Skip to navigation – Site map
Dossier

La documentation des peintures murales de la Chapelle des fresques de Villeneuve-lès Avignon

De l'observation à la traduction numérique
Marie Feillou

Abstracts

The documentation led for the conservation restauration of the mural paintings of the Chaterhouse of Villeneuve lès Avignon is linked with the constitution of a data base based on the 3D representation of the painted interior’s chapel. Thus the integration and spatialisation of the documentation’s datas in this database engender the wondering about documentation tools and the establishment of a work’s methodology based on new digital technology’s.

Top of page

Outline

Top of page

Editor's notes

École Supérieure d’Art d’Avignon – Sylvie Nayral

Full text

Naissance du projet de conservation-restauration  

Rencontres autour de l’œuvre

1Le développement d’un projet de conservation-restauration des peintures murales de la Chapelle Saint-Jean-Baptiste, historiquement nommée « Chapelle des fresques » est né d’un contexte particulier propre à son lieu de conservation : la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, qui se propose d’expérimenter le lien possible entre nouvelles technologies et dimension patrimoniale. Les peintures murales de la Chapelle des fresques ont fait depuis 2008 l’objet d’une étude associant le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et le Centre Interrégional de Conservation Restauration du Patrimoine (CICRP). Cette étude met en jeu l’application de technologies numériques pour la description de l’état de conservation des peintures murales, avec en perspective la proposition d’une « restauration virtuelle ». Afin de fournir à cette recherche pluridisciplinaire une analyse critique du point de vue de la Conservation-Restauration, un partenariat a dès lors été proposé par la direction de la Chartreuse à l’École Supérieure d’Art d’Avignon, et engagé ma participation à ce projet.

Contexte : le plan de numérisation des édifices patrimoniaux

  • 1  Laboratoire MAP : Modèles et simulations pour l’Architecture, l’urbanisme et le Paysage.

2Les peintures murales de la Chapelle des fresques ont été numérisées par le laboratoire MAP1 du CNRS dans le cadre d’une campagne de numérisation touchant plus globalement le site de la Chartreuse choisi pour faire partie du plan de numérisation d’édifices patrimoniaux financé par le Ministère de la Culture et de la Communication. La numérisation de la Chapelle des fresques a ainsi donné lieu à l’intégration de son modèle 3D dans la base de données du CNRS : NUBES Visum.  Le domaine de la Conservation-Restauration a été pris en compte pour déterminer quelles seraient les utilisations des données récoltées au moyen de technologies innovantes, et en particulier la mise à disposition d’informations re-situées dans leur contexte spatial. Mon rôle a consisté à produire la documentation des peintures de la Chapelle et à intégrer ce corpus d’informations dans la base de données NUBES Visum.

La documentation comme étape préalable à la Conservation-Restauration

  • 2  Intervention menée par Mme Anne Rigaud, Conservateur Restaurateur.

3La réalisation de la documentation destinée à renseigner l’état de conservation de l’œuvre a permis d’établir un constat d’état montrant l’état de dégradation actif des peintures. Ce constat a mené au lancement d’un appel d’offres pour une première campagne de conservation d’urgence des parties les plus en danger2, intervention à laquelle j’ai ensuite participé et pendant laquelle j’ai poursuivi la documentation de l’œuvre. J’ai donc mené pendant deux ans une étude entre l’examen des peintures et l’élaboration de leur documentation au moyen de différentes technologies numériques, en trois lieux différents : la Chapelle des fresques de la Chartreuse pour l’observation in situ des peintures, le laboratoire du CICRP pour l’analyse des échantillons prélevés durant l'étude préalable, le laboratoire MAP pour réaliser les données numérisées de la documentation et leur intégration dans la base de données. Jusqu’à présent la base était destinée à la description d’architectures et s’adressait pour la première fois à des peintures. La description de phénomènes matériels spécifiques impliquait l’utilisation d’un vocabulaire descriptif et d’un système de représentation adéquat.

La Chapelle Saint-Jean-Baptiste

Historique

  • 3  On attribue à Matteo Giovannetti au Palais des Papes la décoration de la  Chapelle Saint Martial, (...)

4Les peintures de la Chapelle des fresques ont été attribuées à Matteo Giovannetti, peintre siennois qui durant l’installation de la papauté en Avignon au XIVe siècle fut le peintre officiel du pape Innocent VI, fondateur de la chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon. Lors de son accession au pontificat en 1352, Innocent VI fonda l’abbaye sur les bases de sa propre livrée cardinalice et commandita à Matteo Giovannetti la décoration de la chapelle autour du thème de la vie de Saint-Jean Baptiste en 1355-56. Artiste de premier plan sous le pontificat de  Clément VI, Matteo Giovannetti était le maître d’œuvre et surintendant des arts au Palais des Papes. Pendant 20 ans il réalisa plusieurs décors pour la papauté,3 dont celui de la Chapelle Saint-Jean-Baptiste, réalisé peu avant le retour de l’artiste à Rome.

  • 4  Centre International de Recherche, de Création et d’Animation.

5La Chartreuse, qui à sa création accueillit une communauté de frères bénédictins, fut entretenue par les descendants du pape jusqu’à l’expulsion des frères en 1792 suite à la suppression des ordres religieux. L’édifice fut alors transformé en carrière de pierres, en grange ou maison d’habitation puis fut racheté par l’État en 1873, progressivement réhabilité, restauré et classé Monument Historique. Depuis 1978 il est géré par l’association CIRCA4.

Description des décors peints

6La chapelle est segmentée en 5 parois ogivales hautes de 10 mètres et formant une abside polygonale fermant la salle du Tinel, grande salle consistoriale transformée par la suite en réfectoire pour les frères bénédictins. La chapelle communique avec cette salle par un arc en plein cintre décoré dans son intrados par une frise de décors peints. Les différentes séquences du récit forment un décor d’architecture unifiée en trompe-l’œil qui se développe sur les murs de la chapelle et s’ouvre dans les parties hautes et la voûte sur un ciel bleu peuplé d’anges. Sur chaque paroi divisée en quatre niveaux superposés jusqu’à la voûte s’ouvre une fenêtre ogivale centrale autour de laquelle s’étendent les scènes de la vie de saint Jean-Baptiste.  Les parois Ouest et Est conservent la majeure partie des scènes narratives de la vie du saint, peuplées de personnages aux expressions et à la gestuelle vivante et diversifiée.

