Navigation – Plan du site
Dossier

Restauration de Sapho ou Le Chant de Raoul Verlet

Problèmes des plâtres conservés en milieu humide
Lucie Courtiade

Résumés

L'étude de Sapho ou Le Chant, modèle de fonderie en plâtre élaboré par Raoul Verlet et conservé au Musée d'Angoulême depuis 1926, a permis d'aborder un sujet courant, celui des plâtres fracturés par l'expansion de la corrosion d'armatures internes causée par l'humidité. La principale intervention s'est axée sur le remontage des fragments nécessitant la conception d'une structure de remontage en acier inoxydable. Les interventions  structurelles ont été complétées par des collages simples ou renforcés des fragments de grandes dimensions.

Haut de page

Notes de la rédaction

École des Beaux-Arts de Tours – Dominique Biesel

Texte intégral

Introduction

1Réalisé par Raoul Verlet vers 1905-1909, Sapho ou Le Chant est un modèle en plâtre armé de filasse, de bois et d’armatures métalliques. Il est agrémenté d’éléments décoratifs en verre.

2Raoul Verlet, né à Angoulême, a reçu une formation académique aux beaux-arts de Paris, dans l’atelier de Cavelier, puis celui de Barrias. Le style académique qu’il a développé tout au long de sa carrière a été fortement imprégné par l’éclectisme de la fin du XIXe siècle.

3Le modèle est conservé au Musée d’Angoulême depuis 1926, date à laquelle sa veuve fait don de la majeure partie des modèles en plâtre à sa ville de naissance. Il est aujourd'hui sous la responsabilité de Béatrice Rolin, conservateur en chef. Le modèle est arrivé dans les ateliers en une centaine de fragments

Fig. 1 Fragments composant Sapho ou Le Chant

Fig. 1 Fragments composant Sapho ou Le Chant

© Lucie Courtiade

4Nous reviendrons plus tard sur les causes de cet état fragmentaire.

Contexte de création

Une commande pour le Brésil

5Sapho ou Le Chant, ainsi que son pendant, La Danse, ont été réalisés par Raoul Verlet comme modèles de fonderie pour une version en bronze par la Maison Barbedienne. Les deux bronzes sont des luminaires, commandés pour décorer le vestibule d’entrée du Theatro municipal de Rio de Janeiro, conçu dans le style de l’Opéra Garnier

Fig. 2 La Danse et Sapho ou Le Chant décorant le vestibule d’entrée du Theatro municipal de Rio de Janeiro

Fig. 2 La Danse et Sapho ou Le Chant décorant le vestibule d’entrée du Theatro municipal de Rio de Janeiro

Vue d’ensemble du vestibule et du décor, Theatro Municipal do Rio de Janeiro

© Bibliotheca Nacional do Rio de Janeiro

A droite, luminaires mis en lumière

© Guillaume Peigné

6Les termes exacts de la commande ne sont pas connus, aucune source y faisant directement référence n’a été retrouvée dans les différents services de documentation, en France et au Brésil.

7De ces deux exemplaires, seul le modèle en plâtre de Sapho est encore existant et témoigne d’une présentation originale du fait de l’intégration des caches-ampoules et des bobèches en verre.

Rapprochement et reconstitution d’un groupe cohérent

8Nos observations d’un fragment ont révélé la présence de deux avant-bras tronqués, donc l’existence d’un deuxième personnage. Cette hypothèse a été confirmée par une photographie du bronze

Fig. 3 Reconstitution du groupe

Fig. 3 Reconstitution du groupe

Intégration de l’Amour attribué à Auguste Perrin, à gauche : en haut, fragment de décor présentant deux avant-bras tronqués. En bas, Amour, attribué à Auguste Perrin, disposé sur un support de présentation

© Lucie Courtiade  et © Centre de Documentation du musée d’Orsay

À droite : Photographie ancienne, probablement prise dans les ateliers Barbedienne

9Pour retrouver l’Amour, nos recherches se sont tournées vers les collections du musée. Un modèle, attribué à Adolphe Perrin s’est révélé correspondre parfaitement et a pu être réintégré à l’ensemble.

Mise en œuvre

10Cette épreuve originale en plâtre est issue d’un moule à creux perdu réalisé sur un modelage en argile. Le moulage à creux perdu implique la destruction de l’empreinte ainsi que du modelage en terre, ce qui fait de cette épreuve le modèle original. Les marques d’outils spécifiques à chaque étape de la réalisation ont été recensées.

Modelage

11Les volumes ont été montés par adjonction de boulettes de terre écrasées. Certaines zones n’ont pas été reprises, comme la chevelure de Sapho.

12Les traces d’outils imprimées dans la terre fraîche lors du modelage sont nettement reconnaissables. Par exemple, les portées de musique ont été dessinées à la pointe d’un ébauchoir, le revers des surfaces qui ne sont pas visibles ont été rapidement tendues à l’ébauchoir denté.

