Skip to navigation – Site map
Dossier

L’étude préalable et la conservation - restauration des graffitis des internés au camp de Drancy

Expérimentation de l’imagerie térahertz pour la lecture des inscriptions recouvertes
Mélanie Curdy

Abstracts

During the Second World War, the Jewish prisoners of the transit camp in Drancy inscribed messages on the walls of their prison. Concealed under coats of whitewash and plasters, the graffiti have been preserved on the walls of the former camp that has been turned into apartments again. The preliminary study of the graffiti were conducted at the Institut national du patrimoine. A scientific study led to the implementation of non-invasive examination methods of the covered mural inscriptions through the testing of potential applications of terahertz imaging. The graffiti were then conserved in order to ensure their legibility and preservation.

Top of page

Editor's notes

Institut National du Patrimoine – Patricia Vergez, Maryse Pierrard

Full text

Introduction

1Les graffitis inscrits pendant la seconde Guerre mondiale par les Juifs internés au camp de Drancy, occultés pendant plusieurs décennies sous des badigeons et enduits, ont été étudiés dans le cadre d’un mémoire de fin d’étude de l’Institut national du patrimoine. Plusieurs techniques d’examen ont été mises en œuvre et comparées à cette occasion, pour détecter et/ou rendre lisible certaines de ces inscriptions. La méthode innovante d’imagerie non invasive térahertz notamment s’est avérée très prometteuse. Enfin, les interventions de restauration, complexes et sensibles du fait des enjeux mémoriels et communautaires, ont permis la mise au jour de témoignages poignants.

L’histoire des graffitis de Drancy

La cité de la Muette

2La Cité de la Muette, située dans la commune de Drancy, en Seine-Saint-Denis, est un grand bâtiment en forme de U, composé de trois ailes de quatre étages, et qui se distingue peu, à première vue, d’autres ensembles de logements sociaux de banlieue parisienne.

  • 1  GOALES Annlor, La cité de la Muette, une expérience constructive, Mémoire non publié de l'Ecole d' (...)
  • 2  POUVREAU B., Le logement social en Seine-Saint-Denis (1850-1999), Paris, Itinéraires du patrimoine (...)
  • 3  PESCHANSKI D., La France des camps, L'internement 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002, et FONTAINE T (...)

3Cet édifice fit pourtant partie du projet ambitieux et avant-gardiste de cité idéale destinée au logement des populations démunies, engagé en 1931 par les architectes modernistes Marcel Lods et Eugène Beaudouin1. Le chantier, qui comportait alors plusieurs bâtiments, fut touché par la crise et abandonné en cours de construction, laissant le bâtiment en U inachevé2. C’est ensuite que, pendant la seconde Guerre mondiale, sous l’occupation, l’édifice tint un rôle central dans la politique antijuive menée en France. Réquisitionné en août 1941 pour devenir le principal camp de transit des Juifs de France, il fut entre 1942 et 1944 le point de départ de la déportation de plus de 70 000 personnes vers les camps d’extermination de l’Est.3

Les graffitis des internés

4Les grands espaces que constituaient les étages non cloisonnés du bâtiment furent transformés en chambrées, où les Juifs étaient détenus, entassés, dans l’attente de leur déportation.

  • 4  KLARSFELD S., La Shoah en France, Tome 4 – Le mémorial des enfants juifs déportés de France, Paris (...)
  • 5  CLING M., Vous qui entrez ici..., Un enfant à Auschwitz, Graphen et FNDIRP, Paris, 1999. « Le dépa (...)

5Les hommes, femmes et enfants4, enfermés et inactifs, tuaient le temps en griffonnant sur les murs de leur prison, des portraits, des symboles ou des initiales, à l’aide de matériaux simples, un crayon, une pointe. Ainsi, une sorte de rituel sembla s’établir, dont témoignent des récits de rescapés5 : Les futurs déportés laissaient une trace de leur passage en inscrivant sur les murs de leur prison, leurs nom et prénom, les dates de leur arrivée et de leur départ, parfois le lieu de leur rafle, souvent un court message où se mêlaient l’angoisse à la volonté d’espoir, « bon moral », « destination inconnue », « je reviens »…

  • 6  Photographies conservées au Centre documentaire du Mémorial de la Shoah, 17 rue Goeffroy L’Asnier, (...)

6Des photographies prises à la Libération6 attestent également de la présence de graffitis sur les murs du camp. Ils furent cependant oubliés et leur localisation demeura inconnue pendant de nombreuses années.

Fig.1 Inscriptions tracées par un interné sur un mur du camp de Drancy

Fig.1 Inscriptions tracées par un interné sur un mur du camp de Drancy

« Lonker Otton / Lonker Mindel / déportés le 11 février 1943 / destination inconnue / vive la France ». M. Otton Lenker, tanneur de profession, né le 20/01/1903 à Lwow et sa femme Mme Mindel Lenker, née le 14/06/1906 à Mannheim, furent déportés à Auschwitz le 11/02/1943, par le convoi n° 477.

