Navigation – Plan du site
Dossier

Étude de l’influence des couches de non-tissés intermédiaires dans la réversibilité du doublage thermoplastique au Plextol B500®

Virginie Le Poizat

Résumés

Les choix concernant les matériaux et la mise en œuvre d’un doublage du support original d’une peinture par un textile et des adhésifs synthétiques sont souvent pris de manière empirique par les restaurateurs, sans être précédés de tests précis. La réversibilité, qui est un principe de déontologie primordial est encore imprécise pour ce type de doublage. Nous avons étudié par des expérimentations comment celle-ci peut être déterminée par le choix des couches intermédiaires.

Haut de page

Notes de la rédaction

École de Condé – Olivier Nouaille

Texte intégral

Introduction

  • 1  Le terme de couche d’intervention désigne une « couche fragile par nature ». Elle vise à « assurer (...)

1Depuis l’apparition du doublage synthétique dans la seconde moitié du XXe siècle, faisant suite à l’élaboration des adhésifs synthétiques dans les années 1930, les choix de mise en œuvre ont souvent été faits de manière empirique par les restaurateurs. A l’occasion d’un mémoire de fin d’études dont est issu cet article, il a été choisi d’étudier, grâce à des expérimentations, la réversibilité du doublage en fonction d’un élément important de sa mise en œuvre, les couches de non-tissé intermédiaires, ou couches d’intervention1. En effet, ce qui caractérise la réversibilité d’un rentoilage ou un doublage est sa résistance au pelage. Celle-ci ne doit pas être trop faible, sinon la résistance du doublage serait elle-même trop faible, mais ne doit pas non plus être trop élevée, sinon cela pourrait rendre son retrait difficile et amoindrirait ainsi la réversibilité de l’opération.

2Nos choix de matériaux et de mise en œuvre pour le doublage synthétique au Plextol B500® seront présentés en première partie de l’article. Des tests, détaillés en seconde partie, ont été effectués dans le but de déterminer quelle épaisseur de non-tissé il conviendrait d’utiliser parmi les trois disponibles sur le marché de la restauration.

Présentation du sujet de l’étude technico-scientifique

Définition du doublage synthétique 

3Contrairement au rentoilage qui existe depuis environ quatre siècles et qui a donné naissance au métier de restaurateur, le doublage synthétique est récent. On utilise depuis son apparition des adhésifs synthétiques, afin de sceller une toile de doublage à une toile originale ne pouvant plus garantir à elle seule le maintien de la couche picturale.

  • 2  La remise en question du rentoilage traditionnel a débuté dans les années 1980. Les essais de mise (...)

4On emploie depuis ce temps-là le terme de « doublage », car le but, avec l’utilisation d’adhésifs synthétiques, était d’occasionner une pénétration beaucoup moins importante dans la stratigraphie originale, à l’inverse du rentoilage traditionnel, effectué avec un adhésif aqueux, qui imprègne la totalité de la stratigraphie2.

L’enjeu : l’étude de la réversibilité de l’opération

5Différentes écoles s’opposent dans la définition du doublage synthétique, notamment au sujet de sa réversibilité. Étant une méthode récente, sa réversibilité est encore peu connue. On entend par le terme de réversibilité la possibilité d’ôter le support textile de doublage avec une force qui n’altérera pas l’œuvre originale, tout en y laissant le moins possible de résidus d’adhésifs. Celui-ci doit avoir pénétré le moins possible à l’intérieur de la stratigraphie, tout en assurant une bonne adhésion entre la toile originale et la toile de doublage.

Les matériaux

Les adhésifs synthétiques : définition et formation chimique

  • 3  J. VALLOT H., PETIT. Glossaire des peintures et vernis. Puteaux : Erec, 1991.

6Les adhésifs synthétiques sont des polymères de nature organique, synthétisés à partir d’un nombre « n » d’entités d’une espèce chimique, également appelés monomères. Le polymère obtenu par combinaison de ces entités devient une macromolécule, dont les milliers d’atomes sont associés par des liaisons de valence primaire3.

  • 4  DELCROIX, Gilbert, HAVEL, Marc. Phénomènes physiques et peinture artistique. Puteaux : Erec, 1988. (...)
  • 5  Polyaddition : La réaction de polymérisation se fait avec un réactif ayant deux fonctions chimique (...)

7Les macromolécules formant ces adhésifs synthétiques sont obtenues par polyaddition ou polycondensation4. Les résines vinyliques et acryliques, qui nous intéressent dans le cadre du doublage, sont obtenues par polyaddition5.

  • 6  Radical libre : molécule présente dans certaines cellules et possédant en périphérie un électron c (...)
  • 7  FONTANILLE, MICHEL, GNANOU, YVES. Op. Cit.