Moulage à creux perdu

13Le modelage est ensuite été débité en abattis afin de faciliter la réalisation du moule à creux perdu. Le badigeon a cependant gêné le repérage de tous les éléments, et nous n’avons recensé que les abattis attestés par nos observations. Enfin, le modèle a été démantelé en deux temps, avant le moulage, et tirage du modèle, puis avant la réalisation des pièces en sable par les fondeurs.

14Le moule en plâtre a ensuite été réalisé en deux coques principales. Des coutures en relief, partiellement éliminées, indiquent l’emplacement des pièces. Du plâtre d’alerte est resté piégé dans de nombreuses anfractuosités.

15Le plâtre a été coulé dans l’empreinte en plusieurs gâchées et renforcé avec de la filasse, du bois ou des armatures métalliques.L’ensemble repose sur un plateau en bois.

Ajout des fleurs en verre

16Raoul Verlet a intégré à la composition des éléments de lustrerie en verre. Ils étaient généralement destinés à équiper les luminaires des brasseries, restaurants et hôtels. Les caches ampoule et les bobèches, bien que produits en série ont été réalisés selon des méthodes artisanales. Les corps principaux ont été soufflés, les détails des pétales ont été travaillés par formage, étirement, pliage, pinçage, etc. La surface a été sablée pour lui donner un aspect mat et fumé

Un modèle de fonderie

17La fonction originale de cette épreuve est de servir de modèle de fonderie dont il reste des marques. Tout d’abord, des repères ont été inscrits par les fondeurs au crayon bleu pour identifier et localiser les fleurs en verre, ou l’assemblage des abattis avant le débitage.

18Le démantèlement du modèle est nécessaire pour faciliter la réalisation des pièces en sable par les fondeurs. Des armatures et des plans d’assemblage montrent des marques de sciage, élément confirmé par les radiographies.

19La surface du plâtre est parcourue d’un réseau d’incisions, caractéristiques de la mise en œuvre des pièces. Pour les réaliser, le fondeur tasse du sable à la surface du plâtre et arase les contours de la pièce au fer plat qui laisse une fine incision en surface. Le sable de fonderie est resté partiellement piégé dans les reliefs.

Remontage du modèle

20L’ensemble des abattis a ensuite été remonté afin de restituer le modèle à l’artiste ; les scellements ont été réalisés au plâtre et ont un aspect grossier. Les fleurs en verre ont été repositionnées et scellées au plâtre fin. Un badigeon, composé de carbonate de calcium et de pigments, avec très peu de liant, a été appliqué à la surface afin d’harmoniser l’ensemble et de masquer les joints, les marques des fondeurs, les incisions, etc.

21Pour parfaire l’ensemble, une fine plaque moulurée placée au revers de la terrasse et du décor floral et aujourd’hui très fragmentaire donnait à l’ensemble un caractère architectural.

Description des altérations

22Les conditions anciennes de conservation, plus particulièrement l'humidité sont à l’origine de la majeure partie des altérations.

23Dès son arrivée en 1926, le modèle a probablement été stocké dans la crypte du musée faisant office de réserve. Les plâtres ont été entreposés à même le sol en terre battue dans un environnement approchant très certainement les 80 % de taux d’H.R. Une photographie du modèle prise par Anne Pingeot dans les années 1980 révèle des manques, comme les éléments de décor situés dans les parties hautes, mais aussi l’absence de l’enfant et du bras droit de Sapho.

Conséquences de l’humidité sur les matériaux

24L’humidité, facteur principal d’altération a eu plusieurs effets et conséquences sur les matériaux:

    • 1  VOLVOSKY, 1999, p. 42-43.

    Les armatures en alliage ferreux prises dans la masse du plâtre se sont fortement corrodées. Le plâtre, matériau très poreux et hygroscopique permet un accès aisé à l’eau (imprégnation par capillarité ou gravité) et permet les échanges entre les milieux, sous forme gazeuse ou liquide1.

  • Une attaque biologique des bois composant le plateau, avec l’apparition d’un champignon agent de pourriture cubique, vraisemblablement la mérule, a favorisé l’infestation d’insectes xylophages, tels que vrillettes ou charançons.

Corrosion des armatures

  • 2  BENARD, MICHEL, PHILIBERT, TALBOT, 1984, p. 352.