© Inp, G.Vanneste

La mise au jour

7À la fin de la guerre, des travaux de réhabilitation furent conduits à l’intérieur du bâtiment en U de la Cité de la Muette. L’ensemble fut cloisonné et aménagé, afin d’être affecté au logement social.

  • 8  LEFEVRE Daniel, Architecte en chef des Monuments Historiques, Cité de la Muette, étude préalable à (...)
  • 9  Le projet d’étude, de restauration et de valorisation des graffitis de Drancy fut piloté par Benoi (...)

8Soixante ans plus tard, en 2009, le bâtiment fit l’objet de nouveaux travaux de rénovation à l’occasion desquels les portes-fenêtres vétustes, œuvre du designer Jean Prouvé, furent changées. En conformité avec les obligations dues au récent classement au titre des Monuments Historiques de la Cité en 2001, les huisseries furent remplacées à l’identique dans une soixantaine d’appartements de la façade sur cour de l’aile Sud-est8. Ces travaux, qui impliquaient la dépose des cloisons d’isolation qui masquaient le mécanisme des huisseries, aboutirent à la découverte fortuite d’inscriptions, tracées sur les parois démontées. Le Service du Patrimoine Culturel de Seine-Saint-Denis9 fut alors alerté et engagea un projet de restauration des graffitis ainsi révélés.

9L’étude préalable et la mise au point d’une recherche expérimentale destinée à résoudre les problématiques particulières soulevées, ainsi qu’un protocole de restauration de l’ensemble, furent alors proposées comme sujet de mémoire de fin d’étude de l’Institut national du patrimoine.

Fig. 2  L’aile sud-est de la Cité de la Muette, vue de la façade sur cour

Fig. 2  L’aile sud-est de la Cité de la Muette, vue de la façade sur cour

Les contrecloisons furent déposées dans les appartements dont les huisseries remplacées sont visibles en noir.

© M.Curdy

L’étude préalable

L’objet de l’étude

10Au commencement de l’étude, les cloisons démontées étaient stockées par une ou deux, sur vingt-six palettes. Chaque cloison mesurait originellement 260 x 150 cm et était composée de 18 à 20 carreaux de plâtre, de dimensions standards 40 x 60 x 5 cm, entiers ou coupés en deux pour les besoins de l’assemblage. L’étude préalable porta donc sur plus de 200 m2 de cloisons déposées, soit plus de 700 carreaux de plâtre.

Fig. 3  L’objet de l’étude

Fig. 3  L’objet de l’étude

Les carreaux étaient stockés sur palette à la Courneuve, puis les cloisons ont été reconstituées sur le sol des locaux de Bobigny.

© M.Curdy

Méthodologie

11Dans un premier temps, l’ensemble a été observé dans le local souterrain de La Courneuve, où les carreaux de plâtre des cloisons démontées étaient stockés sur palettes. Il a ensuite été déplacé au fur et à mesure de l’étude dans des locaux plus adaptés, mis à disposition par le Conseil Général de Seine-Saint-Denis, à Montreuil puis à Bobigny. Les cloisons, grâce à des indications laissées par les ouvriers en charge des travaux, ont pu y être reconstituées, et les carreaux qui les composaient observés. Afin de systématiser l’observation et de permettre l’étude globale puis comparative, des fiches ont été mises au point et complétées pour chaque carreau. Ces fiches regroupent les informations relatives à l’identification des carreaux, à la description des matériaux constitutifs et de l’état de conservation.

Fig. 4  Fiche d’identification

Fig. 4  Fiche d’identification

La fiche comprend une identification du carreau, une photo de la face et du revers, ainsi qu’un schéma de la cloison d’origine, une description des matériaux d’origine et des altérations, du carreau, des badigeons, des couches de recouvrement et des graffitis à sa surface.

© Conseil Général de Seine-Saint-Denis, M.Curdy.

  • 10  Les analyses ont été réalisées au LRMH sous la supervision et grâce à l’aide de Véronique Vergès-B (...)

12L’étude s’est ensuite poursuivie au Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques (LRMH), qui a apporté son soutien technique et scientifique au mémoire10. Pour une meilleure connaissance des supports des graffitis, les carreaux de plâtre, enduits et badigeons, y ont été analysés. La nature du liant et des agrégats des carreaux a été déterminée par diffractométrie de rayons X (DRX) et la nature du liant des badigeons à la surface des carreaux a été déterminée par spectroscopie infrarouge à transformée de Fourrier (IRTF). La structure microcristalline des carreaux a également été observée sur lames minces à la loupe binoculaire et au microscope polarisant.

Les matériaux constitutifs

  • 11  Syndicat National des Industries du Plâtre,  Le plâtre, Physico-chimie Fabrication-emplois, Eyroll (...)

13Les carreaux de plâtre sont constitués de plâtre et mâchefer, matériaux très employés et bon marchés, car abondants en Seine-Saint-Denis11. Permettant une mise en œuvre facile et rapide, ils furent assemblés par un joint de colle au plâtre, posés horizontalement et à joints croisés, en six rangées de trois carreaux. Leur emploi se généralisa dès les années 1930, alors que les principes de standardisation et d’industrialisation commençaient à s’appliquer à la construction. Par ailleurs, au moins trois types de carreaux dont il n’a pas été possible de déterminer l’origine exacte, ont été observés parmi l’ensemble, se différenciant par leur couleur, la nature et la granulométrie de leurs agrégats, leur structure microcristalline et la stratigraphie à leurs surfaces.

