Navigation – Plan du site
Dossier

Étude et restauration de deux sculptures de jardin en terre cuite

Problématique des matériaux feuilletés installés en extérieur
Sabrina Vétillard

Résumés

L’étude et la restauration de deux sphynges en terre cuite, particulièrement dégradées par leur installation en extérieur, ont permis d’approfondir la connaissance des techniques d’estampage, de caractériser les propriétés des terres cuites et les mécanismes de dégradation liés au gel. Les différentes techniques mises en oeuvre ont été l’occasion de réfléchir aux limites d’intervention pour des sculptures de jardin.

Haut de page

Notes de la rédaction

École des Beaux-Arts de Tours – Dominique Biesel

Texte intégral

Introduction

1Les sculptures en terre cuite font rarement l’objet d’installations en extérieur, à l’exception des pièces architecturales. Cependant, il est possible d’en découvrir, dans certains parcs ou jardins, à l’instar de cette paire de sphynges, de dimensions importantes, installées entre 1966 et 1994 sur le perron du pavillon du Zodiaque dans le jardin de l’Hôtel de Berny, à Amiens. Jusqu’en 1957, l’hôtel a appartenu à Gérard de Berny, riche exploitant agricole, sénateur et collectionneur d’art. À sa mort, l’hôtel fut légué à la ville d’Amiens, qui le transforma en musée en 1966.

2 L’enjeu principal de ce travail a été l’étude de terres cuites particulièrement dégradées suite à une longue exposition en extérieur. Dans cette perspective, nous avons cherché à réunir des informations aussi précises que possible sur l’origine des sculptures, leur datation, les techniques de mise en œuvre, la composition des pâtes et leurs propriétés physico-chimiques. Ces éléments nous ont permis d’orienter par la suite nos choix de restauration.

Fig. 1 Sphynge A en 1980 sur le perron de l’Hôtel de Berny

Fig. 1 Sphynge A en 1980 sur le perron de l’Hôtel de Berny

La sphynge A porte un fichu sur la tête. Les dimensions sont : H. 75,4 cm, L. 97,8 cm, Pr. 37,5 cm.

Crédit J. Jullien ©

Fig. 2 Sphynge B en 1971 sur le perron de l’Hôtel de Berny

Fig. 2 Sphynge B en 1971 sur le perron de l’Hôtel de Berny

La sphynge B se distingue par les nœuds placés sur le corset et autour du cou. Les dimensions sont : H. 71,4 cm, L. 97,9 cm, Pr. 37,5 cm.

Crédit : Cliché reproduit dans l’ouvrage de R. RICHARD, « L’Hôtel de Berny », supplément au n° 243 de La Revue française, juin 1971.

3Les deux sphynges nous ont été confiées par Laure Dalon, conservateur du patrimoine au musée de Picardie. Avant restauration, elles étaient accompagnées de 24 fragments et comportaient de nombreux éclats. Elles sont conservées actuellement dans les réserves du musée.

Contexte historique : une datation et une provenance problématique

  • 1  Cette comparaison est établie avec des coiffures mentionnées dans le Dictionnaire du costume et de (...)

4D’un point de vue iconographique, les sphynges présentent des similitudes avec des dessins d’après Coustou pour le château de Marly, conservés au National Museum de Stockholm (T. H. C. 8612). On y retrouve le même thème avec des caractéristiques vestimentaires et une position similaire sur des terrasses, dans des proportions identiques. Leur costume est constitué d’un corset et d’un drapé agrémenté de glands. Leurs coiffures semblent proches de coiffures datées de 17651. Les cartels cloués sur les terrasses les datent du XVIIIe siècle et mentionnent comme provenance le château d’Heilly. Ce dernier a appartenu à la famille Gouffier au XVIIIe siècle et il est aujourd’hui à l’état de ruine. Au cours de notre étude, nous avons cherché à compléter ces rares données, car les sculptures, sans numéro d’inventaire, sont peu documentées. Nous ne disposons à leur sujet que de quelques mentions dans des articles consacrés à l’Hôtel de Berny et de quelques photographies. Aucune preuve décisive n’a permis de confirmer la datation et la provenance géographique et l’auteur ou l’atelier demeure inconnu.

  • 2  Pérignon N. (1726-1782), Deuxième Vue du château de Ménars, du côté de la rivière, plume et encre (...)

5Cependant, une enquête de terrain a permis de faire le lien avec d’autres exemplaires proches iconographiquement, comme les sphynges en pierre du château de Ménars. Ce dernier, situé entre Tours et Blois, fut construit vers 1646 par Guillaume Charron. Le château donne au sud sur la vallée de la Loire. Il consistait à cette époque en un corps de logis principal de sept travées flanqué de deux pavillons et comprend un deuxième étage sous comble. Madame de Pompadour acheta le château le 30 juin 1760. Ange-Jacques Gabriel fut chargé de reconstruire les deux ailes. La date d’installation des sphynges dans le parc n’est mentionnée dans aucun document. Il est probable qu’elle date du XIXe siècle. En effet, les rampes d’accès au jardin où sont aujourd’hui installées les sphynges n’existaient pas au XVIIIe siècle, ce qui peut être observé sur des dessins, tels ceux de Nicolas Pérignon conservés au musée du Louvre2.

Fig. 3 Une des deux sphynges en pierre du château de Ménars

Fig. 3 Une des deux sphynges en pierre du château de Ménars

Les sphynges sont installées dans le jardin du château et dominent la Loire.

Crédit :S. Vétillard©

  • 3  MIGEON G., « L’art du XVIIIe siècle français au musée du Louvre », Gazette des Beaux-Arts, 1898, I (...)

6Des exemplaires en terre cuite sont visibles à la Galerie Chanel à Paris. Elles sont de dimensions très proches et sont présentées comme des sculptures du XVIIIe siècle. D’autres, en terre cuite patinée, sont conservées dans les réserves du Musée du Louvre et datées de la fin du XIXe siècle. Elles sont attribuées au mouleur Visseaux. L’activité très prolifique de cet artisan consistait à produire des répliques de sculptures du XVIIIe siècle. Dans La Gazette des Beaux-Arts de 1898, Gaston Migeon mentionne ces sculptures dans la nouvelle salle du Louvre destinée aux meubles et objets du XVIIIe siècle français3 :

Deux sphinx à tête de femme, grandes terres cuites que M. Constans envoya, il y a quelques années, du ministère de l'Intérieur au Louvre, sont d'aimables fantaisies, comme on en modela en France sous Louis XV, et aussi en Allemagne et en Autriche. Les figures ont infiniment de charme et de grâce.