Fig. 1 Paroi Est de la Chapelle Saint-Jean Baptiste

Fig. 1 Paroi Est de la Chapelle Saint-Jean Baptiste

Crédit : Marie Feillou ©

7Sur les premiers registres des parois Nord et Nord Est des scènes aux compositions aérées mêlent membres du clergé et personnages saints, tandis qu’aux second et troisième registres des parois Nord Ouest, Nord et Nord Est, les figures plus monumentales et figées des apôtres présentent leurs attributs en tenant des phylactères recouverts d’écriture. Dans un fond bleu étoilé au-dessus de cette architecture remplie de personnages à l’échelle variée, des anges munis d’ailes immenses et dont seuls quelques fragments persistent encore occupent tout l’espace des voûtains dont ils épousent la forme étirée. À distance le décor se caractérise par ses compositions animées et reliées entre elles de façon très fluide grâce au décloisonnement de l’espace. Des personnages passent d’une scène à l’autre par des ouvertures adoptant les reliefs du mur et l’architecture feinte entre ainsi en correspondance avec l’architecture réelle. La présence de l’écriture est récurrente et s’insère dans la trame décorative de l’ensemble dans les bandeaux séparant les niveaux médians ou dans les phylactères des apôtres, sans toutefois imposer une notion de légende plaquée sur les représentations. Une impression d’instantanéité du récit raconté et le caractère fluide de sa lecture intimement liée aux reliefs de l’architecture se dégagent des peintures de la Chapelle Saint-Jean-Baptiste malgré leur état fragmentaire.  

Réalisation la documentation de la Chapelle des fresques

Constat d’état 

Méthodologie d’observation

  • 5  Étude menée avec l’aide de  Mme Tiziana Mazzoni, Conservateur Restaurateur et intervenante à l’ESA (...)

8L’étude in situ des peintures de la Chapelle Saint-Jean-Baptiste s’est déroulée en deux temps : l’étude préalable de deux semaines qui a permis d’acquérir une première connaissance de l’œuvre en vue rapprochée et d’établir un constat d’état général de son état de conservation5 ; l’intervention d’urgence d’un mois et demi qui a permis d’affiner l’observation, de relever de façon plus ciblée les phénomènes d’altération et d’enregistrer les opérations menées. L’étude été réalisée au moyen d’une observation directe et rapprochée de l’intérieur et l’extérieur de la chapelle ainsi que des pièces adjacentes, et s’est accompagnée de 26 prélèvements analysés au CICRP.

Technique d’exécution 

  • 6  Sinopia : esquisse de la composition généralement exécutée à l’ocre rouge.
  • 7  Intonaco : couche d’enduit appliquée directement sur le mur ou sur une couche d’arriccio et destin (...)
  • 8  Arricio : première couche d’enduit appliquée directement sur le mur afin d’en égaliser la surface.
  • 9  Pontata : registre d’enduit appliqué en une fois de haut en bas et correspondant à la hauteur d’un (...)

9La technique d’exécution des décors correspond à une technique mixte et non purement à fresque. Sur le mur appareillé en pierres calcaires très régulières, le peintre a commencé par tracer la sinopia6. Une couche fine et très régulière d’intonaco7 a ensuite été appliquée sans la préparation d’arriccio8, en progressant par pontate9 bien que certains personnages ou éléments de décor aient été réalisés à part sur des portions d’enduit plus réduites. Les lignes de la composition générale ont été incisées et tracées au cordeau, avant l’exécution du dessin au pinceau qui démontre une grande précision dans les drapés et le modelé des personnages. Certains pigments ont été appliqués sur l’enduit encore frais tandis que d’autres ont été appliqués dans un second temps sur enduit sec ou ré-humidifié après prise. La réalisation du décor par larges registres horizontaux d’enduit, l’absence d’arriccio et la différence d’exécution de certaines parties supposent une exécution rapide et un travail à plusieurs mains. La présence d’une technique mixte entraîne la conservation inégale de l’ensemble et de nombreuses parties à sec ont disparu.

Précédentes interventions

10Les peintures de la chapelle ont subi d’anciennes interventions de conservation-restauration qui se traduisent à première vue par un grand nombre de réintégrations picturales et d’importantes brillances en surface, différentes de la technique originale d’une peinture à fresque mixte telle que nous l’avons identifiée. Nous pouvons distinguer à l’œil nu les parties peintes déposées qui ont reçu un nouveau support – la totalité de la voûte et une partie des parois peintes –  et les parties peintes non déposées qui ont conservé leur support d’origine.

Fig. 2 Déroulé panoramique des parois et voûtes de la Chapelle Saint-Jean-Baptiste

Fig. 2 Déroulé panoramique des parois et voûtes de la Chapelle Saint-Jean-Baptiste

Schéma des peintures déposées.

Crédit : Marie Feillou ©

11Lors d’une intervention de restauration datée des années 1967-1971, les peintures ont fait partiellement l’objet d’une dépose puis d’une repose in situ vraisemblablement suite à d’importantes infiltrations d’eau par la voûte. Les peintures ont été détachées du mur par stacco : l’enduit d’origine présent au revers a été éliminé, puis elles ont été fixées avec un adhésif vinylique sur une toile et un support synthétique qui a été fixé sur le mur. Sur ces surfaces, la matière originale est très fragmentaire et l’épaisseur de la couche peinte est réduite à moins de 1 millimètre. Les peintures ont été imprégnées de produits de restauration pour rétablir l’adhésion et la cohésion de la matière et ont fait l’objet d’une campagne de retouche très lourde qui a considérablement modifié leur aspect esthétique. D’anciennes restaurations citées au début du XXe siècle sont sans doute aussi à l’origine de campagnes de retouche invasives et d’application de produits consolidants. La localisation des nombreux mastics et réintégrations picturales dont plusieurs sont débordantes démontre qu’il reste aujourd’hui assez peu de la peinture originale, et que les peintures transposées sont considérablement restaurées. Deux états de l’œuvre sont à conserver : des peintures à fresque et à sec ; des peintures marouflées sur gazes fixées sur un support intermédiaire collé au mur, et dont l’adhésion et le comportement des matériaux de refixage utilisés nécessitent une attention particulière.

Altérations

12La pierre, dans les parties où celle-ci est mise à nu, présente très ponctuellement une coloration rose certainement due à une ancienne activité micro-biologique et, de façon généralisée, des pulvérulences et blanchiments accompagnés d’efflorescences de sels, ainsi qu’un délitement dans les parties hautes des parois, sous la voûte. Pour les peintures originales, de nombreux détachements de l’enduit ont été localisés en raison d’une perte de cohésion du substrat ainsi que de nombreuses fissures, des déformations et des solins pulvérulents. La couche picturale montre de nombreux détachements et soulèvements. L’empoussièrement et le blanchiment de surface sont généralisés. Sur l’ensemble des peintures des produits de refixage ont été passés et s’avèrent susceptibles de former une pellicule imperméable en surface, augmentant ainsi le phénomène de dégradation par les sels solubles, qui cristallisent sous la couche picturale et en surface. Les peintures déposées ne montrent pas de problèmes d’adhésion ou de décohésion, car elles ont été très refixées. Cependant la peinture originale y est très lacunaire et le détachement du support intermédiaire au mur est par endroits avéré. Les efflorescences salines et blanchiments présents un peu partout dans la chapelle témoignent de la présence de sels solubles qui sous l’effet des variations hygrométriques sont à l’origine des altérations de la couche picturale et de l’enduit.