25Les radiographies, réalisées par le laboratoire Thiers à Tours et l’imagerie radiographique du Pôle Santé Vinci de Chambray‑lès‑Tours ont révélé l’important réseau d’armatures métalliques et ont permis de constater que le métal conservait des zones saines. Celles-ci, plus denses sont aisément repérables ainsi que les produits de corrosion, moins denses et apparaissant plus sombres sur les clichés. Les armatures jouent toujours leur rôle de renfort2

Fig. 4 Conséquences de la formation des produits de corrosion

Fig. 4 Conséquences de la formation des produits de corrosion

En haut à gauche, observation des densités des oxydes ferreux et de l’alliage ferreux sain, En bas à gauche, réseau de fissures ouvertes mises en relation avec l’emplacement des armatures

© Centre de Radiologie, Pôle Santé Vinci, Chambray‑lès‑Tours  et © Lucie Courtiade

À droite, Formation de feuillets de corrosion en épaisseurs successives pouvant atteindre 5 mm. En bas, présence de corrosion duveteuse blanche liée à la présence de sels

  • 3  Ibid., Chapitres XV à XVIII, p. 351-387.
  • 4  SELWYN, 2004, p. 13, p. 110 ; Cf. Résultats d’analyses du laboratoire du C2RMF in BARBET, 2004, p. (...)
  • 5  SELWYN, 2004, p. 13-14 et p. 113.
  • 6  Ibid., p. 117. Les sels révélés par  nos tests sont des ions nitrate. Ils se présentent sous forme (...)

26Les produits de corrosion se sont formés sous différentes formes et résultent de phénomènes complexes3. Pour simplifier, ils ont été classés selon deux types, ceux issus d'une corrosion généralisée formée par succession de feuillets4 (cf. fig. 4) et dite stable, et ceux résultant d'une corrosion dite active5, spécifiquement liée, ici, à la présence de sels6 (cf. fig. 4).

27Dans le cas des hydroxydes de fer formés en feuillets autour des armatures, leur importante expansion volumique a induit de fortes contraintes et de graves conséquences sur le plâtre. Il a cédé et s’est fracturé, l’ouverture des fissures pouvant atteindre plusieurs millimètres (cf. fig. 4). L’observation simultanée des fissures et des armatures a révélé que la corrosion de ces dernières était bien à l’origine des fissures fortement ouvertes.

28Des ions ferreux se sont propagés au sein du plâtre par leur véhiculation colloïdale dans l’eau formant des auréoles orangées en surface (cf. fig. 4). Les oxydes métalliques se sont imbriqués irréversiblement dans les aiguilles de sulfate de calcium.

Fragilisation du plâtre

  • 7  COQUARD, 1992, p. 78.
  • 8  Ibid., p. 77.
  • 9  Ibid, p. 58.

29Les cycles hydratation-dessiccation ont pour conséquence la solubilisation partielle du plâtre pris, une variation dimensionnelle par gonflement7 et une diminution des résistances mécaniques8. L’humidité a favorisé le feutrage, résultante du glissement des aiguilles de sulfate de calcium les unes sur les autres, devenues mobiles lorsqu’elles sont hydratées et sous l’effet d’une contrainte. Elles adoptent un comportement plastique, les déformations sont irréversibles9 et sont accentuées ici, par la poussée des produits de corrosion. Les conséquences sont une incapacité du matériau à retrouver sa forme originelle, des plans de cassure non jointifs, des fissures ouvertes importantes qui ne pourront être remises en place même après dépose.

30Toutes ces altérations sont à mettre en relation avec les propriétés du plâtre et la mise en œuvre.

  • En effet, le plâtre est un matériau aux propriétés mécaniques faibles. Les analyses d’un fragment réalisées par Gilbert Delcroix ont révélé une porosité importante, de 58 % liée à un faible taux de gâchage. En effet, plus un plâtre est poreux, plus ses propriétés mécaniques sont faibles.

  • Enfin, le déséquilibre des masses est très important. Il a favorisé la chute des parties hautes et les cassures au niveau des chevilles, dont l’épaisseur et la surface ne permettent pas de supporter des contraintes aussi importantes.

31Lors du transfert des réserves en 1993 vers des locaux plus appropriés, le plâtre a cédé lors des manutentions aux endroits les plus fragilisés et les plus lourds. Le modèle est ainsi arrivé dans les ateliers en plusieurs fragments. Des éléments restent à ce jour, manquants.

32D’autres altérations sont visibles en surface comme des rayures, des enfoncements, des abrasions,  et un dépôt de rouille sur la jambe droite. Le badigeon est lacunaire, son état de conservation est hétérogène. Les analyses d'Anne Bouquillon au C2RMF n'ont pas mis en évidence la présence de liant, soit en raison de sa forte dégradation soit parce qu'aucun liant n'a été utilisé.

33Des graffiti au crayon ont été dessinés sur le pubis, et plus tard recouverts d’une couche de peinture beige à liant huileux.

Attaques biologiques

  • 10  ROQUEBERT, 2005, p. 100 ; JACQUIOT, 1981, p. 2. ; BOUSTA, 2005, p. 105 ; MORTENSEN, 2007, p. 873 ; (...)
  • 11  CTBA, 2000, p. 59.
  • 12  CANEVA, NUGARI, SALVADORI, 2009, p. 66 ; MORTENSEN, 2007, p. 873.

34Les conditions nécessaires au développement des champignons (taux d’H.R. supérieur à 60 %, température minimale de 8°C, apport d’oxygène moyen) étaient réunies10 lorsque le modèle était entreposé dans la crypte. Les tasseaux présentent le type d’altération provoquée par un champignon appartenant à la famille des basidiomycètes11 qui produisent une dégradation spécifique, sous forme de pourriture cubique brune12.