  • 4  DEMEURE, F., Les impostures de l’art, Paris, Frédéric Chambriand, 1951, p. 138.

7Dans Les impostures de l'art, Fernand Demeure explique que ces modèles proviennent en fait d’un atelier de mouleur parisien, l’atelier Visseaux 4 :

Ces œuvres, deux sphinx avec des têtes de femmes, judicieusement patinés et truqués, flanquaient en 1889, l'entrée des salles d'exposition du XVIIIe siècle, organisée au Trocadéro, et placés là par un grand marchand qui les disait de Houdon ou de Pigalle - au choix de l'acquéreur, sans doute. Lors de l'inauguration, M. Carnot s'ébaudit grandement devant ces sphinx et déclara les vouloir faire acheter par le Louvre. Le marchand se frottait déjà les mains, quand un mouleur, nommé Visseaux, éclaira les savants, leur révélant que les rarissimes objets sortaient de ses propres fours et qu'il serait bien content si l'État voulait lui en acheter : il les vendait deux cent cinquante francs. Il ajouta que ce n'était, à tout prendre, que des moulages, pris sur un vieil hôtel de la rue de la Roquette et qu'au surplus les sphinx portaient un nom sur le socle : Gossin, le nom de son beau-père, honnête fabricant de reproductions.

  • 5  SLITINE, F., Samson, génie de l’imitation, Paris, Charles Massin, 2002, p 50.

8Les sphynges du Louvre sont donc des estampages issus de surmoulages. Deux autres sphynges, terres cuites datées du XIXe siècle, sont reproduites dans l’ouvrage de Florence Slitine5 Samson, génie de l’imitation et proviennent de l’atelier Samson, spécialisé dans la reproduction de céramiques. Les clichés sont conservés à la bibliothèque de la Manufacture de Sèvres. Nous n’avons pas retrouvé la trace des sculptures, elles ont probablement été achetées par des particuliers. Il existe également des variantes comme celles de l’Hôtel de la Trémoille, hôtel particulier situé 1 boulevard Delessert à Paris. Elles sont de dimensions plus importantes que l’ensemble des exemplaires répertoriés (en moyenne H. 138 cm, L. 199 cm, Pr. 61 cm) et sont recouvertes d’un revêtement beige imitant la pierre. Des éditions en plâtre, soit des versions complètes, soit des bustes seuls, ont été produites de 1893 à 1955 à l’atelier de moulage du Louvre. Enfin, certaines sont mentionnées dans des catalogues de vente.

9Ces comparaisons ne nous ont pas permis de préciser la datation des sphynges d’Amiens. Dès lors nous nous sommes posé la question de recourir à la thermoluminescence, étant consciente des limites de cette méthode pour une période aussi récente. Cette analyse, dont nous ne pouvions attendre de datation précise, n’a pas permis de trancher.

Techniques d’estampage d’objets de grande dimension

10Les deux estampages ont été obtenus par pressage dans un moule à bon creux de plaques de terre crue nommées croûtes. Les visages, les pattes et autres éléments sont moulés à part puis assemblés avec de la barbotine.

Fig. 4  Sphynge B, schémas des assemblages

Fig. 4  Sphynge B, schémas des assemblages

Les parties en rose clair indiquent les pièces assemblées, la ligne rouge en pointillé les coutures.

SchémaS. Vétillard ©

Fig. 5 Sphynge B, vue du dessous

Fig. 5 Sphynge B, vue du dessous

Les renforts sont constitués de croûtes de terre plus épaisses que pour la première couche d’estampage et de bandes de terre. Le plâtre a été appliqué lors d’une réparation, il masque les cassures et les fentes liées au séchage et à la cuisson.

Crédit :S. Vétillard ©

11Le réseau de coutures est visible au niveau des zones altérées, là où l’engobe a disparu. Une ultime couche de terre, plus épaisse que les précédentes, est appliquée à l’intérieur des estampages. Les assemblages ainsi que les évents et les coutures sont visibles. La queue de la sphynge A est assemblée avec de la barbotine et présente des encoches faites au couteau. Celle de la sphynge B contient une armature métallique, comme l’indique la radiographie. Elle épouse parfaitement la courbure interne et a donc été placée dans la terre avant la cuisson, ce qui est assez rare. Cela a provoqué des éclats.

Fig. 6 Sphynge B

Fig. 6 Sphynge B

Radiographie de la queue montrant l’armature métallique et prouvant son insertion avant la cuisson.

CréditDutreix ©

  • 6  Les dimensions et le poids des sculptures diffèrent. La sphynge A pèse environ 74 kg, alors qu’ell (...)

12Les surfaces sont retouchées au doigt, avec des mirettes ou des ébauchoirs et un engobe est appliqué sur l’ensemble de la surface6. Les couches sont assez fines, excepté à l’arrière où on retrouve une couche plus foncée et plus épaisse. Après séchage, l’ensemble est placé dans un four à une température comprise vraisemblablement entre 800 et 1000 °C, si l’on en juge d’après la nature et la couleur de la pâte.

État de conservation et étude des altérations

13Les altérations majeures observées sur ces pièces sont dues à leur installation en extérieur. Le feuilletage et la desquamation particulièrement importants permettent de prendre conscience de la fragilité des terres cuites exposées au gel.

Fig. 7 Sphynge A

Fig. 7 Sphynge A

Desquamation et feuilletage important sur la patte postérieure gauche. Ces altérations sont liées en grande partie aux cycles gel/dégel.

Crédit : S. Vétillard ©

Fig. 8 Sphynge B

Fig. 8 Sphynge B

Croûtes noires, érosion de l’épiderme et desquamation au niveau du drapé. Les croûtes noires sont localisées dans les parties moins exposées au lessivage des pluies.

Crédit : S. Vétillard ©

14De nombreux feuillets ont perdu leur cohésion sous l’effet des cycles répétés des cycles gel/dégel. Les phénomènes qui entrent en jeu dans le processus de gélifraction se déroulent de façon différente si l’eau contenue dans les pores est en contact direct avec l’extérieur ou si l’eau contenue dans les pores les plus petits commence à geler également. Dans le premier cas, il y a une augmentation de volume qui peut produire une déformation superficielle du matériau. Le second cas produit deux types de contraintes capables de fissurer le matériau :

  • Le premier type dérive d’un phénomène assez complexe : le mouvement des molécules d’eau subit une diminution sensible dans la zone en contact avec la glace formée ; par la suite, l’eau se trouvant à proximité de cette zone critique subit une forte accélération du mouvement, et se trouve attirée par la glace. En fait, dans la zone entre la glace déjà formée et l’eau en train d’arriver, les particules du matériau se trouvent entièrement asséchées, et présentent donc des charges électriques en mesure d’interagir avec celles de l’eau en migration. La poussée qui en résulte est suffisamment forte pour déplacer la glace formée.