Production de la documentation graphique numérisée de la Chapelle des fresques

Rôle de la cartographie

13Pour le constat d’état c’est l’œil qui est mis en exergue et s’attache à décrire le moindre détail ; afin d’organiser l’observation menée, la documentation graphique est un outil précieux. Elle consiste à représenter graphiquement ce que l’on voit, selon un classement précis correspondant à plusieurs thématiques descriptives : altération de la pierre, de l’enduit, de la couche picturale ; exécution du dessin, des incisions, de la peinture ; intervention de dépose, de refixage, de masticage. Autant de catégories qui correspondent à la vision par strates que l’on tire de l’observation de l’ensemble. Visuellement, ce document sert à pouvoir repérer les phénomènes observés et les interventions sur une représentation schématique et globale de l’œuvre dans son contexte. Le relevé à la main des phénomènes observés se fait par un système de traits, textures et symboles notés sur une représentation schématique de l’œuvre ou une photographie et qui constitue le support image (base). Comparé à une photographie de l’œuvre, le dessin permet de cibler l’information que l’on souhaite représenter. Sont mis en avant les phénomènes désignés par rapport à la représentation générale de l’œuvre qui sert de trame de fond au dessin. La cartographie constitue un document de travail pendant l’intervention : durant celle-ci l’échafaudage qui reste en place cloisonne l’espace et rend partielle la vision de l’œuvre. Cela permet donc d’avoir en permanence un rappel de son ensemble et de localiser les interventions. Par ailleurs le temps d’observation passé devant l’œuvre au moment du dessin est essentiel pour le restaurateur et lui permet de se familiariser avec celle-ci.

Mise en place d'un protocole de documentation graphique

  • 10  MORA.P et L, PHILIPPOT.P ; La conservation des peintures murales, p.36-39.

14Pour la documentation graphique de la Chapelle des fresques, j’ai combiné la méthode traditionnelle de relevé manuel10 avec l’usage de technologies numériques actuelles : la photomodélisation pour la reproduction 3D de l’œuvre, un logiciel de Dessin Assisté par Ordinateur pour la production des relevés numériques, une application multimédia (base de données) pour le stockage et l’utilisation des données de la documentation graphique. L’essentiel de ce travail a été la production in situ des cartographies par le dessin, puis la traduction de ces dessins dans une forme numérisée indispensable à leur intégration dans la base de données. Au moment de l’observation de l’œuvre, il était possible d’envisager la destination des relevés et d’avoir une idée de leur utilisation, sans toutefois prédire de manière exacte quel serait le contenu des informations enregistrées, qui seraient déterminées au contact de l’œuvre. Lors de l'expérience d’observation menée dans la Chapelle des fresques, j'ai pu me référer à un type de méthodologie proposée par Francesca Piqué au Getty Conservation Institute de Los Angeles.

Fig. 3 Protocole de documentation graphique

Fig. 3 Protocole de documentation graphique

Méthode mise au point d’après le protocole proposé par  Francesca Piqué « A protocole for graphic documentations » GraDoc, pp30-42.

Crédit : Marie Feillou ©

15Ce modèle, que j'ai adapté aux conditions d'observation des peintures murales et auquel j'ai rajouté un quatrième volet (l’exploitation des données) confirme la relation de continuité essentielle entre chaque étape de la documentation. En effet le récolement des informations sur le terrain nécessite d’avoir programmé en amont les modalités d’observation pour des questions pratiques de mise en œuvre et dans l’objectif précis d’établir un projet de conservation-restauration. Le récolement des données sur le terrain anticipe quant à lui la façon dont seront utilisées les informations relevées en vue de ce projet. Le choix des méthodes de documentation graphique adoptées dans la chapelle s’est ainsi fait à chaque fois en fonction de l’exploitation imaginée pour les documents produits. Dans le cas de cette étude, la volonté de disposer de documents en format numérique en vue de leur archivage dans une base de données, ainsi qu’une éventuelle exploitation par le biais de médias informatisés, constituait la condition préalable à la programmation de la documentation.

Documentation de l’étude préalable

Étape n°1 Programmation

Définition des objectifs liés à l'ensemble du projet de conservation

16L’étude préalable constituait une première approche qui permettait de décrire tout ce que l’on observait de l'œuvre, et conduisait à établir un constat d’état servant par la suite à proposer un traitement de conservation-restauration. La cartographie consistait à enregistrer de façon objective l'état de conservation des peintures murales.

Définition des méthodes d’enregistrement

  • 11  Photographies orientées et calibrées sur le nuage de points obtenu par scanner laser.

17Pour le relevé graphique, j’ai utilisé les photographies réalisées par le MAP et qui constituent les textures plaquées sur le nuage de points obtenu par acquisition au scanner laser afin de réaliser un modèle 3D de la Chapelle des fresques. Les photographies utilisées pour texturer le modèle 3D de la chapelle ont donc également servi de bases visuelles pour effectuer la cartographie de l’état de conservation des peintures. Ces orthophotographies11 ont constitué une base visuelle extrêmement utile pour la documentation, permettant d’avoir une vision d’ensemble des parois hautes de 10 mètres proportionnellement juste, assurant ainsi la précision du relevé, et la correspondance d’échelle entre chaque relevé. Sur le terrain, nous avons pu aussi bénéficier d’un gain de temps considérable sans avoir à assurer le montage photographique de chaque paroi et pour la prise de photographies lors de la documentation, nous concentrer davantage sur certains détails. Les photographies de chaque paroi ont été traitées sur le logiciel Photoshop, imprimées en niveaux de gris sur papier photo, puis avec un calque transparent superposé à la photographie nous avons réalisé un schéma pour chaque paroi en marquant au feutre noir les contours généraux de chaque scène.Les transparents ont ensuite été photocopiés et tirés en format A3 sur papier, au nombre de 3 pour chaque paroi afin de distinguer les 3 thèmes choisis : technique, interventions, altérations. Sur l’échafaudage, ces reproductions papier ont servi de support pour les annotations faites en couleur. Pour chaque paroi correspondaient 3 planches papier en format A3 avec pour chacune une thématique. Cette base de documentation a été rapide et simple à mettre en œuvre.

Fig. 4 Dessin des contours de la paroi Nord Est, Chapelle Saint-Jean-Baptiste

Fig. 4 Dessin des contours de la paroi Nord Est, Chapelle Saint-Jean-Baptiste

Base du relevé effectué à main levée d’après une orthophotographie.