14Les carreaux présentaient en effet une stratigraphie complexe et variable à leur face et revers, de zéro à trois couches de badigeons, recouverts d’une épaisse couche de plâtre à la face. Les graffitis inscrits par les internés se trouvaient localisés sur les faces et les revers des carreaux, à même la surface du carreau, et /ou sur les premier, second, troisième badigeons.

L’histoire matérielle

15Les différentes typologies de carreaux et la stratigraphie complexe s’expliquent par l’histoire matérielle, qui comprit trois phases :

  • La construction du bâtiment, 1931 - 1934 : Les cloisons d’isolation furent élevées en partie dans les étages du bâtiment, en utilisant une première série de carreaux de plâtre. Elles ne furent pas enduites.

  • Le camp d’internement, 1941 – 1944 : Plusieurs remaniements des cloisons eurent lieu, de nouveaux carreaux furent posés, mélangés aux anciens. Des graffitis furent tracés sur ces carreaux et des badigeons appliqués afin de les recouvrir. De nouvelles inscriptions furent ensuite tracées à la surface des badigeons.

  • Le bâtiment réhabilité, 1958 : Des travaux de rénovation furent conduits, à l’occasion desquels les cloisons furent démontées une nouvelle fois. Des carreaux furent alors détruits et remplacés par de nouveaux, vierges de graffitis. L’ensemble fut recouvert d’une épaisse couche de plâtre.

Les altérations et leurs causes

16Les graffitis, pour la plupart réalisés avec du crayon au graphite, ne présentaient pas de réels problèmes de perte de cohésion ou d’adhésion. Au contraire, les tracés étaient dans l’ensemble bien conservés.

17Les problèmes de conservation touchaient majoritairement les supports des graffitis, badigeons et carreaux de plâtre. Des fissures, cassures, pertes de matière aux bords et aux angles, altéraient les carreaux. Les badigeons présentaient des pertes d’adhérence avec le support ainsi que des pertes de cohésion se traduisant par des pulvérulences. De nombreuses altérations étaient localisées en surface, dont des traces de coups, des griffures, des usures, ainsi qu’un fort encrassement.

18Les carreaux, constituants des cloisons d’isolation, furent en effet exposés à des conditions climatiques variables et extrêmes, dont d’importants changements de température et d’humidité relative liés aux saisons et aux intempéries. De plus, les cloisons firent l’objet de remaniements répétés, impliquant de nombreuses manipulations des carreaux, à l’origine d’accidents, voir de destructions.

19Enfin, les cloisons furent badigeonnées à plusieurs reprises puis enduites, provoquant la dissimulation des inscriptions laissées sur les murs de Drancy.

La lecture des graffitis recouverts grâce à l’imagerie térahertz

La problématique du recouvrement

  • 12  STEWART S, The Uncovering of Wall Paintings : Ethics and Methods, Mémoire non publié, Courtauld In (...)

20Le recouvrement des œuvres et des décors muraux est une problématique courante dans le domaine de la restauration des peintures murales12, les murs des édifices recevant régulièrement et pour de multiples raisons de nouveaux décors, badigeons, enduits … La solution fréquemment appliquée pour retrouver une couche occultée, consiste à retirer les strates qui lui sont superposées. Cette pratique n’est cependant pas toujours adaptée, car elle est destructive par nature et peut conduire à la disparition d’informations qu’il est important de conserver. Ainsi, certains carreaux de Drancy pouvaient présenter à leur surface des superpositions de badigeons et graffitis, pour lesquels la mise au jour, destructive, a été écartée.

Fig. 5  Stratigraphies de graffitis et de badigeons rencontrées sur les carreaux

Fig. 5  Stratigraphies de graffitis et de badigeons rencontrées sur les carreaux

L’avant-dernier cas à droite présente deux graffitis superposés ; la mise au jour du graffiti inférieur ne peut se faire sans la destruction du graffiti supérieur. Dans le cas de droite, le graffiti est situé entre deux couches de badigeon. Lorsque ceux-ci sont pulvérulents, le dégagement du graffiti est très risqué.

© M.Curdy

Les méthodes d’examens non-destructifs

  • 13  Photographies réalisées par Ghyslain Vanneste
  • 14  Expérimentations réalisées sous la supervision et grâce à l’aide de Jean-Luc Bodnar et Kamel Mouho (...)

21La volonté de retrouver les inscriptions recouvertes a orienté les recherches vers des méthodes d’examen non-destructives. Les méthodes d’imagerie couramment employées dans le domaine de la conservation-restauration, telles la photographie infrarouge (Ir), la reflectographie Ir, la photographie en lumière ultraviolette (Uv), la radiographie X, ont été testées au laboratoire de l’Inp13. La thermographie Ir a été mise en œuvre au Laboratoire d’énergétique optique de l’Université de Reims14. Ces méthodes se sont cependant avérées inadaptées à l’imagerie des graffitis recouverts, les matériaux constitutifs des recouvrements, inorganiques, étant opaques aux ondes Ir et Uv.