  • 13  BOUSTA, 2005, p. 104.

35Cette altération a eu pour conséquence de faciliter l’attaque d’insectes xylophages13, mais également de dégrader le bois de façon extrême puisqu’il a perdu sa cohésion initiale en totalité et se désagrège lorsqu’il est manipulé.

36Des trous d’envols et la présence de vermoulure fine et claire peuvent indiquer une attaque active. Deux insectes appartenant à des espèces différentes de coléoptères ont été retrouvés dans galeries creusées dans le bois. Il s’agit d’une vrillette et d’un charançon. Cette attaque a eu pour conséquence une quasi-destruction du bois devenu en grande partie pulvérulent ; des zones ont cédé lors de manutention.

Restaurations antérieures

37L’enfant, longtemps séparé de l’ensemble, a fait l’objet d’une ou plusieurs interventions dans les années 1990. Un support de présentation en acier peint a été mis en place pour pouvoir l’exposer. Les griffes ont été insérées dans des percements préalablement réalisés dans le plâtre. La surface a été intégralement couverte de plusieurs retouches.

Proposition de traitement

38Les interventions de conservation visent à stopper ou ralentir les processus de dégradation menaçant immédiatement la conservation des matériaux.

  • Pour le plateau en bois, la présence éventuelle de mérule aurait orienté le traitement vers des rayonnements gamma.

  •  Le dépôt poussiéreux en raison de son caractère hygroscopique doit être éliminé.

  • Les armatures métalliques sont conservées. Une passivation permet de ralentir la formation de corrosion.

  • En général, les reliquats de badigeon se présentent sous une forme compacte, mais l'entretien et les manutentions à court terme auront pour conséquence de l'éliminer. Il doit être refixé.

39Concernant les interventions de restauration, nous avons dû :

  • Imaginer un système qui permettra le remontage des fragments.

  • Également réaliser des assemblages structurels par collages, joints congés, goujonnages, renforts.

  • Enfin, un nettoyage, des bouchages et des retouches permettront de redonner davantage de cohérence à l’ensemble. Il a été décidé, selon les principes déontologiques et en accord avec Béatrice Rolin, de ne réaliser aucune restitution.

Interventions

Conservation

Traitement du bois

40L’impossibilité de traiter le plateau en bois pour des raisons techniques et financières nous a amenée à ne pas le conserver afin d’éviter la propagation des spores et des insectes xylophages dans les ateliers.

Dépoussiérage

41Le dépoussiérage par aspiration a permis un bon niveau de nettoyage, le badigeon est entièrement conservé.

Traitement des armatures corrodées

  • 14  BACH, 2002, p. 28.

42Pour traiter les armatures métalliques, nous avons utilisé une solution d’orthophosphate de potassium14 à pH8, produit régulièrement utilisé et sans effet sur le plâtre (pH7-8). Les armatures ont été préalablement décapées à l’aide d’une brosse rotative en soie de porc.

43Le produit a ensuite été appliqué soit au pinceau sur les surfaces accessibles, soit par injection à la seringue, par gravité le long des armatures.

  • 15  LES MULTIPLES FACETTES, 2000, p. 38.

44La formation des produits de corrosion est diminuée par l’application de produits passivants. Elle est également considérablement réduite par la modification du climat de conservation15.

Stabilisation du badigeon pulvérulent

  • 16  Tests de vieillissement accéléré sous UV, réalisés par Gilbert Delcroix in LAUREAU, 2003, p. 105-1 (...)

45Après une série de tests d'adhésifs sur une éprouvette, nous avons choisi, pour le fixage du badigeon, un polybutyral de vinyle, le Mowital® B60HH dont les propriétés sont un bon vieillissement16, une constante diélectrique faible,  de bonnes propriétés optiques, notamment la transparence après séchage permettant de conserver la matité du badigeon.

46Il a été utilisé à 1 % dans l’éthanol, solvant non toxique, et appliqué à l’aérographe à une pression de 1,5 bar en trois passages.

Restauration

47L’objectif principal de la restauration a été d’élaborer un dispositif permettant de présenter les fragments dans les salles du musée. Le remontage permet en outre de mieux conserver l’ensemble.

Collages

48Des opérations préalables au remontage ont été nécessaires comme le collage des fragments en plâtre ou des fleurs en verre.

49L’adhésif choisi est un mélange de PB®72 + PB®44 à 50 : 50 dissous soit à 50 % dans l’acétate d’éthyle pour le collage du plâtre soit à 25 % dans l’acétate d’amyle pour le collage du verre à joints fermés qui requiert une ouvrabilité supérieure et donc un taux d’évaporation plus élevé. Lorsque les plans de cassure ne sont pas jointifs, l’adhésif a été chargé par des micro-ballons phénoliques, souples et inertes.

