Skip to navigation – Site map
Dossier

La conservation-restauration des photographies couleur montées par la face sur PMMA

Sabine Squoquart

Abstracts

Since the 1970’s, various methods of mounting  large photographs have emerged. They have many advantages for handling; display and aesthetic research for photographers. However, these mounting methods have many problems of conservation and restoration related to physical fragility of PMMA. This study of these materials has given us different solutions and techniques for their restoration and conservation in future.

Top of page

Editor's notes

École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège – Nico Broers

Full text

Introduction

1Depuis les années 1970, de nombreuses méthodes de montage ont vu le jour afin de faciliter l’exposition et la manipulation de photographies dont le format ne cessait d’augmenter. Les différentes méthodes de montage ont également permis aux photographes d’effectuer une recherche esthétique sur la profondeur des couleurs, mais également l’absence d’encadrement visible. Nous pouvons citer parmi ces méthodes la lamination, le collage en plein du verso, le plexi-montage et le Diasec®.  Cependant, ces techniques présentent plusieurs inconvénients que vous examinerons plus loin dans cet article, tels que l’irréversibilité du procédé ou encore les altérations physiques de la plaque d’acrylique.

2C’est dans le cadre d’un projet de recensement des 1% culturels réalisé en collaboration avec le CICRP et la Région Rhône-Alpes qu’un cas concret de recherche a été trouvé ; l’oeuvre « Hommage à Jean Moulin » d’Élisabeth Legrand exposée à Lyon. Cette oeuvre nous a amené à centrer notre recherche sur un procédé particulier : le montage par la face des photographies en couleurs sur support en polyméthacrylate de méthyle, appelé plus couramment Diasec®. 

Cas d’étude : l’œuvre « Hommage à Jean Moulin » d’Élisabeth Legrand

3L’œuvre intitulée « Hommage à Jean Moulin » fut réalisée en 1993 par Élisabeth Legrand-Lèbre, artiste-photographe contemporaine lyonnaise. Ce grand format a été produit dans le cadre du 50e anniversaire de la mort du grand résistant français, afin d’être exposée au sein du Lycée Jean Moulin à Lyon 05.

4L’oeuvre se compose d’une photographie en couleurs à développement chromogène (Kodak Duraclear). Celle-ci est contrecollée par la face sur une plaque de PMMA. Une seconde plaque de PMMA transparente sert de support de finition au verso. Cette photographie montée est rétroéclairée par un système composé de quatre lampes halogènes.

Fig. 1 L'oeuvre "Hommage à Jean Moulin" d'Élisabeth Legrand

Fig. 1 L'oeuvre "Hommage à Jean Moulin" d'Élisabeth Legrand

Crédit © S. Squoquart

5L’oeuvre d’Élisabeth Legrand est exposée au sein du lycée Jean Moulin et se situe en face de deux escaliers régulièrement empruntés par de nombreux étudiants. Elle est placée en face à deux baies vitrées et reçoit donc une illumination constante.

Définition de la photographie en couleurs montée par la face

  • 1 PÉNICHON, S. ; JÜRGENS, M., « Two finishing techniques for contemporary photographs », dans Topics (...)

6À partir des années 1970 en Europe, un nouveau mode de montage est découvert1. Il consiste à coller une plaque d’acrylique à la surface d’une photographie.Ce procédé appelé Diasec® se compose d’une photographie en couleurs, qui peut être à développement chromogène, à destruction de colorant ou encore un tirage numérique.

  • 2 BRYDSON, J., Plastics materials, Oxford, Butterworth-Heinemann, 1999; PARDOS, F., “Polyméthacrylate (...)

7Cette photographie est contre collée par la face sur une plaque de polyméthacrylate de méthyle (PMMA), appelé plus couramment Plexiglas®, Altuglas®, Perpex® qui sont ses noms commerciaux2.Le PMMA est un polymère acrylique thermoplastique obtenu à partir du monomère de méthacrylate de méthyle (MAM). Celui-ci peut être coulé ou extrudé afin d’obtenir une plaque.Le collage peut être effectué à l’aide d’un adhésif silicone ou d’un adhésif acrylique double-face.