La spectroscopie térahertz dans le domaine temporel

  • 15  La recherche est placée sous la supervision de Michel Menu, chef du département recherche du C2rmf (...)
  • 16 La collaboration est pilotée par Vincent Detalle, à la tête du pôle « Peinture murale » du LRMH.
  • 17  Au Japon, l’équipe de Kaori Fukanaga, du National Institute of Information and Communications Tech (...)

22Le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2rmf)15², en collaboration avec le LRMH16, développe actuellement une méthode d’imagerie novatrice, utilisant les ondes térahertz (THz)17.

  • 18  JACKSON JB., MOUROU M., WHITEKER J-F., DULING IN., WILLIAMSON SL., MENU M., MOUTROU GA., "Teraherz (...)
  • 19  ABRAHAM E., YOUNUS A., EL FATIMY A., DELAGNES J-C., NGUEMA E., MOUNAIX P., "Broadband teraherz ima (...)

23Les ondes THz, qui s’étendent de 0,1 à 3 mm, dans l'infrarouge lointain, entre l’infrarouge et les micro-ondes, ont semblé pouvoir apporter une solution nouvelle18, appropriée au cas des graffitis de Drancy19. Ces ondes sont en effet très pénétrantes de la plupart des matériaux (donc potentiellement des enduits et badigeons inorganiques), mais elles sont réfléchies par les métaux et les semi-conducteurs (donc possiblement le graphite du crayon à papier, qui est un semi-conducteur) et absorbées dans les milieux humides et conducteurs. Peu énergétiques et non-ionisantes, elles sont par ailleurs, à faible puissance, inoffensives pour l’homme et les matériaux du patrimoine.

  • 20  Le système de spectroscopie THz dans le domaine temporel est commercialisé sous le nom de T-Ray 40 (...)

24Le C2rmf mène des recherches sur un système de spectroscopie THz dans le domaine temporel (THz-TDS),appliqué au domaine de la conservation-restauration. Un laser femtoseconde émet des impulsions ultra-brèves sur un semi-conducteur, qui génère des impulsions électromagnétiques d'une durée de l'ordre de la picoseconde. Les impulsions THz sont émises puis enregistrées par des antennes photoconductrices, en transmission ou en réflexion après passage sur le dispositif testé (échantillon ou autre), sous forme de spectre. Le spectre est obtenu par transformée de Fourier, grâce au contraste entre l'indice de réfraction et le coefficient d'absorption20. Le système employé au C2rmf est transportable et modulable.

Fig. 6 Le système THz-TDS du C2rmf, en cours d’expérimentation

Fig. 6 Le système THz-TDS du C2rmf, en cours d’expérimentation

Le système se compose d’un générateur de laser THz femtoseconde (en haut au centre de la photo), de deux antennes mobiles (angle inférieur gauche) montées sur des bras, permettant l’émission et la réception des ondes, reliées à un système informatique (angle supérieur droit) d’enregistrement des données.

© C2rmf, M.Curdy

Le protocole expérimental

25Un protocole expérimental a été élaboré afin d’expérimenter les applications du système THz à la lecture de graffitis recouverts.

26Quatre plaquettes de modélisation ont été réalisées, sur des supports de 10 x 10 x 1 cm coulés en plâtre Molda dur©. Des bandes de 1cm de largeur ont été tracées à la surface à l’aide de différents matériaux (crayon au graphite, colorants et kaolin simulant les crayons de couleurs, encres de différentes natures), afin de déterminer la possibilité de leur détection grâce à l’onde THz. Des lignes de boucles ont également été tracées, afin de tester dans un second temps les possibilités de l’imagerie THz. Une partie de la surface des plaquettes a ensuite été recouverte de badigeons de 1 mm, de chaux, de carbonate de calcium ou de plâtre. De nouvelles lignes ont été tracées à la surface, puis recouvertes d’un nouveau badigeon.

Fig. 7  Schéma de la plaquette de modélisation

Fig. 7  Schéma de la plaquette de modélisation

Sur un support de plâtre, des bandes et lignes de boucles sont tracées, recouvertes d’un premier badigeon, puis de nouvelles lignes perpendiculaires aux premières et enfin d’un dernier badigeon.

© M.Curdy

27La présence du crayon au graphite est mise en évidence par un pic de grande amplitude sur le spectre de réflexion de l’onde THz. Le graphite contenu dans la mine du crayon, du fait de sa structure lamellaire semi-conductrice, est très réfléchissant de l’onde. Les autres matériaux présentent une réponse moins nette.

28Par ailleurs, le test a établi la capacité de l’onde à traverser les couches inorganiques de badigeons et à caractériser les interfaces entre les couches, qui apparaissent sur la courbe sous forme de pics d’amplitudes variables, en fonction du matériau traversé.