8Pour qu’une réaction de polymérisation ait lieu, il faut qu’elle soit catalysée par une source énergétique, comme la chaleur, les rayonnements lumineux… C’est une réaction complexe, intervenant entre deux monomères identiques, possédant chacun une double liaison entre deux atomes de carbone. La présence d’un catalyseur ouvre les doubles liaisons, créant ainsi des radicaux libres6 qui réagissent entre eux pour former une longue chaîne de monomères7; ils sont liés entre eux par des liaisons simples. Dans le cas de la polyaddition, la réaction de polymérisation se fait avec un réactif ayant deux fonctions chimiques différentes.

9Les adhésifs synthétiques sont en général à base de résines acryliques ou vinyliques et de cires adhésives synthétiques. Parmi les résines synthétiques on distingue les thermoplastiques, les thermodurcissables ou duromères, et les élastomères. Les thermoplastiques sont très utilisés dans le domaine de la restauration, car réversibles.

10Les résines vinyliques et acryliques ont des propriétés proches des résines tendres naturelles (comme les résines dammar ou mastic, employées en restauration pour l’élaboration de vernis), notamment concernant leur solubilité. Elles s’avèrent intéressantes, car elles sont plus stables et jaunissent moins que les résines naturelles.

  • Les résines vinyliques : Elles sont  constituées de polymères à chaîne non ramifiée comportant des dérivés du monomère CH=CH-R. parmi les adhésifs polyvinyliques principalement utilisés en restauration on peut citer l’acétate de polyvinyle (consolidation de toile ou liant de retouche par exemple), ou les alcools polyvinyliques (encollage ou apprêtage des textiles).

    • 8  Idem ci-dessus.
    • 9  J. VALLOT H., PETIT Op. Cit.

    Les résines acryliques : Elles sont constituées de polymères non ramifiés8, comportant des esters dérivés des acides acryliques et méthacryliques, dont les formules sont les suivantes9 : Acide acrylique : HC=CH-COOH et Acide méthacrylique : HC=C(CH)-COOH

  • 10  Un ester est obtenu par réaction d’un acide et d’un alcool, avec élimination d’eau. FONTANILLE, MI (...)
  • 11  Nitrile : Nom générique des dérivés R―C≡N de l'acide cyanhydrique. (Découverts en 1834 par Pelouze (...)
  • 12  Une amide est obtenue par réaction d’une amine et d’un acide, avec élimination d’eau. FONTANILLE, (...)
  • 13  DELCROIX, Gilbert, HAVEL, Marc. Op. Cit. p.79.

11Les résines synthétiques utilisées pour le doublage des peintures sont des résines acryliques, et non des résines vinyliques. Elles sont obtenues par polymérisation des dérivés des acides acrylique et méthacrylique, tels que leurs esters10, leurs nitriles11 et leurs amides12. Les adhésifs utilisés en restauration de tableaux sont obtenus à partir des esters simples ou combinés13, auxquels nous nous intéresserons donc.

Le Plextol B500®

  • 14  Une dispersion est un mélange de deux phases distinctes dans lequel l’une des phases est assimilab (...)
  • 15  CHEVALIER, Aurélia. Op. Cit.

12Nous prendrons comme exemple pour expliquer la synthèse des esters d’acrylique et de méthacrylique, le Plextol B500®, qui est une dispersion14 constituée d’acrylate d’éthyle et de méthacrylate de méthyle15.

  • 16  MEHRA, W. Comparative study on conventional relining methods and materials and a research towards (...)

13Vishwa Raj Mehra, proposa en 1972 en Hollande le doublage au Plextol B500®. Cet adhésif présentait de bonnes propriétés : réversibilité, transparence, bonne cohésion, souplesse, stabilité, résistance… Cet adhésif utilisé en petite quantité permettrait une bonne réversibilité rendant une séparation facile de la toile originale et de la toile de doublage16. Des essais de doublage avaient été effectués avant, avec des résines vinyliques type Movilith®.

14Le Plextol® est soluble dans certains hydrocarbures aromatiques comme le Toluène et le Xylène,  dans les cétones et les esters, mais insoluble dans l’eau. On peut cependant le diluer dans l’eau. Le Plextol D360® et le Plextol D498® sont eux aussi des adhésifs employés pour le doublage. Mais le Plextol B500® est souvent considéré comme l’adhésif présentant un bon compromis entre souplesse et résistance.