Fig. 2 Schéma d'une coupe transversale d'un montage par la face

Fig. 2 Schéma d'une coupe transversale d'un montage par la face

Crédit © S. Squoquart

  • 3 PÉNICHON, S. ; JÜRGENS, M., « Two finishing techniques for contemporary photographs », dans Topics (...)

8Le procédé le plus utilisé est le Diasec®. Il s’agit d’un système breveté en 1970 par la société Filmolux dans lequel est utilisée un adhésif silicone et un primaire spécial permettant d’améliorer l’adhésion3.Cependant, il existe également des produits dérivés appelés Plexiprint ou Pleximontage qui utilisent un adhésif acrylique double-face en remplacement de l’adhésif silicone.

Les altérations de l’oeuvre « Hommage à Jean Moulin »

9La photographie d’Élisabeth Legrand semble pour l’instant dans un bon état de conservation, car elle ne présente pas de décoloration ni de jaunissement. Les altérations présentes sont principalement des dégradations d’ordre physique dans les plaques d’acryliques tels que des abrasions de surface. Celles-ci sont dues à un nettoyage inadéquat du PMMA.  L’oeuvre présente également une rayure de grande taille (un graffiti) dans la partie inférieure gauche mesurant 20 cm de hauteur et 40 cm de longueur. De plus, le rétroéclairage halogène actuel est inadapté pour l’œuvre, car celui-ci pourrait engendrer une altération de la photographie par un affaiblissement des colorants azométhiniques.

Les problèmes liés à l’exposition et à la conservation de ce type d’œuvres

10Le montage des photographies grand format par procédé Diasec® pose divers problèmes lors de leur conservation et de leur restauration. Citons : l’irréversibilité du montage, les abrasions et rayures dans les plaques d’acrylique ou encore la sensibilité à la lumière de l’œuvre.

L’irréversibilité du montage

  • 4 WEI, W., International research on the conservation and restoration of face mounted photographs , I (...)

11L’inconvénient majeur de cette technique de montage des photographies est lié à son irréversibilité. En effet, la plaque de PMMA adhère à l’émulsion photographique après montage et devient donc indissociable. Lors de restaurations, l’accès à la photographie est limité et ne peut se faire que par le verso. L’œuvre doit alors être traitée dans son ensemble, car une photographie montée ne peut être traitée comme une plaque de PMMA seule ou une photographie non montée, ce qui limite les possibilités de la restauration4.

Les altérations dans les plaques d’acryliques

  • 5 SALE, D., “The effect of solvents on four plastics found in museum collections: A treatment dilemma (...)

12Le polyméthacrylate de méthyle (PMMA) est un matériau très sensible tant physiquement que chimiquement. Ce matériau peut subir des altérations de type physique telles que des abrasions, des rayures et des coups, mais également des attaques chimiques dues aux nombreux solvants (l’acétone, les hydrocarbures aromatiques et chlorés)5.

  • 6 WEI, W., International research on the conservation and restoration of face mounted photographs , I (...)

13Ces altérations peuvent être dues à un mauvais entretien (nettoyage trop agressif, solvants créant un faïençage de la matière), à de mauvaises manipulations ou encore au vandalisme (graffitis, coups) engendrant une perturbation d’ordre esthétique. Le montage de la photographie étant irréversible, si la plaque d’acrylique est endommagée cela implique qu’elle ne peut être remplacée6.

Fig. 3 Abrasions sur l'ensemble de la surface du PMMA

Fig. 3 Abrasions sur l'ensemble de la surface du PMMA

Crédit © S. Squoquart

Fig. 4 Rayures dans la partie inférieure gauche de l'œuvre

Fig. 4 Rayures dans la partie inférieure gauche de l'œuvre

Crédit © S. Squoquart

La sensibilité des photographies en couleurs montées à la lumière et à l’obscurité

  • 7 Ezrati, J-J.,Manuel d’éclairage muséographique, Dijon,OCIM, 1995.