Fig. 8  Les courbes de réflexion de l’onde téraherz en deux points de la plaquette test

Fig. 8  Les courbes de réflexion de l’onde téraherz en deux points de la plaquette test

La courbe rouge correspond à l’onde traversant une couche de badigeon, puis une bande de crayon au graphite à la surface du plâtre. La courbe bleue correspond à l’onde traversant un badigeon puis la surface de plâtre. À chaque changement de milieu, donc de strate, correspond un pic. Le pic de l’onde réfléchie par le crayon au graphite est plus important que celui de l’onde réfléchie par le plâtre nu.

© C2rmf, J.Labaune, M.Gaultier, M.Curdy

29Une succession de mesures a été réalisée sur une zone de 8 cm2, à des intervalles de 0,25 mm. Leur traitement par le logiciel développé au C2rmf a permis l’obtention d’images indépendantes et lisibles, des tracés à la surface de chaque couche de badigeon.

30Un traitement différent de l’information a permis l’obtention d’images en coupe de la stratigraphie.

Fig. 9  Les images des lignes recouvertes, obtenues par l’imagerie térahertz développée au C2rmf

Fig. 9  Les images des lignes recouvertes, obtenues par l’imagerie térahertz développée au C2rmf

En bas, une image des lignes de courbes tracées au crayon au graphite de différentes concentrations (HB et 6B) à la surface du carreau, recouvertes de deux badigeons. En haut, une image des bandes dessinées au crayon au graphite de différentes concentrations (HB et 6B) sur le badigeon recouvrant les précédentes et recouvertes d’un badigeon.

© C2rmf, J.Labaune, M.Curdy

L’application à un cas réel

31L’application à un cas réel de graffitis sur carreau recouverts a ensuite été testée. Les spectres obtenus présentaient de nombreux pics superposés, difficiles à interpréter. La surface étant irrégulière et la profondeur du graffiti semblant variable, il était difficile de déterminer à quoi correspondait chaque pic, et donc de traiter les informations obtenues pour en tirer une image cohérente.

32Il faudrait donc poursuivre les tests, les conduire sur d’autres cas réels dont les caractéristiques de planéité de surface et de lisibilité de la stratigraphie sont plus proches des modélisations.

Bilan

33Cette étude a montré la faisabilité de l’application du système térahertz à l’examen de graffitis de diverses natures, recouverts sous des couches inorganiques. Différentes applications sur des modélisations de tracés, réalisés avec différents matériaux et recouverts de badigeons inorganiques, ont été expérimentées avec succès. Il a ainsi été démontré qu’il était possible grâce aux térahertz de détecter ces matériaux recouverts, d’imager des tracés sur une succession de couches recouvertes et d’obtenir une image en coupe de la stratigraphie. Cette étude expérimentale a permis également de déterminer les limites actuelles d’application à des cas réels. Elle laisse entrevoir un potentiel important et prometteur d’application à des champs très larges dans le domaine de la conservation-restauration des peintures murales. En effet, grâce aux avancées de la technique et au travail réalisé au C2rmf sur l’amélioration du montage et du traitement des données, l’imagerie térahertz pourrait devenir un outil essentiel à l’examen non-invasif et non-destructif des peintures murales, complémentaire des moyens offerts par les méthodes d’analyses traditionnelles.

Les interventions de restauration

Le déroulement

34Trois carreaux représentatifs de l’ensemble et des altérations rencontrées, comportant des graffitis particulièrement intéressants, ont été restaurés, à l’occasion du mémoire de l’Inp, dans les ateliers de l’Inp, au printemps 2011.

35En parallèle, un tiers de l’ensemble des carreaux déposés, soit environ 200 carreaux, a été dégagé de ses couches de recouvrement afin de mettre à jour des graffitis, au printemps 2011, dans les locaux mis à disposition à Bobigny, sous la direction du Conseil Général de Seine-Saint-Denis.

  • 21  Les différentes phases de la restauration ont vu la participation d’autres restauratrices de peint (...)

36La restauration de l’ensemble s’est ensuite poursuivie à Bobigny d’août à décembre 2011 et a été conduite par l’auteur du mémoire, avec la participation ponctuelle de restauratrices indépendantes21.

Les interventions

37L’imagerie térahertz ne permet pas en l’état actuel de la recherche la lecture des inscriptions recouvertes. La mise au jour des graffitis des internés, à l’origine du projet de restauration, a donc nécessité le retrait systématique des couches d’enduit et de badigeon, couvrant les surfaces des carreaux déposés, strate par strate. Le dégagement a été effectué par des moyens mécaniques, en variant l’usage de différents petits outils de restauration : scalpels, petites brosses à poils doux ou durs, ou en fibres de verre. Suite à cette opération, il s’est avéré qu’une partie seulement des carreaux de plâtre, environ 10% de l’ensemble, était le support de graffitis. Les interventions de stabilisation et de mise en valeur se sont donc concentrées uniquement sur ces carreaux. Les opérations de stabilisation ont consisté au collage des carreaux cassés, à l’aide d’une solution de paraloïd B72 à 20% dans l’acétate d’éthyle, après consolidation des surfaces de fracture avec une solution de paraloïd B72 à 3% dans l’acétate d’éthyle. Les badigeons pulvérulents ont été consolidés localement avec une solution de paraloïd B72 à 0,5% dans l’éthanol.