Collages renforcés

50Le collage de certains éléments a dû être renforcé lorsque s’exercent des contraintes mécaniques trop importantes, ce qui était le cas pour un fragment subissant une contrainte en cisaillement. La faible épaisseur du plâtre ne permettait pas la mise en place de goujons pouvant contrecarrer le cisaillement. L’application de bandes de tissu de fibres de verre imprégnées et fixées au Paraloïd® a permis un renfort efficace

Fig. 5 Renforts des assemblages

Fig. 5 Renforts des assemblages

Renfort au moyen de bandes de tissu de verre imprégnées de PB®72/PB®44 50 : 50 à 25 % dans l’acétate d’éthyle. En haut : assemblage d’un élément travaillant en cisaillement, détail de l’aspect des bandes de tissu de verre. En bas : renfort de l’assemblage entre l’Amour et le décor

© Lucie Courtiade

51Cette technique a également été appliquée pour l’assemblage entre l’Amour et le décor (cf. fig. 5). Enfin, les manques au niveau du bras gauche qui fragilisent la cohésion de l'ensemble, ont été comblés par des bouchages structuraux réalisés au Polyfilla®.

52Les assemblages soumis à de fortes contraintes mécaniques requièrent des renforts supplémentaires. Par exemple, un fragment était originellement assemblé au décor de la terrasse au moyen d’un goujon

Fig. 6 Renfort au moyen d’un goujon

Fig. 6 Renfort au moyen d’un goujon

Reprise d’un manque à la résine époxy SV427®

© Lucie Courtiade

53Ce dernier montrait trop de jeu dans son percement d’origine, ce qui avait pour conséquence un mauvais maintien du fragment. Cela a entraîné la perte d’une partie du plan d’assemblage. Nous avons choisi de conserver ce goujon et de le chemiser par un tube en acier inoxydable plus long (cf. fig. 6).

54Une semelle en résine époxy SV427®, chargée de micro-ballons phénoliques, a permis de restituer les parties manquantes et compenser le déséquilibre (cf. fig. 6). Les surfaces de la semelle et du plâtre ont été enduites du mélange PB®72 + PB®44 avant assemblage. Cette technique a également été employée pour l’assemblage du bras gauche.

55Un autre goujon a été ajouté pour faire le lien entre l’Amour et la guirlande. Un noyau de béton cellulaire a permis de combler un vide et d’avoir une plus grande surface de collage et de maintien.

56Un percement traversant a été réalisé depuis le revers, puis le goujon y a été inséré et fixé par du Paraloïd® chargé de micro-ballons phénoliques. Cette technique a également été utilisée pour l’assemblage du bras droit.

Conception d’une structure de présentation

57L’ancienne disposition de Sapho sur la terrasse présentait une faiblesse importante située au niveau des chevilles. Les armatures des jambes étaient simplement posées à la surface et soutenues par deux autres armatures ancrées dans la terrasse

Fig. 7 Disposition originelle

Fig. 7 Disposition originelle

Disposition des armatures des jambes à la surface de la terrasse

© Lucie Courtiade

58Un simple joint au plâtre faisait la jonction entre les deux éléments. La remise en place de Sapho a été facilitée par les empreintes de chaque armature dans le plâtre.

59Différentes contraintes se sont imposées à la conception de la nouvelle structure.

60La première difficulté était d’imaginer un dispositif pouvant supporter un poids important, tout en étant dissimulé dans le volume des pieds. La deuxième contrainte s’est révélée après observation des fragments, et de la photographie du bronze. Nous avons constaté que l’Amour et la guirlande n’avaient aucun contact avec le reste de la sculpture. Il fallait donc leur prévoir un support spécifique démontable. Enfin, la prise en compte des principes déontologiques nous a amenée à retenir l’emploi d’une structure aussi discrète que possible.

61La structure réalisée par les métalliers d’après nos plans se compose d’une base, en acier inoxydable, conçue pour faciliter les déplacements de la sculpture

Fig. 8 Composition de la structure de présentation en acier inoxydable

En haut à gauche : Module principal composé de la base et de la structure verticale. En bas à gauche : détail des côtés amovibles permettant l’insertion de la fourche d’un transpalette. À droite, schéma général de la structure. En jaune, support des fragments placés en hauteur, venant se fixer à la structure verticale

© Lucie Courtiade

62Elle a été équipée sur la partie arrière, d’une structure verticalesur laquelle prend place un second module (cf. fig. 8). Elle a permis également d’y fixer un point de renfort supplémentaire.

63Nous devions, dès lors, concevoir les supports destinés à accueillir les armatures des jambes et porter la sculpture. Ce sont les formes de ces armatures qui nous ont guidées dans leur conception.

64L’armature de la jambe droite rectiligne nous a fait choisir un manchon (cf. fig. 9). L’armature de la jambe gauche, plus complexe, nous a obligée à modéliser une forme selon un gabarit relevé sur la courbure de l’armature (cf. fig. 9).