Crédit : Marie Feillou ©

Définition et listing des éléments à enregistrer, incluant la préparation d’une légende et d’un glossaire visuel

18Les informations relevées concernent la technique d’exécution de l’artiste, les anciennes interventions et les altérations des peintures murales.

Établissement d’une légende associée aux informations représentées

  • 12  Lexique élaboré sous forme de thésaurus par le groupe de travail italien coordonné par Mara Nimmo (...)

19Afin de légender le système de couleurs et de tracés que je souhaitais mettre au point, je me suis basée sur un lexique du vocabulaire descriptif de l’état de conservation des peintures murales12.

Étape n°2  Préparation pratique pour le terrain

Relevé graphique des éléments

20Les informations ont été représentées sous forme de tracés et de symboles à l’aide de crayons de couleur et de feutres directement sur les bases schématiques en format papier A3.

21Dans l’objectif  de produire directement les relevés sous forme numérisée et d’éviter ainsi l’étape de  numérisation des tracés effectués à la main, j’ai également fait un test au moyen d’une palette graphique. Celle-ci était reliée à un ordinateur portable, en reportant par le biais du stylo graphique les observations faites sur des relevés schématiques des parois. Plusieurs inconvénients m’ont rapidement conduite à abandonner cette méthode pour un meilleur gain de temps et d’efficacité de l’observation : 

  • l’observation rapprochée nécessitait une concentration et une attention difficiles à fixer lorsque l’œil faisait un va-et-vient entre le mur et l’écran, nécessairement positionné de manière fixe à une certaine distance du mur.

  • l’utilisation de palette allait jusqu’à doubler le temps de l’observation à disposition, ne permettant pas de renseigner l’ensemble des parois.

  • l’installation de l’ordinateur portable sur l’échafaudage mobile et étroit rendait très incommode son utilisation. De plus l’observation nécessitant de se déplacer, se rapprocher et s’éloigner de l’œuvre obligeait à bouger régulièrement l’ordinateur. 

Étape n°3 Organisation des données

Rédaction/édition des informations graphiques

22Les relevés effectués sur papier en format A3 ont été traduits sous forme de relevés graphiques numérisés dans le logiciel de Dessin Assisté par Ordinateur Illustrator. Cette opération de copie consistait à reproduire à l’écran les relevés réalisés sur papier sans les avoir scannés. 

Fig. 5 Déroulé panoramique des parois de la Chapelle Saint-Jean-Baptiste

Fig. 5 Déroulé panoramique des parois de la Chapelle Saint-Jean-Baptiste

Vectorisation des contours d’après les orthophotographies des parois peintes.

Crédit : Laboratoire MAP ©

23À l’aide du logiciel de dessin Illustrator, les contours des parois et des voûtes ont été tracés en délimitant pour chacune d’entre elles les éléments d’architectures (fenêtres, portes) et les peintures murales conservées. Ce tracé s’est fait en superposition des orthophotographies utilisées pour constituer la base des relevés. Au sein du logiciel des calques vierges d’annotations ont ensuite servi de support pour figurer les formes graphiques générées d’après la copie des relevés papier. Le même fond vierge a été utilisé pour chaque relevé numérisé, afin de conserver toujours la même échelle et pouvoir superposer les calques ainsi constitués.

24Un motif du logiciel a été sélectionné pour chaque type d’altération, d’élément de technique et d’intervention. Chaque motif correspond à un terme du lexique sur lequel est basée la description de l’état de conservation des peintures murales.  

25La version finale du relevé numérisé est issue de différentes versions correspondant à l’évolution de la réflexion sur les codes de représentation. Pour un maximum de clarté dans la représentation trois couleurs principales ont été attribuées pour chaque thématique de relevé : le rouge pour les altérations, le bleu pour les anciennes interventions, le vert pour la technique d’exécution.

Présentation des informations graphiques

26Au final c’est une version simplifiée et claire qui a été privilégiée pour la lecture des relevés qui était proposée. Il s’agissait de localiser les altérations urgentes et des informations globales, donc avoir une lecture rapide et lisible des relevés. D’autre part le relevé ne pouvait que traduire la vision synthétique que j’avais adoptée en fonction du délai d’observation très court à disposition. À l’issue de l’étape de traduction du relevé manuel sous forme graphique numérisée, une première cartographie en dessin vectoriel a été obtenue.

Fig. 6 Relevé des altérations de la paroi Est

Fig. 6 Relevé des altérations de la paroi Est

Cartographie numérisée obtenue d’après le relevé manuel effectué pendant l’étude préalable des peintures de la Chapelle Saint-Jean-Baptiste, janvier 2010.

Crédit : Marie Feillou ©

Stockage des informations

27Les relevés numérisés dans Illustrator ont été exportés en format JPEG et conservés sur un disque dur. Les fichiers JPEG ont été intégrés comme représentations dans la base de données NUBES Visum, au sein de la scène 3D interactive. Les cartographies ont ainsi pu être visualisées directement sur le modèle 3D de la chapelle.

Étape n°4 Utilisation des données

28L’ensemble des relevés, des photographies et des observations faites constitue une première documentation se traduisant de plusieurs manières :

  • le rapport d’étude (papier) préalable transmis à la DRAC fin janvier 2010

  • une base de cartographie (papier et numérisée) à utiliser pour les prochaines interventions de conservation-restauration

  • un premier état descriptif (numérisé) constitué de photographies, de textes et de relevés graphiques intégrés dans NUBES Visum

Documentation de l’intervention de consolidation d’urgence

Étape n°1 Programmation

Définition des objectifs liés à l’ensemble du projet de conservation.

29Cette intervention avait comme objectif de consolider le support et la couche picturale dans les zones d'altération aggravées signalées comme urgentes lors de l'étude préalable et d’établir un bilan sanitaire des peintures afin de proposer un plan d'intervention de conservation-restauration pour la totalité du décor.

Définition des méthodes d’enregistrement

30La cartographie produite à l’issue de l’étude préalable a été en partie utilisée pour constituer de nouvelles bases de relevé. Trois types de bases ont ainsi été constitués, selon le degré de précision voulu :

  • un calque superposé à la base de la cartographie n°1, c’est-à-dire un schéma de chaque paroi avec annotations colorées, imprimé en format A3 et échelle 1/25.

  • un calque superposé à un tirage papier noir et blanc de chaque registre de paroi.

  • un rhodoïd superposé à une photographie imprimée en noir et blanc de chaque registre de paroi.

