des propositions d’inscription qui prennent plus en compte, malheureusement, des considérations politiques.

45Mais l’UNESCO, comme je le disais au début de notre entretien, en tant qu’organisme intergouvernemental, est limitée dans son action. Dans le domaine spécifique qui nous concerne, la conservation-restauration, après avoir créé l’ICCROM en 1957, l’organisation a lancé un plan très ambitieux de centres de formation régionaux, en s’appuyant, s’ils existaient, sur des instituts nationaux. Ainsi furent créés, pour la région Amérique centrale le centre de Cherubusco à Mexico, pour l’Amérique du Sud le centre de Cusco au Pérou, pour les pays asiatiques le centre de New Delhi, pour le Pacifique un centre à Hawaï, pour les pays arabes le centre de Bagdad, pour les pays africains, celui de Jos pour les pays anglophones, puis celui de Niamey pour les pays francophones. Beau programme !  Pendant 10 ans, l’UNESCO avec l’aide du Programme de développement des Nations-Unies a financé ces centres. Il était prévu que durant cette période, les pays bénéficiaires auraient progressivement pris en charge ces nouvelles institutions. Or rien ne s’est fait, et lorsque l’UNESCO a, comme prévu, arrêté le financement douze mois plus tard, tous ces centres ont stoppé leurs activités régionales et fermé leurs portes. Seuls quelques-uns ont maintenu des activités nationales.

46MVB : L’ICCROM a lancé nombre d’initiatives sur les pays africains au sud du Sahara et en particulier le programme PREMA ( Prévention dans les Musées Africains) et EPA (École du Patrimoine Africain). Pourquoi ? Pouvez-vous évoquer ces deux initiatives et leur impact sur la société locale?

47Dans les années 80, quand on étudie la situation du patrimoine au niveau mondial, l’Afrique, pour de nombreuses raisons, présentait une image très différente de celle des autres régions. Avec entre autres une particularité : c’était la seule ne possédant pas d’institutions formant le personnel responsable du patrimoine et plus particulièrement en conservation-restauration. En effet, les deux centres créés par l’UNESCO à Jos et à Niamey avaient dû fermer par manque de financement. Du coup, pour se former, les collègues africains ne pouvaient espérer qu’en une hypothétique bourse d’études d’un pays européen où ils recevraient, non pas une formation, mais, excusez-moi pour ma franchise , une déformation, car les filières françaises, belges ou suisses ont pour but de former des professionnels français, belges ou suisses à affronter des situations nationales et non à des situations africaines,Ô combiendifférentes. Comme les collections se détérioraient à grande vitesse d’une part, et disparaissaient d’autre part, l’ICCROM , au vu de sa spécificité, ne pouvait pas ne pas chercher à proposer une solution. Ce fut le programme « PREMA » PREvention dans les Musées Africains, lancé en 1985, qui fut totalement innovateur  pour l’organisation : premier programme d’une durée de 11 mois, premier programme lancé sur 15 ans avec un objectif clairement établi, premier programme destiné à une région du monde spécifique, premier programme donnant un diplôme universitaire de l’université de Paris et de Londres, premier programme autofinancé. Sur ce dernier point, il est intéressant de rappeler que l’enseignement coûte cher et que dans le cas précis, il a fallu trouver pour l’ensemble du programme, à l’époque 7.500.000 dollars, soit 1350 dollars chaque jour, samedi et dimanche compris, durant 15 années.

48Mais l’objectif qui était d’avoir un établissement de formation en Afrique géré par des Africains a été atteint en 2000, avec la création pour l’Afrique anglophone du CHEDA (Center for Heritage Development in  Africa) , à Mombasa au Kenya, et de l’EPA (École du Patrimoine Africain) à Porto-Novo au Bénin, pour l’Afrique francophone. Si la première a quelques difficultés, la seconde est devenue un maillon incontournable en conservation-restauration et mise en valeur du patrimoine en Afrique. Elle s’autofinance et donne du travail à plus de 30 personnes. À ma connaissance, il y a peu d’établissements de ce genre en Europe qui obtiennent de telles performances. Mais, il faut l’avouer, ce n’est pas tous les jours facile, et l’équipe de l’EPA doit travailler très dur.

49MVB : L’UNESCO, l’ICOMOS, l’ICOM lancent régulièrement des cris d’alarme concernant le patrimoine de pays en crise ou en conflit –l’Égypte, la Syrie, la Libye, mais aussi, depuis peu, la Grèce. La conservation-restauration peut-elle subsister, là où l’État se dissout ? Les problèmes économiques que connaît la Grèce présagent-ils ceux que risque de connaître une Europe où la situation générale se dégrade ?

50À quoi cela sert-il d’aller voir la paille dans l’œil du voisin ? Cela, certes, va nous donner bonne conscience. Mais partout, l’héritage que nous avons reçu disparaît parfois rapidement, comme dans les pays que vous venez de citer, mais aussi plus près de nous, sous nos yeux et journellement. Je ne citerai que deux exemples.