14Les photographies en couleurs sont des procédés sensibles à la lumière. Leur stabilité photochimique dépend du type de colorants utilisés.  Par exemple, les colorants azométhiniques des procédés chromogènes (Kodachrome) sont moins stables que les colorants azoïques utilisés dans les procédés à destruction de colorant (Cibachrome, Ilfochrome).  Une exposition lumineuse prolongée peut générer une décoloration et la diminution de densité des colorants de la photographie. 7

  • 8 JÜRGENS, M.; MURRAY, A; PÉNICHON, S.,Light and dark stability of laminated and face mounted photogr (...)

15Sylvie Pénichon et Martin Jurgens, lors d’une étude antérieure, ont pu tirer les conclusions suivantes8. Selon eux, le montage par la face n’améliore pas la résistance à la lumière de la photographie. En réalité, le montage à tendance à légèrement diminuer la stabilité de l'image à la lumière, même lorsque le PMMA est traité contre les UV.  Toutefois,  les photographies montées semblent avoir une meilleure résistance à l’obscurité par rapport aux  photographies non montées. Enfin, il semblerait que les systèmes brevetés de montage (Diasec® avec adhésif silicone et primaire) n’ont pas une meilleure résistance que les procédés de montage non brevetés (utilisant un adhésif acrylique).

Étude et recherche de traitements des altérations physiques du PMMA

Le comblement des rayures dans les plaques d’acryliques (PMMA)

16Le but de cette recherche était de trouver une méthode de restauration alternative au polissage généralement utilisé dans la restauration des Diasec®.

Première phase : sélection des produits de comblement

  • 9 SALE, D., “The effect of solvents on four plastics found in museum collections: A treatment dilemma (...)

17Dans un premier temps, nous avons sélectionné des résines de comblement selon les matériaux utilisés dans différents domaines de la restauration, mais aussi dans le domaine industriel. La sensibilité du PMMA à de nombreux solvants9 tels que l’acétone a également influencé le choix des produits de comblement.Nous avons donc sélectionné les résines suivantes:

  • Acryliques : Paraloid B67 et Paraloid B72 (à différents pourcentages dans différents solvants)

  • Époxydes : Hxtal NYL1, Araldite 2020 et Epotek 301-2

  • Polymérisant aux UV de marque Norland : NOA 61, NOA 74, NOA 76, NOA 84, NOA 89, NBA107.

Fig. 5 Tableau rassemblant les différentes résines employées lors de la première phase de l'étude

Fig. 5 Tableau rassemblant les différentes résines employées lors de la première phase de l'étude

Crédit © S. Squoquart

18Dans un second temps, nous avons appliqué ces résines sur des plaques de PMMA indemnes afin de tester leur compatibilité avec le PMMA,  leur mode d’application ainsi que leur vieillissement à la chaleur et à la lumière. Ces différents critères nous ont permis de sélectionner  les résines donnant les meilleurs résultats optiques et chimiques.

19Au vu des premiers résultats d’application et de faisabilité obtenus, nous avons éliminé certaines de ces résines. Ainsi, toutes les résines Paraloid à 30 % ont été écartées, car trop visqueuses pour s’appliquer convenablement.Les résines Paraloid dans le toluène et le xylène ont également été écartées pour des raisons de toxicité et d’évaporation trop rapide de ces solvants. De plus, leur utilisation n’apportait pas de meilleurs résultats optiques que dans les autres solvants tels que le white-spirit ou le méthoxypropanol.

20Par défaut de durcissement au contact de l’air, nous avons dû éliminer la Norland NOA 89. La Norland NBA107 a également été écartée à cause de sa mauvaise application et sa teinte légèrement jaune. Les résines époxydes Epotek 301-2 et Araldite 2020 présentaient une mauvaise mouillabilité sur le PMMA lié à leur différence de tension de surface.  Cependant, celles-ci ont tout de même été testées en application plus locale dans des rayures.