Définition et listing des éléments à enregistrer, incluant la préparation d’une légende et d’un glossaire visuel

31Les informations relevées concernaient les accumulations de surface en vue d’un premier nettoyage, les altérations de la couche picturale en vue des interventions de refixage, les altérations de l’enduit en vue des interventions de consolidation et altérations de la pierre. Les interventions de consolidation de l’enduit et de la couche picturale ont également été enregistrées ainsi que la technique d’exécution et les anciennes interventions

Étape n°2 Préparation pratique pour le terrain

Récolement des données

32Pour la cartographie, les types de base utilisés s’appuyant sur des reproductions photographiques ou des registres de parois ont permis d’effectuer un relevé plus précis : les zones ou éléments de la peinture n’étaient plus représentés par des symboles ou des formes géométriques, mais par un tracé le plus fidèle possible des contours de la surface représentée. De nouvelles catégories de relevé ont ainsi été ajoutées en correspondance des traitements envisagés.

Relevé graphique des éléments

33Sur le terrain, la mise à disposition de trois types de bases a permis de produire différentes cartographies selon leur utilisation.

34La cartographie utilisée in situ a servi de repère pour la localisation des phénomènes à traiter dans l’immédiat.

Fig. 7 Relevé des zones de décollement d’enduit, paroi Est  

Fig. 7 Relevé des zones de décollement d’enduit, paroi Est  

1. Relevé manuel in situ ; 2. Traduction numérisée du relevé.

Crédit : Anne Rigaud, Marie Feillou ©

La localisation des poches de décollement d’enduit, provoqué par la perte de cohésion du matériau, permet de repérer les zones de faiblesse structurelle qui risquent d’entraîner des chutes de matière et une perte du décor peint. Ce sondage est réalisé sur la totalité de la paroi en complément de l’observation minutieuse de la surface et permet ensuite de pratiquer des injections de coulis pour consolider l’enduit altéré.

35La cartographie utilisée en vue d’une future intervention de conservation-restauration, avec par exemple le relevé des colmatages de lacunes permettant d’avoir une vision d’ensemble de l’étendue des anciennes interventions et de décider ou non d’une intervention de dé-restauration.

Révision des légendes et du glossaire visuel

36La légende a été reprise au fur et à mesure que le listing des informations à enregistrer évoluait et des modifications ont été apportées au protocole initial de documentation graphique :

  • la division des cartographies en correspondance de la stratigraphie des peintures.

  • la différenciation des signes et couleurs de la légende pour un gain de lisibilité. 

  • l’établissement d’un vocabulaire commun de terrain.

  • différentes thématiques de relevé choisies en fonction de l’état de conservation constaté et des problématiques de traitement.

Étape n°3 Organisation des données

Rédaction/édition des informations graphiques

37Pour obtenir une version numérisée des relevés effectués manuellement ces derniers ont été scannés afin d’en vectoriser les tracés. Le relevé sur papier a été scanné à l’aide d’une photocopieuse A3 puis le fichier numérique importé dans le logiciel de dessin vectoriel. Les tracés réalisés manuellement ont été vectorisés, grâce à la fonction «vectorisation dynamique» du logiciel ou bien en repassant par-dessus l’image du relevé avec l’outil «plume» ou «crayon». Chaque registre scanné a été repositionné sur la photo de toute la hauteur de la paroi de manière à en former le relevé complet. Une fois tous les registres traités, un relevé entièrement vectorisé a été obtenu. Au fur et à mesure de la vectorisation des tracés, un répertoire de formes a été créé dans le logiciel et constitue la légende des relevés numériques.

Fig. 8 Résumé des étapes de numérisation du relevé

Fig. 8 Résumé des étapes de numérisation du relevé

1 : le relevé effectué à la main sur photo noir et blanc est scanné ; 2 : les tracés du relevé sont vectorisés dans le logiciel de DAO ; 3 : une fois vectorisés tous les registres d’une paroi sont associés pour former la cartographie entière de la paroi.

Crédit : Marie Feillou ©

Nouveaux codes de représentation graphique

38Le système de représentation graphique adopté a subi des modifications par rapport à la première cartographie avec :

  • l’utilisation de symboles plus lisibles (abandon de textures trop fines ou trop complexes) et plus parlants (leur forme fait référence à une réalité observée).

  •  la distinction plus marquée des couleurs, l’alternance entre aplats, motifs, textures en vue de superposer les informations entre chaque relevé.

  • la précision des contours de motifs : dès que possible les contours de l’altération ont été délimités au lieu d’utiliser une forme schématique.

Fig 9 Nouveaux codes de représentation graphique

Fig 9 Nouveaux codes de représentation graphique

1 : motif d’efflorescence de sels (relevé des accumulations de surface) ; 2 : motif (fissure de l’enduit) aplat (décollement d’enduit) texture (refixage) ; 3 : délimitation du contour de l’altération (abrasion de la couche picturale)

Crédit : Marie Feillou ©

Étape n° 4 Utilisation des données

39Les informations relevées et consultées in situ qui ont servi pour l’intervention de conservation ont généralement été reportées sur des représentations entières de parois pour une vision globale et immédiate de la surface à traiter. Ces types de documents constituent des  « brouillons »  de chantier.

40Les informations relevées et interprétées afin de déterminer les facteurs d’altération et la nécessité d’une intervention constituent les cartographies utilisées pour de futures interventions. Par exemple l’enregistrement de l’état avant et après l’intervention de consolidation sert à connaître les phénomènes d’altération qui restent à traiter et leur étendue.

41Enfin, les différentes cartographies sont destinées à enrichir la connaissance de l’œuvre, de l’artiste, mais aussi de l’histoire de la restauration, en documentant les différentes interventions qui se sont succédées. Ces documents constituent des cartographies à visée « documentaire ».

Lecteurs

42L’ensemble de ces cartographies connaît différentes utilisations et lecteurs : ceux qui vont l’utiliser comme document de travail et ceux qui l’observeront comme le compte rendu d’un travail abouti. Différents degrés de lecture sont possibles, depuis l’observation rapide, à titre informatif, jusqu’à l’analyse précise des différents détails décrits par une cartographie, qui sont chez le lecteur mis en corrélation avec un bagage de connaissance et d’expérience dans un champ spécifique. Ainsi, les différentes possibilités d’exploitation de la documentation posent la question non plus seulement de la forme du document, mais de ses modalités de diffusion qui conditionnent son interprétation.

Utilisation de la base de données – exploitation de la documentation

Présentation de l’application multimédia

43Le principe de NUBES Visum repose sur les relations que l’on peut établir entre la représentation d’un édifice et des informations hétérogènes issues de différents domaines d’étude : dans notre cas il s’agissait de relier la représentation 3D de la Chapelle des fresques et ses peintures avec les informations relatives au domaine de la Conservation-Restauration. Ce travail s’est déroulé en plusieurs étapes :

  • produire les représentations des peintures qui seraient visualisées dans NUBES Visum.