Les tissus intermédiaires

  • 17  YOUNG, Christina, ACKROYD Paul. Op. Cit.
  • 18  Non-tissé : Nappe de fibres enchevêtrées, réparties soit au hasard, soit selon une direction privi (...)
  • 19  BUISSON, Claire. La peinture murale à la cire à Paris, dans la 1ère moitié du XIXème siècle : Etud (...)
  • 20  CHEVALIER, Aurélia. Histoire de la restauration des supports toiles au XXe siècle. Un  épisode imp (...)

15Dans les années 1980, Gustav Berger voulut améliorer les capacités protectrices de la Beva® en incorporant des matériaux intermédiaires en polyester, en sandwich entre la toile originale et la toile de doublage17. Il s’agit en général de non-tissés18.Cette méthode fut utilisée aussi pour le Plextol B500®. Les restaurateurs se mirent à considérer à partir de ce moment-là que cela apporte une meilleure réversibilité au doublage19. Non seulement parce que le retrait est supposé être plus facile, et l’adhésif pénétrer moins à l’intérieur de l’œuvre originale.  La présence de couche intermédiaire est censée aussi apporter une meilleure homogénéité au doublage.20 Elle permet en outre de lui donner une meilleure rigidité, et d’empêcher l’impression de la texture de la toile de doublage sur l’œuvre originale.

16Mais il n’y a pas que les non-tissés qui peuvent être utilisés comme tissus intermédiaires. On trouve aussi différents papiers, choisis en fonction de leur élasticité ou leur rigidité, comme le papier de soie, le papier Japon, ou encore des tissus naturels ou synthétiques de fine épaisseur.

17Les non-tissés peuvent être aussi de plusieurs sortes : ils peuvent être formés à partir de fibres de polyester, de polypropylène, de polyamides, ou de fibres de verre. Les avantages du non-tissé sont sa finesse, sa résistance, ou encore son insensibilité aux moisissures, de par sa composition synthétique ; c’est pourquoi il s’agit du tissu intermédiaire le plus utilisé par les restaurateurs pour le doublage synthétique.

La toile de doublage

  • 21  Comportement isotropique : Capacité à conserver les mêmes propriétés physiques dans toutes les dir (...)

18Le choix de la toile de doublage est d’une importance capitale, car elle joue un rôle prédominant dans la réussite du doublage. Elle servira à stabiliser le support original, et à consolider l’œuvre. Son choix doit donc être réfléchi pour remplir au mieux ces conditions, tout en étant à la fois solide et souple, résistante à la lumière et aux variations de température et d’humidité, et tout en adhérant correctement aux autres matériaux du doublage, et présentant un bon comportement isotropique21.

  • 22  BERGEON LANGLE, Ségolène, CURIE, Pierre. Op. Cit. Fibre synthétique, p.502.

19De nombreux choix de textiles s’offrent à nous. Nous avons les toiles en fibres naturelles (lin, coton, ou chanvre), traditionnellement utilisées en restauration, et les toiles en fibres synthétiques (polyester par exemple22) ou en fibres de verre.

20En lin, coton ou chanvre, la toile en fibres naturelles est le support et tissu de renfort le plus couramment utilisé. Lors d’un rentoilage ou d’un doublage, on choisit en général une toile de la contexture (épaisseur des fils et tissage) la plus proche possible de celle de la toile originale. Pour nos expérimentations nous avons choisi une toile de lin brute provenant de chez le fournisseur Marin®, répertoriée sous le numéro 19.

Le doublage thermoplastique

21Outre les différents types de supports de renfort, d’adhésifs ou de matériaux intermédiaires lorsqu’il y en a, il y a différentes méthodes de mise en œuvre. Celles-ci diffèrent par l’utilisation ou non de chaleur et de pression, par les techniques d’application de l’adhésif et par l’utilisation ou non de tissus intermédiaires. Il existe par exemple, parmi les principales méthodes, le doublage par réactivation, le doublage à froid (ou cold-lining), le Nap-bond lining, ou encore le doublage thermoplastique. Nous avons choisi pour nos tests la méthode du doublage thermoplastique.

  • 23  Idem, ci-dessus.

22Cette technique exploite les propriétés thermoplastiques de certaines résines synthétiques. Lorsqu’elles sont chauffées, celles-ci deviennent collantes. L’utilisation de chaleur permet dont d’assembler deux couches de matériaux par pression23.

23Après encollage du support textile original et de la partie du support de renfort qui sera directement en contact avec la toile, on laisse sécher la résine synthétique à température ambiante. Les deux supports sont ensuite mis en contact et soumis à la chaleur (environ 65 °C, le seuil de tolérance à la chaleur d’une peinture sur toile étant en moyenne de 70 °C), et à la pression d’une table à basse pression.

Présentation de la problématique

24L’utilisation du non-tissé en couche intermédiaire d’un doublage et le choix de son épaisseur relèvent souvent de choix empiriques chez les restaurateurs. Il paraît donc intéressant de tenter ne serait-ce que de savoir si le choix du non-tissé peut se faire de manière scientifique.