Fig. 9 Détail des supports recevant les armatures des jambes, soudés à la surface de la base

Fig. 9 Détail des supports recevant les armatures des jambes, soudés à la surface de la base

Le système de platine montée sur tiges filetées permet un réglage précis au moyen d’écrous. À gauche : manchon dans lequel vient s’insérer l’armature de la jambe droite. À droite, support plus complexe recevant l’armature courbe de la jambe gauche.

© Lucie Courtiade

65Les anciens soutiens ancrés dans la terrasse ne possédaient plus leur rôle structurel et gênaient la mise en place du nouveau système, ils ont dû être éliminés. Les percements par ailleurs, ont offert la possibilité d’insérer les supports. Chaque support est monté sur une platine dont la hauteur et les axes peuvent être réglés précisément. Ainsi, la terrasse en plâtre ne supporte plus aucune contrainte puisque celles-ci sont entièrement réparties sur les deux supports et sur la base

Fig. 10 Remontage en cours

Fig. 10 Remontage en cours

À gauche : les percements ont permis l’insertion des supports des armatures des jambes et la disposition de la terrasse et de Sapho. À droite : Mise en place de la tige filetée de renfort dans le creux présent au revers de Sapho

© Lucie Courtiade

66L’ensemble positionné présentait un bon équilibre. Néanmoins, nous avons remarqué lors de son redressement, une tendance à basculer vers l’avant. Nous avons profité d’un creux présent au revers de la sculpture pour ajouter un renfort supplémentaire composé d’une tige filetée (cf. fig. 10). Elle a été fixée sur la structure verticale et prise dans la résine époxy appliquée dans la cavité.

67Enfin, il nous restait à élaborer le dernier élément de soutien de l’Amour et de la guirlande. Comme nous l’avons précédemment évoqué, ce fragment n’a aucun contact avec le reste de la sculpture et il est positionné en surplomb.

68Le système se compose de quatre éléments : une prolongation de la structure verticale, sur laquelle est fixée une équerre permettant le déport vers la gauche. Sont ajoutées les pattes de soutien amenées à la hauteur du fragment par deux fers plats

Fig. 11 Disposition de l’Amour et de la guirlande sur leur support

Fig. 11 Disposition de l’Amour et de la guirlande sur leur support

À gauche, détail vu de revers des éléments composant le support de l’Amour et de la guirlande. À droite, détails des semelles en résine époxy améliorant l’assise

© Lucie Courtiade

69Les lumières ont permis le réglage dans les deux axes, vertical et horizontal. Enfin, une platine fixée sur l’équerre offre une surface permettant de recevoir une semelle en résine époxy pour donner une assise efficace à la cuisse droite de l’enfant (cf. fig. 11). Les extrémités des pattes de soutien en ont également été équipées (cf. fig. 11).

70Enfin, ce nouveau dispositif a été conçu de manière à être le plus discret possible sans pour autant négliger la robustesse et la fiabilité nécessaire pour son exposition

Fig. 12. Vue avant et après restauration

Fig. 12. Vue avant et après restauration

© Lucie Courtiade

Autres interventions de restauration

71D’autres interventions sont venues compléter la restauration. Selon leur efficacité sur les produits à éliminer, différentes méthodes de nettoyage ont dû être employées :

  • La retouche couvrant la totalité de la surface de l’Amour a été éliminée à la méthyléthylcétone additionnée d’1 % de N-méthyl-1-pyrrolidone-2.

  • Les taches grises d’origine indéterminée parcourant le corps de Sapho, ont été atténuées par décoloration à l’eau oxygénée à 30 %.

  • Les surfaces plus encrassées, comme le dessus de la terrasse, ont été nettoyées à l’eau déminéralisée additionnée de Teepol® 610S, tensio-actif anionique.

    • 17  LORENZEN, PORTE, 1989, p. 76-95 ; MARY, 1995, p. 87-90 ; LEROY, 2003, p. 65-66 ; BRUNNER, 2006, p. (...)

    Une partie des graffiti ont pu être éliminés avec un gel à base d’attapulgite, de carboxyméthylcellulose sel dissodique et de Teepol® 610S17, mais resté sans effet sur la peinture à l’huile. Un mélange d’ammoniaque, d’éthanol et d’eau déminéralisée, pH 12, rincé à l’acide citrique puis à l’eau déminéralisée a permis de la supprimer.

  • Des comblements en retrait à l’enduit de rebouchage Polyfilla®, éclairci au blanc de titane ont permis de redonner une cohérence à l'ensemble. Les fissures ont été obstruées par de la poudre de cellulose.

  • Des retouches à l’aquarelle ont permis d’atténuer les zones du plâtre ayant perdu l’épiderme, et d’intégrer les bouchages.

Conclusion

72Ce travail a été l’occasion d’aborder la restauration d’une œuvre de grande dimension impliquant des contraintes de manutention. Les nombreux problèmes de structure ont permis d’utiliser différents moyens et méthodes de renforts.