21Les résultats des vieillissements accélérés à la chaleur et à la lumière ont permis de conclure que certaines résines telles que la Hxtal NYl-1, la NOA 61 et 74 et les résines Paraloid restaient plus stables au vieillissement et ne présentaient pas de jaunissement.

Fig. 6 Plaques tests des résines : référence, chaleur, lumière

Fig. 6 Plaques tests des résines : référence, chaleur, lumière

Crédit © S. Squoquart

Seconde étape : Comblements localisés de rayures

22Différents tests d’applications plus spécifiques ont été réalisés. Les résines précédemment sélectionnées ont été appliquées dans des rayures exécutées dans différentes plaques de PMMA extrudé:

  • Paraloid B67 à 10 et 20 % dans du white-spirit

  • Paraloid B72 à 10 et 20 % dans du méthoxypropanol

  • Les résines époxydes Hxtal NYL, l’Epotek 301-2, l’Araldite 2020

  • Norland NOA 61, NOA 74, NOA 76 et NOA 84.

  • 10  LE NAMOURIC, B.; SAINTE MARTHE, B., « Les photographies contemporaines montées sous Diasec: traite (...)

23Le comblement des rayures a été exécuté à l’aide d’un pinceau fin 5/0 en poils synthétiques. Après plusieurs exercices préliminaires, nous avons réalisé qu’un polissage final était indispensable pour mettre à niveau les comblements. Ce polissage est accompli manuellement au moyen de liquide de polissage Microgloss10 et ensuite nettoyé à l’eau déminéralisée.

Fig. 7 Le matériel et technique de polissage du PMMA

Fig. 7 Le matériel et technique de polissage du PMMA

Crédit © S. Squoquart

24L’étude du comblement des rayures a été réalisée en deux phases afin de tester deux techniques de restauration des rayures. La première technique (ci-dessous) consistait à combler les différentes rayures au moyen des résines sélectionnées. Après durcissement total de celles-ci, un polissage final était effectué manuellement.

Fig. 8 Schéma de la plaque éprouvette, réalisation d'un comblement puis du polissage final

Fig. 8 Schéma de la plaque éprouvette, réalisation d'un comblement puis du polissage final

Crédit © S. Squoquart

25La seconde technique de restauration testée consistait quant à elle à réaliser un prépolissage des zones rayées. Celui-ci devait permettre d’éliminer les bardes de matière PMMA engendrées lors de la réalisation des rayures dans la matière. Ce prépolissage était suivi d’un comblement au moyen des résines et d’un polissage final comme expliqué précédemment.

Fig. 9  Schéma échantillon prépolissage, comblement et polissage final

Fig. 9  Schéma échantillon prépolissage, comblement et polissage final

Crédit © S. Squoquart

26Les meilleurs résultats optiques ont finalement été obtenus par les résines époxydes Hxtal NYL 1 et Epotek 301-2 et les résines Norland NOA 61 et 74.Nous avons donc réalisé un test final de prépolissage/comblement/polissage sur Diasec® au moyen de ces résines.

Fig. 10 Schéma du traitement des rayures par comblement et polissage

Fig. 10 Schéma du traitement des rayures par comblement et polissage

Crédit © S. Squoquart

Fig. 11 Rayures dans un échantillon Diasec traitées suivant le schéma ci-joint

Fig. 11 Rayures dans un échantillon Diasec traitées suivant le schéma ci-joint

Crédit © S. Squoquart

Fig. 12 Rayures dans un Diasec traitées par technique de comblement et polissage (grossissement x 60)

Fig. 12 Rayures dans un Diasec traitées par technique de comblement et polissage (grossissement x 60)

Crédit © S. Squoquart

27Ces différents tests nous ont permis d’arriver aux conclusions suivantes :

28Pour l'instant, il n’est pas possible de réaliser un comblement de rayures ou d’altérations de surface sans effectuer un polissage final. Ce polissage est essentiel afin d’obtenir une mise à niveau des comblements, mais permet également la réduction des réseaux d'abrasions secondaires.Le  comblement des rayures très profondes ne permet pas leur disparition totale, mais bien de réduire considérablement leur visibilité et les perturbations optiques qu’elles engendrent sur l’œuvre.