25Il est donc intéressant d’étudier le rôle du non-tissé sur un paramètre important en restauration, la réversibilité. La réversibilité d’un doublage se caractérise par deux points :

  • La facilité de démontage du doublage

  • L’absence de résidus d’adhésifs au sein de l’œuvre originale après démontage

26Nous avons choisi dans un premier temps de mesurer la force nécessaire au démontage d’un doublage. Le but de cette étude est donc de déterminer si la présence de non-tissé joue effectivement un rôle dans la réversibilité d’un doublage, et si oui quel est le non-tissé qui serait le plus adapté parmi ceux présents sur le marché.

Préparation des échantillons

Choix des matériaux

27Le Plextol B500® est d’abord épaissi par addition de Xylène dans des proportions 50/50.

28La toile de lin semble le support de renfort adéquat pour ces tests, la toile naturelle étant le matériau le plus utilisé encore actuellement, pour ses qualités esthétiques et mécaniques. La toile sera décatie avant utilisation : elle sera mouillée et frottée vigoureusement à plusieurs reprises afin d’atteindre l’allongement maximal de ses fibres ; la toile n’étant plus élastique, sa capacité de déformation sera moindre.

29Nous utiliserons pour ces tests les différentes épaisseurs de non-tissés présents sur le marché de la restauration.

  • Non-tissé de fine épaisseur : 17 g/m²

  • Non-tissé d’épaisseur moyenne : 35 g/m²

  • Non-tissé épais : 70 g/m²

Mise en œuvre des doublages fictifs

30Pour qu’un doublage soit efficace, il doit y avoir sur l’ensemble une répartition égale de la pression et de la chaleur, ce qui est possible grâce à la table chauffante aspirante.

31Des éprouvettes seront réalisées pour ces tests.  Il s’agira de tableaux fictifs doublés dans les mêmes conditions que pour un vrai tableau (fig.1).

Fig. 1  Tableaux fictifs préparés pour les tests

Fig. 1  Tableaux fictifs préparés pour les tests

Les tableaux fictifs sont encollés et apprêtés au Gesso.

© Photo : Virginie Le Poizat.

Préparation des tableaux fictifs 

32Il s’agit de carrés de toile décatie de douze centimètres de côté , tendus par des agrafes sur une planche de bois après avoir été encollés à la colle de peau diluée à 8 % dans de l’eau.

33Ils sont ensuite peints en leur centre sur des carrés de huit centimètres de large, pour laisser des bandes de rabats fictives. Ils sont peints avec du Gesso®, qui est un matériau utilisé en général pour préparer les toiles à peindre, à base de sulfate de calcium et de colle animale.

Préparation des toiles de doublage fictives

34Ce sont des carrés de la même toile, les contextures d’une toile originale et de sa toile de doublage devant être les plus proches possibles, de même dimension, et tendues de la même manière sur une planche de bois, après avoir été aussi encollés à la colle de peau.

35L’application du Plextol® et des différents non-tissés se fait aussi au centre des toiles tendues, sur des carrés de huit centimètres de large (fig. 2 et 3). Cela permettra lors des essais de pelage de positionner entre les pinces du dynamomètre les bandes de rabat ainsi formées.

Fig. 2 Encollage des toiles de doublage fictives au Plextol B500®

Fig. 2 Encollage des toiles de doublage fictives au Plextol B500®

Une seringue permet d’encoller chaque toile avec la même quantité de Plextol B500®.

© Photo : Virginie Le Poizat.

Fig. 3 Encollage des toiles de doublage fictives au Plextol B500®

Fig. 3 Encollage des toiles de doublage fictives au Plextol B500®

Le Plextol étendu à la spatule

© Photo : Virginie Le Poizat.

  • 24  CHEVALIER, Aurélia. L’usage des adhésifs synthétiques. Histoire et évolution récente en support to (...)

36Toutes les toiles de doublage sont encollées avec une première couche de Plextol B500® de 0,9 gramme (poids déterminé après plusieurs essais), à la spatule, afin que l’adhésif reste en surface. Une faible quantité de résine synthétique suffit pour garantir une adhésion suffisante lors du doublage, et cela facilite la réversibilité du montage24.Ensuite, si l’on rajoute un non-tissé, on le coupe aux dimensions prédéfinies, sous la forme d’un carré de huit centimètres de côté, et on le fait adhérer à la toile de doublage avec 1,3 gramme de Plextol B500®. Cette étape est sautée pour les échantillons préparés sans non-tissé. Pour finir, pour toutes les toiles de doublage, on applique une dernière couche de 1 gramme de Plextol B500®.