73Il a également été très enrichissant de réfléchir sur la conception d’une telle structure, de réaliser les dessins techniques en relation avec les métalliers.

74Enfin, ce travail a été l’occasion de se questionner sur le niveau des interventions quant au choix de nettoyage ou de restitutions. La volonté de conserver le badigeon ainsi que les traces liées au travail de fonderie confère à l’œuvre, une patine et un témoignage des traces d’usage, qu'il faut prendre en compte dans le nettoyage des plâtres.

Haut de page

Bibliographie

BACH, M. Inhibition de la corrosion des armatures dans les maçonneries anciennes, thèse de doctorat en sciences pour l’ingénieur, sous la direction d’Alain Cornet, Université Louis Pasteur, Strasbourg I, 2002 [dactyl.], 2002.

BARBET. F., «  Le Dernier des acrobates  », (1959) Sculptures en acier plombé, Costa Coulentianos, Musée de Brou, mémoire de diplôme en conservation-restauration des œuvres sculptées, Tours, ESBAT, 2004.

BENARD, J., MICHEL, A., PHILIBERT, J., TALBOT, J., Métallurgie générale, Paris, New York, Barcelone, Milan, Mexico, São Paulo, Masson, 1984.

BRUNNER, S., Un bas-relief d’Antoine Desboeufs : « Hercule combattant Achéloüs sous la forme d’un taureau », mémoire de diplôme de conservation-restauration des œuvres sculptées, Tours, ESBAT, 2006.

CANEVA, G., NUGARI, M. P., SALVADORI, O., Plant Biology for Cultural Heritage Biodeterioration and Conservation, Los Angeles, Getty Conservation Institute, 2008.

COQUARD, P., Résistance mécanique des plâtres secs et humides, thèse de doctorat en sciences des matériaux, sous la direction de Roland Boistelle, Université Aix-Marseille III, 1992, [dactyl.].

CTBA, Le traitement des bois dans la construction : termite, capricorne, lyctus, vrillette, syrex, mérule… Comment s’en débarasser ?, Paris, Eyrolles, 2000.

JACQUIOT, C., La mérule ou champignon des maisons, Paris, Centre Technique du Bois, 1981.

KAPP, J. Etude et restauration de trois sculptures du Château-Musée de Dieppe : « Saint Jacques » en plâtre (vers 1898), « Tête de saint Jacques » et « Livre », fragments en pierre de Caen (fin XVe-début XVIe siècle), mémoire de diplôme de conservation-restauration des œuvres sculptées, Tours, ESBAT, 2007.

Laureau, D., « Vierge Enfant », fragment d’une Éducation de la Vierge, Champagne méridionale, vers 1515-1530, calcaire polychromé, Troyes, musée de Vauluisant, Inv. 31.1.22, mémoire de diplôme de conservation-restauration des œuvres sculptées, Tours, ESBAT, 2003.

Leroy, É., « L’Amour et l’Occasion », étude et restauration d’une épreuve originale en plâtre, Tours, Hôtel Goüin, Musée archéologique de Touraine, mémoire de fin d’études de conservation-restauration des œuvres sculptées, Tours, ESBAT, 2003.

Lorenzen, A., Porte, B., Restauration de deux modèles monumentaux en plâtre de François Sicard, mémoire de fin d’études de conservation-restauration des œuvres sculptées, Tours, ESBAT, 1989.

Mary, G., Restauration d’un « Atlante » de Rodin en stuc peint et de ses deux moulages en plâtre, Meudon, musée Rodin, mémoire de fin d’études de conservation-restauration des œuvres sculptées, Tours, ESBAT, 1995.

Mortensen, A., Concise encyclopedia of Composite Materials, Oxford, Elsevier, 2007, 2de édition.

Roquebert, M.-F., « Les moisissures : mode d’action et diversité », Monumental, Semestriel 1, 2005, p. 100-102.

Selwyn, L., Métaux et corrosion : un manuel professionnel de la conservation, Ottawa, Institut Canadien de Conservation, 2004.

VOLVOSKY, C. in A la recherche du métal perdu, Guiry-en-Vexin, Errance, 1999.

ARTICLES

BOUSTA, F., « Les champignons du bois dans les constructions : morphologie, altérations et traitement », Monumental, Semestriel 1, 2005.

« Les multiples facettes de la corrosion », Instantanés techniques, n° 17, mars 2000.

Haut de page

Notes

1  VOLVOSKY, 1999, p. 42-43.

2  BENARD, MICHEL, PHILIBERT, TALBOT, 1984, p. 352.

3  Ibid., Chapitres XV à XVIII, p. 351-387.

4  SELWYN, 2004, p. 13, p. 110 ; Cf. Résultats d’analyses du laboratoire du C2RMF in BARBET, 2004, p. 74.

5  SELWYN, 2004, p. 13-14 et p. 113.

6  Ibid., p. 117. Les sels révélés par  nos tests sont des ions nitrate. Ils se présentent sous forme d’une couche duveteuse blanche, située entre l’armature et les feuillets de corrosion. Un autre phénomène résulte de la présence de sels : des produits de corrosion de forme sphérique formés lors de l’exsudation d’eau chargée d’ions métalliques et de sels, ibid., p. 117.