29Lors de cette recherche, nous avons pu également observer que les meilleurs résultats optiques ont été obtenus par les résines époxydes Hxtal NYL-1, Epotek 301-2 et la résine Norland NOA 61. Parmi celles-ci, les résines plus stables sont la Hxtal NYL-1 et la NOA 61. Elles seront donc privilégiées par rapport aux autres résines étudiées lors de traitements de Diasec®. Cependant, le vieillissement des résines au contact du PMMA ainsi que leur réversibilité restent des questions à approfondir.

Étude d’un rétro éclairage adapté à l’œuvre

30Actuellement, le rétro éclairage halogène utilisé pose un problème de conservation de l’œuvre. En effet, celui-ci entraîne un dégagement de chaleur (90 % d’infrarouges) néfaste tant pour la photographie que pour le PMMA. De plus, l’intensité lumineuse de celui-ci allant de 5000 à 6000 lux est inadaptée et peut entraîner une décoloration de la photographie.Différentes solutions ont donc été envisagées afin de réduire l’effet néfaste du rétro éclairage en modifiant plusieurs paramètres de cet éclairage. Ces paramètres sont : la production d’UV et d’IR, l’intensité lumineuse et la durée d’exposition.

31Les sources lumineuses halogènes devront impérativement être remplacées par un rétro éclairage mieux adapté ne produisant pas d’IR ni d’UV. Diverses solutions et moyens de rétroéclairage ont été envisagés tels que l’utilisation de LED sous forme de spots ou de tubes ou encore l’utilisation de feuilles électroluminescentes. Ce mode de rétroéclairage sera sélectionné en fonction de la volonté de l’artiste, du propriétaire et des moyens financiers et techniques mis à disposition.

Fig. 13 Schéma de diverses méthodes possibles pour le rétro éclairage de l’œuvre

Fig. 13 Schéma de diverses méthodes possibles pour le rétro éclairage de l’œuvre

Crédit © S. Squoquart

Diminution de l’intensité et de la durée d’exposition

  • 11  Cette intensité lumineuse reste encore à définir avec l’artiste, les propriétaires de l’œuvre et s (...)

32Les photographies en couleurs font partie des procédés les plus sensibles à la lumière. Il est donc nécessaire d’employer une source lumineuse de faible intensité (50 lux) lors de leur exposition. Dans le cas de l’œuvre "Hommage à Jean Moulin", son lieu d’exposition contraint en premier lieu à la détermination de l’intensité lumineuse requise afin d’obtenir un contraste lumineux suffisant11. Selon l’intensité lumineuse nécessaire, la durée maximale d’exposition de l’œuvre peut être calculée. La solution envisagée ici est d’exposer moins souvent, mais correctement, l’œuvre plutôt que d’utiliser une faible intensité lumineuse pendant une plus longue durée.

33Afin de diminuer l’exposition à la lumière naturelle, des systèmes de stores enrouleurs pourront être placés devant l’œuvre et les baies vitrées du palier. Lorsque l’œuvre n’est pas exposée et lors des heures de fermetures de l’école (week-end, vacances scolaires, etc) ceux-ci pourront être fermés.

Conservation préventive

Le nettoyage

  • 12 MURPHY, E., “Basic care of face-mounted photographs at the Museum of Modern Art”, dans Topics in Ph (...)

34Selon trois études antérieures,12les tissus microfibres font partie des méthodes les plus adaptées pour le nettoyage des œuvres Diasec ®. Une étude complémentaire sur l’utilisation des tissus microfibres a donc été réalisée en collaboration avec l’ARCP (Atelier de restauration et de conservation des photographies de la ville de Paris). Différents tissus provenant de magasins spécialisés, d'opticiens  et de grandes surfaces ont pu être testés. Les meilleurs résultats de nettoyage ont été obtenus par les microfibres de marque HoyaluxID® et Atlantis®.