Élaboration du doublage 

37Le doublage se fera dans les conditions d’un doublage thermoplastique. Les toiles de doublage et de rentoilage seront mises en contact l’une avec l’autre, et posées sur une table chauffante aspirante à une pression d’environ cent bars, et à une température de 70 °C, durant quelques minutes, le temps de ramollir la colle (fig.4). La température de la table à basse pression sera ensuite descendue à température ambiante, tout en conservant la pression, afin que le scellage se produise. Les éprouvettes ainsi doublées seront laissées au repos durant quarante-huit heures, afin de garantir un séchage complet, avant de procéder aux tests.

Fig. 4  Scellage des éprouvettes sur table aspirante

Fig. 4  Scellage des éprouvettes sur table aspirante

Les deux toiles de chaque éprouvette sont scellées grâce à un apport de chaleur et de pression sur table aspirante.

© Photo : Virginie Le Poizat.

Mise en œuvre des tests

Le dynamomètre

38Le dynamomètre que nous avons utilisé est électronique. Son unité est le kilo, et la précision de sa mesure est de l’ordre de 0.1 kg. Le dynamomètre permettra de mesurer la force nécessaire au pelage de chaque éprouvette.

Les tests de pelage

39Une pince de bois tirera un rebord de toile du tableau fictif, pendant que le rebord de toile de doublage parallèle à celui-ci sera maintenu par une autre pince. Le dynamomètre mesure durant le pelage la force employée (fig. 5, 6 et 7). Nous retiendrons pour les tests les valeurs maximales émises par le dynamomètre, celles-ci étant significatives de la force nécessaire au démontage complet du doublage.

Fig. 5  Mise en œuvre des tests de pelage

Fig. 5  Mise en œuvre des tests de pelage

Le système élaboré permet d’effectuer le pelage des échantillons tout en mesurant la force employée (en kg) au dynamomètre.

© Photo : Virginie Le Poizat.

Fig. 6  Pelage

Fig. 6  Pelage

Vue externe du pelage.

© Photo : Virginie Le Poizat.

Fig. 7  Pelage

Fig. 7  Pelage

Vue interne du pelage.

© Photo : Virginie Le Poizat.

40La force nécessaire au pelage doit être la moins élevée possible, pour contraindre l’œuvre originale le moins possible. La force de pelage doit être supérieure aux forces d’adhésion qui résident entre le support de renfort et la toile originale. Cela implique que ces forces d’adhésion doivent être suffisantes pour garantir un renfort suffisant à l’œuvre doublée, tout en étant suffisamment faibles pour que le doublage soit facilement réversible.

Les pré-tests

Enjeu des pré-tests

41Nos pré-tests seront effectués sur des tableaux fictifs doublés comprenant un non-tissé intermédiaire d’épaisseur moyenne, soit 35 g/m².

Résultats des Pré-tests :

42Le caractère positif des pré-tests dépend du calcul de la marge d’erreur. Les échantillons étant tous mis en œuvre de manière identique, les tests de pelages doivent être eux aussi identiques. Sur trente échantillons, on écartera les six échantillons dont les mesures de pelage sont trop éloignées des mesures des autres (soit deux sur dix). On estimera que ces erreurs peuvent être dues à un défaut de mis en œuvre (fig.8).

Fig. 8  Résultats des pré-tests

Fig. 8  Résultats des pré-tests

Ces mesures ont été relevées lors de pré-tests sur les trente échantillons.

© Photo : Virginie Le Poizat.

43Les échantillons restants présentent des résultats similaires, avec une erreur relative de 11.5 %, selon nos calculs :

  • Moyenne : 6.5

  • Valeur maximale : 6.9

  • Valeur minimale : 6.1

  • Erreur absolue : 0.8

  • Erreur relative : 0.8x100/6.9= 11,5 %

44L’erreur absolue étant de 0.8, nous considérerons les résultats en incluant une incertitude de ±0.8.

Résultats des tests

45Des tests de résistance au pelage des différents échantillons de doublage fictifs nous permettront de savoir quelle est la force nécessaire pour désolidariser les toiles de doublage des toiles originales.

46Les tests ont tous été effectués en même temps, une semaine après l’élaboration des doublages fictifs, dans les mêmes conditions de température et de pression. Nous avons aussi élaboré trois nouveaux échantillons de doublages fictifs avec le non-tissé de 35g/m² afin que ceux-ci soient soumis aux mêmes conditions climatiques que les autres échantillons, et s’assurer que ses mesures soient comparables avec les autres.

