Navigation – Plan du site

Éditorial

Muriel Verbeeck-Boutin

Texte intégral

Version française

  • 1  Fonds National de la Recherche Scientifique, en Belgique
  • 2  EGG pour European Graduated Generation in conservation-restoration. L’appel à communication a été (...)

1Ce huitième numéro régulier de CeROArt marque le cinquième anniversaire de sa première parution –la revue compte en outre trois volumineux hors série, et annonce, au printemps prochain, trois nouveaux volumes. Le premier rassemblera les actes d’une journée d’étude sur Restauration et falsification, qui s’est tenue à Bruxelles le 8 juin dernier, à l’instigation des groupes FNRS1 « Historiographie et épistémologie de l’histoire de l’art » et « Esthétique et philosophie de l’art », avec la participation de l’Université Libre de Bruxelles et de l’Université catholique de Louvain ; le deuxième publiera les actes du Meeting intermédiaire d’ICOM-CC, groupe Histoire et théorie de la restauration, qui se tiendra en mai prochain à Copenhague ; Isabelle Brajer en assumera l’édition scientifique; enfin, paraîtra avant l’été le troisième volume d’EGG 2012, consacré aux publications de jeunes diplômés en conservation-restauration.2 Nous relançons un appel à toutes les formations européennes afin d’égaler ou dépasser le nombre d’institutions participantes l’an dernier (dix-sept, au total), et de fédérer plus largement encore les pays représentés. Notre récente ouverture aux pays de l’Est ne compense pas l’absence des Pays-Bas, de l’Allemagne et, dans la dernière édition, celle du Portugal.

2Nous avions annoncé un projet de colloque réunissant, au printemps prochain, ces jeunes auteurs-chercheurs : nous avons entre-temps noté que des initiatives similaires se sont tenues en Angleterre, en Autriche, en France. Il reviendra peut-être à d’autres –et pourquoi pas ENCoRE, dont l’assemblée générale se tiendra au printemps 2013 à Liège, de fédérer les initiatives existantes, éventuellement avec nos partenaires de l’ÉSA Saint-Luc et de l’Université de Liège. Si pour le moment, les charges liées à l’édition monopolisent toutes nos énergies, nous n’oublions rien cependant de la dimension pédagogique clairement inscrite dans les statuts de CeROArt. Elle trouvera à se concrétiser dans des projets futurs, qu’il est prématuré d’évoquer ici.

3Pour en revenir à nos publications, la distinction entre numéros réguliers et hors série brouille la visibilité : aussi étudions-nous, avec Revues.org et le Cléo, la possibilité de présenter nos publications distinctement sur un portail, permettant l’affichage simultané des numéros de revue, et des volumes. Précisons que pour l’instant, les uns et les autres restent libres d’accès: seuls les PDF sont commercialisés sur Immateriel.fr, et seront bientôt disponibles par article via iTunes. Autre nouveauté importante : nos articles sont désormais indexés par l’ICCROM et de ce fait seront recensés à la fois dans la BCIN et l’index AATA. Nous remercions Monsieur Paul Arenson pour le travail déjà réalisé.

4Ce succès éditorial entraîne pour nous de nouvelles contraintes et charges, comme celle d’éditer les textes en anglais. Nous remercions en particulier Monsieur Claude Joly pour le travail qu’il effectue à rebours, en reprenant et corrigeant les abstracts des numéros précédents : nous sommes néanmoins conscients que nous ne pourrons faire l’économie d’un « proof-reader » et éditeur, pour les articles à venir ; qu’il nous faudra, aussi, revoir plus strictement nos conditions de soumission, et ce dans les deux langues.

5En effet, l’ouverture dont nous voulons faire preuve, l’accompagnement pédagogique que nous proposons aux auteurs ou jeunes éditeurs, l’apparente simplicité de l’édition électronique semblent générer des effets pervers contre lesquels nous sommes tenus de réagir.

  • 3  Pour contrer les inconvénients du premier type, CeROArt proposera désormais à ses auteurs une list (...)
  • 4  Et nous ne parlons pas encore des coûts générés par une telle légèreté. Nul doute qu’ils ne serven (...)

6Le manque de rigueur, que ce soit rapport aux délais ou au respect de la charte éditoriale,  multiplie le travail en fin de chaîne : or, celui-ci est majoritairement assumé, rappelons-le, par des bénévoles.3 Il nous faut nous élever aussi contre une pratique de plus en plus fréquente, qui est le retrait, en fin d’édition, d’un article jugé trop long ou trop complexe à corriger. Cette attitude, qui fait fi du temps concédé à la relecture et à la correction par le lecteur scientifique, et foule aux pieds le travail réalisé par le comité de rédaction, l’éditeur et les encodeurs, est profondément irrespectueuse. Il s’agit là d’une incorrection majeure, celle qui touche, prioritairement les relations humaines4.

7CeROArt se veut un outil, pas un instrument : il requiert, outre une implication personnelle, la participation, la collaboration, lesquelles ne sont possibles sans respect. On nous pardonnera de rappeler ces vérités élémentaires, qui relèvent moins de la pédagogie que du savoir-vivre… le savoir « vivre-ensemble », qui est une dimension de la Politique nous ramène par ailleurs au thème du présent dossier, qui sera développé en Introduction.