  • organiser les données associées à ces représentations

  • intégrer ces données dans la base et former ainsi un système de description sémantique articulé autour de la représentation 3D de la Chapelle des fresques.

44NUBES Visum est un système de consultation de représentations d’édifices, structuré en 3 parties : une base de données, une scène 3D en temps réel, une application Internet.

45Le menu qui se trouve à gauche de la scène 3D est le lien entre la base de données et les demandes de l’utilisateur. C’est à partir de cet onglet qu’est gérée l’ouverture d’un point de vue correspond à un site ou un édifice, que l’utilisateur peut structurer et qualifier depuis l’onglet description.

46Depuis l’onglet analyse, l’utilisateur peut interagir directement avec la scène 3D pour collecter ou qualifier des informations dimensionnelles (mesures, profils). Depuis l’onglet sources il peut relier l’édifice avec une source iconographique, une source documentaire ou un lien.

47Le Viewerest le cadre dans lequel apparaît la scène 3D. C’est depuis cette scène interactive que l’utilisateur gère l’affichage, la manipulation des représentations 3D et l’envoi d’informations dans les autres parties du site web.

Fig. 10 Interface du site NUBES Visum, projet Chapelle des fresques

Fig. 10 Interface du site NUBES Visum, projet Chapelle des fresques

Sur l’écran de droite les entités architecturales de la chapelle peuvent être visualisées sur le modèle 3D tandis que le menu latéral gauche permet de qualifier et décrire ces entités.

Crédit : Marie Feillou,Laboratoire MAP ©

Intégration des données de la Conservation–Restauration

Le projet «Chapelle des fresques»

48Le projet « Chapelle des fresques » accessible depuis la barre du menu relie la représentation 3D de la chapelle à une base de données relative à l’état de conservation de ses peintures murales. La base de données regroupe les informations suivantes qui sont entièrement traitées en format numérique :

  • la documentation graphique de l’état de conservation des peintures de la chapelle.

  • la documentation photographique avant et après intervention.

  • la documentation textuelle : archives, anciens rapports d’intervention, sources historiques.

Représentations de l’état de conservation

  • 13  Chaque cartographie enregistrée en fichier JPEG est exportée en fichier NMO à l’aide du logiciel V (...)

49Les cartographies de l’état de conservation des peintures ont été réalisées en 2D. Pour visualiser ces cartographies dans leur espace architectural recréé sous forme de modèle 3D nous avons produit les représentations correspondantes à l’aide du logiciel VIRTOOLS13. Ces représentations sont constituées par les orthophotographies de chaque entité architecturale et forment les  textures qui constituent l’habillage de la maquette 3D. Les orthophotographies sur lesquelles sont réalisées les cartographies viennent se plaquer sur le maillage de points de la maquette, adoptant les reliefs de la représentation 3D. Trois points de vue et donc trois modèles 3D de la chapelle correspondant aux différents thèmes de cartographies sont créés à l’intérieur du projet.

Informations associées à la représentation 3D

Création des points de repère connectés aux représentations

50Chaque représentation peut être décrite en lui attribuant un nom et avec la possibilité de placer dessus des points de repère. Ces points de repère permettent de décrire dans l’onglet description les différents motifs de la cartographie relative et constituent ainsi la légende de la représentation 3D. Le repère est placé sur le motif du relevé et chaque repère est relié au barycentre de la représentation. Le point de repère est nommé, qualifié et défini au moyen des termes disponibles dans le thésaurus de Conservation des peintures murales accessible dans la base de données du menu.

Fig. 11 Création de points de repère dans NUBES Visum

Fig. 11 Création de points de repère dans NUBES Visum

Sur le modèle 3D de la Chapelle des fresques représentant les altérations relevées pendant l’étude préalable, un point de repère est placé sur chaque motif qu’il permet de décrire à l’aide d’un thésaurus depuis le menu « description ».

Crédit : Marie Feillou, Laboratoire MAP ©

Le thésaurus

51La représentation 3D de la chapelle est associée à un thésaurus de la Conservation des peintures murales dont la structure a donc dû être adaptée à la structure du système descriptif que propose la base. Le thésaurus est divisé en trois parties qui correspondent respectivement à chaque point de vue : le vocabulaire des altérations, de la technique d’exécution, des anciennes interventions, spécifique aux peintures murales.Le thésaurus contient plusieurs niveaux de description qui correspondent à une précision croissante de la définition des termes.

52Exemple de vocabulaire des altérations :

  • niveau 1 : identifie la strate de peinture analysée = Support

  • niveau 2 : caractérise la cause de l’altération = Décohésion

  • niveau 3 : caractérise la forme de l’altération = Désagrégation

Les sources iconographiques et documentaires

53Dans l’onglet source situé dans la barre de menu, il est possible d’intégrer des fichiers de format JPEG (photographies) ou PDF (documents) qui complètent les informations textuelles de l’onglet description. Un même point de repère peut ainsi être décrit par des termes et associé à des images ou des documents.

Fig. 12 Exemple de source iconographique associée à un point de repère

Fig. 12 Exemple de source iconographique associée à un point de repère

Paroi Est, Anciennes Interventions.

Crédit : Marie Feillou, Laboratoire MAP ©

Utilisation de la base de données

Spatialisation de l’information

54Plusieurs types d’information renseignent l’état de conservation des peintures : le thésaurus qui permet d’expliciter les représentations de l’état de conservation des peintures en associant un terme à chaque motif du relevé, les photographies de l’œuvre qui illustrent son état, les documents textuels se référant à son historique. L’objectif est de pouvoir accéder à ces informations en interrogeant la base de données et d’obtenir à partir d’un terme la représentation qui lui est associée sur le modèle 3D. À l’inverse l’interrogation peut se faire depuis le modèle 3D en cliquant sur un point de repère qui renverra à sa définition dans le thésaurus. Plusieurs données hétérogènes peuvent ainsi être réunies et consultées au sein de l’interface. Celle-ci permet d’établir un lien entre image et texte et de renvoyer à chaque fois à une localisation de l’information sur la reproduction de l’œuvre. Au stade de l’aspect actuel de la maquette de la chapelle, qui permet déjà de se déplacer à l’intérieur de l’espace recréé nous pensons que cet état qui se veut proche du «réel» n’est pas encore atteint, mais propose une première spatialisation de l’information.

Perspectives de développement de la base de données

55L’utilisation de la base de données dans la perspective d’un outil appliqué à la conservation-restauration des peintures murales m’a conduite à proposer les développements suivants :

  • L’amélioration de la représentation 3D pour visualiser avec davantage de précision les phénomènes décrits par la cartographie. La finition de la maquette 3D complétée par son enveloppe externe doit permettre de donner un rendu plus proche de l’apparence réelle de l’édifice.