38Les surfaces des carreaux ont été préalablement dépoussiérées. Les résidus de badigeons, d’enduits, les tâches et accidents de surface …, lorsqu’ils ne perturbaient pas la lecture des inscriptions, ont été conservés, comme traces de l’histoire matérielle et témoignages du camp.

39Parallèlement aux interventions, un important travail de documentation a été réalisé. Les graffitis ont été relevés. Chaque carreau a été documenté au moyen de fiches d’identification, de constat et d’interventions, compilées dans une base de données. Cette documentation constitue un outil de travail indispensable au traitement et à l’étude, importante du fait du grand nombre de carreaux.

40Les carreaux ont ensuite été conditionnés dans des boîtes adaptées à leur conservation et des préconisations de conservation préventive ont été formulées.

Fig. 10  Le carreau Pal 3 – (7)- 3 avant et après interventions et poème anonyme à la surface d’un mur du camp de Drancy

Fig. 10  Le carreau Pal 3 – (7)- 3 avant et après interventions et poème anonyme à la surface d’un mur du camp de Drancy

« Départ / Je m’en vais vers l’inconnu / En suivant mon destin / Et en laissant tristement ici / Mon bonheur et mes chagrins / La vie fut belle en ce pays / Où je n’ai plus le droit de rester / (…) chose trop jolie / Doit une fois cesser / Adieu oh pays de ma jeunesse / Non, laisse moi crier Au Revoir /(…) j’ai fait une promesse / Je veux garder tout mon espoir / WS 1er sept.1942 »

© Inp, G.Vanneste

Conclusion 

  • 22  Mémorial de la Shoah, 17 rue Goeffroy L’Asnier, 75004 Paris.
  • 23  Archives départementales, 93006 Bobigny.
  • 24  Palais Royal, 6 rue de Montpensier, 75001 Paris.

41Cette restauration a permis la redécouverte et la mise au jour de témoignages poignants de victimes de la Shoah. Elle a été suivie d’un important travail historique sur l’identité des auteurs des inscriptions qui se poursuit actuellement au sein du Service du Patrimoine Culturel du Conseil Général. Elle s’est en effet inscrite dans le projet mémoriel conduit en Seine-Saint-Denis autour des lieux de mémoire et coïncide avec la commémoration des premières déportations qui aura lieu au printemps 2012. Treize graffitis restaurés sont ainsi présentés au Mémorial de la Shoah22 depuis le 26 mars 2012 , et seront ensuite visibles aux archives du département23. D’autres graffitis sont exposés à la même période dans les galeries du Palais Royal24, afin d’illustrer le travail de recherche et d’innovation conduit à l’Inp dans le domaine de la conservation-restauration. Les Graffitis sont actuellement conservés dans les locaux où s’est déroulée la restauration, et doivent rejoindre prochainement les collections des Archives Nationales.

Top of page

Bibliography

ABRAHAM E., YOUNUS A., EL FATIMY A., DELAGNES J-C., NGUEMA E., MOUNAIX P., "Broadband teraherz imaging of documents written with lead pencils", Optics Communications, 2009, 282, p.3104-3107.

CLING M., Vous qui entrez ici..., Un enfant à Auschwitz, Graphen et FNDIRP, Paris, 1999.

FONTAINE T., POUVREAU B., "Le camp de la cité de la Muette 1941-1944, Lieux d'histoire et de mémoire de la déportation en Seine-Saint-Denis" , Patrimoine en Seine-Saint-Denis, n° 37, Conseil général de  Seine-Saint-Denis, 2010.

JACKSON JB., MOUROU M., WHITEKER J-F., DULING IN., WILLIAMSON SL., MENU M., MOUTROU GA., "Teraherz imaging for non-destructive evaluation of mural paintings", Optics Communications, 2008, 281, p.527-532.

KLARSFELD S., La Shoah en France, Tome 4 – Le mémorial des enfants juifs déportés de France, Paris, Fayard, 2001.

LEFEVRE Daniel, Architecte en chef des Monuments Historiques, Cité de la Muette, étude préalable à la restauration des menuiseries, Rapport non publié, Seine-Saint-Denis, Drancy, septembre 2000

PESCHANSKI D., La France des camps, L'internement 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002.

POUVREAU B., Le logement social en Seine-Saint-Denis (1850-1999), Paris, Itinéraires du patrimoine, Inventaire général ADAGP, 2003.

Syndicat National des Industries du Plâtre, Le plâtre, Physico-chimie Fabrication-emplois, Eyrolles, Paris,1982.

STEWART S, The Uncovering of Wall Paintings : Ethics and Methods, Mémoire non publié, Courtauld Institute of Art, Course in the Conservation of Wall Painting, Londres, 1991.

http://www.memorialdelashoah.org

Top of page

Notes

1  GOALES Annlor, La cité de la Muette, une expérience constructive, Mémoire non publié de l'Ecole d'Architecture de Versailles, année 2003-2004

2  POUVREAU B., Le logement social en Seine-Saint-Denis (1850-1999), Paris, Itinéraires du patrimoine, Inventaire général ADAGP, 2003.