47Le tableau relève les valeurs des forces nécessaires au pelage des différents doublages, exprimées en kilogrammes par le dynamomètre (fig. 9). Les pré-tests nous ont révélé que ces résultats doivent être considérés avec une erreur relative de 11.5 %, soit une incertitude de plus ou moins 0.8 kg.

Fig. 9  Résultats des tests

Fig. 9  Résultats des tests

Relevé en kg des forces nécessaires au pelage en fonction de l’épaisseur de la couche intermédiaire.

© Photo : Virginie Le Poizat.

Interprétation graphique des résultats

48L’apparence générale du diagramme (fig. 10) nous fait penser que plus le non-tissé intermédiaire est épais, moins la désolidarisation des deux toiles nécessite une force élevée; l’exception étant le doublage comportant un non-tissé fin de 17g/m², et qui nécessite une force très élevée comparée aux autres pour le démonter, encore plus élevée que pour le doublage ne comportant pas de non-tissé. Les doublages comportant des non-tissés de 35 g/m² et de 70 g/m² présentent des résultats très proches, qui peuvent être considérés comme identiques, étant donnée notre incertitude de ±0.8 kg. En effet, en prenant en compte l’incertitude, le résultat du test avec le non-tissé de 35g/m² peut être compris entre 5.8 kg et 7.3 kg, et entre 4.7 kg et 6.3 kg pour le non-tissé de 70.g/m².

Fig. 10  Interprétation graphique des résultats

Fig. 10  Interprétation graphique des résultats

Force nécessaire au pelage en fonction de l’épaisseur de la couche intermédiaire.

© Photo : Virginie Le Poizat.

Interprétation des résultats

49Nous pouvons estimer à partir de ces tests que les non-tissés semblant apporter le plus de réversibilité au doublage au Plextol B500® sont les deux plus épais, de 35 g/m² et de 70 g/m².

50Le doublage sans non-tissé a une réversibilité non satisfaisante, nécessitant une force de 10.3 kg en moyenne pour être démonté.

51De plus, l’utilisation d’un non-tissé fin de 17g/m² s’avère être pire que l’absence de non-tissé, car le démontage d’un doublage effectué avec celui-ci nécessite une force encore plus importante, de 13.7 kg en moyenne. Cette force élevée est peut-être due à la fragilité de ce non-tissé, dont les forces de cohésion sont proches des forces d’adhésion résidant entre lui et la toile originale ; le non-tissé se désolidariserait ainsi au niveau cohésif au moment du pelage, ce qui aurait pour conséquence d’augmenter la force nécessaire au démontage du doublage.

Limites de l’expérimentation

52L’expérimentation a été effectuée à partir d’une mise en œuvre de doublage bien précise, alors qu’il existe autant de méthodes de doublages que de restaurateurs.

53Il faut bien sûr signaler que les tests ayant été préparés manuellement, l’erreur humaine est à prendre en compte. De plus, comme nous les avons préparés seul, les échantillons ont été préparés et posés sur la table aspirante les uns après les autres, ce qui a pu provoquer des différences au niveau de l’adhésion. Cela expliquerait notre marge d’erreur de 11,5 %. Les résultats sont donc à considérer avec du recul.

54De plus, la pénétration de l’adhésif au sein de l’œuvre après retrait de la toile de doublage est aussi à prendre en compte dans la notion de réversibilité. Ainsi moins il y a de résidus d’adhésif au sein de l’œuvre, plus le doublage est réversible. Ceci n’a pas été mesurable avec les moyens dont nous disposions durant l’expérimentation, car la mise en œuvre et les outils de mesures manquaient de précision.

Conclusion

55 Cette étude technico-scientifique devait démontrer le rôle des couches de non-tissés intermédiaires dans la réversibilité d’un doublage synthétique au Plextol B500®.  Nous nous sommes limités à un adhésif précis et à une méthode précise, car le but n’était pas d’étudier l’adhésif ou la mise en œuvre, mais bien l’influence de l’épaisseur du non-tissé intermédiaire, dont le choix est en général empirique dans les ateliers de restaurateurs.

56D’après les résultats nous avons bien une diminution de la résistance au pelage des doublages fictifs avec la présence de non-tissés ; exception faite du non-tissé de 17,5 g/m² qui augmente considérablement cette résistance, et dont l’utilisation serait donc à exclure dans le cas du doublage.

57Ces résultats nous paraissent logiques. Ils sont donc à prendre en compte, mais en considérant qu’il serait prudent de les réitérer avec d’autres méthodes de doublage, car plusieurs facteurs peuvent influencer la réversibilité d’un doublage, que ce soient par exemple la nature ou le nombre de couches intermédiaires, ou la quantité d’adhésif utilisée. Ainsi, chaque restaurateur à la possibilité d’estimer la réversibilité de ses propres méthodes de doublage, en mettant en œuvre ce genre de tests. La précision de la préparation des échantillons peut être facilement améliorée, notamment en travaillant en équipe.