  • L’accès facilité à l’intégration de données à l’aide d’un protocole explicatif du fonctionnement de la base téléchargeable, mais aussi en rendant davantage visible dans le menu la structure du thésaurus pour en sélectionner les termes qualifiant les représentations.

  • La différenciation des niveaux d’accès afin de différencier utilisation grand public et professionnelle.

  • L’affinement de l’outil analyse avec une fonction essentielle pour l’utilisation de la base dans le diagnostic de conservation - restauration qui serait de pouvoir superposer les cartographies par un système de transparence et donc croiser les points de vue. Ces documents pourraient alors être entièrement exploités, car les informations qu’ils fournissent sont d’autant plus pertinentes lorsqu’elles peuvent être comparées et superposées, pour comprendre par exemple la cause d’une altération provoquée par la combinaison de plusieurs facteurs.

  • La mise en relation à d’autres bases de données et logiciels concernant la conservation - restauration des œuvres d’art permettrait d’affiner les potentialités de l’outil dans ce domaine spécifique.

Conclusion : L’apport des technologies numériques pour la conservation – restauration ?

Documentation graphique numérisée

56La forme numérisée de la cartographie présente plusieurs avantages. La maniabilité des informations vectorielles permet d’utiliser le logiciel de DAO comme un outil de conception, mais aussi d’interprétation des cartographies qui peuvent être comparées, superposées et manipulées selon les besoins de l’analyse, sous la forme d’un système de calques. Les documents sont archivés dans un format numérique qui complète l’archivage au format papier et facilite la communication de la documentation aux professionnels, tout comme son exploitation à travers d’autres applications informatisées.

57Dans ce cas d’étude, la traduction du relevé manuel au relevé vectoriel a toutefois représenté un certain temps de travail et un risque d’erreurs dans le passage d’un média à un autre. La formulation d’un outil de relevé numérique serait sans doute le maillon manquant du processus de numérisation du relevé. Pour plus d’aisance dans le dessin et une maniabilité adaptée à la situation d’observation depuis l’échafaudage, cet outil devrait être transportable et permettre de faire le relevé directement à l’écran sur lequel on visualiserait la base du relevé. Si l’on peut dessiner dessus comme on le fait actuellement avec un logiciel de DAO sur l’écran d’un ordinateur, la tablette numérique fournirait un « raccourci » à la numérisation des relevés tout en restant au plus près du regard du restaurateur devant l’œuvre.

Bases de données 3D

  • 14  Suivi des Altérations, Caractérisation et Restauration des monuments en pierre calcaire. «  A hybr (...)

58Au delà de sa fonction d’archivage, l’organisation de la documentation dans une base de données doit être pensée comme un regroupement raisonné d’informations pouvant être comparées et interprétées afin d’être pertinente dans le diagnostic de conservation-restauration d’une œuvre d’art. Appuyer cette organisation sur une représentation 3D dépend des caractéristiques de l’œuvre et de l’usage requis pour ce média. On peut ainsi se demander en quoi le modèle 3D assure un enrichissement de la vision bidimensionnelle de l’œuvre, et si son utilisation permet par exemple d’affiner la représentation et la compréhension de phénomènes d’altération. Dans le cas de la Chapelle des fresques, l’utilisation de la base de données répondait à l’attente d’un outil de description fondé sur la spatialisation de l’information et ouvert à différents champs disciplinaires. L’interface peut toutefois être développée afin de renforcer son utilisation comme outil d’analyse pour la conservation-restauration et aide à la programmation d’interventions futures. Le projet SACRE14 actuellement développé par le MAP dans cette perspective consiste à intégrer au sein de NUBES Visum une application dans laquelle on puisse mettre en forme et visualiser les motifs du relevé des altérations en 2D tout en reliant ces motifs à leur localisation sur modèle 3D.

59Il faut enfin rappeler que l’expérience menée dans la Chapelle des fresques a bénéficié de conditions optimales pour réaliser à la fois une documentation manuelle et numérique, grâce à la mise à disposition d’une base informatique sur site, et la constitution de représentations numérisées de l’œuvre en amont de l’étude. Les conditions nécessaires à l’élaboration d’une documentation numérisée selon les moyens à disposition pour l’intervention de conservation-restauration sont donc à prendre en compte dès l’établissement du budget, et l’élaboration d’un cahier des charges listant les besoins spécifiques de la documentation requise par une œuvre est selon nous la condition préalable au choix de technologies adaptées pour sa réalisation.

Top of page

Bibliography

barrachini, p, lanari, p, ponticelli, r, parenti, a, vecchi ;  « SICAR: un sistema per la documentazione georeferenziata in rete ».  Sulle pitture murali. Riflessioni, Conoscenze, Interventi, Bressanone 12-15 luglio 2005 Venezia p 735-747.

caponi, g vedovello, s ; Il restauro della Torre di Pisa, un cantiere di progetto per la conservazione delle superfici. Comitato di Coordinamento per la Salvaguardia della Torre di Pisa, Istituto Centrale per il Restauro, 2000.

castelnuovo, e ; Un Peintre Italien à la cour d’Avignon : Matteo Giovannetti et la peinture en Provence au XIVesiècle. Gérard Montfort, Paris, 1996.

de luca, l ; La photomodélisation architecturale - Relevé, modélisation et représentation d’édifices à partir de photographies.Editions Eyrolles, 2009.

eppich, r and amel, c ;Recording, Documentation, and Information Management for the Conservation of Heritage Places (RECORDIM) The Getty Conservation Institute, Los Angeles 2007.

genovese, r, a ; Il cantiere della conoscenza, Metodologie e strumenti per la conservazione e il restauro.Arte Tipografica Editrice, Napoli 2008.

Kane, e ; «A document for the fresco technique of Matteo Giovannetti in Avignon», inStudies in conservation, 1975 winter, p 368-378.

Marabelli, M, Tabasso Laurenzi, m ;Materiali della pittura murale, Edizioni sistema roma 1977.

mora, l, p, philippot, p ;La conservation des peintures murales.Bologne Editrice Compositori, 1977.

muntz, e ; «Fresques inédites du XIVe siècle, à la chartreuse de Villeneuve (Gard)». Gazette archéologique 1887-1888. Paris, Levy, 1888, p 1-11.

nimmo, m ; Pittura murale. Proposta per un glossario.Regione Lombardia - Associazione Giovanni Secco Suardo, Lurano 2001.

sournia, b vayssette, jl ; Villeneuve-lès-Avignon - Histoire artistique et monumentale d’une villégiature pontificale. Les éditions du patrimoine, 2006.

thiébaut, d laclotte, m; L’école d’Avignon. Flammarion, Paris 1983.

Enjeux et pratiques documentaires en conservation-restauration. Perspectives pour la recherche.Journées d’étude organisées par l’ARAAFU et le CRPBC EA 4100 Histoire culturelle et sociale de l’art - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 14 et 15 octobre 2010.