3  PESCHANSKI D., La France des camps, L'internement 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002, et FONTAINE T., POUVREAU B., « Le camp de la cité de la Muette 1941-1944, Lieux d'histoire et de mémoire de la déportation en Seine-Saint-Denis », Patrimoine en Seine-Saint-Denis, n°37, Conseil Général de Seine-Saint-Denis, 2010.

4  KLARSFELD S., La Shoah en France, Tome 4 – Le mémorial des enfants juifs déportés de France, Paris, Fayard, 2001.

5  CLING M., Vous qui entrez ici..., Un enfant à Auschwitz, Graphen et FNDIRP, Paris, 1999. « Le départ est pour samedi. (…) C'est le moment d'ajouter nos graffitis aux autres. ». Maurice Cling est né le 04 mai 1929 à Paris. Il est déporté par le convoi n°74 au départ de Drancy le 20 mai 1944.

6  Photographies conservées au Centre documentaire du Mémorial de la Shoah, 17 rue Goeffroy L’Asnier, 75004 Paris.

7  http://www.memorialdelashoah.org.

8  LEFEVRE Daniel, Architecte en chef des Monuments Historiques, Cité de la Muette, étude préalable à la restauration des menuiseries, Seine-Saint-Denis, Drancy, septembre 2000.

9  Le projet d’étude, de restauration et de valorisation des graffitis de Drancy fut piloté par Benoit Pouvreau, historien, et Olivier Meyer, chef du Service du Patrimoine Culturel de Seine-Saint-Denis.

10  Les analyses ont été réalisées au LRMH sous la supervision et grâce à l’aide de Véronique Vergès-Belmin, à la tête du pôle « Pierre » du LRMH, de Mikaël Guiavarch, ainsi que d’Emilie Checroun.

11  Syndicat National des Industries du Plâtre,  Le plâtre, Physico-chimie Fabrication-emplois, Eyrolles, Paris,1982.

12  STEWART S, The Uncovering of Wall Paintings : Ethics and Methods, Mémoire non publié, Courtauld Institute of Art, Course in the Conservation of Wall Painting, Londres, 1991.

13  Photographies réalisées par Ghyslain Vanneste

14  Expérimentations réalisées sous la supervision et grâce à l’aide de Jean-Luc Bodnar et Kamel Mouhoubi, du Laboratoire d’énergétique optique de l’Université de Reims.

15  La recherche est placée sous la supervision de Michel Menu, chef du département recherche du C2rmf, et conduite dans le cadre du post-doctorat de Bianca Jackson et de la thèse de Julien Labaune.

16 La collaboration est pilotée par Vincent Detalle, à la tête du pôle « Peinture murale » du LRMH.

17  Au Japon, l’équipe de Kaori Fukanaga, du National Institute of Information and Communications Technology, tient un rôle précurseur dans le domaine. Quelques autres laboratoires dans le monde travaillent sur le sujet, l’Université du Michigan aux Etats-Unis, en Allemagne la Bildende Kunst Schule de Dresde autour du projet « TERAART », aux Pays-Bas la faculté de science appliquée de Delft et en France le C2RMF et le Centre de Physique Moléculaire Optique et Hertzienne de l’Université de Bordeaux.

18  JACKSON JB., MOUROU M., WHITEKER J-F., DULING IN., WILLIAMSON SL., MENU M., MOUTROU GA., "Teraherz imaging for non-destructive evaluation of mural paintings", Optics Communications, 2008, 281, p.527-532.

19  ABRAHAM E., YOUNUS A., EL FATIMY A., DELAGNES J-C., NGUEMA E., MOUNAIX P., "Broadband teraherz imaging of documents written with lead pencils", dans Optics Communications, 2009, 282, p.3104-3107.

20  Le système de spectroscopie THz dans le domaine temporel est commercialisé sous le nom de T-Ray 4000 TD-THz system.

21  Les différentes phases de la restauration ont vu la participation d’autres restauratrices de peinture indépendantes, G.Fray et C.Bringuier.