  • L’autre type de contrainte a lieu quand l’eau contenue dans les capillaires les plus petits ne gèle pas par contact avec la glace déjà formée, mais cristallise par suite d’un choc thermique. On peut dire alors que la pression exercée sur les  parois du capillaire est due à la croissance des cristaux de glace, et non à l’augmentation de volume de l’eau gelée.

  • 7  Ce sont les fissures qui permettent ou non ce mécanisme. Les sphynges, avant leur exposition en ex (...)
  • 8  Il existe plusieurs théories pour expliquer comment les sollicitations cycliques de gel/dégel peuv (...)

15Il faut distinguer deux cas de gélifraction, celui lié aux fissures et celui lié au matériau non fissuré, c’est ce que l’on nomme respectivement la gélidisjonction mécanique, applicable à des céramiques déjà fissurées7, et l’écaillage de la céramique, phénomène lié à celui de succion cryogénique : l’eau non gelée est aspirée vers le front de gel. C’est donc l’énergie créée par le mouvement de l’eau vers les poches de glace qui est la source essentielle d’altération8.

  • 9   Une structure de bryophyte  a été identifiée et photographiée par Alexandre François au LRMH.
  • 10  Il s’agit vraisemblablement d’algues.

16Par ailleurs, des croûtes noires se sont formées et des efflorescences de sels solubles, liées à la pollution atmosphérique, sont apparues, ainsi que d’importants dépôts d’origine biologique parmi lesquels des mousses9 et d’autres micro-organismes aujourd’hui inactifs10.

17Les mécanismes d’altérations sont aussi induits par les techniques de mise en œuvre puisque le pressage, puis le séchage et la cuisson ont occasionné des fissures, des cassures et des éclatements. Un accident sur la patte postérieure de la sphynge A pourrait expliquer les bouchages observés.

18Enfin, les sculptures ont fait l’objet de comblements grossiers avec trois mortiers différents, l’un gris, l’autre rose et le troisième rose clair.

Fig. 9 Sphynge A

Fig. 9 Sphynge A

 Comblements au niveau de la patte postérieure droite. Trois mortiers différents ont été utilisés. L’un d’entre eux est d’une couleur assez proche de la terre cuite, mais il est cassé, peu adhérent au matériau et masque un dépôt de mousses et d’algues important.

CréditS. Vétillard ©

19À l’arrière de la sphinge A, un bouchage gris avec des résidus de plâtre et des traces d’adhésif brun, probablement de la gomme-laque. Du plâtre armé de filasse a été appliqué sous la base et une armature métallique, maintenue par des comblements en mortier, a été insérée dans la patte antérieure droite.

  • 11  En 1972, les pattes antérieures de la sphynge A sont toujours en place. En 1981, la patte antérieu (...)

20L’examen de photographies a permis de compléter ces constats11. Les différences visibles entre 1988 et 2010 permettent d’affirmer que des nettoyages énergiques à la brosse ont été entrepris. Dans la mesure où les surfaces étaient déjà fragilisées par le séjour prolongé en extérieur, ce nettoyage inadapté a accéléré la disparition presque totale de l’engobe de la sphynge A.

21L’ensemble de ces facteurs tels que l’exposition en extérieur et des interventions anciennes inadaptées à la conservation de la terre cuite ont créé des états de surface particulièrement altérés et hétérogènes. Certaines surfaces étaient grises, d’autres noircies ou recouvertes de croûtes noires, de mousses et autres micro-organismes, par ailleurs, les desquamations et le feuilletage importants posaient la question délicate du nettoyage sur une surface ayant une faible cohésion mécanique.

Étude des caractéristiques physico-chimiques des terres cuites

  • 12  Analyses réalisées par Jean-Gabriel Bréhéret à l’université François Rabelais de Tours.
  • 13  Analyses réalisées par Mikael Guiavar’ch au Laboratoire de recherche de monuments historiques (LRM (...)
  • 14  LAMBERCY, E., Les matières premières céramiques et leur transformation par le feu, Paris, ARgile, (...)
  • 15  Analyses réalisées par Anne Bouquillon et Yvan Coquinot, Centre de recherche et de restauration de (...)

22L’étude des propriétés physico-chimiques a été menée sur chacune des sculptures. Des comparaisons ont été établies afin de déterminer si les deux pièces avaient été estampées avec la même pâte. Par ailleurs, l’état des feuillets sains a été comparé à l’état de feuillets altérés. Une première observation à l’œil nu a permis de remarquer des grains de quartz, de la chamotte et des oxydes de fer. Au microscope optique, nous avons observé des grains identiques du point de vue de la coloration, de la granulométrie et de la répartition. L’observation de lames minces et les analyses au MEB-EDS ont permis d’identifier précisément des grains de quartz, des feldspaths, des carbonates de calcium, des oxydes de fer, et d’observer un élément peu fréquent dans les terres cuites, du tuf volcanique qui semblait indiquer la même composition des pâtes12. Celui-ci n’a pas permis de déterminer une origine géographique. Par ailleurs, des oxydes de fer de dimension variable sont répartis de façon aléatoire dans cette pâte, les analyses par diffraction des rayons X ont montré qu’il s’agit d’hématites13. La couleur brique est due à la présence d’oxydes de fer (Fe2O3) et à une cuisson oxydante. Cette coloration indique que la cuisson s’est effectuée à une température comprise entre 800 °C et 1000 °C14. L'analyse de la composition élémentaire des deux pâtes réalisées par le C2RMF a confirmé leur similitude : les compositions chimiques des deux pâtes sont similaires : il s'agit d'argiles silico-alumineuses (SiO2 + Al203 ≈ 90 %), peu alcalines et peu ferrifères. Les deux sphinges ont à l'évidence été réalisées avec les mêmes matières premières15.

  • 16  Ibid.
  • 17  Ciments du type Légastone® ou Minerstone®.

23Par conséquent, il est vraisemblable que les sphynges soient contemporaines. L’analyse des trois mortiers a permis de mettre en évidence la présence importante de zinc16 dans deux d’entre eux, les mortiers roses. Il est possible qu’il s’agisse de produits de ragréage couramment utilisés dans le bâtiment, des ciments dits métalliques17. Nous ne pouvons déterminer avec certitude si toutes les interventions anciennes ont été réalisées à la même époque.