7  COQUARD, 1992, p. 78.

8  Ibid., p. 77.

9  Ibid, p. 58.

10  ROQUEBERT, 2005, p. 100 ; JACQUIOT, 1981, p. 2. ; BOUSTA, 2005, p. 105 ; MORTENSEN, 2007, p. 873 ; CTBA, 2000, p. 57 ; CANEVA, NUGARI, SALVADORI, 2008, p. 105.

11  CTBA, 2000, p. 59.

12  CANEVA, NUGARI, SALVADORI, 2009, p. 66 ; MORTENSEN, 2007, p. 873.

13  BOUSTA, 2005, p. 104.

14  BACH, 2002, p. 28.

15  LES MULTIPLES FACETTES, 2000, p. 38.

16  Tests de vieillissement accéléré sous UV, réalisés par Gilbert Delcroix in LAUREAU, 2003, p. 105-106.

17  LORENZEN, PORTE, 1989, p. 76-95 ; MARY, 1995, p. 87-90 ; LEROY, 2003, p. 65-66 ; BRUNNER, 2006, p. 63-64 ; KAPP, 2007, 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Fragments composant Sapho ou Le Chant
Crédits © Lucie Courtiade
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2596/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 2 La Danse et Sapho ou Le Chant décorant le vestibule d’entrée du Theatro municipal de Rio de Janeiro
Légende Vue d’ensemble du vestibule et du décor, Theatro Municipal do Rio de Janeiro
Crédits © Bibliotheca Nacional do Rio de Janeiro
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2596/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 3 Reconstitution du groupe
Légende Intégration de l’Amour attribué à Auguste Perrin, à gauche : en haut, fragment de décor présentant deux avant-bras tronqués. En bas, Amour, attribué à Auguste Perrin, disposé sur un support de présentation
Crédits © Lucie Courtiade  et © Centre de Documentation du musée d’Orsay
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2596/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 4 Conséquences de la formation des produits de corrosion
Légende En haut à gauche, observation des densités des oxydes ferreux et de l’alliage ferreux sain, En bas à gauche, réseau de fissures ouvertes mises en relation avec l’emplacement des armatures
Crédits © Centre de Radiologie, Pôle Santé Vinci, Chambray‑lès‑Tours  et © Lucie Courtiade
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2596/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 5 Renforts des assemblages
Légende Renfort au moyen de bandes de tissu de verre imprégnées de PB®72/PB®44 50 : 50 à 25 % dans l’acétate d’éthyle. En haut : assemblage d’un élément travaillant en cisaillement, détail de l’aspect des bandes de tissu de verre. En bas : renfort de l’assemblage entre l’Amour et le décor
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2596/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 6 Renfort au moyen d’un goujon
Légende Reprise d’un manque à la résine époxy SV427®
Crédits © Lucie Courtiade
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2596/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 7 Disposition originelle
Légende Disposition des armatures des jambes à la surface de la terrasse
Crédits © Lucie Courtiade
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2596/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 9 Détail des supports recevant les armatures des jambes, soudés à la surface de la base
Légende Le système de platine montée sur tiges filetées permet un réglage précis au moyen d’écrous. À gauche : manchon dans lequel vient s’insérer l’armature de la jambe droite. À droite, support plus complexe recevant l’armature courbe de la jambe gauche.
Crédits © Lucie Courtiade
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2596/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 10 Remontage en cours
Légende À gauche : les percements ont permis l’insertion des supports des armatures des jambes et la disposition de la terrasse et de Sapho. À droite : Mise en place de la tige filetée de renfort dans le creux présent au revers de Sapho
Crédits © Lucie Courtiade
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2596/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 11 Disposition de l’Amour et de la guirlande sur leur support
Légende À gauche, détail vu de revers des éléments composant le support de l’Amour et de la guirlande. À droite, détails des semelles en résine époxy améliorant l’assise
Crédits © Lucie Courtiade
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2596/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 12. Vue avant et après restauration
Crédits © Lucie Courtiade
URL http://ceroart.revues.org/docannexe/image/2596/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Courtiade, « Restauration de Sapho ou Le Chant de Raoul Verlet », CeROArt [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://ceroart.revues.org/2596

Haut de page

Auteur

Lucie Courtiade

Diplômée en Histoire de l’art (licence en 2006, Paris I Panthéon-Sorbonne), et en conservation-restauration de sculptures (DNSEP mention conservation-restauration des œuvres sculptées, École supérieure des beaux-arts de Tours, obtenu en 2011). Exerce actuellement en tant que restauratrice en statut libéral sous le régime auto-entrepreneur.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
CeROArt – Conservation, exposition, restauration d'objets d'arts est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org