Haut de page

Bibliographie

BERGEON-LANGLE, Ségolène, Catalogue de l’exposition Andrea Solario en France. Dossier du département des peintures n°31. Paris : Éditions de la réunion des musées nationaux, 1985.

BUISSON, Claire, La peinture murale à la cire à Paris, dans la 1ère moitié du XIXe siècle : Étude de quelques résines synthétiques. Doublage à froid par pulvérisation d’un solvant. Paris : IFROA, 1983.

CHEVALIER, Aurélia, Histoire de la restauration des supports toile au XXe siècle. Un épisode important de la restauration contemporaine : l’usage des adhésifs synthétiques. Mémoire de DEA d’histoire de l’art. Paris : Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2005.

CHEVALIER, Aurélia, « L’usage des adhésifs synthétiques. Histoire et évolution récente en support toile ». Coré, Conservation et restauration du patrimoine culturel. Paris : SFIIC, décembre 2007, pp 53- 58.

DELCROIX, Gilbert, HAVEL, Marc, Phénomènes physiques et peinture artistique. Puteaux : Erec, 1988.

FONTANILLE, Michel, GNANOU, Yves, Chimie et physico-chimie des polymères. Paris : Dunod, 2010.

MEHRA, W., Études comparatives des méthodes de rentoilage conventionnel et recherche vers leur évaluation. Madrid : 1972. Rentoilage à froid et conservation de la couche picturale dans un système à triple tension. Zagreb : 1978. Réduction des contraintes dans le rentoilage des peintures sur toile. Ottawa : 1981.

NICOLAUS, Knut, Manuel de restauration des tableaux. Cologne : Könemann, 1998.

URBANI, Giovanni, TORRACA, Giorgio, Nuovi supporti per affresci staccati. Bollettino dell’Istituto centrale del restauro, 1965.

YOUNG, Christina, ACKROYD, Paul, The mechanical behavior and environmental

response of paintings to three types of lining treatment. Volume 22. National

Gallery technical Bulletin, National Gallery Company. Londres: Yale University

Press, 2001.

Haut de page

Notes

1  Le terme de couche d’intervention désigne une « couche fragile par nature ». Elle vise à « assurer la réversibilité de l’opération », selon les propos de Ségolène Bergeon dans le catalogue de l’exposition Andrea Solario en France. Dossier du département des peintures n°31. Paris : Editions de la réunion des musées nationaux, 1985. P. 104. Le terme a été emprunté à Nuovi supporti per affresci staccati d’Urbani, Giovanni, Torraca, Giorgio. Bollettino dell’Istituto centrale del restauro, 1965. P. 23 à 36.

2  La remise en question du rentoilage traditionnel a débuté dans les années 1980. Les essais de mise en œuvre de doublages par Vishwa Raj Mehra ont été communiqués dans trois publications de l’ICCOM : Etudes comparative des méthodes de rentoilage conventionnel et recherche vers leur évaluation. Madrid : 1972. Rentoilage à froid et conservation de la couche picturale dans un système à triple tension. Zagreb : 1978. Réduction des contraintes dans le rentoilage des peintures sur toile. Ottawa : 1981.

3  J. VALLOT H., PETIT. Glossaire des peintures et vernis. Puteaux : Erec, 1991.

4  DELCROIX, Gilbert, HAVEL, Marc. Phénomènes physiques et peinture artistique. Puteaux : Erec, 1988. p. 70

5  Polyaddition : La réaction de polymérisation se fait avec un réactif ayant deux fonctions chimiques différentes. FONTANILLE, MICHEL, GNANOU, YVES. Chimie et physico-chimie des polymères. Paris : Dunod, 2010.

6  Radical libre : molécule présente dans certaines cellules et possédant en périphérie un électron célibataire (isolé et se libérant facilement). Définition du Larousse.

7  FONTANILLE, MICHEL, GNANOU, YVES. Op. Cit.

8  Idem ci-dessus.

9  J. VALLOT H., PETIT Op. Cit.

10  Un ester est obtenu par réaction d’un acide et d’un alcool, avec élimination d’eau. FONTANILLE, MICHEL, GNANOU, YVES. Op. Cit.

11  Nitrile : Nom générique des dérivés R―C≡N de l'acide cyanhydrique. (Découverts en 1834 par Pelouze, les nitriles proviennent de la déshydratation des amides R―CONH2. Ce sont d'excellents solvants, doués d'une odeur agréable et peu toxiques.). Définition du Larousse.