Informatique et conservation du patrimoine culturel. 8èmes journées d’études de la SFIIC, Chalon-sur-Saône, 23-24 octobre 1997.

GraDoc (Graphic Documentation Systems in Mural Painting Conservation). Research Seminar, Rome, 16-20 November 1999 Schmid, W (ed.) Rome: ICCROM, 2000.

Top of page

Notes

1  Laboratoire MAP : Modèles et simulations pour l’Architecture, l’urbanisme et le Paysage.

2  Intervention menée par Mme Anne Rigaud, Conservateur Restaurateur.

3  On attribue à Matteo Giovannetti au Palais des Papes la décoration de la  Chapelle Saint Martial, l’oratoire Saint-Michel, le Grand Tinel, la salle du Consistoire, la Chapelle Saint-Jean.

4  Centre International de Recherche, de Création et d’Animation.

5  Étude menée avec l’aide de  Mme Tiziana Mazzoni, Conservateur Restaurateur et intervenante à l’ESAA en 2009.

6  Sinopia : esquisse de la composition généralement exécutée à l’ocre rouge.

7  Intonaco : couche d’enduit appliquée directement sur le mur ou sur une couche d’arriccio et destinée à recevoir la peinture.

8  Arricio : première couche d’enduit appliquée directement sur le mur afin d’en égaliser la surface.

9  Pontata : registre d’enduit appliqué en une fois de haut en bas et correspondant à la hauteur d’un étage d’échafaudage.

10  MORA.P et L, PHILIPPOT.P ; La conservation des peintures murales, p.36-39.

11  Photographies orientées et calibrées sur le nuage de points obtenu par scanner laser.

12  Lexique élaboré sous forme de thésaurus par le groupe de travail italien coordonné par Mara Nimmo au sein du projet européen CRISTAL (Conservation Restoration Institutions for Scientific Terminology dedicated to Art Learning network - juillet 1999 - février 2001).

13  Chaque cartographie enregistrée en fichier JPEG est exportée en fichier NMO à l’aide du logiciel VIRTOOLS.

14  Suivi des Altérations, Caractérisation et Restauration des monuments en pierre calcaire. «  A hybrid interface specifically conceived to record stone alterations and predict changes at Chambord castle »

http://www.map.archi.fr/nubes/NUBES_Information_System_at_Architectural_Scale/Case_studies/Case_studies.html

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 Paroi Est de la Chapelle Saint-Jean Baptiste
Credits Crédit : Marie Feillou ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2648/img-1.jpg
File image/jpeg, 512k
Title Fig. 2 Déroulé panoramique des parois et voûtes de la Chapelle Saint-Jean-Baptiste
Caption Schéma des peintures déposées.
Credits Crédit : Marie Feillou ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2648/img-2.jpg
File image/jpeg, 124k
Title Fig. 3 Protocole de documentation graphique
Caption Méthode mise au point d’après le protocole proposé par  Francesca Piqué « A protocole for graphic documentations » GraDoc, pp30-42.
Credits Crédit : Marie Feillou ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2648/img-3.jpg
File image/jpeg, 240k
Title Fig. 4 Dessin des contours de la paroi Nord Est, Chapelle Saint-Jean-Baptiste
Caption Base du relevé effectué à main levée d’après une orthophotographie.
Credits Crédit : Marie Feillou ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2648/img-4.jpg
File image/jpeg, 192k
Title Fig. 5 Déroulé panoramique des parois de la Chapelle Saint-Jean-Baptiste
Caption Vectorisation des contours d’après les orthophotographies des parois peintes.
Credits Crédit : Laboratoire MAP ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2648/img-5.jpg
File image/jpeg, 840k
Title Fig. 6 Relevé des altérations de la paroi Est
Caption Cartographie numérisée obtenue d’après le relevé manuel effectué pendant l’étude préalable des peintures de la Chapelle Saint-Jean-Baptiste, janvier 2010.
Credits Crédit : Marie Feillou ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2648/img-6.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Fig. 7 Relevé des zones de décollement d’enduit, paroi Est  
Caption 1. Relevé manuel in situ ; 2. Traduction numérisée du relevé.
Credits Crédit : Anne Rigaud, Marie Feillou ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2648/img-7.jpg
File image/jpeg, 204k
Title Fig. 8 Résumé des étapes de numérisation du relevé
Caption 1 : le relevé effectué à la main sur photo noir et blanc est scanné ; 2 : les tracés du relevé sont vectorisés dans le logiciel de DAO ; 3 : une fois vectorisés tous les registres d’une paroi sont associés pour former la cartographie entière de la paroi.
Credits Crédit : Marie Feillou ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2648/img-8.jpg
File image/jpeg, 256k
Title Fig 9 Nouveaux codes de représentation graphique
Caption 1 : motif d’efflorescence de sels (relevé des accumulations de surface) ; 2 : motif (fissure de l’enduit) aplat (décollement d’enduit) texture (refixage) ; 3 : délimitation du contour de l’altération (abrasion de la couche picturale)
Credits Crédit : Marie Feillou ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2648/img-9.jpg
File image/jpeg, 84k
Title Fig. 10 Interface du site NUBES Visum, projet Chapelle des fresques
Caption Sur l’écran de droite les entités architecturales de la chapelle peuvent être visualisées sur le modèle 3D tandis que le menu latéral gauche permet de qualifier et décrire ces entités.
Credits Crédit : Marie Feillou,Laboratoire MAP ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2648/img-10.jpg
File image/jpeg, 264k
Title Fig. 11 Création de points de repère dans NUBES Visum
Caption Sur le modèle 3D de la Chapelle des fresques représentant les altérations relevées pendant l’étude préalable, un point de repère est placé sur chaque motif qu’il permet de décrire à l’aide d’un thésaurus depuis le menu « description ».
Credits Crédit : Marie Feillou, Laboratoire MAP ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2648/img-11.jpg
File image/jpeg, 184k
Title Fig. 12 Exemple de source iconographique associée à un point de repère
Caption Paroi Est, Anciennes Interventions.
Credits Crédit : Marie Feillou, Laboratoire MAP ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2648/img-12.jpg
File image/jpeg, 221k
Top of page

References

Electronic reference

Marie Feillou, « La documentation des peintures murales de la Chapelle des fresques de Villeneuve-lès Avignon », CeROArt [Online], EGG 2 | 2012, Online since 19 June 2012, connection on 19 November 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2648

Top of page

About the author

Marie Feillou

Titulaire d’une Maîtrise d’Histoire de l’art moderne en 2005 et du Diplôme National d’Expression Plastique de l’École d’Art d’Avignon en juin 2011, Département Conservation Restauration d’œuvres d’art, spécialisation en peintures murales.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org