  • 18  Analyses réalisées par Gilbert Delcroix.

24Compte tenu de la nécessité de réaliser un traitement de consolidation, nous nous sommes interrogée par ailleurs sur la porosité et la porométrie du matériau. Des analyses ont permis de connaître la porosité accessible à l’eau et la porosité totale, de l’ordre de 27 %18. Ces données ont été complétées par une analyse de porosimétrie par intrusion de mercure réalisé au LRMH par Mikaël Guiavarc'h et indiquant des valeurs similaires. Cette méthode permet de connaître la structure mésoporeuse et macroporeuse des matériaux. Dans sa thèse soutenue en 2002, C. Thomachot explique le principe :

  • 19 THOMACHOT, C., Modifications des propriétés pétrophysiques des grès soumis au gel ou recouverts d’e (...)

 La porosimétrie au mercure repose sur l’injection de mercure à une pression donnée dans une enceinte initialement sous vide contenant un solide poreux [...]. L’invasion d’un pore, même de grande taille, est donc contrôlée par la pression nécessaire pour franchir le rétrécissement qui y donne accès. Ainsi chaque pression appliquée correspond à la pression contrôlée par le rétrécissement qui donne accès à un volume poreux [...]. Cette méthode permet d’estimer la porosité totale et la répartition des rayons d’accès aux pores progressivement saturés en mercure19.

Les échantillons doivent être secs. Ils sont mis sous vide en présence de mercure. La pression de mercure est augmentée de façon incrémentale.

  • 20  Ibid.

On obtient donc, au total, la courbe d’intrusion de mercure qui représente le volume cumulé de mercure introduit (i.e. le volume poreux) en fonction du rayon des pores directement accessibles [...]. Par différenciation, on obtient aussi la distribution des volumes poreux en fonction des rayons d’accès de pores [...] plus communément appelée distribution des tailles de pores, qui met en évidence les modes poreux caractéristiques de la microstructure du matériau testé20.

25Cette étude a permis de constater que les pâtes ne présentent pas une répartition homogène des pores, étant donné les zones de clivage liées à l’étirement de la pâte lors de l’estampage. Les stagnations d’eau entre les structures des feuillets, inhérentes à ce type de mise en œuvre, rendent la terre cuite vulnérable aux cycles gel/dégel.

Traitements de conservation-restauration réalisés

26L’état d’altération des sculptures exclut toute nouvelle exposition en extérieur. Le problème de conservation majeur est lié au feuilletage et à l’écaillage de la terre cuite. Ceci implique de consolider les zones pulvérulentes, de redonner une cohésion entre les feuillets, de coller des fragments et de réaliser des bouchages structuraux. Un autre problème est la présence de restitutions maladroites et de bouchages d’aspect grossier. Nous avons pris la décision de les enlever partout où cela n’entraînait pas de risque pour la terre cuite. Pour organiser les étapes du traitement, nous avons jugé plus cohérent de débarrasser les terres cuites des dépôts et des adjonctions avant d’envisager la consolidation.

27Compte tenu de l’impossibilité d’éliminer les ciments par voie chimique sans endommager la terre cuite, nous avons retenu les méthodes mécaniques, effectué des percements avec un foret au carbure de tungstène, puis utilisé le vibro-inciseur et la microabrasion pour les finitions. La patte antérieure droite a également été démontée en réalisant des percements. Un évent a pu être observé à cet endroit.

Fig. 10 Patte antérieure droite de la sphynge A 

Fig. 10 Patte antérieure droite de la sphynge A 

Retrait des mortiers en cours. Cette intervention a permis d’observer la présence d’une armature insérée lors d’une réparation.

Crédit :S. Vétillard ©

Problématique du nettoyage sur un matériau feuilleté

28Le nettoyage de surfaces entièrement hétérogènes de par leur niveau d’altération et la nature des dépôts nous a posé le problème complexe de définir un niveau d’intervention cohérent qui ne pouvait être trop poussé. En fonction de l'état de conservation de la terre cuite, nous envisageons différents produits et des méthodes complémentaires. Les caractéristiques de la terre cuite et de l’engobe (solubilité nulle, pH apparent égal à 7) autorisent l’utilisation de traitements en milieu aqueux, l’emploi de tensio-actifs, de solvants polaires et d’acides ou de bases faibles. Il est également possible de recourir à la microabrasion et au laser.

29Les premiers tests en milieu aqueux révèlent le caractère polaire et hydrophile des salissures en surface. Celles-ci sont maintenues sur la terre cuite par des forces électrostatiques et par ancrage mécanique. L’eau déminéralisée froide, utilisée sur un coton, a une action légère, mais elle parvient à entraîner une partie du dépôt en raison de sa constante diélectrique élevée. Employée en petite quantité sur un coton, avec un tensio-actif, elle est sans danger pour les zones altérées de la terre cuite ainsi que pour l’engobe. Pour le nettoyage général, nous avons retenu une solution aqueuse additionnée de 1 % de Triton X 100®. Les dépôts végétaux ont été éliminés avec un jet de vapeur permettant de faire gonfler les recouvrements biologiques. Ces derniers sont ensuite éliminés par un grattage et un brossage doux au pinceau, méthode adaptée à l’élimination de tels dépôts selon Geneviève Orial :

  • 21 ORIAL, G., MARIE-VICTOIRE, E., « Les recouvrements biologiques sur béton. Essais comparatifs de tra (...)

Le simple traitement à la vapeur accompagné d’un grattage doux et d’un brossage manuel est particulièrement efficace. Il constitue une solution intéressante, qui permet d’éliminer les salissures noires liées à la pollution atmosphérique. Il peut être complété par la simple pulvérisation de produit biocide, à titre préventif, bien que des observations faites huit mois après un traitement à la vapeur (+ grattage), sans produit biocide complémentaire, n’aient révélé aucune recolonisation des zones traitées21.

30Un jet de vapeur est projeté à une distance d’environ 10 cm. La température mesurée à cette distance est d’environ 40 °C.

  • 22  Extrait du compte-rendu d’analyses rédigé par le C2RMF : « Le prélèvement A5 contient beaucoup de (...)