35Le PMMA étant extrêmement sensible à de nombreux solvants, il est recommandé de n’utiliser que de l’eau déminéralisée pour son nettoyage plus poussé. Cependant, ce nettoyage doit être effectué par une personne expérimentée, car si l’eau venait à passer entre le PMMA et la photographie cela pourrait entraîner des dégâts irréversibles sur l’œuvre tels qu’un gonflement de la gélatine ou un blanchiment de l’adhésif.

Manipulation et stockage

36La manipulation des œuvres Diasec® doit se faire avec prudence et de délicatesse. L’utilisation de gants est indispensable, de préférence  en nitrile ou en polyvinyle.

37Lors de stockage à long terme, l’œuvre doit être placée à l’abri de la poussière sous une housse en polyéthylène. On évitera également tout contact de la face avec d’autres œuvres.

Conservation préventive et éducation

38L’œuvre étant exposée au sein d’un lycée, celle-ci  peut être mise en danger par son exposition et par la proximité du public. Afin de la protéger, il serait envisageable de créer une mise à distance du public. Cependant, dans le cas de l’œuvre « Hommage à Jean Moulin » une sensibilisation et une responsabilisation  des étudiants, par le biais de cours sur l’Histoire et l’Art contemporain seraient une solution plus adaptée. De plus, cette sensibilisation pourrait entrer dans le quotidien éducatif du lycée. Il est essentiel de faire comprendre au public que cette œuvre appartient non seulement à l’établissement scolaire, mais également à tous les étudiants et aux générations futures.  

Conclusion

39Depuis la création des photographies montées par la face, la grande fragilité du PMMA et ses dégradations physiques ont entraîné des perturbations optiques et esthétiques plus ou moins importantes de ces œuvres. Notre étude visait à rechercher une/des solution(s) de restauration quant à ces altérations physiques et à trouver une méthode alternative au polissage généralement utilisé pour la réduction des abrasions et rayures.

40Différentes résines de comblement, telles que des résines époxydes, des résines acryliques et des résines polymérisant aux UV, ont été testées afin de combler des rayures au sein de plaques de PMMA. Les meilleurs résultats optiques de comblement ont été obtenus par les résines époxydes Hxtal NYL-1, Epotek 301-2 et la résine Norland NOA 61. Parmi celles-ci, les résines plus stables au vieillissement sont la Hxtal NYL-1 et la NOA 61. Elles seront donc privilégiées par rapport aux autres résines étudiées lors de traitements de Diasec®. Cependant, le vieillissement des résines au contact du PMMA ainsi que leur réversibilité restent à approfondir. La réalisation d’un polissage final est encore à cette heure essentielle afin d’obtenir une mise à niveau des comblements ; elle permet également la réduction des réseaux d'abrasions secondaires dans le PMMA.

41Au terme de ce travail, des solutions de conservation et de restauration ont été suggérées afin de préserver l’œuvre d’Élisabeth Legrand en conciliant sa « vie » au sein d’un lycée et sa conservation. Cependant, les recherches et les solutions envisagées lors de cette étude ne se sont pas limitées au cadre de la seule restauration de cette œuvre unique et spécifique, mais avaient pour but de pouvoir être extrapolées et appliquées à d’autres photographies montées par la face.

Top of page

Bibliography

BREITUNG, E., « Survey of abrasion resistant acrylics and polycarbonates for face-mounted photographs”, dans Topics in photographic preservation, volume 12, Washington, AIC, 2007.

BRYDSON, J., Plastics materials, Oxford, Butterworth-Heinemann, 1999

CASELLA, L. ; MOORE, C., « Research on methods for cleaning face-mounted photographs » , dans Topics in photographic preservation, 13, AIC, Washington, 2009, pp. 200-208.