22  Mémorial de la Shoah, 17 rue Goeffroy L’Asnier, 75004 Paris.

23  Archives départementales, 93006 Bobigny.

24  Palais Royal, 6 rue de Montpensier, 75001 Paris.

Top of page

List of illustrations

Title Fig.1 Inscriptions tracées par un interné sur un mur du camp de Drancy
Caption « Lonker Otton / Lonker Mindel / déportés le 11 février 1943 / destination inconnue / vive la France ». M. Otton Lenker, tanneur de profession, né le 20/01/1903 à Lwow et sa femme Mme Mindel Lenker, née le 14/06/1906 à Mannheim, furent déportés à Auschwitz le 11/02/1943, par le convoi n° 477.
Credits © Inp, G.Vanneste
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2598/img-1.jpg
File image/jpeg, 184k
Title Fig. 2  L’aile sud-est de la Cité de la Muette, vue de la façade sur cour
Caption Les contrecloisons furent déposées dans les appartements dont les huisseries remplacées sont visibles en noir.
Credits © M.Curdy
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2598/img-2.jpg
File image/jpeg, 160k
Title Fig. 3  L’objet de l’étude
Caption Les carreaux étaient stockés sur palette à la Courneuve, puis les cloisons ont été reconstituées sur le sol des locaux de Bobigny.
Credits © M.Curdy
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2598/img-3.jpg
File image/jpeg, 88k
Title Fig. 4  Fiche d’identification
Caption La fiche comprend une identification du carreau, une photo de la face et du revers, ainsi qu’un schéma de la cloison d’origine, une description des matériaux d’origine et des altérations, du carreau, des badigeons, des couches de recouvrement et des graffitis à sa surface.
Credits © Conseil Général de Seine-Saint-Denis, M.Curdy.
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2598/img-4.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Fig. 5  Stratigraphies de graffitis et de badigeons rencontrées sur les carreaux
Caption L’avant-dernier cas à droite présente deux graffitis superposés ; la mise au jour du graffiti inférieur ne peut se faire sans la destruction du graffiti supérieur. Dans le cas de droite, le graffiti est situé entre deux couches de badigeon. Lorsque ceux-ci sont pulvérulents, le dégagement du graffiti est très risqué.
Credits © M.Curdy
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2598/img-5.jpg
File image/jpeg, 32k
Title Fig. 6 Le système THz-TDS du C2rmf, en cours d’expérimentation
Caption Le système se compose d’un générateur de laser THz femtoseconde (en haut au centre de la photo), de deux antennes mobiles (angle inférieur gauche) montées sur des bras, permettant l’émission et la réception des ondes, reliées à un système informatique (angle supérieur droit) d’enregistrement des données.
Credits © C2rmf, M.Curdy
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2598/img-6.jpg
File image/jpeg, 224k
Title Fig. 7  Schéma de la plaquette de modélisation
Caption Sur un support de plâtre, des bandes et lignes de boucles sont tracées, recouvertes d’un premier badigeon, puis de nouvelles lignes perpendiculaires aux premières et enfin d’un dernier badigeon.
Credits © M.Curdy
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2598/img-7.jpg
File image/jpeg, 68k
Title Fig. 8  Les courbes de réflexion de l’onde téraherz en deux points de la plaquette test
Caption La courbe rouge correspond à l’onde traversant une couche de badigeon, puis une bande de crayon au graphite à la surface du plâtre. La courbe bleue correspond à l’onde traversant un badigeon puis la surface de plâtre. À chaque changement de milieu, donc de strate, correspond un pic. Le pic de l’onde réfléchie par le crayon au graphite est plus important que celui de l’onde réfléchie par le plâtre nu.
Credits © C2rmf, J.Labaune, M.Gaultier, M.Curdy
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2598/img-8.jpg
File image/jpeg, 64k
Title Fig. 9  Les images des lignes recouvertes, obtenues par l’imagerie térahertz développée au C2rmf
Caption En bas, une image des lignes de courbes tracées au crayon au graphite de différentes concentrations (HB et 6B) à la surface du carreau, recouvertes de deux badigeons. En haut, une image des bandes dessinées au crayon au graphite de différentes concentrations (HB et 6B) sur le badigeon recouvrant les précédentes et recouvertes d’un badigeon.
Credits © C2rmf, J.Labaune, M.Curdy
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2598/img-9.jpg
File image/jpeg, 80k
Title Fig. 10  Le carreau Pal 3 – (7)- 3 avant et après interventions et poème anonyme à la surface d’un mur du camp de Drancy
Caption « Départ / Je m’en vais vers l’inconnu / En suivant mon destin / Et en laissant tristement ici / Mon bonheur et mes chagrins / La vie fut belle en ce pays / Où je n’ai plus le droit de rester / (…) chose trop jolie / Doit une fois cesser / Adieu oh pays de ma jeunesse / Non, laisse moi crier Au Revoir /(…) j’ai fait une promesse / Je veux garder tout mon espoir / WS 1er sept.1942 »
Credits © Inp, G.Vanneste
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2598/img-10.jpg
File image/jpeg, 102k
Top of page

References

Electronic reference

Mélanie Curdy, « L’étude préalable et la conservation - restauration des graffitis des internés au camp de Drancy », CeROArt [Online], EGG 2 | 2012, Online since 19 June 2012, connection on 18 November 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2598

Top of page

About the author

Mélanie Curdy

Mélanie Curdy est restauratrice de peintures, diplômée de l’Institut national du patrimoine. Elle a effectué des stages et chantiers au sein d’institutions publiques, telles que le Musée du Louvre, le Centre Pompidou d’Art moderne et le Château de Versailles, ainsi qu’au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2rmf) et au Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques (LRMH). Particulièrement intéressée par la restauration des peintures murales, elle participe en Inde à un chantier du Courtauld Institute of Art. Elle travaille actuellement comme restauratrice indépendante pour des institutions publiques, des institutions et collectionneurs privés. melaniecurdy@gmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org