31Pour éliminer les croûtes noires, nous avons testé la méthode de la photoablation et le nettoyage en phase aqueuse et retenu la pâte de nettoyage à base de CMC sel disodique, d’EDTA sel disodique et de carbonate d’ammonium. Après un temps d’action d’environ quatre heures, le résultat est satisfaisant. Cette méthode nécessite un rinçage soigné. Certaines finitions ont été réalisées à la photoablation. Les surfaces blanches sous les croûtes noires contenaient une quantité importante de sels solubles22. Nous avons choisi d’entreprendre un dessalement local par compresses pour atténuer les dépôts.

32Pour le plâtre sous la sphynge A, nous avons eu recours à la vibro-incision et à la microabrasion. Cela a mis au jour les fissures importantes et les cassures survenues lors de la cuisson.

Interventions de structure

33Pour cette intervention, trois techniques complémentaires ont été employées. Compte tenu de la nature siliceuse de la terre cuite, notre choix s’est tourné vers les silicates d’éthyle et nous en avons testé cinq parmi les plus couramment employés. Notre choix s’est porté vers le produit Estel 1000® car il permet de retrouver une bonne cohésion, sans modifier la coloration, et la comparaison des différents échantillons a permis de constater que, dans ce cas précis, c’est le consolidant qui modifie le moins la porosité. Les parties consolidées sont les zones pulvérulentes. Toutefois, une telle consolidation ne permet pas de combler certains vides entre les feuillets rigides et cassants. Un adhésif acrylique extrêmement souple, le Plextol B500®, convient particulièrement bien pour traiter ce problème. Il a été injecté avec des cathéters. Il est à noter que son emploi, doit être suivi après séchage d’un rinçage méticuleux avec de l’acétone.

34Le mélange de Paraloïd® B72 et B44 à 20 % dans l’acétate d’éthyle et de micro-ballons phénoliques a été choisi pour combler les écarts les plus importants, car il présente la souplesse et la résistance requise. Ce produit permet de redonner une cohésion aux feuillets et évite le phénomène d’écaillage. Après la consolidation, les zones trop altérées pour être nettoyées ont fait l’objet de quelques finitions. Pour  l’ensemble des collages, nous avons eu recours au mélange de Paraloïd® B72 et B44 à 40 % dans l’acétate d’éthyle.

35Pour repositionner convenablement la patte antérieure de la sphynge B, nous avons réalisé une semelle avec une résine thermodurcissable, l’Araldite® SV 427 chargé de micro-ballons phénoliques. Ce système permet un ajustage parfait et présente l’avantage d’être totalement réversible et d’une mise en œuvre aisée. Afin de faciliter l’application des bouchages au-dessus des manques importants, nous avons réalisé des supports en fibre de verre.

36Les bouchages impliquent soit de combler de petits volumes soit d’autres, plus importants, nécessitant une certaine résistance mécanique. Différents tests ont été réalisés avec des liants thermoplastiques, différentes charges, de la poudre de terre, des micro-ballons phénoliques, des microbilles de verre, puis avec une résine thermodurcissable et des produits prêts à l’emploi. À l’issuede ces expérimentations, un système constitué de noyaux d’Araldite® chargée a été retenu. Cela permet d’éviter le retrait inhérent à l’utilisation de résines thermoplastiques en volume important et d’obtenir la résistance voulue. Un mélange de Paraloïd® B72 et B44 et de micro-ballons phénoliques a été appliqué en retrait. Il peut être facilement retouché et est utilisé également pour les bouchages de petits volumes.

Fig. 11 Exemple de comblements réversibles

Fig. 11 Exemple de comblements réversibles

Exemple réalisé avec la résine thermodurcissable Araldite® SV 427 et le durcisseur HV 427. Ces éléments ont été obtenus par une prise d’empreinte de la forme à combler, protégée au préalable par un film plastique. Ils sont ensuite collés avec un adhésif acrylique.

Crédit : S. Vétillard ©

37L’armature en alliage ferreux insérée dans la queue de la sphynge B constitue un témoignage important de leur utilisation dans les terres cuites. Les oxydes pulvérulents en surface ont été éliminés avec une brosse rotative. Afin de passiver le métal, une solution de phosphate de potassium a été appliquée et une cire microcristalline déposée en surface. Aucun comblement n’a été réalisé.

38Les retouches ont été réalisées au pinceau et au tampon avec des peintures acryliqueschoisies pour leur pouvoir couvrant et quelques unes à l’aquarelle sur les zones claires de la terre cuite. Les retouches, comme les bouchages, sont entièrement réversibles.

Fig. 12  Sphynge A

Fig. 12  Sphynge A

La sphynge A après restauration.

Crédit :S. Vétillard ©

Conclusion

39La comparaison avec différents exemplaires, réalisée au cours d’une enquête de terrain, a permis de replacer les sphynges de l’Hôtel de Berny dans le contexte d’une production, celle de l’estampage et de tirages multiples, et de considérer le succès de ce modèle. Bien qu'elles soient présentées comme des sculptures du XVIIIe siècle, plusieurs éléments permettent de supposer qu’elles seraient une production du XIXe siècle, réalisée dans le goût du XVIIIe siècle. La provenance, elle aussi, reste problématique. Il semble que le château d'Heilly ait été évoqué davantage en raison de sa proximité géographique avec l'Hôtel de Berny et de sa renommée au XVIIIe siècle que d'après un élément précis, puisqu'aucune preuve n'existe. Le recensement d’exemplaires proches iconographiquement a permis de confirmer que la plupart de ces sculptures étaient vraisemblablement destinées, au XIXe siècle, à la décoration de demeures et d'hôtels particuliers dont les propriétaires étaient parfois des collectionneurs, comme Gérard de Berny ou les frères Duveen.

40L’étude a par ailleurs montré que les cycles de gel/dégel ainsi que l’humidité et la pollution étaient les principaux facteurs d’altération des terres cuites exposées en extérieur, aggravées par les infestations biologiques. Par ailleurs, le nettoyage de ce type de pièces reste complexe dans la mesure où il requiert un niveau d’intervention qui prenne en compte l’état d’altération et la fragilité mécanique du matériau tout en conservant les marques du séjour en extérieur. C’est pourquoi un tel cas nécessite de faire appel à des tests préliminaires systématiques et à une grande diversité de techniques, en rapport avec l’état de conservation particulièrement hétérogène du matériau.

Haut de page

Bibliographie

ARNOLD, A., « Altération et conservation d’œuvres culturelles en matériaux poreux affectés par des sels », Le dessalement des matériaux poreux, 7e journées d’étude de la SFIIC, Poitiers, 9-10 mai 1996, Champs-sur-Marne, SFIIC, 1996, p. 3-20.