DAFFNER, L. – A. ; MCGLINCHEY, C, The big picture: conservation research program for contemporary color photographs , London, IIC, 2004, pp. 109-113.

EZRATI, J-J.,Manuel d’éclairage muséographique, Dijon,OCIM, 1995.

JÜRGENS, M. ; MURRAY, A; PÉNICHON, S., Light and dark stability of laminated and face mounted photographs, a preliminary investigation , London, IIC, 2002, pp. 155-159.

LAVEDRINE, B., GANDOLFO, J-P, MANOD, S., Les collections photographiques, guide de conservation préventive , AISAG, Paris, 2000, pp.171-192.

LE NAMOURIC, B. ; SAINTE MARTHE, B., « Les photographies contemporaines montées sous Diasec: traitements des dommages de surface et conservation préventive », dans Conservation restauration des biens culturels, n°27 Paris, ARAAFU, 2009.

MURPHY, E., “Basic care of face-mounted photographs at the Museum of Modern Art”, dans Topics in Photographic preservation, 13, AIC, Washington, 2007, pp. 160- 174.

PARDOS, F., “Polyméthacrylate de méthyle“, dans Techniques de l’ingénieur, Paris, 2009.

PÉNICHON, S. ; JÜRGENS, M., « Two finishing techniques for contemporary photographs », dans Topics in photographic preservation, vol 9, Washington, AIC, 2001, pp.2-4.

SALE, D., “The effect of solvents on four plastics found in museum collections: A treatment dilemma”, dans Modern Organic Materials, The Scottish Society for Conservation and Restoration, Preprints of the Meeting, 1988, pp. 105-113.

WEI, W., International research on the conservation and restoration of face mounted photographs , ICOM, 2008. pp. 709-715.

Top of page

Notes

1 PÉNICHON, S. ; JÜRGENS, M., « Two finishing techniques for contemporary photographs », dans Topics in photographic preservation, vol 9, Washington, AIC, 2001, pp.2-4.

DAFFNER, L. – A. ; MCGLINCHEY, C, The big picture: conservation research program for contemporary color photographs , London, IIC, 2004, pp. 109-113.

Breitung, E., « Survey of abrasion resistant acrylics and polycarbonates for face-mounted photographs”, dans Topics in photographic preservation, volume 12, Washington, AIC, 2007.

2 BRYDSON, J., Plastics materials, Oxford, Butterworth-Heinemann, 1999; PARDOS, F., “Polyméthacrylate de méthyle“, dans Techniques de l’ingénieur, Paris, 2009, p. 3350.

3 PÉNICHON, S. ; JÜRGENS, M., « Two finishing techniques for contemporary photographs », dans Topics in photographic preservation, vol 9, Washington, AIC, 2001, pp.2-4.

4 WEI, W., International research on the conservation and restoration of face mounted photographs , ICOM, 2008. pp.709-715.

5 SALE, D., “The effect of solvents on four plastics found in museum collections: A treatment dilemma”, dans Modern Organic Materials, The Scottish Society for Conservation and Restoration, Preprints of the Meeting, 1988, pp. 105-113.

6 WEI, W., International research on the conservation and restoration of face mounted photographs , ICOM, 2008. pp.709-715.

7 Ezrati, J-J.,Manuel d’éclairage muséographique, Dijon,OCIM, 1995.

LAVEDRINE, B., GANDOLFO, J-P, MANOD, S., Les collections photographiques, guide de conservation préventive , AISAG, Paris, 2000, pp.171-192.

8 JÜRGENS, M.; MURRAY, A; PÉNICHON, S.,Light and dark stability of laminated and face mounted photographs, a preliminary investigation , London, IIC, 2002, pp. 155-159.

9 SALE, D., “The effect of solvents on four plastics found in museum collections: A treatment dilemma”, dans Modern Organic Materials, The Scottish Society for Conservation and Restoration, Preprints of the Meeting, 1988, pp. 105-113.