51Le premier Pompéi : site qui laisse un souvenir indélébile à tous les visiteurs quels que soient l’âge, l’origine, le niveau de formation. Cet ensemble qui nous est parvenu dans un état exceptionnel ne peut être conservé que si, comme tout bâtiment, il est entretenu. Or, dans les années 50, il y avait plus de 100 personnes qui assuraient l’entretien du site, ce qui consiste principalement à supprimer la végétation dès qu’elle apparaît sur les murs, sur les mosaïques, à assurer l’étanchéité des toits, à renforcer une structure qui se lézarde, à protéger une fresque. Il y a de cela 20 ans, l’équipe assurant l’entretien était réduite à 20 et aujourd’hui à 2. Le travail d’entretien est réalisé par des entreprises privées extérieures qui font l’entretien … quand ils obtiennent des contrats…

52Du coup, seul un tout petit nombre de maisons sont ouvertes à la visite. Celles qui sont fermées sont oubliées, s’endommagent encore plus vite, s’écroulent. Si elles ont une importance quelconque, comme la maison des gladiateurs, et si cela vient à se savoir, il y aura un petit scandale qui fera l’ouverture du journal télévisé de 20 heures, et vendre du papier pour quelque temps. Puis on attendra le prochain écroulement.

53L’autre exemple que je citerai est l’état des réserves des musées dans le monde. Chacun sait que seuls 10 % des collections appartenant aux musées sont exposées, le reste se trouvant dans les réserves. L’an passé, l’ICCROM a lancé un questionnaire sur l’état de ces réserves. En 3 semaines, 1485 musées de 136 pays ont répondu, permettant de se donner une certaine image de la situation.

54En bref pour ne citer que quelques chiffres significatifs : dans 60 % des cas les réserves manquent d’espace, dans 50 % des cas les collections sont posées sur le sol par manque d’unités de rangement, dans 40 % des cas les directeurs ne s’intéressent pas aux réserves, dans 25 % des cas les collections ne sont pas enregistrées et il est pratiquement impossible de circuler dans la réserve, etc., etc.

55Il est important de noter que 20 % des musées ayant répondu étaient en Amérique du Nord. Le problème n’est apparemment pas une question de possibilité financière, mais de conscience de notre responsabilité, de volonté d’assurer notre mission.

56MVB : Êtes-vous êtes pessimiste quant à l’avenir ?

57Non. Mais il est certain qu’il faut renverser une tendance qui laisse croire que le patrimoine qui est arrivé jusqu’à nous «  s’est conservé ». Dans la plupart des cas, si tant de créations humaines peuvent encore être admirées, c’est parce que des personnes ont compris tout ce que le passé nous enseigne, se sont senties dépositaires de ces créations et se sont battues pour les transmettre à la génération suivante. Aujourd’hui en dépit des efforts méritoires faits pour sauvegarder le patrimoine mobilier et immobilier, ce dernier est très fragile et est soumis à des agressions bien supérieures à celles qu’il a pu subir dans le passé. Je crois cependant qu’en gérant mieux les ressources mises à notre disposition , qu’en ne cherchant pas à tout conserver, mais en faisant des choix, qu’en associant le public à ces choix en lui expliquant les défis auxquels nous sommes confrontés, en passant le message que « le patrimoine est fragile » et qu’en réfléchissant plus au pourquoi nous conservons plutôt qu’au comment, notre génération préparera l’avenir.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1  Simon LAMBERT, « RE-ORG: A methodology for reorganizing museum storage developed by ICCROM and UNESCO », CeROArt [En ligne], 6 | 2011, mis en ligne le 09 août 2011, consulté le 14 octobre 2012. URL : http://ceroart.revues.org/2112

2  Contacter Paul Arenson, directeur de la communication pa@iccrom.org.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaël de Guichen, « Politiques de conservation : les mots et les choses », CeROArt [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://ceroart.revues.org/2792

Haut de page

Auteur

Gaël de Guichen

Gaël de Guichen est ingénieur chimiste de l’école polytechnique de Lausanne. Un temps responsable de la conservation à la Grotte de Lascaux, il entre à l'ICCROM - Centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels - à Rome en 1969. Il y fait toute sa carrière. Il occupe, entre autres, le poste de responsable de la division des musées et depuis 2001 est conseiller du Directeur général. En 1985, il lance le programme PRÉMA (Prévention dans les musées africains) dont bénéficieront 45 pays au sud du Sahara. En 2000, il crée le Fonds ÉPA d'un montant de 2,5 millions d'euros pour appuyer les actions de l'École du Patrimoine africain. Il s’intéresse particulièrement à l’appui que le public peut donner à la sauvegarde du patrimoine

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org