BEILLARD, B., Les matériaux de reconstitution adaptés à la restauration des céramiques, mémoire de fin d’études de l’IFROA, Paris, IFROA, 1983, dactyl.

BERDUCOU, M.C., « La restauration : quels choix ? "Dérestauration", restauration-restitution », Technè, 13-14, 2001, p. 210-218.

BLOCH, P., « Composés céramiques. Matériaux céramiques », Matériaux et processus céramiques, sous la dir. de Philippe Bloch, Paris, Hermès Sciences Publications, 2001, p. 19-44.

BOISSIÈRE, J.-C., « Les lichens : organisation, biologie, effets sur les matériaux », Les contaminants biologiques des biens culturels, sous la dir. de Marie-France Roquebert, Paris, Elsevier, 2002, p. 55-69.

BOUQUILLON, A., « Histoire des céramiques », Matériaux et processus céramiques, sous la dir. de Philippe Bloch, Paris, Hermès Sciences Publications, 2001, p. 47-70.

BOURGÈS, A., « Le dessalement par compresses : état des recherches », Monumental, Paris, Éditions du patrimoine, 2010, p. 82-83.

Bulletins de la Société des Antiquaires de Picardie, tome III-tome IX, 1847-48-49, Amiens, Imprimerie de Duval et Herment/Société des Antiquaires de Picardie, 1849.

CAMUS, A., DOUILLET, L., L’hôtel des trésoriers de France de la Généralité de Picardie, Amiens, Société des Antiquaires de Picardie, 1981.

CASTAING, J., ZINK, A., « Influence de l’irradiation aux rayons X sur la luminescence et la datation des terres cuites »,Technè, n° 19, 2009.

Catalogue des moulages édités par les Musées nationaux, tome III, Art français, Paris, Musées nationaux, Palais du Louvre, 1946.

Catalogue des moulages édités par les Musées nationaux, tome III, Art français, Paris, 1955.

CAUVEL de BEAUVILLÉ, I., Le château d’Heilly, mémoire de maîtrise en histoire de l’art, Université de Picardie, 1992, dactyl.

Céramique, vocabulaire technique, sous la dir. de N. Blondel, Paris, Monum, Éditions du patrimoine, 2001.

CHARAGEAT, M., « Un inventaire de fonds de mouleur parisien en 1880. De l’importance du fonds Visseaux pour l’identification de sculptures au XVIIIe siècle », Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art Français, année 1966, Paris, 1967.

CHAVIGNY, J., Le château de Ménars, un des joyaux du Val de France, Paris, Librairie des Champs-Élysées, 1954.

CHEKOUR, L., Éléments de diffraction des rayons X & Travaux Pratiques (D.E.S Physique - 4ème année), université Mentouri de Constantine, faculté des sciences, département de Physique, s. d.

CHERMANT, J.-L., Caractérisation des poudres et des céramiques, Paris, Hermès, FORCERAM Formation Céramique, 1992.

Copies, répliques, pastiches : 2 décembre 1973 - 22 avril 1974, catalogue rédigé par Michel Laclotte et Claudie Ressort, Paris, Musées nationaux, 1974.

CORDEY, J., Inventaire des biens de Madame de Pompadour rédigé après son décès, Paris, Francisque Lefrançois, 1939.

CUOMO DI CAPRIO, N., PICON, M., La mesure des températures de cuisson des céramiques par dilatométrie, Actes del 5è Curs d’arqueologia d’Andorra, novembre 1997, p. 86-109.

CUVILLIER, J., Famille et patrimoine de la haute noblesse française au XVIIIe siècle. Le cas des Phélypeaux, Gouffier, Choiseul, Paris, L’Harmattan, 2005.

DEMEURE, F., Les impostures de l’art, Paris, Frédéric Chambriand, 1951.

Le Dessalement des matériaux poreux, Journées d’études de la SFIIC, Poitiers, 9 - 10 mai 1996, Champs-sur-Marne, SFIIC, 1996.

ÉLOY, W., « L’Hôtel des Trésoriers de France à Amiens », Économie 80, revue bimestrielle d’information économique de la Somme, numéro 70, janvier-mars 1980.

ERNOULD-GANDOUET, M., La céramique en France au XIXe siècle, Paris, Gründ, 1969.

ETLICHER, B., LAUTRIDOU, J.-P., « Premiers résultats de gélifraction expérimentale d’arènes granitiques », Bulletin de l’Association française pour l’étude du Quaternaire, volume 23, numéro 3-4, 1986.

EUDEL, P., Le trucage, les contrefaçons dévoilées, Paris, E. Dentu, 1884.

François Boucher, 1703-1770, catalogue d’exposition, Paris, Galeries nationales du Grand Palais,  18 septembre 1986 - 5 janvier 1987, Paris, Réunion des musées nationaux, 1986.

FURCY-RAYNAUD, « Inventaire des sculptures exécutées au XVIIIe siècle par la direction des bâtiments du roi », Archives de l’art français, tome XIV, Paris, 1927.

GAMAY, comte E. de, « Les jardins de Ménars », Revue de l’Art ancien et moderne, avril 1935.

 «Inventaire des pièces provenant du château d’Heilly », publiées par M. Garnier, Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie, tome IX, 1849.

JAY, E., Étude préliminaire à la consolidation des céramiques archéologiques poreuses altérées : connaissance du matériau céramique, mémoire de fin d’études de l’IFROA, Paris, 1983, dactyl.

JOUENNE, C. A., Traité de Céramiques et Matériaux Minéraux, Paris, Septima, 1994.

JUMEL, A. É., Heilly, Amiens, Delattre-Lenoel, 1976.

LE GAC, « Les copies et leurs fonctions », Conservation-restauration des biens culturels, n° 17/18, décembre 2001.

LACLOTTE, M., RESSORT, C., Copies, répliques, pastiches, paris,Le petit journal des grandes expositions, 1974.

LAMBERCY, E., Les matières premières et leurs transformations par le feu, Genève, Paris, ARgile, 1993.

LESUEUR, F., Ménars, Le château Les Jardins et les Collections de Mme de Pompadour et du marquis de Marigny, Blois, Imprimerie René Breton, 1913.

LETAVERNIER G., OZOUF, J.-C., « La gélifraction des roches et des parois calcaires », Bulletin de l’Association française pour l’étude du Quaternaire, volume 24, numéro 3, 1987.

 « Lettres de plusieurs personnages célèbres trouvées au château d’Heilly », Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie, 1839, 1.