10  LE NAMOURIC, B.; SAINTE MARTHE, B., « Les photographies contemporaines montées sous Diasec: traitements des dommages de surface et conservation préventive », dans Conservation restauration des biens culturels, n°27 Paris, ARAAFU, 2009.

11  Cette intensité lumineuse reste encore à définir avec l’artiste, les propriétaires de l’œuvre et selon l’éclairage général de la salle d’exposition.

12 MURPHY, E., “Basic care of face-mounted photographs at the Museum of Modern Art”, dans Topics in Photographic preservation, 13, AIC, Washington, 2007, pp. 160- 174.

CASELLA, L.; MOORE, C., « Research on methods for cleaning face-mounted photographs », dans Topics in photographic preservation, 13, AIC, Washington, 2009, pp. 200-208.

LE NAMOURIC, B.; SAINTE MARTHE, B., « Les photographies contemporaines montées sous Diasec: traitements des dommages de surface et conservation préventive », dans Conservation restauration des biens culturels, n°27 Paris, ARAAFU, 2009, pp. 45-53.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 L'oeuvre "Hommage à Jean Moulin" d'Élisabeth Legrand
Credits Crédit © S. Squoquart
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2700/img-1.jpg
File image/jpeg, 176k
Title Fig. 2 Schéma d'une coupe transversale d'un montage par la face
Credits Crédit © S. Squoquart
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2700/img-2.jpg
File image/jpeg, 12k
Title Fig. 3 Abrasions sur l'ensemble de la surface du PMMA
Credits Crédit © S. Squoquart
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2700/img-3.jpg
File image/jpeg, 28k
Title Fig. 4 Rayures dans la partie inférieure gauche de l'œuvre
Credits Crédit © S. Squoquart
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2700/img-4.jpg
File image/jpeg, 20k
Title Fig. 5 Tableau rassemblant les différentes résines employées lors de la première phase de l'étude
Credits Crédit © S. Squoquart
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2700/img-5.jpg
File image/jpeg, 24k
Title Fig. 6 Plaques tests des résines : référence, chaleur, lumière
Credits Crédit © S. Squoquart
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2700/img-6.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Fig. 7 Le matériel et technique de polissage du PMMA
Credits Crédit © S. Squoquart
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2700/img-7.jpg
File image/jpeg, 24k
Title Fig. 8 Schéma de la plaque éprouvette, réalisation d'un comblement puis du polissage final
Credits Crédit © S. Squoquart
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2700/img-8.jpg
File image/jpeg, 32k
Title Fig. 9  Schéma échantillon prépolissage, comblement et polissage final
Credits Crédit © S. Squoquart
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2700/img-9.jpg
File image/jpeg, 36k
Title Fig. 10 Schéma du traitement des rayures par comblement et polissage
Credits Crédit © S. Squoquart
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2700/img-10.jpg
File image/jpeg, 16k
Title Fig. 11 Rayures dans un échantillon Diasec traitées suivant le schéma ci-joint
Credits Crédit © S. Squoquart
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2700/img-11.jpg
File image/jpeg, 28k
Title Fig. 12 Rayures dans un Diasec traitées par technique de comblement et polissage (grossissement x 60)
Credits Crédit © S. Squoquart
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2700/img-12.jpg
File image/jpeg, 20k
Title Fig. 13 Schéma de diverses méthodes possibles pour le rétro éclairage de l’œuvre
Credits Crédit © S. Squoquart
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2700/img-13.jpg
File image/jpeg, 15k
Top of page

References

Electronic reference

Sabine Squoquart, « La conservation-restauration des photographies couleur montées par la face sur PMMA », CeROArt [Online], EGG 2 | 2012, Online since 19 June 2012, connection on 21 July 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2700

Top of page

About the author

Sabine Squoquart

Sabine Squoquart, conservatrice-restauratrice de peintures de chevalet. Diplômée Master II approfondi de l’ESA Saint Luc Liège (Belgique) en 2011. Stagiaire à l’ARCP, Atelier de Restauration et de Conservation des Photographies de la ville de Paris, de Janvier 2011 à juin 2011.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org