  • 5  Clin d’oeil à un récent ouvrage dont nous fournissons par ailleurs un compte-rendu dans ce numéro.

8Le prochain numéro régulier de CeROArt paraîtra à l’automne 2013. Son thème sera « Connaissances et reconnaissance du conservateur-restaurateur »5. Plusieurs pistes à explorer :

  • la formation, les contenus des formations (qu’elles relèvent d’un cursus classique ou de séminaires, workshop, cours on-line), l’expérience du restaurateur (y compris celle des autodidactes, encore bien présents dans la profession)

  • la reconnaissance des compétences, la reconnaissance du titre, la reconnaissance de la discipline, le statut, l’image du restaurateur, sa présence en tant qu’acteur du patrimoine, son rôle effectif…

    • 6  Pour les modalités de soumission et la grille de validation de votre envoi, voir le lien ci-dessou (...)

    la pratique, la recherche, que celle-ci soit scientifique ou empirique : connaissances désigne alors le savoir acquis et la transmission de celui-ci, sous forme de résultats, d’étude de cas.6

9Nous rappelons en outre l’existence de la rubrique « Casus », publiant des articles « hors dossier », et vous invitons à nous faire part des événements, colloques, publications... relatifs à la conservation-restauration. Nous nous ferons un plaisir de les relayer.

10Bonne lecture !

11L’accès à la revue est libre, sur simple inscription à la Lettre d’information, qui vous avertira de la prochaine parution. Pour vous inscrire, cliquez le lien.

English version

  • 7  National Fund for Scientific Research, in Belgium
  • 8  EGG stands for European Graduated Generation in conservation-restoration. The call for communicati (...)

12This eighth regular issue of CeROArt marks the 5th anniversary of its first publication – in addition, the magazine counts a further three special issues and announces, for next spring, three new publications. The first one will comprise the minutes of the proceedings of a study day on the subject Restoration and  falsification, which was held in Brussels on 8 June past, at the initiative of the groups FNRS7 “Historiographie et épistémologie de l’histoire de l’art” –and “Esthétique et philosophie de l’art” with the participation of the Free University of Brussels (ULB) and the Katholieke Universiteit Leuven (KUL); the second issue will contain the minutes of the proceedings of the Meeting intermédiaire d’ICOM-CC- Interim Meeting of ICOM-CC, group History and Theory of Restoration, which will be held next May in Copenhagen; Isabelle Brajer will take charge of the scientific edition; and, finally, the third edition of EGG 2012 will appear sometime prior to the summer, dedicated to publications by young graduates from the conservation-restoration programmes.8 We are again issuing a call to all European institutions to respond positively in order that we may equal or surpass last year’s numbers of participants (seventeen in total) and, hence, federate even more extensively the nations represented. Our recent overture to countries from Eastern Europe does not compensate for the absence of the Netherlands, Germany, and, in the last edition, of Portugal.

13We had already announced a colloquium project for next spring, this to bring together these young authors-researchers: we have in the meantime become aware that similar initiatives have been conducted in Great Britain, Austria, and France. It will perhaps fall to others – and why not ENCoRE, whose General Meeting will be held in the spring of 2013 in Liege – to federate the existing initiatives, case pertaining, with our partners of ÉSA Saint-Luc and of the University of Liege. If, for the moment, all of our efforts and responsibilities involved in the publication are monopolizing all of our energies, we nonetheless keep mindful of the pedagogical dimension clearly embedded into the statutes of CeROArt. It will find its concrete expression in future projects, which it is, however, premature to invoke at this time.

14To return to our publications, the distinction between regular issues and special editions clouds the view: we are also studying, together with Revues.org and Cléo, the possibility of placing our publications distinctly on a portal, allowing us the simultaneous posting of the numbers of publications and the volumes. Note that, for the time being, both remain access free: only the PDFs are being commercialized on Immateriel.fr, and will soon be available by article via iTunes. Another important novel feature: henceforth, our articles shall be indexed by ICCROM and, in consequence, will be registered in turn in BCIN and on the AATA index. We wish to express our thanks to Mr Paul Arenson for all his efforts thus far in this regard.

15This editorial success has in its wake brought us new pressures and responsibilities, for instance, the editing of texts in English. We are particularly grateful to Mr. Claude Joly for the back work he has accomplished, again looking through and correcting the abstracts of previous issues: we are, however, conscious of the fact that we cannot afford the combination of a “proofreader” and editor for future articles; we shall also have to re-examine and impose stricter conditions for submissions, and this for both languages.

16In effect, our openness and desire to be accommodating, the pedagogical guidance that we are offering to our authors or young editors, the seeming simplicity of the electronic edition ... these appear to generate perverse effects which we cannot ignore.

  • 9  In order to counteract the inconveniences of the first type, CeROArt will henceforth equip its aut (...)
  • 10  Moreover, we are not even mentioning the extra costs occasioned by this sort of casual irresponsib (...)