LORUSSO, S., MARABELLI, M., VIVIANO, G., Pollution de l’environnement et impact sur les biens culturels, Château-Gontier, EREC, 1999.

MABILLE, G., BENECH, L., CASTELLUCCIO, S., Vues des jardins de Marly le roi jardinier, Paris, Alain de Gourcuff, 1981.

Madame de Pompadour et les arts, catalogue d’exposition, sous la dir. de Xavier Salmon, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, 14 février - 19 mai 2002, Paris, RMN, 2002.

Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie, tome II, Amiens, Ledien fils, imprimeur-éditeur, 1939.

MOSSER, M., « Monsieur de Marigny et les jardins : projets inédits de fabriques pour Ménars », Bulletin de la Société de l’Art français, 1972.

Le Moulage, actes du colloque international, 10 - 12 avril 1987, Paris, La Documentation Française, 1988.

Le Moulage en terre cuite dans l’Antiquité, création et production dérivée, fabrication et diffusion, actes du XVIIIe colloque du Centre de Recherches Archéologiques de Lille III, 7-8 décembre 1995, éd. Arthur Muller, Université Charles-de-Gaulle Lille III, Presses Universitaires du Septentrion, 1997.

Moulages du Louvre et des musées de France, catalogue général, Paris, RMN, 1991.

Mortiers de réparation : terminologie, validation, mise en œuvre, Champs-sur-Marne, SFIIC, 1997.

ORIAL, G., « Les bactéries, algues et lichens : morphologie et altérations », in « Les altérations biologiques et les biens patrimoniaux », Monumental, Paris, Éditions du patrimoine, 2005, semestriel 5,p. 96-99.

PALLOT-FROSSARD, I., ROYER, A., VERGÈS-BELMIN, V. et al., « Les ciments », Monumental, Paris, Éditions du Patrimoine, 2006, p. 88-112.

PEIFFER, J.G., La céramique : traité d’expertise technique et de conservation-restauration, Paris, Faton, 2010.

 «Pièces imprimées et manuscrites concernant le château d’Heilly», Bulletin trimestriel de la Société des Antiquaires de Picardie, 1849, tome 1.

PLANTET, E., La collection de statues du Marquis de Marigny, Paris, 1885.

Propriétés et applications des céramiques, sous la dir. de Philippe Boch, Paris, Hermès Sciences Publications, 2001.

RADA, P., Les techniques de la Céramique, Paris, Gründ, 1989.

RAUTUREAU, M., CAILLÈRE, S., HÉNIN, S., Les argiles, Paris, Édition Septima, 2004.

RICHARD, R., « L’Hôtel de Berny », supplément au n° 243 de La Revue française, juin 1971.

RIONNET, F., L’Atelier de moulage du Musée du Louvre (1794-1928), Paris, RMN, 1996.

ROUSSET-CHARNY, G., Les palais parisiens de la Belle Époque, Paris, Délégation à l’action artistique de la Ville de Paris, 1990.

ROUXEL, T., « Propriétés et applications des céramiques », Traité des Céramiques et des Matériaux Minéraux, Paris, Septima, 2001.

SCEMLA C., COLINART S.,« Engobes, patines et peintures sur quelques sculptures françaises : problèmes d’identification et de traitement », Coré, n° 3, Paris, Errance, 1997, p. 74-76.

SCHERF, G., « L’égyptomanie et la sculpture à la fin du XVIIIe siècle », Égyptomania, Dossier de l’art, février - mars 1994, p. 15-21.

SCHERF, G., « Madame de Pompadour et la sculpture », Madame de Pompadour et les arts, catalogue d’exposition, sous la dir. de Xavier Salmon, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, 14 février - 19 mai 2002, Paris, RMN, 2002.

 « La statuaire en terre cuite », Corè, n° 3, 1997.

SLITINE, F., Samson, génie de l’imitation, Paris, Charles Massin, 2002.

THOMACHOT, C., Modifications des propriétés pétrophysiques des grès soumis au gel ou recouverts d’encroûtements noirs vernissés, thèse de doctorat de l’université Louis Pasteur ULP, Strasbourg, 2002.

TRIAT, J.-M., « Approche minéralogique des argiles », Argiles, Paris, Beaufour, 1994, p. 46-59.

VAN LITH, J.-P., Céramique, dictionnaire encyclopédique, Paris, Les éditions de l’armateur, 2000.

WARDEH, G., Les phénomènes de gel-dégel dans les matériaux à base de terre cuite et les conséquences sur leur durabilité. Expériences et modélisation, thèse de doctorat de l’université Paul Sabatier, spécialité Génie civil, sous la dir. de B. Perrin, 2005.

Haut de page

Notes

1  Cette comparaison est établie avec des coiffures mentionnées dans le Dictionnaire du costume et de ses accessoires, des armes et des étoffes des origines à nos jours de LELOIR, M., Paris, SPADEM et Librairie Gründ, 1992, p. 97.

2  Pérignon N. (1726-1782), Deuxième Vue du château de Ménars, du côté de la rivière, plume et encre noire, gouache et aquarelle, 14,9 x 28,3 cm, musée du Louvre, inv. 32 321.

3  MIGEON G., « L’art du XVIIIe siècle français au musée du Louvre », Gazette des Beaux-Arts, 1898, I,  p. 465.

4  DEMEURE, F., Les impostures de l’art, Paris, Frédéric Chambriand, 1951, p. 138.

5  SLITINE, F., Samson, génie de l’imitation, Paris, Charles Massin, 2002, p 50.

6  Les dimensions et le poids des sculptures diffèrent. La sphynge A pèse environ 74 kg, alors qu’elle comporte davantage de parties manquantes et la B environ 64 kg. D’autres différences peuvent être observées, comme la couleur de l’engobe, la finesse du modelé du visage, notamment le modelé des yeux et de la chevelure ou le modelé du tapis posé sur la terrasse (le modelé du tapis de la sphynge B comporte des traits obliques alors que celui de la sphynge A en est dépourvu).

7  Ce sont les fissures qui permettent ou non ce mécanisme. Les sphynges, avant leur exposition en extérieur, comportaient un certain nombre de fissures apparues lors du séchage et de la cuisson. La disparition progressive de l’engobe a accéléré la pénétration de l’eau dans les pores, la céramique devenant plus perméable aux liquides sans ce revêtement.