12  Une amide est obtenue par réaction d’une amine et d’un acide, avec élimination d’eau. FONTANILLE, MICHEL, GNANOU, YVES. Op. Cit.

13  DELCROIX, Gilbert, HAVEL, Marc. Op. Cit. p.79.

14  Une dispersion est un mélange de deux phases distinctes dans lequel l’une des phases est assimilable à un fluide continu, la phase fluide, l’autre phase étant discontinue et répartie sous forme d’éléments de volumes distincts, la phase dispersée. Définition extraite de l’ouvrage DELCROIX, Gilbert, HAVEL, Marc. Op. Cit. p. 162.

15  CHEVALIER, Aurélia. Op. Cit.

16  MEHRA, W. Comparative study on conventional relining methods and materials and a research towards their improvement. Madrid: Interview Report to the ICOM, Committee for conservation, Madrid, 1972, p. 29.

17  YOUNG, Christina, ACKROYD Paul. Op. Cit.

18  Non-tissé : Nappe de fibres enchevêtrées, réparties soit au hasard, soit selon une direction privilégiée et assemblées par des procédés physiques, chimiques ou physico-chimiques, à l’exclusion du tissage et du tricotage. Définition extraite de l’ouvrage BERGEON LANGLE, Ségolène, CURIE, Pierre. Op. Cit.

19  BUISSON, Claire. La peinture murale à la cire à Paris, dans la 1ère moitié du XIXème siècle : Etude de quelques résines synthétiques. Doublage à froid par pulvérisation d’un solvant. Paris : IFROA, 1983.

20  CHEVALIER, Aurélia. Histoire de la restauration des supports toiles au XXe siècle. Un  épisode important de la restauration contemporaine : l’usage des adhésifs synthétiques. Mémoire de DEA d’histoire de l’art. Paris : Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2005.

21  Comportement isotropique : Capacité à conserver les mêmes propriétés physiques dans toutes les directions. Définition de NICOLAUS, Knut. Manuel de restauration des tableaux. Cologne : Könemann, 1998.

22  BERGEON LANGLE, Ségolène, CURIE, Pierre. Op. Cit. Fibre synthétique, p.502.

23  Idem, ci-dessus.

24  CHEVALIER, Aurélia. L’usage des adhésifs synthétiques. Histoire et évolution récente en support toile. Article p 53 à 58 de Coré, Conservation et restauration du patrimoine culturel. Paris : SFIIC, décembre 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1  Tableaux fictifs préparés pour les tests
Légende Les tableaux fictifs sont encollés et apprêtés au Gesso.
Crédits © Photo : Virginie Le Poizat.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 2 Encollage des toiles de doublage fictives au Plextol B500®
Légende Une seringue permet d’encoller chaque toile avec la même quantité de Plextol B500®.
Crédits © Photo : Virginie Le Poizat.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2690/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 3 Encollage des toiles de doublage fictives au Plextol B500®
Légende Le Plextol étendu à la spatule
Crédits © Photo : Virginie Le Poizat.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2690/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 4  Scellage des éprouvettes sur table aspirante
Légende Les deux toiles de chaque éprouvette sont scellées grâce à un apport de chaleur et de pression sur table aspirante.
Crédits © Photo : Virginie Le Poizat.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2690/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 5  Mise en œuvre des tests de pelage
Légende Le système élaboré permet d’effectuer le pelage des échantillons tout en mesurant la force employée (en kg) au dynamomètre.
Crédits © Photo : Virginie Le Poizat.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2690/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 6  Pelage
Légende Vue externe du pelage.
Crédits © Photo : Virginie Le Poizat.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2690/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 7  Pelage
Légende Vue interne du pelage.
Crédits © Photo : Virginie Le Poizat.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2690/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 8  Résultats des pré-tests
Légende Ces mesures ont été relevées lors de pré-tests sur les trente échantillons.
Crédits © Photo : Virginie Le Poizat.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2690/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 9  Résultats des tests
Légende Relevé en kg des forces nécessaires au pelage en fonction de l’épaisseur de la couche intermédiaire.
Crédits © Photo : Virginie Le Poizat.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2690/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 10  Interprétation graphique des résultats
Légende Force nécessaire au pelage en fonction de l’épaisseur de la couche intermédiaire.
Crédits © Photo : Virginie Le Poizat.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2690/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Le Poizat, « Étude de l’influence des couches de non-tissés intermédiaires dans la réversibilité du doublage thermoplastique au Plextol B500® », CeROArt [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2690

Haut de page

Auteur

Virginie Le Poizat

Après un bac littéraire, Virginie Le Poizat a obtenu un diplôme en Conservation-Restauration d’œuvres d’art spécialité peintures, homologué niveau II, à l’école de Condé de Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org