17The lack of strict compliance, whether it pertains to deadlines or respect of our editorial house-style guide, adds more work at the end of the line: and, let’s remind everybody, the work there is primarily done by volunteers.9 At the same time, we have to object to a growing practice, which is the retraction, during the final stages of publication, of an article that is deemed either too long or too complex to correct. This attitude, dismissive of the amount of time reserved for the rereading and correction by the scientific reader, and unappreciative of the work and effort put in by the editorial board, the editor and the encoders, is wholly disrespectful. It pertains here to gross discourtesy, a lack of manners that, before everything else, affects human relations10.

18CeROArt sees itself as a tool, not an instrument: it requires, in addition to personal involvement, participation and collaboration, which cannot be achieved in the absence of respect for others. We will be forgiven for calling attention to these elementary truths, which are less a matter of pedagogy than savoir-vivre… knowing “how to get along together”, which is, in effect, a dimension of Politics that bring us back to the theme of this present dossier, which shall be developed in the Introduction.

  • 11  With a passing nod to a recent work which, in fact, we are reporting on within this issue.

19The next regular issue of CeROArt will appear in the autumn of 2013. Its theme will be “Connaissances et reconnaissance du conservateur-restaurateur” – the conservator-restorer’s knowledge and recognition11. Several trajectories are to be explored here:

  • The course programme, the course content (whether it pertains to a classical course programme or seminars, workshop, online course), the restorer’s experience (including experience of the self-taught practitioners, still well represented in the profession)

  • The recognition of competencies, recognition of title, recognition of the discipline, the status, the restorer’s image, his presence as an actor in the heritage field, his effective role …

    • 12  With reference to the submission modalities and the validation scale for your dispatch, see the li (...)

    The practical application, the research, whether the latter is scientific or empirical: knowledge is seen in the sense of acquired expertise and its transmission, in the form of results, case studies.12

20We again call attention to the presence of the column ‘Casus’, where ‘special’ articles will be featured and invite you to inform us of events, colloquiums, publications... related to the field of conservation-restoration. We shall be very pleased to relay this information to our readers.

21Pleasant reading!

22Access to the journal is free. Please register for the CeROArt Newsletter, which will notify the next issue. To register, click the link.

Haut de page

Notes

1  Fonds National de la Recherche Scientifique, en Belgique

2  EGG pour European Graduated Generation in conservation-restoration. L’appel à communication a été prolongé. Voir les modalités de soumission sous la rubrique Appel à articles.

3  Pour contrer les inconvénients du premier type, CeROArt proposera désormais à ses auteurs une liste de contrôle, à dater et à signer.

4  Et nous ne parlons pas encore des coûts générés par une telle légèreté. Nul doute qu’ils ne servent d’argument à l’instauration des APC (Article Processing Charges) qui tendent à se développer au sein de l’Open Access. Nous réfléchissons d’ailleurs à une formule visant à mieux responsabiliser les auteurs, en cas de retrait inopiné. Pour une appréciation des coûts réels, voir l’étude de D.J.SOLOMON et B-CHR.BJÖRK, A study of Open Access Journals Using Article Processing Charges, on-line, 4/11/2012, http://www.openaccesspublishing.org/apc2/preprint.pdf

5  Clin d’oeil à un récent ouvrage dont nous fournissons par ailleurs un compte-rendu dans ce numéro.

6  Pour les modalités de soumission et la grille de validation de votre envoi, voir le lien ci-dessous, appel à articles.

7  National Fund for Scientific Research, in Belgium

8  EGG stands for European Graduated Generation in conservation-restoration. The call for communications has been extended. Check submission modalities under the heading ‘Call for Articles.

9  In order to counteract the inconveniences of the first type, CeROArt will henceforth equip its authors with a checklist, which is to be dated and signed.

10  Moreover, we are not even mentioning the extra costs occasioned by this sort of casual irresponsibility. No doubt they‘ll serve as an argument for the introduction of the APC (Article Processing Charges) that tend to develop within Open Access Journals. We are, in fact, considering a formula aimed at making authors more conscious of their responsibilities with reference to unexpected retractions. For an appreciation of the real costs, see the study by D.J.SOLOMON and B-CHR.BJÖRK, A study of Open Access Journals Using Article Processing Charges, on-line, 4/11/2012, http://www.openaccesspublishing.org/apc2/preprint.pdf

11  With a passing nod to a recent work which, in fact, we are reporting on within this issue.

12  With reference to the submission modalities and the validation scale for your dispatch, see the link below, ‘Call for Articles’.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Verbeeck-Boutin, « Éditorial », CeROArt [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://ceroart.revues.org/2790

Haut de page

Auteur

Muriel Verbeeck-Boutin

Historienne de formation, Docteur en Philosophie et Lettres et titulaire d'une licence spéciale en Sciences de l'information et de la communication, Muriel Verbeeck-Boutin est professeur à l'École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège, section Conservation, restauration des oeuvres d’Art, où elle dispense entre autres les cours de déontologie, histoire et théorie de la restauration et iconographie. Assistante de Coordination Icom-CC, groupe Histoire et théorie de la conservation-restauration.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org