8  Il existe plusieurs théories pour expliquer comment les sollicitations cycliques de gel/dégel peuvent dégrader les matériaux poreux. Georges Wardeh les évoque dans sa thèse de doctorat pour laquelle il met en place une série d’expérimentations avec des tessons de terre cuite soumis à différents cycles et ce afin d’étudier les mécanismes d’endommagement et déterminer quels sont les paramètres les plus importants (WARDEH, G., Les phénomènes de gel-dégel dans les matériaux à base de terre cuite et les conséquences sur leur durabilité. Expériences et modélisation, thèse de doctorat de l’université Paul Sabatier, spécialité Génie civil, sous la dir. de B. Perrin, 2005). Il est également possible de déterminer si les céramiques sont gélives avec le coefficient d’Hirshwald. En effet, pour que le phénomène d’écaillage mécanique se déclenche, il faut un coefficient supérieur à 0,75. Dans notre cas, nous constatons que le cœfficient de saturation est supérieur à 0,75 (informations et mesures communiquées par Gilbert Delcroix). Par conséquent, cette céramique est gélive.

9   Une structure de bryophyte  a été identifiée et photographiée par Alexandre François au LRMH.

10  Il s’agit vraisemblablement d’algues.

11  En 1972, les pattes antérieures de la sphynge A sont toujours en place. En 1981, la patte antérieure gauche est cassée et les fragments posés sur la terrasse. La surface est très encrassée.

12  Analyses réalisées par Jean-Gabriel Bréhéret à l’université François Rabelais de Tours.

13  Analyses réalisées par Mikael Guiavar’ch au Laboratoire de recherche de monuments historiques (LRMH).

14  LAMBERCY, E., Les matières premières céramiques et leur transformation par le feu, Paris, ARgile, 1993, p. 332.

15  Analyses réalisées par Anne Bouquillon et Yvan Coquinot, Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF).

16  Ibid.

17  Ciments du type Légastone® ou Minerstone®.

18  Analyses réalisées par Gilbert Delcroix.

19 THOMACHOT, C., Modifications des propriétés pétrophysiques des grès soumis au gel ou recouverts d’encroûtements noirs vernissés, thèse de doctorat soutenue à l’université Louis Pasteur ULP, Strasbourg, 2002, p. 18-19.

20  Ibid.

21 ORIAL, G., MARIE-VICTOIRE, E., « Les recouvrements biologiques sur béton. Essais comparatifs de traitements d’élimination », Les contaminants biologiques des biens culturels, Paris, Elsevier, 2002, p. 363 à 375.

22  Extrait du compte-rendu d’analyses rédigé par le C2RMF : « Le prélèvement A5 contient beaucoup de sulfates, relativement peu de chlorures et très peu de nitrates ». La teneur relevée pour les sulfates sur cet échantillon est de 269,2 g/kg, soit 26,92 %.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Sphynge A en 1980 sur le perron de l’Hôtel de Berny
Légende La sphynge A porte un fichu sur la tête. Les dimensions sont : H. 75,4 cm, L. 97,8 cm, Pr. 37,5 cm.
Crédits Crédit J. Jullien ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2613/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 2 Sphynge B en 1971 sur le perron de l’Hôtel de Berny
Légende La sphynge B se distingue par les nœuds placés sur le corset et autour du cou. Les dimensions sont : H. 71,4 cm, L. 97,9 cm, Pr. 37,5 cm.
Crédits Crédit : Cliché reproduit dans l’ouvrage de R. RICHARD, « L’Hôtel de Berny », supplément au n° 243 de La Revue française, juin 1971.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2613/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 3 Une des deux sphynges en pierre du château de Ménars
Légende Les sphynges sont installées dans le jardin du château et dominent la Loire.
Crédits Crédit :S. Vétillard©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2613/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 4  Sphynge B, schémas des assemblages
Légende Les parties en rose clair indiquent les pièces assemblées, la ligne rouge en pointillé les coutures.
Crédits SchémaS. Vétillard ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2613/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 5 Sphynge B, vue du dessous
Légende Les renforts sont constitués de croûtes de terre plus épaisses que pour la première couche d’estampage et de bandes de terre. Le plâtre a été appliqué lors d’une réparation, il masque les cassures et les fentes liées au séchage et à la cuisson.
Crédits Crédit :S. Vétillard ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2613/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 6 Sphynge B
Légende Radiographie de la queue montrant l’armature métallique et prouvant son insertion avant la cuisson.
Crédits CréditDutreix ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2613/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 7 Sphynge A
Légende Desquamation et feuilletage important sur la patte postérieure gauche. Ces altérations sont liées en grande partie aux cycles gel/dégel.
Crédits Crédit : S. Vétillard ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2613/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 8 Sphynge B
Légende Croûtes noires, érosion de l’épiderme et desquamation au niveau du drapé. Les croûtes noires sont localisées dans les parties moins exposées au lessivage des pluies.
Crédits Crédit : S. Vétillard ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2613/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 9 Sphynge A
Légende  Comblements au niveau de la patte postérieure droite. Trois mortiers différents ont été utilisés. L’un d’entre eux est d’une couleur assez proche de la terre cuite, mais il est cassé, peu adhérent au matériau et masque un dépôt de mousses et d’algues important.
Crédits CréditS. Vétillard ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2613/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 10 Patte antérieure droite de la sphynge A 
Légende Retrait des mortiers en cours. Cette intervention a permis d’observer la présence d’une armature insérée lors d’une réparation.
Crédits Crédit :S. Vétillard ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2613/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 11 Exemple de comblements réversibles
Légende Exemple réalisé avec la résine thermodurcissable Araldite® SV 427 et le durcisseur HV 427. Ces éléments ont été obtenus par une prise d’empreinte de la forme à combler, protégée au préalable par un film plastique. Ils sont ensuite collés avec un adhésif acrylique.
Crédits Crédit : S. Vétillard ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2613/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 12  Sphynge A
Légende La sphynge A après restauration.
Crédits Crédit :S. Vétillard ©
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2613/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabrina Vétillard, « Étude et restauration de deux sculptures de jardin en terre cuite », CeROArt [En ligne], EGG 2 | 2012, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2613

Haut de page

Auteur

Sabrina Vétillard

Sabrina Vétillard a étudié les arts plastiques à l’École régionale des beaux-arts de Rennes, diplômée en Histoire de l’art (Licence, Paris I Panthéon-Sorbonne), Lettres Modernes (Maîtrise, Université de Rennes II) et en conservation-restauration de sculptures (DNSEP cursus conservation-restauration des œuvres sculptées, École supérieure des beaux-arts de Tours). Elle exerce actuellement en tant que restauratrice de sculptures à Grenoble.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org